Navigation – Plan du site

Livres et périodiques reçus

p. 395-407

Plan

Haut de page

De nombreux ouvrages nous ont été adressés. Faute de rédacteurs, tous, malheureusement, ne peuvent faire l’objet d’un compte rendu détaillé ; il nous paraît cependant utile de les signaler et d’en indiquer les caractéristiques principales. Cette présentation tient compte de tous les volumes que nous avons reçus, à l’exception toutefois de ceux qui sont entre les mains des collaborateurs du bulletin critique pour une future recension.
Anne-Marie Flambard Héricher

2008

Bulletin de la commission départementale des Antiquités de la Seine-Maritime, tome LVI, 2008, 246 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte. ISSN : 0246-5825, prix non communiqué.

Outre la composition de la commission, des renseignements administratifs et la liste des publications de la Commission départementale des Antiquités, on trouve dans cet ouvrage les procès verbaux des séances 2008, la liste des édifices visités et quelques communications consacrées au répertoire des anciennes charités et confréries de l’abbé Martin (L.-R. Delsalle), à l’abbé Jean-Baptiste Lecomte, membre de la CDA (P. Manneville), un index des édifices visités entre 1991 et 2007 (P. Manneville), une présentation du mobilier des églises (P. Manneville), deux exposés de P. Sorel sur l’église Saint-Denis de Duclair et sur la chapelle Sainte-Anne-de-la-Fontaine à Saint-Pierre-de-Varengeville ainsi que deux hommages, à Thérèse Eude (Y. Turgis) et Pierre Bazin (J.-P. Watté).

2009

Barbara Vernia, Leggere i muri. Analisi degli edifici di culto nella Ravenna del V secolo D.C., Studi e scavi nuova serie 20, Alma mater studiorum, Università di Bologna, Dipartimento di Archeologia, Ante Quem, 2009, 177 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 978-88-7849-039-0, prix : 24 €

Cette collection consacrée aux travaux de jeunes chercheurs présente les résultats de l’enquête de B. Vernia sur les monuments tardo-antiques de Ravenne datés entre la fin du ive siècle et le milieu du ve siècle, à l’époque d’Honorius et de Galla Placidia. Le problème des réemplois est l’un des plus importants auxquels l’auteur a dû faire face. Tour à tour, elle examine la cathédrale catholique, le baptistère orthodoxe, l’église S. Croce, le mausolée de Galla Placidia, la basilique de Saint-Jean-l’Évangéliste et la basilique Saint-François.

2010

Archäologie in Westphalen-Lippe 2009, LWL-Archäologie für Westfalen. Alterumskommission für Westfalen, Beier und Beran, 2010, 292 p. en quadrichromie, nombreuses illustrations, courts résumés en anglais et allemand, ISBN : 978-3-941171-42-8, ISSN : 2191-1207, prix non communiqué.

Ce beau volume composé de trois parties inégales (les fouilles, les projets de recherche et les expositions advenus en Westphalie en 2009) aborde toutes les périodes de l’Acheuléen à nos jours. On retiendra les nombreuses contributions relatives au Moyen Âge et à l’époque moderne : ainsi un objet au décor médiéval dans le camp germanique d’Havixbrock (U. Lehmann), la datation par le radiocarbone de la fondation de l’église Saint-Jean-Baptiste à Lemgo (H.-O. Pollmann), la découverte, lors de fouilles conduites dans le monastère de la cathédrale de Paderborn, de l’aile d’une construction détruite par le feu en 1133 (S. Spiong et N. Baumann), la mise en évidence d’une exploitation minière à Hemer (M. Baales, E. Cichy, W. Hänisch), la découverte d’un trésor monétaire du xie s. à Halver (P. Ilisch et A.-H. Schubert), de nouveaux signes de colonisation du Moyen Âge à Kalletal-Bentorf (G. Nockemann), le cloître médiéval de Gaukirch à Paderborn et ses antécédents (S. Spiong), de nouveaux éléments sur le paysage du village altomédiéval de Hamm (E. Cichy), les découvertes des xiie et xiiie siècles (notamment un riche mobilier) au château de Falkenburg avec des crochets à loup et de la vaisselle de Raqqa (Syrie) (H. W. Peine), des apports sur les fortifications médiévales de Vreden (O. Eliger), les antécédents médiévaux du manoir de Hewensorf (W. Wintzer, C. Kneppe), la motte « Hof zum Berge » à Recklinghausen (C. Kneppe), la destruction du château à motte de Broiche à Erwitte Stirpe (R. Bergmann), des observations sur l'histoire du monastère de Herzebrock (O. Ellger), l'histoire mouvementée de la maison Weitmar à Bochum (W. Wintzer et C. Kneppe), l’infrastructure et les métiers de la métallurgie à Dortmund (B. Sicherl et H. Brink-Kloke), les restes de l'église démolie de Saint-Urbain à Gelsenkirchen-Buer (K. Bulka), les fouilles de la rue Asche à Münster (U. Holtfester), la vieille église de Ladbergen (S. Eismann), les fouilles du monastère franciscain de Warendorf (W. Wintzer et C. Kneppe), celles de l’église Saint-Paul de Soest (F. Heinze), la redécouverte du château de Patzlar (A. Bulla), les fortifications de Bevergern (A. Bulla), la découverte d’un dépotoir à Unna (E. Cichy), les fondations d’une église sur la colline de Jostberg (D. Bérenger), une latrine commune pour les laïcs au monastère de Dalheim (W. Wintzer, J. Meurers-Balke, S. Schamuhn), les fouilles du château de Werburg à Spenge qui ont livré des carreaux d’arbalètes et des boulets (W. Best), la fouille d’un bastion à Hörder Burg (D. Lammers), les fouilles du château de Sparrenburg (W. Best), celles d’un bastion de la Renaissance à Lemgo (G. Nockemann), d’une léproserie (R. Mahytka) et d’une latrine de monastère (S. Spiong et S. Schamuhn) à Paderborn.

Parmi les études, on peut lire celle d’une épée mérovingienne et de son fourreau par tomodensitométrie (U. Lehmann), la présentation de cinquante années de recherche à Beckum sur le riche matériel de sépultures saxonnes (V. Brieske), celle d’un rare objet de bronze découvert dans une sépulture carolingienne (T. Capelle) et la présentation d’objets restaurés découverts dans les restes de l’incendie du manoir de Hamm (E. Cichy).

Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, n° 184, décembre 2010, ISSN : 0007-9693, 48 p. dont 4 p. de planches photographiques noir et blanc, prix : 10 €

Ce numéro des Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry est principalement consacré à une présentation par Alain Leday et Jehan-Louis Roche des jetons aux armes de Bourges (xve-xvie s.), il comprend également une chronique de la bibliographie régionale.

Conimbriga, volume XLIX, 2010, 271 p., illustrations noir et blanc et couleur, ISSN : 0084-9189, prix non communiqué.

Cette revue annuelle de l’institut d’archéologie de la Faculté des Lettres de l’université de Coimbra est habituellement principalement consacrée à l’Antiquité. Ce numéro ne déroge pas à la règle, on y trouve cependant un long article consacré aux graffitis almohades d’Alcácer do Sal rédigé par N.-D. Cottart et 
A. R. Carvalho et une recension bibliographique.

From Studies into Ancient Textiles and Clothing, FAH Fasciculi Archaelogiae Historicae, fasciculus XXIII, 2010, Institute of Archaeology and Ethnology of Polish Academy of sciences, Polish Academy of sciences, Łódź, 102 p., dessins et photos noir et blanc et couleur dans le texte, PL ISSN : 0860-0007, prix non communiqué.

Ce numéro des FAH Fasciculi Archaelogiae Historicae, qui couvre une chronologie large, est entièrement consacré aux textiles et au vêtement. Outre une préface de J. Maik, il renferme dix contributions en allemand et en anglais. J. Banck-Burgess présente d’abord l’étude d’une sépulture du haut Moyen Âge montrant l’apport des fibres organiques décomposées, U. Mannering évoque ensuite la découverte d’Huldremose : une femme du premier âge du fer au costume exceptionnel. J. Maik pose la question du rapport entre les habits et l’identité culturelle dans la culture de Wielbark. K. Urbanová, interprétant des fragments de textile de la période des migrations, découverts sur le site de Záluží près de Čelákovice, s’interroge sur la nature d’un tissu : linceul ou vêtement de funérailles ? I. Žeiere observe les tissus de lin de la fouille de Latvia, H. Březinová, les galons tchèques tressés ou tissés, A. Rybarczyk, le matériau des vêtements médiévaux de Poméranie et K. Tidow, les tissus de laine et les outils du nord de l’Europe. Enfin H. Zimmermann jette un regard de détective sur des lambeaux de vêtements du xvie siècle, R. Rammo observe les vêtements d’une femme estonienne à la charnière du xviie et du xviiie siècle, M. Grupa étudie les vêtements liturgiques provenant de fouilles d’églises de Varsovie et de Końskowola et A. Drążkowska présente la conservation des textiles provenant des sépultures collectives de Katyń et Kharkiv.

Índice Histórico Español, vol. XLVI, n° 123, 2008 [2010], Publication semestrielle du Centre d’Études historiques internationales, Faculté de géographie et d’histoire, Publications et éditions, Université de Barcelone, Barcelone, 380 p., ISSN : 0537-3522, prix : non communiqué et Índice Histórico Español, vol. XLVII, n° 124, 2009 [2011], Publication semestrielle du Centre d’Études historiques internationales, Faculté de géographie et d’histoire, Publications et éditions, Université de Barcelone, Barcelone, 408 p., ISSN : 0537-3522, prix : non communiqué.

Il s’agit dans les deux cas d’une recension bibliographique thématique. Parmi les thèmes, on trouve notamment l’histoire de l’Espagne, le Moyen Âge et l’histoire moderne.

Quaderni della Soprintendenza Archeologica del Piemonte, 25, 2010, Ministero per i beni e le Attività Culturali, Turin, 287 p., prix non communiqué

Ce volume renferme huit contributions et de très nombreuses et courtes notices de fouille concernant les provinces d’Alessandria, d’Asti, de Biella, de Cuneo, de Novara, de Torino et de Verbano Cusio Ossola, ainsi que des informations concernant le musée des Antiquités de Turin. Parmi les articles, nous retiendrons la présentation d’une inscription carolingienne peu connue de l’ancienne cathédrale de Turin (M. Aimone).

Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 2010, 165 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 25 €

Outre la nécrologie de Jean Debord et sa bibliographie, le volume présente les nouvelles découvertes réalisées sur le site de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) ainsi que sur les fossés en croix de ce même site. Une dernière importante contribution concerne le souterrain aménagé (xviiie siècle) de Mesnil-Domqueur dans la Somme (B. Petit), le mobilier qui y a été découvert et les graffitis présents sur les parois.

Revue archéologique d’Île-de-France, n° 3, 2010, 285 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 2101-3608, prix : 18 €

Ce numéro de la Revue archéologique d’Île-de-France réunit douze contributions parmi lesquelles nous en retiendrons cinq qui portent, même partiellement, sur les périodes médiévale, moderne et contemporaine. En premier lieu, S. Ardouin, T. Galmiche, H. Hadjouis et L. Fleury s’attachent à l’extension et à la chronologie de la nécropole médiévale de Créteil, puis C. Gonçalves-Buissart, C. Héron, Y. Le Béchennec dressent l’état des connaissances sur Drancy depuis La Tène jusqu’à l’époque moderne. À Tremblay-en-France, la surveillance des travaux conduits sur l’église Saint-Médard et ses abords a permis à I. Lafarge et A. Rémy de mieux connaître l’édifice et son intégration dans le village. D. Couturier tente une approche pragmatique du milieu urbain, en l’occurrence Meaux. Enfin O. Bauchet et S. Lepareux-Couturier présentent le moulin-pendant de Villenoy en Seine-et-Marne comme exemple de transition entre meunerie artisanale et minoterie moderne.

Paolo Racagni (édité par), La Basilica ritrovata. I restauri dei mosaici antichi di San Severo a Classe, Ravenna, Bologne, Ante Quem, 2010, 266 p. en quadrichromie, nombreuses illustrations dans le texte, ISBN : 978-88-7849-053-6, prix : 30 €

Ce volume a pour objet de présenter la méthodologie de la restauration du splendide pavement de la basilique San Severo, dernier témoignage du siècle d’or de Ravenne, découvert lors de fouilles il y a plus de 50 ans. L’auteur de l’ouvrage, Paolo Racagni, qui a conduit la restauration, réunit des contributions qui abordent différents aspects de ce travail.

Après une présentation générale de E. Signorino, L. Malnati et A. Ranaldi, l’éditeur livre quelques réflexions méthodologiques sur la présentation des pavements de mosaïque et leur conservation. À partir des découvertes récentes d’artefacts, E. Cirelli et E. Lo Mele évoquent la culture matérielle qui se dessine dans la basilique. Les sols de mosaïque de San Severo dans leur ensemble sont ensuite présentés par R. Farioli Campanati avant que V. Manzelli ne dresse l’état des lieux de la documentation relative à la campagne de fouille 1964-1967 et à l’identification du pavement de mosaïque actuellement restauré. L’étude technique des matériaux et de leur état de conservation présentés par C. Fiori et M. Vandini précèdent la description du travail lui-même par P. Perpignani.

En appendice, M. G. Maioli évoque l’édifice romain situé sous l’église San Severo et A. Foschini présente la restauration des mosaïques de la Crypte Rasponi, près du palais de la Province de Ravenne.

2011

Andrea Augenti (sous la direction de), Classe. Indagini sul potenziale archeologico di una città scomparsa, Studi e scavi, nova serie 27, Bologne, Ante quem, 2011, 286 p., illustration dans le texte noir et blanc avec quelques pages couleur. ISBN : 978-88-7849-052-9, prix : 30 €

Comme l’indique le titre, l’objectif est d’évaluer le potentiel archéologique de la cité de Classe, proche de Ravenne. Il s’agit donc en premier lieu d’un recensement et d’une compilation des données géologiques, géomorphologiques, historiques… et de la création d’un modèle numérique de terrain. Les données archéologiques ont été recensées et le porentiel évalué en fonction du contexte (dépôts détruits, profondeur des vestiges subsistants enfouis, hydrographie). Un certains nombre de vestiges sont étudiés : murailles, basilique San Severo, basilica petriana et basilique Beato Probo. L’avenir de Classe est envisagé en fin de volume.

Isabella Baldini Lippolis et Anna Lina Morelli (sous la direction de), Oggetti-simbolo. Produzione, uso e significato nel mondo antico, Ornamenta 3, Bologne, Ante Quem, Alma Mater studiorum, Università di Bologna, 2011, 468 p., illustration dans le texte noir et blanc avec quelques pages couleur. ISBN : 978-88-7849-056-7, prix : 20 €

Troisième volume de la série Ornamenta, cet ouvrage est issu du séminaire de doctorat de recherche en archéologie et histoire de l’université de Bologne. Il est riche de vingt-quatre contributions consacrées à l’Antiquité et précédées d’un résumé en anglais et de mots-clés. Les sujets abordés sont variés : monnaies puniques et néopuniques d’Ibiza (L. Ilia Manfredi), joyaux et papyrus (S. Russo), offrandes de gemmes et pierres précieuses (D. Rigato), découvertes de gemmes et pierres précieuses à Bononia (C. Cavallari, C. Cornelio Cassai), images d’Auguste (I. Somà), analyse numismatique (A. L. Morelli), iconologique (L. M. Caliò), puis étude d’une copie de la patère de Rennes ornée de monnaies d’or réutilisées (A. Garuti, G. L. Calzoni). Les portraits d’Auguste dans la joaillerie (E. Filippini), l’Anneau d’Amiens (C. Perassi), le portrait de Zénobie dans l’Histoire Auguste (B. Girotti), les épingles à pendentif découvertes en contexte funéraire (I. Baldini et J. Pinar Gil), l’usage et la signification des anneaux nuptiaux tardo-antiques (V. Zanasi), les trésors symboliques des tombes barbares du iiie au viie s. (D. Quast), les objets de tradition et les objets de transition dans les pratiques de la classe aristocratique lombarde masculine sur le territoire piémontais (P. de Vingo), les éléments de ceinture provenant de nécropoles d’Émilie occidentale (M. Catarsi), les lames d’or byzantines de Calabre (F. Pannuti), les difficultés techniques et les connaissances scientifiques dans la joaillerie antique (D. Ferro), l’archéométallurgie : méthodes d’enquête et études de cas (C. Martini et G. L. Garagnani), les camées en lave du Vésuve, histoire et mythe (A. M. Capoferro Cencetti), le calice de Tassilone (P. Porta), les techniques de reconstruction du croissant lunaire en or du Fayoum (A. Pacini et M. Casagrande), les ornements dans la communication muséale (M. T. Guaitoli et F. Marzatico), et enfin la surveillance du patrimoine culturel (Cap. C. Manola) sont également présentés.

Didier Bayard, Nathalie Buchez et Pascal Depaepe (dir.), Quinze ans d’archéologie préventive sur les grands tracés linéaires en Picardie. Première partie. Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 2011, 340 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 39 €

Ce numéro de la Revue archéologique de Picardie s’ouvre sur une longue rétrospective des travaux du regretté Roger Agache
(J.-C. Blanchet et B. Bréart) complétée par une bibliographie de ses très nombreux travaux. Ensuite, le reste du volume est ­entièrement consacré aux résultats de l’archéologie préventive sur les tracés linéaires pendant les quinze dernières années. Dans cette première partie, seules les périodes anciennes (du Paléolithique à La Tène finale) sont évoquées.

André Bazzana (dir.), Madīnat Šalīš. Une ville islamique dans les marécages de l’Odiel (Huelva, Andalousie) du ixe au xiiie siècle, Études et documents, Archéologie 14, Service public de Wallonie, Namur, 424 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 978-2-87522-041-7, prix : 55 €

Au sud-ouest de l’Espagne, en Andalousie, l’île de Saltès est un espace sableux entouré de marécages de l’estuaire de l’Odiel et du Rio Tinto. Au Moyen Âge, ce site était occupé par la ville musulmane de Madīnat Šalṭīš. Cet ouvrage propose la synthèse des travaux archéologiques réalisés sur ce site entre 1988 et 2002, dans le cadre de collaborations internationales entre les services archéologiques d’Espagne, de France et de Belgique. Dix-sept auteurs ont apporté leur contribution. Après un avant-propos de P. Guichard et une introduction de A. Bazzana et J. Bedia Garcia, le volume est organisé en quatre parties. La première situe Saltès dans l’histoire d’Al-Andalus : V. Lagardère la présente comme un district frondeur et indépendant, C. Picard montre le rôle maritime de la ville dans l’essor de la navigation musulmane aux xe-xiiie siècles. Puis F. Roldan Castro présente les sources arabes médiévales et A. Bazzana, l’abandon de Saltès à l’époque chrétienne.

La seconde partie évoque Saltès jusqu’à la période médiévale. C. Baeteman traite de la situation de Saltès, ville désertée médiévale, dans l’histoire des dépôts holocènes de l’estuaire Odiel-Tinto. Puis J. Bedia Garcia et A. Ervinck, A. Lentacker et M. Van Strydonck évoquent les siècles obscurs et A. Bazzana, J. Bedia Garcia et N. Trauth, la situation de l’île, au cœur des marais.

Dans la troisième partie, A. Bazzana, M. Bertrand, J. de Meulemeester et M.-C. Delaigue abordent la distribution, la construction et l’organisation spatiale des maisons, puis A. Bazzana et J. Bedia Garcia présentent le fonctionnement de la maison almohade de Saltès. La quatrième partie traite de la vie quotidienne à travers le mobilier archéologique (A. Bazzana et Y. Montmessin) ; A. Lentacker et A. Ervynck étudient les vestiges animaux et humains et enfin A. Bazzana et N. Trauth abordent les vestiges métallurgiques.

Une conclusion d’A. Bazzana et une bibliographie complètent le volume.

Philippe Bernardi, Bâtir au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions, 2011, 335 p., illustrations noir et blanc (photos et dessins au trait) dans le texte, un cahier couleur, ISBN : 978-2-271-07094-4, prix : 25 €

L’auteur, s’appuyant principalement sur les chantiers des cathédrales, cherche à faire revivre les chantiers de construction. Son ouvrage s’organise en trois parties. Dans la première, il situe, entre industrie et artisanat, le travail du bâtiment. Il cherche à définir le métier de bâtisseur en tant que groupe socio-professionnel et à évaluer son importance numérique et économique tout en mettant en évidence sa fluidité. Il insiste sur la diversité des chantiers du fait de leur localisation et, au sein du chantier, sur la loge, sur les diverses formes qu’elle peut revêtir et sur les relations entre ouvriers et corporations. Il évalue enfin le rôle économique de la construction.

La seconde partie est consacrée aux conditions de l’entreprise : outillage employé, organisation du travail, hiérarchie, statuts et salaire sont abordés avant d’examiner les matériaux utilisés (pierre, bois, métal, chaux, plâtre, sable, terre, verre et eau).

Dans la troisième partie, il aborde l’élaboration du projet puis sa réalisation depuis les fondations jusqu’au décor en passant par toutes les étapes de la construction. Une liste des sources, une bibliographie, un glossaire et un index complètent ce volume.

Anne Bocquet-Liénard et Bruno Fajal (dir.), À propo[t]s de l’usage de la production et de la circulation des terres cuites dans l’Europe du Nord-Ouest autour des xive-xvie siècles, Tables rondes du CRAHM 5, Caen, Publications du CRAHM, 2011, 337 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-902685-64-6, ISSN : 1772-5992, prix : 37 €

À l’occasion de son cinquantième anniversaire, le centre Michel de Boüard a organisé une série de cinq rencontres. Cet ouvrage, issu de la troisième, met en exergue les recherches conduites dans le domaine de la céramologie et regroupe des communications particulièrement nombreuses et souvent écrites à plusieurs mains. Il est introduit par J. Decaëns, A. Bocquet-Liénard et B. Fajal qui évoquent l’apport du CRAHAM dans la recherche céramologique des cinquante dernières années. Puis pour ouvrir la réflexion et illustrer le dynamisme et l’actualité de la recherche, F. Ravoire évoque le projet collectif de recherches sur la céramique médiévale d’Île-de-France (xie-xve siècle) et E. Normand les premiers résultats d’un autre projet collectif de recherches qui a pour cadre le pays charentais, tandis que P. Husi présente le réseau i-ceramm consacré à la céramique médiévale et moderne.

Huit contributions ont pour objet les centres potiers. J. Chapelot (avec J.-L. Henriet) s’intéresse à celui de La Chapelle-des-Pots; P. Calderoni et E. Lecler-Huby présentent l’atelier périurbain du xvie siècle de Louviers. La production à Paris à la même époque est illustrée par l’exemple du site de l’allée des Justes dont les structures et la production sont présentées par X. Peixoto et F. Ravoire. Cette dernière utilise également les sources écrites pour connaître la production de terre parisienne entre le xiiie et le xvie siècle. C’est aussi à travers les textes que P. Mouchel-Vallon aborde les potiers du Cotentin, M.-A. Moulin, ceux d’Argentan et A. Champagne ceux du Poitou. Inversement c’est la matière première utilisée par les cisterciens de Morimond que B. Rouzeau, C. Moulis, B. Vue, A. Desforges et A. Bocquet-Liénard examinent.

L’importation des céramiques du continent vers les îles ­Britanniques est abordée par D. H. Brown pour les ports de la côte sud de l’Angleterre. A. Vince observe le cas des poteries blanches importées vers la Grande-Bretagne et l’Irlande, D. Hall celui des importations vers l’Écosse, C. McCutcheon revient sur l’Irlande et P. Davey sur l’île de Man.

La dernière partie est consacrée à des ensembles céramique découverts en milieu urbain. F. Labaune-Jean et D. Pouille évoquent le dépotoir de la place Sainte-Anne à Rennes, A. Bocquet-Liénard, D. Dufournier, M. Louis-Philippe (†) et S. Dervin celui du site de Montoir-Poissonnerie à Caen, P. Korpiun le cas de Valenciennes, S. Challe les découvertes réalisées au palais de Marie de Hongrie à Binche (Belgique). Enfin F. Fichet de Clairfontaine évoque la céramique dans les gestes funéraires en Normandie.

J. Chapelot conclut cette rencontre en s’interrogeant sur l’apport des tables-rondes dans le domaine de la céramologie.

Claude Briand-Ponsart et Yves Modéran (†), Provinces et identités provinciales dans l’Afrique romaine, Tables rondes du CRAHM 6, Caen, Publications du CRAHM, 2011, 296 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-902685-68-4, ISSN : 1772-5992, prix : 37 €

Cette table ronde qui visait à mieux cerner les réalités historiques de l’Afrique antique et l’identité provinciale réunit, après les hommages rendus à Y. Modéran et son introduction sur la notion de province, dix contributions. Les quatre premières présentent les Maurétanies (C. Hamdoune, R. Rebuffat, M. Coltelloni-Tranoy et J.-P. Laporte), puis C. Briand-Ponsart, M. Longerstay, P. Trousset et A. Mrabet abordent Numidie, Proconsulaire, Byzacène et Tripolitaine. Enfin Y. Modéran et M. Benabbès évoquent le passage de l’Empire romain au Maghreb.

Martin Carver et Jan Klápštĕ (édité par), The Archaeology of Medieval Europe, vol. 2 : Twelfth to Sixteenth Centuries, [Acta Jutlandica, Humanities Series 2011/9] Aarhus University Press, 2011, 605 p., nombreuses illustrations en couleur et noir et blanc dans le texte, ISBN 978-877934-289-7, prix : 65 €

Issu des discussions des rencontres de l’ESTMA (European Symposium for Teachers of Medieval Archaeology), cet ouvrage, paru quatre ans après le premier, conclut l’entreprise dont l’ambition est de synthétiser les principaux apports de la recherche archéologique européenne. Comme le précédent, il est le fruit de la collaboration d’enseignants en archéologie qui ont œuvré aux douze chapitres sous la direction de Martin Carver et Jan Klápštĕ. Le premier chapitre présente les objectifs ; ensuite, l’habitat, le pouvoir et la spiritualité sont envisagés tour à tour.

Marie-Claire Coste (dir.), Le corps des anges, Actes de la journée d’études sur les pratiques funéraires autour de l’enfant mort au Moyen Âge (Blandy-les-Tours, 14 novembre 2009), Conseil général de Seine et Marne, Milan, SilvanaEditoriale, 2011, 135 p., très nombreux dessins et illustrations couleur dans le texte, couverture cartonnée, ISBN : 978-2-86077-056-9, prix : 30 €

Les fouilles qui se sont déroulées durant une dizaine d’années autour du château de Blandy-les-Tours ont entraîné la mise au jour de sépultures, notamment d’inhumations de nourrissons situées autour d’un édifice religieux. Cette concentration remarquable a conduit à l’organisation d’une journée d’étude consacrée aux pratiques funéraires autour du corps de très jeunes enfants. L’ouvrage, Le corps des anges, introduit par C. Treffort, rapporte le contenu des débats. M.-C. Coste et B. Soustre de Condat-Rabourdin présentent en premier lieu les deux cimetières médiévaux de Blandy-les-Tours et situent le petit enfant dans le cimetière du xe au xiiie siècle. Puis A.-M. Tillier aborde la mort des périnatals et des nourrissons durant la Préhistoire. E. Perez revient au cimetière du haut Moyen Âge pour évoquer la place qu’occupent alors les enfants. V. Garcin, L. Poláček, P. Veleminskỳ et A. Alduc-Le Bagousse amorcent un parallèle entre deux nécropoles moldaves et la nécropole carolingienne de Cherbourg. A. Alduc-Le Bagousse et Cécile Niel poursuivent le débat en présentant le cas de cimetières paroissiaux normands où des zones d’inhumation spécifiques sont réservées aux très jeunes enfants, tandis que P. Charlier s’interroge sur les moyens de diagnostiquer par l’examen ostéo-archéologique les causes de la mort des tout-petits. Dans une dernière partie, J. Gélis présente le cas de la sépulture de l’enfant mort-né miraculé au sein du sanctuaire à répit et I. Séguy tente d’évaluer quantitativement la mortalité des premiers jours dans les populations préindustrielles.

Hendrik Dey et Elizabeth Fentress (éd.), Western monasticism Ante litteram. The spaces of monastic observance in late antiquity and the early middle ages, Disciplina monastica 7, Études sur la vie monastique au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2011, 387 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-503-54091-7, prix : 95 €

L’espace a toujours joué un rôle crucial pour définir la place que les moines et les nonnes occupaient dans le monde. Même durant les premiers siècles du phénomène monastique, caractérisés par la variété des pratiques monastiques, il fallait distinguer les moines du reste du monde : ils étaient considérés comme des êtres à part, uniques, qu’il fallait en quelque sorte séparer du reste de la population. Les contours matériels des topographies monastiques, naturelles et artificielles, sont donc fondamentaux pour comprendre comment les premiers moines allaient définir les paramètres de leur vie quotidienne, leurs pratiques religieuses, et l’interaction avec le reste du monde. Le groupe d’éminents historiens et archéologues présents à l’American Academy à Rome en mars 2007, pour le colloque sur « Le monachisme occidental ante litteram. Les espaces de l’observance monastique précoce », dont les contributions constituent l’essentiel de ce volume, ont cherché à revoir la théorie, la pratique et surtout les espaces des débuts du monachisme en Occident, dans l’espoir d’en faire émerger une image plus complète, du ive au ixe siècle, quand « être moine » recouvrait des notions aussi nombreuses que variées, et souvent contradictoires.

Après une introduction de H. Dey, le volume réunit treize contributions. La première partie porte sur les textes, la seconde sur la culture matérielle et l’archéologie.

Dans la première, C. Stewart évoque l’espace monastique et le temps, puis A. Diem aborde l’invention de la règle et R. Alciati la transformation de la villa en monastère. L. Rudge évoque Césaire d’Arles et le monastère Saint-Jean, premier monastère de femmes, P. C. Diaz aborde l’espace monastique dans son contexte social. Enfin L. Dossey traite de l’ascétisme nord africain.

Dans la seconde partie, H. Kenned décrit le Ribat du monde islamique précoce tandis que Y. Masarwa examine les Ribats ommeyades de Palestine. Les établissements érémitiques de la région de Brescia, face aux contingences politiques et militaires, sont présentés par G.-P. Brogiolo et M. Ibsen tandis que S. Anghel aborde les monastères rupestres des Balkans et R. Santangeli Valenzani l’évergétisme aristocratique et les monastères urbains de Rome au xe siècle. Enfin F. Dell’Acqua présente la production artisanale des monastères occidentaux précoces et K. Bowes les maisons et les monastères, espaces d’ascétisme. G. Cantino Wataghin conclut l’ouvrage qui est complété par un index.

Adrien Dubois, Un registre de la vicomté d’Elbeuf (1470-1472), édition d’un registre de haute justice seigneuriale normande (Archives départementales de la Seine-Maritime, 52 BP 5) et commentaire, préface d’Olivier Guyotjeannin, Caen, Publications du CRAHM, 2011, 517 p., une carte et une photo noir et blanc, ISBN : 978-2-902685-80-6, prix : 40 €

Le registre 52 BP 5 fait partie des nombreux registres médiévaux conservés dans le fonds d’Elbeuf. Il résulte de la mise en place de la haute justice au tout début de la guerre de Cent Ans. Il permet d’approcher l’économie et les mentalités de son époque, il révèle certain aspects de la vie quotidienne des justiciables, leur conception de l’honneur et la manière dont ils gèrent leurs biens. Après une présentation du registre, Adrien Dubois en publie le texte (p. 23-418). Plusieurs index complètent cette édition : index personnarum, index locorum et index rerum-glossaire.

Julio Escalona et Andrew Reynolds (édité par), Scale and Scale Change in the Early Middle Ages. Exploring Landscape, Local Society and the World Beyond, The Medieval Countryside 6, Turnhout, Brepols, 2011, 316 p., illustrations noir et blanc et tableaux dans le texte, couverture cartonnée, ISBN : 978-2-503-53239-4, prix : 80 €

Ce livre, résultat d'un projet de recherche de trois ans, rassemble neuf études de cas qui offrent de nouvelles perspectives sur la société rurale médiévale. En combinant les sujets individuels abordés, il crée un large cadre explicatif. Il vise à attirer l'attention sur le potentiel des concepts d’échelle et de changement d’échelle et à expliquer et comparer les processus spatiaux dans les premières sociétés médiévales. Alors que des domaines tels que l’écologie, la géographie et la sociologie font l’objet de beaucoup de discussions, l’ouvrage constate que la question de l’échelle est rarement théorisée par les archéologues et les historiens. Il met en évidence son importance comme facteur crucial dans la modélisation, l’explication et la conceptualisation du passé.

Après une introduction de J. Escalona, la première partie aborde les territoires, le paysage et le règlement avec une contribution de A. Vigil-Escalera Guirado et de J. A. Castillo Quirós sur les premières sociétés rurales médiévales dans le nord-ouest de l’Espagne, puis, à partir de quatre études de cas, A. Reynolds évoque le débat sur l'échelle et le changement d’échelle dans le paysage français. Enfin M. Fernández Mier se penche sur le pouvoir local dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique au haut Moyen Âge.

La seconde partie traite de la société locale et du monde environnant. A. Chavarría Arnau présente les changements d'échelle dans la campagne italienne de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge, W. Davies traite du cautionnement au nord de la péninsule Ibérique au xe siècle et J. Escalona et F. Reyes abordent le changement d’échelle sur la frontière avec le cas du comté de Castille au xe siècle.

La dernière partie évoque les grands systèmes dans une perspective locale et régionale avec des contributions de S. Castellanos (Espagne post-romaine) de I. Martín Viso (cas de la monnaie d’or dans la Meseta du Douro au vie et viie siècle) et de G. Astill (Échange, monnaie et économie dans l’Angleterre altomédiévale).

Une bibliographie et un index complètent le volume.

Pierluigi Giorgi, A suspended heritage. The work of the archaeologist between life and profession, Photographic exhibition, Bologna, S. Giovanni in Monte 23 september-30 october 2011, Percorsi di archeologia 7, Bologne, Ante Quem, 2011, photos noir et blanc, 64 p., ISBN : 978-88-7849-065-9, prix : 12 €

Ce catalogue de photographies noir et blanc s’inscrit dans le projet Archeopolis de l’université de Bologne. Il visait à célébrer l’anniversaire du Museo Civico Archeologico. Les œuvres de Pierluigi Giorgi ont en même temps pour objectif la mise en lumière des différentes facettes du travail de l’archéologue.

Helena Hamerow, David A. Hinton et Sally Crawford (édité par), The Oxford Handbook of Anglo-Saxon Archaeology, Oxford, Oxford University Press, 2011, 1078 p., illustrations noir et blanc et tableaux dans le texte, couverture cartonnée, ISBN : 978-0-19-921214-9, prix : 95 £

Cet ouvrage, rédigé par un large groupe d’experts, tient compte des apports les plus récents des fouilles à grande échelle qui se sont déroulées tant dans les villes qu’en milieu rural, fouilles qui permettent de préciser de nombreux aspects de la vie et de la culture anglo-saxonne. Les cinquante-deux chapitres, dus à de très nombreux auteurs, sont regroupés en dix parties qui présentent successivement : l’identité anglo-saxonne, les installations rurales, le rituel funéraire, la production alimentaire, la production artisanale et la technologie, le commerce, les échanges et l’urbanisation, le corps et le déroulement de la vie, l’archéologie de la religion, les signes du pouvoir et enfin la place de l’archéologie dans la recherche anglo-saxonne.

Le volume est complété par un index.

Delphine Hanquiez (sous la direction de), Regards sur les dépôts lapidaires de la France du Nord, Caen, Publications du CRAHM, 2011, 119 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-902685-82-0, prix : 25 €

Cet ouvrage constitue les actes d’une journée d’études consacrée aux dépôts lapidaires de France du nord. Les sept communications touchent autant à l’architecture qu’à la sculpture monumentale et résultent d’études sur les dépôts des abbayes de Jumièges (G. Deshayes) et de Beauport (P. Tescher), de l’hôtel-Dieu de Chartres (J. Bugslag), de l’église paroissiale de Saint-Wulphy de Rue (C. Labrecque), de la collégiale de Creil (D. Hanquiez) et de l’abbatiale de Royallieu (S. D. Daucy). La place et le rôle du dépôt lapidaire dans les musées (B. Pradié-Ottinger) est également abordée.

Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur 23-25 avril 2010, Haute-Normandie archéologique, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2011, 244 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 978-2-87775-513-9, prix : 30 €

Issu de journées archéologiques visant à présenter l’activité de la Haute-Normandie dans ce domaine au cours de l’année 2010, cet ouvrage, aussi dense que le précédent, regroupe vingt-trois contributions. Il s’agit pour beaucoup de diagnostics ou de fouilles préventives dont l’apport reste fréquemment peu caractérisé, ainsi rue aux Ours à Rouen une succession de fosses et foyers qui s’étagent entre le iiie s. et le xive s. sans qu’une véritable structuration se dégage (B. Guillot). La fouille de l’habitat et de la nécropole du haut Moyen Âge du lieu-dit le Moulin Vaquet à Honguemare-Guenouville (Eure) est plus gratifiante, permettant de mettre en évidence, notamment, un enclos cimétérial habité, un cimetière et des unités d’habitation structurées (G. Deshayes, dir.). La reprise de données déjà anciennes comme celles du site de Porte-Joie est l’occasion de s’interroger sur l’existence d’espaces parti­culiers au sein de l’habitat du haut Moyen Âge (F. Carré, 
M.-P. Ruas, J.-H. Yvinec, N. Marcoux). Des recherche de longue haleine, comme celles qui furent conduites sur le site de Harfleur, sont également présentées (B. Duvernois) et complétées par l’étude d’ossements animaux (O. Lebrasseur) ou par la publication d’un atelier de taille de pavés du xve s. (J.-P. Watté, M. Watté et B. Duvernois). C’est enfin l’occasion de présenter des études plus spécialisées comme l’archéologie aérienne en Haute-Normandie (V. Le Borgne, J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle) ou l’avancement des études sur Aizier, ancien port des rives de la Seine (J. Mouchard).

Agnès Marin avec la contribution de Pierre Garrigou Granchamp, Maison dite « des dames de la Foi » (Périgueux, 24), Documents archéologiques du grand Sud-Ouest, Pessac, Ausonius, 2011, ISBN : 978-2-35613-052-5, ISSN : en cours, 141  p., un cahier d’illustrations photos en fin de volume et 16 feuillets recto-verso de planches noir et blanc et couleur encartés dans la couverture, prix : 15 €

La Maison dite « des dames de la Foi » à Périgueux constitue un témoignage remarquable de l’architecture romane de la ville. Connue de longue date, elle a fait l’objet d’un projet de ­réhabilitation qui a conduit à son étude et à la découverte d’un décor peint apposé à la fin du xiiie siècle sur les murs de l’étage. Cette publication présente l’étude de l’édifice et de son décor.

Jean-François Martin (sous la direction de), Le site de « Jeoffrécourt » à Sissonne (Aisne). Cimetière et unités domestiques du vie au ixe siècle après J.-C., Revue archéologique de Picardie

, n° 1-2, 2011, 394 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 34 €

Ce numéro de la Revue archéologique de Picardie est entièrement consacré à la fouille de Jeoffrécourt par l’association AREHARS, fouille qui s’est déroulée entre 1985 et 2001 et a été l’occasion, pour plusieurs des membres de ce groupe, de se former dans des domaines variés (anthropologie ou paléométallurgie par exemple) permettant ainsi de réaliser une batterie d’études complète, en association avec des spécialistes de l’Inrap.

Après une présentation du site et de son environnement due à J.-F. Martin et à G. Desplanque, G. Pluchard et J. Rosier, la nécropole et les bâtiments et structures domestiques sont successivement étudiés.

J.-F. Martin et G. Desplanque présentent d’abord les rites funéraires, l’espace funéraire et son développement. Puis le mobilier est étudié : mobilier lapidaire (M.-P. Flèche), armes, objets de parure et plaques-boucles de fer ou d’alliage cuivreux, aumônières, châtelaines et contenants divers, verrerie (J.-F. Martin et G. Desplanque), objets d’os ou d’ivoire (J.-F. Goret) et céramique (S. Thouvenot). Enfin la chronologie de la nécropole est établie par R. Legoux.

Les bâtiments et structures domestiques occupent la seconde partie du volume. Elles sont d’abord présentées par secteur (A et B) et les structures de stockage et fosses sont décrites (J.-F. Martin et G. Desplanque). Le mobilier découvert dans ces structures est présenté ensuite. L. Fedi étudie les monnaies, J.-F. Martin et G. Desplanque, le verre à vitres ainsi que le mobilier lithique et métallique. Le mobilier relatif au tissage et les restes de textile sont abordés par A. Charpentier, G. Marchand et A. Rajade, le mobilier en os par J.-F. Goret, la céramique par S. Thouvenot et la faune par G. Auxiette. J.-F. Martin et G. Desplanque voient sur ce site émerger un modèle paroissial.

Un long catalogue des structures qui occupe plus de la moitié du volume (p. 177 à 386) s’ajoute à la présentation du site et du mobilier recueilli. Une bibliographie générale et des résumés complètent l’ouvrage.

Meridies. Revista de historia medieval, IX, 2011, quelques photos noir et blanc dans le texte, 245 p., ISBN : 1137-6015, prix : non communiqué

Cette revue de la Faculté de philosophie et lettres de l’université de Cordoue renferme neuf contributions qui abordent des sujets très variés. S. N. Arroñada s’interroge d’abord sur la vision islamique et chrétienne de l’âge de l’innocence dans la société hispano-musulmane, puis E. Cabrera évoque la seigneurie de Chillón, de Bernardo de Cabrera à Sancho d’Albuquerque. M. Cabrera Sanchez présente un texte pédiatrique du xive siècle : le Tratado de los Niños de Bernardo de Gordonio. Dans un tout autre registre, J. B. Carpio Dueñas aborde l’évolution du paysage et l'exploitation économique des contreforts de la Sierra Cordobesa du xiiie au xve siècle. B. Caunedo del Potro étudie l'établissement de futurs marchands à Burgos. À partir de différents manuscrits, R. Córdoba de la Llave tente de reconstituer les recettes médiévales utilisées pour réaliser la glaçure de la céramique. T. Criado Vega conduit une recherche comparable sur les recettes castillanes médiévales présentant le travail de la cire. O. López Gómez présente la marginalité, la criminalité et la justice à Tolède aux xive et xve siècles et enfin B. Navarro Gavilán, s’appuyant sur le cas de Cordoue à la fin du xve siècle, aborde le sort des non-privilégiés face à la mort.

Katariina Mustakallio et Christian Laes (édité par), The Darkside of Childhood in Late Antiquity and the Middle Ages. Unwanted, Disabled and Lost, Childhood in the Past Monograph Series : Volume 2, Oxford and Oakville, Oxbow books, 2011, 130 p., ISBN : 978-1-84217-417-3, prix : 28 £

Consacré au côté sombre de l’enfance, cet ouvrage aborde trois thèmes. Celui des enfants non désirés est présenté à travers la contribution de V. Vuolanto qui évoque les abandons d’enfants et la christianisation de l’Europe médiévale et celle de J. Evans Grubbs qui aborde la dynamique de l’abandon. C. Laes traite ensuite des enfants handicapés dans les écrits de Grégoire de Tours. Enfin L. Cherubini se penche sur la figure des stryges dans l’Antiquité tardive et le Moyen Âge tandis que J. Kuuliala aborde, dans le cadre de l’Europe médiévale, la question de l’infirmité des enfants et de la croyance aux changelins (leurre laissé par les fées à la place d’un nouveau-né humain). Enfin S. Katajala-Peltomaa traite la question de la possession démoniaque des enfants à la fin du Moyen Âge.

Une bibliographie et un index complètent le volume.

Patrick Porte avec des contributions de Philippe Allart, Lionel Bionda, Marc Bompaire, Luc Buchet, Philippe Columeau et Bernadette Prévost, Larina de l’Antiquité au Moyen Âge, Mémoires publiés par l’association d’archéologie mérovingienne, tomes XXV et XXV bis, Séguier éditions, 2011, coffret renfermant 2 volumes ; vol. 1 : « Études archéologiques et historiques en Nord-Isère », 509 p., illustrations noir et blanc dans le texte et un cahier couleur ; vol. 2 : « Domaines ruraux et forteresses de hauteur », 303 p., illustrations noir et blanc dans le texte, prix : 75 €

Le site archéologique de Larina occupe plus de 20 ha sur le plateau de l’Isle-Crémieu, à l’est de Lyon. Son étude a duré plus de vingt ans, comprenant la fouille et les études du matériel découvert, les recherches en archives et les prospections sur le terrain. Le site, occupé depuis l’âge du bronze, est un oppidum qui a été en partie abandonné au début de l’époque romaine. Un nouvel établissement agricole s’y est installé du milieu du ive siècle jusqu’au vie siècle. À l’époque mérovingienne, après destruction de l’établissement précédent, une importante forteresse de hauteur a été construite.

Après une préface de C. Goudineau, P. Porte, dans le vol. 1, présente le site et son histoire, l’établissement de l’Antiquité tardive puis celui du haut Moyen Âge. Des études scientifiques thématiques complètent le volume : étude des monnaies tardo-antiques par M. Bompaire, étude anthropologique de la population inhumée (L. Buchet), étude de la faune par P. Columeau, étude ethnologique par P. Allart et P. Porte.

Dans le vol. 2, une interprétation du site est donnée et une tentative de comparaison est esquissée entre le site de Larina et nombre d’autres sites tardo-antiques. P. Porte décrit l’évolution des résidences aristocratiques marquée par la fin de l’otium comme mode de vie et le renouveau des résidences dans une structure foncière complexe où les cultures différentes donnent naissance à des demeures aristocratiques différentes tandis que des forteresses de hauteur assument des fonctions complémentaires. L’évolution de Larina dans ce contexte est envisagée dans une deuxième partie tandis que la troisième montre comment s’est opérée la valorisation des recherches archéologiques.

Une bibliographie et un index des noms de lieux complètent le volume.

Portugalia, nova serie, volume XXXI-XXXII, 2010-2011, illustrations en noir et blanc en fin d’articles, 217 p., ISSN : 0871-4290, prix : non communiqué

Ce numéro de la revue Portugalia renferme six articles portant sur des périodes très variées, notamment les matériaux décoratifs wisigoths de Patalou-Nisa (A. Arezes), l'implantation et ­l'organisation du territoire du bas Douro à l’époque de la monarchie asturienne (A. M. Carvalho Lima) et les sépultures rupestres entre Douro et Minho (M. J. Barroca).

Revue archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, n° 42, année 2010 (2011), illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, 100 p., ISSN : 1140-7409, prix : 14 € (avec adhésion au Centre de recherches archéologiques du Vexin français)

Ce nouveau numéro de la Revue archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise est organisé, comme les précédents, en trois parties. La première, intitulée « Études », comprend cinq articles consacrés à des découvertes du Val-d’Oise. Deux sont le fruit des travaux d’A. Lefeuvre et portent sur un quartier suburbain de l’agglomération antique de Beaumont-sur-Oise et sur une bague à intaille gallo-romaine découverte récemment à Cergy. À propos du site d’Épiais-Rhus, A. Lebrun évoque les dépôts de sandales dans les inhumations de Gaule romaine. S. Hurard et J.-C. Durand livrent les résultats d’un diagnostic conduit à Bruyères-sur-Oise (les Cailloux) qui a mis en évidence, autour d’une voie, une occupation longue (période laténienne-Moyen Âge). Utilisant le cas de l’église Saint-Maclou à Pontoise, A. Alterauge et J.-G. Pariat abordent la détermination du sexe et de l’âge au décès tels que les envisagent les historiographies française et allemande. La seconde partie de l’ouvrage présente l’actualité archéologique à partir de notices de site. Le volume est complété par une troisième partie présentant des événements d’actualité.

Maurizio Rossi et Anna Gattiglia (édité par), Terre rosse, pietre verdi e blu cobalto miniere a Usseglio. Prima raccolta di studi, Museo Civico Alpino « Arnaldo Tazzetti » 7, Usseglio, 2011, 234 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 978-88-905076-0-1, prix : non communiqué

Ce volume réunit une quinzaine de contributions scientifiques ayant trait à l’étude des mines d’Usseglio. En guise d’introduction, F. Porticelli présente les mines et le travail du métal dans le Pline de Turin. G. Re Fiorentin décrit ensuite la géomorphologie du complexe minier de Punta Corna à Usseglio, puis, se penchant sur le minerai, D. Castelli, A. Giorza, P. Rossetti, F. Piana et F. Clerico présentent les minéralisations à sidérite et arseniure de cobalt-fer-nickel dans la vallée de l’Arnas, et R. Valter Vaccio des observations sur les minerais du gisement métallifère à cobalt-fer-nickel de Punta Corna. Le premier texte évoquant les mines d’Usseglio (1316) est présenté par A. Gattiglia et M. Rossi qui évoquent aussi la mine argentifère d’Usseglio dans les comptes de la châtellenie de Lanzo (1326-1343), puis la criminalité et le minerai ferrifère à Arnas entre 1402 et 1438. G. Gentile évoque deux concessions minières du duc Charles II de Savoie relatives à Usseglio (1515), l’une à Verrès dans le Val d’Ayas et l’autre à Issogne (1518). A. Gattiglia et M. Rossi rappellent les « espérances » d’un inspecteur général des mines de Savoie (1757) : Spirito Benedetto Nicolis di Robilant ; ils étudient ensuite les mines polymétalliques de la Corna à partir de cartes de la seconde moitié du xviiie et du début du xixe siècle, puis dressent l’inventaire des structures minières archaïques de la haute vallée de l’Arnas. P. F. Costantini présente le géo-référencement des structures minières anciennes, puis C. Sanna, A. Gattiglia et M. Rossi abordent le cadre historique et la restauration d’objets métalliques provenant de la mine de San Carlo (Usseglio). Enfin, R. Castaldi et M. Rossi évoquent le fonctionnement de l’horloge de la tour de l’usine de cobalt de Crot (Usseglio).

Christian Sapin (dir.), Saint-Étienne d’Auxerre, la seconde vie d’une cathédrale. Sept ans de recherches pluridisciplinaires et internationales, Paris, Éditions A. et J. Picard, 2011, ISBN : 978-2-7084-0918-7, très nombreuses illustrations couleur, 528 p., prix : 80 €

Afin de commémorer le monument et faire connaître les efforts de restauration dont il a été l’objet, C. Sapin avec le CEM (Centre d’études médiévales d’Auxerre) a réuni de nombreux chercheurs qui ont consacré leurs travaux à la cathédrale. La ville d’Auxerre, le CNRS et le ministère de la Culture et de la Communication ont soutenu l’entreprise et permis la publication de ce beau livre richement illustré. L’ouvrage s’organise en cinq parties d’importance inégale consacrées à l’insertion de la cathédrale dans la ville, à l’architecture de l’édifice, aux matériaux employés, au décor monumental et enfin au chantier aujourd’hui.

A. Saint-Denis présente en premier lieu la ville d’Auxerre et V. Tabbagh, la cathédrale, bien commun de la cité. La liturgie est abordée par A. Rauwel, l’étude documentaire des portails par S. Aumard, la façade par D. Sandron et le dossier iconographique par D. Cailleaux.

Avant d’étudier l’architecture proprement dite, le chantier est évoqué en premier lieu avec les fouilles de la crypte romane et l’origine du chantier gothique (C. Sapin) et avec le recours à un modèle 3D afin de visualiser les étapes de la construction (G. Echtenacher), puis, la chronologie des travaux est proposée (G. Echtenacher, H. Hansen et S. Aumard). Le chœur (D. Kimpel) et ses premières transformations sont ensuite abordés 
(G. Echtenacher), puis les charpentes avec un synopsis des chantiers de bois depuis 1235 (C. Locatelli, D. Pousset et C. Lavier) et une présentation des charpentes des différents vaisseaux (S. King). Après avoir présenté la chronologie relative des cinq portails (H. Hansen), les chapelles (K. Krüger), la redécouverte de l’oratoire Notre-Dame-des-Vertus (S. Aumard et P. Wahlen), la chapelle de l’oratoire et le jubé de François Ier de Dinteville (S. Aumard), les vantaux de la façade occidentale (S. Aumard et R. Touzé) sont successivement abordés.

Les différents matériaux de construction sont passés en revue : couvertures (S. Aumard), pierre (S. Büttner et L. Leroux), métal (S. Aumard, P. Dillman et M. L’Héritier) et mise en œuvre des parties sculptées (S. Aumard et A. Dmochowska-Brasseur).

Les aspects du décor sont tour à tour examinés. Une large place est faite à la sculpture et plus particulièrement au portail central dont F. Joubert décrit la réalisation sous l’épiscopat de Michel de Creney vers 1400 et dont M. Angheben étudie l’iconographie ; la restauration des sculptures est évoquée par A. Dmochowska-Brasseur et enfin A. Chatain évoque le portail du transept nord et M.-G. Gaffin s’interroge sur la place du décor peint dans le programme gothique. Trois groupes de vitraux font l’objet de présentations : ceux du déambulatoire (M. Lausch), ceux du haut-chœur (S. Balcon-Berry) et ceux de la haute nef (I. Baudoin et D. Geronazzo).

B. Decaris évoque pour finir l’actualité de la cathédrale.

Isabelle Séguy et Luc Buchet, 2011, Manuel de Paléodémographie, préface de François Héran, Les manuels, Paris, Ined Éditions, 431 p. en bichromie, nombreuses illustrations et tableaux dans le texte, 1 CD Rom, ISBN : 978-2-7332-2020-7, ISSN en cours, prix : 25 €

Fruit de la collaboration entre une archéologue-démographe et un archéologue-anthropologue, cet ouvrage vise à montrer comment on peut faire la démographie des populations pour lesquelles on ne dispose d’aucun document écrit. Il expose donc en détail les techniques d’estimation de l’âge au décès, fondées sur la suture progressive des os du crâne, l’usure de certaines articulations osseuses ou le décompte des couches de cément déposées à la racine des dents, avant de tenter l’approche démographique des populations anciennes.

Ce manuel est un ouvrage de spécialistes organisé en quatre parties. La première, qui présente les données du problème, est d’abord une approche épistémologique de la discipline posant la question des apports et des limites de ces études, discutant la notion d’âge, s’interrogeant sur les populations de référence. La deuxième partie propose la restitution des paramètres démographiques : évaluation de l’âge au décès, présentation des modèles démographiques actuels, adaptation de ces modèles aux populations préindustrielles et tables-type établies pour ces modèles, définissant et explorant un Standard préindustriel. La troisième partie cherche à définir un protocole d’étude et présente des exemples. Enfin la quatrième partie, intitulée « Et pour aller plus loin », critique les méthodes actuellement utilisées et présente une nouvelle méthode d’estimation de la structure par âges au décès des adultes.

Outre une bibliographie et des annexes à chacun des chapitres, ce volume est accompagné d’un CD Rom qui illustre le volume par des enluminures, des séries statistiques, des modèles, il propose également les références bibliographiques sous EndNote.

Simon Texier (dir.), Monuments du monde. 365 sites d’architecture //// Au jour le jour, Paris, Éditions de La Martinière, 2011, très nombreuses photos couleur, couverture cartonnée, 501 p., ISBN : 978-2-7324-4566-3, prix : 35 €

Conçu et réalisé par S. Guilmeau-Shala, C. Lemoine, T. Renard et S. Texier sous la direction de S. Texier, professeur d’histoire de l’art de l’université de Picardie, cet ouvrage, présenté comme une éphéméride, richement illustré, présente, pour chaque jour de l’année, un monument. La sélection est large : de Stonehenge, en passant par les pyramides de Gizeh, jusqu’au dôme des Invalides, à l’Escurial ou au Rockfeller Center. Chaque monument fait l’objet d’une courte notice d’une demi-page assortie d’une ou de plusieurs photographies en couleurs.

Water and Man in past Centuries, FAH Fasciculi Archaelogiae Historicae, fasciculus XXIV, 2011, Institute of Archaeology and Ethnology of Polish Academy of sciences, Polish Academy of sciences, Łódź, 82 p., dessins et photos noir et blanc dans le texte, PL ISSN : 0860-0007, prix non communiqué

Ce nouveau numéro des FAH, Fasciculi Archaelogiae Historicae, est consacré à l’Homme et l’eau. Il réunit, après une préface de J. Maik, neuf contributions. U. Sowina présente d’abord la ressource en eau dans les villes polonaises de la fin de Moyen Âge et du début des temps modernes et M. Dworaczyk et B. Wywrot-Wyszkowska étudient l’usage des surplus. Ensuite, K. Jagusiak, M. Kokoszko et Z. Rzeźnicka abordent la question des mets délicats provenant de la mer et proposent une sélection de données sur le genre Thunnus à partir de diverses sources notamment médicales. Pour entrevoir l’économie médiévale de Szcezecin, A. Bogumila Kowalska évoque les pêcheries ; J. Szymczak aborde la consommation dans différents contextes sociaux. C’est aux embarcations que J. Maik s’intéresse en étudiant les cogs figurés sur les sceaux, datés entre 1242 et 1367, d’Elbląg tandis que W. Ossowski étudie les barques. Enfin l’eau comme obstacle est abordée par P. Strzyż et W. Świętosławski.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals