Skip to navigation – Site map

Un site castral bourbonnais au début de la guerre de Cent Ans : le Tronçais à Chevagnes (Allier)

‘A Hundred Years’ War castle site with its drawbridge in the Bourbonnais region : le Tronçais at Chevagnes (Allier)
Le Tronçais in Chevagnes (Allier, Bourbonnais) – eine Burganlage aus der Zeit des hundertjährigen Krieges und ihre Zugbrücke
Sébastien Gaime, Fabrice Gauthier, Pierre Mille, Stéphane Guyot, Christophe Dunikowski and Jean-Claude Lefevre
in collaboration with Christophe Perrault, Béatrice Prat, Mathieu Rué and Pierre Caillat
p. 77-122

Abstracts

The castle site of le Tronçay at Chevagnes is a Medieval earth and timber fortification composed of a succession of enclosures. Its excavation has enabled us to discover a castle motte and bailey, established during the 13th century, along with a fortified manor house added during the second half of the 14th century, although the original castle still existed.
Craftwork was carried out here from the sites’ early days. At the beginning of the Hundred Years’ War it was a metal working centre. Analysis of waste has revealed the entire production chain, from local ore extraction through to the production of objects in forges, including ore transformation in smelting furnaces. These activities were all at some time grouped within the same fortified manor.
Forty pieces of wood, originally from the entrance gangway, were found totally or partially carbonized in the moat. They have been dated by dendrochronology to the winter of 1360-1361. These elements enable us to reconstitute a deck and a bascule type drawbridge.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

1. Le site castral (Sébastien Gaime)

Fig. 1 Localisation du site dans le département de l’Allier.

Fig. 1 Localisation du site dans le département de l’Allier.
  • 1 Arnaud 2006.
  • 2 Sur les parcelles F 221 et 278p.
  • 3 Du 5 octobre au 5 décembre 2007, une équipe de 17 personnes a été réunie sous la direction de Sébas (...)

1Au nord-est du département de l’Allier, à une douzaine de kilomètres à l’est de la ville de Moulins, la commune de Chevagnes se situe au cœur de la Sologne bourbonnaise, zone rurale humide limitée par l’Allier et la Loire (fig. 1). Comme beaucoup de petites communes rurales, Chevagnes possède sur son territoire un toponyme « la Motte », localisé au sud du bourg, à proximité du lieu-dit « le Tronçay ». Ce terme renvoie fréquemment à un château de terre et de bois, caractérisé au minimum par une butte, partiellement ou complètement artificielle. Si la zone concernée est aujourd’hui plate, le cadastre de 1810 figure deux enclos circulaires fossoyés, reliés par un fossé rectiligne, et un grand enclos quadrangulaire. Une photographie aérienne de 1997confirme l’existence de ces structures, uniquement perceptibles sur le terrain par des dépressions humides reprenant plus ou moins le tracé des fossés évoqués (fig. 2). Une évaluation archéologique menée en 20061 au lieu-dit le Tronçay2 a mis en évidence une occupation médiévale structurée en quatre, voire cinq enclos de dimensions et de forme variables. Des fosses, négatifs de poteau, fossés et sols, ainsi que des bois, conservés grâce à l’environnement très humide, ont également été mis au jour. Ces informations ont permis d’identifier une fortification médiévale de terre et bois, probablement un site castral, dont les structures pouvaient évoquer aussi bien un château avec motte et basse cour que plusieurs maisons fortes. La fouille des vestiges a été confiée à une équipe de l’INRAP3. La zone d’étude, décapée sur 1,4 ha, est une prairie humide, pratiquement plane, dont l’altitude moyenne est de 224 m (NGF). À défaut d’être exhaustive l’intervention, qui devait être brève, a suivi une méthodologie simple, privilégieant une approche spatiale large, complétée de sondages dans les principaux fossés. Seul le centre de l’enclos 1 a bénéficié d’une fouille fine. Chaque structure a été coupée transversalement à la pelle mécanique, afin d’obtenir un profil et des éléments datants (fig. 3).

Fig. 2 Photographies aériennes et cadastre napoléonien.

Fig. 2 Photographies aériennes et cadastre napoléonien.

Fig. 3 Emplacement des zones de fouilles par rapport aux structures étudiées.

Fig. 3 Emplacement des zones de fouilles par rapport aux structures étudiées.

2Les vestiges découverts (fig. 4) témoignent du triple rôle de cet ensemble castral qui associe fonctions résidentielle, défensive et artisanale (centre de production métallurgique où l’ensemble de la chaîne opératoire du fer est représenté). L’exceptionnelle conservation des poteaux porteurs du pont d’accès à la plateforme de l’enclos 1, ajoutée aux éléments brûlés de cette même structure et aux débris du bâtiment qui en occupait le centre, constitue la découverte la plus notable de cette opération qui apporte des informations sur des éléments que l’on ne connaissait qu’à travers les documents figurés médiévaux.

Fig. 4 Proposition de phasage des structures découvertes.

Fig. 4 Proposition de phasage des structures découvertes.

Relevés : Daniel Parent/équipe de fouille, DAO : Sébastien Gaime

3La chronologie du site est assez simple. Outre quelques structures fossoyées mal datées, antérieures au Moyen Âge, qui attestent tout au plus une parcellisation de la zone, la fouille permet de proposer une chronologie médiévale du site en deux étapes. Dans un premier temps, vraisemblablement au cours du xiiie siècle, une motte est édifiée un peu à l’écart du bourg de Chevagnes ; elle constitue le site castral d’origine. Puis, dans la deuxième moitié du xive siècle, une maison forte s’implante, alors même que le château primitif semble continuer d’exister.

Le château initial

Fig. 5 Extension vraisemblable du site d’après le cadastre de 1810 et les photographies aériennes.

Fig. 5 Extension vraisemblable du site d’après le cadastre de 1810 et les photographies aériennes.
  • 4 Cadastre de 1810 (AD Allier).
  • 5 Prat 2011.

4La motte castrale aujourd’hui arasée (enclos 3) et sa basse cour (enclos 4, largement hors emprise) ont pu être identifiées à l’aide des données de terrain et du cadastre napoléonien4 (fig. 5). Les deux enclos, contigus, dessinent ensemble le plan traditionnel du château à motte, généralement considéré comme antérieur aux structures des maisons fortes. Cette chronologie est étayée à Chevagnes par la liaison stratigraphique entre le fossé nord-ouest de la motte et celui de la maison forte. Le mobilier céramique ne permet pas de faire remonter cette première occupation avant le courant du xiiie siècle. Les données palynologiques obtenues grâce à un sondage pratiqué dans le fossé de la maison forte permettent de replacer le site dans son environnement proche. Malgré les difficultés de lecture du diagramme, il semble que cette construction se déroule dans un terroir déjà occupé (fig. 6). La base du diagramme pollinique – qui correspond au début de l’installation médiévale – révèle un paysage largement ouvert où les herbacées dominent ; le chêne, rare au début, tend à se développer. Des aulnes doivent occuper les zones humides. La présence de céréales et de chanvre ainsi que de sarrasin suggère des pratiques agro-pastorales variées, qui associeraient l’élevage et des cultures continues (céréales et chanvre) ou plus ponctuelles (sarrasin). On note également la présence de jardins et de vignobles à proximité du site5.

Fig. 6 Fossé 160, sondage 3, le Tronçay.

Fig. 6 Fossé 160, sondage 3, le Tronçay.

L’enclos 3 (motte ?)

  • 6 L’hypothèse d’une mauvaise conservation des niveaux n’est pas très compatible avec ce que nous avon (...)
  • 7 Les comblements du fossé 463/72 ont fourni de la céramique qui correspond à des types dont la date (...)

5L’enclos 3 a une forme légèrement ovale. Il mesure 35 m du sud-ouest au nord-est, et seulement 30 m du nord-ouest au sud-est ; l’intérieur est une surface plane, de plain-pied avec l’extérieur. Le décapage n’a pas mis en évidence de niveaux d’occupation, ce qui surprend, et appuie l’hypothèse d’un arasement6. Le fossé périphérique de la partie centrale arasée (Us 463) rejoint le fossé de la basse cour (Us 197/492). Le cadastre de 1810 montre qu’il isolait complètement l’enclos 3. D’une largeur de 4 à 6,80 m au maximum, il était profond de 2 m, avec un profil en « V » aplati. Deux, voire trois curages, au moins, sont discernables sur la coupe de son comblement (fig. 7)7.

Fig. 7 Stratigraphie du fossé de la motte (enclos 3).

Fig. 7 Stratigraphie du fossé de la motte (enclos 3).

La basse cour (enclos 4)

  • 8 Us 455 pour la branche nord-ouest.

6La majeure partie de la surface de la basse cour se trouve hors du secteur fouillé, mais il est possible, à partir du cadastre napoléonien, de restituer sa forme en L ainsi que ses dimensions (89,2 m du nord-ouest au sud-est sur 107,7 m du sud-ouest au nord-est). L’ensemble constituait probablement une surface plane, isolée par un fossé périphérique8. Les investigations sommaires réalisées dans cet enclos permettent d’esquisser une description de l’occupation. Des sablières basses posées à même le substrat évoquent des structures à pan de bois. Cinq traces rectilignes correspondent à des solins de constructions (fig. 4). Malgré les lacunes, il semble qu’on puisse identifier un vaste bâtiment rectangulaire, sur solins de bois et poteaux plantés dans les angles, de 16 m de long sur 12 m de large, soit de plus de 80 m2, globalement orienté sud-ouest/nord-est (fig. 4). Les sablières 188 et 195 forment les parois nord-ouest et sud-ouest. La jonction entre les deux est assurée par le négatif de poteau 189, de près d’un mètre de diamètre. Quatre traces linéaires parallèles au solin 188, larges de 0,20 m et distantes d’environ 0,60 m, ferment le bâtiment au sud-est. La paroi nord-est n’a pas été retrouvée, sauf si l’on considère que la fosse 187 la matérialise. Les creusements 198 et 177, orientés respectivement nord-est/sud-ouest et nord-ouest/sud-est, suggèrent l’existence d’autres structures. Outre le trou de poteau 189, seuls cinq négatifs de poteau ont été mis au jour, dans l’angle nord-ouest de l’enclos. Le mobilier découvert apporte peu d’informations sur le site. La présence de tuiles à crochet permet peut-être de proposer l’hypothèse d’un habitat luxueux, du moins si l’on compare aux bardeaux de l’enclos 1.

La chaîne opératoire du fer. Premier état

  • 9 241 kg de résidus métallurgiques de toutes sortes ont été prélevés.
  • 10 Cf. étude infra, détermination Jean-Claude Lefevre et Gilles Guérin.

7Dans la partie nord-est de la zone décapée, une grande quantité de fosses et quelques fossés, aux comblements charbonneux et contenant des résidus métallurgiques ont été mis au jour (fig. 8, 9, 10, 11). L’identification précise de l’activité qui a produit ces résidus repose moins sur l’analyse des structures retrouvées que sur celle des déchets, des scories et des échantillons de minerai9. Les analyses formelle et physico-chimique ont montré que les trois étapes de la chaîne opératoire de production du fer sont présentes : l'extraction du minerai (au moins en partie sur le site), sa réduction dans des bas-fourneaux situés hors emprise, et enfin la production d'objets attestée par les rebuts d'opération de forge (cf. infra). Aucun lien stratigraphique direct n’existe entre l’ensemble motte/basse cour et les fosses liées à l’exploitation du sous-sol, mais la présence des rejets du travail du métal dans les structures (couches, comblements des fossés et des fosses) prouve que la mise en place de la motte se fait parallèlement à l’exploitation minière et au travail artisanal. Il est difficile de savoir si l’un précède l’autre. L’existence sur place d’un minerai à forte teneur en fer, l’oolithe ferreuse10 explique sans doute l’implantation de cet artisanat métallurgique dès la première période du château.

Fig. 8 Fosse comblée de scories.

Fig. 8 Fosse comblée de scories.

Cl. Alain Boissy

Fig. 9 Fosse aux litages charbonneux dans la partie ouest (extraction possible).

Fig. 9 Fosse aux litages charbonneux dans la partie ouest (extraction possible).

Cl. Alain Boissy

Fig. 10 Enchevêtrement des fosses de déchets d’activités métallurgiques.

Fig. 10 Enchevêtrement des fosses de déchets d’activités métallurgiques.

Fig. 11 Fosses dont le comblement supérieur est issu de l’arasement de la motte.

Fig. 11 Fosses dont le comblement supérieur est issu de l’arasement de la motte.
  • 11 Pour Mathieu Rué, il est plus vraisemblable d’envisager une importation du minerai car les accumula (...)

8Les multiples creusements découverts, dépourvus pour la plupart de relations stratigraphiques entre eux, sont des fosses, vraisemblablement d'extraction (sédiment, minerai...) auxquelles s'ajoutent trois fossés, sans qu’il soit réellement possible de dire à quoi chacun correspond dans une chaîne opératoire complexe, ni même le temps qui s’écoule entre leurs périodes d’utilisation. Leurs formes irrégulières s’adaptent au substrat constitué par la formation tertiaire des « sables et argiles du Bourbonnais » dans lesquels le minerai est piégé11. Une chronologie plus fine, établie à partir des recoupements, les dissocie en plusieurs étapes successives, attestant d’une permanence de l’activité.

  • 12 Fosses 600 (9 x 10 m) et 94 (12 x 12 m).
  • 13 Le fossé 156 au sud-est, et le fossé 26 au nord-est.
  • 14 Leroy 1990.

9Les structures qui témoignent des prémices de la métallurgie à Chevagnes sont localisées dans la partie nord-ouest de la zone de fouille. On y trouve 14 fosses de moins d’un mètre de diamètre pour moins de 0,50 m de profondeur, auxquelles s’ajoutent quelques négatifs de poteau. Deux fosses12 d’un diamètre supérieur à 10 m, aux parois très évasées, sont profondes d’un peu plus de 1,50 m. Les comblements, similaires, sont lités et composés de charbon de bois, de cendres, de scories et des vestiges des parois d’argile rubéfiée des bas-fourneaux (fig. 12). Ces dernières sont associées à deux petits fossés13. Faute de temps, il n’a pas été possible de déterminer si ces fosses ont abrité les fours14.

Fig. 12 Coupe des fosses d’extraction de minerai.

Fig. 12 Coupe des fosses d’extraction de minerai.
  • 15 Fond de cabane Us 120/négatifs us 241 à 247.
  • 16 Rien ne permet toutefois de l’identifier avec une zone de forge. Typologiquement l’on s’attendrait (...)

10Un peu plus au sud, se trouve un fond de cabane ovalaire (2,80 m du nord au sud sur 1,80 m d’est en ouest) surcreusé d’une quinzaine de centimètres par rapport au sol extérieur et muni de deux rangées de trois négatifs de poteau15. Son comblement détritique mêle une grande quantité de charbons de bois, des scories, des fragments d’argile rubéfiée ainsi que des tessons de céramique, notamment d’un couvre-feu. Cette structure suggère que dès l’origine l’extraction était associée à un travail artisanal16. Le mobilier retrouvé date l’ensemble des xiiie-xive siècles et témoigne de la contemporanéité entre les fosses et la motte.

11Cette première zone d’extraction est ensuite abandonnée, les fosses comblées. La métallurgie est cependant toujours présente sur le site puisque des déchets du travail du fer ont été retrouvés dans les couches d’occupation contemporaines de la maison forte et dans les comblements des fossés.

La maison forte (fig. 4)

  • 17 Fossés 165 et 2.
  • 18 Pesez et Piponnier 1972.
  • 19 Les céramiques découvertes dans les comblements des fossés 160 et 2 sont similaires (fig. 14).
  • 20 À l’est, les fossés 165 et 455 fonctionnent ensemble.

12Chronologiquement postérieure au premier ensemble castral, une autre structure a été observée à quelques dizaines de mètres au sud-est de la motte. Elle comprend un enclos circulaire principal (enclos 1), un enclos secondaire ou annexe (enclos 2) et deux fossés rectilignes17. Typologiquement, cette structure possède les caractéristiques d’une « maison forte », telle qu’elle a été définie par J.-M. Pesez18, même si le terme n’est pas présent dans les textes locaux. L’enclos principal est constitué d’un espace presque circulaire de 46,4 m de diamètre, comprenant un large fossé périphérique (fossé 160) et une plateforme d’un peu plus de 452 m2 de superficie. Cette maison forte ne remplace pas la motte. Les deux ensembles fonctionnent de concert comme le laissent penser la datation du mobilier découvert19 et la liaison stratigraphique entre le fossé 160 et le fossé de la motte20. La conception d’ensemble des trois nouveaux fossés, 165/160/2, chacun se déversant dans le suivant, correspond d’ailleurs à un schéma global, pensé de manière à tirer parti à la fois du potentiel humide du lieu et des structures déjà existantes.

Un large fossé défensif (fossé 160 ; fig. 13 à 17)

Fig. 13 Plan et coupe de l’enclos 1.

Fig. 13 Plan et coupe de l’enclos 1.

Fig. 14 Stratigraphie du fossé 160.

Fig. 14 Stratigraphie du fossé 160.

Fig. 15 Sondage 1, fossé 160.

Fig. 15 Sondage 1, fossé 160.

Cl. Alain Boissy

Fig. 17 Fossé 160 depuis la plateforme centrale.

Fig. 17 Fossé 160 depuis la plateforme centrale.

Cl. Alain Boissy

13En raison de sa morphologie, le fossé 160, circulaire, régulier, d’une largeur qui oscille entre 9,60 m et 12 m et dont la profondeur avoisine les 2 m (1,70 à 1,90 m) joue un rôle défensif évident. Le système, complexe, manifeste la volonté de contrôler la mise en eau des fossés. Un soin particulier a été donné à l’aménagement des deux fossés rectilignes 2 et 165, dont le rôle est d’acheminer et d’évacuer l’eau du fossé périphérique 160, aussi bien à l’arrivée (lien 165/160) qu’à la sortie (lien 160/2). Arrivant du nord par le ruisseau l’Acolin, l’eau transite d’abord par le fossé de la basse cour (455), puis par le fossé 165, qui assure la liaison entre les deux édifices fortifiés. Un système d’écluse permettait de réguler l’arrivée d’eau.

14En aval, l’écoulement se fait grâce au fossé 2, qui sert de déversoir au fossé de la maison forte, et rejoint ­vraisemblablement l’étang « Bouchert » localisé au nord-ouest. Ce grand fossé, large d’environ 6 m, orienté nord-ouest/sud-est, est régulier sur 54 m de longueur, avant de bifurquer brusquement vers l’ouest. À sa liaison avec le fossé de la maison forte (160), dans la partie sud-est du fossé, il présente un rétrécissement (3 m de large) ; la présence à cet endroit de bois taillés (non prélevés) évoque un système de régulation du débit de l’eau. Les comblements sont différents, montrant que seule la partie haute permettait l’écoulement des eaux, au moment voulu, du fossé 160 vers le fossé 2. Les aménagements repérés montrent une gestion précise et raisonnée des phases de mise en eau des fossés. Cependant la forme globale du fossé 2, qui n’est pas rectiligne, reste inexpliquée. Elle est peut-être liée à la nécessité de laver le minerai.

  • 21 Objets n° 590 à 597.
  • 22 Identification Manon Cabanis, INRAP.

15La stratigraphie du fossé 160, avec trois phases principales de comblement, est assez lisible. La première couche est liée au fonctionnement. Sa matrice est une argile de décantation typique, mais, curieusement, contient assez peu de mobilier, tant céramique qu’organique, et assez peu de traces de la construction du pont ou de la maison alors même que ces dépôts sont contemporains. Ni les rares copeaux de bois, ni le lot de 21 bardeaux dont 8 non utilisés21, ni les 25 morceaux de cuir, ni l’herminette en fer ne témoignent d’une occupation d’ampleur. Des déchets liés à la production de métal, essentiellement des scories, prouvent la contemporanéité entre l’habitat et la production du fer et permettent d’identifier une petite zone de forge au sein même de la plateforme. La deuxième couche est caractéristique d’une période d’abandon, très bien matérialisée par des amoncellements de feuilles de chênes et de tilleuls22 venues naturellement combler le fossé. La couche finale, immédiatement sous l’herbe, est un fort remblai d’argile beige, issu du nivellement des remparts et du tertre.

Le pont d’accès à la plateforme de l’enclos 1 (fig. 18)

Fig. 18 Vestiges du pont vue depuis le centre de la plateforme.

Fig. 18 Vestiges du pont vue depuis le centre de la plateforme.

Cl. Alain Boissy

16Les vestiges du pont d’accès à la plateforme de l’enclos 1 constituent la découverte la plus marquante de cette opération. À la suite d’un incendie, les parties supérieures du pont se sont effondrées dans l’eau du fossé et ont été conservées. Pour l’analyse spatiale, seuls ont été retenus les poteaux de soutènement retrouvés en place. Dix-sept poteaux en chêne taillés en pointe, plantés au fond du fossé, constituent la base du pont. Ils sont complétés par quatre négatifs de poteau retrouvés dans la partie centrale de l’enclos qui permettent de faire la liaison avec le bâtiment. Les poteaux dessinent une base rectangulaire irrégulière d’environ 27,3 m2, composée de quatre alignements parallèles nord-ouest/sud-est, occupant la largeur du fossé (de l’ouest vers l’est) et de quatre alignements perpendiculaires sud-ouest/nord-est : sans être parfaitement géométrique, cette base présente des dimensions très homogènes (voir le texte de P. Mille infra). La fosse 290 qui poursuit le pont au sud fait la liaison avec la berge. Un boulet en pierre a été découvert dans son comblement, ce qui suggère qu’il a pu jouer un rôle dans le système défensif global.

L’enclos n° 1 (fig. 13)

17La plateforme presque circulaire de la maison forte présente un diamètre intérieur de 24 m au minimum et de 26 m au maximum. L’espace central, de plain-pied avec le niveau extérieur, est occupé par 54 structures en creux. Trente-quatre négatifs de poteau, dont 20 comportent un avant-trou et présentent un négatif très net, dessinent un bâtiment d’environ 170 m2. On note aussi la présence de deux foyers, un silo, un solin et quatre fosses. Les vestiges sont différents de ceux découverts sur le reste du site puisqu’ici on a utilisé le poteau planté. Aucune occupation postérieure n’a perturbé les niveaux d’ouverture, la zone étudiée est restée, au moins partiellement, une prairie humide, jamais labourée. Il est ainsi remarquable que le premier niveau de sol découvert soit caractérisé par des tessons brisés en place retrouvés directement sous la terre végétale, à une profondeur de 5 cm environ.

  • 23 Cette remarque a déjà été faite sur les sites de Billezois dans l’Allier et de Changy dans la Loire (...)

18La stratigraphie assez simple du centre de l’enclos apparaît caractéristique d’une occupation courte. Elle comprend seulement un niveau d’abandon recouvrant des sols d’occupation divisés en deux états successifs, avec deux recharges, pour une épaisseur stratigraphique ne dépassant pas une dizaine de centimètres au total. Les deux sols d’occupation, en terre argileuse plus ou moins tassée, témoignent d’un aménagement rudimentaire, ils sont caractérisés par une induration plus ou moins importante et renferment du mobilier, essentiellement céramique, des lentilles de charbons de bois, ou des zones rubéfiées. Aucun paléosol n’existe entre l’occupation et le substrat géologique, indiquant qu’il s’agit d’une limite de creusement23. Les constructeurs médiévaux ont dû commencer par nettoyer le terrain afin d’obtenir une surface parfaitement plane et propre.

  • 24 Us 255, 254, 321, 303 et 263.

19L’analyse spatiale confirme l’homogénéité de l’occupation puisque la plus grande partie des négatifs de poteau et structures en creux retrouvées sont contemporains, mise à part l’annexe D (structure F205) construite dans un second temps (encore s’agit-il d’un simple remaniement). La stratigraphie du fossé appuie la démonstration puisque les couches appartenant à sa phase d’utilisation recouvrent directement le fond du creusement24.

20L’occupation de l’enclos 1 semble donc avoir été de courte durée. En outre, les bois ayant échappé aux flammes ne témoignent pas d’une longue exposition aux intempéries, et le mobilier – notamment céramique – est homogène. Aucune différenciation véritable n’est établie entre le matériel des couches les plus profondes et celui des niveaux de surface. Le recours à la dendrochronologie a permis de dater précisément les structures de l’enclos 1 (fig. 19). L’homogénéité de la construction et l’analyse archéologique de Pierre Mille nous ont conduit à considérer les dates d’abattage des arbres comme celles des constructions. Le tableau réalisé à partir de ces données a permis de définir une fourchette large entre 1338 et l’automne-hiver 1361-1362. On constate un décalage d’une année entre la construction du pont d’accès (hiver 1359/1360), et celle de bardeau de couverture de la maison (automne-hiver 1360/1361). En résumé, que ce soit sur la plateforme ou dans le fossé, la stratification paraît assez caractéristique d’une occupation de faible durée, avec deux ou trois nuances, qui dessinent tout au plus deux phases successives dans le courant du xive siècle.

Fig. 19 Résultats des datations dendrochronologiques.

Fig. 19 Résultats des datations dendrochronologiques.

Christophe Perrault, CEDRE

Fig. 20 Sablière du bâtiment qui occupait le centre de la plateforme.

Fig. 20 Sablière du bâtiment qui occupait le centre de la plateforme.

Interprétation des négatifs de poteau

  • 25 Us 447, 451, 450 et 452.
  • 26 Us 450, 453, 452, 614, 615.

21Les négatifs de poteau retrouvés sont tous différents. Les diamètres les plus souvent perçus correspondent aux avant-trous et non pas aux poteaux eux-mêmes. Ils révèlent la technique utilisée pour la construction. La profondeur du trou paraît fonction du sédiment sous-jacent, puisque pour la partie ouest, où le substrat est assez sableux, les profondeurs sont inférieures à 0,30 m25, alors qu’ailleurs, elles dépassent 0,50 m26. En surface, chaque fosse apparaît de forme circulaire, avec un diamètre d’environ 1 m. Le poteau est parfois décentré. De plus, le trou de poteau 447 (fig. 21) montre un profil à degré pour le négatif lui-même, correspondant peut-être ici à un aménagement particulier : la paroi ouest, en pente douce, a pu servir à faire glisser le bois au fond du trou facilitant ainsi le levage, le calage étant assuré ensuite par le sédiment argileux.

  • 27 Une telle disposition existe selon Chapelot et Fossier 1980, p. 271 pour la maison de Husterknupp ( (...)
  • 28 Cf. http://www.charpentealancienne.com : Paul Zahnd – « Charpentier à l’ancienne » par Paul Bourdre (...)

22La base du poteau est systématiquement circulaire, d’un diamètre bien inférieur à la fosse. Chaque bois découvert est pourtant équarri (fig. 21). Les poteaux présentent donc une élévation à deux niveaux, cylindrique pour la partie enfouie, apparemment non taillée ni écorcée (d’où la forme du négatif), et taillée pour la partie aérienne27. Le charpentier franc-comtois Paul Zahnd28 a pu montrer la simplicité d’une telle réalisation à la hache, à partir d’une bille écorcée : il suffit de laisser en réserve la partie enfouie. Cette technique ouvre des perspectives quant aux restitutions possibles à partir des simples négatifs de poteau, la forme du négatif n’étant pas nécessairement en adéquation avec l’élévation, ce qui tempère quelque peu l’aspect « rustique » souvent représenté. Par ailleurs, la construction est ici entièrement réalisée en bois avec des assemblages à tenon et mortaise ou à mi-bois, sans aucune pièce métallique.

Fig. 21 Exemple de fondation de poteau circulaire en sous-sol et taillés hors sol (Us 447).

Fig. 21 Exemple de fondation de poteau circulaire en sous-sol et taillés hors sol (Us 447).

Le bâtiment (fig. 22)

  • 29 Sur cette démarche cf. Épaud 2009, p. 121.
  • 30 Les très nombreuses données à prendre en compte ne permettent pas encore, en l’état actuel du trava (...)

23Pour restituer la structure de l’occupation sur la plateforme, nous nous sommes appuyés sur les négatifs de poteau, en tenant compte des mises en garde récentes quant à la fiabilité de l’exercice29. Il semble que toutes les structures en creux au centre de l’enclos ont pu être relevées. L’axe principal du ponton d’accès, orienté légèrement nord-ouest/sud-est, permet d’avoir un alignement directeur fiable, car les poteaux ont été retrouvés en place. Nous avons considéré les négatifs de poteau et creusements découverts dans l’enclos 1 à partir de cet axe et de sa perpendiculaire de manière à exclure les « bruits », c’est-à-dire les poteaux qui paraissaient isolés. Les alignements les plus importants en nombre de structures ont ensuite été reliés. Enfin, en conservant les orientations légèrement déviantes par rapport aux deux axes choisis, nous avons obtenu une image possible des alignements30.

Fig. 22 Restitution du bâtiment de l’enclos 1.

Fig. 22 Restitution du bâtiment de l’enclos 1.
  • 31 Cf. Chapelot et Fossier 1980.

24Au débouché du ponton, une fois le fossé franchi, un espace de 6 m de largeur était vierge de tout vestige, y compris de couches d’occupation. Il s’agissait vraisemblablement du témoin en négatif d’une levée de terre. Ensuite, on observait un ensemble de cinq négatifs de poteau. L’axe 1 du ponton se prolongeait par les négatifs 707, 289 et 288, restituant une longueur de 8,70 m à partir du bois 525. L’axe 4 se prolongeait jusqu’au négatif 286 (lui-même disposé en vis-à-vis du poteau 288) sur une longueur de 8,50 m à partir du pieu 521. L’entr’axe entre les deux alignements était le même que celui du ponton, à savoir 3,30 m environ (fig. 22, état 1). Les négatifs 288 et 286 constituaient, de par leurs dimensions, des négatifs de poteau évidents : sans doute correspondaient-ils aux jambages d’une porte d’entrée fonctionnant avec le ponton. Il paraît donc possible d’envisager ici la liaison entre le ponton et le bâtiment de la plateforme. Le pont d’accès possédait une bande de circulation en planches de chêne reposant sur des madriers et des poteaux plantés. Une fois le fossé franchi, ou bien cette bande de circulation s’arrêtait, cédant la place à un simple niveau de sol en terre, ou bien elle se poursuivait, comme cela a été montré sur certains sites du nord de l’Europe31. La fosse 287, moins profonde que les creusements précédents, ne possédait pas de rôle architectonique très clair, elle coïncidait approximativement avec l’axe 3 du ponton.

  • 32 Us 614 et 202, fig. 22, état 2.

25Les sols retrouvés sur l’ensemble de la plateforme, mis en relation avec les négatifs de poteau, permettent de définir des aires différentes. L’absence de recoupement entre les fosses et leur logique d’implantation contribue à donner l’impression d’une occupation assez brève. En outre, les poteaux paraissent contemporains les uns des autres. Seuls deux d’entre eux pourraient éventuellement appartenir à un état ultérieur32.

26Un seul bâtiment a été identifié sur la plateforme. Vingt-sept négatifs de poteau constituent sa structure et dessinent trois espaces contigus, disposés selon un axe perpendiculaire à celui du pont d’accès. Au total, l’espace intérieur mesure 12,20 m du nord-est au sud-ouest sur 13,90 m du nord-ouest au sud-est, soit près de 170 m2. L’espace « A » correspond à la pièce principale, à laquelle s’ajoutent la pièce « C », au sud, ouvrant sur le pont-levis, et la pièce « B » au nord. Le plan global, très symétrique, témoigne en faveur d’une seule campagne de construction. En effet, les trois pièces se présentent de manière presque similaire ; l’impression générale est celle d’une organisation précise du plan en trois espaces distincts dès l’origine. De plus, dans chaque salle, une fosse est positionnée dans la moitié ouest, au milieu de l’axe pour la partie est et la partie centrale, légèrement décalée pour l’annexe nord.

La pièce A : le corps principal du bâtiment

27Douze négatifs de poteau dessinent ce qui apparaît comme le corps principal du bâtiment. Un rectangle initial de 12 m de longueur pour 5 m de largeur, orienté nord-ouest/sud-est est disposé perpendiculairement au pont d’accès. Quatre poteaux d’angle (131, 447, 307 et 312) et quatre poteaux intermédiaires (135, 274 et 204, 306) disposés chacun en vis-à-vis, sur les murs gouttereaux, permettent de restituer le plan de la salle ; le pignon nord-ouest est renforcé en son milieu par le poteau 133. Aucun sol n’a été retrouvé. L’aménagement intérieur comprend une fosse (Us 132), située dans l’axe faîtier supposé du bâtiment, à 2 m du pignon ouest. Il s’agit sans doute d’un foyer, comme le suggèrent les charbons de bois et les fragments d’argile rubéfiée découverts. Le sédiment étant assez sableux dans cette partie de l’enclos, l’absence de rubéfaction des parois n’est pas forcement significative. Une trace rectangulaire de 1,25 m de long sur 0,20 m de large (Us 134), dont la profondeur n’excède pas quelques centimètres, est localisée entre la fosse et la paroi ouest, comme pour protéger cette dernière, et laisse supposer l’existence d’une superstructure, peut-être une cheminée.

28Un silo probable (Us 706), localisé à 1,80 m au sud du foyer, complète l’ensemble. Sa position dans l’axe de la paroi sud implique un passage direct de l’annexe sud-ouest à la pièce centrale, sans cloison à cet endroit, le poteau 204, architecturalement indispensable, pouvait fonctionner seul, ou être raccordé à une hypothétique cloison vers l’est. La localisation des portes intérieures est d’ailleurs inconnue. Au sud, le poteau 451, disposé sur la paroi est, à 1,50 m de l’angle sud, pourrait constituer le jambage d’une ouverture, l’autre jambage serait le poteau 447. Cette porte aurait alors 3,50 m de large, ce qui correspond à l’ouverture sud décrite plus haut. Les deux négatifs 724 et 446 situés à 1,50 m de l’axe 447/450 dessinent un porche d’entrée vraisemblable avec les poteaux 451/447. Écartés de 2 m, ils pourraient participer à l’architecture de l’entrée dans le bâtiment.

Une forge

Pièce B : annexe nord

  • 33 Dans l’hypothèse d’une forge, il est fréquent, si l’on se réfère à la documentation disponible, tou (...)

29L’annexe nord a connu deux états. De prime abord, dans la moitié ouest, un carré régulier de 5 m de côté se dessine à partir de quatre négatifs de poteau (206, 703, 268 et 720) qui forment les parois ouest et nord. La paroi nord de la pièce A est alors mitoyenne. L’angle nord, formé par la fosse 703, est une fosse oblongue qui s’accorde mal avec les négatifs décrits jusqu’alors. Il est possible que l’espace ait été ouvert, sans paroi nord. Dans cette hypothèse, le négatif de piquet 206 formerait simplement l’angle de la paroi ouest33. La fosse 130 contient du charbon et quelques fragments de paroi rubéfiée (vidange de foyer ?). Son creusement oblong, orienté est-ouest, mesure 1,24 m sur 0,92 m, et sa profondeur maximale n’excède pas 0,38 m.

Espace D

Fig. 23 Structure 205 au sein de l’enclos 1.

Fig. 23 Structure 205 au sein de l’enclos 1.

Cl./DAO Alain Boissy

  • 34 Us 174 C5, Cf. C. Dunikowski infra.

30L’espace D est installé peut-être dans un second temps mais sans qu’il soit possible de l’établir par la chronologie relative ; il est caractérisé par un large creusement, profond d’à peine 0,15 m (fig. 23) et circonscrit par sept poteaux et un sol d’argile assez rubéfiée, très bien conservé. Le bâtiment est un rectangle irrégulier d’environ 30 m2 (3,80 m x 6,20 m) augmenté de deux pans coupés à l’ouest. Le plan proposé suggère soit un bâtiment fermé et accolé à la paroi nord du bâtiment central, soit un simple appentis avec des zones spécifiques de travail. À l’intérieur de cet espace, on distingue une fosse irrégulière (Us 279), d’un diamètre de 1,95 m pour une profondeur de 0,40 m, aménagée dans la partie centrale. Le fond, qui correspond au substrat, est plat et les parois verticales, il est surcreusé de huit négatifs de piquet subcirculaires d’un diamètre compris entre 0,15 et 0,30 m dont la disposition dessine un espace rectangulaire irrégulier de 1 m x 0,86 m. La répartition spatiale des déchets métallurgiques montre, dans ce secteur, une forte densité de ces vestiges notamment des diverses scories : c’est le cas dans les sols d’occupation, où 30 fragments de métal ont été retrouvés (mais un seul fragment résulte clairement d’un travail de forge34), mais aussi dans les couches d’occupation du fossé 160 et dans les comblements des négatifs de poteau. Tous ces déchets, sans être numériquement très importants (56 déchets de forge), sont la seule activité repérée. Aucune fonction claire n’a été établie pour la petite structure rectangulaire mentionnée plus haut, néanmoins le support d’une enclume est envisageable. L’hypothèse d’un petit atelier de forge peut donc être avancée. En outre, selon Mathieu Rué, la matrice du sol du bâtiment montre aux échelles microscopiques la présence d’épaisses imprégnations noires ferrugineuses (fig. 24, lame 9), potentiellement induites par la dégradation des produits d’une activité métallurgique, ce qui permet de restituer la forge au sein de cet espace.

Fig. 24 Microfaciès pédosédimentaires (enclos 1), lumière naturelle.

Fig. 24 Microfaciès pédosédimentaires (enclos 1), lumière naturelle.

Cl. Mathieu Rué

Un couloir d’entrée

31Dans la partie est de la plateforme, trois négatifs de poteau forment une ligne d’environ 5 m de long, plus ou moins parallèle à environ 1,50 m de la paroi est du bâtiment principal. Cette ligne pourrait correspondre à une sorte de couloir d’accès à la pièce B.

Pièce C : une entrée spécifique

32La pièce C constitue l’entrée du bâtiment en assurant la jonction avec le pont. Cinq négatifs de poteau dessinent un espace rectangulaire d’environ 30 m2. Orienté nord-ouest/sud-est, il mesure globalement 3 m de largeur pour 10 m de longueur, le côté est étant toutefois légèrement en retrait par rapport à la pièce A. Les négatifs de poteau 288 et 286 correspondent aux axes du ponton, mais ils participent également à l’architecture de la pièce. Disposés à égale distance des angles (3 m), ces deux poteaux correspondent aux jambages d’une porte d’entrée dont la largeur est égale à celle du pont (3,30 m). La paroi est possède peut-être une autre entrée matérialisée par deux poteaux (Us 452 et 306). L’aménagement intérieur comprend un foyer (Us 705), localisé dans la moitié ouest, et un poteau (Us 285) difficile à interpréter.

Une levée de terre ?

  • 35 Ensemble argilo-sableux hétérogène et remanié sous les numéros d’us 238, 260, 267, 269 et 316. Épai (...)
  • 36 Il s’agit des Us 708, 313, 314, 121, 404, 175, 406, 405, 370, 371, 373 et 374, fig. 22.

33La fouille a permis de restituer le pont-levis de la maison forte, qui apparaît surdimensionné face au reste de la construction. Ce système défensif complexe laisse supposer l’existence d’une fortification périphérique sur la plateforme. Une levée de terre formant rempart, construite à l’aide des sédiments issus du creusement du fossé, peut-être surmontée d’une palissade, est envisageable. Trois arguments appuient cette hypothèse. L’analyse micromorphologique du remplissage supérieur du fossé apporte un indice puisque cette couche35, constituée par des matériaux extraits du substrat local, est polluée par la présence de nombreux éléments anthropiques, en particulier des scories (fig. 24, lame 8). La rareté des revêtements argileux microlités et la perte de la microstructure du sol naturel indiquent que le sédiment s’est probablement dégradé pendant un laps de temps assez long (stockage intermédiaire probable). D’après Mathieu Rué, il est possible qu’il corresponde en partie au volume extrait lors du creusement du fossé. Le comblement supérieur du fossé proviendrait de l’arasement d’une structure en terre que l’on imagine proche. On peut interpréter l’absence des sols en bordure intérieure du fossé de la maison forte, ainsi qu’au débouché du ponton, comme le négatif de cette levée de terre supposée (fig. 13 supra). Enfin, douze trous de piquet36 localisés sur le pourtour de la plateforme n’appartiennent pas à la structure du bâtiment. Trop peu nombreux et de trop faible dimension pour être interprétés comme les vestiges d’une palissade, ils pourraient avoir servi de simples supports de barrière ou de montants verticaux retenant la levée de terre. L’existence de ce rempart pourrait même justifier la position excentrée du poteau 720. Si l’on accepte cette hypothèse, la levée de terre aurait eu environ 4,4 m d’épaisseur. La hauteur de cette levée de terre potentielle devait être adaptée à la hauteur du portique du pont-levis qui devait atteindre, comme on le verra plus loin, entre 2,50 et 2,70 m.

Un deuxième enclos ? (fig. 4)

  • 37 La distance la plus courte entre le fossé de la maison forte et le fossé 171 est de 8,40 m.

34Jouxtant le sud de la maison forte37, un espace oblong, appelé zone 2, d’une surface approximative de 800 m2 et mesurant environ 30 m du nord au sud sur 26 m d’est en ouest, est délimité au nord et à l’ouest par un fossé (171) où l’on distingue deux parties distinctes. La partie ouest sur 36 m de long est légèrement curviligne, sa largeur oscille entre 6 et 10 m. Le fond est grossièrement plat sur 6 m, au centre, tandis que ses bords remontent en pente douce vers l’enclos et avec une pente plus forte vers l’extérieur. Sa profondeur n’est que de 0,80 m. En revanche, au nord et à l’est, ce fossé est beaucoup moins régulier. Il se présente comme un creusement rectangulaire de 41 m d’est en ouest sur 16 m du nord au sud, profond d’à peine 0,30 m. Le fond possède un pendage marqué du sud vers le nord.

35La fouille n’a pas permis de comprendre l’organisation exacte de cette structure initialement perçue comme un deuxième enclos circulaire : sa forme même est sujette à caution, ni la photographie aérienne, ni le plan cadastral de 1810 n’en ayant conservé la trace. La fouille n’étant pas exhaustive, un doute subsiste quant à la fermeture de l’ensemble, c’est pourquoi le terme d’enclos n’est sans doute pas le mieux adapté. Certaines de ses caractéristiques retiennent l’attention.

Une activité métallurgique

  • 38 Us 325 et 326.

36Quatre creusements occupaient le centre de la zone 2. La fosse irrégulière (Us 624), profonde d’une vingtaine de centimètres environ, et d’un diamètre de 6,90 m, est la plus caractéristique. Son comblement argilo-sableux noir mêlait minerai, charbon de bois, céramique et parois de four, et témoigne d’une activité métallurgique. L’identification de très gros vases de stockage, la présence de scories de fond de four (les plus grosses retrouvées) et le charbon de bois ont été des indices forts pour l’identification d’une activité métallurgique. Deux fossés perpendiculaires, longs de 8,50 et 6,20 m, ont été également retrouvés ; ils sont difficiles à interpréter38. La fosse 719, localisée à l’ouest de la zone 2, très irrégulière et assez similaire aux grandes fosses d’extraction de l’état précédent, semble associée à cet espace.

  • 39 L’étude de Béatrice Prat montre bien la présence du chêne.

37La similitude des stratigraphies du fossé de la maison forte et du fossé 171 plaide en faveur de leur contemporanéité. D’abord, au fond du fossé 171, une couche d’argile de décantation caractérise une phase d’activité avec présence d’eau, plus ou moins stagnante. Puis vient une couche d’argile plastique gris foncé à brune incluant des grosses branches de chêne et des végétaux en décomposition avancée, interprétables comme les dépôts dus à l’abandon du fossé. Enfin, comme pour le fossé 160, une couche de remblai sablo-limoneux, très peu anthropisé, est venu niveler la zone. Aucun curage n’est visible. Outre une grande quantité de morceaux de bois non travaillés et de branches, un tronc de chêne entier a été retrouvé dans le fossé. Il mesurait près de 8 m de long et reposait à plat sur le fond du creusement à la jonction entre les deux parties du fossé 171. Le tronc est celui d’un arbre sain, abattu et ébranché, sans les racines. La couche dans laquelle il repose permet de supposer un abattage médiéval. En effet, si les feuilles et les petites branches peuvent correspondre à des dépôts postérieurs à l’abandon de la zone, il est difficile d’imaginer la même chose pour les vestiges plus importants. L’étude du fossé 160 a montré qu’il s’agissait de rejets volontaires postérieurs à l’incendie du pont et de la maison. Nous sommes tentés de retenir ici la même chronologie. La présence de ce bois, associée à celle des couches charbonneuses centrales, peut évoquer une activité de production, qui expliquerait la grande quantité de charbon de bois retrouvé (et l’on sait que l’activité métallurgique en est grande consommatrice). L’implantation à proximité de la forêt39 (fig. 6) prend alors tout son sens.

38Les caractéristiques de cette zone permettent d’écarter un rôle défensif. Le fossé 171 évoque une mare dont la partie ouest pourrait simplement être l’évacuation. Il paraît tentant de lui attribuer un rôle « technique » dans la chaîne opératoire du fer ou un rôle prophylactique face à un risque d’incendie important. De ce point de vue, la zone se lit surtout comme une « annexe » à la maison forte, voire une sorte de « basse cour ».

Les mobiliers (voir également plus loin la présentation de la céramique)

39L’étude du mobilier retrouvé et celle de sa répartition spatiale n’ont été ici qu’esquissées faute de temps. Une étude plus poussée permettra d’affiner les premières hypothèses.

  • 40 Étude complète en cours par Amélie Berthon (Éveha) dans le cadre d’un projet collectif (dir. S. Gai (...)
  • 41 Cf. supra.

40Vingt-cinq fragments de cuir proviennent du comblement du fossé 160 en lien avec l’occupation. Quarante-sept éléments métalliques40 ont été retrouvés, dont trente sur la seule plateforme. Quinze d’entre eux proviennent de la dernière occupation. Trois fers à cheval ont également été découverts : un dans la partie est de l’enclos de la maison forte, un autre dans le comblement de son fossé, le troisième provient de la zone 2. Certaines absences sont à souligner : nous n’avons pas recueilli de clou à ferrer et seuls cinq clous à fonction indéterminée ont été retrouvés, tous sur la plateforme. Une herminette en fer découverte au fond du fossé 160 pourrait faire partie des outils des charpentiers ayant construit le pont. Un boulet en pierre calcaire, d’un diamètre de 7 cm, a été mis au jour41. Il devait être utilisé soit avec une arme de jet, soit avec une arme à feu même si la datation du milieu du xive siècle semble très précoce pour un tel armement.

  • 42 Deux cent trente-sept restes dont plus de la moitié (121) n’ont pas été identifiés. Ces vestiges os (...)
  • 43 Pour empêcher la rouille.

41Les vestiges de faune ont principalement été retrouvés sur la plateforme de l’enclos, attestant une consommation sur place. Selon Pierre Caillat, le spectre faunique constaté ne présente aucune particularité42, il ne se compose que des trois éléments essentiels du cheptel domestique, porc, chèvre (ou mouton) et bœuf. Bien qu’il n’y ait aucune espèce sauvage assurément identifiée, la pratique de la chasse demeure plausible dans la mesure où la distinction porc-sanglier n’a pas été effectuée. Ce qui est en revanche plutôt surprenant en contexte médiéval, c’est l’absence totale, du moins dans la partie fouillée du site, des oiseaux de la basse-cour. L’analyse des vestiges animaux permet plusieurs constatations. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une fouille exhaustive, la répartition anatomique plutôt éparse des vestiges semble suggérer un apport sur le site de pièces carnées, les opérations d’abattage et de dépeçage des animaux n’ayant pas, selon toute vraisemblance, été effectuées sur place. Si la vocation alimentaire de ces restes semble ne faire aucun doute, la destination des restes de bœuf demeure équivoque. L’extraction, semble-t-il systématique, des corps gras dont les os longs de ce bétail sont riches, peut également révéler des activités artisanales liées à la métallurgie43, ou à la mégisserie (tannage).

L’abandon du site

  • 44 Détermination Manon Cabanis, Inrap.
  • 45 Il est difficile de savoir quelle durée cela représente.
  • 46 Analyse Béatrice Prat.

42L’abandon du site castral semble faire suite à l’incendie de la maison forte, qui détruit le bâtiment et la plus grande partie du pont-levis, épargnant la partie extérieure retrouvée sans trace de feu. Après cet épisode, la plateforme centrale a été nettoyée, les éléments, calcinés ou non, rejetés dans le fossé, de même que le pont-levis. L’abandon a suivi, particulièrement perceptible dans les comblements, atteignant une épaisseur de 40 cm et constitués presque exclusivement de feuilles de chêne et de tilleul44, des fossés périphériques45. Les marqueurs anthropiques repérés grâce à l’analyse palynologique ne disparaissent pas pour autant : on trouve toujours la céréaliculture et des champs de chanvre, avec quelques signes manifestes de la fréquentation de troupeaux à proximité46.

Le nivellement du site

  • 47 Us 238, 260, 267, 269 et 316.
  • 48 Zone centrale Us 39, 40, nord de l’enclos 4 Us 499/465.

43Postérieurement à l’abandon du lieu, des couches de remblai sont venues combler fosses et fossés47 ou former des plaquages48, attestant l’importance des travaux. C’est sans doute à ce moment que l’on doit placer l’arasement des remparts et du tertre. Béatrice Prat note que la dernière zone, post-médiévale, montre un épisode de déboisement, la coupe du chêne favorisant la croissance d’autres plantes dont les fougères. L’activité agropastorale est toujours décelée.

2. Un site seigneurial bourbonnais du xive siècle (Fabrice Gauthier)

  • 49 AN, P 13741, n° 2369 ; Litaudon 1950.

44Au Moyen Âge, le bourg de Chevagnes se situait le long d’une voie est-ouest qui reliait Moulins, la capitale bourbonnaise, à Bourbon-Lancy. Les sires de Bourbon avaient manifesté leur intérêt pour cette bourgade en faisant construire une résidence sur la place principale du bourg, au point de franchissement de la rivière Acolin49. Le secteur de Tronçay/la Motte est situé à proximité du bourg, au sud de la voie. Siège d’une petite seigneurie pendant le Moyen Âge central, sa transformation en domaine agricole aux mains d’une famille d’officiers ducaux avant son intégration au patrimoine ducal puis royal comme parc de chasse a produit une série de documents qui permettent de retracer l’histoire des premières familles seigneuriales et de reconstituer l’environnement médiéval du site fouillé.

Les seigneurs de Tronçay (fig. 25)

Fig. 25 Localisation des toponymes.

Fig. 25 Localisation des toponymes.
  • 50 Guillaume de Thianges reconnaissait tenir, outre la motte de Paray, le domaine, le bois, la haute j (...)
  • 51 AN, P 4543, n° 203.
  • 52 AD Allier, A 115, fol. 541.

45Trois familles se sont succédé à la tête de la seigneurie de la Motte/Tronçay. Une première famille, dont la forme anthroponymique adopte le toponyme du site, est attestée au début du xive siècle. Guillaume de Tronçay est mentionné dans un aveu de la motte voisine de Paray-le-Frésil par Guillaume de Thianges en 132450. Un aveu de 1367 mentionne « feu messire Guillaume de Tronçay », ancien détenteur d’un bois jouxtant un autre bois dénommé la « Garenne de Tronçay ».51 Enfin, un certain « messire Guillaume de Tronçay », alors décédé depuis longtemps, est cité dans une notice datée du 8 juillet 1462 figurant dans un terrier de la châtellenie de Moulins52 parmi les anciens possesseurs de l’étang des Bois, situé dans le terroir de Tronçay. Ces mentions permettent d’entrevoir une famille de Tronçay qui existait selon toute vraisemblance depuis au moins le xiiie siècle.

  • 53 Le passage d’un fief d’une famille noble à un détenteur non noble est un cas de figure fréquent à c (...)
  • 54 Ainsi Claude Bourdon, roturier, dans le premier tiers du xvie siècle, construit sur ses terres soum (...)

46Dans le même aveu de 1367, un certain Jehan Heymar est désigné comme l’ancien tenant de la motte de Tronçay et du bois dit « de la Garenne de Tronçay ». L’absence de titre honorifique ou de marqueur nobiliaire, dans un acte qui mentionne ceux des autres personnes citées, suggère que Jehan Heymar est un roturier53. Quelques exemples illustrent la construction d’une motte – a priori un établissement seigneurial – par un roturier en Bourbonnais et en Auvergne54.

  • 55 AN, P 4543, n° 203, extrait de la nommée de Guiot de Chandieu (1367) : « [...] Item en celle maisme (...)
  • 56 Au xive siècle, à l’exception du duc de Bourbon, la noblesse est essentiellement constituée de peti (...)
  • 57 AN, P 4551, n° 68 « la maison de la Sarree avec les fossez ».

47La famille Chandieu est la troisième repérée dans la documentation. Guiot de Chandieu, écuyer, rend hommage au duc de Bourbon en 1367 (supra) pour la motte de Tronçay, la garenne de Tronçay, un étang contigu au chemin de Moulins à Chevagnes ainsi que d’autres biens, le tout étant estimé à environ dix livres55. Dans le même acte, il déclare d’autres biens au nom de sa femme, Agnès de la Sarrée, représentant plus de 200 livres de revenus, ce qui est considérable dans la région56. Ce même Guiot de Chandieu avait déjà rendu hommage au duc en 1350 mais uniquement pour les biens acquis par son mariage57, ce qui place la date d’acquisition du fief de Tronçay entre 1350 et 1367.

  • 58 Elle occupe les fonctions d’officiers les plus prestigieux : trois membres sont châtelains de Mouli (...)
  • 59 AN, P 13552, n° 103 (copie sur papier AD Allier, D 27).
  • 60 « […] C’est assavoir une metairie appellé la metairie de Tronssay appartenant audit Cordier situee (...)
  • 61 Vayssière 1894, p. 244-264.

48Au cours du xve siècle, Tronçay est transformé en un domaine agricole par les Cordier, famille bourgeoise de Moulins, qui occupe des fonctions importantes au sein de l’administration municipale puis ducale58. De nouveaux étangs sont creusés, dont le vaste étang de Tronçay encore visible sur le cadastre ancien. Ces acquisitions aboutissent à la constitution d’un vaste domaine de bon rapport, « la métairie de Tronçay », vendue à la duchesse de Bourbon en 150459. Dans l’acte de vente, des mottes sont mentionnées sans précision60. Le connétable Charles III de Bourbon transforme le domaine en parc de chasse et fait construire une résidence entre l’actuel domaine de la Motte et l’Acolin61. Il restait quelques vestiges au voisinage des enclos médiévaux au lieu-dit la Motte, à proximité de la rivière et à l’extrémité orientale du parc. À la suite de l’incorporation du Bourbonnais au domaine royal, le domaine changea une fois de plus de propriétaire. François Ier fit édifier une nouvelle construction, qualifiée de maison royale, à l’ouest du domaine.

Les abords du site au Moyen Âge (fig. 26)

Fig. 26 Les abords du site au xive siècle.

Fig. 26 Les abords du site au xive siècle.

Fabrice Gauthier

  • 62 Un plan très intéressant de 1763 intitulé « Plan du Parc et forêt de Chevagnes reprenant le plan Fl (...)
  • 63 AD Allier.

49Les quelques lignes de l’aveu de 1367 consacrées à Tronçay, associées aux différents documents écrits (l’acte de vente de 1506 notamment) ou figurés modernes62 et contemporains, précisent en partie la topographie du site. Les différentes mentions topographiques et les légendes des plans anciens permettent en effet de supposer une certaine stabilité toponymique. Le secteur Tronçay/la Motte est situé dans l’environnement du bourg, séparé par la route de Moulins. Les bois forment un vaste ensemble aujourd’hui disparu, constitué entre autres par la Garenne de Tronçay et des bois contigus. Le texte de 1506 permet de localiser approximativement la garenne à l’ouest de la motte, au contact de la voie qui dessert l’étang des Bois. Celui-ci, qui a appartenu à Guillaume de Tronçay (supra, note 52), est encore en eau actuellement. Côté nord, entre les mottes et la route de Moulins, on trouve des champs, des prés ainsi qu’un étang disparu, l’étang Bouchert, mentionné dans une notice du terrier de la châtellenie de Moulins comme jouxtant la route de Moulins au nord. On peut le situer approximativement en utilisant le réseau hydrographique figurant sur les cartes IGN et le cadastre ancien63.

Les années 1360 en Bourbonnais

  • 64 Leguai 1969, p. 191.
  • 65 Jean d’Orronville, 1876, p. 8.
  • 66 Enfin, ajoutons que l’activité métallurgique attestée archéologiquement à Tronçay ne trouve pas d’é (...)

50Cette décennie, qui correspond à l’occupation principale du site, fut une période d’insécurité, caractérisée par des interventions ponctuelles commises par des bandes d’origines diverses. La Sologne bourbonnaise et la vallée de l’Allier furent particulièrement touchées ; les environs de Moulins subirent des attaques vers 1369, 137064. Entre 1360 et 1367, au moins douze places fortes furent occupées par des routiers. Si les prises des villes et des châteaux ont logiquement accaparé l’attention des chroniqueurs, il n’en va pas de même pour les opérations portant sur les villages et les maisons fortes, opérations qui étaient accessibles et de bon rapport pour de petites troupes. On peut noter que le château de Moulins était si dégradé en 1366, que le duc Louis II, libéré après sept années de captivité, réunit ses hommes dans la demeure de son procureur général65. On comprend aisément qu’on chercha à restaurer en urgence les forteresses du royaume dont l’entretien avait été négligé et qu’on fortifia les petites résidences rurales, dont Tronçay pourrait constituer un exemple66.

3. Le pont-levis de la maison forte (Pierre Mille)

51Retrouvées dans les douves, totalement ou partiellement carbonisées par un incendie, quarante pièces de bois se rattachent à la passerelle d’accès à la plateforme de l’enclos 1. L’abattage des bois qui ont servi à son édification a été précisément daté par dendrochronologie de l’hiver 1360-1361 (laboratoire CEDRE, Christophe Perrault). Leur mise en œuvre, qui a très vraisemblablement suivi de quelques mois la coupe, se situe durant la première moitié de l’année 1361. Les vingt-trois bois des superstructures et les dix-huit pieux encore en place permettent de restituer précisément cet aménagement exceptionnel (fig. 18 supra). Cette passerelle qui se développait sur près de 12 m est constituée d’un pont dormant et d’un pont-levis. Du côté de la contrescarpe, le pont dormant à tablier fixe est clôturé par une barrière à contrepoids pivotante. Du côté de l’escarpe, l’aménagement encore plus singulier est formé d’un pont-levis à flèches et à contrepoids.

Le pont dormant à tablier fixe

52Ce pont à tablier fixe mesurait un peu plus de 9,10 m de longueur. Le tablier fixe était supporté par deux fortes solives que nous avons nommées longerons, eux-mêmes posés sur les traverses des alignements de pieux. Ces traverses encastrées sur chaque extrémité sommitale des pieux devaient être proches de celle carbonisée retrouvée dans le fossé (cf. supra).

Les alignements de pieux

Fig. 27 Relevé des bois retrouvés dans le sondage 3 du fossé 160.

Fig. 27 Relevé des bois retrouvés dans le sondage 3 du fossé 160.

Relevé Pierre Mille, DAO Sébastien Gaime

  • 67 N° 533, 534, 536, 537.
  • 68 N° 528, 529, 530, 531.
  • 69 Respectivement les pieux : 511, 521, 526, 527 et 522, 523, 524, 525.

53Disposés dans le fossé et au nombre de quatre, ces alignements de pieux sont parallèles. Le premier est aménagé à 1,50 m du rebord de la contrescarpe, le suivant se trouve à 3,30 m du premier, le troisième à 4,20 m du deuxième. Le quatrième alignement, construit à côté du troisième, est disposé à 2,30 m du rebord de l’escarpe (fig. 27). Le premier alignement de la contrescarpe est constitué de quatre pieux de même module67. Celui qui a été sorti du sédiment (pieu 536) présente une section carrée de 14 cm sur 12 cm. La pointe est longue et effilée, soigneusement dressée et terminée par une extrémité pyramidale en diamant. Ce pieu a été battu et enfoncé sur près de 2 m (fig. 28). Les pieux du deuxième alignement sont de même facture que ceux du premier. Enfoncés sur plus 2 m, ils68 possèdent toutefois – comme celui retiré du sédiment – des sections carrées plus importantes (20 cm sur 18 cm). Les deux alignements de pieux suivants, adjacents, sont construits sur le même principe69. Les deux pieux qui ont été sortis du sédiment présentent, en plus d’une forte section carrée (20 cm sur 19 cm et 24 cm sur 19 cm), une pointe courte et trapue soigneusement dressée à la hache. Ces pieux ont été battus et enfoncés au fond du fossé sur plus de 1,5 m.

Fig. 28 Les pieux des alignements 1 et 2.

Fig. 28 Les pieux des alignements 1 et 2.

DAO Éric Rouger, Inrap

Les longerons et le tablier dormant

  • 70 Longeron 562 et longeron 561-564.
  • 71 Les mesures observées ont été respectivement de 6,62 m et 3,01 m pour 561 et 564 et de 7,44 m pour (...)
  • 72 Nous avions envisagé tout d’abord que ces longerons pouvaient courir sur toute la largeur du fossé, (...)

54Les deux longerons n’ont pu être déplacés tant leur dégradation était avancée70. Si le longeron ouest est constitué par une unique pièce de bois, celui disposé à l’est a été doublé et prolongé par un second (fig. 29). Ces grandes pièces n’ont pas été observées sur toute leur longueur, du fait de leur état dégradé d’un côté et de la présence d’une berme de fouille de l’autre71. Leurs sections devaient être plus importantes à l’origine, mais la dégradation avancée ne permet pas de l’établir avec certitude, comme elle ne permet pas de préciser les profils en cornière pour l’encastrement des planches72. L’écartement entre les deux longerons en place sur les traverses, qui avoisine 1,65 m (bord à bord), nous est donné par celui des poteaux centraux de chaque alignement. Entre les longerons de la passerelle, il a nécessairement existé un tablier dormant de planches ou de bastings. Ces planches devaient être suffisamment épaisses pour supporter le passage d’hommes à cheval. Mais en dehors de trois fragments carbonisés et très fragmentaires qui sont potentiellement des éléments de ce tablier, aucun vestige de ce type n’a été retrouvé (fig. 30). Ces trois fragments de bastings totalement carbonisés possèdent toutefois des épaisseurs suffisantes pour être rapportés à cet usage (5 cm d’épaisseur restituée).

Fig. 29 Les alignements de pieux et des longerons avec la restitution des traverses.

Fig. 29 Les alignements de pieux et des longerons avec la restitution des traverses.

DAO Éric Rouger, Inrap

Fig. 30 Les planches du tablier et les poutrelles du parapet.

Fig. 30 Les planches du tablier et les poutrelles du parapet.

Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger, Inrap

Le parapet du pont dormant

  • 73 N° 560, 563, 567, 568 de 2,5 à 3 cm d’épaisseur.
  • 74 N° 543, 557, 548, 580.
  • 75 L’écartement d’axe en axe mesuré entre les alignements de pieux est de 4,20 m donc d’un peu plus de (...)

55Les autres planches73 mises au jour se rattachent au parapet. Ce dernier est constitué d’un simple garde-fou du côté de la contrescarpe et d’un platelage de planches plus sophistiqué au milieu du fossé. Ce sont les quatre poutrelles74 et particulièrement la poutrelle complète 548 qui ont rendu possible la reconstitution de ce platelage situé au milieu du pont. Cette pièce de 14 cm sur 12 cm de section mesure 4,05 m de long. Elle est pourvue à chaque extrémité d’un tenon droit chevillé (fig. 30). La distance entre les deux assemblages est de 3,90 m, soit la longueur estimée entre les deux montants bord à bord de la deuxième et de la troisième rangée de pieux75.

  • 76 N° 560 et 563.
  • 77 Gerner 1995, p. 169.
  • 78 La pièce 580, bien que fragmentée, est identique à 548.

56Deux planches partiellement conservées appartenaient au parapet76. Aux parements plats et aux rives rectilignes, ces planches mesurent 89 cm et 1,17 m de longueur (hauteur) conservée pour une épaisseur de 2,8 à 3 cm. D’une longueur (hauteur) restituable qui avoisine 1,40 m, voire 1,50 m, ces deux planches possèdent des rives où sont encore conservés des trous de tourillons (goujons) et les goujons eux-mêmes qui permettaient un assemblage à raccord plat chevillé77. Ces ais ainsi assemblés étaient fixés sur les poutrelles du parapet par l’intermédiaire de chevilles. Sur une face de la poutrelle sont d’ailleurs fichées 15 chevilles plus ou moins régulièrement espacées qui ont servi à la fixation de ces planches. Les écartements (de 20 à 33 cm) entre les chevilles sont égaux aux largeurs connues des deux planches dont nous venons de parler, respectivement 22 et 33,7 cm (fig. 30)78. L’aspect de ce platelage de parapet devait être très proche de celui de la passerelle de la ville de Moulins dessiné un siècle plus tard sur l’Armorial de Revel (fig. 31). Le garde-fou du côté de la contrescarpe est constitué quant à lui par de simples poutrelles sans platelage. La première de 15 cm sur 15 cm de section possède deux tenons droits chevillés de bout. La distance entre les deux assemblages est de 3,20 m. Là encore cette distance est égale à la longueur estimée entre deux montants (bord à bord) de la première et de la deuxième rangée de pieux. La seconde poutrelle de ce garde-fou (section 16 cm sur 15 cm) présente un tenon droit de bout chevillé sur une extrémité. L’autre extrémité est pourvue d’une mortaise longitudinale dans laquelle était encore logé, par l’intermédiaire d’un tenon, ce que nous pensons être le montant de butée de la barrière pivotante (section 20 cm sur 16 cm). La distance entre les deux assemblages est rigoureusement la même que celle mesurée sur la poutrelle précédente (3,20 m). Il n’existe pas de garde-fou du côté du pivot de la barrière pivotante, car une fois ouverte, le contrepoids de celle-ci servait à cet effet (ou la barre de clôture si la barrière s’ouvrait dans l’autre sens) (cf. supra).

Fig. 31 La passerelle de Moulins d’après l’Armorial de Revel, vers 1450, BnF, ms. fr. 22297, fol. 369.

Fig. 31 La passerelle de Moulins d’après l’Armorial de Revel, vers 1450, BnF, ms. fr. 22297, fol. 369.

Dessin Pierre Mille

La barrière à contrepoids pivotante

Fig. 32 La barrière pivotante.

Fig. 32 La barrière pivotante.

Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger

  • 79 N° 565.
  • 80 Focşa 1975, p. 343-344. En Roumanie, il n’était pas rare de rencontrer jusqu’au milieu du xxe siècl (...)

57Cette barrière pivotante79, unique en archéologie, a été retrouvée dans le fossé, renversée sur la contrescarpe du fossé (fig. 29 et 32). Nous pouvons donc logiquement l’installer en position de fonctionnement au-dessus de la première rangée de pieux. Cette pièce massive est formée d’un contrepoids constitué par une section de tronc (à deux moelles) et par une barre de clôture formée par l’une des maîtresses branches du tronc. La barre malheureusement dégradée présente toutefois les vestiges de plusieurs mortaises qui devaient recevoir le bâti de la barrière comme le pivot de rotation. À l’aide de deux exemples roumains, il est possible d’apprécier l’aspect que devait avoir en place une barrière de ce type (fig. 33A et B)80. Bien que six siècles les séparent, on peut voir sur la figure 33B que le profil d’encastrement de la barrière roumaine au niveau du pivot est identique à celui de la barrière de Chevagnes.

Fig. 33a Exemple roumain de barrière pivotante, Transylvanie.

Fig. 33a Exemple roumain de barrière pivotante, Transylvanie.

D’après Irimieş 1975, p. 150

Fig. 33b Exemples roumains de barrière pivotante, Transylvanie.

Fig. 33b Exemples roumains de barrière pivotante, Transylvanie.

D’après Focşa 1975, p. 343-344

Le pont-levis de l’escarpe

58Le pont-levis à flèches et à contrepoids de l’escarpe est supporté par un portique.

Le portique de l’escarpe

  • 81 Traverse 545 et sa jambe de force 544.
  • 82 N° 571.
  • 83 80 cm x 21 cm x 19 cm de section.
  • 84 Enfin, latéralement, s’ouvre une petite mortaise oblique, non chevillée, qui sert sans doute de but (...)
  • 85 Nous avions imaginé dans un premier temps que ces poteaux jumeaux pouvaient être installés au-dessu (...)

59Ce bâti est constitué d’un ensemble de pièces de forte section dont trois sont parvenues jusqu’à nous. Il s’agit tout d’abord d’une traverse et de sa jambe de force retrouvées encore assemblées dans le fossé81 et enfin du support de l’axe de rotation du pont-levis82 (fig. 34). Cette dernière pièce complexe, tout à fait exceptionnelle, est sans doute l’unique crapaudine en bois mise au jour en archéologie. Elle est constituée d’un support parallélépipédique83 et d’une clé de serrage. À l’origine, cette clé bloquait une seconde pièce identique au support. L’ensemble assujettissait le tourillon circulaire de rotation des flèches (15 cm de diamètre). La gorge de la crapaudine est encore gainée d’une plaque de métal. Sur la face opposée à la gorge s’ouvre en vis-à-vis une mortaise qui recevait le tenon droit chevillé d’un montant du portique (20 cm sur 16,5 cm de section restituée). Latéralement, deux entailles à mi-bois ont été pratiquées pour un assemblage à enfourchement. Ce dispositif recevait la fourche d’un second montant du portique (20 cm sur 19 cm de section restituée)84. Les deux poteaux qui supportent cette crapaudine n’étaient distants l’un de l’autre que de 14 cm (33 cm d’axe en axe). Le portique était donc constitué de quatre poteaux supportant deux à deux un support de rotation85. Par l’intermédiaire de la jambe de force de la traverse, il est aussi possible de calculer la hauteur approchée du portique. Nous savons que cette hauteur du montant est supérieure à 2,10 m qui, augmentée des 21 cm de la crapaudine, devait être supérieure à 2,30 m. Le portique pourrait donc avoir une hauteur hors-tout d’environ 2,50 m à 2,70 m, peut-être un peu plus. Sa largeur est potentiellement de 1,65 m, celle du tablier, mais nous verrons infra que celle-ci est très légèrement plus faible.

Fig. 34 Les pièces du portique.

Fig. 34 Les pièces du portique.

Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger, cl. Alain Boissy, Inrap

Le pont-levis à flèches et à contrepoids

  • 86 N° 546 et 547.
  • 87 N° 549, 576.
  • 88 N° 550.
  • 89 Léost 2001, p. 223-226, transcription du manuscrit : BnF, ms. fr. 26041, n° 5159 du 4 février 1416.

60Cinq pièces permettent de restituer la partie mobile de ce pont-levis, il s’agit des deux flèches86, de deux fermes du châssis du contrepoids87 et de la lierne88 (fig. 35). Dans les constructions, les liernes servent à relier d’autres pièces par chevillage ou clouage, ici cette pièce massive relie les flèches et le châssis du contrepoids. Nous l’avons appelée ainsi car nous n’avons pas relevé dans la littérature technique le vrai terme qui la qualifie89. Cette pièce, bien qu’entièrement carbonisée, est tout à fait exceptionnelle. Elle est sans aucun doute la seule lierne d’un contrepoids mise au jour au cours de fouilles. Cette pièce parallélépipédique mesure aujourd’hui 1,50 m de longueur et 35 cm sur 22 cm de section ; elle était plus massive encore à l’origine. La longueur restituée de cette pièce est située entre la longueur mesurée et l’écartement des longerons des traverses (1,65 m), soit environ 1,55/1,60 m. Sur un parement de cette lierne sont creusées six puissantes mortaises longitudinales régulièrement réparties. Celles réparties deux à deux à chaque extrémité sont droites. Elles sont ouvertes latéralement sur les faces des extrémités mais nous supposons qu’elles ne l’étaient pas lors de leur confection. Ces quatre mortaises latérales chevillées recevaient perpendiculairement les tenons des flèches et ceux des fermes du châssis du contrepoids. Les deux dernières mortaises centrales, obliques et chevillées recevaient chacune le tenon d’une contrefiche du châssis du contrepoids.

Fig. 35 Les flèches du pont-levis et les pièces du contrepoids.

Fig. 35 Les flèches du pont-levis et les pièces du contrepoids.

Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger, Inrap

  • 90 N° 549.

61La ferme du châssis du contrepoids90 est une autre pièce complexe, de 1,36 m conservé pour une section de 18 cm sur 16 cm. Elle présente sur une face une succession ordonnée de cinq mortaises longitudinales. La mortaise centrale droite était sans doute chevillée (mais cela n’a pu être observé sur le bois carbonisé). De part et d’autre de cette mortaise centrale sont creusées deux mortaises obliques. La pièce conserve encore les chevilles de ces mortaises. Les deux dernières mortaises sont équidistantes des précédentes. Très endommagées et incomplètes, elles semblent toutefois droites. La pièce 576, malheureusement très dégradée, complète le dispositif du châssis de ce contrepoids. On peut y voir les mortaises de deux contrefiches. Ce type de bâti dont la fermeté et l’indéformabilité sont requises est souvent représenté dans l’iconographie médiévale du xve siècle.

  • 91 La flèche 547 possède également, sur sa partie massive, une profonde mortaise longitudinale et laté (...)
  • 92 Sur 546, cette mortaise conserve les vestiges d’un tenon traversant. Ce tenon traversant est sans a (...)

62Les deux flèches sont aussi des pièces tout à fait exceptionnelles bien que détériorées. Il est possible de restituer leur aspect et leur longueur originelle qui devait être égale à 3,65 m/3,70 m. Les sections maximales des flèches, de 24 cm sur 19 cm et de 23 cm sur 20 cm, se situent sur le tiers de leur longueur. Cette partie massive correspond à l’emplacement du contrepoids (lierne et fermes). L’extrémité massive de 547, comme probablement celle de 546, se termine par un puissant tenon de bout. Il était chevillé sur la lierne91. À 1,25 m sur chacun de ces bras de levage, une large mortaise ouverte marque l’emplacement de l’axe de rotation des flèches92. Sa position nous renseigne sur la hauteur du contrepoids. Calculée, celle-ci est égale à 1,25 m auquel il faut ajouter l’épaisseur de la lierne, soit une hauteur totale de 1,55 à 1,60 m. Nous en connaissions déjà la largeur : 1,55 m ou 1,60 m. Ce châssis du contrepoids est donc rigoureusement carré (fig. 36). Au-delà du contrepoids, la section des flèches diminue progressivement jusqu’aux extrémités effilées. La section mesurée au bout de la flèche la mieux conservée est ainsi de 16 cm sur 13 cm. À proximité des extrémités des flèches, une large entaille à mi-bois est visible sur l’une et s’amorce sur l’autre, qui devait recevoir originellement une entretoise transversale. Ce dispositif fixait l’empattement des flèches.

Fig. 36 Restitution du contrepoids.

Fig. 36 Restitution du contrepoids.

DAO Éric Rouger, Inrap

63À proximité de l’extrémité la mieux conservée, une mortaise dans laquelle est encore fiché un tenon à clé est visible. Ce tenon servait probablement à la fixation de la chaîne ou de la suspente du tablier mobile. La distance mesurée du rebord de l’escarpe à la quatrième rangée de pieux qui sert de culée indique la longueur du tablier mobile du pont-levis. Cette distance est d’environ 2,30 m (voir plan) auxquels il faut ajouter deux dizaines de centimètres pour le rebord de culée du tablier mobile et le tourillon de rotation sur la traverse du portique, soit environ 2,50 m. Aucun bois mis au jour dans le fossé ne se rattache directement à ce tablier mobile mais il devait être constitué logiquement par deux solives et des entretoises recouvertes de bastings (à l’image du tablier fixe).

Calcul des poids du couple tablier mobile et contrepoids

64Disposant d’une métrique exceptionnelle, nous avons calculé les volumes des bois de part et d’autre du tourillon.

65Le contrepoids :

66Lierne : 150 x 35 x 25 = 131 250 cm3

67Flèches : 124 x 24 x 20 x 2 = 120 000 cm3

68Bras du tourillon : 150 x 18 x 18 : 2 = 24 300 cm3

69Entretoises : 150 x 18 x 18 : 2 = 24 300 cm3

70Fiches : 115 x 18 x 15 x 3 = 93 150 cm3

71Contrefiches : 55 x 5 x 15 x 4 = 49 500 cm3

72Total = 442 500 cm3

  • 93 AFNOR 1974, p. 5.

73Du côté du contrepoids, le volume calculé est de 442 500 cm3. La masse volumique du bois étant de 1,54 gramme au cm3 à 15 % d’humidité93, le poids des bois du contrepoids est estimé à 680 kg. Du côté des flèches et du tablier mobile, avec une épaisseur de planches de 5 cm, les volumes des bois sont :

74Flèches : 230 x 18 x 16 x 2 = 132 480 cm3

75Entretoises : 110 x 15 x 7 x 2 = 23 100 cm3

76Bastings du tablier : 155 x 250 x 5 = 193 550 cm3

77Longerons du tablier : 250 x 16 x 15,75 x 2 = 126 000 cm3

78Total = 475 130 cm3

  • 94 Pour lever le tablier mobile, il sera nécessaire d’appliquer en bout de contrepoids une force, kgf (...)

79Le poids total du tablier et celui des flèches avoisinerait alors 730 kg. Soit un déficit d’environ 50 kg en faveur du tablier mobile qui est donc ouvert dans sa position d’équilibre. Pour lever le dispositif, un poids d’au moins 60 kg est nécessaire94. Appliqué en bout de contrepoids, le poids d’un adolescent y aurait suffi. Cette force diminue d’ailleurs rapidement et de façon exponentielle durant le levage.

La restitution générale de la passerelle

  • 95 Mesqui 1979, p. 146.
  • 96 Blary et Durey-Blary 2003, p. 390-393.
  • 97 Wikipedia.sources : www.wikipedia.org/wiki/Pont-levis.
  • 98 Château de Pierrefonds (Oise), château de Blandy-les-Tours (Seine-et-Marne), château de Rouen (Sein (...)

80Il est extrêmement rare en archéologie de pouvoir reconstituer, à partir de vestiges ligneux, des édifices avec une grande précision (fig. 37 et 38). Cette passerelle peu commune présente toutefois des caractéristiques contradictoires, comme la barrière pivotante qui paraît une installation plus dissuasive que défensive, alors que le pont-levis est résolument une construction militaire de protection. Cette construction, datée par dendrochronologie de l’année 1361 est actuellement le plus ancien pont-levis construit en France, édifié avant celui connu jusqu’alors par les textes, le pont-levis à flèches « flaches » de la ville de Provins en 136995. Il est également antérieur à celui de Château-Thierry qui équipait l’ouvrage avancé de la porte Saint-Jean (édifié après 1386)96. Il semble en revanche contemporain du pont-levis à flèches du château de Fort-la-Latte (Côtes-d’Armor) réalisé entre les années 1340 et 147097. Cette découverte relance la question de l’origine des ponts-levis à flèches qui ont dû être, au premier temps de leur invention, l’apanage des châteaux royaux ou ducaux98. Si une telle construction est présente dans une petite seigneurie bourbonnaise au milieu du xive siècle, on peut envisager une origine ancienne, de l’ordre du siècle ou du demi-siècle, à moins que la diffusion de ce type d’ouvrages n’ait été très rapide, et qu’en quelques décennies le royaume de France s’en soit rapidement couvert devant la menace anglaise des débuts de la guerre de Cent Ans.

Fig. 37 Restitution de la passerelle.

Fig. 37 Restitution de la passerelle.

Dessin Pierre Mille, DAO Sébastien Gaime

Fig. 38 Restitution de la passerelle.

Fig. 38 Restitution de la passerelle.

Dessin Pierre Mille

81L’étude tracéologique conduite sur les bois de cette passerelle a révélé que toutes les surfaces des pièces exemptes de carbonisation conservaient un aspect neuf ; y apparaissent très lisiblement, non seulement les traces des outils, mais aussi les marques d’assemblage laissées par les charpentiers médiévaux. Les intempéries n’ayant pas affecté ces bois, nous sommes en mesure de penser que la destruction de la passerelle a suivi de peu sa mise en place. Il n’a pas dû s’écouler plus d’une décennie entre ces deux événements.

4. Les déchets Sidérurgiques (Christophe Dunikowski et Jean-Claude Lefevre)

  • 99 Cette partie synthétise les analyses réalisées séparément de C. Dunikowski et J.-C. Lefevre.
  • 100 Moyen utilisés : microscopie optique sous lumière naturelle et polarisée sur lames minces ; dosage (...)
  • 101 Mangin 2004, p. 100.

82L’étude99 (analyse formelle et analyse physico-chimique100) des déchets générés par l’activité métallurgique (fig. 39) a permis de mieux caractériser les différentes étapes de la chaîne opératoire repérables sur le site. La description des déchets sidérurgiques reste complexe car leur forme et leur taille sont aléatoires101. Toutefois, ces rebuts sont les témoins d’un ensemble d’actes techniques menés dans un atelier. Quantifier et décrire tous les déchets produits sur un lieu de production permet de caractériser cet atelier et de le comparer avec d’autres. D’emblée, il est possible de dire que l’ensemble des déchets sidérurgiques mis en évidence sur le site de Chevagnes ont été produits lors de deux phases de travail de la chaîne opératoire du fer : la réduction du minerai de fer et la forge.

Fig. 39 Scories analysées et photographiées.

Fig. 39 Scories analysées et photographiées.

Cl. C. Dunikowski

Les déchets liés au processus de réduction (fig. 40)

Fig. 40 Catégories des déchets mis en évidence après le tri.

Fig. 40 Catégories des déchets mis en évidence après le tri.

C. Dunikowski

83Globalement, sur le site de Chevagnes, la majeure partie des déchets est constituée de scories. Celles-ci sont formées des éléments composant le minerai qui n’interviennent pas dans le processus de réduction et des oxydes de fer non réduits qui entrent en fusion lors du processus de réduction et sont partiellement évacués hors de la cuve à l’état liquide. En refroidissant, ces déchets se solidifient et forment, pour ceux qui sont piégés à l’intérieur du fourneau, des scories internes et, pour ceux qui sont évacués, des scories externes. Après la récupération de la masse de fer, ces rebuts sont rejetés dans les dépotoirs. Outre les scories, les zones de déchets ont fourni des fragments de parois de four. Ceux-ci proviennent de la destruction de certaines structures de réduction et peut-être également de la réfection de certains fourneaux ; proportionnellement, ces déchets sont peu représentés dans les zones de rejets. Enfin, nous trouvons aussi, dans les rebuts, des fragments de matière première qui n’ont participé qu’incomplètement à la réduction tels que le minerai et le charbon de bois. La masse de rebuts liée directement au processus de réduction peut se répartir en quatre catégories principales, les parois de four, les scories internes et externes et enfin le minerai.

Les parois de four

84Les éléments de structures de combustion faits d’un matériau argilo-sableux et marqués sur la face interne par une forte altération thermique sont aisément identifiables. Plus de 23 kg de ces rebuts ont été recueillis dans les diverses structures de rejets ; ils constituent 9,7 % de la masse totale prélevée sur le site. Les fragments les mieux conservés présentent un revêtement d’argile très sableuse à grains de silice dépassant souvent 3 mm de diamètre, d’une teinte allant de l’orange au gris foncé ; ils sont marqués sur la face interne (intérieur du four) par une scorification ou une vitrification de la matière d’origine (argile et sable). Les scorifications de couleur grise ou noire, le plus souvent mates (mais quelques exemplaires sont brillants), peuvent atteindre 4,5 cm d’épaisseur. Les vitrifications sont d’une teinte qui va du vert au noir. Elles ont une épaisseur qui ne dépasse pas 0,5 cm. Plusieurs fragments montrent une succession des revêtements internes, pouvant aller jusqu’à sept rechapages indiquant des phases de restauration de la cuve aux endroits les plus exposés aux températures : porte, évents.

85Il est possible de classer dans la même catégorie deux fragments de tuiles partiellement scorifiées (Us 128 et 266). Ces matériaux, tout comme un fragment de terre cuite assez morcelé, auraient pu servir d’éléments de construction pour l’appareil de réduction. La morphologie de ces restes de parois et surtout les très fortes altérations thermiques qu’ils ont subies sont caractéristiques de bas-fourneaux de réduction. Toutefois, malgré quelques recollages, il n’a pas été possible de restituer des parties suffisamment importantes pour fournir des indications sur le diamètre de l’appareil ou sur son système de ventilation. En effet, un seul fragment de paroi scorifiée porte des traces d’un orifice (Us 55) destiné à recevoir le bec du soufflet. Il s’agit d’un morceau de paroi avec une encoche de 3 cm de diamètre.

Les scories externes

86Les scories externes sont produites par les fourneaux pourvus d’un système d’évacuation des déchets. Elles se présentent sous forme de plaques ou de canaux.

87Les scories coulées sont quasi inexistantes sur le site. On les retrouve dans trois structures de rejets (le sol 174 de l’enclos 1, le comblement 273 du fossé 160 et le comblement 360 de la fosse 358). Au total, seul 0,7 kg de ce type de déchets a été recueilli. Une scorie provenant de la structure 273 atteint 0,46 kg. Il s’agit d’un négatif de canal d’écoulement, large de 10 cm pour une épaisseur de 4 cm. La masse scorifiée se caractérise, en coupe, par une absence quasi totale des vacuoles à la base, tandis qu’en s’approchant de la surface on retrouve des poches d’air ovales de 4 cm sur 1 cm.

Les scories internes

88Les scories de fond de four ou scories internes sont les résidus qui restent piégés dans la cuve des fourneaux pendant le processus de réduction. Dans les zones-dépotoir, ces scories sont les seuls déchets internes qui peuvent être interprétés sans confusion. Ce type de déchets constitue plus de 20 % de l’échantillonnage étudié (53,3 kg).

89Les fonds de four se présentent sous la forme de masses de scorie grise plus ou moins compacte. En coupe, des empreintes de charbon de bois centimétriques se distinguent dans certains des exemplaires mais en quantité différente d’une pièce à l’autre. Des vacuoles souvent de petite taille se retrouvent sur l’ensemble des tranches des pièces fracturées. Il semble qu’il existe des faciès plus denses et d’autres plus aérés. Comme aucune de ces pièces n’est parvenue complète, il n’est pas exclu que ces deux faciès se retrouvent sur les résidus entiers. Les faces supérieures sont déchiquetées, marquées par des crevasses ou par des empreintes de charbon de bois. Les bases en revanche sont compactes. Elles sont marquées par le sédiment de la sole du four sur lequel s’est formée la scorie : un sédiment sableux cuit de couleur grise.

90Les deux exemplaires les mieux conservés ont un poids respectif de 0,8 kg et 1,2 kg (couches d’occupation Us 327/328 de l’enclos 2). Ils conservaient un point d’appui avec la paroi du four. La scorie qui moulait la cloison est formée de coulures verticales écrasées. La courbure que dessinent ces moulages a permis d’estimer le diamètre de la cuve du four dans laquelle la scorie est restée piégée. Le premier résidu dessine une courbure de 0,32 à 0,35 m de diamètre, et le second, d’environ 0,40 m. Ces indices laissent penser que les appareils utilisés étaient de petites dimensions.

Le minerai (fig. 41)

Fig. 41 Résultats des dosages de fer par spectrométrie de flamme.

Fig. 41 Résultats des dosages de fer par spectrométrie de flamme.

J.-C. Lefevre et G. Guérin

  • 102 J.-L. Lefevre et G. Guérin dans Gaime, Mille, Gauthier et al. 2011.
  • 103 L’échantillon Us 269 présente de nombreux cristaux de quartz, des reliquats feldspathiques sur un (...)

91Deux types de matériaux pouvant avoir été utilisés comme matière première ont été observés sur le site. Le premier est présent sur l’ensemble de la fouille ; onze fragments ont été récoltés (poids de 1,1 kg). Il s’agit de fragments de minerai en plaquettes et en rognons de 3 à 5 cm de longueur. La texture est gréseuse, d’une teinte allant du jaune au gris. Les fragments recueillis ne présentent aucune altération thermique. L’échantillon de l’Us 160 présente une structure de petites oolithes ferrugineuses jointives agglomérées (de type limonite rouge), hydroxyde ferrique102. Les diagrammes d’analyse en énergie Us 160-1 pour l’oolithe et Us 160-2 pour le joint de grain montrent des compositions chimiques principalement d’oxyde de fer avec un peu de manganèse. Le dosage du fer montre une proportion de 54,7 % de fer soit 78,2 % en Fe2O3 : c’est sans aucun doute un très bon minerai de fer. Il s’agit donc bien de la matière première brute non préparée employée par les anciens métallurgistes (fig. 42). La seconde catégorie de matériaux dénommée « minerai » rassemble des blocs pouvant atteindre 2 kg et 0,20 m de diamètre. Une masse importante (52,9 kg) a été également prélevée. Les blocs sont composés d’une matière sablo-gréseuse : un assemblage de grains gris/violet noyés dans une matrice sableuse indurée. Presque la moitié des échantillons portent des traces de feu, qui a provoqué un changement de coloration : de gris/marron à l’état naturel, ils sont devenus rouge/violet. Aucun fragment ne répond à l’aimant. Cet échantillon est présent sur le site sous forme de concrétions pluri-centimétriques ferrugineuses, hors Us anthropique, il pourrait être la formation géologique servant de minerai au site. Il présente une structure rubanée autour d’un noyau, formée de précipité ferrugineux semblable aux deux premiers échantillons. Nous sommes en présence du matériel géologique qui a servi de minerai. La teneur en fer des deux « minerais » testés est trop élevée pour être naturelle ce qui permet d’envisager un « grillage » préalable dont le rôle est justement de faire augmenter cette teneur en fer par décarbonatation103.

Fig. 42 Oolithes analysés et photographiés.

Fig. 42 Oolithes analysés et photographiés.

J.-C. Lefevre

La réduction du minerai de fer

92La grande majorité des déchets découverts atteste sans aucun doute une activité de réduction (60 % de la masse totale). Tous les déchets de réduction témoignent de l’emploi de bas-fourneaux sans écoulement des scories à l’extérieur des cuves. En effet, le résidu le plus caractéristique des fours avec l’écoulement des déchets à l’extérieur de la cuve est la scorie écoulée. Or, ce type de rebut est quasiment absent sur le site. Il est toujours envisageable que des zones de rejets de ce type de déchets se situent en dehors du périmètre étudié, mais ceci reste très hypothétique. Les structures-dépotoir ont fourni essentiellement des fragments de fond de four. Ce type de déchets apparaît en proportions très élevées (plus de 22 % de la masse échantillonnée). Les éléments de parois et les scories permettent de fournir quelques indications sur la morphologie des fourneaux utilisés. En effet, les fragments de paroi découverts indiquent d’une part que les cuves étaient construites à l’aide d’une argile très sableuse et d’autre part que l’impact des températures est très important, car les scorifications sont épaisses. De plus, au moins un échantillon montre que le ou les fourneaux ont été restaurés et utilisés plusieurs fois. Deux fragments de scorie de fond de four indiquent que les appareils employés avaient un diamètre réduit de l’ordre de 0,35 à 0,40 m de dimension interne.

Les déchets liés aux activités de post-réduction

93Les déchets liés aux activités de post-réduction identifiés sur le site sont en nombre très restreint. Il s’agit de 4 kg de rebuts, qui ne constituent que 1,7 % de la masse totale des scories prélevées. Deux types de produits témoignent de cette activité, d’une part les éléments métalliques, et d’autre part les scories en culot.

Les éléments métalliques

94Un petit nombre de pièces métalliques ont été mises en évidence dans les prélèvements réalisés. Les 44 exemplaires retrouvés ne sont que partiellement identifiables car encroûtés par l’oxydation et par le sédiment dans lequel ils ont séjourné. Sans un sablage préalable, leur interprétation définitive n’est pas envisageable. On note la présence de six fragments de lame et d’un tranchant (hache ? épée ?). Un seul fragment résultant d’un travail de forge (provenant d’un sol, Us 174, de l’enclos 1) a été identifié. Il s’agit un fragment coupé d’un poids de 7 g.

Les culots de scories

  • 104 Mangin 2004.

95Les culots de scories sont des déchets qui ont été produits lors d’opérations de forge104. Ils se forment par accumulation de divers matériaux plus ou moins fondus dans le fond du foyer de forge, sous l’arrivée d’air. Ces pièces correspondent à une unité de travail entre l’allumage et l’extinction du foyer. La morphologie de ces déchets sera donc le reflet de l’activité de la chaîne opératoire de la forge pratiquée sur l’atelier. L’étude des rebuts entiers ou interprétables permet donc de restituer le type d’activité dont elles sont le produit. Seules douze scories en culot ont été découvertes sur le site. Ces échantillons se présentent sous la forme de masses de déchet semi-sphériques, dont le diamètre maximum ne dépasse pas 0,13 m pour un poids de 850 g (fosse 128, fig. 39, 5-6).

96On distingue deux faciès morphologiques :

97– Faciès dense oxydé (fig. 39, 1 et 2) : les scories de ce type montrent une forte porosité et de nombreuses empreintes de charbon de bois (fig. 39, 6). Leur couleur oscille entre le gris et le rouille. Les exemplaires sont magnétiques, ce qui témoigne probablement de la présence de fer-métal enfermé dans la masse de scorie. Ils ont un poids qui varie entre 60 et 400 g. Un exemplaire est composé de deux culots superposés, issus de deux séances de travail dans le même foyer.

98– Faciès argilo-sableux (fig. 39, 4) : la scorie de ce type a subi une fusion au moins partielle. L’exemplaire le mieux conservé est de forme ovale, d’aspect vitreux, de couleur grise et montre une forte porosité. Il est formé de matériaux très hétérogènes dont des cailloutis. Son poids atteint 283 g.

99– Faciès mixte : certaines scories présentent sur un même culot une superposition des deux faciès décrits ci-dessus, le faciès sablo-argileux étant toujours au-dessus du faciès dense (fig. 39, 2, 3 et 5).

Les battitures

100Quelques battitures ont été relevées sur certaines scories de l’échantillonnage. Les esquilles de métal étaient piégées dans le sédiment qui comblait les aspérités en surface de ces pièces. Trop peu nombreuses pour permettre une étude, ces quelques battitures confirment cependant la présence d’un travail de post-réduction sur le site.

La forge

101Cette étape de travail de post-réduction comprend, d’une part, l’épuration et le compactage à chaud des masses de fer brut sorties du fourneau, avec une éventuelle première mise en forme (lingots) et, d’autre part, l’élaboration d’objets. Les témoins de cette activité sont présents sur le site sous la forme de déchets, d’éléments métalliques et de culots de forge. La présence de quelques battitures confirme cette activité. Les éléments métalliques témoignent d’un travail d’élaboration des masses de fer. Les quelques culots de forge identifiés ne sont guère suffisants pour qualifier l’activité de post-réduction. Toutefois, leur variabilité morphologique semble indiquer que plusieurs phases de la forge sont présentes. Le culot argilo-sableux (Us 365) en particulier est probablement un déchet issu d’une phase très avancée du travail d’élaboration d’un produit à la forge.

Perspectives

  • 105 Remerciements à Stéphanie Deprost, documentaliste du Centre de Conservation et d’Étude René Rémond (...)
  • 106 Daveau et Goustard 2000.
  • 107 Goustard 1998.
  • 108 Leroy 1990.

102Les restes sidérurgiques mis en évidence sur le site de Chevagnes ont permis d’identifier une production de fer réalisée à partir d’un minerai local105. La quantité des déchets présents démontre que cette production se fait à petite échelle. Le fer brut semble épuré sur le site et certains indices (scorie en culot et fragments de métal) incitent à croire que la fabrication et probablement la réparation d’ustensiles devaient également se dérouler sur place. Même si aucune structure de réduction n’a été découverte, l’étude de certains déchets (parois de fourneaux et scories de réduction) permet de préciser des caractéristiques des bas-fourneaux employés. Ces derniers étaient de dimensions réduites (diamètre interne estimé d’environ 0,4 m). Ils étaient dépourvus de système d’évacuation de la scorie, comme le démontre la quantité très faible de scories coulées découvertes. Des types de fourneaux de petites dimensions sont surtout connus pour le haut Moyen Âge. En Île-de-France, sur le site des Fourneaux à Vert-Saint-Denis (Seine-et-Marne), les fourneaux employés du début du viiie siècle à la fin du xe siècle avaient des dimensions similaires106, de même que les fours de réduction médiévaux mis en évidence sur le site de Saint-Maurice-Montcouronne (Essonne)107. En Lorraine, sur le site de Messein « les Terres Noires », qui est occupé dans le courant des vie-viie siècles, les deux fourneaux de réduction découverts n’excèdent pas 0,45 m de diamètre interne108. Il semblerait donc que la (ou les) structure(s) de production employée(s) à Chevagnes se rapproche(nt) de ces fourneaux médiévaux. Toutefois ces derniers étaient pourvus d’un système d’évacuation des scories et, sur les sites correspondant, les scories écoulées étaient toujours les déchets majoritaires, alors qu’elles sont rares sur le site de Chevagnes. Peut-être faut-il voir là une spécificité des appareils de réduction employés sur le site.

5. Le mobilier céramique (Stéphane Guyot)

  • 109 Guyot 2008.
  • 110 Nombre minimum d’individus.

103Le mobilier examiné109 (fig. 43/44), composé de 5 334 tessons, soit un maximum de 2 483 individus-vases et 419 NMI110, s’avère relativement fragmenté (indice de fragmentation de 12,73). Les éléments de la paroi et le pied sont représentés par 4 504 fragments (soit 84,44 % du matériel). Le reste du matériel se répartit essentiellement entre 494 lèvres-rebords (9,26 %), 188 fonds (3,52 %) et 53 anses (0,99 %). Il prend place de manière assez homogène dans l’ensemble des unités fouillées, qu’elles soient d’occupation ou d’abandon.

Fig. 43 Échantillons de céramique.

Fig. 43 Échantillons de céramique.

Fig. 44 Échantillons de céramique.

Fig. 44 Échantillons de céramique.

Les pâtes : les groupes techniques

104L’examen macroscopique mené sur l’ensemble du mobilier révèle sept groupes techniques aux distinctions très diverses, identifiables au sein de trois groupes principaux.

105Les pâtes fines sont les plus nombreuses, formées de cinq sous-groupes – sigillées (2 exemplaires), faïences (4), porcelaine (1), grès (25) et kaolinitiques (591). Elles sont en revanche représentées par 599 vases au total (24,12 % du matériel). La proportion élevée de pâtes fines kaolinitiques tranche avec les observations habituelles effectuées en Bourbonnais. Il s’agit donc d’un site singulier dénotant a priori une certaine richesse des propriétaires. La vaisselle est très fine, dépourvue de dégraissant et d’impuretés visibles. Les cuissons sont exclusivement oxydantes, de coloration blanche à beige, alors que les post-cuissons apparaissent légèrement rosées. Dix exemplaires possèdent une glaçure plombifère beige souvent altérée. Sur les autres, un lissage est réalisé, complété pour 17 d’entre eux par des bandes à la barbotine ocre. En Auvergne, cette dernière s’observe exclusivement sur une vaisselle « très décorée » datable des xiiie-xive siècles.

106Les pâtes mi-fines apparaissent quantitativement les plus nombreuses avec 1 125 vases (45,31 %). Les cuissons sont majoritairement oxydantes (63,64 %) puis réductrices (32,53 %), les autres étant négligeables. Ce groupe technique est composé des oules/marmites, des cruches, des jattes et des gourdes.

107Les pâtes mi-grossières s’avèrent une variante autochtone, identifiable sur tous les sites bourbonnais étudiés, datables du xe au xvie siècle. 759 vases (30,57 % du matériel) composent ce groupe technique, répartis en trois cuissons, oxydante (90,65 %), réductrice (8,17 %) et réductrice-oxydante (1,19 %). Les formes s’avèrent bien tournées malgré un gros dégraissant. Enfin, la présence des bandes rapportées conforte l’idée de leur utilité à renforcer les parois.

Les cuissons, nature et caractéristiques

108Quatre modes de cuisson ont été identifiés dans des proportions différentes, la cuisson oxydante étant la plus abondante (80,57 %) du matériel. La cuisson réductrice n’est pas représentée au sein du groupe technique des pâtes fines, mais essentiellement dans celui des mi-fines (85,51 %). Les traces d’utilisations successives des oules/marmites ont perturbé à de nombreuses reprises les observations faites sur leur fond. Les cuissons oxydantes sont majoritaires dans ce lot, représentées par 100 % des pâtes fines et 90,65 % des mi-grossières. Seules 45,31 % relèvent des mi-fines. Aucune différenciation n’est observée entre les groupes techniques et la nature des cuissons, contrairement au mobilier de la Basse Auvergne, où une distinction plus nette est constatée. Dans le cas de Chevagnes, le mode de cuisson ne constitue pas un critère déterminant pour la fonction du vase, les cruches autant que les oules/marmites subissant une cuisson oxydante. Les deux autres modes s’avèrent négligeables et ne dévoilent pas de caractéristiques particulières.

Les revêtements, la glaçure à l’engobe

109Le mobilier bourbonnais est généralement peu pourvu de revêtements ; celui de Chevagnes ne contredit pas cette observation. Exception faite des vases résiduels (faïences et porcelaine), la glaçure et l’engobe sont les deux seuls revêtements observés.

110La glaçure recouvre 18 vases, dont 11 parois internes et 7 externes. La couverte en face interne est très fine et limpide, ainsi que très altérée par les frottements répétés. Les teintes perceptibles sont le kaki et le brun. Pour les glaçures externes, leur épaisseur s’avère plus notable et couvrante, de coloration brune, beige ou kaki.

111L’engobe de décoration, ocre, est utilisé pour tracer des bandes verticales ou horizontales décoratives, appliquées le plus souvent au doigt sur les parois externes de 17 récipients kaolinitiques, destinés au service de la table. Ces bandes ne sont pas fréquentes en Bourbonnais, on les rencontre au sein d’occupations attribuables au xive siècle.

Nature des décors

112Trois types de décors ont été observés. Le plus abondant est la bande rapportée appliquée exclusivement sur des formes fermées. Vingt-quatre vases en sont pourvus. Les bandes présentent trois sections différentes : triangulaire, rectangulaire et plate. Les deux premières recouvrent des récipients issus de productions locales, alors que les plates, relevées sur les pâtes kaolinitiques, résulteraient d’ateliers plus lointains. Quoi qu’il en soit, toutes sont associées à des cannelures ou des empreintes digitales. La deuxième décoration est une paire de deux incisions horizontales et parallèles repérées sur la partie supérieure d’un col de récipient fermé. Enfin, un fragment d’anse en console arbore quatre poinçons, dont trois à l’emplacement du poucier.

Corpus du mobilier

113Sur 176 poteries identifiées, on distingue 62 formes appartenant à cinq services, la préparation, la cuisson, la conservation, le service de la table, l’hygiène et deux autres liés à l’activité foyère et peut-être au jeu ou au filage de la laine. Ces services se composent de 8 jattes, 109 oules/marmites, 21 cruches dont 6 de table, 16 jarres de stockage, 4 pichets, 1 assiette attribuable à la période moderne, 2 tasses, 2 gourdes, 2 couvercles, 3 couvre-feux et 7 cuviers. 4 disques façonnés dans des tuiles pourraient être interprétés comme des éléments d’un jeu ou de fusaïoles non percées.

  • 111 Guyot 2004.

114Le service de la préparation se compose de six formes distinctes à pâte fine et majoritairement oxydante. Trois d’entre elles sont inédites dans cette partie de l’Auvergne. Les autres se rencontrent dans d’autres sites entre le xiiie et le début du xvie siècle, intervalle notamment fixé par plusieurs datations par le radiocarbone111. Leur ouverture mesure entre 34,8 et 48 cm de diamètre pour une hauteur aux alentours de 12 cm.

115La vaisselle de cuisson, représentée par 109 pots (soit 61,91 % des individus), identifiables comme des oules/marmites, est sans aucun doute la plus abondante. Vingt-sept formes se côtoient dans le répertoire. Les rebords en collerette pentue, associés à une panse globulaire, s’avèrent les plus nombreuses. Parmi elles, 11 formes de bord font leur apparition dans le corpus bourbonnais, les autres étant fréquemment rencontrées dans la moitié nord de l’Auvergne. Contrairement aux jattes, leurs dimensions évoluent beaucoup d’un individu à l’autre. Les comparaisons établies avec du mobilier de la région montrent une grande homogénéité. On peut les rattacher au xiiie-xive siècle.

116Le service de la conservation est constitué par 21 cruches (soit 11,93 %) et par 16 jarres (soit 9,09 %). Les premières sont essentiellement consacrées au stockage, interprétation induite par une physionomie généreuse. Seules 6 cruches de table sont identifiables (soit 3,41 %), toutes pourvues d’un lissage prononcé de leur pâte kaolinitique et de bandes ocres. Appliquées au doigt, ces dernières revêtent exclusivement les parties supérieures des pots, dont les becs tubulaires pontés. Les autres cruches sont façonnées dans une large mesure avec une argile mi-fine cuite en mode oxydant. Les becs verseurs sont en grande majorité pontés, apposés à une anse en console. Enfin, parmi les cruches, trois formes apparaissent inédites. Les jarres quant à elles sont façonnées dans une pâte plus grossière et nettement plus épaisse, où les cuissons et les post-cuissons sont fréquemment scindées. Seules les parties supérieures de leur forme ont été retrouvées. Leur ouverture atteint entre 37 et 58 cm de diamètre pour une moyenne située vers 53 cm. Plusieurs présentent des bandes rapportées digitées aux abords de leur col. Ce service a été utilisé entre le xiiie et le xve siècle.

  • 112 Guyot 2011.

117Le service de la table n’apparaît pas abondant, puisque seuls 4 pichets (soit 2,27 %), 2 tasses (1,14 %) et 2 gourdes sont inventoriés. Il faut également compter sur la présence des 6 cruches de table, soit 14 individus au total (7,95 %). Contrairement aux cruches de table, les pichets ne sont pas systématiquement façonnés avec une argile kaolinitique. C’est par ailleurs une argile plus commune qui a été observée. Quoi qu’il en soit, les formes sont élancées et relativement fines. Les rebords sont triangulaires, les panses plutôt ovoïdes, complétées par des piédestaux. Ces vases illustrent quatre formes distinctes, répertoriées dans des contextes du xiiie et de la première moitié du xive siècle. Deux tasses façonnées avec une pâte kaolinitique sont également identifiées. Elles adoptent une forme répertoriée sur deux autres sites bourbonnais, mais aussi plus récents, à Combronde (Puy-de-Dôme)112. Les deux gourdes sont en revanche des vases uniques en Auvergne. Seuls les abords des becs tubulaires permettent d’envisager leur forme générale. Deux anses jouxtent ce goulot, surmontant un probable corps circulaire. Enfin, une assiette a également été recueillie mais dans les niveaux supérieurs. Elle est en faïence de grand feu, attribuable à la seconde moitié du xviiie siècle.

118L’hygiène est également présente dans le répertoire, illustrée par 7 cuviers façonnés à l’aide d’une pâte mi-fine. Les ouvertures mesurent de 51 à 57 cm de diamètre pour une hauteur estimée à une vingtaine de centimètres. Les rebords en large bourrelet donnent naissance à une paroi en deux sections, hémisphérique en partie supérieure et tronconique inversée en partie inférieure. À l’instar des jarres, récipients également volumineux, plusieurs cuviers arborent des bandes rapportées à l’approche du bord.

119Deux couvercles et trois couvre-feux ont aussi été décelés. L’un des couvercles est plus approprié pour les oules/marmites alors que le second à pâte kaolinitique devait couvrir un récipient du service de la table. Les trois couvre-feux adoptent une forme hémisphérique similaire pourvue d’une cannelure. Une seule préhension à profil en anneau est observée sur le point haut de la calotte. Enfin, les derniers ustensiles sont quatre disques façonnés dans des tuiles, interprétés à défaut comme des fusaïoles inachevées.

Synthèse

120Mis à part les trois vases antiques et l’assiette moderne, l’essentiel des récipients, qu’ils soient contemporains de l’occupation ou appartenant aux couches antérieures, comporte des similitudes techniques, morphologiques et chronologiques avec de nombreux mobiliers bourbonnais et du nord de la Basse Auvergne attribuables aux xiiie-xve siècles. Ces analogies se remarquent essentiellement au sein du groupe technique des pâtes communes mi-fines. Un constat différent est en revanche établi avec les pâtes kaolinitiques qui s’avèrent davantage tournées vers un intervalle de la seconde moitié du xiiie à la fin du xive siècle. Malgré cette imprécision liée à l’évolution lente des céramiques, ces deux chronologies répètent et confortent les datations dendrochronologiques attribuables à 1359-1360.

121Pour ce qui est des aires d’échanges, les comparaisons établies permettent d’appréhender deux formes de vaisselle à Chevagnes. Les poteries les plus communes sont assurément issues de productions bourbonnaises, alors que le mobilier du service de la table, si particulier dans le paysage local, pourrait provenir d’un approvisionnement plus éloigné.

Conclusion générale

122Malgré son caractère partiel, la fouille du Tronçay à Chevagnes a permis d’aborder le site dans son ensemble, de le replacer au sein du terroir médiéval, et de montrer quelques-uns des caractères d’un site castral bourbonnais à la fin du xive siècle.

123Loin des cinq enclos initialement envisagés, la fouille a mis en évidence deux ensembles. Un château à motte et sa basse cour constituent les deux premiers enclos repérés. Par la suite, une maison forte compose le troisième enclos. Apparue à la même époque, la quatrième zone – qui n’est sans doute pas un enclos – n’a qu’une fonction d’annexe artisanale et n’est absolument pas fortifiée. Quant au cinquième enclos envisagé, il s’agissait d’une lecture hâtive des photographies aériennes.

  • 113 Cf. le cas de Brandes-en-Oisans fouillé par Marie-Christine Bailly-Maître où le site minier est pro (...)

124Au cours du xiiie siècle, le château s’installe dans un paysage déjà largement occupé, à proximité du bourg et d’une voie. L’association d’un ensemble castral, assez tardif, et d’une activité métallurgique, sans doute conjoncturelle, fait de la fortification un lieu d’exploitation du terroir, avec une vocation non pas seulement agricole comme souvent, mais en plus artisanale voire « minière », rarement mise en évidence ailleurs113.

  • 114 Sur les problèmes de la genèse du château cf. entre autres : Poisson 1994 ; Gaime, Rouger, Gauthier(...)
  • 115 Fournier 1977, p. 231.

125La dernière partie de l’occupation à Chevagnes est mieux documentée114. La maison forte, qui vient compléter ou remplacer en 1359-1360 le château à motte déjà ancien, appartient à un mouvement général des premières décennies de la guerre de Cent Ans115. Elle peut apparaître alors comme une fortification spécifique, typologiquement nouvelle, qui vise à protéger efficacement. La lecture de nos vestiges reste néanmoins délicate. Qu’en est-il réellement du château primitif ? Sa basse cour est encore occupée, mais pour cette phase nous ne savons rien du tertre lui-même.

  • 116 Sur une fortification à vocation militaire marquée : Poisson 1985.
  • 117 Fournier 1977, p. 230.
  • 118 Salch 2002.

126L’enclos 1 correspond typologiquement et sans équivoque à une « maison forte » sur plateforme circulaire, défendue par le pont-levis et très vraisemblablement par une levée de terre. Sa petitesse relative en fait à coup sûr un élément militaire, défensif, dissuasif et efficace au-delà des aspects symbolique et ostentatoire inhérents à la construction116. Les vestiges mettent surtout l’accent sur le travail du fer. Dans son essai de sociologie monumentale, Gabriel Fournier soulignait le renouveau du paysage castral au début de la guerre de Cent Ans, illustré par deux ordonnances de 1367 – l’une de Charles V, l’autre du duc de Bourgogne – assez caractéristiques de la volonté de fortifier le pays, ainsi que des éléments jugés essentiels en temps de guerre, comme la forge117. En montrant l’étroite imbrication entre le site seigneurial et le site de production métallurgique, la fouille de Chevagnes amène au moins à s’interroger sur l’évolution de cette relation dans le temps118. À Chevagnes, la matière première se trouve sur place, permettant de regrouper et protéger toute la chaine opératoire, schéma idéal en temps de guerre. L’abandon de cette exploitation après l’incendie de la maison forte ajoute à son caractère conjoncturel.

  • 119 Flambard Héricher 2008.
  • 120 « Au xiiie siècle émerge l’artisanat du fer qui constituera l’activité spécifique de ce secteur du (...)

127D’autres opérations récentes illustrent l’importance du lien entre château et forge, notamment la basse cour du Château Ganne, fouillé par Anne-Marie Flambard Héricher119, ou le château de Caen où Bénédicte Guillot a mis au jour une forge de la guerre de Cent Ans120. La maison forte de Chevagnes constitue un nouvel exemple de l’attention accordée à cet artisanat en contexte castral, et montre l’intérêt pour le seigneur de maîtriser et de contrôler pleinement en période de guerre une production stratégique. Mais plus que la forge elle-même, ce sont surtout les produits finis qui méritent protection : une fonction de stockage peut ainsi être envisagée, en plus du rôle résidentiel, pour le bâtiment de l’enclos 1 interprété comme une maison forte.

128Si les découvertes effectuées à Chevagnes peuvent paraître exceptionnelles, on peut se demander si les structures qui y étaient conservées grâce à l’humidité du lieu ne sont pas le reflet d’un type de site courant au début de la guerre de Cent Ans en Bourbonnais.

Top of page

Bibliography

AFNOR
1974, Normes Françaises Homologuées, Bois nomenclatures, Association française de Normalisation des bois, Paris, AFNOR, 75 p.

Arnaud P.
2006, « Rapport final d’évaluation archéologique, le Tronçay à Chevagnes », INRAP.

Bailly-Maître M.-C.
1994, Brandes-en-Oisans, la mine d’argent des dauphins xiie-xive s., ALPARA, Collection des Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (DARA n° 9), 172 p.

Bettencourt dom
1867, Noms féodaux ou noms de ceux qui ont tenu fiefs en France, depuis le xiiesiècle. jusque vers le milieu du xviiiesiècle, Paris, (Réimp. Bruxelles, 1968)

Blary F. et Durey-Blary V.
2003, « Le château de Château-Thierry du xie au xve siècle, la place du bois dans la construction et les aménagements », dans Schwien J.-J. (dir.), Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge, actes du colloque de Lons-le-Saunier, des 23-24 octobre 1997, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 371-393.

Bourdrel P.
2009, « Paul Zahnd – Charpentier à l’ancienne », www.charpentealancienne.com.

Bur M. (dir.)
1984, La maison forte au Moyen Âge, actes du colloque de Pont-à-Mousson (31 mai-3 juin 1984), éditions du CNRS.

Chapelot J. et Fossier R.
1980, Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette.

Collectif
1980, « Les fortifications de terre en Europe occidentale du xe au xiie siècle », colloque de Caen, 2-5 octobre 1980, Archéologie médiévale, t. XI.

Daveau I.
1995, « Un complexe métallurgique et minier du haut Moyen Âge : habitats Gaulois, Gallo-romain et du haut Moyen Âge : Vert-Saint-Denis, Les Fourneaux (77234495-2AH) : DFS de sauvetage urgent 01/04/94 au 31/08/94 », Paris, AFAN centre-nord, Saint-Denis, SRA.

Daveau I. et Goustard V. avec la collaboration de Bahain J.-J.
2000, « Un complexe métallurgique et minier du haut Moyen Âge. Le site des Fourneaux à Vert-Saint-Denis (Seine-et-Marne) », Gallia, 57, p. 77-99.

1997, « Vert-Saint-Denis. Mine et métallurgie du Moyen Âge », Archéologia, n°  330, p. 42-51.

Deberge Y.
2009, L’oppidum arverne de Gondole (Le Cendre, Puy-de-Dôme). Topographie de l’occupation protohistorique (La Tène D2) et fouille du quartier artisanal : un premier bilan, RACF n° 48.

Domergue C. et Leroy M.
2000, « L’état de la recherche sur les mines et les métallurgies en Gaule, de l’époque gauloise au haut Moyen Âge », Gallia, 57, p. 3-10 et 147-149.

Épaud F.
2009, « Approche ethnoarchéologique des charpentes à poteaux plantés : les loges d’Anjou-Touraine », Archéologie médiévale, t. 39, p. 121-160.

Flambard Héricher A.-M.
2008, Le Château Ganne. Premiers résultats de la fouille archéologique, Caen, Publications du CRAHM.

Focşa G.
1975, Ţara Oaşului, Studiu etnografic, culture materială, Museul Satolui, Art Grafică, Bucarest, t. 2, 438 p.

Fournier G.
1961, « Vestiges de mottes castrales en Basse Auvergne. Inventaire provisoire et essai de classement », Revue d’Auvergne 75, p. 137-176.

1977, Le château dans la France médiévale, essai de sociologie monumentale, Paris, Aubier Montaigne.

Gaime S., Mille P., Gauthier F., Guyot S. et al.
2011, « Motte, maison forte, pont-levis et forge, les caractéristiques d’un site castral médiéval bourbonnais : le Tronçais à Chevagnes (Allier) », Rapport final d’opération, INRAP.

Gaime S., Rouger É., Gauthier F., Arbaret L. et Auvitty C.
1999, « De la nécropole à la motte castrale : l’exemple du site d’Olby (Puy-de-Dôme), premières données de fouilles », Archéologie médiévale, t. 29.

Gaime S. et al.
2000, « Billezois (Allier). Falconnière : les dépendances d’une maison forte au xive siècle », DFS dactylographié, Clermont-Ferrand, t. I, 58 p., t. II, 61 p. + pl.

2005, « Changy (Loire) », DFS INRAP, dactylographié, Bron, 65 p.

2009, « Creuzier-le-Neuf, ZAC des Ancises », DFS INRAP, Clermont-Ferrand.

Gauthier F. et Lallemand V.
1994, « Les fortifications de terre médiévales en bourbonnais », Rapport 1993 de prospection thématique (H17), Clermont-Ferrand.

Germain R.
1987, Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Âge : 1370-1530, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif Central.

2004, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Sayat, Édition De Borée, 680 p.

Gerner M.
1995, Les assemblages des ossatures et charpentes en bois, Paris, Eyrolles, 190 p.

Goustard V.
1991, « La sidérurgie dans l’ouest de l’Essonne », dans Archéologie en Essonne, Actes de la journée archéologique de Grigny, 5 octobre 1991, p. 25-30.

1993, « Un atelier métallurgique de la fin du haut Moyen Âge, Saint-Maurice-Montcouronne “Le Marais”, structures d’habitat et d’artisanat du fer xe-xie siècles », Mémoire de maîtrise, Université de Paris 1, 1993, 236 p.

Goustard V. Leroy M., Serneels V., Daveau I.
1998, « La production sidérurgique en contexte d’habitat aux viiie-xiie siècles : l’apport de fouilles récentes en France et en Suisse » dans Beck P. (dir.), L’évolution technique au Moyen Âge, Actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, Paris, p. 139-144.

Guillot B.
à paraître, Activités artisanales et vie quotidienne dans le château de Caen (xie-xviesiècles) à partir des fouilles récentes (2005-2010), Caen, à paraître 2012.

Guyot S.
2004, « La céramique médiévale en Basse Auvergne », thèse de doctorat de 3e cycle de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, directeurs de mémoire Françoise Piponnier et Étienne Hubert, Lons-le-Saunier, vol. I : Synthèse, 713 p., vol. II : Catalogues céramologiques, p. 714-1447.

2008, « Étude céramologique du mobilier de Chevagnes (Allier) », document dactylographié, fouille préventive, INRAP sous la dir. de S. Gaime, Villette-les-Arbois, 45 p.

2011, « Combronde (Puy-de-Dôme), ZAC de l’Aize, étude du mobilier céramique », document dactylographié sous la dir. M. Dupuis, fouille préventive, Hadès, Balma, 3 vol., vol. III, p. 14-40.

Irimieş D.
1975, « Contribuţi privind studiul tipurilor de punţi şi poduri de lemn din Transilvania », dans Anuarul Muzelui etnografic al Transilvaneie, 1974-1975, Cluj Municipiul, Cluj-Napoca, p. 137-158.

La Faige A. de et La Boutresse R. de
1936, Les fiefs du Bourbonnais, t. 2, Moulins, rive droite de l’Allier, Moulins, Crépin-Leblond.

Lallemand V.
2004, « La maison forte de Pré-Putet à Yzeure (Allier) : les données de terrain », Pages d’archéologie médiévale en Rhône-Alpes, V-VI, p. 93-105.121.

Lefevre J.-C. et Guérin G.
2011, « Rapport des analyses effectuées sur les échantillons de Chevagnes », dans Gaime, Mille, Gauthier et al. 2011.

Leguai A.
1969, De la seigneurie à l’État. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent Ans, Moulins, Imprimeries réunies.

Léost D.
2001, « Le château de Rouen (1204-1591) de la construction au démantèlement », Thèse de doctorat sous la direction de J.-P. Legay, Université de Rouen, 325 p.

Léost D., Roy N. et Flavigny L.
2004, Le château de Rouen et son donjon dit la tour Jeanne d’Arc, Musées départementaux de la Seine-Maritime, 160 p.

Leroy M.
1990, « Un site de production sidérurgique du haut Moyen Âge en Lorraine », Archéologie médiévale, t. XX, p. 141-179.

2001, « La production sidérurgique en Gaule : changements et mutations perceptibles entre le Haut-Empire et les débuts du haut Moyen âge », dans Polfer M. (dir.), Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain, Actes du colloque d’Erpeldange, 4-5 mars 1999, Monogr. Instrumentum 9, p. 79-95.

Litaudon M.
1938, « Notes inédites sur Chevagnes », BSEB, p. 11-44.

1950, Histoire du canton de Chevagnes – t. 1, des origines à 1531, Moulins, 1950, réed. 1997.

Mangin M. (dir.)
2004, Le fer, collection « Archéologiques » dirigée par Alain Ferdière, Paris, éditions Errance.

Mattéoni O.
1998, Servir le Prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne.

Mesqui J.
1979, « Provins, la fortification d’une ville au Moyen Âge », Bibliothèque de la société française d’archéologie, n° 11, Arts et métiers graphiques, Paris, 317 p.

1993, Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, Paris, Éditions P. Grands Manuels.

Nicolay N. de
1875, Description générale du Bourbonnais en 1569, Moulins.

Orengo L.
2003, Forges et forgerons dans les habitats laténiens de la Grande Limagne d’Auvergne, (préf. M. Feugère), Éditions Monique Mergoil, 325 p.

Jean d’Orronville,
La chronique du bon duc Loys de Bourbon, Société de l’histoire de France, Chazaud A.-M. (éd.), Paris, Renouard, 1876.

Pesez J.-M.
1984, « Approche méthodologique d’un recensement général des fortifications de terre en France », dans Château Gaillard, XII, Caen, p. 331-341.

Pesez J.-M. et Piponnier F.
1972, « Les maisons fortes bourguignonnes », Château Gaillard, V, Caen, p. 143-164.

Poisson J.-M.
1985, « Recherches archéologiques sur un site fossoyé du xive siècle : la bastide de Gironville (Fort-Sarrazin, Ambronay, Ain) », Château Gaillard, XII, Caen, p. 225-236.

1994, « Église et château sur le site de Villars (Ain) : Archéologie et histoire », dans Papauté, monachisme et théories politiques, mélanges Marcel Pacaut, Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévale, Presses universitaires de Lyon.

2007, « Mottes castrales et autres fortifications médiévales de terre et de bois : état de la question en France », dans Motte-Turmhügelburg - Hausberg, Beiträge zur Mittelalterarchäologie in Österreich, 23/2007, OGM, p. 47-59.

Poklewski-Koziell T. (dir.)
La Forge au Château, VIIe colloque international sur l’histoire des armes et de l’armement médiévaux, Khugenthal en Alsace, 16-20 octobre 2000, Fasciculi Archaeologia Historicae, XIII-XIV, Łódź, 2000-2001-2002.

Prat B.
2011, « Études palynologiques du fossé médiéval, site du Tronçay », dans Gaime et al. 2011.

Prodeo F., Marembert F. et Massan P.
2006, « Pineuilh, la Motte (Gironde) : une résidence aristocratique à la charnière de l’an Mil », dans Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, xe-xve siècles, Carcassonne (Archéologie du Midi Médiéval, supplément 4), p. 419-424.

Querrien A. (dir.)
2004, « La résidence aristocratique rurale de Montbarron (Levroux, Indre), fin xie-début xiiie siècle », Archéologie médiévale, t. 34, p. 65-165.

Salch C.-L.
2002, « Les forges dans les châteaux, questions », dans Poklewski-Koziell (dir.), p. 11.

Sirot É.
2007, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales. Du milieu du xiie au début du xvie siècle, Paris, Picard (Espaces médiévaux).

Vayssière A.
1894, « Les parcs de Beaumanoir-les-Moulins et de Chevagnes et les autres résidences ducales du Bourbonnais », Archives historiques du Bourbonnais, t. 3, p. 244-264.

Viollet-le-Duc E.
1854-1868, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xve siècle, Paris, éditions Bance, 10 vol.

Top of page

Notes

1 Arnaud 2006.

2 Sur les parcelles F 221 et 278p.

3 Du 5 octobre au 5 décembre 2007, une équipe de 17 personnes a été réunie sous la direction de Sébastien Gaime (responsable) et de Philippe Arnaud (responsable adjoint).

4 Cadastre de 1810 (AD Allier).

5 Prat 2011.

6 L’hypothèse d’une mauvaise conservation des niveaux n’est pas très compatible avec ce que nous avons retrouvé ailleurs dans les enclos 1, 2 et dans une moindre mesure 4.

7 Les comblements du fossé 463/72 ont fourni de la céramique qui correspond à des types dont la date d’apparition semble être le xiiie siècle : poterie 19, 20, 21.

8 Us 455 pour la branche nord-ouest.

9 241 kg de résidus métallurgiques de toutes sortes ont été prélevés.

10 Cf. étude infra, détermination Jean-Claude Lefevre et Gilles Guérin.

11 Pour Mathieu Rué, il est plus vraisemblable d’envisager une importation du minerai car les accumulations ferromanganiques sont en quantité trop faible pour permettre une exploitation.

12 Fosses 600 (9 x 10 m) et 94 (12 x 12 m).

13 Le fossé 156 au sud-est, et le fossé 26 au nord-est.

14 Leroy 1990.

15 Fond de cabane Us 120/négatifs us 241 à 247.

16 Rien ne permet toutefois de l’identifier avec une zone de forge. Typologiquement l’on s’attendrait plutôt à trouver une telle structure dans la première moitié du Moyen Âge. Sur le site de Creuzier-le-Neuf, un fond de cabane similaire a été daté de la même manière (datation Alban Horry, dans Gaime et al. 2009, p. 34).

17 Fossés 165 et 2.

18 Pesez et Piponnier 1972.

19 Les céramiques découvertes dans les comblements des fossés 160 et 2 sont similaires (fig. 14).

20 À l’est, les fossés 165 et 455 fonctionnent ensemble.

21 Objets n° 590 à 597.

22 Identification Manon Cabanis, INRAP.

23 Cette remarque a déjà été faite sur les sites de Billezois dans l’Allier et de Changy dans la Loire où les analyses géomorphologiques respectives de Gérard Vernet et d’Odile Franc ont confirmé cette manière de procéder qui apparaît comme caractéristique de la construction de terre et bois dans un environnement plutôt humide, Gaime et al. 2000 et 2005.

24 Us 255, 254, 321, 303 et 263.

25 Us 447, 451, 450 et 452.

26 Us 450, 453, 452, 614, 615.

27 Une telle disposition existe selon Chapelot et Fossier 1980, p. 271 pour la maison de Husterknupp (Allemagne xie siècle).

28 Cf. http://www.charpentealancienne.com : Paul Zahnd – « Charpentier à l’ancienne » par Paul Bourdrel et information personnelle sur la taille d’une poutre.

29 Sur cette démarche cf. Épaud 2009, p. 121.

30 Les très nombreuses données à prendre en compte ne permettent pas encore, en l’état actuel du travail, de présenter une restitution satisfaisante pour l’élévation.

31 Cf. Chapelot et Fossier 1980.

32 Us 614 et 202, fig. 22, état 2.

33 Dans l’hypothèse d’une forge, il est fréquent, si l’on se réfère à la documentation disponible, toutes périodes confondues, que les espaces utilisés ne soient pas totalement fermés, mais des simples appentis ouverts. Orengo 2003 ; Deberge 2009.

34 Us 174 C5, Cf. C. Dunikowski infra.

35 Ensemble argilo-sableux hétérogène et remanié sous les numéros d’us 238, 260, 267, 269 et 316. Épaisseur variant de 32 à 96 cm environ. Cf. fig. 14.

36 Il s’agit des Us 708, 313, 314, 121, 404, 175, 406, 405, 370, 371, 373 et 374, fig. 22.

37 La distance la plus courte entre le fossé de la maison forte et le fossé 171 est de 8,40 m.

38 Us 325 et 326.

39 L’étude de Béatrice Prat montre bien la présence du chêne.

40 Étude complète en cours par Amélie Berthon (Éveha) dans le cadre d’un projet collectif (dir. S. Gaime, INRAP, et J. Charmoillaux, SRA).

41 Cf. supra.

42 Deux cent trente-sept restes dont plus de la moitié (121) n’ont pas été identifiés. Ces vestiges osseux se répartissent très inégalement dans 21 structures.

43 Pour empêcher la rouille.

44 Détermination Manon Cabanis, Inrap.

45 Il est difficile de savoir quelle durée cela représente.

46 Analyse Béatrice Prat.

47 Us 238, 260, 267, 269 et 316.

48 Zone centrale Us 39, 40, nord de l’enclos 4 Us 499/465.

49 AN, P 13741, n° 2369 ; Litaudon 1950.

50 Guillaume de Thianges reconnaissait tenir, outre la motte de Paray, le domaine, le bois, la haute justice à l’exception de ce que feu sa mère, Falca, avait acquis du chevalier Guillaume Tronçay (AN, P 4662, n° 238, Bettencourt 1867 [1968], IV, p. 127). Un aveu de Girard de Thianges au seigneur de Luzy (1353) précise que les biens provenant de Guillaume de Tronçay, exclus du dénombrement, ont été acquis par échange (AN, P 4662, n° 239).

51 AN, P 4543, n° 203.

52 AD Allier, A 115, fol. 541.

53 Le passage d’un fief d’une famille noble à un détenteur non noble est un cas de figure fréquent à cette époque. Pour le xive siècle, les mentions de fiefs estimés à dix livres ou moins concernent pour moitié des fiefs roturiers (Germain 1987). Pendant la guerre de Cent Ans, ce mouvement s’intensifia du fait des difficultés financières des nobles. Cette accession à des biens et droits seigneuriaux était acceptée, et l’inaptitude des roturiers au service du ban était compensée par le droit de rachat, contrepartie financière payée par l’acquéreur ou l’ancien fieffé. L’acquisition d’un fief d’un certain revenu est parfois la première étape visant à l’accession à la noblesse.

54 Ainsi Claude Bourdon, roturier, dans le premier tiers du xvie siècle, construit sur ses terres soumises au cens des bâtiments, une grange et un colombier le tout entouré de fossés à Maulregard près de Varennes-sur-Allier (AD Allier, E 652, fol. 77). En 1432, Guiot Constant obtint du duc l’autorisation de bâtir un château fortifié à Avrilly sur la commune de Trévol (La Faige et La Boutresse 1936, vol. 2).

55 AN, P 4543, n° 203, extrait de la nommée de Guiot de Chandieu (1367) : « [...] Item en celle maisme justance a congneu et confessé li diz Guioz de Champdeo tenir en fié dudit mons. le duc les choses heritaiges qui s’ensuivent, c’est assavoir la mote de Tronçay qui fut Johan Heymart ; item le bois appellé la Garene de Tronçay qui fut dudit Joh. Heymart, tenant au bois de feu mons. Guillaume de Tronçay ; item ung estamp, tenant au chemin par lequel l’on vait de Chevaignes a Molins avec les prez et pastoureaulx tenant audit estamp ; item ung champ tenant audit chemin. Item ung autre champ tenant a ladite garenne ; item ung autre champ appellé le Champ de la Vigne ; item plusieurs pieces de terre inganaibles qui poent monster jusques a l’estimation de trante bichetees de terre ou envoyron ; item un tenement appellé le Tenement a la Frutiere ; item le tenement que tient Guillaumin Brier en peant chascun an doze solz au moys d’aoust, trois quarterons d’avoine et une geline en mars huit solz ; item le tenement Hodin Brier en aoust doze solz trois quarterons d’avoine et une geline en mars huit solz ; item le tenement Petit Joh. de chez Brier en aoust cinq solz ung quarteron d’avoine et une geline en mars trois solz ; item le tiers et la motié du tiers de la place du molin de Pontereaul qui fut es hoirs Guillaume de Vismeuf ; item le tierz et la moitié du tierz du grand Groloys et du petit Groloys tenant a la riviere d’Escole [...] ».

56 Au xive siècle, à l’exception du duc de Bourbon, la noblesse est essentiellement constituée de petits seigneurs. La valeur des fiefs connus par la série des aveux et dénombrement de la série P des Archives nationales dépasse rarement les 100 livres de rente (Leguai 1969, p. 56). Avant 1356, sur 21 seigneurs, seulement 2 déclarent un fief rapportant plus de 50 livres. La plupart des fiefs sont de taille modeste, certains n’étant constitués que de droits très réduits correspondant à une journée de travail d’un ouvrier qualifié, soit 10 sous tournois (P 4542, n° 74 ; Leguai 1969, p. 58).

57 AN, P 4551, n° 68 « la maison de la Sarree avec les fossez ».

58 Elle occupe les fonctions d’officiers les plus prestigieux : trois membres sont châtelains de Moulins dans la seconde moitié du xve siècle et un autre devient même trésorier général et trésorier du Bourbonnais vers 1420 (Mattéoni 1998, p. 430).

59 AN, P 13552, n° 103 (copie sur papier AD Allier, D 27).

60 « […] C’est assavoir une metairie appellé la metairie de Tronssay appartenant audit Cordier situee et assise en la paroisse de Chevaignes anssi qu’elle est cy aprés déclarée : et premierement les maisons, granges et estableries, courtillaiges, terres labourables et non labourables, ensemble les mothes qui sont comprises dans ladite métairie, avecques la couche du boy et la garenne tenant d’un cousté le chemyn par ou l’en va dudit Chavaignes a l’estang des Bostz, lad. couche de boys, un pré entre deux assiz et situé amprez de ladite metaierie ; item le grand estang appellé l’Estang de Tronssay, avecques trois autres petitz estangs qui sont assiz et situez le long d’un boys que madite dame a audit Chevaignes appellé le Boys de Chevaignes, l’un desquelz estang est appellé l’Estang Bouchart qui est sur ledit chemin que l’on va dudit Chevaignes a Breulle, l’autre est appellé l’Estang Neuf, et l’autre l’Estang des Bostz […] ».

61 Vayssière 1894, p. 244-264.

62 Un plan très intéressant de 1763 intitulé « Plan du Parc et forêt de Chevagnes reprenant le plan Fleury de 1670 » (dépôt en cours aux AD Allier) complète le cadastre ancien.

63 AD Allier.

64 Leguai 1969, p. 191.

65 Jean d’Orronville, 1876, p. 8.

66 Enfin, ajoutons que l’activité métallurgique attestée archéologiquement à Tronçay ne trouve pas d’écho dans les sources écrites. Seuls le toponyme de « village de Forges » (commune Paray-le-Frésil) mentionné dès 1398 (AN, P 1374/1/2372), la mention au xive siècle d’un tènement des Faures (« tenementum faveri » 1350 et « tenement Johan le Faure » 1367) et Ferrière (commune La Chapelle-aux-Chasses), pourraient faire référence indirectement à l’exploitation du fer dans le secteur.

67 N° 533, 534, 536, 537.

68 N° 528, 529, 530, 531.

69 Respectivement les pieux : 511, 521, 526, 527 et 522, 523, 524, 525.

70 Longeron 562 et longeron 561-564.

71 Les mesures observées ont été respectivement de 6,62 m et 3,01 m pour 561 et 564 et de 7,44 m pour 562.

72 Nous avions envisagé tout d’abord que ces longerons pouvaient courir sur toute la largeur du fossé, mais comme nous le verrons plus loin ceux-ci s’interrompent au niveau du troisième alignement.

73 N° 560, 563, 567, 568 de 2,5 à 3 cm d’épaisseur.

74 N° 543, 557, 548, 580.

75 L’écartement d’axe en axe mesuré entre les alignements de pieux est de 4,20 m donc d’un peu plus de 3,90 m de bord à bord.

76 N° 560 et 563.

77 Gerner 1995, p. 169.

78 La pièce 580, bien que fragmentée, est identique à 548.

79 N° 565.

80 Focşa 1975, p. 343-344. En Roumanie, il n’était pas rare de rencontrer jusqu’au milieu du xxe siècle des ponts clôturés ainsi par des barrières pivotantes ou basculantes (Irimieş 1975, p. 150).

81 Traverse 545 et sa jambe de force 544.

82 N° 571.

83 80 cm x 21 cm x 19 cm de section.

84 Enfin, latéralement, s’ouvre une petite mortaise oblique, non chevillée, qui sert sans doute de butée horizontale.

85 Nous avions imaginé dans un premier temps que ces poteaux jumeaux pouvaient être installés au-dessus des deux rangées de pieux disposées côte à côte (rangée 3 et 4). Mais cette hypothèse ne tenait pas les calculs de charges, le pont-levis ne pouvant relever un tablier mobile de 4,30 m de long. De plus, dans ce cas de figure, les longerons n’auraient eu aucune utilité. L’autre hypothèse de la porte à bascule que nous proposions n’a pas non plus résisté aux calculs des charges : le contrepoids était plus lourd que la porte. Ce type de portique demande de surcroît une stabilité longitudinale parfaite. Ce contreventement longitudinal n’étant pas envisageable au milieu de la passerelle, nous avons logiquement restitué le portique sur le rebord de l’escarpe.

86 N° 546 et 547.

87 N° 549, 576.

88 N° 550.

89 Léost 2001, p. 223-226, transcription du manuscrit : BnF, ms. fr. 26041, n° 5159 du 4 février 1416.

90 N° 549.

91 La flèche 547 possède également, sur sa partie massive, une profonde mortaise longitudinale et latérale. La singularité de son profil et le décrochement de la face de la flèche au niveau de cet aménagement nous incitent à penser qu’il s’agit probablement d’un dispositif de blocage du système à bascule en position fermée (relevée).

92 Sur 546, cette mortaise conserve les vestiges d’un tenon traversant. Ce tenon traversant est sans aucun doute celui qui retient à la fois le châssis du contrepoids et la barre du tourillon.

93 AFNOR 1974, p. 5.

94 Pour lever le tablier mobile, il sera nécessaire d’appliquer en bout de contrepoids une force, kgf = d1 x Mg –d2 x Mg ; 2,25 x 730 kg -1,55 x 680 kg, soit 590 déca newtons (ou kilogramme force) et donc un poids supérieur à 60 kg.

95 Mesqui 1979, p. 146.

96 Blary et Durey-Blary 2003, p. 390-393.

97 Wikipedia.sources : www.wikipedia.org/wiki/Pont-levis.

98 Château de Pierrefonds (Oise), château de Blandy-les-Tours (Seine-et-Marne), château de Rouen (Seine-Maritime), Léost, Roy et Flavigny 2004, p. 134 ; Viollet-le-Duc 1854-1868, vol. 7, à « porte », « portail », « poterne ».

99 Cette partie synthétise les analyses réalisées séparément de C. Dunikowski et J.-C. Lefevre.

100 Moyen utilisés : microscopie optique sous lumière naturelle et polarisée sur lames minces ; dosage du fer par spectrométrie de flamme en émission et absorption.

101 Mangin 2004, p. 100.

102 J.-L. Lefevre et G. Guérin dans Gaime, Mille, Gauthier et al. 2011.

103 L’échantillon Us 269 présente de nombreux cristaux de quartz, des reliquats feldspathiques sur un fond d’oxyde de fer plus ou moins hydraté qui semble provenir d’éléments détritiques de type granodiorite ayant subi une chauffe moyenne (moins de 1000 °C).

104 Mangin 2004.

105 Remerciements à Stéphanie Deprost, documentaliste du Centre de Conservation et d’Étude René Rémond de Lons-le-Saunier (Jura).

106 Daveau et Goustard 2000.

107 Goustard 1998.

108 Leroy 1990.

109 Guyot 2008.

110 Nombre minimum d’individus.

111 Guyot 2004.

112 Guyot 2011.

113 Cf. le cas de Brandes-en-Oisans fouillé par Marie-Christine Bailly-Maître où le site minier est protégé par une motte castrale. Bailly-Maître 1994.

114 Sur les problèmes de la genèse du château cf. entre autres : Poisson 1994 ; Gaime, Rouger, Gauthier et al. 1999.

115 Fournier 1977, p. 231.

116 Sur une fortification à vocation militaire marquée : Poisson 1985.

117 Fournier 1977, p. 230.

118 Salch 2002.

119 Flambard Héricher 2008.

120 « Au xiiie siècle émerge l’artisanat du fer qui constituera l’activité spécifique de ce secteur du château. Trois forges successives ont été étudiées dont la deuxième est un édifice important et imposant représentant près de cinq fois la surface des deux autres ateliers (160 m² contre 33 m²) et dont la construction au xive siècle est probablement liée à la guerre de Cent Ans », Guillot à paraître.

121 . Daveau et Goustard 2000.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Localisation du site dans le département de l’Allier.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-1.jpg
File image/jpeg, 613k
Title Fig. 2 Photographies aériennes et cadastre napoléonien.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-2.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Fig. 3 Emplacement des zones de fouilles par rapport aux structures étudiées.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-3.jpg
File image/jpeg, 282k
Title Fig. 4 Proposition de phasage des structures découvertes.
Credits Relevés : Daniel Parent/équipe de fouille, DAO : Sébastien Gaime
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-4.jpg
File image/jpeg, 166k
Title Fig. 5 Extension vraisemblable du site d’après le cadastre de 1810 et les photographies aériennes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-5.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Fig. 6 Fossé 160, sondage 3, le Tronçay.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-6.jpg
File image/jpeg, 419k
Title Fig. 7 Stratigraphie du fossé de la motte (enclos 3).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-7.jpg
File image/jpeg, 307k
Title Fig. 8 Fosse comblée de scories.
Credits Cl. Alain Boissy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-8.jpg
File image/jpeg, 514k
Title Fig. 9 Fosse aux litages charbonneux dans la partie ouest (extraction possible).
Credits Cl. Alain Boissy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-9.jpg
File image/jpeg, 534k
Title Fig. 10 Enchevêtrement des fosses de déchets d’activités métallurgiques.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-10.jpg
File image/jpeg, 504k
Title Fig. 11 Fosses dont le comblement supérieur est issu de l’arasement de la motte.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-11.jpg
File image/jpeg, 507k
Title Fig. 12 Coupe des fosses d’extraction de minerai.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-12.jpg
File image/jpeg, 163k
Title Fig. 13 Plan et coupe de l’enclos 1.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-13.jpg
File image/jpeg, 206k
Title Fig. 14 Stratigraphie du fossé 160.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-14.jpg
File image/jpeg, 483k
Title Fig. 15 Sondage 1, fossé 160.
Credits Cl. Alain Boissy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-15.jpg
File image/jpeg, 511k
Title Fig. 17 Fossé 160 depuis la plateforme centrale.
Credits Cl. Alain Boissy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-16.jpg
File image/jpeg, 474k
Title Fig. 18 Vestiges du pont vue depuis le centre de la plateforme.
Credits Cl. Alain Boissy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-17.jpg
File image/jpeg, 597k
Title Fig. 19 Résultats des datations dendrochronologiques.
Credits Christophe Perrault, CEDRE
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-18.jpg
File image/jpeg, 197k
Title Fig. 20 Sablière du bâtiment qui occupait le centre de la plateforme.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-19.jpg
File image/jpeg, 534k
Title Fig. 21 Exemple de fondation de poteau circulaire en sous-sol et taillés hors sol (Us 447).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-20.jpg
File image/jpeg, 529k
Title Fig. 22 Restitution du bâtiment de l’enclos 1.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-21.jpg
File image/jpeg, 225k
Title Fig. 23 Structure 205 au sein de l’enclos 1.
Credits Cl./DAO Alain Boissy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-22.jpg
File image/jpeg, 527k
Title Fig. 24 Microfaciès pédosédimentaires (enclos 1), lumière naturelle.
Credits Cl. Mathieu Rué
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-23.jpg
File image/jpeg, 502k
Title Fig. 25 Localisation des toponymes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-24.jpg
File image/jpeg, 492k
Title Fig. 26 Les abords du site au xive siècle.
Credits Fabrice Gauthier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-25.jpg
File image/jpeg, 512k
Title Fig. 27 Relevé des bois retrouvés dans le sondage 3 du fossé 160.
Credits Relevé Pierre Mille, DAO Sébastien Gaime
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-26.jpg
File image/jpeg, 187k
Title Fig. 28 Les pieux des alignements 1 et 2.
Credits DAO Éric Rouger, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-27.jpg
File image/jpeg, 353k
Title Fig. 29 Les alignements de pieux et des longerons avec la restitution des traverses.
Credits DAO Éric Rouger, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-28.jpg
File image/jpeg, 486k
Title Fig. 30 Les planches du tablier et les poutrelles du parapet.
Credits Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-29.jpg
File image/jpeg, 333k
Title Fig. 31 La passerelle de Moulins d’après l’Armorial de Revel, vers 1450, BnF, ms. fr. 22297, fol. 369.
Credits Dessin Pierre Mille
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-30.jpg
File image/jpeg, 175k
Title Fig. 32 La barrière pivotante.
Credits Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-31.jpg
File image/jpeg, 181k
Title Fig. 33a Exemple roumain de barrière pivotante, Transylvanie.
Credits D’après Irimieş 1975, p. 150
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-32.jpg
File image/jpeg, 227k
Title Fig. 33b Exemples roumains de barrière pivotante, Transylvanie.
Credits D’après Focşa 1975, p. 343-344
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-33.jpg
File image/jpeg, 190k
Title Fig. 34 Les pièces du portique.
Credits Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger, cl. Alain Boissy, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-34.jpg
File image/jpeg, 566k
Title Fig. 35 Les flèches du pont-levis et les pièces du contrepoids.
Credits Relevés Pierre Mille, DAO Éric Rouger, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-35.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Fig. 36 Restitution du contrepoids.
Credits DAO Éric Rouger, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-36.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Fig. 37 Restitution de la passerelle.
Credits Dessin Pierre Mille, DAO Sébastien Gaime
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-37.jpg
File image/jpeg, 329k
Title Fig. 38 Restitution de la passerelle.
Credits Dessin Pierre Mille
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-38.jpg
File image/jpeg, 297k
Title Fig. 39 Scories analysées et photographiées.
Credits Cl. C. Dunikowski
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-39.jpg
File image/jpeg, 781k
Title Fig. 40 Catégories des déchets mis en évidence après le tri.
Credits C. Dunikowski
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-40.jpg
File image/jpeg, 349k
Title Fig. 41 Résultats des dosages de fer par spectrométrie de flamme.
Credits J.-C. Lefevre et G. Guérin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-41.jpg
File image/jpeg, 201k
Title Fig. 42 Oolithes analysés et photographiés.
Credits J.-C. Lefevre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-42.jpg
File image/jpeg, 464k
Title Fig. 43 Échantillons de céramique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-43.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 44 Échantillons de céramique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11348/img-44.jpg
File image/jpeg, 208k
Top of page

References

Bibliographical reference

Sébastien Gaime, Fabrice Gauthier, Pierre Mille, Stéphane Guyot, Christophe Dunikowski and Jean-Claude Lefevre, « Un site castral bourbonnais au début de la guerre de Cent Ans : le Tronçais à Chevagnes (Allier) », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 77-122.

Electronic reference

Sébastien Gaime, Fabrice Gauthier, Pierre Mille, Stéphane Guyot, Christophe Dunikowski and Jean-Claude Lefevre, « Un site castral bourbonnais au début de la guerre de Cent Ans : le Tronçais à Chevagnes (Allier) », Archéologie médiévale [Online], 41 | 2011, Online since 18 June 2018, connection on 22 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11348 ; DOI : 10.4000/archeomed.11348

Top of page

About the authors

Sébastien Gaime

Archéologue, Inrap

Fabrice Gauthier

Archéologue, Inrap

Pierre Mille

Archéologue, Inrap

By this author

Stéphane Guyot

Céramologue, Inrap/UMR 7044, CNRS/Université de Strasbourg Géomorphologue, Inrap/Artheis, UMR 5594, CNRS/Université de Bourgogne, Dijon.

By this author

Christophe Dunikowski

Inrap, UMR 5060

Jean-Claude Lefevre

CNRS, Faculté des Sciences, Orsay

Top of page

Collaborators

Christophe Perrault

Cedre - Centre d’Étude en Dendrochronologie et de Recherche en Écologie et paléoécologie, Besançon

Béatrice Prat

Palynologue, Inrap/Geolab, UMR 6042, CNRS/Université Blaise Pascal, Maison des Sciences de l’Homme, Clermont-Ferrand

Mathieu Rué

Géomorphologue, Inrap/Artheis, UMR 5594, CNRS/Université de Bourgogne, Dijon

Pierre Caillat

Archéologue, Inrap

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals