Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
IV. - Sépultures et nécropoles
IV 1. — Opérations de terrain

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Square Saint-Remy

Responsable d’opération : Stéphane Louit
p. 343-344

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1De mars à décembre 2011, trois phases d’un diagnostic ont été réalisées sur le square Saint-Remy et l’avenue Saint-Rémy dans le cadre d’un projet de rénovation urbaine. Suivant deux plans du secteur datés du xviiie s., cette opération est localisée à l’emplacement de l’église Saint-Rémi et de son cimetière, utilisé du viie au début du xixe s. (fouilles de J.-F. Goret en 2004-2005, Archéologie médiévale, 35, p. 287), dont dépendait un faubourg qui fut rasé à la demande du roi Charles V, en 1376, pour organiser la défense de la ville de Saint-Denis. Les fouilles au 14, rue du Général Joinville par É. Broine en 2002 (Archéologie médiévale, 33, p. 225) et au 3bis, rue Albert Einstein en 2008 par S. Louit, ont livré les vestiges d’un habitat du haut Moyen Âge du viie au xie s. et deux groupes de sépultures. L’église, citée pour la première fois dans un diplôme de Charles III le Simple en 898, fut rebâtie mais de nouveau mise à mal durant les guerres de Religion et reconstruite en 1590. Un compte rendu de visite en 1772 décrit l’édifice en ruine; il comprend une nef unique, éclairée par quatre baies, surmontée d’une voûte plafonnée en bois et en plâtre pour le chœur. Des délibérations du conseil municipal de 1793 font état de mesures à prendre pour l’agrandissement du cimetière Saint-Remy ; il est question de nommer un architecte pour faire une enquête sur la nécessité de détruire l’église qui se trouve dans l’enceinte du cimetière et d’utiliser les matériaux de démolition pour construire un nouveau mur de clôture ou bien de faire des travaux pour s’en servir d’abri. L’étude des registres paroissiaux et des délibérations des assemblées et conseils municipaux de la fin du xviiie s. nous renseigne sur la dernière période d’utilisation du cimetière. En effet, les pensionnaires hommes d’une ancienne manufacture de cuir et de teinture sur étoffe, réquisitionnée en 1768 pour enfermer et faire travailler les mendiants et vagabonds de Paris et sa région, étaient enterrés au cimetière Saint-Remy. Entre 1768 et 1792 nous avons pu comptabiliser 4 452 inhumations ; un mémoire, daté du 2 février 1780, adressé à l’intendant de la généralité de Paris, demande que les corps soient déposés dans des fosses plus profondes et mieux couvertes de terre pour éviter la putréfaction des cadavres à demi enterrés. En 1806, le cimetière est supprimé et l’église s’écroule. Le secteur s’urbanise par la suite et l’avenue Saint-Rémy est créée. Dans les années 1970, un square est aménagé.

2Sur les quatre tranchées effectuées, trois ont permis d’observer une stratigraphie de cimetière assez dense et complexe. En effet, de nombreuses fosses communes datées du xviiie-xixe s., souvent de grandes dimensions, avec des creusements et des recoupements peu lisibles, entamaient profondément, parfois sur 2 m de profondeur, les niveaux plus anciens. Il est intéressant de noter que si la tranchée située la plus au sud a permis d’observer, sous les niveaux xviiie s., plus d’une dizaine d’inhumations s’échelonnant du ixe au xve s. ainsi qu’un sarcophage en plâtre vu dans la coupe, les deux tranchées les plus septentrionales n’ont pas livré d’autres sépultures que des fosses communes xviiie-xixe s., mais ont montré en revanche la présence de fossés et de structures maçonnées. Rien dans ces découvertes n’indique la présence d’une église dans le secteur, mais deux murs semblent délimiter le périmètre d’une substructure d’un petit bâtiment indéterminé de moins de 7 m de long avec des niveaux de sols et des niveaux rubéfiés contenant du matériel daté du xive-xve s. Un fossé d’orientation E-O, coupé par le bâtiment, pourrait correspondre à la limite nord du cimetière à la période médiévale (?), alors qu’un mur d’orientation ENE-OSO, parallèle à une ancienne voie, pourrait correspondre à la mise en place d’une clôture en pierre à l’époque moderne (?). La quatrième tranchée, effectuée en dehors de l’emprise du cimetière, nous a permis d’observer les niveaux hauts d’un grand fossé défensif du bas Moyen Âge, déjà repéré lors de deux diagnostics, au 6-8, rue du Général Joinville par G. Bruley-Chabot en 2004 et au 100-106, avenue Paul Vaillant-Couturier par M. Wyss en 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Louit, « Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Square Saint-Remy », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 343-344.

Référence électronique

Stéphane Louit, « Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Square Saint-Remy » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11186

Haut de page

Auteur

Stéphane Louit

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Louit

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals