Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Chronique des fouilles médiévales...V. - Installations artisanalesV C1. — Autres installations arti...Régina (Guyane). Rive gauche de l...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
V. - Installations artisanales
V C1. — Autres installations artisanales : opérations de terrain

Régina (Guyane). Rive gauche de la Courouaï, affluent de l’Approuague – l’habitation La Garonne de M. Besse vers 1790 – vers 1870, habitation sucrière esclavagiste puis ouvrière, tunnel de chauffe à l’anglaise et machine à vapeur

Responsable d’opération : Nathalie Cazelles
p. 375-377

Texte intégral

1En 2010, l’Écomusée municipal d’Appouague-Kaw (EMAK), associé au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, a lancé un programme intitulé « Le patrimoine agricole et industriel dans l’Est-Guyane (xviiie et xixe s.) : prospections, documentation, conservation-restauration, mise en valeur ». Ce programme est piloté par Damien Hanriot, directeur de l’EMAK, et Philippe Gœrgen, conservateur du patrimoine au C2RMF. Ils se sont associés à Nathalie Cazelles, doctorante à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, qui prépare une thèse sur l’histoire sucrière et rhumière en Guyane du xviie au xxe s.

2Jusqu’à la fin du xviiie s., les colons s’acharnaient à cultiver les terres hautes de l’île de Cayenne. Après 5 à 10 ans, il fallait déplacer les carrés de culture dont le rendement diminuait fortement à cause de l’acidité et du lessivage important des sols. En 1782, le gouverneur Malouet chargea un ingénieur suisse venant de la colonie hollandaise voisine, Joseph Guisan, de poldériser les terres basses de l’Approuague. En 1822, l’État fit venir des machines à vapeur qu’il vendit à crédit aux colons. En 1848, cette région était le poumon économique de la Guyane : 1 000 ha de terre mis en culture par plus de 1 000 esclaves. Le programme de recherche est mené en deux temps. Tout d’abord, D. Hanriot et P. Goergen réalisent des campagnes de prospections, procèdent à une schématisation des vestiges et à un relevé photographique. Six habitations dotées en machine à vapeur dans les années 1820-1830 ont été retrouvées : la Constance, Saint-Perrey, le Collège, la Ressource, la Jamaïque, Ramponneau. Six machines proviennent des usines Fawcett Preston de Liverpool et une de Nantes. Ensuite une équipe d’archéologues, menée par N. Cazelles, s’attache à l’étude d’une l’habitation, ici la Garonne, afin d’en comprendre l’organisation spatiale et l’adaptation architecturale dans un milieu hostile : la forêt noyée. Grâce aux archives, on sait qu’en 1848, l’habitation possédait 80 esclaves et 50 ha de cannes à sucre et qu’en 1852, elle faisait travailler 60 salariés pour 30 ha de cannes. En 2010, un relevé en plan des principaux vestiges découverts a été réalisé. Ils sont implantés sur un promontoire entouré d’un canal. Deux ponts facilitaient l’accès à l’habitation et un escalier monumental permettait de se rendre à la maison de maître. Celle-ci présente un plan traditionnel : deux entrées et une véranda courant sur trois côtés. Elle fait face à une cour centrale. À l’est, une cuisine a été identifiée et, à l’ouest, un bâtiment dont la fonction reste problématique. Au nord, des trous de poteau ont été repérés et une quantité importante de vaisselle y a été prélevée. On note une forte concentration de faïence fine Vieillard et Johnston datée d’après 1840. Quelques fragments sont de la fin du xviiie s., notamment un fragment de bord de faïence Pearl Wear. Deux goulots de cruche amérindienne ont été trouvés, ainsi que de nombreuses bouteilles quasiment intactes et datant, pour la plupart, du xixe s. La sucrerie est composée d’un tunnel de chauffe à l’anglaise avec six marmites. Un canal le borde et rejoint, au pied du promontoire, la machinerie à vapeur composée de deux chaudières en forme de cloche et d’une machine Fawcett Preston de Liverpool qui n’est plus reliée à l’ensemble des trois rolles. On suppose qu’une pompe permettait de faire remonter le vesou vers le tunnel de chauffe. En 2011, nous avons réalisés trois sondages sur ce tunnel présentant un plan en L. Le foyer donne sur un espace carré creusé dans la cuirasse ferralitique. Les côtés sud et est forment les murs du canal bordant le tunnel afin d’évacuer les eaux pluviales et les déchets de la sucrerie. Cet espace devait servir à stocker la bagasse servant à alimenter le foyer. La fouille a révélé l’absence de cendrier mais aussi une couche épaisse d’une vingtaine de cm d’argile et de briques permettant d’étanchéifier le fond de cet espace. Deux entrées de foyer en fonte, une porte portant la mention Fawcett Preston, et un support de louchet (?) en cuivre ont été mis au jour. Le cendrier a été dégagé le long de la paroi est du tunnel de chauffe à l’entrée du canal d’évacuation. Les murs sont de biais dans un axe E-O. Un sondage a été effectué à l’emplacement de la troisième marmite. Il a dévoilé une maçonnerie en briques circulaire et concave permettant d’accueillir la marmite et de laisser circuler la chaleur. Cette structure est posée sur la cuirasse ferralitique. La cheminée n’a pas été construite dans l’axe du tunnel mais dans le retour du L. Le canal est maçonné en briques sur une hauteur d’environ 1,50 m et fermé d’une voûte. À 1 m de l’entrée de la cheminée, le canal présente deux rainures d’environ 2 cm, permettant d’enchâsser une porte. Le fond de la cheminée n’a pas été dégagé mais le fond du canal présente une épaisse couche d’argile rubéfiée. On émet l’hypothèse que la cheminée avait une double fonction : évacuer les fumées de la sucrerie et servir de four à briques. La prochaine campagne de fouille s’attachera à dégager complètement le tunnel, notamment la jonction entre le canal de la cheminée et le tunnel proprement dit, ainsi que la jonction entre le cendrier et la deuxième marmite qui est posée sur la cuirasse ferralitique et non plus sur une structure maçonnée. On tentera également d’identifier les bâtiments entourant le tunnel de chauffe.

Régina, relevé en plan de l’habitation de la Garonne.

Régina, relevé en plan de l’habitation de la Garonne.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Régina, relevé en plan de l’habitation de la Garonne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Cazelles, « Régina (Guyane). Rive gauche de la Courouaï, affluent de l’Approuague – l’habitation La Garonne de M. Besse vers 1790 – vers 1870, habitation sucrière esclavagiste puis ouvrière, tunnel de chauffe à l’anglaise et machine à vapeur »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 375-377.

Référence électronique

Nathalie Cazelles, « Régina (Guyane). Rive gauche de la Courouaï, affluent de l’Approuague – l’habitation La Garonne de M. Besse vers 1790 – vers 1870, habitation sucrière esclavagiste puis ouvrière, tunnel de chauffe à l’anglaise et machine à vapeur » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.11258

Haut de page

Auteur

Nathalie Cazelles

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Cazelles

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search