Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V B1. — Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria

Responsable d’opération : Bruno Ancel
p. 365-366

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1La Minière de Vallauria est le cadre, depuis 2009, d’un programme d’étude et de mise en valeur piloté par l’association Neige & Merveilles qui gère ce site reconverti en centre d’hébergement et d’animation. Ce gîte minéralisé en plomb, argent et zinc, a fait l’objet d’une importante exploitation au Moyen Âge, puis à l’époque moderne de 1758 à 1930.

2L’exploitation médiévale démarrait à ciel ouvert sur l’affleurement, vers 1 540 m d’altitude. Le relevé au 1/100 de cette partie de la mine, aujourd’hui en grande partie effondrée, laisse entrevoir l’allure originelle des entrées médiévales, l’ancienneté de l’effondrement et les efforts consentis pour vaincre cet obstacle, lors de la reprise d’exploitation au xviiie s.

3Le ravin en contrebas de l’affleurement était pressenti comme étant comblé de déblais anciens. Les premiers sondages montrent au contraire des dépôts localisés dans la partie centrale du ravin. La partie supérieure est envahie par de gros blocs morainiques, consécutifs au glissement du versant; la partie inférieure a été détruite au début du xxe s. pour fournir du remblai lors de l’agrandissement de l’établissement minier. À la limite du talus de ce ravin, des structures modernes sont mises en évidence. Elles peuvent correspondre aux premiers bâtiments de la reprise du xviiie s., utilisés comme poudrière par la suite.

4Le nouveau relevé, étendu au réseau souterrain ancien et moderne, n’est pas encore achevé, mais il permet déjà d’appréhender la complexité des remplissages de la cavité (déblais d’abattage par le feu, en place ou remaniés, remblais et aménagements modernes) et d’orienter les futurs sondages souterrains.

5Les premiers sondages dans la galerie San Felice font apparaître des reliques du sol compacté ancien et des comblements plus récents (remblais et colluvions). La partie ancienne, ouverte par le feu, d’un gabarit exceptionnel (4,50 x 4 m), est une tentative avortée de créer un niveau de drainage, à 10 m sous l’affleurement. Cette galerie d’exhaure a été abandonnée au bout de 15 m. Néanmoins, un montage latéral est entré en jonction avec la base des travaux issus du jour et les a drainés sur 5 m de hauteur. Les sondages montrent également l’existence d’un caniveau en pierre, probablement du xixe s.

6La recherche documentaire sur la période moderne est presque achevée. L’histoire complexe de l’exploitation peut être divisée en une quinzaine de phases. Les découvertes inédites faites aux archives de Turin montrent l’importance de la phase xviiie s. (1758-1794).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Ancel, « Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 365-366.

Référence électronique

Bruno Ancel, « Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11243

Haut de page

Auteur

Bruno Ancel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Ancel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals