Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Chronique des fouilles médiévales...III. - Constructions et habitat f...III 3. — Projets collectifs de re...Haute-Normandie. Étude microtopog...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 3. — Projets collectifs de recherche

Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie.

Responsables d'opération : Anne-Marie Flambard Héricher, Aude Painchault, Diégo Cocagne, Bruno Lepeuple et Gilles Deshayes
p. 324-326

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le PCR entrepris depuis 2004 s’est poursuivi en 2011 avec l’étude de huit sites, ce qui porte à 56 le nombre total de fortifications étudiées. Il s’agit du Château à Beaussault (Seine-Maritime), du Château à Château-sur-Epte (Eure), de la Motte à La Ferté-Saint-Samson (Seine-Maritime), des Longues Raies à Gisors (Eure), de la Place Verte à Guitry (Eure), de la Petite Gripière à Mézières-en-Vexin (Eure), de la Butte-aux-Anglais au Tronquay (Eure). Ce sont principalement de petites structures et généralement des ouvrages mal conservés. (Responsable du PCR : Anne-Marie Flambard Héricher)

Beaumont-le-Roger (Eure). Mont Saint-Jean

2Le site, placé en rebord du plateau du Neubourg, surplombe la Risle et la ville actuelle de Beaumont-le-Roger. C’est à Roger de Beaumont que l’on attribue la construction du château dont les premières mentions apparaissent au xie s. La forteresse aurait été vaincue et détruite par du Guesclin en 1378.

3Le château de Beaumont-le-Roger est composé d’une grande enceinte limitée par la vallée de la Risle au SO et associée à deux enclos au NE et à l’est. L’enceinte irrégulière mesure 115 m de long pour 36 m de large. Elle comporte, au nord, les vestiges d’une tour construite de plain-pied, dont le centre se présente sous la forme d’une butte de 6 m de haut, légèrement creuse en son milieu. La forme du donjon n’est plus discernable parmi les blocs de murs renversés. Vers le sud, l’enceinte forme une cour plane grossièrement rectangulaire accueillant un bâtiment en créneau à son extrémité sud. Une terrasse prolonge la cour au SO. Malgré les déformations de l’escarpe, la ligne primitive de l’enceinte se retrouve dans la courbure de la contrescarpe du fossé en forme de U qui entoure le château au NO et au sud. Le reste de l’enceinte est isolé par la pente naturelle du versant où un mur de taille imposante (13 m de large et 5,5 m de haut) se trouve installé à l’aplomb des terrasses du prieuré. Sa base a été renforcée par des piliers de pierre pour éviter qu’il ne s’écroule dans la pente.

4La basse cour semi-ovalaire du château (77 m de long pour 40 m de large) se prolonge vers le sud en un terre-plein plus étroit servant d’accès à la propriété. Elle a conservé son fossé en U au nord, au NO et au SE. Il mesure 9,5 m de large au fond, 9 m de profondeur et 18,5 m d’ouverture. On observe en plusieurs endroits la présence de reliefs perpendiculaires à sa courbe : au NE il s’agit d’un talus rectiligne qui semble correspondre à une limite de parcelle ; plus à l’est, un mur est encore conservé en élévation sur quelques mètres. Il pourrait faire partie des fortifications liées à la protection du bourg voisin. À l’ouest, le fossé plonge et rejoint la pente naturelle du rocher. Au SE, il est coupé par la route mais se prolonge de l’autre côté pour délimiter et isoler un second enclos. (Revelé et étude : Aude Painchault)

Beaussault (Seine-Maritime). Le Château

5Le site, localisé en périphérie du village et de l’enclos ecclésial, est implanté à flanc d’un vallon large et peu profond. Il se caractérise par un tertre quadrangulaire partiellement arasé, en position de barrage, et un enclos polygonal connexe.

6Le tertre mesure 35 m x 24,40 m à la base, avec une plateforme sommitale de 29,44 m x 22 m. Il est entouré d’un fossé en croissant d’une profondeur maximale de 2,50 m pour une ouverture maximale de 5 m, protégeant la partie nord du tertre. Les élévations sont variables selon le côté observé (de 3 à 8 m). Cela s’explique par la présence d’une vaste plateforme, de 46,8 m x 41,6 m au sud de l’enclos principal. Elle est défendue dans sa partie NE par un autre fossé en croissant taillé dans le calcaire, d’une profondeur maximale de 5 m pour une largeur en surface de 15 m. Cette plateforme est intégralement close par une succession de murs en moyen appareil de moellons calcaires.

7Cinq bâtiments remarquables sont conservés. Une tour porche rectangulaire à étage défend l’accès de l’enclos. Au SO, un bâtiment à deux niveaux doté d’une cheminée devait avoir une fonction résidentielle. Au nord, un vaste bâtiment quadrangulaire (23,88 m x 11,30 m) à trois niveaux présente des aménagements de confort décoratif (baies et enduits en faux joint), il s’agit probablement de la grande salle du site. À la limite entre l’enclos et le tertre s’élève une tourelle quadrangulaire à quatre niveaux. Une ouverture d’évacuation percée à la base permet de l’identifier comme tour de latrines. Enfin, un mur et le départ à angle droit d’un second indiquent que la plateforme du tertre comportait vraisemblablement des constructions.

8Les sources, peu nombreuses, concernent soit les détenteurs de la seigneurie, soit les éléments remarquables du village. On ne trouve aucune mention dans les textes du site en tant que tel. (Relevé et étude : Diégo Cocagne)

Beaussault, le Château.

Beaussault, le Château.

A- Tour porche ; B- Bâtiment pourvu d’une cheminée ; C- Grande salle ; D- Tour de latrines ; E- Construction inderterminée ; I- Tertre (motte) ; Ia-  Plateforme sommitale de la motte ; Ib– Fossé de la motte ; II- Basse cour ; IIa- Surface de la basse cour ; IIb- Fossé de la basse cour.

Dessin et mise au net D. Cocagne

Château-sur-Epte (Eure). Le Château

9La fortification de terre bien lisible qui a donné son cadre à un château de pierre à Château-sur-Epte est l’une des fortifications majeures de la vallée. La motte de 13 m de haut avec une plateforme de 20 m de diamètre est complètement entourée d’un fossé de 25 m d’ouverture au-delà duquel se trouvait une levée de terre. La basse cour de 100 m de diamètre était pourvue d’un même dispositif de défense périphérique. La plus grande partie des maçonneries (tour maîtresse, base de la chemise, portes et fragment d’enceinte) sont traditionnellement attribuées au règne d’Henri II Plantagenêt. Une structure antérieure a été mise en évidence, la porte orientale s’appuie sur un dispositif d’accès de 8 m de largeur, partiellement arasé et remployé dans les bases de l’élévation actuelle. Cette porte donne sur le bourg, aménagé sur une terrasse en contrebas du château et ceint d’un fossé de 15 m d’ouverture.

10L’église paroissiale Saint-Martin est excentrée et isolée, 800 m vers le sud, ses abords révèlent une forte concentration de fragments de céramique dont la période de production s’étale du xe au début du xiie s. Ils marquent probablement un habitat qui s’est déporté vers le château qui aurait été construit par le roi d’Angleterre Guillaume le Roux, probablement dans le même contexte que celui de Gisors, en 1097. Les sources écrites suggèrent d’attribuer la fondation du bourg à Henri Ier Beauclerc, autour des années 1120. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple)

Ferté-Saint-Samson (La) (Seine-Maritime). La Motte

11La motte de La Ferté-Saint-Samson utilise le rebord d’une cuesta de la « boutonnière » du pays de Bray. Les vestiges assez bien conservés ont été mis en valeur au sein du village et à proximité immédiate de l’église.

12Des traces d’occupation romaine ont été découvertes sur la commune. Dès le xe s., des mentions du lieu, sous le toponyme de Ferté-en-Bray ou Ferté, apparaissent dans les diplômes. Gautier, fils de Renaud et d’Auberée, y fonde une communauté de chanoines vers 990. En 1037-1045, une charte de Guillaume le Bâtard confirme la fondation de l’abbaye de Sigy par Hugues de La Ferté qui donne notamment à l’abbaye l’église de Saint-Samson et Saint-Pierre, l’église du château et celle de la Sainte-Trinité hors du château. Le site est alors qualifié de castrum. Le chroniqueur Orderic Vital mentionne la forteresse à plusieurs reprises. En 1151, le site aurait été incendié par Henri II Plantagenêt.

13Le site a été aménagé en creusant un fossé dans un relief naturel pour former au SE une motte tronconique isolée de sa basse cour qui s’étend vers le NO. La motte (de 41,5 m de diamètre au sommet pour 83,5 m à la base) est assez régulière et circulaire si l’on exclut la partie SO qui semble s’être effondrée. Au nord, elle semble rattachée à l’enclos de la basse cour, dont un léger fossé la sépare. Au SO, le fossé est beaucoup plus marqué. Il est creusé dans le rocher et prend une forme en V. Il atteint une profondeur maximale de 9 m.

14Au NO du fossé qui la sépare de la motte, la basse cour présente une forme rectangulaire légèrement asymétrique. Elle est bordée à l’ouest par un talus dont le sommet se trouve à la même hauteur que la motte. L’intérieur de l’enclos, plan, a été aménagé pour accueillir l’église Saint-Pierre.

15Le village de La Ferté s’est développé majoritairement à l’ouest de l’ensemble fortifié; il se situe dans le prolongement du relief du château et bénéficie de la même élévation. Le tracé courbe de la voie pourrait indiquer en outre la présence d’un bourg fortifié relié à la basse cour du château au SO. L’ensemble constitue le centre d’un parcellaire concentrique. (Relevé et étude : Aude Painchault)

Gisors (Eure). Les Longues Raies, le fossé du roi

16Étudié ponctuellement dans le cadre d’une fouille préventive, réalisée par la Mission archéologique départementale de l’Eure, dont les principaux résultats ont été présentés dans Archéologie médiévale, t. 40, p. 190, cet ouvrage de terre en grande partie disparu est le seul du PCR à n’avoir fait l’objet d’aucun relevé topographique. La confrontation des vues aériennes, prospections géophysiques, sondages mécaniques, relevés archéologiques et géomorphologiques, données géologiques et sources historiques a cependant permis de restituer et d’expliquer le tracé du fossé, de retrouver son profil initial, de comprendre et de dater ses différents comblements. (Étude : Gilles Deshayes)

Guitry (Eure). La Place Verte

17Le château de Guitry, cité en 1137, est probablement une ancienne place de la famille de Chaumont-Quitry qui y avait fondé une collégiale, convertie en prieuré dans les années 1030-1040. Sur le terrain, château et prieuré sont mal identifiés. Une lecture étendue de la topographie du site, une butte de sables indurés qui domine les plaines alentours, liée à l’étude de quatre sites de caves médiévales, permet de formuler une hypothèse quant à la localisation du château.

18À l’extrémité ouest du cœur de village, la Place Verte, vide de constructions anciennes, est bordée par un dénivelé supérieur aux pentes naturelles. Elle est aussi partiellement encadrée par une rue courbe dans l’axe de laquelle se trouve un cellier sur deux niveaux. Celui-ci est composé d’une galerie principale qui dessert à un premier niveau une cave rectangulaire bordée de deux cellules (15 m²), puis à un second niveau, inférieur, un couloir encadré de deux paires de deux cellules identiques (20,5 m²) et dont l’extrémité forme une cinquième cellule.

19Le décaissement du couloir au niveau bas et le percement d’un espace troglodyte dans la dernière cellule met en évidence un remblai antérieur à la construction de la cave dont l’extrémité butte sur une pente façonnée du terrain naturel. La surface de la cave et la nature du terrain plaident pour une maçonnerie installée dans un espace ouvert, déjà partiellement remblayé. Ajoutée aux anomalies topographiques et parcellaires, cette donnée permet d’envisager un fossé courbe, dont l’ouverture peut être estimée à 15 m. Il isole un espace semi-circulaire d’environ 50 m de diamètre. La construction de la cave et du bâtiment qui lui était associé annule ou déprécie certainement la fonction défensive du site. L’architecture de cette cave et un tesson de céramique en contexte stratigraphique orienteraient vers un remblai entre le xive et le xvie s.

20Autour de cette probable haute cour, d’autres enclos ont pu être intégrés à l’espace défendu. Un autre cellier, implanté sur le côté sud de l’église Saint-Pierre, pourrait avoir également été placé dans un fossé préexistant entourant la totalité de la plateforme naturelle du site. (Relevé et étude : Gilles Deshayes et Bruno Lepeuple)

Le Tronquay (Eure). La Butte aux Anglais

21La Butte aux Anglais, située sur le plateau, à proximité d’un vallon qui descend vers la vallée de l’Andelle, se trouve en contexte forestier, non loin d’un espace défriché lié à une ferme nommée « la Motte ». Le site est composé d’un unique tertre, haut de 2,5 m pour une plateforme de 15 m de diamètre. Le fossé, inégalement comblé, a une ouverture de 8 m. La motte est éventrée sur son flanc NO, les parois abruptes du creusement sont révélatrices d’une fouille non documentée plutôt que d’un prélèvement de matériaux. Sans que l’on puisse les lier à l’occupation du site, plusieurs indices témoignent d’une exploitation des grès dont plusieurs blocs affleurent dans la zone. Localement, ce matériau de construction se remarque sur de nombreux édifices attribuables à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple)

Mézières-en-Vexin (Eure). La Petite Gripière

22Ce site inédit, placé en bordure de plateau et à l’extrémité d’un vallon qui monte depuis la vallée de Seine, est en lisière de la forêt de Vernon, à 1,25 km à l’ouest du village. Il est composé d’une motte de 2 m de hauteur avec une plateforme de 14 m de diamètre et d’une basse cour ovale de 35 x 55 m. Les fossés, assez largement comblés, isolent intégralement la motte et partiellement la basse cour, également défendue par le départ de pente.

23Plusieurs arases de maçonnerie affleurent. Plusieurs témoins d’un mur ceignant la basse cour et un cratère prononcé au sommet de la motte orientent vers une enceinte périphérique. Les données cadastrales de 1837 soulignent la présence d’un parcellaire laniéré associé à un habitat aujourd’hui disparu qui s’étale sous la forme d’un village-rue au terme duquel est implantée la fortification. Mal daté, ce site réunit les caractéristiques de plusieurs fortifications similaires dont l’origine peut être associée à un contexte de défrichements dans la première moitié du xiie s. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Beaussault, le Château.
Légende A- Tour porche ; B- Bâtiment pourvu d’une cheminée ; C- Grande salle ; D- Tour de latrines ; E- Construction inderterminée ; I- Tertre (motte) ; Ia-  Plateforme sommitale de la motte ; Ib– Fossé de la motte ; II- Basse cour ; IIa- Surface de la basse cour ; IIb- Fossé de la basse cour.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, Aude Painchault, Diégo Cocagne, Bruno Lepeuple et Gilles Deshayes, « Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie. »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 324-326.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, Aude Painchault, Diégo Cocagne, Bruno Lepeuple, Gilles Deshayes, « Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.11138

Haut de page

Auteurs

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Aude Painchault

Articles du même auteur

Diégo Cocagne

Bruno Lepeuple

Articles du même auteur

Gilles Deshayes

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Aude Painchault

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Diégo Cocagne

Bruno Lepeuple

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Gilles Deshayes

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search