Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
IV. - Sépultures et nécropoles
IV 1. — Opérations de terrain

Theil-Rabier (Charente). Église Sainte-Radegonde

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 351

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de réaménagement des abords nord et est de l’église Sainte-Radegonde de Theil-Rabier implique un décaissement des terrains contigus au mur gouttereau nord sur une profondeur maximale de 1,50 m qui se révélerait particulièrement destructeur tant pour le cimetière paroissial situé aux abords immédiats du lieu de culte que pour le maintien d’éventuels témoins associés à sa fondation puis son développement.

2Quatre tranchées de diagnostic perpendiculaires à l’église Sainte-Radegonde ont ainsi été réalisées, confirmant la présence de nombreux vestiges sur les pourtours de l’édifice. Deux types ­d’occupation peuvent être distingués.

3La première fut observée à l’est de l’église; elle révèle une aire funéraire qui semble se cantonner au chevet de l’église. Parmi les treize sépultures identifiées, onze sont localisées au sein de ce premier sondage (9 m²). Les deux autres semblent relativement isolées parmi les tranchées situées au NE. Ces inhumations sont scellées par un abondant remblai dont l’épaisseur atteint 1,20 m, qui précède probablement un décaissement important du terrain. Cet apport, assuré autour du xve s. d’après les données issues du mobilier céramique, marque un arrêt des inhumations sur cette partie du site. Par ailleurs, une probable gestion de l’espace funéraire a pu être mise en évidence au regard de la forte concentration des inhumations d’immatures (sept sujets identifiés). L’ensemble de ces sépultures apparaît entre 1 m et 1,20 m sous le sommet du couvert végétal.

4L’espace situé au NE, accueillant un ensemble de bâtiments au détriment de l’aire funéraire, a une vocation distincte de celle dégagée sur la partie orientale : seules deux sépultures ont été identifiées parmi les trois édifices découverts. Le maintien d’une ouverture, aujourd’hui condamnée au sein du mur gouttereau nord, implique une circulation effective depuis le xiie s. Toutefois, les indices issus du dégagement des différents niveaux de sols observés dans les bâtiments montrent une occupation effective depuis le bas Moyen Âge jusqu’au xviie s. Seule une démolition récente assurée dans les années 1990 a dégagé l’église de ce type d’occupation contiguë.

5Ni la fonction de ces bâtiments, dont la mise en œuvre diffère sensiblement, ni la relation entre chacun d’eux ne peuvent être précisées en l’état actuel des connaissances. L’existence d’un étage peut être attestée au moins pour l’un d’entre eux par la présence d’un escalier maçonné, mais elle ne révèle aucune organisation particulière. Quant aux sources documentaires, elles n’évoquent pas, à notre connaissance, de mention autre que celle strictement associée au statut d’église paroissiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Theil-Rabier (Charente). Église Sainte-Radegonde »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 351.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Theil-Rabier (Charente). Église Sainte-Radegonde » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11204

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals