Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 2. – Prospections

Montluçon, Saint-Victor et Vaux (Allier). Lit de la rivière le Cher

Responsable d’opération : Olivier Troubat
p. 379-380

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Pêcherie et moulin mérovingien. À Saint-Victor, la pêcherie fixe P1 découverte en 2009 a été datée par 14C de la période mérovingienne (MKL–707 : 1380 ± 35 BP. Probabilité 95,4 % : 590-690 apr. J.-C.). Un mois après le prélèvement, elle a été détruite aux deux tiers, par un changement de lit du Cher. D’autres éléments ont été dégagés alors : des morceaux de clayonnage (?), des bois écroulés d’une construction en élévation et un bief, en sortie de pêcherie, composé de madriers mortaisés fixés au sol par des pieux (P1 bis). Une autre datation a été réalisée sur le bief. Elle est très proche de la précédente (MKL–924 : 1460 ± 35 BP. Probabilité 95,4 % : 530-660 apr. J.-C.). L’ensemble de la structure P1/P1bis montre un double usage. La construction d’un endiguement à clayonnage a les caractéristiques d’une pêcherie en épi. Elle est associée à un solide bief, utile bien sûr également dans le cadre d’une pêcherie, mais surdimensionné pour cet usage seul, tant en largeur que sur les 3,60 m de longueur encore en place.

2La zone de seuil rocheux, où ces constructions sont établies, se situe entre deux plaines sableuses. Elle se prête particulièrement bien à l’établissement de moulins, qui sont nombreux à proximité : cinq ont été découverts sur le kilomètre aval, allant du haut Moyen Âge au xviie s. Il pourrait s’agir d’un bief de moulin, avec une construction en élévation écroulée par-dessus et aujourd’hui enfouie, pour la plus grande partie, sous les remblais d’une centrale à béton. Ce moulin était associé à la pêcherie. Ce dispositif alliant moulin et pêcherie est assez courant en rivière. En France, pour la période mérovingienne, il s’agit du deuxième cas découvert, après celui de Paris/quai Branly.

3Une digue du haut Moyen Âge. À 200 m en aval, une digue de moulin, relevée en 2009, a été datée cette année. Elle a été construite au haut Moyen Âge (MKL–708 : 1080 ± 35BP. Probabilité 95,4 % : 890-1020 apr. J.-C.). Il s’agissait d’une digue de pierre, dont une partie est encore place. Dans une section, les blocs ont été emportés, mais des bois sont conservés, montrant le squelette interne mis en place avant l’enrochement.

4Une pêcherie carolingienne. Plus en aval, sur la commune de Vaux, en limite de Saint-Victor, un alignement de pieux trouvé l’an dernier – et dont l’usage n’avait pu être déterminé – a été lessivé par les crues d’hiver, permettant de reconnaître une nouvelle pêcherie fixe à batardeaux. Une datation 14C a été effectuée et donne une construction à l’époque carolingienne (MKL–709 : 1130 ± 35BP. Probabilité 95,4 % : 780-990 apr. J.-C.). Depuis 2 ans, il s’agit de la 4e pêcherie fixe du haut Moyen Âge trouvée sur le même territoire (3 mérovingiennes et 1 carolingienne), auxquelles il faut rajouter 2 autres pêcheries gallo-romaines trouvées l’an dernier en aval, à Vaux.

5Un moulin et un pont carolingien. À Montluçon, de nouvelles plongées ont été effectuées sur le site supposé d’un moulin ­hydraulique, daté l’an dernier de l’époque carolingienne (viiie-ixs.). Le Cher a dégagé d’autres bois qui permettent à présent de définir un canal d’amenée. Enfin, une pièce de support de l’axe vertical de la roue d’entraînement hydraulique a été trouvée, confirmant l’hypothèse de départ d’un moulin. L’orientation de la structure permet de situer un autre lit du Cher, au moment de la construction.

6Avec la collaboration du musée de Montluçon, une datation a été effectuée dans les réserves du musée sur les mortiers d’un bloc, qui peut être attribué à une reconstruction intermédiaire de l’ancien Pont-Vieux, autrefois situé à 500 m en aval. Elle est contemporaine du moulin. Ces deux datations sont importantes pour l’histoire de Montluçon. Elles s’ajoutent à une troisième datation, faite en 2001 sur un foyer métallurgique, lors des fouilles de l’Esplanade Louis II de Bourbon qui avait donné la même période. Ces trois datations concordantes de la période carolingienne, sur une zone bien définie de la ville, entre la butte du château et le Cher, pourraient accréditer un texte apocryphe, parlant de l’existence du site fortifié de Montluçon en 720.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Troubat, « Montluçon, Saint-Victor et Vaux (Allier). Lit de la rivière le Cher », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 379-380.

Référence électronique

Olivier Troubat, « Montluçon, Saint-Victor et Vaux (Allier). Lit de la rivière le Cher » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11271

Haut de page

Auteur

Olivier Troubat

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Troubat

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals