Navigation – Sitemap
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
IV. - Sépultures et nécropoles
IV 1. — Opérations de terrain

Seclin (Nord). Abords de la collégiale Saint-Piat

Grabungsleiter: Guillaume Lassaunière
p. 347

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2011
Seitenanfang

Volltext

1La requalification des abords de la collégiale a entraîné la conduite d’une opération de fouilles préventives sur deux zones distinctes du quartier canonial. Cette campagne et l’étude qui en découle permettent d’appréhender le développement urbain de Seclin depuis le Moyen Âge et plus particulièrement les occupations liées au chapitre aux abords de la collégiale.

2Au sud de l’église, une parcelle de 900 m² dévolue à la construction d’un parking a révélé la présence de constructions médiévales et modernes appartenant à l’ancien enclos canonial. Des sondages ponctuels effectués en 2008 et 2011 suggèrent une urbanisation précoce de ce secteur dès la fin de la période carolingienne, mais ne permettent pas encore d’en apprécier véritablement l’ampleur. Les faibles cotes de terrassements imposées par le projet n’ont pas permis, au cours de cette intervention, la reconnaissance des occupations antérieures au xiiie s. Les décapages mécaniques ont donné l’occasion de dégager les plans partiels de deux ensembles bâtis jusqu’à hauteur de leurs soubassements qui remontent au xiiie s.

3Deux salles du premier bâtiment ont été reconnues. Ces pièces de vie sont dotées de cheminées à soles constituées de tuiles en terre cuite posées de chant, rattachables aux xve et xvie s. La plus petite dessine une frise de triangles sur pointes, alors que la plus monumentale se compose d’une architecture mixte faite de moellons calcaires, en avant de l’âtre, et de tuiles mises de chant pour le foyer. À l’extérieur, les eaux pluviales et usées étaient acheminées, via un premier bassin, par une conduite maçonnée aboutissant à un puits sans fond, selon un système de puisard. Plusieurs fragments architecturaux remployés pour la construction du canal d’évacuation résultent de récupérations effectuées sur les bâtiments du quartier canonial lors de leur transformation à une date ultérieure. Au tout début du xviiie s., un appentis accolé au bâtiment condamne le puisard.

4Le second bâtiment est très mal conservé, en partie détruit par les dommages de la Grande Guerre et l’implantation de bâtiments civils durant l’entre-deux-guerres. Toutefois, les lambeaux de sols et vestiges associés (soles de cheminées, latrines…) illustrent des périodes d’occupations similaires aux structures précédemment décrites. Ces équipements attestant d’un certain confort suggèrent des lieux de résidence pour les chanoines. Un niveau de ­circulation, qui permettait de desservir ces bâtiments, reliait le parvis de la collégiale à une série de jardins clos, situés en bordure sud de la clôture canoniale. Cette chaussée a connu au moins trois phases d’aménagements en relation avec la restructuration progressive du quartier. Elle conditionna durablement la physionomie de ce secteur du xiiie s. jusqu’à la première guerre mondiale.

5Au nord de l’église, la fouille partielle du premier cimetière paroissial a permis la mise au jour de 177 sépultures, dont l’étude anthropologique est en cours. Les analyses 14C ainsi que le matériel céramique définissent une longue utilisation, s’échelonnant du ve s. au début du xixe s., période correspondant à la translation du cimetière communal à la périphérie de la ville. Les sépultures tardo-antiques se caractérisent par de grandes chambres funéraires à coffrage de bois. Leur sol est recreusé afin de recevoir un cercueil assemblé à l’aide de grands clous. Suit un hiatus de deux siècles durant lequel le site connaît un exhaussement important. Entre le ixe et le xiiie s., l’emploi de coffrages maçonnés, associés ou non à des dalles de couverture, coïncide avec la présence de tombes à fosses anthropomorphes. Les nombreuses occurrences d’épingles illustrent, pour toute la période médiévale, l’usage de linceuls. Dès le xvie s., l’utilisation du cercueil devient exclusive. Par ailleurs, des structures à vocation artisanale associées à un bâtiment maçonné semblent liées à la présence d’un premier édifice religieux remontant à l’époque mérovingienne qui s’intercale entre les deux premiers niveaux de cimetière.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Abords de la collégiale Saint-Piat »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 347.

Online-Version

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Abords de la collégiale Saint-Piat » [archäologische Miszelle],Archéologie médiévale [Online], 42 | 2012, Online erschienen am: 05 Juni 2018, abgerufen am 03 Juni 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/11197

Seitenanfang

Autor

Guillaume Lassaunière

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Guillaume Lassaunière

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Archéologie Médiévale

Seitenanfang
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals