Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Florence Journot et Gilles Bellan (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine

Jean Chapelot
p. 390-394
Référence(s) :

Florence Journot et Gilles Bellan (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La Découverte, 2011, 180 p. ill. (Collection : Archéologies de la France sous la direction de Jean-Paul Demoule et Jean-Paul Jacob), ISBN : 978-2-7071-5940-3 ; prix : 22 €

Texte intégral

1Ce compte-rendu a fait l'objet d'une réponse dans le numéro 44 d'Archéologie médiévale : https://journals.openedition.org/​archeomed/​8220.

  • 8 Isabelle Catteddu, Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge (ve-xie siècle), Paris, L (...)

2Cet ouvrage fait suite à deux autres présentant l’archéologie médiévale et publiés dans la même collection co-éditée par l’Inrap8. La plus importante part du texte est le fait de Florence Journot, rédactrice de deux chapitres, l’un sur l’environnement et les campagnes et l’autre sur la ville. Deux auteurs donnent chacun un chapitre, l’un sur l’archéologie du voyage (Gilles Bellan, avec un complément par Michel L’Hour) et l’autre sur Dieu et les morts (Pierre-Yves Balut), trois autres ont écrit l’essentiel du chapitre sur les céramiques modernes (Véronique Abel, Alban Horry et Fabienne Ravoire) et 25 auteurs donnent des encarts d’une ou deux pages. Le chapitre de mise en perspective, qui analyse les rapports entre archéologie et anthropologie, est signé de Florence Journot et Gilles Bellan, l’avant-propos et la conclusion étant anonymes.

3L’ouvrage est donné, ce qui est de bonne pratique, comme étant « sous la direction de Florence Journot et Gilles Bellan » et non, comme dans le cas des deux précédents consacrés au Moyen Âge dans la même collection, comme l’œuvre unique d’une auteure.

4Une ambiguité existe néanmoins puisque la p. 4 sous le titre « Les auteurs » mentionne sept noms : en tête les deux précédents puis par ordre alphabétique ceux de Véronique Abel, Pierre-Yves Balut, Alban Horry, Michel L’Hour et Fabienne Ravoire. Parmi ces sept auteurs principaux, le contraste est frappant entre les deux éditeurs de l’ouvrage et quatre des cinq autres qui sont des praticiens de l’archéologie spécialisés dans le champ chronologique que couvre cet ouvrage et qui ont publié sur ce sujet, les deux éditeurs de l’ouvrage n’étant guère dans cette double situation.

  • 9 Les initiales « F.J. et A.H. » des auteurs d’un encart p. 41 ne sont pas développées p. 177.

5Autre ambiguité : tous les textes, chapitres et encarts, sont signés par des initiales qui sont tantôt celles des sept auteurs principaux, dont la liste est p. 4, tantôt celles de l’un des 25 auteurs d’encarts, présentés p. 177, ce qui d’ailleurs ne facilite pas l’identification des rédacteurs9. Plus largement, l’emploi d’initiales pour signer des textes est une pratique apparue dans l’archéologie il y a une vingtaine d’années et que rien ne justifie : l’apport des auteurs doit être indiqué clairement par leur nom sous leur texte et dans le sommaire des publications, ce qui n’est pas le cas ici p. 5.

6L’ouverture d’esprit dont témoigne cet ouvrage par rapport aux deux consacrés au Moyen Âge dans la même collection est une bonne surprise. La diversité des origines institutionnelles des auteurs de cet ouvrage est en effet notable : si 19 sont des salariés de l’Inrap, on en trouve quatre rattachés aux collectivités, cinq à des universités et trois au ministère de la Culture. Dans le texte et à plusieurs reprises, l’apport décisif d’universitaires ou de chercheurs du CNRS est évoqué, d’autres étant cependant délibérément ignorés dans le texte et dans une moindre mesure dans la bibliographie.

7Avant d’aborder le contenu, il faut faire quelques remarques sur la forme. Parmi divers errements, l’usage très souvent fautif de la ponctuation (p. 54, 55, 59, 60, 68, 72, 77, 89, 95, 125, etc.), du pronom relatif « qui » (p. 61, 73, 75, 121, etc.) et l’emploi de néologisme comme «gradualiser» (p. 64). Les expressions fautives sont nombreuses, comme « l’implication de wagonnets » au lieu de « l’utilisation » (p. 69), la fouille de Pampailly qui « a renseigné une mine d’argent » (p. 72) ou un universitaire qui « a promu la recherche quant aux carrières » (p. 77). On trouve aussi des formulations très incertaines comme « […] les spécialistes singularisent un stade “industriel” eu égard aux dimensions de l’entreprise » (p. 75) et « À l’encontre du prestige surdimensionné accordé aux voies romaines » (p. 116). Des mots sont employés hors de leur sens, comme par exemple « arcanes » au lieu de « procédés » ou « techniques » (p. 48 et p. 81).

8Certaines expressions sont douteuses : ainsi quand l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert est déclarée « inégalement à la page » (p. 67). Des passages sont du jargon ou des errements intellectuels : « […] le volume dans cette collection écrit par Joëlle Burnouf, qui envoie dans l’obsolescence la réputation misérabiliste et obscurantiste faite à cet âge dit « Moyen », parce que coincé par les juges des Arts et Lettres entre Antiquité et Renaissance, la “renaissance” de prétendus idéaux antiques » (p. 87) et « Quels que soient les sentiments et les aveux dont aurait à connaître l’historien, la distinction saisissable par l’archéologue est techniquement formalisée » (p. 146).

  • 10 Lucy Vallauri et Jean-Louis Vayssettes(dir.), Montpellier, terre de faïences : potiers et faïencier (...)

9Sans être exhaustif, il faut aussi mentionner des erreurs. Ainsi, le fort Boyard ne date pas de Napoléon (p. 48) : il a été envisagé en 1804, mais la construction a été faite en réalité sous la monarchie de Juillet et achevée en 1857. Les bénitiers présentés p. 144 comme venant de la fouille d’un atelier de potier de Montpellier et datant du début du xviiie siècle sont en fait le produit de l’atelier Boissier, fouillé en 1999-2001 et en 2005 et qui est actif dans la seconde moitié du xviie siècle10.

10Il y aurait beaucoup à dire sur la bibliographie de huit pages qui termine l’ouvrage. Nous nous contenterons de deux observations essentielles qui concernaient aussi les deux volumes sur le Moyen Âge parus dans la même collection.

  • 11 Enquête sur les revues d’archéologie du territoire national, août 2007, Comité des publications et (...)

11La première est l’absence quasi totale de références biblio­graphiques à propos de la plupart des encarts qui présentent le plus souvent des fouilles préventives en effet inédites. Le faible nombre de publications issues du préventif est un phénomène bien connu, mais encore plus net dans le cas des époques modernes et contemporaines qu’à propos du Moyen Âge : une enquête achevée en 2007 a montré que « la part de l’archéologie de la période moderne, qui s’appuie avant tout sur des données issues des fouilles urbaines, est de 1,5 % des pages utiles dans les deux revues nationales et les dix revues interrégionales d’archéologie analysées, soit à peu près la même que celle du paléolithique »11.

12La seconde remarque est relative aux lacunes de cette bibliographie, lacunes pour une part peut-être involontaires, en fait souvent volontaires.

13Après un avant-propos, l’ouvrage est composé de six chapitres séparés par une « mise en perspective » et suivis d’une conclusion, de la bibliographie et d’un index.

14Le chapitre sur l’environnement et les campagnes présente les archéologies environnementales, les cultures et l’élevage, des espaces comme la haute montagne, la forêt et les jardins, donc des orientations archéologiques récentes. Quelques encarts exposent des éléments très originaux comme les murs à pêche de Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ou l’apiculture à l’époque moderne. L’habitat rural, en deux pages et demie, est très sommairement traité, avec deux encarts anecdotiques. Les habitats des élites sont présentés en trois pages, mais sans encarts, c’est-à-dire sans exemples issus du terrain.

15L’archéologie de la ville, en vingt pages, est très caractéristique de la plus grande part de cet ouvrage : c’est une succession de monographies entrecoupées d’encarts dont certains présentent de très intéressants travaux de terrain, alors que d’autres sont anecdotiques. Comme à propos de l’habitat rural, on attend en vain une conclusion montrant l’intérêt de l’archéologie des xvie-xixe siècles en dehors de connaissances monographiques. L’époque examinée est celle où les matériaux et la typologie des habitats ruraux et urbains sont désormais bien établis : l’archéologie a peut-être quelque chose d’original, d’important même, à dire à propos de ces grandes questions ?

16Le chapitre sur l’archéologie des industries et l’archéologie industrielle montre, par son titre, l’une des ambiguïtés constantes de cet ouvrage : étude des industries par l’archéologie ou histoire des techniques illustrée par l’archéologie ? Les thématiques abordées (les mines et la métallurgie, l’industrie du bâtiment, « l’univers industriel », le sucre et le sel) sont, comme dans les chapitres précédents, intéressantes et illustrées par quelques encarts originaux, par exemple celui sur la télégraphie aérienne. D’autres encarts, par leur faible développement ou la manière dont ils sont rédigés, laissent le lecteur sur sa faim. Une fois de plus, aucune conclusion ne montre l’apport original de l’archéologie à ces questions.

17Le chapitre sur les céramiques modernes tranche avec tous les autres. Il est composé, après une courte introduction qui donne quelques repères historiographiques, par trois textes qui, avec des encarts intéressants, présentent l’histoire de la production céramique dans la France septentrionale, la région autour de Lyon et dans l’arc méditerranéen, avec la volonté d’aborder la plupart des types, des poteries communes de Corse à la porcelaine. Il est regrettable que certains secteurs géographiques ne soient pas examinés, par exemple le Centre-Ouest et le Sud-Ouest où des recherches récentes ont considérablement renouvelé nos connaissances depuis une vingtaine d’années.

18Le chapitre « Pour une archéologie du voyage » renoue avec les caractéristiques des trois premiers chapitres : enchaînement dans le texte d’approches monographiques, traitement d’une part seulement du sujet, présentation de quelques encarts originaux et intéressants dont on peut parfois regretter qu’ils ne soient pas plus développés. Des sujets comme le pont ou la monture sont très sommairement abordés, alors que la voiture, la montre et surtout la carte, qui ne sont pas des thèmes qui s’imposent immédiatement à l’esprit quand on pense à l’archéologie de l’époque moderne, sont longuement étudiés et d’une manière d’ailleurs intéressante. La fin du chapitre est consacrée aux épaves maritimes modernes et contemporaines, avec donc une impasse complète sur les cours d’eau et les lacs. L’auteur, Michel L’Hour, insiste avec raison sur l’intérêt de ce genre de fouille même pour les époques quasiment contemporaines.

19Le chapitre final « Fréquenter Dieu et les morts » est le plus caractéristique d’une autre tendance que l’on trouve dans la majeure partie de cet ouvrage : un raisonnement qui peine à distinguer ce qui relève de l’histoire, de la sociologie, de l’étude des vestiges matériels de toutes sortes et de toutes natures, etc. Les encarts sont inégalement pertinents ou intéressants. Celui consacré aux Grimby Chums du 10e bataillon du Lincolnshire Regiment, c’est-à-dire à la fouille d’une fosse contenant 20 corps de soldats britanniques morts lors de l’offensive d’Artois en 1917, montre bien ce que la fouille des inhumations de conflits ou de catastrophes, y compris d’époque récente, a apporté d’original et d’important ces dernières années. L’encart sur les sépultures de catastrophe à Issoudun est intéressant, mais trop rapide pour être aussi démonstratif qu’il pourrait l’être.

20La lecture de cet ouvrage laisse un sentiment mitigé : alors que certains passages ou encarts montrent la pertinence d’une archéologie des xvie-xxe siècles, la banalité ou la superficialité de certains développements généraux, notamment dans l’avant-propos, la mise en perspective, le chapitre sur Dieu et la mort et la conclusion, sont frappants.

21Gilles Bellan et Florence Journot dans le chapitre de mise en perspective et les auteurs anonymes de l’avant-propos et de la conclusion se félicitent du caractère novateur d’un tel ouvrage et ils soulignent l’ouverture d’esprit de ceux qui ont rendu cette ­publication possible, notamment, p. 177, Jean-Paul Demoule, ancien président de l’Inrap et fondateur de cette collection. Une part du malaise que l’on a à la lecture de cet ouvrage vient de cette vision inacceptable : l’archéologie de l’époque moderne et contemporaine existe en France depuis bien plus longtemps que ne veut le dire cet ouvrage.

22Cette erreur de perspective peut avoir deux raisons : l’une liée à la volonté de nier les faits, l’autre résultant de l’ignorance de la réalité du terrain et des publications des quarante ou cinquante dernières années.

23Cet ouvrage, comme les deux consacrés au Moyen Âge et publiés dans la même collection, montre en effet que pour certains et certaines l’histoire de l’archéologie de la longue période qui va du ve au xxe siècle est un enjeu politique qui les conduit à ne pas citer certains travaux français, à ne jamais évoquer l’histoire de la discipline hors de France et surtout à survaloriser l’apport des années récentes et par ce biais du préventif. Est caractéristique à cet égard l’avant-propos de l’ouvrage dans lequel deux événements sont donnés comme fondateurs de l’archéologie moderne et contemporaine : la création par l’archéologue helléniste Philippe Bruneau en 1977, à l’Université de Paris IV, d’un centre d’archéologie qui se consacrera à cette époque (p. 19-20) et les fouilles du Grand Louvre entre 1983 et 1991 où « les époques modernes et contemporaines vont pour la première fois être étudiées délibérément » (p. 21). Pourtant dans l’ouvrage même, le chapitre sur les céramiques présente une genèse historique bien différente et plus conforme à la réalité : Florence Journot écrit qu’à « partir de 1970, la céramique moderne et contemporaine entre peu à peu dans le champ de l’archéologie » (p. 97 ; cf. aussi p. 99) et, un peu plus loin (p. 110), Véronique Abel indique que dès les années 1960 et 1970 « à Marseille, des céramiques modernes sont recueillies » et que dès 1982 les fouilles de Fréjus « font entrer la céramique moderne dans la recherche provençale ».

  • 12 Jean Chapelot (dir.), Potiers de Saintonge. Huit siècles d’artisanat rural, Catalogue de l’expositi (...)
  • 13 Jean Chapelot, Henri Galinié et Jacqueline Pilet-Lemière (dir), La céramique (ve-xixe s.). Fabricat (...)

24C’est probablement en effet l’étude de la céramique qui a été en France et bien avant le développement des fouilles urbaines la première manifestation d’un intérêt pour l’archéologie des périodes modernes et contemporaines, avec par exemple la fouille programmée ou préventive de fours de potiers des xvie-xviiie siècles dès les décennies 1960-1970, notamment dans le Beauvaisis et en Saintonge12. Les traditions anciennes d’étude de la production céramique à partir des textes, des collections muséographiques et des enquêtes ethnographiques et l’apparition de l’archéologie industrielle expliquent cette précocité de l’intérêt des archéologues pour la céramique des xvie-xviiie siècles. Ce n’est pas par hasard qu’en 1983, lors d’une réunion tenue à Caen et lors de laquelle a été décidée la création de la Société d’archéologie médiévale, le thème du premier congrès de cette société, voté en séance, a été la céramique et avec de surcroît la volonté explicite d’étendre le champ d’étude jusqu’au xixe siècle13.

25Une autre dimension essentielle manque totalement dans cet ouvrage : l’influence étrangère. Il est ridicule, même si l’on ne veut traiter que de la France, de présenter l’archéologie médiévale, moderne et contemporaine comme s’étant constituée dans notre pays et dans les trente ou quarante dernières décennies sans influences extérieures. Ce sont même celles-ci qui expliquent le caractère novateur des recherches sur la céramique médiévale, en réponse à la curiosité, dès les années 1960, des archéologues anglais, néerlandais et autres, soucieux d’identifier les importations céramiques françaises qu’ils trouvaient dans leurs fouilles. Puis dès la fin des années 1960 et dans la décennie suivante, ce sont les archéologues nord-américains fouillant des sites coloniaux français aux USA et au Canada qui vont jouer le même rôle. Ignorer cette influence nord-américaine quand on traite de l’archéologie des xvie-xviiie siècles, c’est se priver des chronologies fines du matériel archéologique exporté que fournissent les sites français d’Amérique du Nord.

  • 14 En dehors de très nombreuses publications nord-américaines, dont quelques-unes seront évoquées plus (...)

26En outre, ce qui est dit dans cet ouvrage montre une ignorance profonde de la réalité de l’archéologie nord-américaine14 : ainsi la présenter comme l’étude de « vestiges coloniaux », comme une activité dont « le lien est toujours resté fort avec l’histoire académique, via la Society for Historical Archaeology » et qui pour une part « relève de ce qui est appelé la New Archaeology, courant représenté notamment par le controversé Lewis R. Binford » (p. 15).

27Dès les années 1970 sinon même avant, les archéologues nord-américains ont commencé la fouille de campements indiens contemporains de l’époque coloniale et d’habitats ou de cimetières d’esclaves et ont étudié les contacts entre amérindiens et euro-américains. Écrire dans le chapitre de mise en perspective, p. 95, que « l’occidentalisation d’une partie du monde (et ses effets en retour) est un phénomène qui pourrait être utilement traité par l’archéologie, et pas seulement par les sciences sociales » est juste, mais c’est un souhait qui a été exaucé depuis longtemps par les archéologues anglo-saxons : c’est l’un des courants les plus actifs de l’Historical archaeology comme en témoignent une multitude de publications spécialisées parues depuis vingt ou trente ans.

  • 15 Lewis R. Binford, « A discussion of the Contrasts in the Development of the Settlement at Fort Mich (...)
  • 16 Paul Courbin, Qu’est-ce que l’archéologie ? Essai sur la nature de la recherche archéologique, Payo (...)

28Évoquer les liens entre l’archéologie historique nord-américaine et l’enseignement « académique » de l’histoire n’a pas de fondement, tout spécialement dans le cas de la Society for Historical archaeology, créée en 1968 et qui est au contraire très marquée par une forte tradition anthropologique caractéristique d’une large part de l’archéologie nord-américaine. Cette orientation est moins nette au Canada dont les relations avec l’archéologie européenne, anglaise et française notamment, ont été importantes. Dire de Lewis R. Binford qu’il est « controversé » laisse songeur : ce dernier qui, il faut le rappeler, a commencé sa carrière au début des années 1960 en participant à la fouille du fort de Michilimackinac (Michigan), construit pendant les guerres franco-anglaises, et qui a publié un article fondateur sur ce que la céramique nous apprend sur les sociétés de cette époque15, est devenu en 2001 membre de la National Academy of Sciences, ce qui n’est pas courant pour des scientifiques « controversés ». Il est probable que Florence Journot et Gilles Bellan ne connaissent Binford et la New Archaeology que par le biais du très regrettable ouvrage publié par Paul Courbin en 1982 et cité dans la bibliographie de l’ouvrage16.

  • 17 Les seuls titres dans une langue autre que le français sont un article et un livre en anglais cités (...)
  • 18 À des titres divers et en s’en tenant aux publications les plus récentes, les ouvrages les plus rep (...)

29Ouvrir, p. 163-164, la bibliographie en citant comme «ouvrages généraux» divers articles de second ordre est significatif. Dans ces huit pages, l’existence de revues essentielles comme Post Medieval Archaeology, qui paraît depuis 1967, et Historical Archaeology, qui existe depuis 1968, n’est pas évoquée, aucune publication étrangère, même écrite en français au Québec ou en Belgique, n’est citée17. Plus largement, aucun des ouvrages parus ces dix ou quinze dernières années et consacrés à l’Historical Archaeology n’est mentionné : ils constituent pourtant en Amérique du Nord, dans une partie de l’Europe, en Australie, etc., une base de réflexion sans précédent sur ce que peut être une étude de l’époque historique s’appuyant sur l’ensemble des données documentaires disponibles, dont l’archéologie18.

30S’élever, p. 88, contre « la prise de position, facile et lourde de conséquences néfastes, qui consiste à assimiler l’archéologie à la fouille » et l’ignorance par certains sociologues, historiens ou historiens d’art (p. 161-162) des données archéologiques concernant les xvie-xixe siècles est de peu d’importance. La même attitude a existé pendant longtemps à l’égard de l’archéologie de la période médiévale : cette incompréhension n’est qu’une péripétie qui à terme sera dépassée. Savoir ce qu’est l’archéologie des xvie-xxe siècles, comme se le demandent Florence Journot et Gilles Bellan, n’est pas non plus une question essentielle : cette archéologie existe de fait et depuis plus longtemps qu’ils ne veulent bien le dire.

  • 19 James Deetz, In Small Things Forgotten, An Archaeology of Early American Life, Anchor Press/Doubled (...)
  • 20 Neil Kamil, Fortress of the Soul : Violence, Metaphysics and Material Life in the Huguenots’ New Wo (...)
  • 21 Peter E. Pope, Fish into Wine : The Newfoundland Plantation in the Seventeenth Century, University (...)

31Il est plus intéressant, comme ils l’évoquent à plusieurs reprises, de s’interroger sur la place de l’archéologie des époques moderne et contemporaine dans le champ des sciences humaines. On peut répondre à cette question de deux manières. L’une peut être de jeter l’anathème sur ceux, sociologues, historiens ou autres, qui n’utilisent pas les données archéologiques. L’autre, plus simple et dont l’Historical Archaeology a montré l’efficacité, est de considérer que, comme dans toute discipline scientifique, après avoir défini une problématique, il faut réunir toute la documentation existante, y compris celle issue de l’archéologie au sens général, et être capable de la mettre en forme. Quatre ouvrages nord-américains parmi bien d’autres sont exemplaires de cette approche. Deux, rapidement devenus des classiques, s’intéressent à la Virginie qui, depuis les années 1950 et l’arrivée de l’archéologue anglais Igor Noël Hume, a été le creuset fondateur de l’archéologie historique pour une large part de l’Amérique du Nord19. Deux autres, moins connus, n’en sont pas moins une bonne démonstration de ce que les données archéologiques peuvent apporter d’original à des problématiques historiques très spécifiques. Le premier, qui s’inscrit dans les thématiques récentes d’étude de l’art produit par les protestants en Europe et en Amérique du Nord aux xvie-xviie siècles, montre ce que la céramique de Saintonge des xvie-xviie siècles apporte à ce propos20. Le second, qui étudie l’histoire de Terre Neuve au xviie siècle, utilise les données archéologiques issues des fouilles d’établissements de pêche et les découvertes de productions céramiques françaises21.

32Florence Journot et Gilles Bellan soulignent, p. 91, que le développement de l’archéologie moderne et contemporaine « passe par la qualité scientifique de sa problématique ». Toute la question est là si l’on veut éviter que l’archéologie des périodes moderne et contemporaine ne garde qu’un intérêt anecdotique ou ne soit qu’un bruit de fond médiatique. Mais il faut alors bien dégager les conséquences d’une telle obligation méthodologique qui concerne toutes les périodes pour lesquelles l’archéologie n’est qu’une source documentaire parmi d’autres plus évidentes et utilisées depuis plus longtemps comme le sont les sources écrites. Plus la documentation est abondante et diversifiée, plus il est nécessaire, pour étudier un sujet quelconque, de constituer rationnellement le corpus documentaire (qui peut devenir envahissant si l’on n’y prend garde) et de l’exploiter ensuite grâce à une problématique maîtrisée. L’archéologie du Moyen Âge et plus encore celle des périodes moderne et contemporaine sont des activités complexes qui exigent de ceux qui les pratiquent une culture générale diversifiée, y compris historique. L’une des dimensions qui manque à cet ouvrage, c’est la conscience que l’archéologie des xvie-xixe siècles ne peut se borner à une étude monographique de sites ou de thématiques souvent imposées par la demande sociale non maîtrisée par les chercheurs qu’est le préventif.

  • 22 Sur cette situation : Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie s. ou com (...)
  • 23 Selon le Catalogue collectif français (qui donne accès à plus de trente millions de documents conse (...)

33Il est certain que dans notre pays, surtout en comparaison avec d’autres voisins comme les îles Britanniques, l’archéologie de la période médiévale ne témoigne pas d’une vitalité et d’une productivité intellectuelle éclatantes et surtout à la hauteur de la considérable croissance de moyens de ces dix ou vingt dernières années22. Mais le contraste entre la France et d’autres pays est encore plus éclatant dans le cas de l’archéologie des époques moderne et contemporaine : présenter celle-ci comme une nouveauté est le plus étonnant aspect de cet ouvrage qui ignore superbement la très vive et productive réflexion qui s’est développée dans le monde depuis vingt ans autour de l’Historical Archaeology. En quelques années, à propos de thématiques comme la diffusion dans le monde du capitalisme, du colonialisme ou de l’esclavage, la genèse des sociétés contemporaines, les contacts entre peuples, etc., se sont développées une réflexion internationale et une considérable bibliographie qui présentent l’intérêt de l’archéologie parmi d’autres sources documentaires. L’ouvrage édité par Florence Journot et Gilles Bellan illustre l’isolement et le provincialisme d’une part de l’archéologie française. Cette situation est confirmée par une observation : sur les 14 ouvrages anglo-saxons cités ci-dessus dans les notes 18, 19, 20 et 21 et que l’on peut considérer comme marquants, dix seulement sont présents dans une bibliothèque publique23, en l’occurrence la seule Bibliothèque nationale de France, et quatre (et non des moins intéressants) n’existent dans aucune des bibliothèques du réseau.

Haut de page

Notes

8 Isabelle Catteddu, Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge (ve-xie siècle), Paris, La Découverte, 2009 ; Joëlle Burnouf, Archéologie médiévale en France : le second Moyen Âge, xiie-xvie siècle, Paris, La Découverte, 2008. Voir le compte rendu de ces deux ouvrages par Jean Chapelot, Archéologie médiévale, t. 41, 2011, p. 366-370.

9 Les initiales « F.J. et A.H. » des auteurs d’un encart p. 41 ne sont pas développées p. 177.

10 Lucy Vallauri et Jean-Louis Vayssettes(dir.), Montpellier, terre de faïences : potiers et faïenciers entre Moyen Âge et Renaissance, Milan, Silvana, Silvana Editoriale, 2012.

11 Enquête sur les revues d’archéologie du territoire national, août 2007, Comité des publications et de la diffusion de la recherche archéologique (CPDRA), Direction de l’architecture et du patrimoine (IGAPA ; SDArchetis), p. 164-165. Ce document est téléchargeable : http://www.archeologie.culture.gouv.fr.

12 Jean Chapelot (dir.), Potiers de Saintonge. Huit siècles d’artisanat rural, Catalogue de l’exposition du Musée national des arts et traditions populaires, Paris, novembre 1975-mars 1976, Paris, Éditions de la réunion des musées nationaux, 1975.

13 Jean Chapelot, Henri Galinié et Jacqueline Pilet-Lemière (dir), La céramique (ve-xixe s.). Fabrication-commercialisation-utilisation, Actes du Premier congrès international d’archéologie médiévale, Paris, 4-6 octobre 1985, Société d’archéologie médiévale, Caen, 1987.

14 En dehors de très nombreuses publications nord-américaines, dont quelques-unes seront évoquées plus bas, il existe un ouvrage en français qui donne une bonne idée de la question, avec deux réserves : sa date déjà un peu ancienne et son intérêt pour les seuls États-Unis alors que l’exemple du Canada est original et intéressant : Maria-Teresa Penna, L’archéologie historique aux États-Unis, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1999.

15 Lewis R. Binford, « A discussion of the Contrasts in the Development of the Settlement at Fort Michilimackinac under British and French rule », dans Southeastern Archaeological Conference Newsletter, 1962, 9(1), p. 50-52.

16 Paul Courbin, Qu’est-ce que l’archéologie ? Essai sur la nature de la recherche archéologique, Payot, 1982 ; traduction anglaise : Id., What is Archaeology ? An Essay on the Nature of Archaeological Research, University of Chicago Press, 1988.

17 Les seuls titres dans une langue autre que le français sont un article et un livre en anglais cités dans la bibliographie de l’avant-propos. Parmi les publications francophones qui auraient pu être citées, l’ouvrage pionnier de Frans Verhaeghe et Marcel Otte (dir.), Archéologie des Temps Modernes, Actes du colloque de Liège 1985, 2 vol., ERAUL, 1988.

18 À des titres divers et en s’en tenant aux publications les plus récentes, les ouvrages les plus représentatifs sont : Mary C. Beaudry (éd.), Documentary Archaeology in the New World, Cambridge University Press (New directions in archaeology), 1993 ; Charles E. Orser, A historical archaeology of the modern world. Contributions to global historical archaeology, Springer, 1996 ; Id., Encyclopedia of historical archaeology, Londres, Routledge, 2002 ; Mark P. Leone et Parker B. Potter, Historical archaeologies of capitalism. Contributions To Global Historical Archaeology, Springer, 1999 ; Dan Hicks et Mary C. Beaudry, The Cambridge companion to historical archaeology, Cambridge University Press, 2006 ; Teresita Majewski et David Gaimster, International Handbook of Historical Archaeology, Springer, 2009. On peut rattacher à cette réflexion deux ouvrages qui sont centrés pour une part sur le Moyen Âge : John Moreland, Archaeology and text, Duckworth, 2001 (Duckworth debates in archaeology) et Id., Archaeology, theory and the Middle Ages : understanding the early medieval past, Londres, Duckworth, 2010.

19 James Deetz, In Small Things Forgotten, An Archaeology of Early American Life, Anchor Press/Doubleday, 1977 (2e éd., New York, 1996) ; Anne E. Yentsch, A Chesapeake Family and Their Slaves : A Study in Historical Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 1994. On lira avec intérêt la biographie, parue récemment, d’Ivor Noël Hume qui est l’un des pères de l’Historical Archaeology nord-américaine : Ivor Noël Hume, A Passion for the Past : The Odyssey of a Transatlantic Archaeologist, University of Virginia Press, 2011. Je publierai prochainement un compte-rendu approfondi de cet ouvrage en marquant ce qu’il représente dans l’histoire de l’archéologie historique nord-américaine.

20 Neil Kamil, Fortress of the Soul : Violence, Metaphysics and Material Life in the Huguenots’ New World, 1517-1751, Johns Hopkins University Press, 2005. Plus généralement mais sur le même thème : David Gaimster et Roberta Gilchrist (éd.), The archaeology of Reformation 1480-1580. Papers given at the Archaeology of Reformation Conference, February 2001, Leeds, W.S. Maney & Son Ltd, 2003 (The Society for Post-Medieval Archaeology, Monograph 1).

21 Peter E. Pope, Fish into Wine : The Newfoundland Plantation in the Seventeenth Century, University of North Carolina Press, 2004 ; cf. aussi Peter Pope et Michael Batt, « Post-medieval Breton earthenwares in Newfoundland », Post-Medieval Archaeology, vol. 42, Number 1, June 2008, p. 48-74.

22 Sur cette situation : Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie s. ou comment changer d’époque », dans Jean Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Actes du congrès de la société d’archéologie médiévale, Vincennes, 16-18 juin 2006, Caen, Publications du CRAHM, 2010, p. 393-436 ; Id., « Retour critique sur l’évolution des dispositifs de recherche dans l’archéologie médiévale », dans Elisa Brilli, Pierre-Olivier Dittmar et Blaise Dufal (éd.), Faire l’anthropologie historique du Moyen Âge, colloque international organisé par le Centre de recherches historiques de l’EHESS, 21-22 novembre 2008. Article téléchargeable : http://acrh.revues.org/index2734.html.

23 Selon le Catalogue collectif français (qui donne accès à plus de trente millions de documents conservés dans 5 000 bibliothèques et centres de documentation) consulté en mai 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Chapelot, « Florence Journot et Gilles Bellan (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 390-394.

Référence électronique

Jean Chapelot, « Florence Journot et Gilles Bellan (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine », Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11293

Haut de page

Auteur

Jean Chapelot

Directeur de recherche au CNRS, UMR 8558, Centre de recherches historiques EHESS/CNRS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals