Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V C1. — Autres installations artisanales : opérations de terrain

Brissay-Choigny (Aisne). La Prélette ; Vendeuil (Aisne). Le Clos du Moulin

Responsable d’opération : Denis Maréchal
p. 370-371

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic s’inscrit depuis 2002 dans la continuité de la surveillance de cette carrière située dans la haute vallée de l’Oise, en amont de La Fère (Aisne). La surface investiguée couvre un peu plus de 7,73 ha. Deux blocs de parcelles sont concernés, distants l’un de l’autre de 120 m au plus près. Une partie des terrains est située en bordure de l’Oise, sur des points hauts (54,9 m NGF). La majorité des parcelles se place néanmoins dans des zones basses (53,6 m NGF), inondables, où alternent buttes et paléochenaux.

2Afin de disposer d’une lecture exhaustive dans les trois dimensions, le recours aux sondages profonds systématiques, espacés de 15 à 20 m, est indispensable car la profondeur moyenne d’apparition de la grave est de 2,50 m. Près de 5 % de la surface accessible ont été sondés. Entre neuf et vingt-une strates ont été observées. Les sédiments qui colmatent les séquences sont, dans les parties supérieures, des limons brun orangé avec une teneur en particules argileuses plus ou moins élevée. Dans les niveaux inférieurs, on observe des niveaux plus argileux. Certaines strates très argileuses, denses et de couleur bleue, ressemblent à des gleys. Des niveaux de tourbe, de 20 à 30 cm d’épaisseur maximum, ont pu être observés dans la continuité de ceux perçus en 2009, mais également à quelques dizaines de mètres d’un bord du bras de l’Oise actuel. Des couches de sable très fin, mêlé à des poches argileuses, se calent fréquemment au-dessus de la grève. Pour cette dernière, la profondeur d’apparition oscille entre 0,70 m et 4,20 m.

3Les vestiges anthropiques se dispersent sur la quasi-totalité de l’emprise. Les plus anciens se rapportent à des niveaux proto­historiques situés à 1,10 et 1,60 m de profondeur. Dans le plus récent, daté du Hallstatt, des dépôts d’os brûlés d’animaux, très fragmentés, ont été observés ponctuellement.

4Dans les chenaux, plusieurs éléments sont liés à des « pêcheries ». Onze sondages ont livré 115 piquets ou pieux, dont seulement dix étaient horizontaux (réutilisés comme semelles ?). Leur diamètre moyen est de 5 cm et leur cote d’apparition oscille entre 1,10 et 2,65 m de profondeur, avec une moyenne à 1,75 m (1,50 m en 2010). Les essences relevées appartiennent à des bois tendres ; quelques pieux sont en chêne. Il y a peu de refendus. La majorité est taillée en double biseau, opposé sur les pieux et se juxtaposant sur les piquets. Dans trois cas, il y a une association directe avec des lests. Les 67 dégagés, tous en calcaire, proviennent de seize contextes. Leur profondeur d’apparition moyenne est de 1,69 m (pour 1,65 m en 2010). Les poids s’échelonnent de 0,37 à 3,14 kg, la moyenne étant de 0,52 kg. La plupart sont encochés, quelques-uns sont rainurés et plus rarement perforés. La datation de ces installations reste délicate en l’absence du moindre tesson. Le contexte et les précédents diagnostics suggèrent une datation des xve-xvie s. Dans un des sondages, à 1,50 m de profondeur, une nasse presque complète a été dégagée. Sa longueur totale est de 1,20 m et sa largeur maximale de 0,27 m. Elle pourrait dater de la même période.

5Dans cette zone basse de chenaux, nous avons aussi deux probables aménagements de chemins qui traversent les zones humides. L’un apparaît sous 1,50 m de sédiments. Il est sableux et large de 2,20 m. À l’endroit d’un passage humide, il est probablement constitué d’un remblai de déchets du travail du bois (des planchettes). 20 m plus loin, il est bordé de deux fossés qui servent peut-être à drainer une autre zone marécageuse. À 400 m à l’est, l’aménagement consiste en un remblai de craie épais de plus d’un mètre, renforcé par des pieux en chêne refendus. Entre 2 et 3 m de profondeur, les sondages contigus livrent des épaisseurs moindres, mais qui impliquent une surface aménagée de plus de 1 200 m2. Le fait de border, à moins de 20 m, le cours actuel de l’Oise incite à y percevoir un possible passage à gué. Il n’y a pas de mobilier permettant une attribution chronologique.

6Enfin, près du premier chemin, à 1,70 m de profondeur, un empierrement sommaire de blocs de craie a été mis en évidence. Perçu sur plus de 8 m de long et large de 1,30 m, il décrit un début de légère courbe. Localisé sur la pente d’une petite butte, il pourrait s’agir d’un renfort de berge. Les rares tessons trouvés juste au-dessus de cette couche semblent dater des xve/xvie s.

7Par ailleurs, le prolongement de l’habitat du xviie s., dégagé en 2009, a été suivi sur une surface estimée de 500 m2. Le niveau limoneux contient une forte densité de particules calcaires et du mobilier détritique (céramique, faune, marteau…). Un liard de France du xviie s. confirme les datations obtenues par les céramiques. Cet habitat est situé sur un point culminant, à moins de 50 m du cours actuel de l’Oise; les anciennes berges de la rivière sont visibles à 25 m des berges actuelles. Est-il lié au passage sur l’Oise ou à une simple ferme?

8Les résultats de cette campagne s’intègrent donc parfaitement dans le prolongement de ceux des années précédentes. Ils mettent en valeur plusieurs types d’aménagements en zone humide, soit des pêcheries, des chemins et des renforts de berge probablement de la fin du Moyen Âge ou du début de la période moderne. Ils aident à mieux comprendre ce complexe de réseaux de chenaux et ses utilisations par l’homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Maréchal, « Brissay-Choigny (Aisne). La Prélette ; Vendeuil (Aisne). Le Clos du Moulin »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 370-371.

Référence électronique

Denis Maréchal, « Brissay-Choigny (Aisne). La Prélette ; Vendeuil (Aisne). Le Clos du Moulin » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11252

Haut de page

Auteur

Denis Maréchal

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Denis Maréchal

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals