Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
IV. - Sépultures et nécropoles
IV 1. — Opérations de terrain

Alizay et Igoville (Eure). Le Fort

Responsable d’opération : Cyril Marcigny
p. 330-331

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Depuis janvier 2011 et jusqu’en juin 2012, la première tranche d’une vaste fouille préventive, qui couvrira près de 30 ha, est conduite autour du Fort du « Limaye » à Igoville, à la confluence de l’Eure et de la Seine. Les premiers travaux portent sur 14 ha qui bordent un site médiéval bien connu de la littérature archéologique : l’emplacement présumé d’un pont fortifié reliant Pont-de-l’Arche à Igoville, construit au ixe s. (entre 862 et 873) par Charles le Chauve pour barrer l’avancée des Normands en Francie. Si la configuration générale du site fait encore débat, les élévations encore présentes du côté des communes d’Alizay et d’Igoville ne laissent guère de doute sur la présence d’une demi-enceinte circulaire appuyée sur la Seine, qui fut durant longtemps le siège d’un fort figuré, entre autres, sur un vitrail de Pont-de-l’Arche, et d’une enceinte plus vaste de plan quadrangulaire. Cette dernière a été comparée par les auteurs britanniques (en particulier D. Hill) aux burh anglo-saxons, vastes fortifications de plan orthonormé qui apparurent au ixe s. en Angleterre en réponse à la menace normande. Des sondages menés par B. Dearden dans les années 1980 semblent confirmer la datation évoquée par D. Hill puisqu’une mesure de l’archéomagnétisme du rempart de l’enceinte en partie calciné permet de placer cet incendie autour de 860 ± 40 (à 95 % de confiance).

2Daté de la même période par une datation 14C (réf. AA94790 – 1240 ± 45 BP), un petit groupe funéraire de onze sépultures a été découvert et intégralement étudié lors de la première tranche de fouilles sur le bord de Seine à quelques dizaines de mètres de l’enceinte en demi-cercle. Il s’agit de onze inhumations individuelles, ne présentant aucun recoupement, et toutes orientées O-E, tête à l’ouest. Il semble que les individus ont été inhumés simplement, en pleine terre, enveloppés dans un linceul ou dans un coffrage en bois, avec ou sans coussin funéraire. Une sépulture présentait une logette céphalique donnant à la fosse sépulcrale une forme anthropomorphe ; elle était entourée de banquettes qui devaient vraisemblablement maintenir une ou des planches de couverture. Une autre fosse dont les dimensions indiquaient la taille d’un enfant a été découverte vide, sans aucun ossement. Aucun mobilier funéraire n’a été déposé dans les tombes.

3La position des défunts est habituelle pour cette époque puisque ceux-ci, en majorité, ont été déposés sur le dos, les membres supérieurs allongés le long du corps, les avant-bras ramenés sur l’abdomen ou les épaules, les membres inférieurs étant allongés dans l’axe du corps. Un individu, relativement à l’écart des autres, a été déposé dans une position originale. En effet, il a été inhumé sur le dos mais les jambes repliées et s’appuyant sur le bord de la fosse. Les membres supérieurs ont, eux aussi, une position plutôt inhabituelle. L’avant-bras gauche est totalement replié sur l’humérus, la main posée sur l’épaule vers le crâne. Le membre supérieur droit est en appui contre la paroi de la fosse, le coude « en l’air », la main posée en connexion de chant à côté de la tête.

4L’étude biologique de la population est encore en cours, mais les observations sur le terrain apportent une première série de données. Ce petit groupe funéraire est composé de cinq adultes, de trois adolescents et de deux immatures (classe d’âge 5-9 ans). Aucun sujet mort en période périnatale n’a été identifié. Le très bon état de conservation des ossements permettant la détermination du sexe, une prédominance masculine a été observée chez les individus adultes (quatre hommes pour une femme). Les premières observations montrent un mauvais état bucco-dentaire de presque tous les individus. Cependant, peu de défunts semblent atteints de pathologies dégénératives ou infectieuses. Une étude anthropologique (notamment des caractères discrets) et une analyse isotopique viendront compléter les premiers résultats présentés dans cette notice.

5En 2012, la fouille concernera l’enceinte quadrangulaire elle-même et plus particulièrement son fossé, une partie de son rempart affaissé, ainsi que son environnement sur une surface d’environ 4 ha. Un programme de datation 14C est envisagé sur les poutrages calcinés découverts par B. Dearden dans les années 1980.

Aliza et Igoville, le Fort.

Aliza et Igoville, le Fort.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Aliza et Igoville, le Fort.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Marcigny, « Alizay et Igoville (Eure). Le Fort », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 330-331.

Référence électronique

Cyril Marcigny, « Alizay et Igoville (Eure). Le Fort » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11153

Haut de page

Auteur

Cyril Marcigny

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cyril Marcigny

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals