Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V B2. — Carrières, mines et métallurgie : prospections

Saint-Laurent-le-Minier (Gard). District minier d’Hierle

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître
p. 366-367

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le district d’Hierle compte aujourd’hui près de 70 sites – entrées de mines donnant accès à des réseaux développés complexes et haldes. Le secteur Petra Alba 4 a permis de fouiller deux carreaux miniers. Cet ensemble est concentré sur un territoire réduit, dans un rayon de 1 km au nord du bourg de Saint-Laurent-le-Minier. Plusieurs sous-secteurs ont été définis, chacun d’eux comportant des sites majeurs. Tous ces chantiers ont été exploités entre le xie et le xve s. et n’ont jamais été repris depuis. Le milieu souterrain étant propice à la conservation des matières organiques, les aménagements intérieurs sont conservés. Les sources écrites apportent un éclairage essentiel à la compréhension de ce petit district. La charte d’Hierle, datée de 1227, rappelle un code ancien, probablement du xiie s., contemporain des premiers codes miniers attachés aux grands districts germaniques et italiens. Le minerai extrait est un cuivre gris, ce qui ajoute à l’intérêt de cet ensemble car il témoigne de l’exploitation, tôt dans le Moyen Âge, du cuivre argentifère.

2La campagne 2011 a été principalement centrée sur la préparation d’une monographie. Le travail entrepris depuis quelques années par l’équipe de spéléologues/archéologues a été poursuivi : reprise de l’ensemble des réseaux connus afin d’en préciser la topographie souterraine et le géoréférencement en surface.

3C’est le secteur dit « Mas du Pré » qui a été le principal objet de la campagne 2011. Prospecté et topographié au début des années 1980, l’ensemble a été repris, précisé et complété. Neuf entrées étaient connues, on en dénombre désormais 13. Une prospection a été menée sur la colline, jusqu’à la crête, ce qui a permis d’ajouter quatre nouveaux sites confirmés. Une réflexion globale sur l’ensemble Mas du Pré montre que des filons parallèles ont été exploités selon un schéma parfaitement structuré et que les travers-bancs (galeries de circulation) sont régulièrement espacés. Une confrontation avec les prescriptions de la Charte d’Hierle est en cours. Le site Mas du Pré 13, découvert en 2011, est un front de taille à ciel ouvert, et la plateforme qui se développe en avant de la paroi rocheuse est très certainement un carreau minier majeur pour l’ensemble des chantiers d’abattage du secteur. Le chemin qui va du bourg de Saint-Laurent à la crête dessert l’ensemble des vestiges – puits au jour comblés, entrées de galeries et haldes – qui s’organisent de part et d’autre de cet axe.

4Une collaboration a été engagée avec l’université de Montpellier 2, dans le cadre du master géosciences. La carte 
géo­logique Le Vigan n° 937 n’indique aucune minéralisation là où les prospections archéologiques ont permis de recenser un vaste ensemble de vestiges miniers médiévaux. Il était, par conséquent, nécessaire de lever une carte plus précise sur cette zone particulière et d’en étudier le contexte géologique en surface et sous terre, à partir des galeries de circulation et des chantiers d’abattage.

5Parallèlement aux opérations de terrain, la recherche documentaire se poursuit, en particulier sur la puissante famille des Anduze-Sauve. Par ailleurs, une thèse s’engage (université de Limoges) sur « Mines, peuplements et pouvoirs dans les Cévennes médiévales » ; le terrain concerné correspond au Vivarais, au Gévaudan et à l’Uzège. Le district d’Hierle sera inclus dans le territoire défini pour cette thèse, à titre de comparaison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître, « Saint-Laurent-le-Minier (Gard). District minier d’Hierle »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 366-367.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, « Saint-Laurent-le-Minier (Gard). District minier d’Hierle » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11246

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals