Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Jo Buckberry et Annia Cherryson (éd.), Burial in later Anglo-Saxon England, c. 650-1100 AD

Élisabeth Lorans
p. 385-388
Référence(s) :

Jo Buckberry et Annia Cherryson (éd.), Burial in later Anglo-Saxon England, c. 650-1100 AD, Oxford, Oxbow Books, 2010, 142 p. (Studies in Funerary Archaeology, 4), ISBN : 978-1-84217-965-9 ; prix : £ 30.

Texte intégral

  • 1 Sam Lucy et Andrew Reynolds (éd.), Burial in Early Medieval England and Wales, Londres, The Society (...)

1Cet ouvrage, composé de dix articles brièvement introduits par les éditeurs, Jo Buckberry et Annia Cherryson, couvre une période de presque cinq siècles, du milieu du viie à la fin du xie siècle, correspondant à l’époque anglo-saxonne tardive selon le découpage traditionnel de l’histoire de l’Angleterre. Ces contributions, dont la sélection n’est nulle part justifiée, renvoient à différentes échelles d’espace : le site, l’agglomération, la région ou le pays tout entier. Plutôt que de rendre compte de chaque contribution en suivant l’ordre de l’ouvrage, qui ne répond à aucune logique particulière, chronologique, géographique ou thématique, j’ai dégagé deux fils conducteurs : d’une part, la question de la diversité des lieux d’inhumation, centrée autour du rapprochement des tombes et des lieux de culte qui s’opère durant cette période ; d’autre part, celle des traitements accordés aux défunts, mis en regard avec leur sexe et leur âge, qu’il s’agisse des contenants, de la position du corps, du mobilier ou de pratiques spécifiques, dans le but général de définir la norme ou inversement de détecter des variations, positives ou négatives. D’une manière générale, cet ouvrage collectif s’inscrit en bien des points dans le prolongement du volume publié en 2002 sous la direction de Sam Lucy et Andrew Reynolds, auquel il est fait fréquemment référence1.

  • 2 On ne peut citer ici que deux ouvrages de synthèse récents, le premier centré sur cette question, l (...)

2De part et d’autre de la Manche, les travaux conduits depuis une vingtaine d’années, en particulier dans le cadre d’opérations préventives touchant de grandes superficies en milieu rural, mais aussi sur de moindres superficies en milieu urbain, ont montré combien le modèle longtemps admis du passage rapide de la nécropole extérieure à l’habitat au cimetière paroissial était simpliste. En effet, historiens et archéologues ont mis en évidence la lente formation du cimetière chrétien et donc son corollaire, à savoir la grande diversité des lieux d’inhumation pendant le haut Moyen Âge, qu’il s’agisse, à l’échelle individuelle, d’un choix ou d’une contrainte, une question difficile à résoudre2. Trois articles du volume contribuent plus particulièrement à ce débat, ceux de Jo Buckberry, d’Annia Cherrysson et de Christopher Guy.

  • 3 Helen Geake, The Use of Grave-Goods in Conversion-Period England, Oxford, BAR, 1997.

3À l’échelle de deux comtés de l’Angleterre du Nord, le Lincolnshire et le Yorkshire, et en incluant les chefs-lieux que sont Lincoln et York, la première étude présente un bilan fondé sur 301 sites, ou indices de sites puisque les découvertes de mobilier isolées ont été prises en compte. L’auteur a transcrit sous forme de tableaux les informations sélectionnées au cours de l’enquête pour rendre compte de la diversité des cas de figure : lieux funéraires dont les tombes comportent du mobilier, pour l’essentiel appartenant à la « période de conversion », soit le viie siècle et le début du viiie siècle3 ; sépultures isolées ; espaces funéraires dépourvus de lieu de culte et inversement cimetières associés à une église que le terme de « churchyard » désigne à lui seul. Dans les deux derniers cas, l’auteur distingue des degrés de fiabilité car le caractère partiel de la majorité des fouilles rend les conclusions souvent incertaines. Jo Buckberry insiste sur la difficulté à identifier les lieux d’inhumation appartenant à la fin de l’époque saxonne, quand le mobilier se fait quasi inexistant, en raison des similarités avec les sites funéraires plus tardifs, du plein Moyen Âge, voire de l’époque moderne, mais aussi avec ceux de la fin de l’Antiquité. Le renouvellement récent des interprétations repose pour beaucoup sur la multiplication des analyses radiocarbones qui ont révélé la présence de sépultures des viiie et ixe siècles dans des cimetières apparemment dépourvus d’églises. L’interprétation est rendue d’autant plus difficile que la fondation de cimetières-satellites, dépendant d’une église-mère plus éloignée, est attestée jusqu’au xe siècle. Si l’impact grandissant de l’Église sur l’encadrement de la mort et des morts se traduit par l’augmentation très nette du nombre de cimetières comportant un lieu de culte, qui devient la norme au xe siècle, cela n’exclut pas le maintien de cimetières sans église à cette date et au-delà, un cas de figure qui ne concerne pas seulement les « cimetières d’exécutés », par définition rejetés hors de l’espace consacré.

4Ces problèmes de datation et d’interprétation valent aussi pour l’analyse conduite par Annia Cherrysson qui porte sur le processus de rapprochement des défunts et des lieux de culte à Hamwic puis Southampton, qui prit le relais à partir de la fin du ixe siècle. L’auteur cherche à cerner les durées d’utilisation de chacun des sites, correspondant à un nombre très variable de tombes, de la découverte isolée au cimetière de plusieurs dizaines d’individus, ce qui ajoute à la difficulté de l’interprétation. Le premier lieu de culte n’est pas attesté avant le milieu du viiie siècle, sur le site 13 dont l’origine peut remonter à la période 550-650, si l’on se fie à la datation radiocarbone de l’une des sépultures ; auquel cas, on aurait affaire à l’un des rares exemples en Angleterre de construction d’un édifice religieux au sein d’une nécropole préexistante. À Southampton, le rassemblement des morts autour des églises n’est toujours pas la règle absolue au xe siècle et ce n’est qu’aux siècles suivants que s’imposera le monopole des droits d’inhumation de St Mary, l’église-mère de la basse vallée de l’Itchen aux xie et xiie siècles.

  • 4 Je me permets de renvoyer à mes propres travaux sur la question : « Ensembles épiscopaux et espace (...)

5Enfin, la troisième contribution qui nourrit la question du rapprochement des tombes avec les lieux de culte est l’analyse encore provisoire des résultats d’une fouille préventive menée dans la salle du chapitre de la cathédrale de Worcester, qui date du début du xiie siècle. Limitée en profondeur, cette opération archéo­logique a néanmoins révélé la présence de 290 tombes dont 181 ont été fouillées. Réunissant des adultes des deux sexes et des enfants, ce cimetière montre la fonction d’encadrement pastoral attachée à la cathédrale qui conserva un quasi-monopole funéraire à Worcester au Moyen Âge. Dans l’état actuel de la recherche archéologique outre Manche, Worcester rejoint donc les quelques sites épiscopaux sur lesquels des inhumations des viie-xie siècles ont été reconnues, à savoir principalement Winchester, Londres, Cantorbéry et York4. Sur le plan des usages funéraires, l’analyse de Christopher Guy révèle l’emploi de nombreux cercueils en bois (84 sur 181 tombes fouillées) et la présence fréquente d’aménagements de pierres autour de la tête, une pratique commune aux xe et xie siècles mais qui a perduré d’où sa faible utilité sur le plan chronologique. Dans l’attente de datations par radiocarbone, la question de l’origine du cimetière reste en suspens, l’auteur ne pouvant s’appuyer que sur la période de fondation, autour de 680, de la première cathédrale, dont la localisation n’est pas connue.

  • 5 Cet article s’appuie sur la publication générale du site par le responsable de la fouille : Vaughan (...)

6Le second groupe d’articles distingué porte davantage sur l’interprétation sociale et culturelle des pratiques funéraires des viie-xie siècles. Deux d’entre eux s’attachent particulièrement à l’interprétation de sépultures richement dotées en mobilier funéraire. Nick Stoodley reprend l’analyse de la première phase de la nécropole de St Mary’s stadium, à Hamwic, qui réunit 26 inhumations et 18 incinérations du viie et du début du viiie siècle5. Parmi les 21 inhumations contenant du mobilier, soit une forte proportion à cette date, plusieurs tombes des deux sexes sortent du lot par la nature et l’abondance des objets, en particulier les armes. L’auteur y voit un indice supplémentaire de l’existence dès le viie siècle d’un habitat de haut rang, éventuellement de niveau royal, contrôlant les échanges dans la basse vallée de l’Itchen et aux origines d’Hamwic, une hypothèse déjà formulée sur la base de sources écrites, notamment par Barbara Yorke. Dépassant le niveau local, N. Stoodley termine son propos en distinguant trois types d’espaces funéraires attestés dans le Hampshire à cette période : les « cimetières communautaires », censés refléter sans distorsion l’ensemble de la population, ceux qui montrent une surreprésentation des tombes masculines et donc des armes, enfin les nécropoles de l’élite, expression de la formation territoriale et politique du comté à laquelle leur emplacement même contribuerait par le marquage de limites.

7À partir du site d’Hartford Farm, près de Caistor St. Edmund dans le Norfolk, Howard Williams réexamine le sens des dépôts funéraires de la « période de conversion », également désignée par l’expression « Final Phase », renvoyant à une chronologie des espaces funéraires fondée sur le mobilier. À une interprétation des dépôts qui mettait l’accent sur la commémoration de l’identité du défunt, de ses alliances politiques ou de ses croyances religieuses – on pense ici à la lecture de Sutton Hoo proposée par Martin Carver –, H. Williams substitue une perception des objets à la fois comme des cadeaux offerts au défunt, notamment pour le protéger, et des objets de mémoire. Dans l’exemple choisi, qui porte sur cinq tombes richement dotées, interprétées comme des sépultures de femmes en l’absence de tout reste ostéologique, le mobilier réunit des bijoux et objets de toilette, compris comme des marques de féminité caractéristiques de l’aristocratie, des objets, incluant des croix, qui auraient été sélectionnés pour leur valeur protectrice, d’autres, en particulier les plus anciens, auxquels l’auteur accorde une valeur « biographique » et symbolique, d’autres encore, tels que des clefs ou des ciseaux, connectés avec la fonction de la femme dans la tenue de la maisonnée. Ainsi, selon l’auteur, le dépôt de mobilier funéraire pendant la « Phase finale », en particulier celui de bijoux et d’armes, plutôt que de constituer le chant du cygne de cette pratique, revêt une nouvelle signification fondée sur la valeur acquise par la circulation des objets au sein des vivants. H. Williams livre ici un élément supplémentaire d’une réflexion menée dans plusieurs publications parues depuis 2003, qui toutes associent mort(s) et souvenir traités dans le cadre des Gender Studies.

8Si le mobilier – sa nature, sa quantité ou son absence – constitue un élément central de presque toutes ces contributions, certains articles s’appuient davantage sur les données ostéologiques et biologiques pour s’interroger sur le statut des défunts et le traitement funéraire dont ils ont fait l’objet. La nécropole de Bowl Hole, située à quelques centaines de mètres du château de Bamburgh, sur les côtes du Northamburland, a livré à ce jour 92 individus ainsi que les restes osseux déplacés de 21 autres, appartenant aux viie-viiie siècles. Inhumés habillés ou entourés d’un linceul, les défunts n’étaient pas accompagnés d’armes ni de bijoux de grande qualité, ce qui ne suffit pas à en faire des chrétiens, comme le rappelle Sarah Groves. Sur la base des données sanitaires, qui révèlent une bonne diète et peu de maladies infantiles, l’auteur associe cet espace funéraire au site castral tout proche, de statut royal, documenté par Bède et d’autres sources écrites. Des analyses isotopiques donnent à penser que les défunts n’étaient pas natifs de la région mais dater leur arrivée sur place est bien sûr impossible. Il pourrait s’agir de membres de la cour, itinérante, ou encore d’artisans travaillant à l’intérieur de la forteresse.

  • 6 A. Boddington, Raunds Furnells : the Anglo-Saxon church and churchyard, Londres, English Heritage, (...)

9La corrélation entre données biologiques, pratiques funéraires et statut social est poussée très loin dans la relecture du cimetière paroissial de Raunds Furnells (Northamptonshire), en usage aux xe et xie siècles et dont la fouille exhaustive livra 361 inhumations6. Sur la base de nouvelles analyses en laboratoire, Elizabeth Craig et Jo Buckberry ont affiné l’interprétation du cimetière, en distinguant deux zones. Les abords de l’église concentrent la majorité des cercueils en bois supposés, des coffrages en pierre et toutes les pierres gravées signalant la tombe en surface sauf une et on n’y détecte que très peu de traces de pathologies ou de carences alimentaires. Comme il s’agit aussi des sépultures les plus anciennes, parmi lesquelles une tombe est interprétée comme celle du fondateur, cela peut signifier que dans un premier temps l’inhumation autour de ce lieu de culte fut réservée à ce personnage, à ses proches et à des individus de même rang. À l’inverse, la zone sud-est contient tous les cas de pathologies graves – y compris un cas de lèpre – et présente très peu de cercueils mais beaucoup de dispositifs céphaliques en pierre, qui renverraient donc à un statut social inférieur.

10Le site de Raunds est également à l’honneur dans la contribution de Dawn Hadley qui questionne l’uniformisation apparente des usages funéraires de la fin de l’époque anglo-saxonne pour mettre en exergue des traitements particuliers, valorisants ou non. Tour à tour, l’auteur traite des hommes, des enfants puis des individus portant des traces de faiblesse physique. Les hommes s’éloignent de la norme dans les deux sens, en manifestant des traitements privilégiés dans bon nombre de cimetières (inhumation près de l’église et contenant plus luxueux que pour les femmes) mais aussi en étant inhumés en marge, voire à l’extérieur, de l’espace funéraire collectif ou selon des usages différents. Cette ségrégation, parfois associée à des signes de mort violente ou de pathologie, demeure souvent inexpliquée. Pour les enfants, présents en grand nombre dans les cimetières à partir de la fin du haut Moyen Âge, est souligné le phénomène bien connu, des deux côtés de la Manche, de la concentration des plus jeunes autour de l’église mais aussi leur fréquente association avec une tombe d’adulte, parfois ré-ouverte pour accueillir le jeune défunt, ce qui peut traduire l’importance des liens familiaux. Enfin, malgré l’examen de quelques cas particuliers concernant des individus souffrant d’un handicap et inhumés d’une manière distincte, comme on l’a vu pour Raunds, il apparaît que dans l’ensemble cette partie de la population n’était pas traitée différemment, y compris dans le cas de lépreux.

11Cet article est complémentaire de celui de Sally Crawford qui a cherché dans les sources écrites des viie-xie siècles des informations sur le traitement différentiel des plus faibles, sur le plan mental ou physique. Sont passés en revue plusieurs textes de loi mais aussi des biographies, comme la Vie du roi Alfred par Asser, qui fait de la maladie, invisible, de son héros un signe d’autorité et une vertu. Ces textes révèlent de nombreux motifs d’exclusion du cimetière chrétien (crimes, suicides, adultères, non respect du célibat pour les clercs, enfants non baptisés etc.) mais rien ne stigmatise sur ce plan ceux qui souffraient d’un handicap de sorte que le traitement funéraire particulier que certains de ces défunts présentent ne serait pas nécessairement lié à leur condition physique.

12Enfin, James Holloway a repris la question, souvent abordée, des sépultures à charbon de bois, dont environ 300 sont connues, réparties dans 35 cimetières pour la plupart associés à une église : cathédrale, église paroissiale ou église monastique. Il s’agit de tombes dont le fond est tapissé de charbon de bois, qui peut aussi être tassé autour des parois du cercueil. Cette pratique, surtout attestée aux xe-xie siècles même si elle s’est poursuivie au-delà, est interprétée à la fois sur le plan pratique et symbolique : en raison même de ses capacités d’absorption, le charbon de bois peut être associé de manière symbolique avec la propreté et la pureté, davantage, selon l’auteur, qu’avec la pénitence (contra Victoria Thompson 2002) qui est liée aux cendres. J. Holloway insiste sur la diversité des cas recensés qui regroupent hommes et femmes, adultes et enfants, clercs et laïcs, ceci dans des cimetières de statut divers, de sorte que cette pratique a pu revêtir des sens symboliques différents selon les individus et les groupes.

13Ce volume témoigne du dynamisme de la recherche en matière d’archéologie funéraire médiévale outre Manche, même si on y retrouve ici et là des points de vue déjà exposés sous des formes approchantes par les mêmes auteurs ou d’autres. La référence aux mêmes sites dans plusieurs articles de l’ouvrage contribue à cette impression de redite, qu’un travail éditorial plus poussé aurait évitée ou du moins réduite, en particulier pour ce qui concerne Hamwic et Raunds. En outre, l’absence d’organisation générale de la publication et celle de résumés – même si quelques introductions jouent ce rôle – rendent la tâche du lecteur plus ardue que nécessaire.

14Sur le fond, on peut aussi regretter l’enfermement insulaire de ce volume, également manifeste dans l’ouvrage publié en 2002 par Sam Lucy et Andrew Reynolds. Si les auteurs montrent leur familiarité avec l’abondante production anglo-saxonne sur les questions funéraires comme sur la réflexion théorique qui leur est associée, ils montrent tout autant leur désintérêt pour ce qui se passe sur le continent : il suffit de parcourir les bibliographies pour s’en convaincre. De manière positive cette fois, il convient de souligner la place que tient dans l’interprétation la lecture du paysage et des territoires : si l’association de tombes isolées ou d’ensembles funéraires avec des limites confine parfois à l’obsession dans l’archéologie des îles Britanniques, l’attention portée à la (co)visibilité est certainement légitime. Cette approche, relevée dans les articles sur Hamwic et Bamburgh, est à l’inverse souvent négligée en France.

Haut de page

Notes

1 Sam Lucy et Andrew Reynolds (éd.), Burial in Early Medieval England and Wales, Londres, The Society for Medieval Archaeology, 2002 (Monograph Series, n° 17), 261 p. J’en ai rendu compte dans ces mêmes colonnes, Archéologie médiévale, 34, 2004, p. 312-315.

2 On ne peut citer ici que deux ouvrages de synthèse récents, le premier centré sur cette question, le second qui y consacre une large part : Michel Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005 ; John Blair, The Church in Anglo-Saxon Society, Oxford, Oxford University Press, 2005. Voir le compte rendu de cet ouvrage que j’ai publié dans Médiévales, 51, automne 2006, p. 173-178.

3 Helen Geake, The Use of Grave-Goods in Conversion-Period England, Oxford, BAR, 1997.

4 Je me permets de renvoyer à mes propres travaux sur la question : « Ensembles épiscopaux et espace urbain dans l’Angleterre anglo-saxonne : un état de la question », Histoire urbaine, n° 7, juin 2003, p. 37-53 et « La christianisation de l’espace urbain en Angleterre du viie au xie siècle : approche archéologique », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, XXXVIIe Congrès de la SHMES, Mulhouse, 2-4 juin 2006, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 243-261.

5 Cet article s’appuie sur la publication générale du site par le responsable de la fouille : Vaughan Birbeck, The Origins of Mid-Saxon Southampton : Excavations at the Friends Provident St Mary’s Stadium 1998-2000, Salisbury, Wessex Archaeology, 2005.

6 A. Boddington, Raunds Furnells : the Anglo-Saxon church and churchyard, Londres, English Heritage, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lorans, « Jo Buckberry et Annia Cherryson (éd.), Burial in later Anglo-Saxon England, c. 650-1100 AD », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 385-388.

Référence électronique

Élisabeth Lorans, « Jo Buckberry et Annia Cherryson (éd.), Burial in later Anglo-Saxon England, c. 650-1100 AD », Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11287

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lorans

Université de Rouen, UMR 7324 CITERES, Laboratoire Archéologie et Territoires

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals