Navigation – Plan du site

La courte histoire du cimetière mérovingien de Banneville-la-Campagne (Calvados, France)

The short history of the Banneville-la-Campagne Merovingian cemetery (Calvados, France)
Die kurze Geschichte des Reihengräberfeldes von Banneville-la-Campagne (östlich von Caen, niedere Normandie)
Vincent Hincker et Aurélie Mayer
avec la collaboration de Arnaud Poirier, Vanessa Brunet, Raphaëlle Lefèbvre, Daniel Étienne, Marie-Anne Rohmer et Anabelle Cocollos
p. 1-48

Résumés

En 2009, une fouille préventive menée préalablement à des travaux routiers a permis d’étudier dans son intégralité une petite nécropole mérovingienne installée en bordure immédiate d’une voie en usage depuis l’âge du bronze. Cette nécropole comprend environ 70 inhumations et a été utilisée tout au plus sur quatre générations. C’est au début du second quart du vie siècle que les premières sépultures sont implantées. Le noyau primitif comprend la tombe d’un porteur d’épée accompagnée des sépultures d’une jeune femme adulte et de trois fillettes dotées d’objets de parures. À la génération suivante, l’orientation des sépultures change, comme l’atteste la disposition des tombes d’un second couple comprenant un porteur d’épée et une femme plus richement dotée que les autres sépultures contemporaines. L’utilisation du cimetière se poursuit jusqu’à l’aube du viie siècle, alors que le chemin qui le longe continue à être emprunté bien au delà. Le mobilier déposé auprès des défunts illustre une volonté d’afficher une aisance sans cependant en avoir réellement les moyens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fouille de sauvetage – Duvernois 2005, p. 39-41.
  • 2 Decaëns 1971, p. 1-187.

1La nécropole de Banneville est localisée à 13 km en retrait du littoral de la Manche, au cœur de la partie orientale de la plaine de Caen. Elle se situe exactement le long du chemin Saulnier reliant l’estuaire de l’Orne et la voie antique de Bayeux et Lisieux (fig. 1 et 2). Ce chemin tient une place remarquable dans l’organisation du territoire en raison de sa localisation entre l’interfluve de l’Orne à l’ouest et de la Dives à l’est. Au nord, il démarre au niveau du bourg de Sallenelles qui se situe sur le rivage sud de la baie de l’Orne. Il se prolonge vers le sud, en passant par le village d’Amfreville, avant de traverser une hypothétique agglomération secondaire antique détectée à Bréville-les-Monts1. Il passe ensuite en bordure du territoire de la commune d’Hérouvillette à moins de 200 m à l’est de la célèbre nécropole mérovingienne fouillée en 19662. Il traverse plus loin le bourg d’Escoville avant de servir globalement de ligne de partage entre les communes de Cuverville et de Démouville à l’ouest et de Touffréville et de Sannerville à l’est. Plus au sud, sur le territoire de la commune de Cagny, il croise la voie romaine et semble s’y séparer en deux branches. La première rejoint l’église de Frénouville avant de se poursuivre vers le sud en direction de Saint-Sylvain, de Cauvicourt puis de Falaise. La seconde bifurque vers l’ouest et passe par Soliers et à proximité de Saint-Martin-de-Fontenay avant de se poursuivre jusqu’à Fontenay-le Marmion.

Fig. 1 Plan de localisation du site.

Fig. 1 Plan de localisation du site.

Plans et photos : conseil général du Calvados

Fig. 2 Plan récapitulatif du contexte archéologique immédiat.

Fig. 2 Plan récapitulatif du contexte archéologique immédiat.
  • 3 Arch. dép. Calvados, H 6510, cité par Musset 1983, p. 177.
  • 4 Arch. dép. Calvados, cité par Musset 1983, p. 177.
  • 5 Arch. dép. Calvados, H 1566, cité par Musset 1983, p. 177.
  • 6 Musset 1983, p. 177.
  • 7 Carpentier et al. 2006, p. 93.

2La plus ancienne mention connue du chemin Saulnier date de la fin du xiie siècle et figure dans le cartulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-André-en-Gouffern3. Il apparaît ensuite dans le cartulaire du début du xiiie siècle de la maladrerie de Beaulieu4, dans une charte datée de 12235, et se trouve mentionné plusieurs fois dans des documents datés des xive et xve siècles6. L’intérêt porté à cet axe de circulation réside précisément dans son nom dérivé du latin sal salis qui évoque le transport du sel à partir des installations salicoles implantées dans l’estuaire de la Dives avec des prolongements jusqu’aux confins de la baie de l’Orne aux environs de Sallenelles7. Ce chemin pourrait avoir également servi pour acheminer des denrées provenant du commerce maritime. En effet, son débouché septentrional au niveau du bourg de Sallenelles dans l’estuaire de l’Orne offre toutes les conditions nécessaires pour l’atterrissage de diverses embarcations. De là, hommes et marchandises pouvaient emprunter le chemin Saulnier pour rejoindre la voie reliant Vieux et Lisieux ou pour pénétrer encore plus au sud dans les terres. La fouille conduite en 2009 a permis de constater que ce chemin en activité au cours de la période antique remontait à la charnière entre le premier et le second âge du fer (fig. 3).

Fig. 3 Vue aérienne de la zone fouillée.

Fig. 3 Vue aérienne de la zone fouillée.

1. Présentation de la nécropole

  • 8 Pilet et al. 1992 ; Pilet 1977 ; Pilet (dir.) 1990 ; Pilet (dir.) 1994.

3Soixante-six tombes ont été identifiées sur une surface quadrangulaire longue de 39 m et large de 10 m (fig. 4). Dans l’ensemble, l’état de conservation des os est mauvais et cela tant pour les os d’immatures que ceux d’adultes. Dans la plupart des cas, les squelettes ne conservent que leur crâne et des fragments de diaphyses ; la présence de côtes, de vertèbres, des coxaux, des os des mains et des pieds est rare. Les os restants montrent d’abondantes marques de bioturbation, ainsi qu’un amincissement de la corticale, empêchant quasiment toute observation de surface, situation que l’on retrouve fréquemment dans la plaine de Caen (Sannerville, Giberville, Saint-Martin-de-Fontenay, Frénouville, etc.8). Quelques sépultures ne sont plus signalées que par le mobilier déposé auprès du défunt ; mobilier qui présente lui aussi des états d’altération variés. En guise de préalable, il faut garder à l’esprit que les contraintes résultant du très mauvais état de conservation des vestiges osseux restreignent l’approche quantitative des pratiques et des gestes funéraires sur lesquels se fondent les analyses chronologiques, sociales et culturelles de cette petite nécropole.

Fig. 4 Plan général du cimetière.

Fig. 4 Plan général du cimetière.

1.1. Évaluation du nombre de sépultures

  • 9 Ces destructions apparaissent inévitables dans ce type d’intervention. Néanmoins, le diagnostic a é (...)

4La composition exacte du groupe humain enterré en ce lieu reste inconnue puisque l’évaluation du nombre de tombes présentes demeure approximative. Deux raisons peuvent être avancées pour expliquer cet état de fait. La première est liée aux similitudes que présente le matériau de remblaiement des fosses sépulcrales avec le sol encaissant, qui ont rendu la détection des tombes très délicate et le plus souvent impossible. Par conséquent, les inhumations n’ont pour la plupart été repérées qu’en raison de la présence de mobilier ou de vestiges osseux. La seconde raison est liée à l’acidité du sol qui, d’une manière générale, a provoqué la dissolution de la plupart des restes organiques et, dans une moindre mesure, des objets métalliques. Il est possible que les éléments à partir desquels les tombes ont été repérées ne représentent en réalité qu’une fraction du mobilier ou des vestiges osseux initialement présents. En effet, parmi les soixante-six tombes recensées, six ne contenaient plus aucune trace du corps qu’elles accueillaient : on peut donc supposer la présence de sépultures également dépourvues de vestige osseux qui n’ont pas pu être identifiées faute de mobilier et faute de matérialisation du creusement. À ces deux difficultés initiales s’ajoutent les destructions involontaires opérées lors du diagnostic archéologique, le cimetière ayant été traversé par trois tranchées qui ont touché et partiellement détruit un certain nombre de tombes alors difficilement identifiables en raison de ces problèmes de conservation9.

5Néanmoins, l’organisation générale de l’aire sépulcrale ainsi que les rapports stratigraphiques que les tombes entretiennent avec des vestiges plus anciens permettent de considérer que la sous-estimation probable du nombre de tombes est limitée.

6Vers l’ouest, la présence du chemin Saulnier toujours en usage a empêché tout développement du cimetière dans cette direction (fig. 5). L’aire sépulcrale est organisée en deux rangées de tombes disposées parallèlement le long de cet axe de circulation. Les tombes les plus anciennes sont installées au carrefour entre les deux chemins empierrés en usage au cours de l’Antiquité. De là, le cimetière s’est développé vers le nord au détriment de l’un des deux chemins. Or la conservation entre les sépultures d’une bonne partie de la chaussée empierrée de cet axe de circulation démontre que le dénombrement des sépultures implantées au niveau du carrefour préexistant est exact. Au sud de ce carrefour, les tombes sont disposées sur deux rangées parallèles. Dans la rangée qui longe au plus près le chemin Saulnier, les tombes détectées apparaissent nombreuses et ne laissent entre elles aucune place vacante. La seconde rangée, qui prend place à l’arrière de la première, est beaucoup plus clairsemée et pouvait à l’origine comprendre des inhumations que la fouille archéologique n’est pas parvenue à déceler. En se fondant sur le nombre d’emplacements vacants en rapport avec le nombre d’inhumations repérées dans la première rangée, il est possible d’estimer entre 10 et 15 le nombre de tombes qui pourraient ne pas avoir été reconnues. Cette évaluation repose néanmoins sur l’hypothèse qui ne peut être prouvée selon laquelle la densité des tombes était identique dans les deux rangées. Or, il est probable que la première, la plus proche du chemin Saulnier, a été privilégiée en raison même de sa proximité avec cet axe de circulation. Au nord du carrefour antique, les tombes sont beaucoup plus clairsemées qu’ailleurs, soit parce que ce secteur constitue une extension ponctuelle du champ sépulcral, soit parce que le nombre de tombes y a été sous-évalué lors de la fouille. Mais là encore, les espaces vacants entre les tombes découvertes et les vestiges de la chaussée permettent de présumer que le nombre de sépultures ayant échappé à l’investigation archéologique ne saurait excéder la dizaine. En prenant en compte l’ensemble de ces paramètres, le nombre réel de tombes qui composaient ce cimetière à la période mérovingienne peut donc être estimé entre 66 et 90 inhumations installées dans un espace couvrant tout au plus une surface de 300 m2.

Fig. 5 Plan de masse du cimetière.

Fig. 5 Plan de masse du cimetière.

7Les tombes se répartissent en deux groupes selon leur orientation (fig. 7). Le premier groupe réunit dix tombes orientées selon un axe nord-sud avec la tête du défunt reposant au nord. Ces sépultures sont pour la plupart groupées au niveau de l’ancien carrefour formé par les deux voies antiques. L’implantation de deux d’entre elles paraît avoir été déterminée par l’orientation d’une haie qui devait border le chemin Saulnier par l’est. Entre ces deux tombes prend place une troisième inhumation qui se démarque par une inversion de la position du corps puisque le défunt repose avec la tête posée au sud. La place de ces trois tombes signale la condamnation du chemin antique venant du sud-est puisqu’elles sont disposées en ligne selon un axe nord-sud, et viennent barrer la chaussée préexistante dans le prolongement de la haie longeant le chemin Saulnier. Cette même haie pourrait être à l’origine de la disposition d’une treizième sépulture orientée nord-sud, implantée en bordure méridionale du champ sépulcral. Le choix d’inhumer les corps selon un axe nord-sud à une période où cette coutume a été ailleurs délaissée depuis plusieurs décennies paraît ici liée à la contrainte exercée par le tracé du chemin Saulnier. La disposition des autres tombes fouillées à Banneville, orientées est-ouest avec la tête du défunt reposant à l’ouest, signale une pratique postérieure.

Fig. 6 Numérotation des sépultures.

Fig. 6 Numérotation des sépultures.

Fig. 7 L’imbrication des sépultures orientées nord-sud (n° 4056, 4058 et 4002, à gauche) et des sépultures orientées est-ouest (n° 4050, 4051 et 4052, à droite).

Fig. 7 L’imbrication des sépultures orientées nord-sud (n° 4056, 4058 et 4002, à gauche) et des sépultures orientées est-ouest (n° 4050, 4051 et 4052, à droite).

1.2. Les aménagements souterrains des tombes

  • 10 Pour se référer à la disposition des tombes les mieux conservées, voir les planches 12 et 13.

8Le très mauvais état de conservation des vestiges osseux a pour deuxième conséquence de considérablement limiter les observations portant sur les gestes funéraires qui ont accompagné la mise en terre. Parmi ces gestes prend place en premier lieu l’aménagement de la partie souterraine de la tombe10.

  • 11 Situé entre 21,2 et 21,3 m NGF.

9Les fosses dont les limites ont pu être déterminées sont généralement oblongues ou quadrangulaires et paraissent le plus souvent irrégulières. Leurs dimensions ne sont jamais liées à la taille du corps. Elles apparaissent creusées au cas par cas et aucun exemple de « tassement » de corps dans une fosse trop petite ou de dépôt de la dépouille d’un enfant dans une fosse de taille à accueillir le corps d’adulte n’a été observé. Le fond des tombes apparaît à une profondeur comprise entre 45 et 85 cm sous le niveau de circulation du chemin Saulnier contemporain du cimetière11. Les tombes les plus profondes sont localisées au niveau du carrefour entre les deux voies préexistantes et le long de la rangée la plus éloignée du chemin Saulnier. Le long de ce dernier, la profondeur d’enfouissement des corps est comprise entre 45 et 75 cm sous le niveau de circulation qui devait prévaloir dans le cimetière. Néanmoins l’identification précise de niveau s’est heurtée aux difficultés de lecture de la stratigraphie engendrées par la ressemblance entre le substrat et le comblement des fosses sépulcrales. Ainsi, aucun niveau de sol contemporain du fonctionnement de la nécropole n’a pu être dégagé malgré l’attention apportée à cette question lors de la fouille.

  • 12 Sép. 4003, 4008, 4024, 4025, 4040, 4064, 4073, 4074 et 4076.
  • 13 Sép. 4029, 4030, 4033, 4041 et 4050.
  • 14 Sép. 4005, 4051, 4055, 4063 et 4065.
  • 15 Scuvée 1973.

10Pour quarante-quatre des soixante-six sépultures recensées, le mode d’inhumation n’est absolument pas renseigné (fig. 6). Parmi les autres, dans neuf d’entre elles, l’observation de contraintes exercées sur tout ou partie des restes osseux suggère la présence d’un contenant dont la nature exacte ne saurait être précisée12. En effet, l’analyse taphonomique a mis en évidence une décomposition en espace vide ou semi-colmaté, associé à des effets de parois ou de délimitation linéaire. Tous ces éléments témoignent de l’existence d’un contenant, sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’agissait d’un cercueil ou d’une enveloppe souple de type linceul ou vêtement. Pour cinq autres sépultures, les déplacements des pièces osseuses évoquent un espace de décomposition semi-colmaté, sans qu’il soit possible d’identifier d’autre trace d’aménagement13. Pour cinq autres tombes14, la présence de blocs de pierre épars le long des parois de la fosse sépulcrale suggère l’emploi d’un contenant de bois correspondant probablement à un coffrage de planches assemblé à même la tombe. L’absence de tels blocs dans le substrat atteste que leur mise en œuvre dans la tombe n’est pas fortuite mais relève d’un geste volontaire. Or, la seule motivation pouvant être envisagée pour expliquer leur usage serait de caler des planches ou un autre contenant. Le recours à ce type d’aménagement est suspecté sur la plupart des cimetières mérovingiens fouillés jusqu’ici en Basse-Normandie et trouve des confirmations dans le cas de la nécropole de Réville (Manche) où les traces de ces coffrages ont été fossilisées dans le sable15. Néanmoins, à Banneville, l’identification de ce type d’aménagement n’a pu être certifiée puisque, dans la plupart des cas envisagés, elle n’est pas validée par l’analyse des phénomènes taphonomiques liés à la décomposition du corps.

  • 16 Sép. 4052.
  • 17 Sép. 4054.
  • 18 Sép. 4002.
  • 19 Réville, n° 15.
  • 20 Blaizot 2008, p. 14.

11Les trois dernières sépultures conservaient des indices d’utilisation d’un cercueil ou d’un brancard. Pour l’une, il s’agit de cornières en fer disposées autour des corps16 et pour la deuxième de quatre agrafes en fer réparties régulièrement deux à deux de part et d’autre du défunt17. La présence de ferrures dans des tombes de la période mérovingienne est un phénomène rarement observé dans les cimetières fouillés jusqu’ici dans la plaine de Caen. L’usage d’un cercueil monoxyle18 est très largement suspecté dans la troisième sépulture considérée (fig. 8). Dans cette dernière, les nombreuses dislocations, ainsi que l’amplitude des migrations osseuses indiquent que le défunt a été inhumé dans un espace vide. Ces mouvements concernent principalement le haut du corps, des épaules jusqu’au bassin et, hormis ce qui concerne l’ilium droit, ont tendance à s’orienter vers l’axe sagittal de l’individu. Ces mobilisations peuvent indiquer que le défunt a été inhumé dans un contenant avec un profil en V ou en U, mais dont la faible profondeur aurait autorisé le maintien en dehors du volume du corps du coude gauche et de l’ilium droit (sur un rebord par exemple). Quelques exemples de contenants réalisés à partir de troncs d’arbre évidés ont été identifiés en Basse-Normandie pour la période mérovingienne, à Réville19. Ils peuvent présenter un profil interne très variable20. Les aménagements des tombes restent donc le plus souvent méconnus en raison de la dissolution de la plupart des restes organiques. De la même manière, la matérialisation des tombes en surface n’est presque jamais renseignée.

Fig. 8 Vue d’une inhumation dans un probable cercueil monoxyle (n° 4002).

Fig. 8 Vue d’une inhumation dans un probable cercueil monoxyle (n° 4002).

1.3. Les signalements de surface

  • 21 Sép. 4052.
  • 22 Sép. 4004.
  • 23 Sép. 4031 dans 4038, 4032 dans 4033 et 4064 dans 4022.
  • 24 Sép. 4022 sur 4064.

12Dans un cas21, la découverte dans le comblement de la fosse sépulcrale d’une grosse dalle calcaire posée à plat permet d’envisager un marquage au sol à l’aide d’un monticule de terre recouvert ponctuellement par un ou plusieurs éléments lithiques. Dans cet exemple, la dalle a été dégagée à environ 30 cm au-dessus des vestiges osseux et sa présence dans le comblement de la fosse paraît résulter de l’effondrement des sédiments recouvrant la tombe au moment où les planches de couverture du cercueil contenant le défunt se sont brisées. Dans une autre sépulture22, un petit bloc calcaire grossièrement équarri était fiché verticalement en terre à la tête de la fosse sépulcrale. Néanmoins, la profondeur d’enfouissement de ce bloc s’accorde mal avec son utilisation en guise de signalement de surface, à moins que la situation dans laquelle il a été découvert ne résulte de son glissement dans la fosse sépulcrale au moment où un possible contenant se serait désagrégé. L’utilisation de blocs de pierre pour signaler l’emplacement d’une tombe sous-jacente peut également se déduire de la présence de deux fragments d’un même bloc de calcaire utilisé comme calage dans deux tombes différentes. Ces deux fragments proviennent d’une dalle plate soigneusement taillée et sur laquelle des graffiti ont été gravés à la pointe sèche. Les motifs sont géométriques et dessinent pour l’essentiel des quadrillages plus ou moins denses et réguliers. Le premier fragment de cette dalle a servi comme calage dans une des tombes les plus anciennes qui ne semble pas avoir été bouleversée au moment de l’implantation, à son voisinage, de la sépulture un peu plus récente dans laquelle le second fragment a été mis en œuvre. La présence de deux morceaux d’une même pierre dans deux tombes qui ne sont pas strictement contemporaines, alors que la plus ancienne de ces inhumations n’a pas été bouleversée, suggère que les deux fragments considérés ont été dans un premier temps utilisés pour aménager à la fois la partie enfouie et la partie émergée de la première sépulture. Lorsque les fossoyeurs ont entrepris d’aménager la tombe la plus récente à l’aide de petits blocs de pierre, ils se sont probablement servis sur le monticule encore apparent de la sépulture adjacente, entraînant ainsi l’enfouissement du second fragment utilisé jusqu’ici comme marqueur en surface de l’emplacement d’une tombe. Si les rares indices qui viennent d’être énumérés permettent d’envisager la signalisation des sépultures au niveau du sol, les treize occurrences recensées de recoupement entre des inhumations montrent que ces marques de surface n’étaient pas toutes très pérennes. Néanmoins, en se fondant sur les rapports stratigraphiques qu’entretiennent les tombes qui ont pu être datées grâce au mobilier funéraire, il est possible de constater que ces recoupements ne semblent intervenir qu’à compter de la troisième génération d’inhumations qui prend place dans la nécropole entre 25 et 50 ans après la première. Dans trois cas, le recoupement d’une tombe plus ancienne se traduit par le regroupement en réduction de tout ou partie des restes du défunt le plus ancien23. Ailleurs, les ossements ont été bouleversés sans ménagement et rejetés aux abords des fosses comme le montrent les quelques ossements erratiques prélevés sur l’emprise du cimetière. La superposition exacte de deux inhumations atteste une nouvelle fois l’existence de marquage de surface24. Néanmoins, l’arrachement du crâne du plus ancien, qui pourrait avoir été replacé en bordure de la plus récente des inhumations, ainsi que la présence d’une couche de terre épaisse d’une dizaine de centimètres entre deux corps, démontrent qu’il ne s’agit ni d’une inhumation simultanée ni d’une superposition de deux corps dans un même contenant.

1.4. La position des corps

  • 25 Les membres inférieurs de quarante-deux individus ont pu faire l’objet de ces observations, malgré (...)
  • 26 Seuls vingt et un individus ont pu être pris en compte ici, dont treize seulement conservent des fr (...)
  • 27 Sép. 4035.

13Les corps reposent systématiquement sur le dos. Les membres inférieurs sont en extension et parallèles25. Les membres supérieurs et plus particulièrement les avant-bras présentent la plus grande variabilité, mais une fois encore la faiblesse de l’effectif ne permet pas d’identifier de position préférentielle26. Les bras sont le long du corps, les avant-bras peuvent être soit dans leur prolongement, soit fléchis à différents degrés et ramenés sur le bassin ou l’abdomen. Ils ne sont pas nécessairement disposés symétriquement. Ces observations sont à nuancer dans la mesure ou les avant-bras subissent fréquemment des mouvements lors de la décomposition. Une sépulture fait figure d’exception puisque le membre supérieur droit de l’individu considéré27 est fléchi à 135° et ramené à l’avant de la poitrine, et le membre supérieur gauche fléchi à 180°, l’avant-bras contre l’humérus. Ces différences dans le positionnement des membres supérieurs ne semblent pas liées à la chronologie.

2. Bilan biologique et paléopathologique de l’échantillon

  • 28 Sép. 4031.

14En fonction de leur degré de conservation, sur les soixante-six sépultures mises au jour lors de la fouille, une très faible proportion a pu faire l’objet de tout ou partie d’une étude biologique (fig. 9). Une majorité de squelettes sont incomplets et la plupart des examens même basiques n’ont pu être effectués. Les sépultures vides ont bien sûr été exclues, et les trois réductions traitées à part, à l’exclusion de l’une d’entre elles28 qui est une réduction partielle. En effet, il est impossible de déterminer avec certitude l’appartenance des différents os à un seul individu au sein de ces structures, et donc de lui attribuer un sexe et un âge. 54 squelettes ont donc fait l’objet d’observations, ce qui représente un effectif faible.

Fig. 9 Plan de répartition des tombes en fonction du genre et de l’âge des défunts.

Fig. 9 Plan de répartition des tombes en fonction du genre et de l’âge des défunts.

2.1. Identification biologique individuelle

15Il s’agit de la détermination du sexe et de l’estimation de l’âge au décès, d’après le squelette. Ces deux données sont considérées comme la première étape indispensable à l’étude du matériel osseux ancien, dont vont découler les analyses postérieures (paléopathologie, paléodémographie, analyses morphologiques, etc.).

Sexe

  • 29 Bruzek et al. 2005, p. 219.

16La détermination du sexe d’un adulte est essentiellement fondée sur l’utilisation de critères morphologiques, puisque reposant sur l’existence d’un dimorphisme sexuel. L’amplitude du dimorphisme d’une population étant principalement due à l’action des hormones sexuelles ainsi qu’à l’environnement, il est d’une grande variabilité29. Il est donc nécessaire d’utiliser des indicateurs dont la fluctuation n’est pas liée à une population donnée. Seule la détermination fondée sur l’examen ostéoscopique des os coxaux selon cinq caractères morphologiques déterminés par J. Bruzek a été utilisée dans ce travail. Elle consiste à évaluer la forme sexuelle de chaque caractère puis à les combiner pour obtenir la détermination. Cette méthode peut être appliquée dès la phase terrain, ce qui est un net avantage quand les os sont extrêmement mal conservés.

  • 30 Acsádi et Nemeskéri 1970.

17Lorsque les os coxaux étaient absents ou trop mal conservés pour observer ces caractères, les individus ont été classés dans la catégorie « indéterminés ». La détermination du genre n’est fiable que sur des sujets adultes, c’est-à-dire qui ont atteint leur maturité biologique, placée conventionnellement à vingt ans, même si tous les os ne sont pas encore épiphysés. La détermination sexuelle est impossible sur des sujets non-adultes, excepté par la biologie moléculaire. Dans certains cas, cette détermination a pu être complétée par l’observation du degré de variabilité de certains caractères crâniens d’après le schéma d’Acsádi et Nemeskéri30, même s’il est à noter qu’en aucun cas ces variations ne constituent une méthode fiable (et non spécifique) de diagnose sexuelle.

18Le nombre d’individus anthropologiquement identifiés comme adultes exhumés à Banneville est de 39. Sur cet effectif, il nous faut retrancher pas moins de 30 squelettes dont l’état de conservation ne permet pas d’effectuer une diagnose sexuelle, soit parce que les os coxaux sont absents, soit parce que leur conservation est trop médiocre. Il ne subsiste donc que neuf individus ayant pu faire l’objet de cette étude, dont quatre identifiés de manière certaine. L’étude de la répartition du mobilier discriminant permet de compléter de façon considérable le nombre de déterminations en le portant à vingt-sept, dont douze femmes et quinze hommes. La distribution des sépultures semble homogène malgré les lacunes dont souffre l’identification. Les chiffres correspondent aux observations effectuées sur les nécropoles contemporaines de la plaine de Caen.

Âge

  • 31 Schmitt 2002, p. 51.
  • 32 Ibid., p. 53.

19La détermination de l’âge au décès, en revanche, est possible sur tous les sujets, peu importe la tranche d’âge ; cependant la fiabilité décroît à mesure que l’âge de l’individu augmente, particulièrement après vingt ans31. Les méthodes employées sont différentes suivant qu’il s’agit d’enfants, d’adolescents ou de sujets adultes. Elles « se basent surtout sur des indicateurs de la sénescence, exception faite de la synostose des sutures crâniennes et de la modification de la symphyse pubienne qui s’apparentent, en partie, à des processus de maturation osseuse32 ». Plusieurs méthodes ont été employées pour déterminer l’âge des individus mis au jour à Banneville, suivant leur âge et leur état de conservation.

  • 33 Ubelaker 1978.

20Pour les immatures, ont été utilisés les degrés de calcification et d’éruption dentaire d’après la méthode d’Ubelaker33, qui a l’avantage d’offrir un intervalle de variation. Cependant la conservation souvent partielle des apex a pu augmenter l’imprécision de la détermination.

  • 34 Simon 1990, p. 123-132.

21Sur les cinquante-quatre sépultures étudiées, six immatures ont été dénombrés et se répartissent en cinq tranches d’âges34 :

- d’1 an 1-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15-19 ans
effectif 0 3 1 2 0
  • 35 Populations antérieures à l’ère de la vaccination. Les premières expériences d’inoculations remonte (...)

22Les immatures constituent ici un faible pourcentage de la population ce qui ne coïncide pas avec un schéma de mortalité archaïque (populations pré-jenneriennes35), dans lequel la majorité des décès intervient entre la grossesse et 4 ans. Ce net déficit est probablement plus à attribuer à un problème de conservation différentielle qu’à un recrutement spécifique de la nécropole qui aurait exclu les immatures. En effet, plusieurs fosses dont les formats semblent adaptés à un enfant ont été découvertes vides, même si leur nombre ne comble en aucun cas les lacunes observées.

  • 36 Sép. 4074.

23Parmi les trente-neuf sujets adultes avérés, seul un36 a pu être l’objet d’une détermination plus précise, puisque toutes les épiphyses observables sont soudées en association avec une troisième molaire en cours d’éruption, témoignant de sa jeunesse (20-25 ans). La faiblesse de notre effectif rend évidemment impossible toute hypothèse concernant la répartition par classe d’âge de cette population, et seules les données brutes sont donc présentées.

2.2. Détermination des anomalies et pathologies

24Les observations relatives aux anomalies et aux pathologies restent très limitées en raison du très mauvais état de conservation des tissus osseux.

Traumatismes

25Seule une éventuelle fracture consolidée a été observée sur le fémur droit d’un individu masculin 4054. En l’absence de radio, seule la déviation associée à une épaisseur plus prononcée de la corticale au niveau du tiers distal oriente le diagnostic vers cette hypothèse.

Pathologies dentaires

  • 37 Dictionnaire Vidal, AFFSAPS, 2003, p. 18.

26Les observations obtenues en matière de pathologie dentaire ne résultent que d’un simple examen macro­scopique. La majorité des diagnostics nécessitent des radiographies et des compétences spécialisées, le bilan présenté ici ne concerne donc pour l’essentiel que la carie. Cette pathologie a cependant l’avantage de donner une bonne image de l’état sanitaire général. La dent est, de par sa constitution, soumise à de multiples agressions. « Les pathologies dentaires et parodontales résultent pour une large part d’une modification de la flore buccale au profit d’éléments pathogènes, suivie d’un déséquilibre entre l’agression bactérienne et la capacité de défense de l’hôte », modification due principalement à l’alimentation37, mais également au dérèglement de l’occlusion créant une salive acide.

  • 38 Il faut noter que dans la plupart des cas l’étude porte sur des dents isolées, sans connexion osseu (...)
  • 39 Brabant 1973, p. 239-261.
  • 40 Pilet et al. 1992, p. 60.

27L’échantillon de population présente de multiples pathologies dentaires. Sur les trente-neuf individus sur lesquels il a été possible de procéder à l’examen de la sphère buccodentaire38, pour un total d’environ 526 dents observées, lactéales et déciduales confondues, vingt-cinq présentent des caries, le plus souvent localisées dans l’espace interdentaire, pour un pourcentage de 14,2 % des dents observables. Des taux faibles sont habituellement observés lors des études portant sur des périodes identiques, de l’ordre de 6,5 % à 15,9 %39. Le taux observé à Banneville est cependant peut-être minimisé par l’état de conservation des dents, fragmentées, incomplètes, et présentant une importante décalcification radiculaire. Néanmoins, il apparaît nettement plus important que dans les nécropoles contemporaines fouillées dans la plaine de Caen (pourcentage de dents cariées de 9 % à Giberville, 7,8 % à Saint-Martin-de-Fontenay et de 1,7 % à Sannerville). La forte proportion de dents cariées à Banneville apparaît d’autant plus surprenante que le cimetière se localise en marge de la zone où les eaux susceptibles d’être consommées sont naturellement chargées en fluor. Les vertus de ces ressources en eau ont ainsi eu pour conséquence de limiter le nombre de caries chez les défunts inhumés dans la nécropole voisine de Sannerville40.

28De nombreuses dents ont également été perdues ante mortem ou peri mortem, avec cicatrisation des alvéoles, principalement au niveau des blocs molaires, qui sont les dents les plus soumises aux agressions. En effet, c’est sur les molaires que l’on trouve le plus de reliefs et de dépressions où peuvent se loger les caries. Il est également à noter un fort taux d’usure dentaire, présente sur tous les sujets, et très importante dans six des occurrences observées avec une attrition laissant apparaître la chambre pulpaire. Ceci est probablement lié à la présence d’éléments abrasifs dans la nourriture plutôt qu’à un phénomène de bruxisme puisqu’il touche une grande majorité de la population. Enfin, la présence de tartre est lisible sur quelques dents, mais leur dégradation entraîne certainement une sous-estimation importante.

Affections ostéo-articulaires

  • 41 Zivanovic 1982, p. 143.
  • 42 Valat 1994, p. 255.
  • 43 Dutour et Ardagna 2005, p. 333.
  • 44 Sép. 4076.

29Les maladies articulaires dégénératives sont les affections les plus fréquentes après la carie dentaire, dans les populations actuelles et anciennes41. Sur les articulations, deux types de pathologies dégénératives sont décelables : celles qui se produisent sur la surface articulaire, communément appelée ostéo-arthrose, et celles qui se situent dans les zones d’insertion des ligaments, des tendons et des capsules ­articulaires, l’enthésopathie42. Seuls quelques cas ont pu être observés à Banneville puisque les emplacements de prédilection de ce type d’affection (rachis, ceintures) ont majoritairement disparu. Les enthésopathies ne causent pas forcément de troubles dans la vie du sujet. Elles sont liées à un surmenage de l’enthèse, et peuvent donc être le signe d’une activité spécifique répétitive43. Ces lésions sont localisées, habituellement unilatérales du côté dominant ou hyper-sollicité. À titre d’information, la présence d’entésopathies dans la zone d’insertion du ligament jaune a été mise en évidence sur un dernier individu44.

2.3. Synthèse sur les observations bio-anthopologiques

30En guise de bilan, il faut en premier lieu constater que le nombre de sujets immatures par rapport aux sujets adultes ne correspond pas aux taux de mortalité théoriques des populations pré-jénériennes. Les sujets immatures sont dans l’ensemble sous-représentés, avec une absence totale d’individu de moins de un an. L’image obtenue par la fouille n’est donc pas celle d’une population « naturelle ». Cette distorsion peut être imputée plutôt à la mauvaise conservation des squelettes et aux difficultés de lecture des fosses sépulcrales qu’à un recrutement spécifique. Par ailleurs, ces mêmes problèmes de conservation ont empêché l’identification dans la majeure partie des cas du sexe et de l’âge des individus. L’état de santé bucco-dentaire de cette population est relativement médiocre.

3. La question du pillage

  • 45 Sép. 4005, 4008, 4013, 4018, 4026, 4027, 4048, 4054 et 4057.
  • 46 Sép. 4054.
  • 47 Périn et Feffer 1987, p. 114. Voir également Urlacher et al. 1998, p. 87.
  • 48 Rettner 1997, p. 133-157.
  • 49 Les publications françaises récentes confirment ces observations. À Cutry en Meurthe-et-Moselle, de (...)
  • 50 Pour le Calvados : Sép. n° 2 d’Hérouvillette, Sép. n° 113, 25 et 24 de Sannerville, Sép. n° 3A et 3 (...)
  • 51 Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. n° 261.
  • 52 Sép. 4057.
  • 53 Sép. 4055.

31Une autre conséquence négative de la disparition de la majeure partie des vestiges osseux concerne la question des pillages ou plus généralement des perturbations d’origine anthropique ou animale qui seraient intervenues dans les tombes. En effet, dans la plupart des cas, seules les épiphyses des os longs et quelques fragments de crâne sont préservés. Or les pillages connus pour la période mérovingienne interviennent pour l’essentiel au niveau du thorax, de l’abdomen et du bassin où se concentrent la majorité des objets susceptibles d’intéresser les pillards. Dans la nécropole de Banneville, neuf sépultures45 présentent des traces manifestes d’un pillage ayant concerné tout ou partie du mobilier funéraire. L’identification de ces pillages repose soit sur l’observation de mouvement osseux ou de déplacements de mobilier anormaux soit sur l’absence d’élément mobilier qui devait à l’origine se trouver dans la tombe. Sont ainsi considérées comme probablement pillées les inhumations où la boucle de ceinture est absente alors que les tenons sont encore en place ainsi que la tombe de l’homme équipé d’un éperon mais dont l’épée a manifestement été récupérée (fig. 10, planche 13). Cette sépulture46 comportait encore un mobilier relativement riche et abondant comprenant une garniture de ceinture, une aumônière ornée d’appliques en argent, une coupe en verre à décor moulé et surtout un éperon porté au pied gauche. Or, à la période mérovingienne, la pratique de l’équitation reste l’apanage des potentes et les éperons sont systématiquement déposés dans des tombes d’hommes qui disposent d’autres signes manifestant leur place dans la hiérarchie sociale47 au premier rang desquels prend place l’épée longue (spatha). Ainsi, dans l’étude qu’il consacre aux éperons du début de la période mérovingienne48, Arno Rettner signale que sur les soixante-six inhumations dotées d’un éperon, vingt-neuf sont également accompagnées d’une épée longue auxquelles il faut probablement ajouter dix-neuf sépultures pillées dans lesquelles l’épée manque mais qui recelaient un éperon. Sur les dix-huit tombes restantes deux comportent parmi le mobilier funéraire un bouclier, quatre une lance, deux une hache et deux des flèches. Les tombes à éperon sans armement apparaissent donc minoritaires avec cinq cas restants49. Dans le cas de la sépulture de Banneville, la dissolution de la majeure partie des ossements rend délicate l’identification des traces d’un possible pillage. Néanmoins, la disparition des os du membre supérieur gauche alors que ceux du bras droit sont conservés plaide en faveur de leur destruction occasionnée lors du prélèvement d’un objet placé sous le premier bras. Or, cette portion du corps correspond à l’endroit privilégié pour déposer une épée. Ainsi parmi les douze porteurs d’épées longues recensés en Basse-Normandie50, tous à l’exception d’un51 ont été inhumés avec l’arme placée sur le côté gauche du corps en choisissant pour la plupart un dépôt sous l’avant-bras ramené sur l’abdomen. En considérant que la sépulture de Banneville dotée d’un éperon a été violée en vue de récupérer une épée, il faut néanmoins constater que ce pillage est resté ciblé uniquement sur l’épée et n’a pas concerné le reste du mobilier qui conserve un agencement cohérent dans la tombe. Par ailleurs, la préservation en position verticale d’une des agrafes d’assemblage du brancard ou du cercueil, juste en arrière de l’emplacement où devait se trouver l’épée au moment du pillage, montre que ce dernier est intervenu dans un laps de temps relativement court après l’inhumation. Si ce laps de temps ne peut être précisément évalué, le pillage ne peut en aucun cas être imputé à la mise en place de la sépulture postérieure52 qui, pour sa part, est venue détruire la partie supérieure de la tombe féminine53 qui accompagnait le supposé porteur d’épée.

Fig. 10 Sépulture pillée d’un probable porteur d’épée (n° 4054).

Fig. 10 Sépulture pillée d’un probable porteur d’épée (n° 4054).
  • 54 Sép. 4029.
  • 55 Hincker 2007, p. 295. Voir encore Urlacher et al. 1998, p. 223-224. Voir aussi Legoux 2005, p. 151- (...)
  • 56 Sép. 4041.

32Ailleurs dans la nécropole de Banneville, comme pour cette sépulture, les pillages observés ne se sont pas soldés par le prélèvement de la totalité du mobilier puisque sur neuf exemples identifiés, un seul concernait une tombe apparue totalement dépourvue d’objet déposé auprès du défunt. Dans d’autres tombes, la présence d’objets manifestement hors d’usage interroge sur les difficultés rencontrées pour caractériser les traces d’un pillage. Tel est le cas d’une sépulture dotée d’une plaque-boucle54 en bronze sur laquelle n’était plus fixée la boucle. Cette lacune pourrait très bien au premier abord signaler une violation ayant conduit le pilleur à prélever la boucle sans pousser plus avant sa rapine, laissant ainsi en place la seule plaque sans doute, à ses yeux, dépourvue d’intérêt. Un tel raisonnement ne s’accorde pourtant pas avec la préservation, au moment de la fouille, de la connexion lâche du radius et du cubitus gauche précisément posés sur la plaque en bronze. Logiquement, un prélèvement de la boucle lors d’un pillage apparaît de ce fait peu probable puisqu’il aurait eu pour conséquence la dispersion des ossements évoqués. De là, il est possible d’envisager un dépôt volontaire dans la tombe d’objets hors d’usage selon une pratique observée dans d’autres nécropoles mérovingiennes55. Dans le cas présent, cette interprétation est corroborée par l’absence des bossettes sur la plaque et la cassure de cette dernière dans son extrémité opposée au système d’articulation qui la reliait initialement à la boucle. Dans le même ordre d’idées, des déplacements aberrants d’objets dans la tombe questionnent sur leur cause et leur lien avec la possibilité d’un pillage. Ainsi dans une des tombes de Banneville56, une plaque-boucle en bronze a été exhumée au niveau du bassin ; la boucle était encore articulée avec la plaque qui avait elle-même glissée en partie sous l’aile iliaque droite et le fémur. L’ardillon, quant à lui, a été trouvé à une vingtaine de centimètres vers l’ouest en direction du crâne avec les épiphyses de l’avant-bras droit et les premiers métacarpiens encore disposés en connexion stricte. Un tel mouvement ne s’explique pas aisément et ne peut être compris qu’en considérant que la présence de la pièce métallique a assuré la préservation ponctuelle d’une infime portion des restes osseux qui, sous l’effet de l’oxydation, ont été figés à la surface de l’ardillon. Dans un second temps, l’ardillon sur lequel des vestiges osseux étaient collés a été déplacé, probablement en raison d’un bouleversement d’origine naturelle.

  • 57 Sép. 4002.
  • 58 Sép. 4020.
  • 59 Sép. 4005 et 4077.

33L’incapacité d’évaluer les pillages opérés dans la nécropole de Banneville relativise les conclusions qui peuvent être tirées de l’analyse des assemblages de mobiliers déposés auprès des défunts. Par ailleurs, la forte altération de bon nombre d’objets métalliques démontre que le sous-sol est peu propice à la conservation des éléments ferreux ainsi que de ceux élaborés à l’aide d’un alliage cuivreux chargé en plomb ou d’un alliage à base d’argent. Inversement, les autres objets façonnés à l’aide d’un alliage cuivreux sont globalement bien préservés à l’exception de ceux qui étaient immédiatement en contact avec des éléments en fer. Au final, parmi les deux cent quatorze pièces de mobilier recueillies dans la nécropole, vingt-cinq n’ont pu être identifiées dans leur fonction et dix-huit dans leur forme précise. Parmi ces derniers se comptent une fibule57, une plaque-boucle58 et deux boucles d’oreilles en argent59.

4. Le mobilier funéraire

  • 60 Sép. 4008, 4013, 4018, 4026, 4054 et 4057.
  • 61 Sép. 4012, 4055, 4063 et 4064.
  • 62 Sép. 4014 et 4062.
  • 63 Sép. 4048.
  • 64 Sép. 4023, 4031 et 4050.
  • 65 Sép. 4045.
  • 66 Sép. 4068.
  • 67 Sép. 4070.
  • 68 Sép. 4027.
  • 69 Sép. 4032.
  • 70 Sép. 4037.

34Sur les soixante-six tombes identifiées, quarante-six comportaient encore du mobilier funéraire en place et sept des objets qui, étant déplacés, ne peuvent être attribués avec certitude à la tombe considérée. Parmi les premières, six ont été partiellement pillées60, cinq sont incomplètes en raison de leur recoupement par une tombe plus récente61 et deux ont été très abîmées lors du diagnostic archéologique62. Le nombre de sépultures intactes pourvues de mobilier funéraire ne dépasse donc pas trente-trois. Parmi les sept tombes comportant des assemblages douteux de mobilier, une était pillée63, trois étaient en partie détruites par l’installation d’une tombe postérieure64, une a été sérieusement endommagée lors du diagnostic archéologique65 et une autre était totalement dépourvue de vestiges osseux conservés66. La dernière contenait un simple anneau en fer, posé au niveau de la poitrine, ce qui ne correspond pas à un type de dépôt jusqu’à présent recensé à la période mérovingienne67. Les tombes ne contenant pas de mobilier au moment de la fouille sont pour dix d’entre elles intactes. Les trois autres sont pour l’une pillée68, pour l’autre perturbée par une recoupement plus tardif69 et pour la dernière très altérée par le diagnostic archéologique70.

  • 71 Les assemblages mobiliers par tombe sont figurés sur les planches 1 à 10.

35Ainsi et malgré les indices de pillage et les perturbations observées, la majorité des tombes de Banneville contenaient du mobilier funéraire71. Avec cinquante-trois occurrences, la part des sépultures pourvues d’objets s’élève à près de 80 % des inhumations recensées. Le nombre de sépultures à la fois bouleversées et dépourvues de mobilier reste sans effet dans le calcul de ce rapport de proportion. Néanmoins, il faut toujours garder à l’esprit que cette estimation ne tient compte que des inhumations identifiées et par conséquent qu’elle devrait être revue à la baisse en se référant à l’hypothèse selon laquelle un certain nombre de tombes n’a pas pu être détecté lors de la fouille. Toutefois en se fondant sur les évaluations maximum du nombre de ces tombes, la part des sépultures dotées de mobilier funéraire ne saurait descendre en deçà de 59 % des inhumations composant à l’origine le cimetière.

36Les pièces de mobilier funéraire présentes dans les tombes de Banneville peuvent être classées en cinq grandes catégories : l’armement, la parure, les accessoires du vêtement, les trousseaux et le service à boire. La catégorie de l’armement comprend les armes elles-mêmes et les accessoires de buffleterie comme les fourreaux et les baudriers. La catégorie de la parure associe les boucles d’oreilles, les colliers, les fibules, les épingles de poitrine ainsi que les bagues et les bracelets. La catégorie des accessoires du vêtement regroupe essentiellement les garnitures de ceinture ainsi que les cordelières et les châtelaines. Celle du trousseau comprend les assemblages de petits ustensiles et les aumônières avec leurs contenus. Enfin la dernière catégorie inclut les vases en verre ou en céramique. Cette classification demeure par définition artificielle puisque nombre d’objets inventoriés sont susceptibles d’être intégrés simultanément dans l’une ou l’autre des catégories. Ainsi, une fibule a tout autant un rôle ornemental que fonctionnel puisqu’elle sert en premier lieu à fermer un manteau ou un voile. De même, si les garnitures de ceinture sont conçues pour tenir une tunique ou une robe, le soin apporté aux décors qu’elles portent indique qu’elles répondent également à un réel souci esthétique.

  • 72 Le Jan 1995, p. 63 ; Bullough 1991, 27 p. et Hen 2006, p. 99-110.

37Cette classification retenue ne relève que d’une commodité descriptive et ne saurait refléter en rien une catégorisation en usage durant la période mérovingienne. Son utilisation permet néanmoins de procéder à quelques distinctions illustrant des divisions du corps social alors en cours, comme l’attribution systématique des armes aux hommes et de la majeure partie des objets de parure, selon la définition utilisée ici, aux femmes. Les armes répondent également et en premier lieu d’une fonction sociale, alors que la composition des trousseaux paraît relever surtout de considérations avant tout individuelles et affectives propres à chaque défunt. Les gobelets, qu’ils soient en verre ou en céramique, sont tout autant un ustensile personnel qu’un objet porteur d’une charge symbolique forte dans une société où le banquet tient une place sociale importante72. De fait, si le classement mis en œuvre pour étudier le cimetière de Banneville ne correspond pas à une catégorisation consciente opérée par les mérovingiens, il reflète néanmoins une catégorisation des objets déposés dans la tombe en fonction de critères de sexe, de statut ou de distinction économique et sociale.

4.1. Les armes

38Dans neuf tombes, le défunt était encore accompagné d’armes, nombre auquel il est possible d’ajouter la sépulture précédemment évoquée qui devait initialement comporter une épée. Parmi les neuf cas avérés, huit ne contenaient qu’une seule arme alors que la dernière en possédait trois avec une épée, un épieu et un scramasaxe. Les autres contiennent soit une lance, soit un scramasaxe.

  • 73 Sép. 4024, 4049 et 4078.
  • 74 Wernard 1998, p. 747-787.
  • 75 Sép. 4025 et 4047.
  • 76 Sép. 4038.
  • 77 Legoux et al. 2004.
  • 78 Objet de type 57, dans Legoux et al. 2004.
  • 79 Objet de type 58, dans Legoux et al. 2004.
  • 80 Nieveler et Siegmund 1999, p. 8.

39Trois des sept scramasaxes73 de Banneville se classent dans la catégorie des kurzsax telle que la définit Jo Wernard74 et qui sont présents en Allemagne du sud tout au long du vie siècle et dans les toutes premières années du siècle suivant (fig. 11). Deux autres scramasaxes appartiennent à la catégorie des massiver kurzsax75 qui semble plus tardive dans la mesure où dans cette même région ils apparaissent dans les années 570/580 et demeurent en usage jusque dans les années 630/640. Le sixième76 est de type leichter breitsax présent dans des tombes datées entre les années 570/580 et les années 660/670. Le dernier est incomplet et ne s’offre donc pas à un classement typologique fondé sur le rapport entre longueur et largeur de la lame. Les critères de classification des scramasaxes retenus par René Legoux, Françoise Vallet et Patrick Périn dans leur chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine77 sont différents puisque seule la longueur de la lame est prise en compte, en la croisant avec l’aspect massif ou non de l’arme. Les scramasaxes présents à Banneville appartiennent pour quatre d’entre eux au groupe des petits scramasaxes de type grand couteau dont la lame a une longueur inférieure à 25 cm78, alors que les deux autres peuvent être qualifiés de petits scramasaxes à dos droit dont la lame a une longueur comprise entre 25 et 35/40 cm79. Les premiers sont épisodiquement en usage dans les Gaules du nord au cours du dernier tiers du ve siècle et dans le premier quart du vie siècle, avant de connaître un emploi plus massif jusque dans les années 600/610. Les seconds sont rares au cours des années 520/530-560/570 et d’usage courant entre les années 560/570 et les années 600/610 avant de se raréfier à nouveau jusqu’à leur disparition complète vers les années 630/640. Pour leur part, Elke Nieveler et Frank Siegmund remarquent que les petits scramasaxes étroits sont exceptionnels avant les années 520/530 sur le cours inférieur du Rhin et qu’ils sont par la suite courants jusque dans les premières années du viie siècle80.

Fig. 11 Caractéristiques et datation des scramasaxes.

Fig. 11 Caractéristiques et datation des scramasaxes.

40L’ensemble des scramasaxes découverts à Banneville s’inscrit donc dans une fourchette de datation comprise entre 500 et 640, avec néanmoins une probabilité plus importante pour une chronologie comprise entre les années 520/530 et les années 600/610.

  • 81 Sép. 4024.

41Un de ces scramasaxes était suspendu à un baudrier fermé par une petite plaque-boucle monobloc en bronze81. La boucle est carrée et la plaque adopte la forme d’un octogone allongé dont les bords les plus longs sont faiblement échancrés. La plaque est ornée d’un motif incisé figurant des entrelacs. La plaque-boucle est épaisse de 2 mm et l’ardillon est constitué d’une simple tige en bronze. Trois petits trous aménagés sur la plaque marquent l’emplacement des rivets qui permettaient de la fixer sur le cuir. L’utilisation de cette plaque-boucle comme accessoire de baudrier reste cependant discutable dans la mesure où elle a été trouvée posée sur le thorax, la face ornée contre le fond de la fosse. Déconnectée de l’arme même, elle pourrait tout aussi bien avoir servi à fermer une aumônière dont la présence dans la tombe est par ailleurs soupçonnée. En effet, si les plaques-boucles monoblocs en alliage cuivreux sont courantes dans les nécropoles mérovingiennes de la plaine de Caen, elles servaient pour la plupart de fermoir d’aumônière. Aucune d’entre elles ne correspond cependant dans sa forme à l’exemplaire exhumé à Banneville.

  • 82 Sannerville, Sép. n° 24 et 113 et Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. n° 107 et 261.

42La sépulture comportant trois armes contient un des scramasaxes de type massiver kurzsax associé à un épieu à pointe de section carrée et à une épée (fig. 12). Ni l’épieu, ni l’épée ne fournissent d’indication quant à la chronologie de l’inhumation. L’épée dont la lame est longue de 71,9 cm et large de 3,75 cm paraît damassée. Ni elle, ni le fourreau dans lequel elle est engagée ne comportent de décor. Le fourreau utilisant du bois était renforcé à l’aide de deux gouttières latérales en fer placées vers le haut de la lame à quelques centimètres en contrebas de l’entrée de cet étui. Cette sobriété ne distingue pas l’épée de Banneville parmi celles déjà exhumées en Basse-Normandie, puisque sur les treize exemplaires connus, seules quatre étaient accompagnées d’un fourreau quelque peu décoré82. À Banneville, l’arme était posée sur le côté gauche de la poitrine du défunt en passant sous son avant-bras. L’épieu était placé à l’opposé le long du côté droit du corps avec la pointe en fer posée à hauteur de la tête du défunt. Le scramasaxe quant à lui était posé en travers du corps. Si la présence d’une épée distingue l’individu qui la porte dans la communauté inhumée à Banneville, le reste du mobilier n’atteste pas une réelle richesse et ne saurait constituer la marque d’une tombe à caractère ostentatoire.

Fig. 12 Vue de la sépulture d’un porteur d’épée (n° 4047).

Fig. 12 Vue de la sépulture d’un porteur d’épée (n° 4047).
  • 83 Sép. 4040 et 4043.
  • 84 Objet de type 32 de la typologie de Legoux et al. 2004.
  • 85 Sannerville, Sép. 32, 37, 42, 48 et 74.
  • 86 Saint-Martin-de-Fontenay, parmi les ossements mis en réduction dans la sépulture n° 263.
  • 87 Frénouville, Sép. 463.
  • 88 Sannerville, Sép. 37, 42, 48 et 74.

43À Banneville, les lances sont au nombre de deux et constituent à chaque fois la seule arme déposée dans la tombe83 (fig. 13). Elles appartiennent toutes les deux à la catégorie des lances à douille ouverte et à flamme allongée avec une longueur médiane située dans ladite flamme84. Pour les Gaules du nord, ces lances sont attestées épisodiquement entre les années 440/450 et 470/480 pour être ensuite d’usage courant jusque dans les années 600/610. En Basse-Normandie, des lances similaires, dont la flamme a la forme d’une feuille de saule, sont présentes dans cinq sépultures de la nécropole de Sannerville85 et dans une seule sépulture pour les nécropoles de Saint-Martin-de-Fontenay86 et de Frénouville87. Un dernier exemplaire a été trouvé dans le cimetière d’Hérouvillette avant l’intervention des archéologues. À chaque fois le mobilier associé est modeste. S’il se compose dans quatre tombes de scramasaxes88, il comprend avant tout des garnitures de ceinture et des accessoires utilitaires de type fiche bélière, couteau ou aiguille à coudre. Les éléments datants présents dans ces dernières tombes couvrent les trois derniers quarts du vie siècle.

Fig. 13 Vue de la sépulture d’un porteur de lance (n° 4040).

Fig. 13 Vue de la sépulture d’un porteur de lance (n° 4040).
  • 89 Voir Longueville 2007, p. 103-120.
  • 90 Christlein 1973, p. 147-180.
  • 91 Theuws 2009, p. 306-307.
  • 92 Sép. 4004.
  • 93 Sép. 4054.
  • 94 Sép. 4055.

44Les armes déposées dans la nécropole de Banneville restent classiques pour la période mérovingienne et ne présentent pas de signe particulier illustrant un statut spécifique pour les défunts qu’elles accompagnaient. À l’exception d’une sépulture, l’arme est unique dans la tombe et accompagne un mobilier avant tout usuel et modeste. Seule la tombe du porteur de l’épée se détache du reste de la communauté avec le dépôt de cette arme en association avec un scramasaxe et un épieu. Si le qualificatif de privilégié peut être avancé pour cette tombe, c’est dans une acception ne mettant en exergue que le soin particulier qui lui a été donné parmi les autres tombes du cimetière89. À une échelle plus large, elle se place dans le Qualitätsgruppe B défini par Rainer Christlein90, ce qui correspond probablement à la catégorie des hommes libres sans fonction particulière au-delà de la simple communauté locale. Il est néanmoins à noter que la présence d’un épieu renvoie à la pratique de la chasse qui reste, à la période mérovingienne, l’apanage de l’aristocratie91. Cette tombe témoigne ainsi de la volonté de signifier, à travers le dépôt funéraire, le statut social du défunt dans la communauté. Néanmoins, le caractère modeste des objets qui l’accompagnent, comme ceux déposés dans la tombe féminine qui paraît lui être associée92, montre le peu de moyens financiers dont ses proches disposaient ou qu’ils ont souhaité consacrer aux funérailles de ces deux individus. Le dépôt de mobilier apparaît d’ailleurs nettement moins fastueux que celui observé dans la tombe de l’autre supposé porteur d’épée93 et de celui de la femme au côté de laquelle il est inhumé94.

45Toutefois pour ce dernier, si le port d’un éperon constitue la marque de la pratique de l’équitation qui rattache cet homme à une catégorie sociale privilégiée, le mobilier adjacent ne témoigne pas, là encore, d’une richesse particulière. Au contraire, la faible teneur en argent de la garniture de l’aumônière recouverte d’une très fine dorure montre une tentative de manifester une opulence qui ne devait pas refléter une réalité économique. Ces observations classent les deux porteurs d’épée identifiés à Banneville dans la catégorie la moins favorisée des hommes équipés d’une spatha. La modestie du faste funéraire paraît en outre croître au cours du temps, puisque l’inhumation de l’homme encore ­accompagné de son épée intervient à une date ultérieure à celle du porteur de l’éperon.

46Avec ces neuf tombes d’homme accompagné d’une épée, d’une lance ou d’un scramasaxe, la nécropole de Banneville se place parmi les cimetières mérovingiens où les porteurs d’arme sont les plus nombreux parmi les tombes identifiées. Avec une proportion de 13,6 %, elle se rapproche de l’évaluation faite pour la nécropole de Sannerville (15,7 %). En retranchant la part des tombes attribuées à des femmes ou à des fillettes, la proportion de porteurs d’arme passe à un minimum de 18 %, sachant que ce décompte s’établit par rapport à un ensemble qui comprend de très nombreuses tombes dans lesquelles ni le sexe ni l’âge des défunts n’ont pu être identifiés. À Sannerville, la forte représentation des hommes armés a été mise en relation avec un rôle possible de surveillance et de contrôle du chemin Saulnier qui constituerait alors un axe de circulation privilégié entre la côte et l’intérieur des terres. Une explication semblable pourrait être avancée pour la nécropole de Banneville. Il est également possible de remarquer que ces nécropoles ont toutes deux été en fonction sur un court laps de temps et que le pillage semble avoir été assez restreint.

4.2. La parure

Les boucles d’oreilles

  • 95 Sép. 4002.
  • 96 Objet n° 302 dans Legoux et al. 2004.
  • 97 Theune 1999, p. 23-33.
  • 98 Nieveler et Siegmund 1999.
  • 99 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 439 et n° 457.
  • 100 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 505.

47Cinq sépultures féminines contiennent des boucles d’oreilles. La première est celle d’une fillette âgée d’environ douze ans qui porte une paire de boucles d’oreilles en bronze composées d’un court anneau se terminant par un polyèdre95. Dans les Gaules du nord96, ce type de parure apparaît épisodiquement dans le troisième quart du ve siècle et connaît par la suite une utilisation plus intensive jusqu’aux années 560/570 avant de se raréfier et disparaître dans la première décennie du viie siècle. En Allemagne du sud-ouest, ces boucles d’oreilles apparaissent vers 490 et leur emploi se prolonge jusqu’au milieu du viie siècle97, alors que dans la basse vallée du Rhin elles se rencontrent sans discontinuité entre les années 520/530 et 67098. En Basse-Normandie ce type de boucles d’oreilles est présent uniquement à Saint-Martin-de-Fontenay qui en a livré trois exemplaires en bronze dont deux sont portés par paire99 ainsi qu’un exemplaire en argent associé à une fibule datée de la fin du ve et du début du vie siècle100. Dans le cas de la tombe de Banneville-la-Campagne, l’association de ces boucles d’oreilles avec un collier précoce permet de retenir une datation comprise entre les années 510/540.

  • 101 Sép. 4065.
  • 102 Objet n° 303 dans Legoux et al. 2004.
  • 103 Ohrring 4b dans Nieveler et Siegmund 1999.
  • 104 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 206 ; Frénouville n° 18 et n° 598 ; Réville, n° 74.

48Dans une autre sépulture, les boucles d’oreilles sont en argent et portent un pendentif polyédrique orné de verroteries ou de grenats101. L’anneau est lisse et le polyèdre creux est orné de quatre verroteries losangiques enchâssées dans des bâtes cerclées d’un fil perlé. Au nord de la Loire, ce type de boucles d’oreilles est rare dans le troisième quart du ve siècle et se multiplie par la suite avant de disparaître définitivement au début du viie siècle102. Dans la basse vallée du Rhin, il apparaît dans le dernier quart du vie siècle et devient courant au cours des trois premiers quarts du siècle suivant103. En Basse-Normandie, des exemplaires de ce type sont présents dans des sépultures datées des années 470/480 aux années 560/570104. Le reste du mobilier présent dans la tombe de Banneville ne permet pas de préciser sa datation.

  • 105 Sép. 4004.
  • 106 Sép. 4005 et 4077.

49La forme des trois autres boucles d’oreilles portées à l’unité dans trois sépultures différentes ne peut être analysée en raison d’un état de dégradation très avancé. Elles sont toutes les trois en argent. Elles proviennent d’une tombe de femme adulte105 et de deux sépultures de fillettes106.

Les fibules et épingles de poitrine

  • 107 Vallet 2008, p. 169.
  • 108 Koch 2001, p. 250.
  • 109 Sannerville n° 19, 90, 95, 116 ; Giberville n° 67, Hérouvillette n° 39 auquel il est possible d’ajo (...)

50À Banneville, les fibules sont relativement rares et ne sont représentées que par un exemplaire attesté et deux autres supposés. Dans cette catégorie de mobilier, il est possible d’ajouter les épingles de poitrine prélevées dans deux tombes. La seule fibule reconnue en tant que telle appartient au type dit de « Clery » qui, selon Françoise Vallet, serait caractéristique du deuxième quart du visiècle107 et se rencontre sur une vaste aire géographique allant de la Basse-Normandie à la Basse-Franconie108. Les exemplaires trouvés en Normandie sont tous à base d’argent mêlé à de l’or avec des grenats pour figurer les yeux des monstres adossés109. Elles sont le plus souvent portées par paires au niveau du cou et dans un cas à l’unité dans la nécropole de Sannerville. La fibule de Banneville semble être le produit d’un surmoulage d’un original en métal précieux, puisqu’à sa surface se discernent encore les bavures du moulage qui n’ont même pas été ébarbées.

  • 110 Saint-Martin-de-Fontenay n° 237 et 240.

51La morphologie des deux autres fibules exhumées à Banneville n’a pu être précisément identifiée. La première portée au cou par une fillette a été façonnée à l’aide d’un alliage cuivreux fortement chargé en plomb qui est apparu presque totalement dissous lors de la fouille. Les observations faites sur le terrain ont tout juste permis de reconnaître une fine tôle probablement de forme circulaire. La seconde fibule est en fer et présente un profil en arbalète. Portée là encore en haut du thorax, elle apparaît incomplète et dépourvue de tout traitement décoratif. De ce fait, les comparaisons qui peuvent être établies restent limitées et risquent d’être peu pertinentes pour tenter d’établir des parallèles morphologiques et chronologiques. Cette fibule s’apparente néanmoins à deux autres broches découvertes à Saint-Martin-de-Fontenay qui sont toutes deux datées du vie siècle110.

  • 111 Objet n° 310 dans Legoux et al. 2004.

52Les épingles de poitrine sont pour deux d’entre elles en fer et pour la troisième en bronze. Elles sont simples et comprennent d’un bout une extrémité pointue et de l’autre une extrémité spatulée. Portées au niveau du thorax ou au niveau du cou, elles sont traditionnellement considérées comme un ustensile destiné à fermer un voile. Cette interprétation trouve une confirmation dans le cas de la tombe de Banneville qui contenait à la fois une épingle de poitrine en fer et la fibule de type Clery, dans la mesure où cette dernière conservait la trace de deux textiles différents imprimés dans les oxydes présents sur les deux faces de l’objet. Les épingles de poitrine simples sont courantes entre Manche et Lorraine après le troisième quart du ve siècle et avant la deuxième décennie du viie siècle111.

Les colliers

53Quatre fillettes portaient au cou un collier dont la taille allait croissant en fonction de l’âge auquel elles ont trépassé. Le collier de la plus jeune, morte entre 1 et 3 ans, est composé d’environ vingt perles. Celui de la plus âgée, inhumée autour de l’âge de 12 ans, en comprend environ deux cents. Les deux colliers intermédiaires sont composés respectivement de quatre-vingt-dix et de trente-cinq perles pour des âges au décès entre 7 et 13 ans pour la première et entre 2 et 5 ans pour la seconde. Les quatre colliers utilisent les mêmes types de perle (fig. 14). Ce sont en premier lieu des perles en pâte de verre, opaques pour leur majorité, qui se répartissent en sept groupes morphologiques. Les autres sont en ambre et ne paraissent pas taillées selon une forme particulière.

Fig. 14 Composition des colliers en fonction de la typologie des perles.

Fig. 14 Composition des colliers en fonction de la typologie des perles.

54Les quatre colliers de Banneville s’intègrent dans les colliers de « type 1 » défini par l’analyse typologique des mobiliers funéraires mérovingiens entre Manche et Lorraine. Ils y sont en usage au cours de la seconde moitié du ve siècle et dans le premier tiers du siècle suivant avec des prolongements ponctuels jusque dans les années 560/570.

Les bagues, bracelet et pendeloque

  • 112 Vallet 2008, p. 190-191.
  • 113 Frénouville, n° 141, et Saint-Martin-de-Fontenay, n° 718.
  • 114 Hérouvillette, n° 39 dans Decaëns 1971.
  • 115 Frénouville, n° 159, 603 et 558 ; Hérouvillette, n° 11.

55Deux femmes inhumées à Banneville portent des bagues. La première arborait une bague en bronze. L’anneau de profil hémisphérique s’élargit progressivement et se termine par un aplat ovale ne portant apparemment ni décor ni texte. Selon Françoise Vallet, ce type d’anneau de tradition romaine se rencontre surtout au ve et au début du vie siècle112. Dans les nécropoles bas-normandes, des bagues similaires ont été trouvées soit isolées113 soit dans une tombe féminine comportant d’autres pièces de mobilier caractéristiques du deuxième quart du vie siècle114. La seconde femme était dotée de trois bagues en argent. Deux ont été découvertes presque totalement détruites et ne sont plus représentées que par des fragments de rubans plats allant en s’élargissant et par un cabochon hémisphérique en verre mat de couleur bleu. La dernière bague est constituée d’un ruban d’argent allant en s’élargissant vers ses extrémités recourbées. Deux cannelures ont été incisées le long de ce ruban. Elles appartiennent à un type de bagues dites « ouvertes » retrouvées dans des sépultures datées du vie siècle à Frénouville115 et à Hérouvillette.

  • 116 Frénouville, n° 180, 590, 600, 575 ; Giberville, n° 72 et 74 ; Réville, n° 21.
  • 117 Evison 1987.

56La femme portant les trois bagues en argent était également parée d’un bracelet passé au bras droit. Ce bracelet est constitué d’un fil de bronze enroulé à son extrémité pour composer un nœud coulissant. Un petit fil de fer permettait d’y accrocher une perle godronnée en verre de couleur jaune vert. Des bracelets identiques ont été trouvés au bras de femmes inhumées au vie siècle dans les cimetières de Frénouville, de Réville et de Giberville116. Dans le Kent, ils sont considérés comme caractéristiques du dernier quart du ve et du premier quart du siècle suivant117.

  • 118 Urlacher et al. 2008, p. 160.
  • 119 Koch 2001, p. 242.
  • 120 Giberville, n° 27 et 102 ; Frénouville, n° 603.

57Le dernier élément de parure découvert dans une sépulture d’enfant est une pendeloque sphérique suspendue à partir de la ceinture à l’aide d’une cordelière et d’un panier (fig. 15). Ce dernier est constitué de deux arceaux en bronze se croisant perpendiculairement à la base de la sphère et se rejoignant à son sommet où ils sont assemblés à l’aide d’une couronne carrée. Dans cette même couronne passe le fil de bronze noué en forme d’anneau permettant d’accrocher la pendeloque à la cordelière. Les arceaux sont constitués de rubans à doubles cannelures larges de 4 à 6 mm. La sphère qu’ils enchâssent est irrégulière avec un diamètre variant de 3,6 à 4,1 cm. Elle est en quartz opaque ou en silex et présente de ce fait toutes les apparences d’un galet de rivière simplement poli par l’action naturelle. Ce type de pendeloque est traditionnellement interprété comme le signe d’une couche sociale élevée118 et il connaît une aire de diffusion géographique très large allant de l’Angleterre aux rives du Danube119. Trois pendeloques de ce type ont été retrouvées dans deux tombes du cimetière de Giberville et dans une tombe de Frénouville120.

Fig. 15 Pendentif en bronze et galet de rivière (n° 4005).

Fig. 15 Pendentif en bronze et galet de rivière (n° 4005).
  • 121 Vallet 2008, p. 198-199.
  • 122 Joffroy et Thenot 1980-1981, p. 81 ; Vallet 1976, p. 81.

58Si ces amulettes sont déposées la plupart du temps dans de riches tombes féminines de la fin du ve et du vie siècle121, Françoise Vallet remarque que les exemplaires dotés d’un petit parallélépipède au niveau de la suspension sont plus tardifs et paraissent caractéristiques des deux derniers tiers du vie siècle. Dans la majorité des cas connus, la sphère qui constitue cette amulette est en cristal de roche transparent ou fumé. Celle de Banneville est constituée d’un matériau nettement moins noble, ce qui souligne une nouvelle fois que la communauté qui l’a déposée dans la tombe de la fillette était soucieuse d’imiter des objets prestigieux sans toutefois en avoir vraiment les moyens. Le cas de Banneville n’est cependant pas totalement isolé puisque, ailleurs, d’autres matériaux, tels que le marbre, le fer météoritique, la limonite et la pyrite ont été mis en œuvre pour fabriquer ce type de pendeloque122.

4.3. Les pièces du vêtement : les garnitures de ceinture

59Trente-trois sépultures sont pourvues de garnitures de ceinture en bronze ou en fer. Il est possible d’y ajouter trois autres tombes dans lesquelles un pillage a entraîné la disparition d’une portion des pièces métalliques qui prenaient place originellement sur une ceinture.

Les boucles en fer

  • 123 Sép. 4010, 4051, 4067, 4076 et 4077.
  • 124 Sép. 4025.
  • 125 Sép. 4078.

60Huit ceintures étaient maintenues à l’aide d’une simple boucle en fer. De forme ovoïde, elles sont toutes munies d’un ardillon droit et peuvent être classées en trois catégories en fonction de leur dimension. Les plus nombreuses, avec cinq occurrences, sont de forme presque circulaire et mesurent entre 1,8 et 2,1 cm de large pour une hauteur comprise entre 2,1 et 2,9 cm123. La seconde catégorie réunit deux boucles longues et étroites124 et la troisième n’est représentée que par une grande boucle presque aussi large que haute125. Une sixième boucle relevant de la première catégorie est associée à un tenon de ceinture en bronze. Celui-ci a une forme complexe composée d’un cylindre vertical prolongé vers l’arrière par une plaque fusiforme. L’aire latérale du cylindre est lisse et son sommet est orné d’un cercle pointé. La plaque est épaisse et bombée. Ses bords ont un aspect dentelé lié à la présence de profondes incisions qui participent d’un décor comprenant également des trous pratiqués dans toute l’épaisseur de la plaque. La composition est symétrique par rapport à l’axe médian de la plaque, sans être figuratif. Au dos de ce tenon, deux rivets à tête plate permettaient de le fixer sur le cuir ou le tissu de la ceinture. Cette garniture de ceinture ne trouve pas de parallèle connu dans la bibliographie consultée.

Les boucles en bronze

61Dix-huit ceintures utilisent des boucles en bronze seules ou associées à des tenons de formes et de nombre variables. Trois boucles sont rectangulaires. La première est de section tronconique et porte un décor gravé dans lequel alternent des couples de cercles pointés et des traits rayonnants disposés par groupes de trois de part et d’autre de chacun des angles de la boucle. La place où repose la pointe de l’ardillon est également encadrée de deux paires de traits incisés. L’ardillon a un tablier scutiforme et est orné de part et d’autre de l’échancrure d’une ligne gravée de guillochis. La seconde boucle rectangulaire est presque carrée et a des bords biseautés. L’un des côtés est occupé par une barre amincie sur laquelle est fixé un ardillon à base cannelée. Une collerette située à proximité de la pointe de l’ardillon semble avoir été destinée à assurer son maintien en position rigoureusement horizontale. Cette boucle est associée à un tenon à tête trilobée comprenant deux lobes hémisphériques et un lobe se terminant par une petite saillie. Le tenon comme la boucle n’ont pas une forme courante pour la période mérovingienne. La dernière boucle rectangulaire plus massive est godronnée. Portant initialement un ardillon en fer aujourd’hui disparu, elle est associée à deux tenons à tête scutiforme dépareillés. Le premier a une extrémité pointue opposée à une extrémité arrondie alors que l’autre a deux extrémités arrondies.

  • 126 Gürtel, 2.4/5a, Nieveler et Siegmund 1999.
  • 127 Sannerville, Sép. n° 60 et 93.
  • 128 Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. 308.
  • 129 Gürtel, 2.10b, Nieveler et Siegmund 1999.
  • 130 Objet n° 193 dans Legoux et al. 2004.
  • 131 Brugmann 1999, p. 37-64.
  • 132 Sép. 4026.
  • 133 Sép. 4052.
  • 134 Sép. 4024.
  • 135 Sép. 4073.

62Les boucles en bronze de forme ovale sont soit fines et étroites soit épaisses et massives. À la deuxième catégorie se rattache une boucle dotée d’un ardillon hémisphérique, épais et droit. Pour la basse vallée du Rhin, Elke Nieveler et Frank Siegmund avancent pour ce type de boucle une datation couvrant la fin du ve et les deux premiers tiers du vie siècle126. Dans la plaine de Caen, trois sépultures mérovingiennes ont déjà livré une boucle similaire. Si les deux exemplaires de Sannerville127 ne sont pas associés à d’autres pièces de mobilier discriminant en matière de chronologie, celui provenant d’une sépulture de Saint-Martin-de-Fontenay était porté par une femme également équipée de deux fibules ansées-asymétriques à cinq digitations caractéristiques du premier tiers du vie siècle128. La boucle de Banneville est associée à deux tenons à tête scutiforme fins et de petite taille. Dans la basse vallée du Rhin, ces tenons sont en usage entre les années 520-530 et les années 550-560129. Pour les Gaules du nord, René Legoux et al. retiennent une datation sensiblement identique tout en signalant des prolongements ponctuels jusqu’à l’orée du viie siècle130. Pour le Kent, Birte Brugmann propose une datation un peu plus précoce, puisque l’association de la boucle à ardillon en bronze droit et massif avec des petits tenons à tête scutiforme est attestée dès le premier tiers du vie siècle131. Deux autres sépultures de Banneville ont livré des tenons de ce genre. Dans la première, ils ont été découverts sans boucle, ce qui indique que la sépulture a certainement été pillée132. Dans la seconde, ils sont au nombre de trois et accompagnent une boucle en bronze fine et étroite de section pleine133. La boucle est ornée sur sa face supérieure d’une double ligne encadrant un fin guillochis. Ce décor moulé épouse le pourtour de la boucle avant de redescendre pour encadrer le rétrécissement destiné à accueillir le crochet de fixation de l’ardillon. Celui-ci a une base scutiforme, même si les échancrures y sont très faiblement marquées. Des tenons de ceinture plus massifs à tête scutiforme ont été découverts dans deux autres sépultures. Dans la première134, les deux tenons prennent place côte à côte à l’arrière d’une boucle massive en bronze étamé. Les échancrures des tenons sont très prononcées et l’extrémité arrondie est festonnée à la suite de l’incision d’une série de petits traits rayonnants. Un même traitement décoratif orne l’arrière du plateau de l’ardillon qui est lui aussi scutiforme. Deux lignes transversales ont également été maladroitement gravées juste à l’avant de l’ardillon proprement dit. Dans la seconde sépulture135, les trois tenons massifs à tête scutiforme sont complétés par un tenon à tête pyramidale. Les deux premiers tenons prenaient place immédiatement à l’arrière de la boucle avec leur extrémité arrondie tournée vers celle-ci. Venait ensuite l’applique pyramidale qui, placée dans l’axe de la ceinture, était alignée avec le dernier tenon disposé pour sa part à l’inverse des deux premiers avec la pointe tournée vers la boucle. Cette dernière est massive, de section pleine et est facettée. Tout comme les tenons, elle est en bronze étamé et portait un ardillon en fer aujourd’hui disparu.

  • 136 Sép. 4054.
  • 137 Sép. 4064.
  • 138 Hérouvillette, Sép. n° 23C, n° 41 et n° 10.
  • 139 Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. n° 239, n° 108 et n° 142.
  • 140 Frénouville, Sép. n° 197 et n° 255.
  • 141 Sannerville, Sép. n° 108 et n° 34.
  • 142 Réville, Sép. n° 1.
  • 143 Sannerville, Sép. n° 41 et Réville, Sép. n° 108.
  • 144 Objet n° 117 dans Legoux et al. 2004.

63Un autre modèle de garniture de ceinture comprend des tenons à tête scutiforme dont la face supérieure est creusée afin de recevoir une tôle constituée d’un autre alliage de type laiton. Ce type de tenon accompagne systématiquement des boucles massives dont l’ardillon est lui-même doté d’un plateau creusé pour accueillir un traitement décoratif de même nature. Dans une première tombe, les tenons ont été utilisés par paire136. Dans une seconde, ils sont trois, les deux premiers alignés derrière la boucle avec leur côté arrondi tourné vers celle-ci et le troisième disposé en retrait et à l’envers dans l’axe médian de la ceinture137. Dans les deux exemplaires considérés, la boucle comme les tenons sont étamés. Une troisième garniture de ceinture s’apparente aux deux dernières par un traitement décoratif similaire, même s’il ne comprend qu’un seul tenon géminé. Ce dernier correspond, en fait, à la réunion sur une même plaque de deux têtes scutiformes dont la forme est signalée par les lisérés laissés en saillie entre les dépressions destinées à recevoir les tôles de laiton. Les tenons à tête scutiforme avec plaquettes décoratives rapportées sont assez courants dans les nécropoles mérovingiennes de Basse-Normandie. Elles sont présentes dans trois tombes à Hérouvillette138 et à Saint-Martin-de-Fontenay139, dans deux sépultures à Frénouville140 et à Sannerville141 et dans une inhumation de Réville142. Ces deux derniers cimetières, par ailleurs, ont livré chacun un exemplaire de tenon géminé réunissant deux têtes scutiformes143. Dans toutes ces nécropoles, ce type de tenons accompagne presque systématiquement des porteurs d’arme inhumés dans le courant du vie siècle. Le plus emblématique de ces hommes est le forgeron/orfèvre d’Hérouvillette qui était accompagné d’un trésor monétaire dont le terminus post quem d’enfouissement se place vers 540. Entre Manche et Lorraine, René Legoux et al. retiennent pour ce type de garniture de ceinture une datation centrée sur les deux quarts médians du vie siècle avec des prolongements occasionnels jusque dans la première décennie du viie siècle144.

  • 145 Sép. 4014.
  • 146 Sép. 4043 et 4045.
  • 147 Sép. 4023 et 4027.
  • 148 Gürtel, 2.6/7b, Nieveler et Siegmund 1999.
  • 149 Theune 1999.
  • 150 Brugmann 1999.

64Trois autres boucles avec ardillon à tablier scutiforme ont été trouvées isolées dans la tombe. La première de ces boucles est fine et de section tronconique145. La boucle est ornée de traits gravés et de cercles pointés et le bouclier de l’ardillon porte lui aussi des traits incisés qui encadrent les échancrures du tablier. Les deux autres boucles sont relativement fines et de section en « quart de cercle ». Elles sont lisses et ne portent pas de traitement décoratif146. Enfin, il faut signaler deux autres ardillons à base scutiforme qui étaient rejetés en vrac dans le comblement de deux sépultures perturbées ou violées147. Dans les Gaules du nord, des boucles à ardillon à tablier scutiforme sont connues pour tout le vie siècle, avec néanmoins une utilisation plus intensive à compter des années 520/530. Une datation sensiblement identique est retenue pour la basse vallée du Rhin où elles paraissent caractéristiques des années 520/530 aux années 550/560148. En Allemagne du sud-ouest, elles sont attestées dans des tombes féminines de la phase C que Claudia Theune date de la fin du ve et du premier tiers du siècle suivant, alors que dans les tombes masculines elles sont quelque peu plus tardives puisqu’elles n’y apparaissent que vers 530 pour être ensuite délaissées à compter des années 570/580149. Une apparition dès la fin du ve est aussi envisagée dans le Kent150.

  • 151 Sép. 4019.
  • 152 Objet n° 110 dans Legoux et al. 2004.
  • 153 Legoux 2005, p. 142.
  • 154 Tombe A de Mersham, Brugmann 1999, p. 57.
  • 155 Faider-Feytmans 1979.
  • 156 Kidd et Ager 1992, p. 94.
  • 157 Stutz 1996, p. 159.
  • 158 Frénouville, n° 217.
  • 159 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 260bis.

65À Banneville, une boucle massive en bronze se distingue par un ardillon à base tronconique en forme de massue et, comme la boucle, orné d’un décor moulé151. Le motif est apparemment animalier puisque la pointe de l’ardillon paraît figurer une tête de volatile. Cette boucle appartient au type Lavoye/Trivières/Cutry que René Legoux et al. datent entre Manche et Lorraine des années 470/480 aux années 520/530 avec des utilisations ponctuelles jusqu’au milieu du vie siècle152. L’aire de dispersion de ce type de boucle est large puisqu’il se rencontre de la Meurthe-et-Moselle153 au Kent154 et de la Belgique155 à Herpes156 en allant plus au sud vers l’Aquitaine et la Septimanie157. Pour la Basse-Normandie deux exemplaires sont connus. À Frénouville, la boucle est associée à deux tenons à tête conique et côtelée et à une aumônière à renfort métallique158. Le mobilier qui l’accompagnait dans la nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay n’est pas discriminant en matière de chronologie159.

  • 160 Sép. 4065 et 4075.
  • 161 Sép. 4055.
  • 162 Sép. 4047.
  • 163 Objet n° 195 dans Legoux et al. 2004.
  • 164 Brugmann 1999.
  • 165 Gürtel, 2.10a, Nieveler et Siegmund 1999.

66Deux autres boucles de ceinture en bronze fines et de section ronde ou semi-ronde160 portent un ardillon en fer. Une troisième161, plus massive, est associée à des petits tenons en bronze à tête plate se terminant en dessous par une pointe recourbée destinée à assurer leur fixation sur le cuir de la ceinture. Une dernière boucle de ceinture en bronze se distingue par sa très petite taille puisqu’elle ne mesure que 1,9 cm de large pour une longueur de 2,5 cm. De section pleine, elle comporte un rétrécissement destiné à servir d’axe de rotation pour l’ardillon en fer aujourd’hui disparu. Elle est associée à trois tenons à tête conique ornée de côtes rayonnantes162. Ce type de tenon semble plus précoce que les tenons à tête scutiforme. Entre Manche et Lorraine, ils sont surtout présents dans le dernier quart du ve et le premier tiers du vie avec quelques cas reconnus jusque dans le milieu de ce siècle163. Une datation identique est retenue pour le Kent164, alors que pour la basse vallée du Rhin, leur usage se prolonge jusque dans les années 550/560165.

Les plaques-boucles

  • 166 Sép. 4020.
  • 167 Frénouville, n° 139, n° 600, n° 8, n° 197, n° 583 ; Verson, n° 150 et n° 93, Saint-Martin-de-Fonten (...)

67Cinq tombes contenaient des plaques-boucles. Dans les deux premières, l’association sur un même objet de fer et d’alliage cuivreux a provoqué une dégradation avancée de l’un et de l’autre. L’une de ces plaques-boucles166 n’apparaît plus, de ce fait, que sous la forme de petits fragments à partir desquels il est totalement impossible de restituer la forme de la boucle et de la plaque en bronze qui l’accompagnait. La seconde n’a pu être étudiée que par l’intermédiaire d’une radiographie. La boucle ovale est haute de 3,7 cm et large de 1,4 cm. Elle est collée à une plaque en fer recouverte en partie des résidus d’une tôle de bronze. En l’état, il n’est pas possible de savoir si la plaque en fer haute de 2,7 cm et large de 2,4 cm est entière ou si elle représente seulement les ultimes résidus du système d’articulation attaché à une plaque en bronze plus large. Si la première hypothèse devait être retenue, elle s’apparenterait à toute une série de plaques-boucles rencontrées dans des tombes datées du vie et du viie siècle en Basse-Normandie167.

  • 168 Sép. 4062.
  • 169 Legoux 2005, p. 145.
  • 170 Objet n° 161 dans Legoux R. et al. 2004.

68Deux autres plaques-boucles sont monoblocs et appartiennent donc à la catégorie des plaques-boucles non articulées. La première a une boucle rectangulaire se prolongeant par une plaque triangulaire disposant de saillies semi-circulaires sur lesquelles prenaient place des bossettes168. Cette garniture découverte au cours du diagnostic archéologique est incomplète, puisque les bossettes et l’extrémité distale de la plaque ont disparu. La plaque-boucle est fine et porte un décor incisé figurant un motif natté sur la plaque et un cadre segmenté sur la boucle. Pour un objet similaire retrouvé dans la nécropole de Cutry169, René Legoux retient une datation couvrant toute la seconde moitié du vie siècle, ce qui correspond à la chronologie attribuée à ce type d’objet dans les Gaules du nord170.

  • 171 Information orale de Patrick Périn.
  • 172 Information orale de Patrick Périn et Françoise Vallet.
  • 173 Vallet 2008, p. 217.
  • 174 Frénouville, Sép. n° 2. Voir à son sujet Lorren 2001, p. 207-208.
  • 175 Moreau 1883 Planche XXX.

69La seconde plaque-boucle monobloc est en bronze (fig. 16). La plaque est triangulaire et comprend trois ressauts successifs formant des marches allant se rétrécissant vers la partie médiane de ladite plaque. Au revers, elle présente un creux et porte trois tenons de fixation. La surface sommitale est ornée de deux triangles gravés dont le plus grand est doublé afin d’encadrer un motif hachuré. Le triangle central encadre une petite pierre incrustée dans la masse. Celle-ci, également de forme triangulaire, a une couleur rouge violette qui permet de l’identifier comme du grenat171. Cinq autres pierreries ornent la boucle. Les quatre premières sont de très petite dimension et de forme hémisphérique. Ces quatre petits cabochons, qui s’apparentent à des têtes d’épingles, sont disposés aux quatre angles de la boucle carrée. L’ardillon est droit et se termine par une base rectangulaire dans laquelle est serti le cinquième grenat lui aussi de forme rectangulaire. Cette plaque-boucle ne trouve pas jusqu’à présent de parallèle connu dans les nécropoles fouillées en Europe du Nord172. Néanmoins son volume, avec une plaque en creux au revers, l’apparente à toute une série de plaques associées à des boucles à ardillon scutiforme qui apparaissent, selon Françoise Vallet, vers le milieu du vie siècle et dont l’usage se prolonge durant toute la seconde moitié de ce siècle173. L’une de ces boucles provient d’une sépulture de la nécropole de Frénouville174. Le seul exemplaire non articulé a été trouvé dans la nécropole de Caranda (Aisne)175.

Fig. 16 Plaque-boucle monobloc en alliage cuivreux et incrustations de grenats (n° 4049).

Fig. 16 Plaque-boucle monobloc en alliage cuivreux et incrustations de grenats (n° 4049).
  • 176 Objet n° 172 dans Legoux et al. 2004.
  • 177 Gürtel, 4.5, Nieveler et Siegmund 1999.
  • 178 Marti 2000.
  • 179 Urlacher et al. 2008, p. 88.
  • 180 Hérouvillette, n° 18.
  • 181 Frénouville, n° 310.
  • 182 Verson, n° 60, 87 et 150.
  • 183 Lorren 2001, p. 244-245.
  • 184 Lorren 2001, p. 228-231.
  • 185 Objet n° 157 dans Legoux et al. 2004.
  • 186 Gürtel, 4.11, Nieveler et Siegmund 1999.
  • 187 Verson, n° 97, n° 6, n° 129.
  • 188 Frénouville n° 147.
  • 189 Hérouvillette n° 21 ; Saint-Martin-de-Fontenay, n° 528.
  • 190 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 528.

70Les deux dernières plaques-boucles paraissent plus tardives. De la première, il ne subsiste plus que la plaque, brisée à son extrémité distale. La plaque est lisse et conserve la trace d’un étamage. Elle a une forme triangulaire sur laquelle des saillies semi-circulaires accueillaient des bossettes aujourd’hui disparues. Son bord est replié à angle droit sur la face inférieure sur tout son pourtour. Entre Manche et Lorraine, ce type de plaque-boucle est daté d’une période couvrant les trois premiers quarts du viie siècle176, alors que Elke Nieveler et Franck Siegmund retiennent pour la basse vallée du Rhin une chronologie plus fine allant de 610 à 640177. Pour la Suisse septentrionale, Reto Marti propose une datation similaire178. Néanmoins, Jean-Pierre Urlacher et al., dans l’étude qu’ils consacrent au cimetière des Champs Traversains à Saint-Vit (Doubs), signalent à la suite de Max Martin qu’il existe des plaques de ce genre dès le vie siècle. Ces exemplaires précoces se distinguent de ceux du viie siècle par leur association avec des boucles de section pleine et non tronconique179. Dans le cas de la plaque de Banneville, la disparition de la boucle ne permet pas de la rattacher à l’un ou l’autre des deux types. L’isolement de l’objet qui constitue le seul mobilier funéraire présent dans la tombe ne permet pas non plus d’en préciser la datation. Le contexte général du cimetière permet tout au plus d’affirmer qu’elle a été enfouie au cours du vie siècle, ou plus vraisemblablement à la charnière entre ce siècle et le suivant. Une telle datation ne s’accorde cependant pas avec celle envisagée pour des plaques-boucles de même nature découvertes à Hérouvillette180, Frénouville181 et Verson182 ou encore à Conteville, pour lesquelles Claude Lorren avance une utilisation tardive dans le courant du viie siècle183. La dernière plaque-boucle a une plaque circulaire portant trois bossettes. La plaque porte un décor comprenant un quadrilobe entouré d’un ruban torsadé. D’autres motifs incisés décorent la boucle et le tablier de l’ardillon, sans qu’il soit jusqu’à présent possible d’en apprécier le détail. La complexité du motif gravé le rapproche de la catégorie des « motifs d’entrelacs occupant tout le champ » que Claude Lorren a défini à partir de l’étude des plaques-boucles similaires découvertes en Basse-Normandie184. Entre Manche et Lorraine, ce type de garniture de ceinture est rare à la fin du vie siècle, abondant à la charnière entre ce siècle et le suivant avant de se raréfier dans la première moitié du viie siècle185. Une datation semblable est retenue pour la basse vallée du Rhin186. Des plaques-boucles de ce genre sont référencées à Verson187, à Frénouville188, Hérouvillette189 et à Saint-Martin-de-Fontenay190.

71En guise de synthèse sur les garnitures de ceinture, la nécropole de Banneville se remarque avant tout par la diversité de leurs formes et des matériaux employés. En se fondant sur les comparaisons qui peuvent être établies avec des découvertes antérieures, tous les modèles présents semblent se placer dans une fourchette chronologique couvrant la fin du ve et le tout début du viie siècle. Leur association avec les autres éléments du mobilier funéraire permet de retenir une datation plus étroite débutant seulement autour des années 520/530.

Les boucles de suspension d’aumônière

  • 191 Sép. 4064 et 4040.
  • 192 Sép. 4053.
  • 193 Sép. 4052.

72Cinq sépultures contenaient une boucle complémentaire signalant une lanière qui pendait à partir de la ceinture et sur laquelle devait s’accrocher une aumônière. Les deux premières sont des très petites boucles en bronze. L’une a été exhumée à hauteur de la hanche droite et la seconde à mi-longueur de la cuisse droite191. Une autre boucle en bronze étamé est massive avec l’un des côtés très fortement aminci pour y fixer le crochet d’attache de l’ardillon. À l’opposé, une petite dépression aménagée à la surface de la boucle servait de repos audit ardillon. La disparition de ce dernier indique que la boucle était ici en remploi. Les deux autres boucles probablement destinées à suspendre une aumônière sont en fer. L’une appartient au groupe des petites boucles façonnées à l’aide de ce matériau192 et l’autre à celle des grandes boucles étroites193. La première était placée le long de la jambe droite au niveau de la hanche ou du haut de la cuisse. Dans les quatre sépultures où le défunt est équipé de cette boucle complémentaire, l’aumônière n’a pas été découverte accrochée à ladite boucle, mais déposée sur l’abdomen. Cette position correspond à celle dans laquelle toutes les aumônières identifiées à Banneville ont été retrouvées.

4.4. Les trousseaux

Les aumônières

  • 194 Sép. 4054.
  • 195 Larrieu et al. 1985, p. 145-146.
  • 196 Vallet 1977, p. 77-90.

73Dans huit tombes, des garnitures métalliques signalent la présence d’une aumônière posée sur l’abdomen du défunt. La présence de telles pochettes est soupçonnée dans trois autres sépultures sans que l’état de conservation des éléments mobiliers qui leur sont attribués ne soit suffisant pour la certifier. Les garnitures d’aumônière sont tout autant diversifiées dans leur forme que les garnitures de ceintures. Dans une première tombe masculine194, la sacoche ornée de trois appliques en argent est fermée à l’aide d’une petite boucle élaborée dans le même métal (fig. 17 et 18). La boucle de très petite dimension est carrée et a des bords biseautés. Elle était fixée sur le cuir à l’aide de quatre petits rivets plantés dans les angles. L’ardillon droit est constitué d’une tige de section quadrangulaire enroulée sur la boucle sans que cette dernière ne soit rétrécie à l’endroit de fixation dudit ardillon. Deux des appliques sont en forme d’équerre. En surface, un compartiment a été creusé longitudinalement afin d’accueillir une tôle estampée. Celle-ci, ornée d’un motif en zigzag, est fixée sur l’applique à l’aide de trois rivets. La troisième applique est de forme trapézoïdale avec des bords ondés. Là encore la surface est creusée pour accueillir une tôle décorée à l’aide de filigranes figurant un poisson. Le liséré laissé en relief qui encadre cette tôle est lui-même orné d’une ligne de petits triangles disposés tête-bêche. Toutes les pièces métalliques fixées sur cette aumônière sont en argent et présentent des traces de dorure. La pochette contenait deux monnaies antiques en bronze et un couteau à lame en fer. La forme de l’applique ainsi que l’association d’un décor de filigrane et de la figuration d’un poinçon n’est pas sans rappeler une boucle d’aumônière provenant du cimetière de la Turraque fouillé à Beaucaire-sur-Baïse dans le Gers195. Celle-ci appartient à tout un groupe d’objets déposés dans des sépultures de la seconde moitié du vie siècle. Tous fabriqués en or ou en argent, ils sont ornés d’une plaque à décor de filigranes au centre duquel un motif cloisonné figure en relief un poisson196. Tous ces objets étant manifestement plus tardifs que l’applique de Banneville, il conviendrait de trouver le mobilier d’origine qui en a inspiré la composition.

Fig. 17 Garniture d’aumônière en argent doré (n° 4054).

Fig. 17 Garniture d’aumônière en argent doré (n° 4054).

Fig. 18 Pièces métalliques d’une ceinture et d’une aumônière (n° 4054).

Fig. 18 Pièces métalliques d’une ceinture et d’une aumônière (n° 4054).
  • 197 Vallet 2008, p. 291.
  • 198 Stutz 1996, p. 160.
  • 199 Lorren 2001, p. 340 et 341.
  • 200 Lisieux, n° 278 ; Paillard 1994, p. 112-125.
  • 201 Sannerville, n° 96, 80, 104, 109 et 30, Frénouville, n° 197 et Réville n° 89.

74Une ornementation aussi complexe se rencontre dans une autre sépulture où l’aumônière porte une plaque-boucle non articulée et deux appliques d’angle en forme d’équerre. La plaque triangulaire à bords festonnés a été creusée à sa surface pour accueillir une tôle de laiton à décor estampé. Un traitement décoratif similaire a été mis en œuvre pour les deux appliques d’angle qui, comme la plaque-boucle, ont été étamées. Ce type de plaque-boucle non articulée polylobée qui évoque la forme d’une feuille de chêne se rencontre traditionnellement au nord197 et au sud de la Loire198 dans des contextes datés de la deuxième moitié du vie siècle. Pour la Normandie, Claude Lorren recense sept exemplaires de ce type de plaque-boucle199 auxquels il est possible d’ajouter un nouvel exemple découvert récemment dans la nécropole Michelet à Lisieux200. L’aumônière contenait une pince à épiler, un couteau à lame en fer et un poinçon de type « fiche bélière ». La pince à épiler en bronze a des branches fines comprenant un ressaut à partir duquel se développent les larges mordants de forme trapézoïdale. Des traits incisés ornent les branches et la partie supérieure de la plaque du mordant. Des pinces similaires ont déjà été rencontrées dans les cimetières de Sannerville, de Frénouville et de Réville201 dans des sépultures datées du vie siècle.

  • 202 Sép. 4040 et 4075.
  • 203 Sép. 4047.
  • 204 Sép. 4010.
  • 205 Objet n° 332 dans Legoux et al. 2004.
  • 206 Ger. 4-4, Nieveler et Siegmund 1999.
  • 207 Sannerville, n° 4, n° 22, n° 117 et Saint-Martin-de-Fontenay, n° 57, n° 261 et n° 476.

75Les autres aumônières sont assemblées avec des petits tenons et des petites boucles destinées à en assurer la fermeture. Dans deux sépultures, la boucle est carrée et les tenons ont une tête bombée et facettée202. Ces derniers sont au nombre de neuf dans l’une et de trois dans l’autre. Chacune de ces aumônières contenait un couteau à lame de fer et un poinçon de type « fiche bélière ». Dans une troisième tombe203, la boucle est le seul élément métallique qui peut être rattachée à une aumônière. De très petites dimensions, elle est carrée et porte un ardillon à plateau scutiforme. Cette pochette contenait un éclat de silex, une pince à épiler en bronze et un agglomérat d’oxyde de fer correspondant soit à un amas d’ustensiles soit à un fermoir. La pince à épiler est constituée de deux branches qui, à partir du ressort, vont en s’élargissant régulièrement vers les mordants. Un petit anneau de suspension en bronze est encore engagé dans le ressort. Une quatrième inhumation204 comporte parmi le mobilier funéraire une aumônière avec renfort en fer formée d’une plaque plate et allongée dont les extrémités sont fortement recourbées. Elle était close à l’aide d’une boucle en fer et par une languette de fermeture se terminant par un ferret en bronze. Elle était ornée de deux petites bossettes en argent. Cette aumônière, qui ne contenait qu’un éclat de silex, appartient à un type de sacoche en usage entre Manche et Lorraine205 ainsi que dans la basse vallée du Rhin206 à la fin du ve siècle et dans les trois premiers quarts du siècle suivant. Pour la Basse-Normandie, des exemplaires de ce type sont recensés à Sannerville et à Saint-Martin-de-Fontenay dans des inhumations des deux derniers tiers du vie siècle207. Deux autres aumônières portaient des lamelles de bronze ornementales. La première reste mal connue, puisque les très fines lamelles de bronze sont encore prises dans un amas d’oxyde de fer issu soit de la décomposition des objets contenus dans l’aumônière soit de la dissolution d’un fermoir. La seconde pochette portait deux appliques en arcs de cercle fixées à l’aide de quatre rivets disposés à espaces réguliers. Ces deux appliques en bronze encadraient une troisième applique de forme rectangulaire aux quatre angles de laquelle étaient plantés des petits rivets. Cette fine plaque, dorée en surface, porte un décor gravé dont le motif est composé de deux lignes hachurées qui encadrent sur trois côtés une série de lignes ondées. L’absence sur le quatrième côté des lignes formant le cadre semble indiquer que la plaque a été coupée sur ce côté, montrant ainsi qu’il s’agit probablement d’un fragment en remploi. Deux trous, l’un circulaire et l’autre rectangulaire, percés dans la plaque, devaient servir à faire passer un lacet. Ces trous ont été forés sans tenir compte du décor, ce qui accrédite une nouvelle fois l’hypothèse d’un remploi. Les deux dernières aumônières évoquées ne contenaient chacune qu’un couteau à lame de fer.

  • 208 Sép. 4025.
  • 209 Sép. 4064.
  • 210 Sép. 4024.

76La présence d’une aumônière est soupçonnée dans trois autres tombes en se fondant sur les seuls groupements d’ustensiles trouvés réunis au niveau de l’abdomen. Le premier assemblage208 comprend un objet en fer à la fonction indéterminée, un éclat de silex et une plaque de fer longue de 6,3 cm et haute de 1,3 cm. Sur un des bords longitudinaux émergent deux petits appendices. Cet objet, reconnu uniquement par radiographie au rayon X, peut être un renfort d’aumônière ou bien un briquet. Dans la seconde tombe209, l’existence d’une aumônière est suggérée par la réunion en tas d’un petit anneau en fer, d’un éclat de silex, d’une tête de rivet bombée et facettée en bronze étamé, d’une monnaie en bronze, d’une pince à épiler et d’un agglomérat d’oxyde de fer. La pince à épiler est constituée de deux branches qui s’élargissent régulièrement depuis le ressort vers les mordants. Un petit anneau de suspension en bronze est encore engagé dans le ressort. Enfin la troisième sépulture dans laquelle l’aumônière ne se signale plus que par son contenu210 réunissait un poinçon de type « fiche bélière » et une monnaie en bronze antique.

Les châtelaines et autres ustensiles

  • 211 La radiographie n’a pas permis de discerner les ustensiles en présence.
  • 212 Giberville, n° 37 et n° 49 et Réville, n° 147.

77En dehors de ceux contenus par les aumônières, divers autres ustensiles ont été déposés dans les tombes de Banneville. Dans deux tombes féminines, des accessoires en fer sont suspendus au bout d’une lanière s’apparentant à une châtelaine. Pour l’une, l’anneau de suspension fixé à la ceinture est en bronze alors que la masse d’oxyde de fer collectée le long de la cuisse gauche semble correspondre à des objets dont la nature exacte n’a pas encore été discernée211. Pour l’autre, l’anneau de suspension en fer accroché à la ceinture est doublé d’un second anneau en bronze localisé juste au-dessus des manches de la clef et du couteau qui étaient accrochés à la châtelaine. Celle-ci pendait là encore le long de la cuisse gauche. La clef en forme de crochet est une clef de loquet fonctionnant par soulèvement. Pour la Basse-Normandie, des clefs identiques datées du milieu du vie siècle ont été découvertes dans les nécropoles de Giberville et de Réville212. Il est à remarquer que les deux femmes équipées d’un tel dispositif sont toutes deux inhumées juste à côté d’un porteur d’épée.

  • 213 Sép. 4017, 4019 et 4020.
  • 214 Sép. 4002 et 4060.
  • 215 Sép. 4002.
  • 216 Sép. 4047 et 4049.
  • 217 Sép. 4040.
  • 218 Sép. 4026.
  • 219 Sép. 4078.

78Dans les autres sépultures, l’ustensile le plus courant reste le couteau à lame en fer qui est posé au niveau de la ceinture213 ou le long de la jambe214. Pour l’un de ces couteaux, la localisation de la lame le long du fémur permet d’envisager qu’il ait été suspendu à partir de la ceinture215. Vient ensuite l’aiguille en bronze qui est systématiquement déposée dans la tombe d’un porteur d’arme. Dans deux inhumations elle est posée à droite du crâne216 et dans une troisième sur le thorax217. Dans une autre tombe d’homme218, doté d’un scramasaxe, cette position a été choisie pour déposer une fine tige en fer dont une extrémité est pointue et l’autre enroulée sur elle-même. La forme globale de l’objet évoque celle d’un poinçon de type « fiche bélière », même si l’épaisseur de la tige apparaît particulièrement fine. Enfin, un dernier homme portant un scramasaxe était doté d’une tige en fer passée à la ceinture qui peut être considérée comme le reste d’un poinçon219.

79Les garnitures métalliques d’aumônière et les divers ustensiles présents dans les tombes de Banneville peuvent être datés du vie siècle. L’aumônière paraît avoir été un attribut masculin alors que la châtelaine demeure l’apanage des femmes et plus particulièrement de celles qui accompagnaient des porteurs d’épée.

4.5. Les récipients et le service à boire

80Les pièces du service à boire sont représentées par trois gobelets et une coupe en verre, ainsi que par trois gobelets en céramique.

  • 220 Sép. 4055.
  • 221 Sép. 4004.
  • 222 Feyeux 1995, p. 109-137.
  • 223 Objet n° 437 dans Legoux et al. 2004.
  • 224 Giberville, n° 55, n° 102, n° 67, n° 283, n° 9 et n° 3a ; Frénouville, n° 40, n° 603 ; Sannerville, (...)

81Les deux premiers gobelets en verre sont apodes, coniques et carénés à fond convexe se terminant par un bouton. Le plus petit, en verre bleu translucide, est haut de 9,6 cm pour une largeur à l’ouverture de 6,6 cm et une largeur à la carène de 6 cm220. La carène est basse et son profil est doux et arrondi. Le second gobelet221, en verre translucide jaune, présente des dimensions un peu plus grandes avec une hauteur totale de 11,3 cm pour un diamètre à l’ouverture de 7,4 cm et une largeur à la carène de 6,4 cm. La carène est ici plus vive et soulignée d’un bourrelet saillant. Malgré ces différences, ces deux gobelets appartiennent au type 52 de la typologie de Jean-Yves Feyeux222 que René Legoux et al. datent de la fin du ve siècle et de la première moitié du vie siècle223. De très nombreux gobelets similaires ont été déposés en Basse-Normandie dans des tombes du vie siècle224. À Banneville, les deux gobelets apodes sont déposés dans des tombes féminines considérées comme celles des compagnes des deux porteurs d’épée, pour l’un au pied de la défunte et pour l’autre à droite du crâne.

  • 225 Sép. 4054.
  • 226 Objet n° 448 dans Legoux et al. 2004.
  • 227 Gla 1.3, Nieveler et Siegmund 1999.
  • 228 Frénouville, n° 572.

82L’un des porteurs d’épée225 était lui aussi accompagné d’une coupe en verre translucide blanc. Cette coupe est évasée à lèvre « rebrûlée » et à panse hémisphérique avec un fond légèrement concave. Ce dernier porte un décor cruciforme moulé. La coupe, haute de 4,3 cm pour une largeur à l’ouverture de 13,4 cm, était posée à l’envers à droite du crâne. Elle appartient au type Feyeux 81, présent épisodiquement entre Manche et Lorraine dans des tombes de la seconde moitié du ve et apparaissant surtout en usage dans la première moitié du vie siècle avec quelques cas reconnus jusque dans les années 560/570226. La fourchette chronologique correspondant au dépôt de ce type de coupe dans les tombes de la basse vallée du Rhin est plus réduite puisqu’elle s’arrête vers 530227. Le seul exemplaire bas-normand connu provient de la nécropole de Frénouville sans que le mobilier qui l’accompagne n’offre d’information supplémentaire au sujet de la datation de l’inhumation228.

  • 229 Objet n° 451 dans Legoux et al. 2004.
  • 230 Giberville, n° 82, 83 et 297 ; Sannerville, n° 38.

83Le dernier gobelet en verre translucide vert foncé ou marron est tulipiforme avec un fond convexe. Il porte un décor moulé constitué de côtes verticales se rejoignant à la base autour d’un motif cruciforme. Il est haut de 8,8 cm pour une largeur à l’ouverture de 9,8 cm. La lèvre est droite et non pas ourlée. Ce gobelet correspond à la forme de type 55 de Jean-Yves Feyeux, type présent dans des inhumations intervenues au cours de la seconde moitié du vie et de la première décennie du siècle suivant229. Pour la Basse-Normandie, trois exemplaires de ce type ont été découverts dans deux tombes du cimetière de Giberville et un dans celui de Sannerville230.

  • 231 Sép. 4061.
  • 232 Sép. 4041.
  • 233 Hincker 2006, p. 134-135.
  • 234 Ibid., p. 140-141.
  • 235 Sép. 4057.
  • 236 Frénouville, n° 493-500 et n° 530.
  • 237 Sép. 4061.

84Parmi les trois gobelets en céramique, un a été presque totalement détruit lors du diagnostic archéologique231. Les rares petits tessons collectés démontrent néanmoins qu’ils appartiennent à un gobelet biconique à pâte noire ornée d’une impression à la molette. Le deuxième gobelet232 en céramique est haut de 8,8 cm pour une largeur à l’ouverture de même dimension. Il présente un profil caréné, avec un fond plat et une lèvre faiblement déversée. La carène, placée à 3,5 cm de hauteur, est douce et est soulignée par une cannelure à peine ébauchée. La pâte de couleur grise contient de nombreuses inclusions siliceuses et appartient aux productions définies comme locales dans la plaine de Caen233. Sa forme le rapproche de très nombreux gobelets biconiques déposés dans des sépultures de la fin du vie et surtout du viie siècle à Frénouville et à Hérouvillette234. Le dernier récipient en terre235 est un gobelet tronconique à fond plat et lèvre droite placée dans le prolongement de la panse. Celle-ci porte sur toute sa hauteur des bourrelets volontairement laissés lors du tournage du vase. Ce gobelet est haut de 9,4 cm pour une largeur à l’ouverture de 6,8 cm. La pâte, presque grésée, est grise et contient de très nombreuses inclusions siliceuses blanches et des nodules ferrugineux. Elle appartient, elle aussi, aux groupes des productions locales. Sa forme se rapproche de deux gobelets exhumés dans des tombes du viie siècle dans le cimetière de Frénouville236. Les trois vases en terre cuite étaient posés à proximité du crâne des défunts qui semblent avoir été dans deux cas une femme et dans le dernier237 un enfant.

85Tous les vases déposés dans les tombes de Banneville sont donc des coupes ou des gobelets à boire. Leurs formes correspondent à des modèles en usage au cours du vie siècle et de la première décennie du viie siècle. La coupe à décor moulée, ainsi que les deux gobelets apodes tronconiques à bouton terminal ont été déposés pour la première dans la tombe d’un homme portant un éperon et pour les deux autres dans les sépultures féminines les plus richement dotées en mobilier funéraire. Ces trois inhumations sont datées du deuxième quart du vie siècle. Le dernier gobelet en verre qui est un peu plus tardif a été collecté dans une tombe presque totalement détruite lors du diagnostic. Les récipients en céramique apparaissent dans les sépultures les plus tardives et peuvent être datés de la charnière entre le vie et le viie siècle.

5. Synthèse sur la nécropole mérovingienne

  • 238 Sép. 4054.
  • 239 Sép. 4055.

86L’ensemble du mobilier déposé dans les tombes de Banneville permet de fixer la datation des inhumations dans le courant du vie siècle et dans la première décennie du siècle suivant. Quatre sépultures – deux hommes et deux femmes – se remarquent dans ce cimetière par le nombre et la qualité des objets déposés auprès des défunts. Il s’agit de deux couples qui se distinguent par l’orientation de la fosse sépulcrale. Le premier couple comprend l’homme muni d’un éperon et dont l’épée semble avoir été volée238. Il se remarque par l’utilisation d’un contenant en bois assemblé à l’aide d’agrafes en fer et par la présence parmi le mobilier funéraire d’une coupe en verre à décor moulé ainsi que d’une aumônière ornée d’appliques en argent doré. La femme qui l’accompagne239 se singularise par le port de trois bagues en argent et d’une cordelière à l’extrémité de laquelle étaient accrochés divers ustensiles en fer. Elle était, elle aussi, dotée d’un gobelet en verre. La destruction de la partie supérieure de cette tombe par l’implantation d’une tombe plus tardive ne permet pas de savoir si cette femme portait à l’origine des éléments de parure au niveau de la poitrine, du cou ou des oreilles. La garniture de la ceinture de l’homme est d’un type qui semble apparaître à partir du deuxième quart du vie siècle, alors que la coupe à décor moulé appartient à un modèle utilisé surtout au cours de la première moitié de ce même siècle. Il est donc possible de fixer la date de l’inhumation dans le courant du deuxième quart du vie siècle. Cette datation concorde avec celle fournie par le gobelet apode déposé dans la tombe féminine associée. Elle est encore étayée par la forme de la garniture de ceinture déposée dans la tombe qui jouxte le porteur de l’éperon et par la morphologie des colliers qui parent les trois petites filles enterrées immédiatement au nord des deux tombes richement dotées. Or toutes ces tombes sont disposées selon un axe nord-sud avec la tête du défunt au nord.

  • 240 Sép. 4047.
  • 241 Sép. 4004.

87Cette disposition distingue le premier couple considéré du second qui fut pour sa part inhumé selon un axe est-ouest avec les têtes reposant à l’ouest. Ce second couple comprend un homme équipé d’une épée, d’un épieu et d’un scramasaxe240. Ce dernier objet constitue la seule pièce d’armement qui peut être datée puisque ce type de sabre est en usage essentiellement entre 520 et 610. Cet homme était, en outre, inhumé avec une aumônière et une garniture de ceinture dont la datation couvre le premier tiers du vie siècle avec quelques prolongements ponctuels jusqu’au milieu de ce siècle. La femme qu’il accompagne241 porte une ceinture, une boucle d’oreilles en argent, une épingle de poitrine en fer et une fibule de type « Clery » qui est caractéristique du second quart du vie siècle. Elle portait, elle aussi, une châtelaine à l’extrémité de laquelle étaient accrochés divers ustensiles parmi lesquels se comptent un couteau et une clef. La tombe contenait également un petit gobelet apode caractéristique de la première moitié du vie siècle. Les inhumations de cet homme et de cette femme semblent par conséquent être intervenues dans le courant du second quart du vie siècle, soit une datation similaire à celle retenue pour le couple précédent.

  • 242 Il en est ainsi à Frénouville et à Saint-Martin-de-Fontenay qui sont les seules nécropoles utilisée (...)

88Comment comprendre cette coexistence, au sein de la nécropole, de deux couples qui possèdent un mobilier funéraire de même qualité, mais dont les tombes adoptent des orientations totalement divergentes ? Deux hypothèses peuvent être envisagées pour tenter d’expliquer ce phénomène. La première et la plus improbable serait d’identifier deux cellules familiales soucieuses de se distinguer par la disposition de leurs tombes. La seconde consisterait à considérer que les deux tombes orientées selon un axe nord-sud seraient immédiatement antérieures aux deux autres sépultures. Cette interprétation signalerait l’enchaînement de deux générations de porteurs d’épée qui se seraient succédé au cours du second quart du vie siècle. Le très mauvais état de conservation des restes osseux s’avère ici déplorable dans la mesure où il aurait peut-être été possible de savoir si ces individus présentaient des liens de parenté et si l’âge au décès de chacun d’entre eux concordait avec le processus de succession envisagé. L’hypothèse d’une telle succession trouve cependant une validation par le fait que la majorité des objets les plus précoces présents à Banneville proviennent de sépultures orientées du nord au sud, alors que les autres sépultures orientées selon un axe ouest-est ont livré pour l’essentiel du mobilier des deuxième et troisième tiers du vie siècle. En conséquence, il est possible de considérer que le changement d’orientation est intervenu à la fin du deuxième quart du vie siècle à l’initiative du second porteur d’épée et de sa compagne. Cette datation apparaît très tardive au regard des observations faites jusqu’à présent dans les autres nécropoles mérovingiennes fouillées dans la plaine de Caen et au sein desquelles le passage des tombes nord-sud vers les tombes est-ouest se produit à la fin du ive ou au cours du ve siècle242. Le caractère très tardif du changement d’orientation dans le cimetière de Banneville pourrait résulter de la contrainte exercée par le chemin Saulnier le long duquel les premières sépultures sont implantées.

  • 243 Girard 1901, p. 237.
  • 244 Peyré 1828. Pour la datation voir Riché 1996, p. 213.

89Si le choix d’installer un cimetière le long d’un chemin répond à une coutume déjà en usage au cours de l’Antiquité, l’élection du carrefour entre les deux voies antiques interroge d’autant plus que les premières sépultures sont venues percer une chaussée empierrée, alors que des terrains beaucoup plus meubles ne manquent pas dans les environs immédiats. Cette localisation relève d’un acte délibéré dont les motivations restent difficiles à comprendre. Deux explications peuvent être avancées, sans qu’aucune ne puisse bénéficier d’une validation définitive. Par ailleurs, si chacune d’elles donne un sens radicalement opposé au choix qu’elle peut expliquer, elles ne peuvent être considérées comme exclusives l’une de l’autre. La première explication consisterait à présumer que le choix d’un tel emplacement pour installer une nécropole résulterait du statut juridique du terrain qui, depuis l’Antiquité, en tant que voie, appartient à tous au travers de la notion juridique de Res Publicae243. Dans le cas présent, ce serait donc l’absence de possession territoriale qui aurait motivé cet empiétement sur le domaine public. Cette explication n’apparaît pas comme anachronique puisqu’une telle perception des chemins comme lieu n’appartenant à personne de précis se retrouve dans le titre 74 de la loi ripuaire rédigée au début du viie siècle244. La seconde explication, à l’inverse, consisterait à interpréter le choix de ce carrefour pour installer un cimetière comme la volonté de marquer la possession d’un territoire le long d’une de ses limites que constituerait le chemin Saulnier. Il est même possible de se demander si l’emplacement du chemin venant se raccorder sur le chemin Saulnier n’a pas été précisément retenu parce qu’il fossilisait un axe parcellaire majeur et fort ancien qui trouvait lui-même son origine dans le réseau fossoyé de l’âge du fer. Une explication intermédiaire entre les deux précédentes consisterait à voir dans l’emplacement retenu la volonté de marquer la propriété d’un territoire par une petite communauté sans empiéter sur les terres mises en valeur à des fins agricoles. Dans ce cas, l’implantation d’un cimetière reflèterait l’installation d’une communauté soucieuse de se donner une légitimité identitaire et territoriale à travers l’installation d’un cimetière probablement familial.

  • 245 Le Jan 1995, p. 168 après Guichard et Cuvillier 1986, p. 84-85.

90En effet, l’analyse de la chronologie des sépultures fondée sur la datation des assemblages funéraires, couplée avec les quelques données disponibles en matière de démographie, permet de constater que la population inhumée dans le cimetière ne relève pas d’un mode de sélection spécifique, puisqu’il comprend aussi bien des tombes d’homme que de femme ainsi que des tombes d’adulte et d’enfant. L’image qui en ressort est celle d’une petite communauté qui durant les deux premières générations est réunie autour de deux couples successifs se signalant l’un comme l’autre par la nature du mobilier qui indique le statut privilégié de ces défunts parmi le reste de la communauté. Cette structuration de groupe inhumé à Banneville s’accorde avec la perception de la famille mérovingienne telle qu’elle ressort des sources écrites où elle apparaît avant tout nucléaire et relevant d’un mode de résidence virilocal245. Néanmoins, la rareté des tombes d’enfant, qui devraient être très nombreuses au regard de la démographie observée ailleurs au cours de la période mérovingienne, souligne que l’image donnée par les tombes fouillées est loin de refléter la composition exacte et complète de la communauté attachée à ce cimetière.

91Ce dernier est en usage pour une durée d’environ 80 ans ce qui correspond à la succession théorique de quatre générations (fig. 19). Le nombre de tombes composant le cimetière étant estimé entre soixante-six et quatre-vingt-dix, le nombre de défunts inhumés à chaque génération doit se placer entre seize et vingt-trois individus. Il est nécessaire de rappeler une nouvelle fois que ce dénombrement ne tient pas compte des tombes d’enfant qui ont été manifestement sous-estimées par la fouille. Elle concorde néanmoins avec le recensement de treize sépultures orientées selon un axe nord-sud qui représentent 20 % des tombes identifiées dans le cimetière. Parmi ces treize sépultures qui peuvent être considérées comme celles de l’essentiel des membres de la première génération, onze étaient dotées de mobilier funéraire. Outre le porteur de l’éperon auprès duquel repose la femme richement parée, cette première génération comprend quatre tombes de fillette, chacune portant un collier de perles de verre et d’ambre, la tombe d’un homme équipé d’une lance et celle d’une femme portant une épingle de poitrine en bronze. Les autres défunts ne sont accompagnés que d’une aumônière et d’ustensiles de type couteau. Le détail des deux générations suivantes est plus difficile à faire dans la mesure où le mobilier n’est pas suffisamment discriminant pour établir une chronologie précise. Les quelques indices disponibles montrent que la nécropole s’étend désormais essentiellement vers le sud en partant de la tombe de l’homme doté d’une épée et de la femme qui lui est associée. Cet axe de développement n’a pas cependant empêché l’installation de tombes dans les espaces interstitiels laissés entre les tombes de la génération précédente. Les inhumations qui prennent place à compter du deuxième tiers du vie siècle comprennent d’abord, parmi les tombes identifiées, une sépulture de femme portant des boucles d’oreilles en argent, celle d’une fillette accompagnée de la pendeloque en quartz opaque suspendue dans un panier en bronze, et celle de deux hommes dont l’un était équipé d’un scramasaxe. Les sépultures qui viennent ensuite comprennent un homme muni d’une lance et cinq autres dotés d’un scramasaxe. Ils sont pour l’essentiel groupés dans la partie méridionale du cimetière. Les sépultures rattachées à cette troisième génération viennent pour la première fois recouper des tombes antérieures. Les inhumations les plus récentes de Banneville interviennent à la charnière du vie et du viie siècle et sont installées le long du chemin Saulnier sans tenir compte de la présence sous-jacente de tombes antérieures. Le mobilier paraît se raréfier et ne se compose plus que de plaques-boucles et de gobelets en terre cuite.

Fig. 19 Topochronologie du cimetière.

Fig. 19 Topochronologie du cimetière.
  • 246 Lorren et Périn 1997, p. 109.
  • 247 Caumont 1841, p. 425.

92Un des phénomènes les plus marquants dans ce cimetière est la volonté manifeste des membres de cette communauté d’afficher un certain faste funéraire alors qu’apparemment ils n’avaient pas vraiment les moyens d’assumer les dépenses que nécessitaient l’imitation de gestes funéraires pratiqués dans d’autres nécropoles contemporaines. Ainsi, à Banneville, le mobilier placé dans les tombes, s’il ne présente rien de remarquable, atteste qu’à plusieurs reprises des objets ont été inspirés par des modèles en matériaux nobles sans que les individus inhumés aient eu les moyens d’employer de tels matériaux. Ainsi le pendentif globulaire porté en suspension dans un panier de bronze est un simple galet de rivière qui ne revêt pas la même valeur que les billes en cristal de roche traditionnellement utilisées pour fabriquer ce type d’amulette. Enfin, les appliques de l’aumônière du premier porteur d’épée sont composées d’un alliage d’argent recouvert d’une dorure, alors qu’elles sont manifestement inspirées d’objets fabriqués le plus souvent en or. À moins de considérer que l’emploi de copie ne relève d’un choix consistant précisément à ne pas trop investir dans le dépôt de mobilier funéraire, ces constatations concourent à montrer que la communauté inhumée à Banneville, malgré ses velléités de manifester un certain faste funéraire, n’y est jamais vraiment parvenue. Ce manque de moyens peut être aussi à l’origine du caractère éphémère du cimetière. Utilisé sur un laps de temps couvrant tout au plus quatre-vingts ans, il pourrait être attaché à l’un de ces habitats intercalaires qui, au cours des vie et viie siècles, se développent entre les habitats plus anciens qui tirent leur origine d’établissements antiques246. En d’autres termes, le cimetière de Banneville constituerait la trace tangible d’une communauté et d’un habitat qui ne seraient pas parvenus à s’inscrire durablement dans le paysage. Cette lecture s’accorderait avec la présence dans les environs immédiats de plusieurs autres nécropoles contemporaines, dont l’une localisée à neuf cents mètres au sud, aux abords du chemin Saulnier, et qui semble avoir fonctionnée beaucoup plus longtemps puisque le mobilier qui y fut exhumé vers 1841 par Arcisse de Caumont attestait la présence de sépultures pouvant être datées dans une fourchette chronologique large allant du tout début du vie siècle à la fin du viie siècle247.

  • 248 Hincker 2007, p. 295.
  • 249 Id. 2008, p. 44-46.

93La présence d’une hache et surtout d’un bassin en bronze témoignent de la richesse de la communauté qui a été inhumée dans cette autre nécropole. Inversement, la brièveté du cimetière de Banneville ne lui confère pas un statut particulier parmi les autres nécropoles mérovingiennes fouillées jusqu’à présent dans la plaine de Caen, puisque des durées d’utilisation aussi courtes ont été mises en évidence à Sannerville, à Manerbe, à Verson et à Falaise. À Sannerville, seules deux tombes attestent la reprise des inhumations dans le cimetière à la toute fin du viie siècle après une interruption d’environ trois quarts de siècle. À Manerbe248, le cimetière est en usage sur un siècle entre la fin du vie et la fin du viie siècle. Même si la fouille du cimetière n’est que partielle, une durée de même amplitude est probable à Verson. À Falaise249, la phase durant laquelle le cimetière accueille des tombes est encore plus courte puisqu’elle n’excède pas 75 ans. Toutes ces fouilles démontrent que l’uniformité de la chronologie des cimetières de la plaine de Caen, telle qu’elle fut un temps envisagée, apparaît désormais comme un mythe. Seules les cimetières de Frénouville et de Saint-Martin-de-Fontenay connaissent une durée de vie très longue entre le ive et le début du viie siècle. Le cimetière de Giberville, même s’il n’a pas été fouillé intégralement, ne paraît pas antérieur au second quart du vie siècle et connaît une fréquentation jusqu’à l’aube du viiie siècle.

94L’intérêt de l’étude de la nécropole de Banneville réside donc dans l’image qu’elle offre d’un petit cimetière utilisé au cours des trois derniers quarts du vie siècle et au tout début du siècle suivant. La communauté qui en est à l’origine ne semble pas disposer de ressources suffisantes pour égaler le faste funéraire mis en œuvre dans d’autres nécropoles contemporaines comme à Giberville, Sannerville ou encore Frénouville. Le mobilier atteste cependant que toutes ces populations participent d’un même horizon culturel qui se manifeste à travers les formes du mobilier funéraire et les gestes funéraires. Banneville se distingue cependant par l’absence apparente de toute trace de mobilier exogène pourtant retrouvé dans toutes les autres nécropoles. Peut-être est-ce là un nouveau signe que la communauté considérée ne pouvait acquérir un tel mobilier d’importation.

Planche 1 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 1 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 2 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 2 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 3 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 3 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 4 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 4 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 5 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 5 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 6 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 6 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 7 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 7 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 8 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 8 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 9 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 9 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 10 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 10 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 11 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 11 Assemblages mobiliers par tombe.

Planche 12 Plans des sépultures les mieux conservées.

Planche 12 Plans des sépultures les mieux conservées.

Planche 13 Plans des sépultures les mieux conservées.

Planche 13 Plans des sépultures les mieux conservées.
Haut de page

Bibliographie

Acsádi G.Y. et Nemeskéry J.
1970, History of human life span and mortality, Budapest, éd. Akadémiai Kiado, 346 p.

Aufderheide A.-C. et Rodriguez-Martin C.
1998, The Cambridge encyclopedia of human paleopathology, Cambridge, Cambridge University Press, 47 p.

Blaizot F.
2008, « Réflexions sur la typologie des tombes à inhumation : restitution des dispositifs et interprétations chrono-culturelles », Archéologie médiévale, t. 38, p. 1-30.

Brabant H.
1973, « Étude odontologique des restes humains découverts dans la nécropole gallo-romaine et mérovingienne de Dieue (Meuse) en France », Bulletin du Groupe International de Recherches en Sciences Stomatologiques, 16, p. 239-261.

Brugmann B.
1999, « The Role of continental artefact-types in sixth-century Kentish Chronology » dans Hines J., Høilund Nielsen K. et Siegmund F. (éd.), The pace of change : studies in Early-Medieval Chronology, Cardiff Studies in Archaeology, Oxford, Oxbow Books, p. 37-64.

Bruzek J., Schmitt A. et Murail P.
2005, « Identification biologique individuelle en paléoanthropologie. Détermination du sexe et estimation de l’âge au décès à partir du squelette », dans Dutour O., Hublin J.-J. et Vandermeersch B., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Orientations et méthodes 7, Paris, éd. CTHS, p. 217-246.

Bullough D.-A.
1991, Friends, Neighbours and Fellow-Drinkers : Aspects of Community and Conflict in the Early Medieval West, H.M. Chadwick Memorial Lectures, 1, Cambridge, Department of Anglo-Saxon, Norse and Celtic, University of Cambridge, 27 p.

Carpentier V. et al.
2006, Grains de sel, sel et salines du littoral bas-normand (préhistoire-xixsiècle), entre histoire et archéologie, Dossiers du centre régional d’archéologie d’Alet, supplément, Rennes, 182 p.

Caumont A. de
1841, « Communication sur des sépultures découvertes à Manneville », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, Années 1840 et 1841, t. 12, p. 425.

Christlein R.
1973, « Besitzabstufungen zur Merowingerzeit im Spiegel reicher Grabfunde aus West- und Süddeutchland », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz-am-Rhein, 20, p. 147-180.

Decaëns J.
1971, « Un nouveau cimetière du haut Moyen Âge, Hérouvillette (Calvados) », Archéologie médiévale, t. 1, p. 1-187.

Dutour O. et Ardagna Y.
2005, « La paléopathologie humaine », dans Dutour O., Hublin J.-J. et Vandermeersch B., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Orientations et méthodes 7, Paris, éd. CTHS, p. 315-341.

Evison V.
1987, Dover : The Buckland Anglo-Saxon Cemetery, Historic Buildings and Monuments Commission for England, Archaeological Report no 3, Londres, 412 p.

Faider-Feytmans G.-M.
1979, Lieu-dit « Vieux-Cimetière » à Trivières (Hainaut), fouilles du Musée royal de Mariemont, Monographies du Musée royal de Mariemont, n° 2, 43 p.

Feyeux J.-Y.
1995, « La typologie de la verrerie mérovingienne du nord de la France », dans Le verre de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, typologie, chronologie, diffusion, Association française pour l’archéologie du verre, 8e rencontre, Guiry-en-Vexin du 18 au 19 mars 1993, Musée archéologique départemental du Va-d’Oise, p. 109-137.

Flotté D.
2005, « Bréville-les-Monts », Bilan scientifique régional de Basse-Normandie, p. 39-41.

Girard F.
1901, Manuel élémentaire de droit romain, Paris, Arthur Rousseau éditeur, 1151 p.

Guichard P. et Cuvillier J.-P.
1986, « L’Europe barbare », dans Burguière A. et al. (dir.), Histoire de la famille, Livre de poche référence, Paris, Armand Colin, p. 84-85.

Hen Y.
2006, « Food and Drink in Merovingian Gaul », dans Tätigkeitsfelder und Erfahrungshorizonte des ländlichen Menschen in der frühmittelalterlichen Grundherrschaft (bis ca. 1000). Festschrift für Dieter Hägermann zum 65. Geburtstag, Munich, B. Kasten éd., Franz Steiner, p. 99-110.

Hincker V.
2006, « Évolution des corpus céramiques en usage au haut Moyen Âge en Basse-Normandie à travers l’étude des rejets domestiques en contexte rural » dans Hincker V. et Husi P. (éd.), La céramique du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de l’Europe (ve-xe siècle), Actes du colloque tenu à Caen en 2004, Condé-sur-Noireau, Éditions NEA, p. 131-157.

2007, « Manerbe, chronique des fouilles médiévales en France, 2006 », Archéologie médiévale, t. 37, p. 295.

2008, « Falaise, Vâton », Bilan scientifique régional de Basse-Normandie, p. 44-46.

Joffroy R. et Thenot A.
1980-1981, « L’utilisation du quartz dans l’Antiquité à travers les collections du Musée des Antiquités Nationales », Antiquités Nationales, n° 12/13, p. 81.

Kidd D. et Ager B.-M.
1992, « Herpes, commune de Courbillac (Charente), collections du British Museum, Londres », dans Marin J.-Y. (éd.), Les barbares et la mer, les migrations des peuples du nord-ouest de l’Europe du ve au xe siècle, catalogue de l’exposition présentée à Caen puis à Toulouse en 1992, Caen, Publications du Musée de Normandie, n° 10, p. 94.

Koch U.
2001, Das alamannisch-fränkische Gräberfeld bei Pleidelsheim, Forschungen und berichte zur vor- und frühgeschichte in Baden-Württemberg, Bd. 60, Stuttgart, Theiss, 647 p. et 128 pl.

Larrieu M., Marty B., Périn P. et Crubézy E.
1985, La nécropole mérovingienne de La Turraque à Beaucaire-sur-Baïse dans le Gers, Soreze, Société de Recherches Spéléo-Archéologiques du Sorezois et Revelois, 290 p.

Le Jan R.
1995, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 571 p.

Legoux R.
2005, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, t. XIV, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 543 p.

Legoux R., Périn P. et Vallet F.
2004, « Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine », Bulletin de liaison de l’Association française d’archéologie mérovingienne, n° hors série, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 62 p.

Longueville S. de
2007, « Interprétation des contextes funéraires. Principes d’analyse des critères associés à la définition des tombes dites privilégiées », dans Verslype L. (dir.), Villes et campagnes en Neustrie. Sociétés – Économies – Territoires – Christianisation, Actes des XXVe journées internationales d’Archéologie mérovingienne de l’Association française d’archéologie mérovingienne, Mémoires publiés par l’Association française d’archéologie mérovingienne, t. XVI, Montagnac, p. 103-120.

Lorren C.
2001, Fibules et plaques-boucles à l’époque mérovingienne en Normandie, contribution à l’étude du peuplement, des échanges et des influences de la fin du ve au début du viie siècle, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, t. VII, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’Archéologie mérovingienne, 450 p. et 66 pl.

Lorren C. et Périn P.
1997, « Images de la Gaule rurale au vie s. », dans Grégoire de Tours et l’espace gaulois. Actes du congrès international de Tours, 3-5 novembre 1995, 13e sup. à la Revue archéologique du Centre de la France, p. 93-109.

Marti R.
2000, Zwischen Römerzeit und Mittelalter. Forschungen zur frühmittelalterlichen Siedlungsgeschichte der Nordwestschweiz (4.-10. Jahrhundert), Archäologie und Museum, Bd. 41a und b, Liestal, 2 vol., 407 p. et 280 p., 301 pl.

Moreau F.
1883, Album Caranda, Saint-Quentin, Planche XXX.

Musset L.
1983, « Sur les chemins sauniers de la Normandie médiévale », Annales de Normandie, fasc. n° 2, juin 1983, p. 175-179.

Nieveler E. et Siegmund F.
1999, « The merovingian chronology of the Lower Rhine Area : results and problems », dans Hines J., Høilund Nielsen K. et Siegmund F. (éd.), The pace of change : studies in Early-Medieval Chronology, Oxford, Cardiff Studies in Archaeology, Oxbow Books, p. 3-22.

Paillard D.
1994, « Du viie au ixe siècle, la nécropole Michelet », dans Lisieux avant l’An Mil, essai de reconstitution, catalogue de l’exposition présentée au Musée de la ville de Lisieux du 25 juin au 29 août 1994, Lisieux, p. 112-125.

Périn P. et Feffer L.-C.
1987, Les Francs, à l’origine de la France, t. 2, Paris, Armand Colin, 229 p.

Peyré J.-F.-A.
1828, Lois des Francs contenant la loi salique et la loi ripuaire, Paris, Firmin Didot éditeur, 427 p.

Pilet C.
1977, « La nécropole de Frénouville », British Archaeological Report, International Series, n° 83, Oxford, 3 vol., 562 p. et 125 pl.

Pilet C., Alduc-Le Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L., Pilet-Lemière J.
1992, « Le village de Sannerville, “Lirose”. Fin de la période gauloise au viie siècle apr. J.-C. », Archéologie médiévale, t. 22, p. 1-189.

Pilet C. (dir.), Alduc-Le Bagousse A., Buchet L., Blondiaux J., Grévin G. et Pilet-Lemière J.
1990, « Les nécropoles de Giberville (Calvados) : fin du ve s. – fin du viie s. apr. J.-C. », Archéologie médiévale, t. 20, p. 3-140.

Pilet C. (dir.), Alduc-Le Bagousse A., Buchet L., Helluin M., Kazanski M., Lambart J.-C., Martin M., Pellerin J., Pilet-Lemière J. et Vipard P.
1994, La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados) – recherches sur le peuplement de la Plaine de Caen du ve s. avant J.-C. au viie s. après J.-C., 54e supplément à Gallia, Paris, CNRS Éditions, 550 p.

Rettner A.
1997, « Sporen der Älteren Merowingerzeit », Germania, Anzeiger der Römisch-Germanischen Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, 75, p. 133-157.

Riché P.
1996, Dictionnaire des Francs - Les temps Mérovingiens, Étrépilly, Bartillat, p. 213.

Robillard de Beaurepaire E. de
1882, « Les cimetières mérovingiens récemment découverts en Basse-Normandie », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. 10, p. 533-542.

Schmitt A.
2002, « Estimation de l’âge au décès des sujets adultes à partir du squelette : des raisons d’espérer », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s. 14, 1/2, p. 51-73.

Scuvée F.
1973, Le cimetière barbare de Réville (vie-viie siècles), Fouilles 1959-1966, Caen, 214 p., 50 fig. 21 pl. et 7 plans.

Simon C.
1990, « Quelques réflexions sur la paléodémographie », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s. 2, 3/4, p. 123-132.

Stutz F.
1996, « Les objets mérovingiens de type septentrional dans la moitié sud de la Gaule », Aquitania, t. 14, p. 157-182.

Theune C.
1999, « On the chronology of Merovingian-period grave goods in Alamannia », dans Hines J., Høilund Nielsen K. et Siegmund F. (éd.), The pace of change : studies in Early-Medieval Chronology, Oxford, Cardiff Studies in Archaeology, Oxbow Books, p. 23-33.

Theuws F.
2009, « Grave goods, ethnicity, and the rhetoric of burial in Late Antique Northern Gaul », dans Derks T. et Roymans N. (éd.), Ethnic Constructs in Antiquity : The Role of Power and Tradition, Hardcover, Amsterdam Archaeological Studies, p. 283-333.

Ubelaker D. H.
1978, Human Skeletal Remains. Excavation, Analysis, Interpretation, 2e édition, Washington.

Urlacher J.-P., Passard F. et Gizard S.
1998, La nécropole mérovingienne de la Grande Oye à Doubs (département du Doubs), Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, t. X, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 440 p.

Valat J.-P.
1994, « Enthèses et enthésopathie », Rhumatologie 46, n° 10, p. 255.

Vallet F.
1976, « Ensemble mérovingien provenant de Mackenheim (Bas-Rhin) », Antiquités Nationales, n° 8, p. 81.

1977, « Le mobilier de Jouy-le-Comte (Val d’Oise) », Antiquités nationales, n° 9, p. 77-90.

2008, Collections mérovingiennes de NapoléonIII provenant de la région de Compiègne, Paris, Éditions du CTHS, 492 p.

Wernard J.
1998, « Hic scramasaxi loquuntur, typologisch-chronologische Studie zum einschneidigen Schwert der Merowingerzeit in Süddeutschland », Germania, Anzeiger der Römisch-Germanischen Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, 76, p. 747-787.

Zivanovic S.
1982, Ancient diseases, the elements of paleopathology, Londres, éd. Methuen and Co, 285 p.

Haut de page

Notes

1 Fouille de sauvetage – Duvernois 2005, p. 39-41.

2 Decaëns 1971, p. 1-187.

3 Arch. dép. Calvados, H 6510, cité par Musset 1983, p. 177.

4 Arch. dép. Calvados, cité par Musset 1983, p. 177.

5 Arch. dép. Calvados, H 1566, cité par Musset 1983, p. 177.

6 Musset 1983, p. 177.

7 Carpentier et al. 2006, p. 93.

8 Pilet et al. 1992 ; Pilet 1977 ; Pilet (dir.) 1990 ; Pilet (dir.) 1994.

9 Ces destructions apparaissent inévitables dans ce type d’intervention. Néanmoins, le diagnostic a été mené de manière à cerner au mieux les limites du champ sépulcral.

10 Pour se référer à la disposition des tombes les mieux conservées, voir les planches 12 et 13.

11 Situé entre 21,2 et 21,3 m NGF.

12 Sép. 4003, 4008, 4024, 4025, 4040, 4064, 4073, 4074 et 4076.

13 Sép. 4029, 4030, 4033, 4041 et 4050.

14 Sép. 4005, 4051, 4055, 4063 et 4065.

15 Scuvée 1973.

16 Sép. 4052.

17 Sép. 4054.

18 Sép. 4002.

19 Réville, n° 15.

20 Blaizot 2008, p. 14.

21 Sép. 4052.

22 Sép. 4004.

23 Sép. 4031 dans 4038, 4032 dans 4033 et 4064 dans 4022.

24 Sép. 4022 sur 4064.

25 Les membres inférieurs de quarante-deux individus ont pu faire l’objet de ces observations, malgré leur conservation souvent partielle.

26 Seuls vingt et un individus ont pu être pris en compte ici, dont treize seulement conservent des fragments de tous les os des membres supérieurs.

27 Sép. 4035.

28 Sép. 4031.

29 Bruzek et al. 2005, p. 219.

30 Acsádi et Nemeskéri 1970.

31 Schmitt 2002, p. 51.

32 Ibid., p. 53.

33 Ubelaker 1978.

34 Simon 1990, p. 123-132.

35 Populations antérieures à l’ère de la vaccination. Les premières expériences d’inoculations remontent au xviiie siècle. Edward Jenner est l’inventeur en 1796 d’un vaccin immunisant contre le virus de la variole. Aufderheide et Rodriguez-Martin 1998, p. 206.

36 Sép. 4074.

37 Dictionnaire Vidal, AFFSAPS, 2003, p. 18.

38 Il faut noter que dans la plupart des cas l’étude porte sur des dents isolées, sans connexion osseuse.

39 Brabant 1973, p. 239-261.

40 Pilet et al. 1992, p. 60.

41 Zivanovic 1982, p. 143.

42 Valat 1994, p. 255.

43 Dutour et Ardagna 2005, p. 333.

44 Sép. 4076.

45 Sép. 4005, 4008, 4013, 4018, 4026, 4027, 4048, 4054 et 4057.

46 Sép. 4054.

47 Périn et Feffer 1987, p. 114. Voir également Urlacher et al. 1998, p. 87.

48 Rettner 1997, p. 133-157.

49 Les publications françaises récentes confirment ces observations. À Cutry en Meurthe-et-Moselle, deux tombes du vie siècle sont pourvues d’un éperon. L’une comporte une lance et une hache (n° 856), alors que l’autre peut avoir été pillée (n° 875). Legoux 2005, 543 p.

50 Pour le Calvados : Sép. n° 2 d’Hérouvillette, Sép. n° 113, 25 et 24 de Sannerville, Sép. n° 3A et 39 de Giberville, Sép. n° 261 et 107 de Saint-Martin de Fontenay, Sép. n° 12 de Frénouville et la Sép. n° 4047 de la présente nécropole de Banneville. Pour la Manche : Sép. n° 39 de Réville.

51 Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. n° 261.

52 Sép. 4057.

53 Sép. 4055.

54 Sép. 4029.

55 Hincker 2007, p. 295. Voir encore Urlacher et al. 1998, p. 223-224. Voir aussi Legoux 2005, p. 151-152.

56 Sép. 4041.

57 Sép. 4002.

58 Sép. 4020.

59 Sép. 4005 et 4077.

60 Sép. 4008, 4013, 4018, 4026, 4054 et 4057.

61 Sép. 4012, 4055, 4063 et 4064.

62 Sép. 4014 et 4062.

63 Sép. 4048.

64 Sép. 4023, 4031 et 4050.

65 Sép. 4045.

66 Sép. 4068.

67 Sép. 4070.

68 Sép. 4027.

69 Sép. 4032.

70 Sép. 4037.

71 Les assemblages mobiliers par tombe sont figurés sur les planches 1 à 10.

72 Le Jan 1995, p. 63 ; Bullough 1991, 27 p. et Hen 2006, p. 99-110.

73 Sép. 4024, 4049 et 4078.

74 Wernard 1998, p. 747-787.

75 Sép. 4025 et 4047.

76 Sép. 4038.

77 Legoux et al. 2004.

78 Objet de type 57, dans Legoux et al. 2004.

79 Objet de type 58, dans Legoux et al. 2004.

80 Nieveler et Siegmund 1999, p. 8.

81 Sép. 4024.

82 Sannerville, Sép. n° 24 et 113 et Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. n° 107 et 261.

83 Sép. 4040 et 4043.

84 Objet de type 32 de la typologie de Legoux et al. 2004.

85 Sannerville, Sép. 32, 37, 42, 48 et 74.

86 Saint-Martin-de-Fontenay, parmi les ossements mis en réduction dans la sépulture n° 263.

87 Frénouville, Sép. 463.

88 Sannerville, Sép. 37, 42, 48 et 74.

89 Voir Longueville 2007, p. 103-120.

90 Christlein 1973, p. 147-180.

91 Theuws 2009, p. 306-307.

92 Sép. 4004.

93 Sép. 4054.

94 Sép. 4055.

95 Sép. 4002.

96 Objet n° 302 dans Legoux et al. 2004.

97 Theune 1999, p. 23-33.

98 Nieveler et Siegmund 1999.

99 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 439 et n° 457.

100 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 505.

101 Sép. 4065.

102 Objet n° 303 dans Legoux et al. 2004.

103 Ohrring 4b dans Nieveler et Siegmund 1999.

104 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 206 ; Frénouville n° 18 et n° 598 ; Réville, n° 74.

105 Sép. 4004.

106 Sép. 4005 et 4077.

107 Vallet 2008, p. 169.

108 Koch 2001, p. 250.

109 Sannerville n° 19, 90, 95, 116 ; Giberville n° 67, Hérouvillette n° 39 auquel il est possible d’ajouter l’exemplaire d’Amfreville découvert au xixe siècle. Robillard de Beaurepaire 1882, p. 533-542.

110 Saint-Martin-de-Fontenay n° 237 et 240.

111 Objet n° 310 dans Legoux et al. 2004.

112 Vallet 2008, p. 190-191.

113 Frénouville, n° 141, et Saint-Martin-de-Fontenay, n° 718.

114 Hérouvillette, n° 39 dans Decaëns 1971.

115 Frénouville, n° 159, 603 et 558 ; Hérouvillette, n° 11.

116 Frénouville, n° 180, 590, 600, 575 ; Giberville, n° 72 et 74 ; Réville, n° 21.

117 Evison 1987.

118 Urlacher et al. 2008, p. 160.

119 Koch 2001, p. 242.

120 Giberville, n° 27 et 102 ; Frénouville, n° 603.

121 Vallet 2008, p. 198-199.

122 Joffroy et Thenot 1980-1981, p. 81 ; Vallet 1976, p. 81.

123 Sép. 4010, 4051, 4067, 4076 et 4077.

124 Sép. 4025.

125 Sép. 4078.

126 Gürtel, 2.4/5a, Nieveler et Siegmund 1999.

127 Sannerville, Sép. n° 60 et 93.

128 Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. 308.

129 Gürtel, 2.10b, Nieveler et Siegmund 1999.

130 Objet n° 193 dans Legoux et al. 2004.

131 Brugmann 1999, p. 37-64.

132 Sép. 4026.

133 Sép. 4052.

134 Sép. 4024.

135 Sép. 4073.

136 Sép. 4054.

137 Sép. 4064.

138 Hérouvillette, Sép. n° 23C, n° 41 et n° 10.

139 Saint-Martin-de-Fontenay, Sép. n° 239, n° 108 et n° 142.

140 Frénouville, Sép. n° 197 et n° 255.

141 Sannerville, Sép. n° 108 et n° 34.

142 Réville, Sép. n° 1.

143 Sannerville, Sép. n° 41 et Réville, Sép. n° 108.

144 Objet n° 117 dans Legoux et al. 2004.

145 Sép. 4014.

146 Sép. 4043 et 4045.

147 Sép. 4023 et 4027.

148 Gürtel, 2.6/7b, Nieveler et Siegmund 1999.

149 Theune 1999.

150 Brugmann 1999.

151 Sép. 4019.

152 Objet n° 110 dans Legoux et al. 2004.

153 Legoux 2005, p. 142.

154 Tombe A de Mersham, Brugmann 1999, p. 57.

155 Faider-Feytmans 1979.

156 Kidd et Ager 1992, p. 94.

157 Stutz 1996, p. 159.

158 Frénouville, n° 217.

159 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 260bis.

160 Sép. 4065 et 4075.

161 Sép. 4055.

162 Sép. 4047.

163 Objet n° 195 dans Legoux et al. 2004.

164 Brugmann 1999.

165 Gürtel, 2.10a, Nieveler et Siegmund 1999.

166 Sép. 4020.

167 Frénouville, n° 139, n° 600, n° 8, n° 197, n° 583 ; Verson, n° 150 et n° 93, Saint-Martin-de-Fontenay, n° 90. Dans cette dernière tombe, la plaque-boucle est associée à une Button brooche de la fin du ve et du début du vie siècle.

168 Sép. 4062.

169 Legoux 2005, p. 145.

170 Objet n° 161 dans Legoux R. et al. 2004.

171 Information orale de Patrick Périn.

172 Information orale de Patrick Périn et Françoise Vallet.

173 Vallet 2008, p. 217.

174 Frénouville, Sép. n° 2. Voir à son sujet Lorren 2001, p. 207-208.

175 Moreau 1883 Planche XXX.

176 Objet n° 172 dans Legoux et al. 2004.

177 Gürtel, 4.5, Nieveler et Siegmund 1999.

178 Marti 2000.

179 Urlacher et al. 2008, p. 88.

180 Hérouvillette, n° 18.

181 Frénouville, n° 310.

182 Verson, n° 60, 87 et 150.

183 Lorren 2001, p. 244-245.

184 Lorren 2001, p. 228-231.

185 Objet n° 157 dans Legoux et al. 2004.

186 Gürtel, 4.11, Nieveler et Siegmund 1999.

187 Verson, n° 97, n° 6, n° 129.

188 Frénouville n° 147.

189 Hérouvillette n° 21 ; Saint-Martin-de-Fontenay, n° 528.

190 Saint-Martin-de-Fontenay, n° 528.

191 Sép. 4064 et 4040.

192 Sép. 4053.

193 Sép. 4052.

194 Sép. 4054.

195 Larrieu et al. 1985, p. 145-146.

196 Vallet 1977, p. 77-90.

197 Vallet 2008, p. 291.

198 Stutz 1996, p. 160.

199 Lorren 2001, p. 340 et 341.

200 Lisieux, n° 278 ; Paillard 1994, p. 112-125.

201 Sannerville, n° 96, 80, 104, 109 et 30, Frénouville, n° 197 et Réville n° 89.

202 Sép. 4040 et 4075.

203 Sép. 4047.

204 Sép. 4010.

205 Objet n° 332 dans Legoux et al. 2004.

206 Ger. 4-4, Nieveler et Siegmund 1999.

207 Sannerville, n° 4, n° 22, n° 117 et Saint-Martin-de-Fontenay, n° 57, n° 261 et n° 476.

208 Sép. 4025.

209 Sép. 4064.

210 Sép. 4024.

211 La radiographie n’a pas permis de discerner les ustensiles en présence.

212 Giberville, n° 37 et n° 49 et Réville, n° 147.

213 Sép. 4017, 4019 et 4020.

214 Sép. 4002 et 4060.

215 Sép. 4002.

216 Sép. 4047 et 4049.

217 Sép. 4040.

218 Sép. 4026.

219 Sép. 4078.

220 Sép. 4055.

221 Sép. 4004.

222 Feyeux 1995, p. 109-137.

223 Objet n° 437 dans Legoux et al. 2004.

224 Giberville, n° 55, n° 102, n° 67, n° 283, n° 9 et n° 3a ; Frénouville, n° 40, n° 603 ; Sannerville, n° 91, n° 115, n° 119 ; Saint-Martin-de-Fontenay, n° 262, n° 292 ; Réville, n° 74, n° 21.

225 Sép. 4054.

226 Objet n° 448 dans Legoux et al. 2004.

227 Gla 1.3, Nieveler et Siegmund 1999.

228 Frénouville, n° 572.

229 Objet n° 451 dans Legoux et al. 2004.

230 Giberville, n° 82, 83 et 297 ; Sannerville, n° 38.

231 Sép. 4061.

232 Sép. 4041.

233 Hincker 2006, p. 134-135.

234 Ibid., p. 140-141.

235 Sép. 4057.

236 Frénouville, n° 493-500 et n° 530.

237 Sép. 4061.

238 Sép. 4054.

239 Sép. 4055.

240 Sép. 4047.

241 Sép. 4004.

242 Il en est ainsi à Frénouville et à Saint-Martin-de-Fontenay qui sont les seules nécropoles utilisées sur une durée suffisamment longue pour observer ce phénomène. Une datation précoce dans le courant du Bas-Empire a également été reconnue dans la nécropole de Michelet à Lisieux. Paillard 1994, p. 112-125.

243 Girard 1901, p. 237.

244 Peyré 1828. Pour la datation voir Riché 1996, p. 213.

245 Le Jan 1995, p. 168 après Guichard et Cuvillier 1986, p. 84-85.

246 Lorren et Périn 1997, p. 109.

247 Caumont 1841, p. 425.

248 Hincker 2007, p. 295.

249 Id. 2008, p. 44-46.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Plan de localisation du site.
Crédits Plans et photos : conseil général du Calvados
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 2 Plan récapitulatif du contexte archéologique immédiat.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Fig. 3 Vue aérienne de la zone fouillée.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 4 Plan général du cimetière.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 5 Plan de masse du cimetière.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 6 Numérotation des sépultures.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 7 L’imbrication des sépultures orientées nord-sud (n° 4056, 4058 et 4002, à gauche) et des sépultures orientées est-ouest (n° 4050, 4051 et 4052, à droite).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 8 Vue d’une inhumation dans un probable cercueil monoxyle (n° 4002).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Fig. 9 Plan de répartition des tombes en fonction du genre et de l’âge des défunts.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 10 Sépulture pillée d’un probable porteur d’épée (n° 4054).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 11 Caractéristiques et datation des scramasaxes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 12 Vue de la sépulture d’un porteur d’épée (n° 4047).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Fig. 13 Vue de la sépulture d’un porteur de lance (n° 4040).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 14 Composition des colliers en fonction de la typologie des perles.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 15 Pendentif en bronze et galet de rivière (n° 4005).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre Fig. 16 Plaque-boucle monobloc en alliage cuivreux et incrustations de grenats (n° 4049).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Fig. 17 Garniture d’aumônière en argent doré (n° 4054).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 18 Pièces métalliques d’une ceinture et d’une aumônière (n° 4054).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 19 Topochronologie du cimetière.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Planche 1 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Planche 2 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Planche 3 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Planche 4 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Planche 5 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Planche 6 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Planche 7 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Planche 8 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Planche 9 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Planche 10 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Planche 11 Assemblages mobiliers par tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Planche 12 Plans des sépultures les mieux conservées.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Planche 13 Plans des sépultures les mieux conservées.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11315/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Hincker et Aurélie Mayer, « La courte histoire du cimetière mérovingien de Banneville-la-Campagne (Calvados, France) », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 1-48.

Référence électronique

Vincent Hincker et Aurélie Mayer, « La courte histoire du cimetière mérovingien de Banneville-la-Campagne (Calvados, France) », Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11315 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.11315

Haut de page

Auteurs

Vincent Hincker

Conseil général du Calvados

Articles du même auteur

Aurélie Mayer

Anthropologue contractuel, Conseil général du Calvados

Articles du même auteur

Haut de page

Collaborateurs

Arnaud Poirier

Anthropologue contractuel, Conseil général du Calvados

Vanessa Brunet

Anthropologue contractuel, Conseil général du Calvados

Raphaëlle Lefèbvre

Anthropologue contractuel, Conseil général du Calvados

Daniel Étienne

Topographe contractuel, Conseil général du Calvados

Marie-Anne Rohmer

Dessinatrice, Conseil général du Calvados

Anabelle Cocollos

Photographe, Conseil général du Calvados

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals