Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V B1. — Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Huez (Isère). Brandes

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître
p. 362-364

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1À partir de milieu des années 1990, les campagnes de fouilles ont été centrées sur l’extrémité occidentale de l’agglomération de Brandes, dans le cadre d’un programme sur l’usage de l’eau dans une grande entreprise minière médiévale. L’agglomération est limitée, à l’ouest, par une des trois canalisations majeures – C1 – le long de laquelle ont été implantées des structures liées au traitement minéralurgique du plomb argentifère.

2Un chemin moderne coupe en deux le quartier industriel et les campagnes successives ont d’abord porté sur les aménagements situés en amont de ce chemin et, depuis 2006, en aval. L’étude des structures amont a mis en évidence les installations de broyage du minerai, par des meules mues par l’énergie hydraulique, dans le chenal même de la canalisation. En rive gauche, étaient conservés un ensemble de bassins de lavage du minerai et trois bâtiments très détruits, dont la fonction reste hypothétique.

3La fouille du secteur aval – B 116 – a livré une nouvelle série de structures de lavage, ce qui porte actuellement à 35 le nombre de bassins mis au jour à Brandes. Par ailleurs, des éléments de trois édifices ont été retrouvés, sans que l’on puisse en déterminer la fonction.

4À partir des structures, des outils et des déchets, les opérations de broyage et lavage du minerai ont fait l’objet d’une étude fine dont les résultats ont été publiés.

5La situation topographique du secteur B 116 posait de nombreuses questions. Il est limité à l’est par la source Font Morelle dont il occupe la rive droite et, au nord, par le chemin moderne qui coupait la liaison avec la partie aval de la canalisation C1. Plusieurs tranchées avaient été ouvertes, en 2008, afin de retrouver l’évacuation de l’important flux d’eau de C1, sans résultat; cette dernière ne pouvait pas se déverser en ligne droite sur les aménagements de B 116.

6L’objectif principal de la campagne 2011 a donc été de relier les secteurs B 116, au sud, et au nord B 105 et B 117, en supprimant le chemin moderne. Le nouvel espace a été enregistré sous le numéro B 124.

7L’organisation du quartier et sa chronologie relative sont désormais mieux caractérisées. Du point de vue de la chronologie, ce qui apparaissait en 2010 a été confirmé. Le secteur B 116 a connu plusieurs phases d’occupation avec des reconstructions partielles de structures. La portion immédiatement au contact de la source Font Morelle a accueilli les premiers rejets de travail, stockés dans des fosses creusées dans le paléosol. Puis les aménagements se sont étendus et diversifiés. Un important réseau d’assainissement a été mis en place sur le flanc ouest du secteur, avec le creusement de chenaux et de caniveaux puissants. Ces aménagements convergeaient vers la limite SO du secteur et un vaste dépotoir y a été fouillé. Grâce à l’humidité des sols, les matières organiques y étaient bien conservées : chaussures, poils, tissus, mais aussi céramiques, ossements animaux, bois, macrorestes, etc.

8L’ouverture du secteur B 124 a répondu à la question du débouché du flux de C1 : l’eau est guidée, par un dispositif fait de très gros blocs de pierre, vers la source Font Morelle qu’elle contribue à alimenter. Par ailleurs, deux édifices ont été découverts à l’ouest de C1, au contact du chemin moderne. L’agglomération peut se prolonger à l’ouest de la canalisation, ce qui est une donnée nouvelle et place la mise en œuvre de cet aménagement hydraulique postérieurement au fonctionnement des deux bâtiments.

9Au terme de la campagne 2011, la source Font Morelle, initialement cantonnée au rôle de pourvoyeuse d’eau potable pour les habitants du village, change de statut et devient un élément essentiel dans le fonctionnement du quartier industriel. Dans les années 1960, des meules se trouvaient dans son lit et plusieurs bassins de B 116 étaient alimentés en eau par des caniveaux prenant l’eau dans la source. Un sondage ouvert en 2009 – B 121 – a mis au jour des murs puissants, contenant des niveaux importants de haldes et une meule à minerai s’y trouvait également, bien qu’en position secondaire. C’est pourquoi, la nouvelle programmation 2012-2014 sera centrée sur l’étude de la source et de ses aménagements et fera le lien spatial avec le quartier industriel fouillé en rive gauche de la source, dans les années 1981-1985.

Huez, Brandes, plan du quartier industriel.

Huez, Brandes, plan du quartier industriel.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Huez, Brandes, plan du quartier industriel.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître, « Huez (Isère). Brandes »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 362-364.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, « Huez (Isère). Brandes » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11236

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals