Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
IV. - Sépultures et nécropoles
IV 1. — Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). Rue Charles Gille

Responsable d’opération : Philippe Blanchard
p. 352-353

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1La réalisation de la première ligne de tramway de l’agglomération tourangelle est à l’origine d’une opération de fouille dans la rue Charles Gille. Principalement motivés à l’origine par la localisation d’une nécropole antique, les travaux ont finalement révélé un espace funéraire médiéval insoupçonné, dans un secteur de la ville considéré pour la période comme extra-muros et éloigné de tout lieu de culte connu. En effet, hormis une léproserie située à 250 m plus au sud, aucun cimetière n’est recensé dans cet espace périphérique de la cité médiévale.

2Contraintes par l’aménagement linéaire à l’origine des travaux dont la largeur n’excédait pas 2 m, les surfaces d’observation pour ces structures funéraires sont très restreintes. Au total, un petit secteur de 12 m² a pu être fouillé en intégralité et a livré les restes d’au moins 35 individus dont certains se recoupent. Dans quelques cas, le caractère simultané des dépôts est fortement soupçonné, avec d’éventuelles sépultures doubles à quadruple. Les recoupements de fosses indiquent toutefois assez clairement que l’ensemble des inhumations mises au jour ne sont pas toutes contemporaines.

3L’horizon chronologique comprenant ces sépultures reste incomplet car les datations 14C tentées sur les sépultures les plus anciennes ont échoué à neuf reprises (absence de collagène). En revanche, les deux analyses 14C portant sur les individus les plus récents ont révélé le xive s. comme intervalle des décès.

4L’hypothèse privilégiée pour le moment est celui d’un secteur réservé pour l’inhumation de victimes liées à des crises de mortalité. Dans ce postulat, des épisodes épidémiques successifs sont envisagés car les squelettes mis au jour ne présentent aucune lésion osseuse caractéristique de violences interhumaines. Tenant compte de la datation des derniers niveaux d’inhumations, l’hypothèse de la Peste noire (1347-1351) est avancée en attendant une éventuelle confirmation par des analyses en paléobiochimie moléculaire actuellement en cours.

5La proximité de la léproserie Saint-Lazare n’est peut-être pas fortuite mais il est assuré qu’aucun des individus mis au jour n’était porteur de cette maladie car aucune manifestation de celle-ci n’a été identifiée sur les ossements. Dans ce cas, il est possible que des terrains appartenant à la maladrerie aient accueilli des défunts issus de la ville et rejetés hors de celle-ci pour différentes raisons qui nous échappent (gains de place, peur de la contagion…). Cet espace funéraire indique peut-être aussi la proximité d’un établissement d’accueil temporaire (le temps d’une crise) qui trouverait une place plus légitime, à peu de distance de la léproserie, et constituerait ainsi un pôle d’accueil et d’assistance à des malades d’origines diverses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Blanchard, « Tours (Indre-et-Loire). Rue Charles Gille »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 352-353.

Référence électronique

Philippe Blanchard, « Tours (Indre-et-Loire). Rue Charles Gille » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11207

Haut de page

Auteur

Philippe Blanchard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Blanchard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals