Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V C1. — Autres installations artisanales : opérations de terrain

Montmorot (Jura). L’Étang du Saloir

Responsable d’opération : Christophe Méloche
p. 372-374

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1La réalisation, fin 2009, de diagnostics sur le tracé du contournement routier de Lons-le-Saunier a permis la découverte des vestiges du bâtiment des salines de l’étang du Saloir qui ont fonctionné de 1735 à 1746. Le SRA de Franche-Comté a prescrit une fouille du site qui a eu lieu en avril-mai 2011.

2L’exploitation du sel, provenant des niveaux du Trias, a drainé dans la région lédonienne depuis le Néolithique toute une occupation humaine se traduisant par l’établissement de sites fortifiés. À Montmorot, la richesse du site dit du Château est symptomatique pour le Hallstatt moyen-final du statut de ces populations qui contrôlaient les sources d’approvisionnement en sel. À l’étang du Saloir, l’exploitation du sel est attestée dès l’âge du bronze à une trentaine de mètres au nord de la fouille actuelle. Le terrier de Montmorot rédigé à la demande de Philippe le Bon en 1456 mentionne l’existence d’un puits à muire et sans doute d’une ancienne saline ruinée situés dans le village.

3Au xviie s., l’approvisionnement en sel de la partie méridionale de la Franche-Comté reposait uniquement sur les salines de Salins. La fourniture de sel à la Suisse, prévue par traité, exigea la recherche d’autres sources d’approvisionnement. N’ayant pu retrouver la source du puits salé de Lons, abandonné depuis le xive s., une compagnie suisse, dirigée par Chaillet, concentra rapidement ses recherches à Montmorot. En 1734, l’étang du Saloir fut vidangé et plusieurs sources salées furent repérées et collectées au fond d’un puits de 17 m de profondeur. En 1735, eut lieu la première cuite de sel dans la nouvelle usine bâtie hâtivement, dite « d’attente ». La mauvaise qualité de construction du puits affecta le degré de salinité de l’eau et il fallut compenser ce défaut par des chauffes plus longues. Le sel produit était réputé de mauvaise qualité, et surtout il fut produit en trop faible quantité. En 1739, Jacques de Forceville, adjudicataire des fermes générales, reprit en main le site de l’étang du Saloir. Quelques travaux sont alors réalisés dans la saline à partir de 1740, mais le montant des travaux engagés sur le puits à muire dépassent vite les sommes allouées et, en 1742, tout est arrêté. En 1743, une nouvelle usine, possédant des bâtiments de graduation, est projetée et réalisée à la limite des territoires communaux de Lons et de Montmorot. L’usine de Chaillet est détruite en novembre 1746.

4La fouille a permis le dégagement d’un bâtiment d’une superficie de 1 054 m2. Deux espaces, correspondant à deux états chronologiques 1735-1740, se dégagent de part et d’autre d’un mur de refend portant pignon.

5À l’ouest, on livrait le bois dans la salle de chauffe F agrandie en 1740 d’une exèdre M. Son entrée fut élargie et pourvue en 1740 par une allée pavée A qui aboutissait à un porche. Dans cette salle se trouvait un mur large de plus de 0,8 m, dans lequel s’ouvrait les trois gueulards des fourneaux appartenant à trois chaudières munies d’un poêlon. La longueur totale hors tout des structures de chauffe est de 10,72 m pour une largeur maximale de 5,60 m mesurée au niveau des fourneaux. Le fourneau lui-même possède une longueur de 3,70 m environ. Au-dessus du fourneau se trouvait la poêle dans laquelle s’achevait la dessiccation de la muire. Seuls les fonds des fourneaux, là où le point de chauffe du brasier est le plus important, étaient maçonnés (chaudières 79 et 81), alors que la partie située sous le poêlon est simplement décaissée dans l’argile. Tous les fourneaux ont été diminués sans doute après 1739 des deux tiers de leur superficie par une maçonnerie de plan fusiforme d’une largeur maximale à l’épaulement de 1,30 m. Au sud de la berne, on trouve trois pièces d’une superficie totale de 120 m2 qui ont servi notamment de logement selon un plan de 1737. La pièce C semble être un rajout de 1740.

6En 1740, l’extension sur des terrains marneux très humides, (construction des pièces P, K, E, L et de l’espace pavé N) a nécessité la réalisation préalable de quatre drains dont l’un dans l’axe de l’emplacement de la chaudière 26.

7À l’est des trois chaudières, en face des poêlons, on trouve un local O de plan allongé de 14,54 m pour une largeur de 3,70 m, qui contenait à l’origine dix murets d’une longueur moyenne de 2,40 m. Il s’agit des supports d’un unique nod, réservoir de saumure, alimentant les trois poêlons puis les poêles. Selon un plan de 1740, un saumoduc provenant du puits à muire arrivait au niveau du muret le plus septentrional.

8Au sud de ce local, on trouve une autre chaudière. De dimensions plus modestes, elle a une longueur hors tout de 9,64 m, son fourneau étant long de 4,80 m. Tout son cuvelage ouest est manquant. À la différence des autres chaudières, son fourneau n’a subi aucune modification. On alimentait cette chaudière à partir d’une petite pièce E située au sud dans le prolongement des logements.

9Enfin, à l’est de cette pièce de chauffe, on trouve deux espaces pavés dont celui situé le plus à l’est (N) qui ne protégeait que les abords extérieurs de l’usine.

Montmorot, l’Étang du Saloir, états 1 à 3 : janvier 1735-octobre 1746.

Montmorot, l’Étang du Saloir, états 1 à 3 : janvier 1735-octobre 1746.

Relevé/DAO M. Lagachel/J.-C. Passeret, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Montmorot, l’Étang du Saloir, états 1 à 3 : janvier 1735-octobre 1746.
Crédits Relevé/DAO M. Lagachel/J.-C. Passeret, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Méloche, « Montmorot (Jura). L’Étang du Saloir »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 372-374.

Référence électronique

Christophe Méloche, « Montmorot (Jura). L’Étang du Saloir » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11256

Haut de page

Auteur

Christophe Méloche

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Méloche

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals