Navigation – Plan du site

Vieux-Conches (Eure), un site castral et son environnement (xie-xviiie siècle)

Vieux-Conches (Eure), a castle site and its environment (11th-18th centuries)
Vieux-Conches (Eure, Ost-Normandie), eine Burganlage und ihre Umwelt (11.-18. Jh.)
Tanguy Debaene
p. 49-75

Résumés

Un relevé topographique du site fossoyé de Vieux-Conches, mené dans le cadre d’un master et d’un projet collectif de recherche sur les fortifications de terre de Haute-Normandie, a mis en lumière la grande richesse du site. Les données de prospection ont conduit à élargir l’étude au paysage, au village, à l’église et à l’examen des activités artisanales et agricoles dont des témoignages subsistent sur le terrain. Le relevé topographique a mis en évidence une structuration autour de trois ensembles distincts : un pôle castral, un enclos paroissial et une zone de labours/culture. Il a été complété par des nettoyages de surfaces ciblés qui ont permis, entre autre, de dresser le plan de l’église Saint-Ouen. L’étude du site prouve sa longue occupation (xie-xviiie siècle) et amène à une relecture des sources historiques disponibles.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1 Localisation du site castral de Vieux-Conches.

Fig. 1 Localisation du site castral de Vieux-Conches.

Introduction

  • 1 Bolo 1998 ; Bigot 1997.

1Le château de Vieux-Conches, situé dans la commune de Conches-en-Ouche (Eure), au lieu-dit du Petit Couloir, s’inscrit dans un paysage archéologique exceptionnellement préservé. Excentré à l’ouest de la vallée du Rouloir où s’est développé le village de Conches-en-Ouche, le site est localisé en rebord du plateau boisé occupé par la forêt de Conches et domine un coteau occidental en contrebas duquel se trouve l’étang du Vieux-Conches (fig. 1). Le milieu forestier a certainement contribué tant à la bonne conservation du site qu’à sa méconnaissance. On retrouve ainsi tout un espace de vie fossilisé autour des vestiges du château. Or même s’il a suscité l’intérêt d’érudits locaux du xixe siècle, ce site reste très mal connu : bien que recensé par la carte archéologique et abordé dans un DEA sur les seigneuries châtelaines en pays d’Ouche en 1997, aucun relevé ni analyse précise n’avait été entrepris jusqu’à aujourd’hui1.

  • 2 Caumont 1836, p. 243-245.
  • 3 Charpillon et Caresme 19923, p. 827.
  • 4 Gadebled 1840, p. 139.
  • 5 Gardin 1865, p. 12.
  • 6 Ego Rogerius, filius [Radulp]hi Thoteniencis […] concedo in usus [serv]orum Dei serventium in monas (...)
  • 7 Hass (éd.) 2005.

2Les premières recherches sur le château de Vieux-Conches apparaissent vers 1830. En 1834, un érudit local, François Laumonier, dresse un plan du château (fig. 2). Arcisse de Caumont donne, dans un texte de 1836, une description des châteaux des xe et xie siècles parmi lesquels figure le château de Vieux-Conches2. La version « officielle » paraît assez vite établie au xixe siècle : pour L.-É. Charpillon et A. Caresme3, L.-L. Gadebled4 et A. Gardin5, le château de Vieux-Conches passe pour être le premier établissement, à Conches-en-Ouche, des seigneurs de Tosny, qui auraient par la suite transféré leur résidence au donjon de Conches-en-Ouche lors de la construction de l’abbaye vers 1035. Aucun élément ne prouve cependant que ce transfert d’habitat seigneurial a eu lieu et cette idée d’abandon du site de Vieux-Conches repose autant sur le toponyme « Vieux-Conches » et sur la morphologie du donjon de Conches que sur l’absence apparente de structures en pierre. L’évolution de la castellologie amène aujourd’hui à reconsidérer les fortifications de terre, une structure sans pierre n’étant pas nécessairement plus ancienne qu’une structure maçonnée. Qui plus est, un simple nettoyage de surface a mis au jour des vestiges maçonnés bien conservés sur l’ensemble du site, notamment ceux de l’église Saint-Ouen, en élévation jusqu’à la fin du xviiie siècle. Certes, l’église Saint-Ouen fut donnée vers 1035 à l’abbaye de Conches par Roger Ier de Tosny6, et il semble ne faire aucun doute que le château de Vieux-Conches a appartenu aux Tosny puisque Conches a constitué l’un des grands domaines de cette famille seigneuriale. Mais la relation entre les deux sites appelle une réflexion sur un éventuel déplacement de la population, un possible échec de l’implantation castrale. Le réexamen du site de Vieux-Conches, encouragé par l’édition récente du grand cartulaire de Conches7, sera ici tenté à partir d’un relevé topographique, sur lequel s’appuie la compréhension de l’organisation générale, complété par des analyses de l’environnement castral marqué par des vestiges d’activité parfaitement lisibles.

Fig. 2 Plan de la forteresse du Vieux-Conches par François Laumonier (1834).

Fig. 2 Plan de la forteresse du Vieux-Conches par François Laumonier (1834).

Archives départementales de l’Eure, 9 J 48

1. Un espace structuré

  • 8 Jérémy Boutigny, Arnaud Chéry, Diégo Cocagne, Julia Couillard-Lesage, Tanguy Debaene, Gilles Deshay (...)

3L’étude du site a été réalisée à la fois dans le cadre d’un master et dans celui d’un PCR sur les fortifications de terre de Haute-Normandie conduit, depuis 2004, par A.-M. Flambard Héricher et mis en œuvre par les étudiants de l’université de Rouen. Le site très vaste et complexe de Vieux-Conches a été traité en 2008 et 2009, le relevé topographique (réalisé sous la conduite d’Aude Painchault) et le nettoyage des maçonneries affleurantes de l’église Saint-Ouen ont mobilisé 23 participants8. Le relevé a été réalisé à l’aide d’un tachéomètre TC 407 et d’une station totale TS 02. Trente-neuf stations ont permis de relever les cotes de 5 827 points.

4Le relevé topographique du site de Vieux-Conches met en évidence plusieurs aménagements de l’espace et montre son organisation autour de trois ensembles bien distincts : un pôle castral, un enclos paroissial où se trouvent les restes de l’église Saint-Ouen voire une zone d’habitat et enfin une zone d’activités économiques (fig. 3).

Fig. 3 Vieux-Conches (Eure), plan topographique. Toutes les coordonnées cartographiques sont données en projection Lambert I Carto. Altitude en mètres NGF.

Fig. 3 Vieux-Conches (Eure), plan topographique. Toutes les coordonnées cartographiques sont données en projection Lambert I Carto. Altitude en mètres NGF.

Relevé : J. Boutigny, J. Couillard-Lesage, T. Debaene, D. Étienne, T. Guérin, J.-B. Lebret, J. Leclerc, B. Lepeuple, V. Morisse, A. Painchault. Mise au net : A. Painchault.

5L’ensemble fortifié se compose d’une motte et d’une basse cour orientées sud-ouest nord-est. Elles sont séparées l’une de l’autre par un fossé intérieur contenu à l’ouest et à l’est par deux talus. La présence de ces talus reliant la motte à la basse cour confère à l’ensemble la forme d’une enceinte losangique délimitée par un fossé commun. Une contrescarpe est présente à l’ouest et au sud de la fortification, tandis qu’à l’est et au nord la défense de la basse cour est assurée par l’association de l’escarpe et du dénivelé naturel du terrain. Un fossé parcellaire longe le sud-est du fossé de la forteresse, puis coupe ce dernier à l’est avant de rejoindre un étang (fig. 4 infra). Au sud de cette limite parcellaire, une petite plateforme domine l’étang et pourrait témoigner d’une construction liée à l’utilisation de l’étang ou d’un moyen d’évacuer les eaux de ruissellement captées par le fossé en direction de celui-ci (un plan du xviiie siècle confirme l’existence d’un bâtiment dans ce secteur).

6Un enclos de plan trapézoïdal, orienté nord-sud, est accolé au château, au sud. Il est limité à l’ouest par un talus rectiligne percé en trois endroits et précédé d’un fossé large mais peu profond qui rejoint celui du château. À l’est, l’enceinte est délimitée par l’escarpement naturel. Le sud de cet espace a été décaissé pour installer l’église Saint-Ouen sur une surface plane tandis que la partie nord est légèrement inclinée. Le sud de cette seconde enceinte, à l’instar de la limite sud-est du château, est bordé par un fossé parcellaire.

Fig. 4 Extraits du cadastre Lecerf, 1820, 1/2900.

Fig. 4 Extraits du cadastre Lecerf, 1820, 1/2900.

Archives départementales de l’Eure, III PL 56 et III PL 1054.

7Le troisième espace, concentré au nord du château, témoigne d’activités économiques variées. La partie la plus septentrionale correspond à une zone de planches de labours qui s’étend du rebord du plateau jusqu’à mi-pente du versant.

8Plus au sud, dans le talus du fossé parcellaire, de nombreux fragments de poterie très homogènes, mêlés à des nodules d’argile cuite témoignant de la présence d’un four, ont été trouvés. La prospection pédestre sur le site a également donné lieu à la découverte de deux scories et à du laitier.

9La proximité immédiate de la fortification et de l’étang incite à interpréter ce dernier comme un des éléments du paysage médiéval issu d’un aménagement anthropique. Le toponyme « la Bonde » (fermeture du trou d’écoulement des eaux d’un étang) qui figure sur le cadastre (fig. 4) semble en témoigner ; de même les eaux du ruisseau du Rouloir, qui alimente l’étang de Vieux-Conches et prend sa source à environ 500 m au sud du château, semblent canalisées par un tapis de cailloutis et de silex. Toutefois la prospection sur les lieux n’a pas permis d’observer d’aménagements anthropiques et la seule constatation qui peut être faite concerne le fossé parcellaire situé en contrebas du versant naturel : il semble être la limite extrême de l’étang lorsque celui-ci est en crue (observation faite sur le terrain durant la période hivernale).

2. Le pôle castral

2.1. Motte et basse cour

  • 9 Flambard Héricher 2006, p. 56.
  • 10 Creigthon 20052, p. 219-221 ; Creigthon 1999, p. 23-25.

10Les volumes du château, très bien conservés, se composent, dans son état actuel, d’un ensemble motte/basse cour prenant la forme d’une enceinte losangique orientée sud-ouest/nord-est (fig. 5). Elle est comparable par sa forme au site de Corneville-sur-Risle9 dans l’Eure ou celui, plus éloigné, de Woodhead10 à Rutland en Angleterre. Cette enceinte est cernée par un profond fossé creusé au sud et à l’ouest, qui rejoint au nord et à l’est la pente naturelle vers l’étang.

Fig. 5 Principaux éléments constitutifs du château de Vieux-Conches.

Fig. 5 Principaux éléments constitutifs du château de Vieux-Conches.

11La motte tronconique s’intègre parfaitement dans la forme losangique de l’enclos, occupant son angle ouest. Sa plateforme suit une légère pente vers le nord-est (c’est-à-dire vers la basse cour) et mesure 17 m de diamètre à son sommet, aucune pierre de surface n’y est observable. Deux talus d’escarpe sont placés de part et d’autre de la motte et se jettent en pente douce dans la basse cour, constituant ainsi des « bras » qui l’encadrent au nord-ouest et au sud-est et la relient à la basse cour. Un fossé intérieur peu profond et large de 3 m, creusé en avant de la motte, l’isole du reste de la basse cour. Il semble couper les deux talus au nord et au sud et suivre parfaitement la forme de la motte.

Fig. 6 Coupes et relevé topographique.

Fig. 6 Coupes et relevé topographique.
  • 11 AD Eure, 9 J 21, fol. 5-6 ; AD Eure, 9 J 8.

12La pente naturelle du terrain, observable au nord, semble prouver que le sol de la basse cour (qui est plat et légèrement en cuvette ; fig. 6 coupe A-B) a été remblayé sur sa partie est de manière à créer un espace plan. Le niveau de sol de la basse cour aurait eu dans le cas contraire un aspect plus pentu, condition moins propice aux constructions. La découverte des vestiges maçonnés au nord-est de la basse cour prouve que cette partie de l’enclos a connu des aménagements anthropiques. Le nettoyage de surface du parement qui affleurait a permis de mesurer une épaisseur de mur de 1,50 m. Il s’étend par intermittence sur tout le côté est de la basse cour. Il pourrait s’agir soit d’une courtine, soit, si l’on considère la quantité de terre rapportée à cet endroit pour établir un terrain plat, d’un mur de soutènement visant à maintenir le remblai ; son épaisseur imposante serait alors justifiée. Cette maçonnerie est composée de couches successives de moellons de silex et de mortier (fig. 7). Deux notes des frères Laumonier nous apprennent que les pierres du château auraient été réemployées dans des constructions alentours notamment au manoir des Coudray11.

Fig. 7 Vestiges maçonnés présents au nord-est de la basse cour, vue depuis l’est.

Fig. 7 Vestiges maçonnés présents au nord-est de la basse cour, vue depuis l’est.

2.2. Escarpe, fossé et affleurements rocheux

  • 12 « […] dans la suite le duc lui donna Conches, qui était un petit bourg, où il bâtit un château au v (...)

13Au sud-est de la motte, une rampe d’accès au site a été aménagée (saignée 1, fig. 5) ; elle coupe une partie de la pente d’escarpe de la basse cour ainsi que le talus d’escarpe est. Elle est assez récente puisque liée à l’exploitation de la parcelle par les agents forestiers (témoignage oral de Pascal Pelé, garde forestier travaillant pour le propriétaire du site). Deux autres saignées au nord sont, quant à elles, plus énigmatiques : l’une d’elles (saignée 2, fig. 5) comporte à sa base des blocs de grès qui évoquent des excavations dans le but de récupérer des matériaux de construction ou des fouilles sauvages. Les deux notes des frères Laumonier précédemment évoquées vont dans le sens de cette dernière hypothèse puisqu’elles rapportent des fouilles menées par les « anciens » dans le but de découvrir une cave située sous la motte12.

  • 13 Carte géologique, 1/50 000, notice de Beaumont-le-Roger, AREHN, p. 14 et carte géologique, 1/50 000 (...)
  • 14 Billard 1998.

14D’autres affleurements rocheux sont également présents dans le fossé ; ce sont des blocs assez volumineux qui offrent, pour certains d’entre eux, des dispositions atypiques voire des traces anthropiques de natures différentes. Ainsi, deux blocs au sud-est de la motte présentent des marques de taille et des points d’usure qui pourraient soit laisser penser à des traces dues à l’extraction d’un bloc de pierre, soit correspondre à un ancien accès au château (fig. 8, blocs du groupe 1). Un autre affleurement rocheux, au nord-est du pôle castral, présente des traces de débitage qui paraissent plus anciennes et pourraient remonter au Néolithique ou à l’époque médiévale (fig. 8, bloc 3). Il n’est pas aisé de savoir si ces pierres sont en place ou ont été déplacées ; la carte géologique nous apprend toutefois que ce sont des blocs de grès d’âge stampien probable dont certains gisements ont pu être exploités par l’homme : ce sont donc des matériaux locaux13. Un mégalithe au sud de Vieux-Conches étant recensé par la carte archéologique, la question de l’occupation humaine dans ce secteur à l’époque néolithique pourrait être posée, mais il convient de rester très prudent. Un intéressant point de comparaison est offert par le site de Saint-Sulpice-de-Graimbouville (Eure) : en 1998, un sondage a été réalisé à la suite de la découverte de blocs mégalithiques affleurants. Les fouilles ont montré que ce n’était qu’une réutilisation de ces blocs dans des constructions médiévales (bâtiments agricoles de la fin du Moyen Âge)14.

Fig. 8 Localisation des affleurements rocheux.

Fig. 8 Localisation des affleurements rocheux.

2.3. Contrescarpe et fossé parcellaire

15La contrescarpe est plus marquée au sud et à l’ouest du château, ce qui permet de protéger l’enclos principal par un profond fossé. Cette contrescarpe forme un croissant qui est à mettre en parallèle avec les talus qui encadrent la motte et semblent eux aussi former un croissant (fig. 6). Enfin, on peut expliquer l’absence de contrescarpe au nord et à l’est par le fait que le château de Vieux-Conches a été implanté dans un endroit où le versant de la vallée forme un coude. La création d’une contrescarpe au nord et à l’est aurait nécessité un apport de terre trop conséquent puisqu’à l’encontre de la dénivellation naturelle du terrain. Les constructeurs auraient donc fait preuve de pragmatisme en profitant de la pente du versant de la vallée pour bâtir le château.

16Un petit fossé au sud-est et au sud-ouest, large d’environ un mètre, vient longer celui de l’enceinte castrale sur sa partie haute puis le recoupe en contrebas : il lui est donc postérieur mais sa fonction reste difficile à saisir (fig. 5). Plusieurs hypothèses peuvent cependant être formulées : il peut s’agir d’un drain d’écoulement visant à éviter que les eaux pluviales n’amenuisent l’escarpement ou d’un dispositif de défense, du type clôture en bois. Cependant, dans ces deux hypothèses, le petit fossé n’aurait pas de raison de se prolonger dans celui de l’enceinte castrale. Dernière hypothèse : il pourrait s’agir d’une limite parcellaire. Qui plus est, la superposition du relevé topographique et des plans cadastraux montre que ce petit fossé se cale parfaitement sur une limite parcellaire existante (raison pour laquelle nous l’avons nommé « fossé parcellaire »). Toutefois, cette limite aurait pu se fonder sur un aménagement préexistant.

2.4. Deux phases de construction ?

  • 15 Contribution d’A. Painchault dans Flambard Héricher (dir.) 2010, p. 111-137 et p. 195-215.

17Le relevé topographique et les observations de terrain conduisent à s’interroger sur l’évolution du site tel qu’on le perçoit aujourd’hui. Plusieurs éléments corroborent l’idée de l’existence d’au moins deux phases de construction successives. En effet, la motte et son fossé intérieur semblent couper un aménagement antérieur composé de la basse cour et des deux talus d’escarpe. L’agencement de la motte confirme cette hypothèse : sa plateforme ne penche pas dans le sens de la pente naturelle mais vers l’intérieur de la basse cour. On peut alors supposer que sa construction s’appuie sur un talus préexistant que les terres du creusement du fossé intérieur viendraient élargir et arrondir pour lui donner une forme tronconique. Les deux talus d’escarpe actuellement visibles sur les côtés de la motte ne formeraient alors que les extrémités d’un ancien talus unique bordant toute la partie sud-ouest de l’enclos. L’existence de la contrescarpe au sud et à l’ouest et formant un croissant parallèle à ce talus primitif semble confirmer cette hypothèse. La motte aurait donc été créée par un apport de terres issues du creusement du fossé intérieur et appliquées contre l’angle sud-ouest de ce talus unique. Ce type d’enceinte avec talus d’escarpe se retrouve sur d’autres sites fortifiés comme celui de Gaillefontaine en Seine-Maritime ou encore à Montreuil-l’Argillé dans l’Eure15.

18On peut donc envisager une première forteresse composée d’une enceinte losangique rehaussée et plane dont le remblai pourrait être maintenu par un mur à l’est et pourvue d’un talus en croissant au sud-ouest. Le fossé qui suit la forme losangique de l’enceinte castrale semble avoir été réalisé au moment de la construction de cette première forteresse. Le deuxième état de la fortification correspondrait à l’aménagement de l’espace motte/basse cour par le creusement du fossé intérieur. Les terres engendrées par ce creusement auraient été ainsi appliquées dans l’angle interne du talus primitif en forme de croissant.

2.5. Une durée d’occupation du pôle castral courte ?

  • 16 Gardin 1865, p. 12.

19Il est délicat d’essayer de saisir la durée d’occupation du pôle castral de Vieux-Conches. Si l’on se fonde sur les travaux des érudits du xixe siècle, le château aurait connu une occupation très courte. En effet, selon A. Gardin, « ce fut à l’endroit porté aujourd’hui sur le plan cadastral sous le nom de la Balivière, que Raoul Ier avait jeté, vers 1004, les premiers fondements de sa nouvelle résidence » ; son fils, Roger Ier, aurait abandonné le site au profit du village actuel lors de la construction de l’abbaye et du donjon vers 103516. Selon cette hypothèse, le château de Vieux-Conches n’aurait donc été occupé que de 1004 à 1035. Or il est impossible de savoir comment l’auteur a pu avancer une date de fondation si précise, et même de prouver qu’il y a eu un transfert d’habitat seigneurial.

  • 17 Musset 1978, p. 50.

20Lucien Musset, quant à lui, voit dans les Tosny une famille d’immigrés français « venus de l’intérieur du royaume » qui aurait collaboré avec les descendants des Vikings pour former avec eux une nouvelle classe dirigeante17. Il émet ainsi l’hypothèse que Conches serait issu d’un démembrement du patrimoine de Saint-Ouen réalisé par l’archevêque Hugues au profit de son frère Raoul Ier de Tosny, la dédicace de l’église de Vieux-Conches témoignant de cette filiation. Si cette hypothèse s’avérait exacte, la famille de Tosny entrerait en possession du domaine de Conches-en-Ouche au plus tard en 989, date de la mort de l’archevêque Hugues. Par conséquent, la construction du château de Vieux-Conches pourrait survenir durant cette période.

3. L’enclos paroissial et le village

3.1. L’église Saint-Ouen

3.1.1. Sources textuelles et remarques préliminaires

  • 18 Cf. note 6.
  • 19 « (3 février 1795 Vieux Conches). Il a été fait lecture d’un mémoire se montant à la somme de 30 li (...)
  • 20 AD Eure, 8 Mi 1155.
  • 21 « Et que, vu la nécessité de laisser subsister l’église des Vieux-Conches pour servir de succursale (...)
  • 22 AD Eure, G 32.
  • 23 « D’après des fouilles faites en l’année 18(?) [date illisible] le 12 de mai, une tranchée ouverte (...)
  • 24 Annuaire des cinq départements de la Normandie, 54e année, 1889, p. 107.

21Même si plusieurs documents concernant l’église Saint-Ouen n’ont pas été conservés, comme ses comptes de fabrique, son histoire semble plus facile à saisir que celle du château. La première mention connue remonte vers 1035 lorsque l’église est donnée comme bien temporel à l’abbaye de Conches-en-Ouche par Roger Ier de Tosny18. La dernière trace écrite qui atteste que l’église est encore en élévation est contenue dans une note manuscrite retrouvée aux Archives départementales de l’Eure, qui nous apprend que l’on détruit son clocher en 179519. Entre ces deux dates, les registres paroissiaux, conservés pour la période allant de 1668 à 1792, prouvent que le cimetière fonctionne encore jusqu’à la Révolution20. Menacée de destruction pendant la Révolution, l’église devient finalement succursale21. Un grand pouillé du diocèse d’Évreux écrit au xviiie siècle nous informe quant à lui sur les curés de l’église Saint-Ouen de 1486 à 168422. Enfin, un autre témoignage atteste que des fouilles à l’église ont été réalisées (par les frères Laumonier ?) dans les années 180023. Une communication de Le Ménager, lors d’une visite aux forges de Vieux-Conches le 15 septembre 1888, précise son orientation : « une église avait été bâtie près du château-fort, à mi-côte : le chœur, tourné à l’est vers les étangs ; le portail, à l’ouest, surmonté d’un clocher très aigu, couvert en essente24 ».

22Cette disposition est aujourd’hui confirmée par le plan d’ensemble du bâtiment religieux, qui, avant toute intervention, se devinait encore assez facilement sous la végétation qui recouvrait les structures, ne laissant apparentes que quatre pierres de taille. Seule une autorisation de nettoyage de surface fut accordée par le conservateur régional de l’archéologie ce qui explique les lacunes du relevé : seules les parties supérieures visibles des maçonneries ont été dégagées ; plusieurs éléments tels que la largeur de murs n’ont pu être observés. Néanmoins, le dénivelé observable au sud-ouest de l’église laisse supposer une hauteur de maçonneries conservée appréciable (au minimum 1,30 m). Des fouilles archéologiques dans le secteur de l’église permettraient, d’une part, d’observer une partie de l’élévation et la fondation du bâtiment et, d’autre part, d’étudier la population inhumée dans un cimetière paroissial (xie-xviiie siècle).

3.1.2. Plan du bâtiment, matériaux et modes de construction (fig. 9)

Fig. 9 Église Saint-Ouen, plan d’ensemble.

Fig. 9 Église Saint-Ouen, plan d’ensemble.

23L’église Saint-Ouen est composée d’une nef rectangulaire à laquelle vient se rattacher directement un chevet à pans coupés ; le chœur est donc de même largeur que le vaisseau central. L’église, orientée est-ouest, est d’une longueur de 22,85 m et d’une largeur de 10,15 m (fig. 10). Les angles occidentaux intérieurs ne forment pas un angle à 90° mais sont obtus pour l’angle nord-ouest et aigu pour le sud-ouest. Deux ouvertures ont pu être observées, l’une à l’ouest qui est, selon toute vraisemblance, l’entrée principale, et l’autre au nord. L’entrée ouest, large de 1,30 m, coupe le mur ouest en son milieu. La deuxième porte, située dans la partie occidentale du mur nord, est large de 1,10 m. Enfin, la présence d’un bloc calcaire particulier (appui de fenêtre ?) pris dans le parement intérieur du mur sud (USC 4) et la découverte de blocs calcaires chanfreinés à proximité peuvent être des indices de l’existence d’une ouverture dans le mur sud.

Fig. 10 Vue de l’église Saint-Ouen depuis le sud-ouest.

Fig. 10 Vue de l’église Saint-Ouen depuis le sud-ouest.

24Les murs de l’église sont chaînés et construits en assises régulières. Ils sont composés d’un assemblage de moellons de silex de taille moyenne utilisés pour le blocage et de taille plus importante pour le parement. On trouve également, de manière plus sporadique, des pierres de taille calcaire de dimensions variées allant du moyen au gros appareil (67 x 23 cm pour un bloc du mur ouest et 35 x 22 cm pour un bloc du mur sud par exemple). Ces blocs de calcaire avec des traces de taille, parfois alignées, parfois isolées, sont surtout présents dans les angles. Les traces de taille sont de deux types : la brettelure et le layage. Un graffiti a pu être observé sur l’un des blocs de calcaire. En outre, plusieurs blocs, absents, ne sont observables que par leur négatif, ce qui prouve que l’église a connu une phase de pillage. On peut aussi noter la présence de deux blocs de grès dans l’encadrement de l’ouverture ouest et d’un enduit blanc conservé à certains endroits du parement intérieur. Les murs sont liés à l’aide d’un mortier compact jaune de bonne qualité. On observe d’ailleurs à plusieurs endroits dans ce mortier la présence de quelques carreaux de pavement et de tuiles en réemploi ; ces derniers sont utilisés comme assises de réglage de manière à créer un niveau plan servant à accueillir des blocs calcaires. Le carreau de pavement présent à l’est du mur nord présente une forme carrée de 14 cm de large mais la découverte d’autres morceaux derrière le mur de soutènement et lors du nettoyage de surface prouve que la largeur de ces carreaux n’est pas constante (l’un de ces fragments avait une largeur de 18 cm). Un fragment de tuile laisse supposer une largeur de 15 cm. Il faut signaler aussi l’existence de deux contreforts. Ceux-ci concernent le chœur de l’église ; l’un d’eux marque vraisemblablement, au niveau du décrochement en L, le départ du chœur. L’utilisation du plâtre, qui concerne également cette zone, n’est observée qu’à un seul endroit (à l’est de l’USC 2b).

25Seule la partie ouest du mur sud (USC 4) a permis d’observer le parement extérieur et intérieur de façon certaine et permet de mesurer l’épaisseur du mur qui atteint ici 90 cm. On peut en effet se demander si le parement extérieur des autres murs a été atteint puisqu’aucun alignement de pierres n’a pu être observé. Cette absence de parement extérieur pourrait s’expliquer par l’arrachement des pierres de taille lors de la récupération des matériaux.

26Plusieurs remarques concernant l’entrée nord peuvent être formulées. Au sud de la feuillure nord, une entaille sur le bloc calcaire pourrait correspondre au gond de la porte (4 cm de large). De ce fait, le décrochement observable au sud-est de l’entrée semblerait, selon toute logique, ne pas correspondre à une feuillure (présence d’une feuillure dans le sens inverse au nord-ouest de l’entrée). Dans cette hypothèse, ce décrochement serait sans doute dû à l’arrachement de plusieurs blocs calcaires, pillage qui par ailleurs a pu être observé sur tous les autres murs de l’église.

3.1.3. Datation et phases de construction

27Le nettoyage de surface a permis de faire de nombreuses observations qui conduisent à penser que l’édifice a connu au moins trois phases d’aménagement.

  • Une phase de construction d’époque romane pour la nef. Étant donné le type de moyen appareil observé dans le mur sud de celle-ci, on peut raisonnablement penser qu’elle fut édifiée au xie-xiiesiècle, ce qui s’accorde avec la première mention de l’église dans les sources textuelles vers 1035.
  • Une phase de construction plus tardive d’époque indéterminée qui consiste en des travaux de réfection sur l’ensemble de la nef et une importante reprise du mur sud. L’utilisation au cours de cette phase d’un mortier orangé tranche nettement avec le mortier jaune utilisé pour la phase de construction précédente.
  • Une phase de construction de la fin du Moyen Âge pour le chœur. Les traces de laie brettelée, les contreforts épais ainsi que le chevet à trois pans coupés renforcent cette hypothèse.

28Toutes ces observations conduisent à formuler deux hypothèses sur l’évolution du bâti : soit il existait une église primitive de dimensions plus petites que le bâtiment actuel et qui a été agrandie par la suite, soit il existait une église de mêmes dimensions que le bâtiment final mais avec une abside différente.

3.2. L’enclos paroissial (fig. 11)

Fig. 11 Enclos paroissial.

Fig. 11 Enclos paroissial.

29Les vestiges de l’église paroissiale Saint-Ouen sont inclus dans un enclos situé au sud de l’enclos castral. L’intérieur de ce deuxième enclos est divisé en deux parties bien distinctes : une partie sud aménagée pour la construction de l’église et une partie nord qui a laissé moins de traces d’occupation et sur laquelle nous reviendrons.

30L’espace réservé à l’église a subi plusieurs aménagements. La topographie montre en effet qu’il y a eu un aménagement délibéré de l’espace : on a décaissé une partie du versant et utilisé le volume de terre engendré par ce travail pour créer une terrasse plane sur laquelle fut construite l’église. Un mur large de 0,60 m, composé de moellons de silex et distant de 2,56 m de l’abside de l’église, conservé à l’est, semble devoir être interprété comme un mur de soutènement puisqu’on observe un déversement des terres de la plateforme là où le mur n’est pas conservé (fig. 12). Une deuxième maçonnerie est observable dans l’enclos paroissial et délimite son côté sud. Il s’agit selon toute vraisemblance d’un mur cimetérial de faible largeur (0,30 m) ; ce mur semble avoir subi quelques réfections (présence d’un bloc calcaire, probablement issu de l’église, dans le mur). Une avancée de terre immédiatement au sud de ce muret y est visible et ne constitue pas la seule anomalie topographique du secteur puisque deux, voire trois petites terrasses au sud-est de l’enceinte sont observables et pourraient correspondre à une zone d’inhumation.

Fig. 12 Mur de soutènement, vue depuis le nord-est.

Fig. 12 Mur de soutènement, vue depuis le nord-est.

31Le talus rectiligne délimitant l’ouest de l’enclos est sectionné à plusieurs reprises. L’ouverture au milieu pourrait correspondre à l’accès à l’église qui se trouve juste en face. Les deux autres ouvertures sont des démolitions plus récentes liées très probablement à la gestion de l’espace forestier. L’enclos n’avait donc sans doute qu’une ouverture, leur multiplication dans une enceinte compromettant son éventuel caractère défensif.

3.3. Le village

  • 25 Bigot 1997, p. 42.

32Selon les hypothèses d’Olivier Bigot, le deuxième ensemble que constitue l’enclos paroissial délimiterait un espace villageois25. Une anomalie topographique est d’ailleurs présente au nord-ouest de l’enclos et semble correspondre à un petit bâtiment quadrangulaire observable sur un plan du xviiie siècle. Qui plus est, l’étude d’une coupe de chablis situé un peu au sud-ouest de cette anomalie a permis d’établir l’existence d’une occupation dans cet espace. On retrouve en effet, dans la lecture de la coupe, des couches stratigraphiques charbonneuses et limoneuses riches en mobilier céramique et métallique (fig. 13).

Fig. 13 Coupe et photographies du chablis présent à l’intérieur de l’enclos secondaire.

Fig. 13 Coupe et photographies du chablis présent à l’intérieur de l’enclos secondaire.

33Même s’il n’y a pas de doute quant au fait qu’une communauté a vécu à proximité du château, on peut s’interroger sur sa localisation et le rôle de cet enclos. Plusieurs indices peuvent laisser croire que la zone d’habitation était plus importante que l’espace situé à l’intérieur de cette enceinte. Tout d’abord, si l’on retire l’église de la superficie totale de cette enceinte, on s’aperçoit que la zone au nord de l’enclos – qui correspondrait donc à l’espace villageois – est assez restreinte et que son niveau de sol n’est pas de plain-pied mais légèrement en pente, ce qui peut paraître surprenant. De plus, lorsque l’on consulte le cadastre ancien, on s’aperçoit que les limites parcellaires ne tiennent pas compte de l’alignement des talus et englobent dans une parcelle commune les zones est et ouest des talus (fig. 4 supra) ; le plan du xviiie siècle ne semble pas non plus porter la trace de ces talus. Ensuite, le talus rectiligne qui forme la limite nord de l’enclos secondaire semble selon la chronologie relative appartenir à une phase postérieure à celle du château. En effet, le fossé du château est coupé par le fossé parcellaire qui est lui-même coupé par le talus ; cet indice tendrait donc à prouver que l’enceinte appartient à un état postérieur à l’état primitif du site. Enfin, des microreliefs et des indices d’occupation sont observables en dehors de l’enceinte : à l’ouest de l’enclos, la topographie pourrait révéler la présence d’un bâtiment ; au nord-est du château, la terrasse confirme la présence d’un bâtiment observable sur le plan du xviiie siècle et c’est un peu plus au nord de cette zone qu’a été trouvée une grande quantité de céramique.

34Toutes ces observations paraissent donc démontrer que l’espace villageois pourrait s’étendre en dehors de l’enceinte de l’enclos paroissial et les activités économiques repérées viennent confirmer cette hypothèse.

4. La zone d'activités économiques

4.1. Les planches de labours

  • 26 Zadora-Rio 1991, p. 170.

35Des planches de labours fossilisés sont visibles sur le site de Vieux-Conches, ils se concentrent au nord du château et s’étendent du rebord du plateau jusqu’à mi-pente du versant (fig. 14). La largeur des billons, qu’ils soient dans la pente ou sur le plateau, est constante (entre 1 m et 1,10 m). Ce sont donc des planches bombées étroites, comme celles fossilisées au xie siècle au Danemark à Lindholm Høje à proximité d’un habitat (de 0,50 à 1,10 m)26. Toutefois, ce critère ne permet pas de datation précise. L’orientation des labours est essentiellement la même : parallèle au sens de la pente, seuls quelques labours situés en haut de la pente présentent une orientation oblique et pourraient signifier soit qu’il s’agit d’une parcelle différente soit d’une manière de s’adapter au terrain. Certains labours ne s’étendent que sur de très petites surfaces, donnant l’impression de combler les espaces peu maniables. L’adaptation au terrain est sans équivoque lorsque les billons sont réalisés en escaliers pour suivre la pente naturelle du terrain. L’espace réservé à la culture semble s’étendre ainsi jusqu’aux abords de l’étang vers l’est et être limité, au sud, par le château. Au nord, les traces s’effacent sur un terrain plus dégagé et récemment remanié.

Fig. 14 Photographie des labours nord.

Fig. 14 Photographie des labours nord.
  • 27 Zadora-Rio 1991, p. 67.

36La reconstitution du parcellaire est toutefois assez délicate. La présence de deux fosses à l’extrémité ouest des labours nord reste énigmatique. Il pourrait éventuellement s’agir de fosses servant à drainer le trop-plein d’eau des labours. Cette hypothèse est renforcée par le fait que le sol est assez humide et que les sillons communiquent avec ces fosses. De plus, comme le souligne Élisabeth Zadora-Rio, le drainage a été invoqué pour expliquer la pratique du billonnage (qui favorise l’écoulement des eaux dans les régions de sol imperméable), hypothèse qui est renforcée par « les traités d’agronomie dès le xiiie siècle et par les observations de terrain qui montrent que les billons sont disposés le plus souvent le long de la pente27 ». Quoi qu’il en soit, sans témoignage des sources écrites, il est difficile de dater ces labours, mais ils appartiennent bien à l’ensemble castral.

4.2. L’atelier de potier

37La prospection pédestre sur le site a donné lieu à la découverte de mobilier, parmi lequel de la céramique. L’essentiel des fragments collectés étaient concentrés sur une aire d’environ 6-7 m2 au nord-est du château, près du fossé parcellaire. Les résidus de fragments de four, l’abondance de tessons de poterie à cet endroit et leur caractère homogène attestent de cette production à Vieux-Conches, mais la localisation de l’atelier reste à préciser puisqu’aucun aménagement topographique particulier ne pouvait laisser présumer l’existence d’un atelier à cet endroit. Ces tessons de céramique ne semblaient pas être en place, à moins qu’il ne s’agisse ici d’une zone de rejet, d’une tessonnière. Plusieurs tessons portaient des traces de moisissure et de « végétalisation » (présence de mousse), ce qui prouve qu’ils devaient être à l’air libre depuis un certain temps. Peut être ont-ils été mis au jour lors du creusement du fossé parcellaire ?

38L’étude de près de 9 kg de céramique collectés sur le site a dégagé des caractères spécifiques au lot de Vieux-Conches. Ainsi l’analyse des différentes pâtes à l’œil nu a-t-elle permis de différencier quatre groupes techniques. Dans leur grande majorité, les pâtes ont une texture lisse finement sableuse de couleur claire allant du blanc au beige, beige orangé et orangé. Dans ce premier groupe, on observe peu, voire pas d’inclusions ; les rares inclusions présentes sont très fines, à la limite du visible, et sont constituées d’oxyde de fer et/ou de roches brunes. Un second groupe rassemble des pâtes grises à l’extérieur et rose orangé à l’intérieur, voire beige pour quelques-unes d’entres elles. La texture est d’aspect homogène avec une majorité d’inclusions de quartz. Elle peut parfois présenter quelques inclusions minérales blanches assez grosses (0,4 mm) et avoir une consistance rugueuse au toucher. Ce type de pâte reste toutefois proche de celles du premier groupe. Le troisième groupe a une pâte lisse et sablonneuse de couleur rouge-orangé. La texture de la pâte est fine et hétérogène puisque composée de nombreuses petites inclusions de paillettes de mica, de grosses inclusions (1,5 mm) de roches brunes et blanches en petite quantité, de petites inclusions de quartz et d’oxyde de fer également en petite quantité. Le nombre de vases composant ce dernier groupe reste toutefois très limité. Un quatrième groupe constitué par un seul exemplaire est composé d’argiles grésées, peut-être de type Martincamp.

39Deux types de formes ont été distingués : la oule et le pichet/cruche.

40La oule est le type majoritairement représenté au sein de ce corpus avec des pots ayant un diamètre compris entre 10 et 18,5 cm. L’examen des lèvres a permis de distinguer trois sous-groupes. La lèvre en bandeau est le type de lèvre le plus fréquent (34 occurrences) au sein du groupe des oules (pl. 9 à 11), vient ensuite la lèvre rectangulaire (5 exemplaires) (pl. 8, V-C 48 à 52) puis la lèvre carrée (un individu) (pl. 8, V-C 47). Les oules possèdent toutes un fond plat ou très légèrement irrégulier.

41Le pichet/cruche possède un diamètre allant de 10 à 18 cm et une lèvre rectangulaire présentant une face interne droite et une face externe droite ou légèrement incurvée (pl. 1 et 2, V-C 1 à 13) (seul un vase ne possède pas de lèvre ; pl. 2, V-C 13). Deux becs pincés ont pu être observés (pl. 1, V-C 1 et pl. 5, V-C 28). Les anses plates (pl. 3, V-C 14 à 20) sont le seul moyen de préhension observé. La largeur de ces anses va de 4,9 cm à 6,3 cm ; elles ont été posées verticalement.

42Les décors observés sur les oules et les pichets/cruches sont variés : molette, bandes digitées appliquées, peinture rouge/orangé, glaçure (un fragment de fond porte une tache de glaçure plombifère de couleur verte : pl. 13, V-C 96). Ces décors pouvaient être combinés entre eux. Ainsi, peut-on observer la combinaison de bandes digitées appliquées à la peinture (pl. 3, V-C 16-20 ; pl. 4, V-C 23 et 24), de bandes digitées appliquées à la molette (pl. 5, V-C 25 et 26), voire les trois à la fois (pl. 5, V-C 27 et 28).

  • 28 Lecler-Huby 2008.
  • 29 Roy 1999, p. 53.
  • 30 Guadagnin 2007, p. 101.
  • 31 Beuchet, Dufournier et Fichet de Clairfontaine 1998, p. 71-120.
  • 32 Flambard Héricher 2002, p. 125-132.
  • 33 Lemaître 1982, p. 387 ; Thiron 1999, p. 84-86.

43Les éléments de comparaison offerts par les quelques lots prélevés lors des fouilles du parking de l’hôtel de ville d’Évreux28, le catalogue de l’exposition consacrée aux « pots de terre » présentée au musée départemental des antiquités de Rouen29, le catalogue typochronologique de la production de Fosses30, ou les ateliers de production médiévaux du nord-ouest de la France – Chartres-de-Bretagne31, Le Molay-Littry32, et Lisieux33 –, prouvent que la céramique de Vieux-Conches collectée près du fossé parcellaire est du xie-xiie siècle.

4.3. La métallurgie

  • 34 Bigot 1997, p. 46.

44La prospection pédestre sur le site a également donné lieu à la découverte de deux scories ainsi que du laitier. Le pays d’Ouche est une région riche en fer et de nombreux toponymes attestent cette production (La Ferrière-sur-Risle, Glos-la-Ferrière, Ferrières-Haut-Clocher…). Olivier Bigot émet l’hypothèse que le château de Vieux-Conches aurait pour origine la volonté des seigneurs de Tosny de contrôler l’activité métallurgique de cette localité34. Il s’appuie notamment sur le fait que le site est propice à cette exploitation (on y trouve l’eau et le combustible nécessaire à cette activité fournis par l’étang et la forêt de Conches) et de nombreuses fosses d’extraction sont présentes à proximité. La carte géologique recense ces zones et il est intéressant de remarquer qu’elles se trouvent, pour l’essentiel, à l’ouest de la limite communale de Conches. Cet indice pourrait donc confirmer l’importance de l’exploitation des ressources en minerai de fer dans l’histoire du site, mais il est impossible de dater ces zones d’extraction à ciel ouvert. Elles pourraient en effet tout aussi bien remonter à l’époque moderne puisqu’une forge de cette époque, qui n’existe plus aujourd’hui (celle des Vaugouin), était présente au Vieux-Conches. Aucun élément ne permet donc d’affirmer que le site de Vieux-Conches doit son origine à l’exploitation du minerai de fer et à sa transformation. Au contraire, même si les recherches archéologiques ont montré que des ateliers de production ou de travail du fer sont souvent à mettre en relation avec des sites castraux et qu’écarter cette activité du système seigneurial serait une erreur, il ne faut pas non plus accorder à cette activité une place aussi exclusive. Le choix d’une implantation castrale résulte d’une multitude de facteurs. Le site castral de Vieux-Conches fait partie d’un environnement économique privilégié (labours fossilisés, atelier de production de céramique, métallurgie et travail du fer dont les scories et la carte géologique prouvent l’existence), mais le choix d’implantation des Tosny à cet endroit ne peut pas s’expliquer par la seule volonté de contrôle d’une activité métallurgique.

  • 35 Decaëns 1975, p. 49-65.
  • 36 Arnoux 1993, p. 262-272.
  • 37 « […] quod ego Radulphus de Toenio et Isabel uxor mea… donamus ac concedimus […] et apud Ferrariam (...)
  • 38 Ibid., p. 269.

45L’ensemble fortifié de Sébécourt, situé à 10 km du site de Vieux-Conches, à la limite du territoire communal de Ferrière-sur-Risle et appartenant aux Tosny, offre un point de comparaison intéressant. Les fouilles réalisées par Joseph Decaëns de 1971 à 1974 ont révélé que le site était lié à une exploitation métallurgique intense35. La prospection pédestre montre qu’il est encore aujourd’hui constellé, en surface, de scories de petite taille, ce qui n’est pas le cas à Vieux-Conches. De plus, le site de Sébécourt et les Tosny sont mis en avant par Mathieu Arnoux pour démontrer que, certes, il existe en Normandie des revenus liés à la production du fer, mais pas de sidérurgie seigneuriale36. La plus ancienne mention d’une communauté travaillant le fer apparaît dans une charte de Raoul II de Tosny datée de 1085 et évoquant la donation aux moines du Bec-Hellouin d’une forge située à La Ferrière-sur-Risle37. Mathieu Arnoux remarque que les Tosny n’ont aucune prétention « à exercer une tutelle particulière sur cette activité ; au mieux la forge donnée aux moines du Bec est-elle accompagnée de droits comparables à ceux des autres forges de La Ferrière38 ». L’absence de forge dans les possessions de l’abbaye de Conches, richement dotée par les Tosny, que ce soit à Conches même ou à La Ferrière, laisse soupçonner que l’activité métallurgique échappait globalement au pouvoir des Tosny. Le fait qu’aucune prérogative seigneuriale en matière sidérurgique ne soit observable dans les sources textuelles est un indice fragile (du fait de la disparition d’actes) mais qu’il ne faut pas ignorer.

5. De Vieux-Conches à Conches-en-Ouche...

5.1. Une division bipartite de l’espace dès le xie siècle

  • 39 « […] in loco, qui Castellion appelatur, de rebus [m]eis, quas in pace teneo, villam ipsam, que dic (...)
  • 40 Zadora-Rio 2008, p. 72.
  • 41 Ibid., p. 73.

46L’acte le plus ancien du cartulaire de l’abbaye et la toponymie prouvent que le territoire de Conches, au xie siècle, est constitué d’une paroisse unique divisée en deux pôles d’habitat : un noyau établi en périphérie du terroir à Castillon, non loin duquel fut bâtie l’abbaye et qui deviendra le bourg actuel de Conches, et très certainement un second noyau près du château et de l’église Saint-Ouen de Conches39. Ainsi, si l’on se fonde sur le nom de l’église (Saint-Ouen de Conches), Vieux-Conches, avant de porter ce toponyme, devait s’appeler Conches ; l’hypothèse d’un déplacement de toponyme voire de chef-lieu de paroisse est donc envisageable. Comme l’a souligné Élisabeth Zadora-Rio pour la Touraine, certains centres paroissiaux ont été transférés dans des hameaux voisins ce qui a entraîné, entre autres, des changements de noms de villages. L’un des deux exemples donnés est celui de Saint-Senoch, dont le chef-lieu fut transféré dans le hameau voisin de Barbeneuve qui prit dès lors le nom de Saint-Senoch : le déplacement de l’habitat s’accompagne d’une permanence toponymique qui « traduit une continuité de l’identité de la communauté rurale40 ». Dans un autre exemple, celui de Saint-Patrice, l’ancienne église du xie siècle subsiste encore, mais le village primitif a totalement disparu, tout comme l’ancien centre paroissial de Saint-Senoch qui a été rayé de la carte41. Pour ce qui est du site de Vieux-Conches, la création d’un nouveau toponyme reprenant le préfixe « Vieux » signifie que le site conservait au moins en partie ses fonctions antérieures, en particulier la fonction paroissiale.

  • 42 « […] abbatiae pertinentibus cum decimis totius territorii [de Ca]stellione, de Conchis, de Fraxino (...)

47Un autre acte confirme que Castillon et Conches sont deux entités distinctes puisque ces deux toponymes sont clairement cités dans la même phrase en 122942. Ainsi, si la dualité du territoire de Conches-en-Ouche existait déjà vers 1035 et que la paroisse était unique, soit l’église Saint-Ouen est une création ex nihilo des Tosny et l’église a été implantée à l’écart du noyau de peuplement présent à Castillon dans le but d’attirer à elle la population, soit l’église Saint-Ouen a été implantée près d’un deuxième pôle habité, déjà présent à Vieux-Conches avant l’arrivé des Tosny. L’église est certes à l’intérieur de l’enclos secondaire, mais sa construction ne peut être chronologiquement rattachée à aucune phase de construction du château de Vieux-Conches. Néanmoins, la phase de construction de l’église la plus ancienne qui a pu être observée lors du nettoyage de surface est d’époque romane, ce qui coïncide avec la première mention de l’église dans les sources textuelles vers 1035.

48Quoi qu’il en soit, le centre paroissial du territoire de Conches-en-Ouche semble donc être vers 1035 Vieux-Conches, et force est de constater que, par la suite, la localité n’a pas conservé l’importance qu’elle avait et/ou que les Tosny ont voulu lui donner au sein du territoire. Cette constatation amène à s’interroger sur les indices qui permettent d’appréhender l’évolution de l’organisation du territoire de Conches-en-Ouche qui a donc fait de Vieux-Conches un simple hameau.

5.2. L’abandon du site : un processus de transfert ?

5.2.1. Un abandon du site tardif

  • 43 Un acte datant du 1er juin 1240 de Jacques du Fresne parle du vivier de Vieux-Conches (« super viva (...)

49D’autres actes du cartulaire attestent une diminution de l’importance de Vieux-Conches au profit du village actuel vers le milieu du xiiie siècle, voire vers la fin du xiie siècle (terminus ante quem fourni par l’apparition du toponyme de Vieux-Conches ; confusion des termes capella/ecclesia pour les trois églises qui ont été construites dans le bourg actuel de Conches)43.

  • 44 « Au xve siècle, pendant les désastres de l’invasion anglaise, le Vieux-Conches ne comptait plus qu (...)

50De plus, l’ensemble des données récoltées sur le terrain confirment que le site castral de Vieux-Conches est un site ancien, longtemps utilisé. La production de céramique semble se limiter aux xie-xiie siècles mais prouve que l’occupation villageoise se poursuit durant cette période. Il faudrait toutefois différencier cette occupation de l’utilisation de l’église Saint-Ouen. En effet, l’étude des sources textuelles a montré que cette église fonctionne jusqu’au xviiie siècle et le nettoyage a mis en évidence plusieurs phases de construction dont une de la fin du Moyen Âge. Or un document trouvé aux archives de l’Eure confirme les dires de L.-É. Charpillon et A. Caresme qui expliquaient qu’il y avait encore deux feux à Vieux-Conches au xve siècle44. Ainsi même si, au xve siècle, l’église Saint-Ouen continue de fonctionner, il semble bien que l’occupation villageoise soit, à cette époque, très restreinte.

5.2.2. Un transfert de pôle castral ?

  • 45 Contribution de T. Guérin dans Flambard Héricher (dir.) 2008, p. 50-52.
  • 46 « […] et quod ipsi murum supradictum faciant a[bsque] impedimento, sine crenellis et sine forterici (...)
  • 47 Nebriai-Dalla Guarda 1986, p. 2-12.

51Des travaux menés sur le donjon de Conches-en-Ouche tendraient à prouver que la fortification de terre primitive sur laquelle il repose pourrait remonter au xiie siècle et ne serait pas l’œuvre des Tosny mais du ressort de l’abbaye de Conches45. Un acte de Pierre de Courtenay de 1227 est mis en avant pour justifier cette hypothèse. Dans cet acte, le nouveau seigneur de Conches s’insurge contre le droit d’édification de murs crénelés et de tourelles que possède l’abbé (Philippe Auguste a confisqué les biens des Tosny et a placé son cousin Pierre de Courtenay à la tête de Conches)46. Cet acte est un indice de ce que les moines de Saint-Pierre et Saint-Paul de Castillon possédaient le droit de fortification au temps des Tosny. En effet, si Robert de Courtenay interdit aux moines de construire un mur fortifié, cela veut implicitement dire qu’ils le possédaient avant l’arrivée du seigneur français. C’est également dans cette charte du début xiiie siècle que l’on trouve la première mention du château de Conches-en-Ouche. De plus, lorsqu’en 1356, durant la guerre de Cent Ans, l’abbaye fut ruinée par les troupes du duc de Lancastre et Geoffroy d’Harcourt, les moines se sont installés provisoirement dans le « petit fort de Conches », preuve qu’ils possédaient un habitat fortifié dans la ville47. Le fait que la charte dite de fondation de l’abbaye ne fasse nullement mention d’un transfert d’habitat seigneurial lors de la construction de l’abbaye serait un indice du fait que les Tosny n’ont jamais quitté Vieux-Conches ; les données récoltées sur le terrain tels que la céramique témoignent de l’occupation du site aux xie-xiie siècles et donc après cet hypothétique transfert d’habitat seigneurial. Tout ceci montre qu’il faudrait réévaluer l’importance ainsi que la durée d’occupation du site de Vieux-Conches.

  • 48 Pichot 2002, p. 122.
  • 49 Fray 2006, p. 78.

52Dans cette hypothèse, les éléments qui expliqueraient la diminution de l’importance de Vieux-Conches au bénéfice de Conches seraient à chercher ailleurs que dans un transfert de résidence seigneuriale. Plusieurs indices semblent témoigner d’une relation conflictuelle entre l’abbaye et les Courtenay, nouveaux seigneurs de Conches. Tout d’abord, l’acte précédemment évoqué montre que le seigneur français tente d’imposer son autorité aux moines de l’abbaye. De plus, on trouve dans une autre charte, les termes de « patroni ejusdem ecclesie ». Claire de Hass remarque que ce terme de patronus ne se trouve dans aucune autre charte de cette époque ou antérieure, il lui paraît significatif des rapports des Courtenay avec l’abbaye que le seigneur de Conches voudrait dépendante, et non indépendante comme elle pouvait l’être au temps des Tosny. L’arrivée des seigneurs français à Conches, au début du xiiie siècle, dénoterait donc un changement dans les relations que les moines avaient avec le pouvoir laïc. Si les moines disposaient de plus de liberté au temps des Tosny, le noyau d’habitat de Castillon a pu très bien se développer jusqu’à devenir un bourg. N’oublions pas que l’abbaye a été richement dotée par les Tosny et que les monastères se présentent comme des pôles religieux qui peuvent, dans certains cas, « susciter de petites villes ou du moins des bourgades aspirant à ce rôle48 » ; Jean-Luc Fray parle de « villes d’origine abbatiale » car l’abbaye « en a fourni le cœur de cristallisation urbaine49 ». Qui plus est, une charte postérieure à 1170 mentionne l’existence d’un bourg à Castillon. Les Courtenay ont peut-être voulu récupérer le développement du bourg abbatial à leur profit ?
L'exemple du site castral de Sébécourt appartenant aux Tosny et situé à 10 km de Vieux-Conches est particulièrement intéressant. En effet, Joseph Decaëns montre qu'il y a eu un probable déplacement du centre de gravité du village :

  • 50 Decaëns 1975, p. 52.

Au xiie et au xiiie siècle, le village actuel de La Ferrière, situé en fond de vallée, est désigné par plusieurs textes sous le nom de Novae Ferrariae. Cette dénomination paraît bien indiquer un établissement alors récent par rapport à un autre appelé, dans la charte de 1209, Vetus Ferraria50.

  • 51 Decaëns 1975, p. 52.

53Joseph Decaëns propose ainsi l’hypothèse d’un « déplacement du village à partir d’un habitat primitif qui pourrait se trouver sur les hauteurs dominant la vallée », correspondant à celui situé à proximité du château de Sébécourt51. Si cette hypothèse se révélait exacte, le fait qu’il n’y ait pas de château dans le bourg actuel de La Ferrière implique que ce déplacement n’est pas dû à une migration de pôle castral.

54Ainsi, même si chaque village est le résultat d’un développement spatial qui lui est propre, les éléments qui expliquent la diminution de l’importance de Vieux-Conches en faveur de Conches-en-Ouche sont à chercher ailleurs que dans un déplacement de résidence seigneuriale et pourraient correspondre à la conjonction de causes multiples (développement et concurrence du bourg abbatial, politique seigneuriale des Courtenay différente de celle des Tosny…).

Conclusion

55La localisation même du site, dans un hameau, isolé en milieu forestier, ne doit pas masquer le fort potentiel du site qui regroupe des objets d’étude diversifiés (archéologie castrale, archéologie du peuplement, archéologie du paysage…). L’hypothèse des érudits du xixe siècle selon laquelle un transfert de résidence seigneuriale dans l’actuel bourg de Conches lors de la construction de l’abbaye aurait entraîné l’abandon du site semble très fragile. L’étude du site a en effet amené à une réévaluation des rapports entre Vieux-Conches et Conches-en-Ouche et conduit à reconsidérer l’importance ainsi que la durée d’occupation du site.

  • 52 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Chibnall (éd.) 1983, p. 214-218. Le chroniqueur normand évoq (...)

56Les données récoltées sur le terrain confirment que le site castral de Vieux-Conches a connu un aménagement du paysage et une mise en valeur du sol indéniables. Le relevé topographique a permis de démontrer les nombreux aménagements anthropiques qu’a connus le site (château, enclos paroissial, planches de labours fossilisées, terrasses…). La découverte de scories et de laitier ainsi que de céramiques et de débris de parois de four démontre l’existence d’une occupation à proximité du château de même que l’importance du site, occupé du xie au xviiie siècle, dans le paysage médiéval. Cependant, il faut garder à l’esprit que la longue occupation du site est en partie due à l’église Saint-Ouen qui fonctionne jusqu’à la Révolution ; les occupations castrales et villageoises sont, quant à elles, plus délicates à cerner chronologiquement. Même si l’analyse d’un plan du xviiie siècle ainsi que l’étude de la coupe d’un chablis à l’intérieur de l’enclos paroissial témoignent d’une occupation à proximité du château, aucune source textuelle médiévale ou moderne ne fait mention d’un foyer de peuplement au Moyen Âge. Les actes du cartulaire de l’abbaye de Conches permettent de penser que le site continue d’être occupé après le xie siècle et attestent une diminution de l’importance de Vieux-Conches au profit du village actuel vers le milieu du xiiie siècle, voire vers la fin du xiie siècle. Les raisons de l’abandon du site seraient moins à chercher dans un transfert de pôle castral des Tosny que dans une conjonction de causes (attraction de l’abbaye, changement de politique seigneuriale avec l’arrivée des seigneurs français). Dans cette logique, les sources narratives qui mentionnent le château de Conches du xie siècle ne se rapporteraient pas au site castral de Conches-en-Ouche mais à celui de Vieux-Conches. Cette constatation amène donc à une relecture des sources écrites, notamment d’Orderic Vital. Ainsi, même s’il faut rester extrêmement prudent, le château qui est évoqué vers 1091-1092 lors du siège de Conches par le comte d’Évreux pourrait bien être celui de Vieux-Conches52.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Sources imprimées

Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Chibnall M. (éd.), vol. IV, Oxford, Clarendon Press, 1983, XLIII-393 p.

Hass C. de (éd.), Le grand cartulaire de Conches et sa copie, Le Mesnil-sur-l’Estrée, 2005, Nouvelle Firmin Didot, 727 p.

Archives départementales de l’Eure

E 382, Transaction entre le duc de Bouillon et Élisabeth de Salnoë, veuve de Nicolas le Cornu, écuyer, sieur de Balivière et Francois Le Cornu son fils, pour leurs droits respectifs sur l’étang du Vieux-Conches, 13 septembre 1709.

G 32, Pouillé du diocèse d’Évreux, xviiie siècle.

9 J 21, fol. 5-6, Promenades artistiques et archéologiques dans les environs de Conches par les frères Laumonier (1864-1870).

9 J 8, fonds Laumonier-Decorchemont, xixe siècle, Études héraldiques et généalogiques : familles de la région de Conches.

9 J 20, fonds Laumonier-Décorchemont, Histoire des localités des environs de Conches, Le Fresne, Le Mesnil-Vicomte, Saint-Calais, Valeuil, Vieux-Conches (xiie-xviiie siècles).

4 L 23, Affaire du district d’Évreux, 1er avril-27 octobre 1791.

8 Mi 1155, Registres paroissiaux de Vieux-Conches, 1668-1792.

II PL 56, Plan du noble fief de la maison Blanche Budée, et autre objets relevant du domaine de Conches, situés sur la paroisse des Vieux-Conches (xviiie siècle).

III PL 156, Cadastre Lecerf (1820).

III PL 1054, Cadastre Buquet (1857).

II 4040, Versement : aides, tailles, guets, amendes et exploits 1354-1594.

Q 3633, Domaines nationaux. États des métaux provenant des églises et des émigrés. District d’Évreux.

Cartes

Carte géologique, 1/50 000, notice de Beaumont-le-Roger, AREHN.

Carte géologique, 1/50 000, notice de Breteuil-sur-Iton, AREHN.

Carte topographique, série bleue, 1/25 000, 1913E, Conches-en-Ouche.

Carte topographique, série bleue, 1/25 000, 1914 E, Breteuil.

Bibliographie

Arnoux M.
1993, Mineurs, férons et maîtres de forge, étude sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge, xie-xve siècles, Paris, éditions du CTHS, 646 p.

Beuchet L., Dufournier D. et Fichet de Clairfontaine F.
1998, « Les ateliers de potiers médiévaux de Fontenay à Chartres-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) du xie au xive siècle », Archéologie médiévale, t. 28, p. 71-120.

Bigot O.
1997, « L’émergence des seigneuries châtelaines en pays d’Ouche : impact sur le peuplement et l’habitat, xie-xiie siècle », DEA d’histoire et d’archéologie, Paris X Nanterre, 84 p.

Billard C.
1998, « Compte rendu de sondages à Saint-Sulpice-de-Graimbouville “Le Village” (27) », SRA Haute-Normandie.

Bolo N.
1998, Carte archéologique de la commune de Conches-en-Ouche, SRA de Haute-Normandie.

Caumont A. de
1836, Bulletin Monumental, Histoire sommaire de l’architecture religieuse, militaire et civile au Moyen Âge, Paris, Derache, Didron, Dentu, Caen, Hardel, Rouen, Le Brument, 426 p.

Charpillon L.-É. et Caresme A.
19923, Département de l’Eure, dictionnaire des communes de Bou à D, t. I, Paris, Res Universis, p. 789-828.

Creigthon O. H.
1999, « Early Castles in the Medieval Landscape of Rutland », Leicestershire Archaeological and Historical Soc., n° 73, p. 19-33.

20052, Castles and Landscapes, Power, Community and fortification in Medieval England, Londres, Equinox, 288 p.

Decaëns J.
1975, « L’enceinte fortifiée de Sébécourt (Eure) », Château Gaillard, t. VII, p. 49-65.

Flambard Héricher A.-M.
2002, Potiers et poteries du Bessin, Histoire et archéologie d’un artisanat rural du xie au xxe siècle en Normandie, Caen, Publications du CRAHM, 407 p.

Flambard Héricher A.-M. (dir.)
2006, 2008 et 2010, Fortifications de terre de Haute-Normandie, Projet collectif de recherches, université de Rouen, 229 p., 135 p. et 273 p.

Fray J.-L.
2006, Villes et bourgs de Lorraine, réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 552 p.

Gadebled L.-L.
1840, Dictionnaire topographique, statistique et historique du département de l’Eure, Évreux, Canu, imprimeur de la préfecture, XLIII-540 p.

Gardin A.
1865, Notice historique sur la ville de Conches, Évreux, Leclerc, 129 p.

Guadagnin R.
2007, Fosses, vallée de l’Ysieux, mille ans de production céramique en Île-de-France, vol. 2, catalogue typochronologique des productions, Caen, Publications du CRAHM, 735 p.

Guérin T.
2008, « Le donjon, Conches-en-Ouche (27) » dans Flambard Héricher A.-M. (dir.), Fortifications de terre de Haute-Normandie, Projet collectif de recherches, université de Rouen, SRA Haute-Normandie, p. 50-52.

Lecler-Huby E.
2008, « étude céramique » dans Guillot B., « Évreux, parking Hôtel de ville », rapport final d’opération, Grand-Quevilly, INRAP.

Lemaître C.
1982, « Lisieux », Archéologie médiévale, t. 12, p. 381.

Musset L.
1978, « Aux origines d’une classe dirigeante : les Tosny, Grands barons normands du xe au xiiie siècle », dans Sonderdruck aus Francia Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, Munich, p. 45-80.

Nebriai-Dalla Guarda D.
1986, « L’abbaye de Conches et sa bibliothèque à l’époque de la guerre de Cent Ans », Connaissance de l’Eure, n° 60, 2e trimestre, p. 2-12.

Pichot D.
2002, Le village éclaté, habitat et société dans les campagnes de l’ouest au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 395 p.

Thiron D.
1999, « La production de céramique dans le pays d’Auge, Moyen Âge et époque moderne », mémoire de DEA, université de Rouen, 119 p.

Roy N. (dir.),
1999, Pots de terre, fragments d’histoire, catalogue d’exposition, musée départemental des antiquités, Rouen, 87 p.

Zadora-Rio É.
1991, « Les terroirs médiévaux dans le nord et le nord-ouest de l’Europe » dans Guilaine J. (dir.), Pour une archéologie agraire, Paris, Armand Colin, p. 165-195.

Zadora-Rio É. (dir.)
2008, Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire : la formation des territoires, 34e supplément à la revue archéologique du Centre de la France, Tours, FERACF, 304 p.

Haut de page

Notes

1 Bolo 1998 ; Bigot 1997.

2 Caumont 1836, p. 243-245.

3 Charpillon et Caresme 19923, p. 827.

4 Gadebled 1840, p. 139.

5 Gardin 1865, p. 12.

6 Ego Rogerius, filius [Radulp]hi Thoteniencis […] concedo in usus [serv]orum Dei serventium in monasterio dicato in honore Saincti [Petri] […] ecclesiam Sancti Odoeni de Conchis. Hass (éd.) 2005, p. 546.

7 Hass (éd.) 2005.

8 Jérémy Boutigny, Arnaud Chéry, Diégo Cocagne, Julia Couillard-Lesage, Tanguy Debaene, Gilles Deshayes, Laura Didier, Daniel Étienne, Thomas Guérin, Jean-Baptiste Lebret, Charlène Lecée, Jérémy Leclerc, Bruno Lepeuple, Mélanie Meynier, Aude Painchault, Patricia Moitrel, Valentin Morisse, Pauline Petit, Hélène Pollin, Mathilde Prouveur, Jennifer Ros, Jean-Baptiste Vincent et Nicolas Wasylyszyn.

9 Flambard Héricher 2006, p. 56.

10 Creigthon 20052, p. 219-221 ; Creigthon 1999, p. 23-25.

11 AD Eure, 9 J 21, fol. 5-6 ; AD Eure, 9 J 8.

12 « […] dans la suite le duc lui donna Conches, qui était un petit bourg, où il bâtit un château au village de Saint Ouen. À l’entrée de la forêt, l’on voit encore aujourd’hui la glèbe et la terrasse environné d’un bon fossé, ou était la tour ou le donjon de ce château. Quoiqu’il y ait du bois sur cette glèbe, il y a cependant les fondements de pierre que l’on remarque aisément et dans le fossé on voit un trou qui va sous cette glèbe, qui était apparemment une cave. Les anciens de ce village disent avoir trouvé, en creusant la terre autour de ce château, des fondements de muraille fort épaisse jusqu’à l’église ; ces murailles furent démolies dans les siècles passés pour bâtir le Coudray, la Balivière et les Vaugoins », AD Eure, 9 J 8.

13 Carte géologique, 1/50 000, notice de Beaumont-le-Roger, AREHN, p. 14 et carte géologique, 1/50 000, notice de Breteuil-sur-Iton p. 15.

14 Billard 1998.

15 Contribution d’A. Painchault dans Flambard Héricher (dir.) 2010, p. 111-137 et p. 195-215.

16 Gardin 1865, p. 12.

17 Musset 1978, p. 50.

18 Cf. note 6.

19 « (3 février 1795 Vieux Conches). Il a été fait lecture d’un mémoire se montant à la somme de 30 livres du citoyen Dumont Charpentier pour avoir descendu la croisée du clocher des Vieux Conches. Morel Abbé curé du Vieux Conches », AD Eure, 9 J 20 (1re liasse).

20 AD Eure, 8 Mi 1155.

21 « Et que, vu la nécessité de laisser subsister l’église des Vieux-Conches pour servir de succursale aux habitants de ce lieu et notamment aux nombreux ouvriers de la forge et fourneau des Vaugoins, qu’il y a lieu d’ordonner que cette église sera conservée comme succursale », AD Eure, 4 L 23 et AD Eure, Q 3633.

22 AD Eure, G 32.

23 « D’après des fouilles faites en l’année 18(?) [date illisible] le 12 de mai, une tranchée ouverte le long du mur latéral au sud nous a fait voir que le parement des murs devait être bâti en pierre et silex. Les moulures de fenêtres tombées à l’intérieur en faces de chaque bois anonçois des fenêtres trilobés de la fin du xve siècle. Des fragments d’enduit sur lequel se trouvent des sections de cercle rouge nous ont fait supposer que les croix de consécrateur devaient remonter à la même date et d’après la disposition du terrain il devait y avoir une marche au sanctuaire. C’est à dire à l’entrée du chœur. Une fouille pratiquée au pied de la où devait être le maître autel amena une certaine quantité d’ossements humains mêlés à des débris de vêtements sacerdotaux, franges dorées et il est évident que cette sépulture avait déjà été remuée probablement lors de la démolition de l’église pendant la Révolution », AD Eure, 9 J 20 (2e liasse).

24 Annuaire des cinq départements de la Normandie, 54e année, 1889, p. 107.

25 Bigot 1997, p. 42.

26 Zadora-Rio 1991, p. 170.

27 Zadora-Rio 1991, p. 67.

28 Lecler-Huby 2008.

29 Roy 1999, p. 53.

30 Guadagnin 2007, p. 101.

31 Beuchet, Dufournier et Fichet de Clairfontaine 1998, p. 71-120.

32 Flambard Héricher 2002, p. 125-132.

33 Lemaître 1982, p. 387 ; Thiron 1999, p. 84-86.

34 Bigot 1997, p. 46.

35 Decaëns 1975, p. 49-65.

36 Arnoux 1993, p. 262-272.

37 « […] quod ego Radulphus de Toenio et Isabel uxor mea… donamus ac concedimus […] et apud Ferrariam unam fabricam ac talem communiam qualem habent aliae fabricae […] », Ibid., p. 419.

38 Ibid., p. 269.

39 « […] in loco, qui Castellion appelatur, de rebus [m]eis, quas in pace teneo, villam ipsam, que dicitur Castellium […] cum theloneo ex integro ipsius ville [et totiu]s territorii, cum forifactis, cum banleuga libera [et cum omn]ibus penitus redditibus, cum decima totius [parochiae et] ecclesiam Sancti Odoeni de Conchis […] », Hass (éd.) 2005, p. 546.

40 Zadora-Rio 2008, p. 72.

41 Ibid., p. 73.

42 « […] abbatiae pertinentibus cum decimis totius territorii [de Ca]stellione, de Conchis, de Fraxino, de Valeil, de…, de Houtemaigne (sic), de Aelia cum maneriis… vestris omnibus et decimis de tota [ban]leuga de Castellione et de Conchis […] », Hass (éd.) 2005, p. 512.

43 Un acte datant du 1er juin 1240 de Jacques du Fresne parle du vivier de Vieux-Conches (« super vivarium de Veteribus Conchis ») ; un second acte de Roger IV de Tosny, dont la date est illisible mais que Claire de Hass situe entre 1175 et 1204, parle du moulin de Vieux-Conches (« molendini mei apud Sanctum Audoenum Vesterum [Concharum] ») ; « ecclesiam Saincti Audoeni de Conchis ; et capellas [San]cte Fidis et Saincti Stephani et Saincte Marie de [Va]lle », bulle papale de Grégoire IX de 1234 et « Sancte Marie de Valle, Sancte Fidis [et Sancti] Stephani de Conchis ecclesias », bulle papale de Grégoire IX de 1231, Hass (éd.) 2005, p. 133-134, p. 591-592, p. 513-514 et p. 532.

44 « Au xve siècle, pendant les désastres de l’invasion anglaise, le Vieux-Conches ne comptait plus que deux feux ou familles imposées à 30 s. pour le service de guet. En 1433, lorsqu’on leva l’aide de 1 500 l. accordée aux Anglais, ces deux familles furent taxées à 15 s. », Charpillon et Caresme 19923, p. 827 ; AD Eure, II 4040.

45 Contribution de T. Guérin dans Flambard Héricher (dir.) 2008, p. 50-52.

46 « […] et quod ipsi murum supradictum faciant a[bsque] impedimento, sine crenellis et sine fortericia [al]iq[u]a […] », Hass (éd.) 2005, p. 69-70.

47 Nebriai-Dalla Guarda 1986, p. 2-12.

48 Pichot 2002, p. 122.

49 Fray 2006, p. 78.

50 Decaëns 1975, p. 52.

51 Decaëns 1975, p. 52.

52 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Chibnall (éd.) 1983, p. 214-218. Le chroniqueur normand évoque ainsi le territoire de Conches (Conchense territorium) et le château (oppida ; munitione ; aula).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation du site castral de Vieux-Conches.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 2 Plan de la forteresse du Vieux-Conches par François Laumonier (1834).
Crédits Archives départementales de l’Eure, 9 J 48
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 3 Vieux-Conches (Eure), plan topographique. Toutes les coordonnées cartographiques sont données en projection Lambert I Carto. Altitude en mètres NGF.
Crédits Relevé : J. Boutigny, J. Couillard-Lesage, T. Debaene, D. Étienne, T. Guérin, J.-B. Lebret, J. Leclerc, B. Lepeuple, V. Morisse, A. Painchault. Mise au net : A. Painchault.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Fig. 4 Extraits du cadastre Lecerf, 1820, 1/2900.
Crédits Archives départementales de l’Eure, III PL 56 et III PL 1054.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 5 Principaux éléments constitutifs du château de Vieux-Conches.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 6 Coupes et relevé topographique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 7 Vestiges maçonnés présents au nord-est de la basse cour, vue depuis l’est.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 8 Localisation des affleurements rocheux.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 9 Église Saint-Ouen, plan d’ensemble.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre Fig. 10 Vue de l’église Saint-Ouen depuis le sud-ouest.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre Fig. 11 Enclos paroissial.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 12 Mur de soutènement, vue depuis le nord-est.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 13 Coupe et photographies du chablis présent à l’intérieur de l’enclos secondaire.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Fig. 14 Photographie des labours nord.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11340/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanguy Debaene, « Vieux-Conches (Eure), un site castral et son environnement (xie-xviiie siècle) », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 49-75.

Référence électronique

Tanguy Debaene, « Vieux-Conches (Eure), un site castral et son environnement (xie-xviiie siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11340 ; DOI : 10.4000/archeomed.11340

Haut de page

Auteur

Tanguy Debaene

Master 2 archéologie, GRHIS, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals