Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V B3. — Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s., (bilan 2009-2011).

Responsable d’opération : Pierre Fluck
p. 368-370

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Cette fin de programme pluriannuel confirme avec éclat les résultats précédents : l’Altenberg – cette région minière à Cu-Pb-Ag qui s’étend sur quelques km2 – représente un laboratoire naturel d’étude de sept siècles d’extraction et de métallurgie de l’argent à peu près continus.

2Globalement ont été réalisés, en six années, 20 sondages ou populations de sondages, 2 prospections, 9 prospections géophysiques, 1 prospection géochimique, 4 fouilles, 7 investigations souterraines, 1 couverture aérienne « laser scanning », 1 opération d’archéologie expérimentale, 3 recherches en archives, auxquels s’ajoutent les nombreux protocoles d’analyses sur les matériaux recueillis.

3Aucune interruption durable n’affecta l’activité extractive. Tout au plus pouvons-nous, dans la longue durée qui précède le véritable décollage des années 1520, détecter quelques « pics » de plus grande activité, autant de jalons de l’histoire. La figure représente le diagramme chronologique synthétique, assemblage de l’ensemble des données obtenues pour l’essentiel par la méthode du 14C, accessoirement par thermoluminescence ou par dendrochronologie. Il importe de relever que seulement 5 % du potentiel archéologique de cette région a fait l’objet d’investigations. Le diagramme ci-dessous est à manipuler avec précaution, les segments indiquant non pas des continuités, mais des marges d’incertitude. Néanmoins, on peut y lire que différents groupes à la fois chronologiques et géographiques paraissent se dégager, une liste évidemment tributaire du choix quelque peu intuitif qui a été fait des opérations de fouilles et de sondages. Ce bilan est donc l’occasion d’une petite rétrospective historique qui éclaire les grandes étapes de l’évolution des techniques d’extraction et de traitement des minerais à l’Altenberg entre le xe et le xvie s.

  1. L’époque des puits (xe s.). Dès l’époque du moine Blidulphe venu s’installer là en 938, plusieurs centaines de puits s’égrènent à l’affleurement des filons. Leur « déploiement » dut s’opérer rapidement, comme une réaction en chaîne. Des investigations en mine ont permis d’aboutir sous ces alignements de puits : les filons s’y sont révélés très fortement excavés sur des hauteurs de l’ordre de la centaine de mètres. Il n’est pas question de galeries ou puits réglés.
  2. L’époque des premières galeries. Dès avant le tournant de l’an Mil, l’exploitation en vient à se structurer autour de galeries disposées plus bas dans le relief, à la rencontre des filons préalablement attaqués par leurs crêtes, qu’elles s’apprêtent à « sous-caver ». Le travers-bancs s’impose, c’est le cas de la galerie ovoïde dite « de l’œuf » datée à 2 σ de l’intervalle 936-1020 (datation sur charbons dans la couche inférieure de la halde), ou de celle dite « Patris », des années qui suivirent 1014 (dendrochronologie). Une autre galerie de la charnière xiie-xiiie s. se projette non loin d’un carreau minier récemment sondé, qui hébergeait une maison en bois détruite par le feu (début xiie s.).
  3. Les premières fonderies. Sur les « carreaux » de ces différentes galeries et peut-être en d’autres lieux s’édifient une cohorte de fonderies (à ce jour, une dizaine recensées). Elles se signalent par des concentrations de scories noires riches en fayalite. Trois d’entre elles ont fait l’objet de fouilles extensives (Pfaffenloch, carreau Patris, Charlotte). Toutes ont été datées du xie s. mais certaines paraissent s’installer dans la durée. Nulle part elles n’ont livré de véritables fours, tout au plus de simples aires rubéfiées, pour le grillage et peut-être la fonte, parfois légèrement enfoncées dans le sol.
  4. Les secondes fonderies. À l’écart de l’Altenberg (à Échery), une fouille mit au jour une importante fonderie au fonctionnement polyphasé. Dans ses débuts (seconde moitié xiiie s.), elle fait le choix de s’écarter des filons pour se localiser au voisinage d’un axe hydraulique. L’innovation est hardie. De par sa situation, l’établissement pourrait bien « mutualiser » les minerais en provenance de plusieurs exploitations de l’Altenberg (une seconde fonderie, encore mal datée, a pu être localisée en 2011 en position de piémont). Une seconde phase d’activité de la fonderie d’Échery (xive s.) est marquée par des restes de maçonneries, du mobilier important (céramique de poêle et culinaire, fragments de tuyères) et d’abondants résidus industriels.
  5. La révolution de l’hydraulique et les protolaveries. Au milieu du xive s., on observe une petite révolution technique, d’abord marquée par le percement d’un canal d’altitude en vue d’actionner une machinerie de pompage dans un puits de grande dimension. Ce même canal est utilisé plus loin pour des opérations de lavage qui ont laissé dans d’énormes vasques des piles de sédiments. En contrebas, la vieille fonderie de Pfaffenloch renaît de ses cendres. En ce lieu, le crassier à scories se révèle entrecoupé de discrètes passées de sables et limons. Celles-ci traduisent des premiers essais de concassage manuel des minerais. Cette seconde mutation intervient dans des ateliers que nous avons appelé « protolaveries ».
    Au four, ce minerai génère des scories quasi vitreuses. La fonderie Charlotte, qui renaît à son tour durant le second xve s. après 400 ans d’inactivité, reste fidèle à l’ancien procédé. Durant un quart de millénaire (1250-1500), l’Altenberg se révèle ainsi un lieu unique où observer la promiscuité d’initiatives innovantes et de niches d’inertie.
    L’histoire des protolaveries nous conduit dans le xve s. si longtemps considéré comme un désert économique pour le Val d’Argent. Dans la partie la plus centrale de l’Altenberg, une série de sondages (2011) a révélé la discordance entre des couches de halde datées de la seconde moitié du xve s., entrecoupées de gangues issues de concassage manuel, et des couches de décantation de vasques de lavage de la charnière xve/xvie sur lesquelles une étude sédimentologique, minéralogique et chimique est en cours.
  6. Les galeries à la fin du Moyen Âge… et le retour aux sources. Dans une mine appelée « Vieux Rimpy », une galerie percée au feu a pu être datée de la première moitié du xve s. grâce à la suie qui recouvrait les parois. Une nouvelle approche de nature onomastique s’est également imposée, s’appuyant sur le constat de l’absence d’interruption véritable entre le Moyen Âge et le grand décollage du début du xvie s. Des appellations de mines « Renaissance » qui sortent du champ religieux (comme la Licorne, le Cep de Vigne, le Sapin Vert, la Pierre, le Griffon, le Four) pourraient ainsi représenter des « épaves toponymiques ».
  7. La charnière des xve et xvie s. Le dernier changement technique, à la charnière des xve et xvie s., réside dans le remplacement du concassage manuel par le bocardage hydraulique, qu’est venue accompagner une nouvelle génération de fonderies : on se projette dès à présent dans le système technique si bien dépeint par Biringucio puis Agricola. Nous avons mis en évidence (2010) un tel site dans le bas du village de Fertrupt à la terminaison septentrionale de l’Altenberg. Fleuron dans les installations de l’époque de la « flambée » (années 1520-1530), la fonderie d’Échery désormais seigneuriale est édifiée en 1530 par l’archiduc d’Autriche et le seigneur de Ribeaupierre sur les ruines de ses deux premières époques. La fouille en a livré une partie, mais surtout, elle est éclairée par des documents d’archives d’une profusion de détails techniques tout à fait exceptionnelle.

4Les datations obtenues ont totalement gommé le paradigme, traditionnellement avancé par les historiens, d’une formidable lacune à la fin du Moyen Âge. La porte est ouverte pour la contemplation d’une frise chronologique qui s’articule sur une durée de 700 ans. Dès à présent, l’enjeu de la recherche se précise : mettre en adéquation les différentes phases successives de cette industrie minière avec les événements qui ont pu marquer l’histoire locale (comme le passage d’une économie monastique à une économie seigneuriale, l’affirmation des sires d’Échery, la construction de leur château…) ou régionale (l’essor des ateliers monétaires…) au cours du Moyen Âge, comme aussi avec l’organisation des districts miniers à l’échelle du Rhin supérieur. Pour 2012-2014, nous envisageons d’étendre ce PCR à une échelle régionale. En particulier, nous envisageons de confronter les données isotopiques du plomb contenu dans les scories de différents sites miniers – dont l’Altenberg – à des compositions de plombs architecturaux dans des monuments datés de la plaine rhénane. Deux thèses nouvelles (rentrées 2010 et 2011) accompagnent et complètent d’ailleurs ce programme, l’une dans le domaine des sources, l’autre dans celui de l’archéologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Altenberg.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s., (bilan 2009-2011). »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 368-370.

Référence électronique

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s., (bilan 2009-2011). » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11249

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals