Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 3. — Projets collectifs de recherche

Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges.

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 323-324

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://www.chateaux09.fr

Texte intégral

1Depuis, 2004, ce programme regroupe une quinzaine de chercheurs d’horizons différents. Son objectif est de rassembler les recherches conduites sur un secteur de haute et moyenne montagne (Pyrénées Centrales, versant nord) et de comparer entre eux les sites, leur fonction, le paysage qui les entoure et les situations géopolitiques afin d’évaluer les rapprochements possibles et les divergences.

2Du point de vue des pouvoirs, à partir du xiie s., cette zone est partagée en deux grands secteurs d’influence : le comté de Comminges et le comté de Foix, espaces dont les frontières linéaires ne furent précisées qu’au xiiie s. Leur cadre géographique est lié au réseau des vallées, il est constitué de secteurs allant de la haute montagne jusqu’au piémont aval. Situées hors du contexte des opérations militaires de la grande Guerre Méridionale, ces entités politiques n’en subissent pas moins les conséquences de l’expansion du domaine royal aux xiiie et xive s. Dès le second quart du xiiie s., les pouvoirs locaux seigneuriaux tendent à être concurrencés par des structures consulaires franchisées dont les plus puissantes sont souvent situées en aval. La portion orientale de la zone d’étude, située en arrière des grands axes de communication de la guerre, subit peut-être moins les conséquences de la guerre de Cent Ans que d’autres zones du SO de la France.

3En 2010, l’étude s’est élargie aux habitats subordonnés aux ouvrages castraux, fortifiés ou non. En 2011, cette étude a été poursuivie et s’est achevée par celle des fortifications villageoises de la fin du Moyen Âge, particulièrement nombreuses dans certains secteurs. Alors qu’auparavant, les enceintes villageoises étaient surtout le fait de quelques gros bourgs castraux ou bourgs monastiques pré-urbains, le xive s. est l’époque de la généralisation de la fortification à l’habitat rural. La chronologie de la mise en place de ces ouvrages dépend des événements violents liés à la guerre de Cent Ans (dévastations dues au Prince Noir au début de la seconde moitié du xive s.) ou aux conflits dynastiques entre les comtes de Foix et les comtes d’Armagnac au tournant des xive-xve s. Sur la zone étudiée, on observe de forts contrastes : en montagne, ces fortifications sont fort peu nombreuses, sauf sur de rares bourgs au sud du comté de Foix et peut-être en Castillonnais, et le semis villageois ancien perdure : une majorité de villages « à maisons » subsistent ainsi que quelques anciens villages castraux complétés par de rares bourgs franchisés. Dans ces secteurs, les fortifications villageoises restent rares, notamment en comté de Foix, car le comte Gaston Febus a payé le Prince Noir pour qu’il évite ses terres. En piémont ou en plaine, ces fortifications rurales de la fin du Moyen Âge sont plus nombreuses, surtout dans des secteurs qui n’ont pas été touchés par le mouvement de création de bastides au xiiie s. La forme de ces fortifications rurales de la fin du Moyen Âge varie, celles qui sont bâties ex-nihilo sont souvent de superficie réduite et parfois à l’écart des gros noyaux d’habitat antérieurs, sur des sites non occupés. Il est possible que l’on bâtisse certaines fortifications en dédoublement de l’habitat usuel et que les villageois disposent de maisons à la fois dans la fortification et dans l’ancienne agglomération. Dans les documents descriptifs, malheureusement rares, on s’aperçoit que ces forts villageois sont érigés à la demande des communautés, avec l’autorisation des seigneurs, sur de nouveaux sites ou d’anciens sites fortifiés abandonnés.

4Dans les villages et les villes qui en possédaient auparavant, des opérations d’entretien des enceintes ont lieu à cette époque sur les zones où sont bâties les nouvelles fortifications. On possède aussi un texte où sont prévues des «loges» dans l’enceinte d’un château que l’on doit rénover, à Montaillou (haute Ariège) en 1415. Certains châteaux du Couserans non documentés par les textes (Caumont, Sainte-Catherine, Cazavet) sont entourés d’une enceinte double à l’intérieur de laquelle des vestiges de murs non maçonnés à la chaux pourraient correspondre au même phénomène.

5Le PCR a commencé la publication synthétique de ses résultats 2004-2011. Ce travail qui devrait durer encore deux années a été complétée d’un colloque qui a eu lieu à Foix (Ariège) à la fin 2011 et sera publié au début de l’année 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges. »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 323-324.

Référence électronique

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges. » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11137

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals