Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
VII. – Diverses chroniques
VII 2. – Prospection

Allos, Colmars, Villars-Colmars, Beauvezer, Thorame-Haute et Thorame-Basse (Alpes-de-Haute-Provence). Prospection-inventaire en haute vallée du Verdon

Responsable d’opération : Julie Emeric
p. 381-382

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Cette campagne de prospection-inventaire a été réalisée dans le cadre d’un travail de master 1 à l’université de Provence, sous la direction de Nolwenn Lécuyer. Au moyen d’une prospection diachronique et de recherches en archives, l’objectif était de réaliser un état des connaissances et d’évaluer le potentiel du patrimoine archéologique des communes de Thorame Haute et Basse, Beauvezer, Villars-Colmars, Colmars et Allos, jusqu’aux sources du Verdon.

2L’opération a mis en évidence un semis de cabanes et d’enclos dispersés (ainsi que des structures associées). La répartition de ce type de sites reste discontinue, et de nouvelles découvertes pourront venir l’étoffer. La lecture des sols est complexe du fait de l’ensevelissement du mobilier – voire de sites complets – par les processus naturels. La plupart des vestiges repérés sont localisés entre 1 900 et 2 300 m d’altitude, en alpage ou à la limite actuelle de la prairie alpine et de la forêt. Les enclos de tailles diverses sont toujours associés à une structure plus petite, circulaire ou de plan plus ou moins carré. Il s’agit de constructions en pierres sèches, en calcaire ou en grès local et sans bois (soit qu’il ait disparu, soit qu’il ait été remployé dans des constructions plus tardives). À proximité de ces enclos, on constate systématiquement la présence d’une zone humide ou d’une source, et d’une voie ou, du moins, d’un passage facile d’accès. La détermination d’une période chronologique spécifique (à l’exception des traces en surface d’une occupation récente) est rendue difficile par le caractère même de ces traces d’occupation, qui ne livrent que très peu – ou pas – de mobilier.

3La haute vallée du Verdon présente également un semis important de chapelles d’époque moderne ou du début du xxe s. Cependant certaines fondations plus anciennes sont connues par les sources et par les découvertes archéologiques. Parmi les sites inventoriés, quelques-uns sont à retenir : Notre-Dame de Valvert à Allos (xie  s.), la collégiale Saint-Martin, sur la colline du même nom, à Colmars (xivs.), l’église paroissiale Saint-Martin (xive s.) à Colmars, l’église paroissiale Saint-Julien à Thorame Haute, la chapelle de la butte du Serret à Thorame Basse, la chapelle Saint-Pierre, au Moustier à Thorame Basse, la chapelle Saint-Thomas, à Château-Garnier à Thorame Basse (abside classée, (xiiie s.)

4Tous ces édifices ont été abordés d’un point de vue archéo­logique, que ce soit par le biais d’opérations préventives de sauvetage (Allos, Colmars) ou par les découvertes fortuites, lors de travaux urbains ou lors de prospections.

5Les différentes phases d’extension du cimetière de Notre-Dame de Valvert à Allos ont livré du mobilier, récolté dans les déblais en 1967. Aucun des objets ramassés n’a pu être récupéré, les seuls documents de travail que l’on possède sont des croquis, des plans et quelques photographies. Trois pégaus ont été datés de la fin du xiie-début xiiie s. d’après photographie par Elisa Bailly. La présence d’une coquille de pèlerin permet de proposer une fourchette de datation entre la deuxième moitié du xie s. et le xviie s. Les tombes qui n’ont pas été décrites avec précision lors de leur découverte étaient apparemment faites de dalles « brutes », de pierres plates, non maçonnées.

6La construction du fort de Savoie sur la Colline Saint-Martin à Colmars, entre 1690 et 1693, n’a pas détruit la totalité des traces d’occupation antérieures. Lors de fouilles clandestines effectuées dans le bas-fort en 1970, du mobilier a été mis à jour dont une bague en or au chaton vide et une boucle de ceinture datée du xive s. On ne possède aucune source directe mentionnant la fondation de cette église, mais elle est probablement antérieure à 1300, date de fondation de l’église Saint-Jean (actuellement à l’intérieur du village, rebaptisée Saint-Martin au xvie s.). Elle semble avoir été progressivement abandonnée, partiellement détruite en 1583, elle l’aurait été totalement à la construction du fort de Savoie en 1690.

7L’église paroissiale Saint-Julien de Thorame-Haute est au centre des découvertes de tombes sous tuiles faites depuis le début du xxe s. Des tombes ont également été repérées en place sous le sol de l’église. Il s’agit vraisemblablement de sépultures couvertes de tegulae (ier-iiie s.) que l’on retrouve par ailleurs en grande quantité à l’est du village, au niveau de la butte du Serret.

8La mention de l’évêché d’«Eturamina» dans les sources du ve s. pose la question de la localisation de l’église qui a pu temporairement accueillir un évêque… Les prospections menées entre Thorame-Haute et Basse semblent privilégier deux emplacements, aux indices archéologiques forts : l’église paroissiale actuelle d’une part (Saint-Julien), et la butte du Serret d’autre part. Cette dernière est aujourd’hui occupée par une chapelle entourée d’un cimetière ancien, où des tombes en place ont été observées (avec pierres de calage, clous de coffrage et céramique grise fine). Par ailleurs les traces d’un habitat du haut Moyen Âge ont été repérées au nord de cette butte.

9La vallée est également marquée par ses enceintes urbaines, ses sommets fortifiés et ses tours de hauteur (« Tour Banivol » à Allos, « Tour Piégut » à Thorame-Basse). Ces constructions ne concernent pas les zones d’alpages mais sont toutes localisées en fond de vallée (pour les enceintes urbaines : Allos, Colmars et Thorame-Basse) ou sur un mamelon du relief à proximité des villages actuels (crête de Tracastel à Thorame-Haute, « Tour » de Beauvezer). Les premiers murs de fortifications d’Allos et de Colmars datent probablement de la fin du xive s., période à laquelle Allos se donne à la maison de Savoie et devient, ainsi que Colmars, ville-frontière.

10Cette étude sur la haute vallée du Verdon se poursuit en 2012 dans le cadre d’un master 2, et se concentre sur les moulins et les structures liées à l’irrigation et à l’aménagement du paysage montagnard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Emeric, « Allos, Colmars, Villars-Colmars, Beauvezer, Thorame-Haute et Thorame-Basse (Alpes-de-Haute-Provence). Prospection-inventaire en haute vallée du Verdon »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 381-382.

Référence électronique

Julie Emeric, « Allos, Colmars, Villars-Colmars, Beauvezer, Thorame-Haute et Thorame-Basse (Alpes-de-Haute-Provence). Prospection-inventaire en haute vallée du Verdon » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11276

Haut de page

Responsable d’opération

Julie Emeric

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals