Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
IV. - Sépultures et nécropoles
IV 1. — Opérations de terrain

Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Cécile de Seréville-Niel
p. 349-350

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles menées depuis douze ans à Saint-Pierre de Thaon se sont achevées en 2011. Depuis plusieurs années, la fouille du site a été entravée par des remontées d’eau intempestives liées à la présence de la nappe phréatique immédiatement sous-jacente à l’église. À partir de 2010, des pompes vide-caves ont été utilisées pour évacuer l’eau en continu et l’efficience de leur emploi validée. Au cours de cette ultime campagne et malgré la persistance des remontées d’eau, les couches archéologiques les plus basses ont pu être atteintes un peu partout jusqu’au niveau du sédiment naturel.

2La fouille et le démontage des dernières sépultures ont également permis d’effectuer des relevés complémentaires des éléments de bâti médiévaux et antiques déjà mis au jour et de préciser les observations stratigraphiques, dont la lecture était gênée par la présence des inhumations médiévales.

3Une recherche thématique sur les interactions physico-chimiques pouvant exister entre les cadavres et les contextes sédimentaires dans lesquels ces derniers ont été inhumés a été entreprise au cours de la fouille par une équipe de chercheurs anglais (Don Brothwell, Brendan Keely, département d’Archéologie de l’université de York, Helsington, Grande-Bretagne). Cette recherche vise à reconnaître les différences des types de décomposition selon les périodes et les modes d’inhumations pratiqués. Les analyses chimiques menées sur des échantillons prélevés dans les tombes peuvent en effet permettre de déterminer les mécanismes chimiques liés à la décomposition du cadavre, aux traitements thanatopraxiques antérieurs à l’ensevelissement et aux pratiques funéraires. Elles peuvent également mettre en évidence des restes de vêtements et de matières périssables parfois associés aux défunts, caractériser des régimes alimentaires, identifier les causes des décès, les maladies (carie, cholestérol) et la consommation de drogues (médicaments, stupéfiants…). Des carottages en divers endroits dans l’église ont également été effectués en collaboration avec des collègues du conseil général du Calvados (V. Hincker et C. Germain-Vallée) pour évaluer la profondeur des niveaux archéologiques subsistants avant d’arriver au niveau du sol naturel (40 à 60 cm entre la première travée et le chœur). Au-dessus du niveau naturel, une couche d’argile très compacte, noire, riche en humus et en matières décomposées, a été repérée en plusieurs endroits sur toute l’emprise interne de l’église actuelle. Le mobilier qu’elle renfermait (céramique et faune essentiellement) invite à rattacher sa mise en place à l’époque romaine (fin iie-ive s. ?) et évoque un contexte domestique.

4À l’issue de la campagne 2011, 437 individus ont été identifiés dans l’église avec de nombreux cas de sépultures réduites ou de défunts bouleversés par de nouvelles inhumations. Une quarantaine de sépultures supplémentaires ont été découvertes au cours de la campagne 2011, dont certaines présentant des gestes funéraires particuliers. Ainsi, une sépulture d’enfant située dans la première travée, sous la porte monumentale, a été perturbée par l’édification du portail du xie s. Les constructeurs de l’époque ont détruit la partie occidentale de la tombe, mais ont pris soin de rassembler le crâne et les os des membres supérieurs d’un côté, ceux du bassin et les fémurs de l’autre. Ils les ont ensuite tous placés au-dessus des os des jambes et des pieds encore en place et les ont protégés en réutilisant une des dalles du coffrage. Un autre cas assez peu fréquent a également été mis au jour et concerne l’inhumation simultanée d’une femme et d’un enfant dans une fosse étroite aménagée associant pierres et bois. Cette sépulture est située dans la deuxième travée, en limite de fouille, sous les fondations sud de l’église du xiie s., et semblerait même antérieure à l’édifice du xie s. Quelques individus, le plus souvent retrouvés perturbés et placés en réduction lors de la mise en place des sarcophages, pourraient être antérieurs au viiie s. Par ailleurs, deux niveaux d’installation de sarcophages ont pu être mis en évidence avec la superposition de deux cuves dans la quatrième travée.

5La présence d’éléments de bois très bien préservés s’est encore une fois vérifiée avec la fouille des dernières sépultures de la cinquième travée. Des prélèvements ont été réalisés pour permettre une étude ultérieure du mode de fabrication des cercueils au Moyen Âge.

6La présence de mobilier est excessivement rare. Parmi les objets associés aux sépultures, plusieurs pots à encens ont été observés dont un en place. Tous sont datés de la fin du xiiie-début du xive s. Pour les tombes antérieures au xe s., la présence d’objets funéraires associés aux squelettes pouvait être attendue. Toutefois, seule la sépulture d’un enfant de trois ans a révélé la présence d’un objet. Il s’agit d’une masse métallique correspondant vraisemblablement à un système de fermeture d’un coffre domestique réutilisé ici à des fins funéraires. Un autre individu, installé dans un cercueil lui-même placé dans un sarcophage, comprenait une grosse masse ferreuse informe dont la nature n’est pas identifiée pour le moment. Un dernier élément métallique a été retrouvé, engagé dans le mur sud au pied des escaliers d’accès à la nef. D’après sa radiographie, il pourrait s’agir d’une base de chandelier. Enfin, la campagne 2011 a mis au jour deux monnaies, l’une de la période antique (330-335 apr. J.-C.), l’autre est un denier tournoi du xive s., postérieur à 1304.

7Dans la travée sous clocher, une dernière intervention a permis de compléter et de vérifier les niveaux antiques avant le rebouchage final du site. La fouille de ce secteur a révélé un ensemble complexe de couches stratigraphiques, un mur effondré et un dallage datant probablement de la période antique, installé pour aplanir un niveau de circulation. Les restes d’une meule à grain en poudingue installée en remploi dans le dallage ont également été trouvés. Si de nombreux tessons de céramique domestique, commune, ont été recueillis dans les couches antiques, aucun élément statuaire ou votif n’a été découvert. De même, la rareté des monnaies (seulement deux), la présence de céramique usuelle, d’une meule en remploi, du « dallage » et de quelques nouvelles structures maçonnées vont probablement nous amener à revoir certaines des hypothèses présentées jusqu’ici, notamment sur la présence d’un fanum.

8Dans le chœur, une ultime sépulture de bébé a été mise au jour contre le chœur du xe s. et les relevés effectués permettent de mieux cerner les niveaux d’installation et de fondation des chœurs des xe et xie s. avec la mise en évidence d’un chœur trilobé médiéval. Un seul autre exemple de ce type d’architecture est connu en Normandie pour cette période, à Saint-Germain de Querqueville (Manche). Par ailleurs, un relevé systématique des mortiers a été effectué dans la nef et le chœur dans la perspective de réaliser une étude des modes de construction des édifices et pour éventuellement aider à restituer leur chronologie. En fin de chantier, une dernière structure, qu’il est difficile pour le moment d’associer à l’un ou l’autre des édifices identifiés jusqu’à présent, a été trouvée dans la première travée de la nef, engagée sous le mur ouest de l’église. Dans les différents secteurs de la fouille, les restes d’un système racinaire oxydé et matérialisé par des concrétions ferreuses a été trouvé dans les niveaux antiques. L’exploration des niveaux sous-jacents aux sarcophages, notamment celui qui était rattaché à la période antique dans la cinquième travée, a mis en évidence différents niveaux stratigraphiques antérieurs (notamment un dallage de petites pierres plates installé avant le xie s., mais postérieur aux niveaux antiques).

9Pour les périodes de la fin du Moyen Âge, deux nouveaux moules à cloche ont également été mis au jour (ce qui porte leur nombre à quatre au total dans la nef). Ces moules sont caractéristiques des xiiie-xive s. et remettent en question une bonne partie de la stratigraphie des sépultures installées dans les couches supérieures. Celles-ci seraient pour la plupart modernes (xvie-xviiie s.).

Thaon, église Saint-Pierre, plan général des structures.

Thaon, église Saint-Pierre, plan général des structures.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Thaon, église Saint-Pierre, plan général des structures.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile de Seréville-Niel, « Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 349-350.

Référence électronique

Cécile de Seréville-Niel, « Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11201

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile de Seréville-Niel

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals