Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V B1. — Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier

Responsable d’opération : Florian Téreygeol
p. 361-362

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le site de Castel-Minier regroupe à la fois des installations liées à la production de l’argent et des unités de production du fer. Ce regroupement tient de l’opportunisme technique autant que d’une volonté de maximisation des profits. La chronologie, qui s’affine d’année en année, met en lumière un début d’exploitation des gisements d’argent dès le xiie s. L’activité minière perdure jusqu’au xve s. L’importance de la production de métal blanc et son rôle prépondérant dans l’économie monétaire médiévale expliquent assez bien que le vicomte de Couserans ait installé une fortification sur le lieu qui justifiera tardivement le nom donné au site : Castel-Minier (première occurrence xviie s.). Le château est visiblement occupé et entretenu tant que dure la mine. Sur cet ensemble vient se surimposer très rapidement la métallurgie du fer. Bénéficiant d’un système d’échange inter-vallée « minerai de fer contre charbon de bois » dont la première trace écrite remonte à 1347-1348, les hommes de Couserans vont, dès le xiiie s., installer une forge à bras sur les flancs du château. Elle doit à la fois répondre au besoin en outils pour la mine et, peut-être, créer des excédents commercialisables. La fouille de cette forge castrale particulière éclairera ce point. Cette unité de production évolue ensuite vers la mise en place d’une mouline dont l’état terminal a été au centre de la fouille programmée 2009-2011. Le moment de l’abandon de cet appareil est maintenant assez précisément daté grâce à la dendrochronologie et aux archives : 1549-1580. La mouline de Castel-Minier se compose d’une séquence complète éclairant la production du fer depuis le minerai jusqu’au semi-produit. En suivant la chaîne logique de production, nous avons mis au jour des fours de grillage, un four de réduction et sa soufflerie hydraulique, des foyers d’épuration et une enclume de pierre et, enfin, un lourd marteau hydraulique. L’ensemble s’organise autour d’un canal d’amenée d’eau qui est la colonne vertébrale du site. Ces structures de production sont accompagnées des produits et déchets métallurgiques dont l’étude est en cours. Un lourd programme d’analyse des déchets a été mis en place. Il a impliqué aussi bien des archéologues que des géophysiciens et des chimistes. Il a nécessité de peser, laver et trier plus de 10,3 tonnes de sédiments. Outre des développements méthodologiques, ce travail permet d’obtenir une lecture fine de ces accumulations de déchets en termes de quantité produite, d’origine des matières premières et d’évolution des processus techniques sur le long terme.

2Le développement de la fouille a permis de montrer que la mouline dans son état terminal prenait place sur une plateforme artificielle édifiée au xve s. Le remblaiement volontaire pour fonder cette installation hydraulique a eu pour conséquence la conservation d’un état antérieur daté des xiiie-xive s. Ces niveaux restent à fouiller mais la découverte de constructions et de déchets liés cette fois à la métallurgie de l’argent permet de poser l’hypothèse d’une fonderie d’argent existant sous la mouline. Dans la partie haute du site, sous le réservoir d’eau de la forge, nous avons commencé de mettre au jour un bâtiment indubitablement industriel auquel est associé du mobilier lié à la chaîne de production de l’argent. Dans la partie basse du site, la fouille intégrale du ferrier a également conduit à mettre au jour un ancien canal hydraulique ainsi que des bases de murs et des niveaux riches en matériel lié à la métallurgie des non-ferreux. Ces découvertes très prometteuses posent d’ores et déjà la question de la nature des minerais exploités sur ce site. Alors que, sur la base des informations géologiques disponibles, la mine est donnée pour produire du plomb et de l’argent, nous avons pourtant collecté plusieurs exemplaires archéologiques de cuivre gris. La présence de ce type de minerai fortement argentifère pourrait éclairer sous un nouvel angle le conflit pour la propriété de la mine qui opposa les exploitants au seigneur de Comminges dans les années 1319-1349.

Aulus-les-Bains, Castel-Minier, vue générale du marteau hydraulique et de ses fondations en bois.

Aulus-les-Bains, Castel-Minier, vue générale du marteau hydraulique et de ses fondations en bois.

Cl. J. Heckes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aulus-les-Bains, Castel-Minier, vue générale du marteau hydraulique et de ses fondations en bois.
Crédits Cl. J. Heckes
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 361-362.

Référence électronique

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11235

Haut de page

Auteur

Florian Téreygeol

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Téreygeol

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals