Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
IV. - Sépultures et nécropoles
IV 1. — Opérations de terrain

Thouars (Deux-Sèvres). Église Saint-Médard

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 351-352

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1de l’îlot Saint-Médard (voir Archéologie médiévale, 38, p. 289-290) s’est poursuivi auprès de l’église, dont la façade romane est partiellement conservée. La nouvelle campagne fut réalisée de part et d’autre du clocher et de la façade. En dépit de son emprise limitée, elle a permis de dégager des informations majeures tant sur l’église Saint-Médard que sur les espaces voués aux inhumations.

2Ainsi, la présence d’un édifice antérieur à l’église romane peut être envisagée. Le maintien d’arases de maçonnerie utilisées comme assises pour l’élévation d’un parement interne distinct de la façade romane a été observé. Une telle mise en œuvre indique vraisemblablement que l’église, édifiée au cours du xiie s., s’installe à l’emplacement d’un édifice qu’elle supplante, dont il n’a toutefois pas été possible de préciser le plan dans le cadre limité de l’emprise de fouille. De même, l’impact des travaux liés à la période romane n’a pas pu être distingué en raison des restaurations massives réalisées au xve s. et dans la seconde moitié du xixe s. Cette première grande campagne de travaux se développe au sein de la nef alors entièrement reprise ; elle se traduit notamment dans la partie occidentale de l’église par un arasement complet des niveaux de sols complété par un remblaiement massif de l’espace.

3Autre ajout de taille, le clocher est apposé contre la première travée nord de l’église vers la fin du xve s. Sa construction, assurée au moyen d’une tranchée particulièrement large, limite d’autant la préservation potentielle de niveaux archéologiques antérieurs. En revanche, le rez-de-chaussée de l’édifice est aménagé dès le xvie s. par l’installation d’un sol en tomettes. La préservation d’un foyer pérenne dans l’angle NO du bâtiment participe d’un aménagement de confort, suggérant une possible utilisation résidentielle. Progressivement abandonné, il est utilisé comme ossuaire avant la construction, au cours du xixe s., d’un nouveau niveau de sol en dalles calcaires partiellement préservé de nos jours.

4Les travaux du xixe s. sont limités à la façade extérieure de l’église. L’absence d’étude de bâti n’a pas permis d’appréhender l’ampleur de cette restauration sur le bâtiment. Toutefois, l’observation des fondations montre que l’ensemble de la façade fut reprise en sous-œuvre, limitant d’autant la lecture des relations avec les niveaux d’occupations contigus au massif occidental de l’église.

5En plus de ces données liées à la construction de l’église, les différentes tranchées de la fouille ont permis de dégager trois espaces distincts voués aux inhumations, rassemblant près de 75 sépultures. La fouille des parties extérieures à l’église rend compte du maintien probable du cimetière depuis la période médiévale jusqu’au xve s. Seule la partie intérieure de l’église a conservé sa vocation funéraire probablement jusqu’à la première moitié du xviiie s., quand intervint le déplacement du cimetière en dehors de la ville (1747).

6Les neuf niveaux de circulation successifs aménagés en cailloutis au nord de l’église montrent que l’espace funéraire demeurait probablement ouvert, motivant l’entretien permanent de cheminements. Le cadre de l’intervention n’a pas permis d’appréhender l’ensemble de la stratigraphie funéraire ; toutefois, des variations dans l’architecture des tombes se distinguent très nettement entre les différents niveaux de sépultures dégagés. Si l’emploi de coffrages mêlant plaques de calcaire et de schiste semble récurrent pour les niveaux les plus anciens (xiie-xiiie s.), pour les inhumations observées aux xive-xve s., c’est l’absence de contenant qui prédomine.

7Cette observation vaut également pour les sépultures partiellement dégagées au devant du portail occidental où différents modes d’inhumation ont pu être distingués depuis le xiie jusqu’au xve s. (sarcophages en tuffeau, coffres maçonnés en pierres sèches, pleine terre, cercueils en bois, etc.). De même, la présence de vases funéraires fut fréquemment observée parmi ces sépultures, certains conservant encore une partie de leur contenant. Toutefois, cet espace se distingue de la partie située au nord de l’église par l’absence d’aménagement voué à une quelconque circulation. Ce lieu constitue pourtant l’accès privilégié à l’église. Cette situation particulière a pu motiver la tenue régulière d’un seul niveau de circulation non identifié dans le cadre de l’opération.

8Les zones situées de part et d’autre du portail occidental n’ont pas livré de sépulture étant donné l’apposition de quatre bâtiments pourvus de caves contre la façade de l’église. Édifiés au cours du xvie s., ils bénéficient d’une documentation iconographique qui permet d’identifier une série d’échoppes. Celles-ci sont détruites vers le milieu du xixe s., comme l’indiquent les remblais de démolition qui participaient au comblement des caves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Thouars (Deux-Sèvres). Église Saint-Médard »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 351-352.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Thouars (Deux-Sèvres). Église Saint-Médard » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11205

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals