Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V C1. — Autres installations artisanales : opérations de terrain

Colomby (Manche). La Perruque

Responsable d’opération : Vincent Bernard
p. 371-372

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Lors de la seconde campagne programmée au lieu-dit la Perruque (juillet 2011), une attention particulière a été apportée à la compréhension du bâtiment en bois qui abritait un moulin à roue verticale durant le xie s. (dates dendro : 1001/1002 et après 1095). Ses fondations reposaient pour partie sur un puissant radier constitué de grosses sablières de chêne (rive gauche) et sur un ensemble de pieux (rive droite) permettant à la fois d’alléger la charge pesant sur le beffroi du moulin et sa mécanique, et de supporter une passerelle pour le franchissement du Merderet dans une zone connue pour ses chemins et passages à gué. De nouveaux fragments de pales ainsi que des dents d’engrenage (alluchons) complètent un ensemble de pièces mécaniques déjà très riche collectées depuis la découverte du site en 2009. Ce remarquable corpus, probablement l’un des plus complets en France, permet de reconstituer dans le détail des principes mécaniques bien rodés. Mais, c’est sans doute la présence d’un arbre moteur du moulin, réemployé dans un bras de la retenue en amont des vannes moulantes, qui suscite le plus d’intérêt : il s’agit de l’unique pièce de ce type, de surcroît complète, connue en Europe pour le premier Moyen Âge. Long de 3,50 m et taillé dans une bille de chêne d’environ 40 cm de section, il présente deux tambours taillés dans la masse où des séries de mortaises accueillaient les rayons de deux roues distantes d’1,5 m : dans la partie la plus érodée du fait de son contact permanent avec l’eau, la roue à aube, composée de 7 rayons, et dans sa partie la mieux conservée, le rouet, avec ses 4 rayons se croisant à angle droit. Aux extrémités, les tourillons sur lesquels portait toute la charge du mécanisme en rotation sont également taillés dans la masse et ne présentent aucune trace de renfort métallique, contrairement à ce qu’on imaginait jusqu’à présent. Au centre de l’arbre, des bandes d’usures démontrent que cette pièce, essentielle dans le fonctionnement du moulin, était également employée comme cabestan pour lever de lourdes charges : sacs de céréales ou de farine, meules…

2Cette campagne de fouille a été l’occasion de relever un plan complet des aménagements du moulin, dans un espace creusé à l’intérieur même du bief, dégageant ainsi une plateforme d’environ 200 m2. Elle se trouvait partagée en deux ensembles d’une surface équivalente par un barrage de terre et de bois, comprenant une retenue (ou un vivier) en amont, et en aval, le bâtiment, le coursier palplanché, son bras de décharge et son déversoir. En outre, un chemin déconnecté du parcellaire post-médiéval aboutissant à la zone de moulin, mais dépourvu de tout élément de datation, a pu être suivi sur quelques dizaines de mètres.

3Il s’agit donc d’un site remarquablement bien conservé, et les analyses paléo-environnementales (palynologie, carpologie, géo­morphologie) s’accordent pour donner l’image d’un paysage entièrement tourné vers l’élevage et l’agriculture, au sein duquel le moulin de la Perruque tient une place symbolique, aux confins de deux paroisses. À n’en pas douter, ce terrain d’étude privilégié constituera une référence tant du point de vue des données archéologiques déjà acquises que du point de vue des données archéobotaniques, dépassant ainsi largement les limites d’un intérêt strictement régional.

Arbre moteur du moulin hydraulique de Colomby, la Perruque en position du réemploi. À noter la présence de pieux de blocage et d’un clayonnage qui renforçaient le maintien et l’étanchéité du barrage.

Arbre moteur du moulin hydraulique de Colomby, la Perruque en position du réemploi. À noter la présence de pieux de blocage et d’un clayonnage qui renforçaient le maintien et l’étanchéité du barrage.

Dessin © V. Bernard, CRNS — UMR 6566.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arbre moteur du moulin hydraulique de Colomby, la Perruque en position du réemploi. À noter la présence de pieux de blocage et d’un clayonnage qui renforçaient le maintien et l’étanchéité du barrage.
Crédits Dessin © V. Bernard, CRNS — UMR 6566.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bernard, « Colomby (Manche). La Perruque », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 371-372.

Référence électronique

Vincent Bernard, « Colomby (Manche). La Perruque » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11253

Haut de page

Auteur

Vincent Bernard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Bernard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals