Navigation – Plan du site

La construction de la forme urbaine de Pontoise au Moyen Âge : entre « impensé » et stratégies des élites

The construction of Pontoise urban form in the Middle Ages: from unplanned to the action of the elites
Unbewußtes und Strategie der Eliten in der Bildung der Stadtmorphologie von Pontoise im Mittelalter
Sandrine Robert
p. 123-167

Résumés

À Pontoise, le croisement entre l’analyse du parcellaire du xixe siècle, les données archéologiques et les sources historiques a permis de comprendre le développement de la ville de l’Antiquité au xvie siècle. Des formes remarquables (château et église disparus, enclos ecclésiaux, enceintes, etc.) ont été décelées et une première limite – jusqu’ici inconnue – de la ville fortifiée mise en évidence. La dynamique de développement de nouveaux pôles aux portes de cette enceinte et l’importance des enjeux qui se nouent autour du contrôle des axes de circulation interrégionaux sont apparus particulièrement structurants dans la formation urbaine dès le xie siècle. L’observation multiscalaire montre que la construction de la ville intègre des formes organisées qui sont le résultat d’héritages ou de développements spontanés et des formes que les élites produisent volontairement pour contrôler les centres et les voies de communication. La forme de la ville est à la fois un « impensé » – résultat de stratégies sociales dont l’objectif n’est pas de créer de l’urbain – et la conséquence d’opérations urbanistiques volontaires, mais portant sur des espaces limités.

Haut de page

Texte intégral

Un grand merci à Bernard Poirier et Hélène Noizet pour leur relecture avisée.

Introduction

  • 1 Ce terme permet de distinguer la circulation et les différents tracés sur lesquels elle peut s’appu (...)
  • 2 Dousset 1989, p. 8.
  • 3 Des études monographiques analysant en détail le parcellaire ont été publiées pour Villeneuve-l’Arc (...)
  • 4 Robert 1997, 1999a et b et 2003a et b.

1Située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Paris, Pontoise est, avec Mantes, la ville principale du Vexin français au Moyen Âge. Née au haut Moyen Âge d’un portus et d’un castrum, au croisement de la vallée de l’Oise et des itinéraires1 reliant Paris à Rouen et à Dieppe, la ville bénéficiant d’un emplacement privilégié connaît un essor tel qu’au xiiie siècle, elle comprend six paroisses, deux couvents mendiants, un vicariat, trois hôpitaux, plusieurs marchés et un pôle artisanal ; au début du xive siècle2, elle atteint 10000 habitants. Pourtant, la morphogenèse de la ville est encore mal connue. Le renouvellement intellectuel de la recherche dans ce domaine3 a conduit, dans le cadre d’une thèse sur « l’analyse morphologique des paysages entre archéologie, urbanisme et aménagement du territoire4 », à s’y intéresser.

2En mettant en évidence le tracé d’une enceinte urbaine du xiie siècle, enveloppant le castrum jusqu’ici assimilé à tort au château royal, cette étude a permis de comprendre la dynamique des faubourgs et les enjeux du contrôle des axes de circulation interrégionaux. La connaissance de l’organisation du parcellaire rural à l’échelle de la commune et de ses environs incite à interpréter la régularité de certains quartiers urbains. Enfin, plusieurs formes remarquables (château et église disparus, enclos ecclésiaux, paroissiaux, et plus classiquement l’enceinte urbaine) font figure de véritables cas d’école par la qualité de leur fossilisation dans le parcellaire.

1. Méthodes et sources

1.1. Historiographie de la recherche en morphologie urbaine

  • 5 Des historiques détaillés de cette recherche ont été proposés (Gauthiez 2001 ; Darin 1998 et 1993, (...)
  • 6 Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié (dir.) 2003.
  • 7 Cf. synthèse pour l’urbanisme normand par exemple dans Gauthiez 2003b.
  • 8 Bourgeois 2000 et 2005.

3La recherche actuelle a hérité d’une partie des concepts élaborés en morphologie urbaine à la fin du xixe siècle5. Un premier courant a donné une place dominante aux élites et aux organisations planifiées ; un deuxième a privilégié une approche plus géographique et économique, un troisième, une approche d’anthropologie sociale intégrant le temps, montrant que la forme projetée au sol transforme le milieu tout en étant transformée par lui. La publication Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques fait un état d’une partie de la recherche en France6. Bernard Gauthiez propose de faire la part entre ce qui relève du « spontané » (décisions individuelles à l’échelle de la parcelle et du bâti) et du « délibéré » (aménagement planifié à une échelle supérieure). Ses travaux portent sur la recherche de formes planifiées par les élites urbaines laïques et ecclésiastiques7 et intègrent peu les organisations dont l’échelle dépasse le centre-ville (réseau de circulation, transmissions de la trame rurale, etc.). Luc Bourgeois, en revanche, propose une lecture plus dynamique de la forme urbaine grâce à la prise en compte de la topographie et de la traversée des grands axes routiers8.

  • 9 Chouquer 2000 et Chouquer (dir.) 2004 et 2006.
  • 10 Marchand 2000 et 2004.
  • 11 Chouquer 2000 et Chouquer (dir.) 2004.
  • 12 Sur les recherches des indicateurs : cf. Robert (dir.) à paraître et Noizet 2006. Des développement (...)
  • 13 Pumain, Sanders, Saint-Julien 1989, p. 3-4.
  • 14 Chouquer 1994; Noizet 2005a et b.
  • 15 Lavigne 2002 ; Marchand 2000 et 2004.

4Ces dernières années, des archéogéographes ont étudié les phénomènes qui conduisent à la mise en réseau des formes et à leur transmission9. À partir d’un ensemble de formes hétérogènes, le réseau s’organise autour d’un ou plusieurs attracteurs10 qui persistent sous la forme de morphogènes, c’est-à-dire d’éléments géographiques exerçant une influence persistante sur les formes, au-delà de leur époque de création11. Ces dernières années, la recherche des indicateurs s’est normalisée par le biais des systèmes d’information géographiques (SIG) qui permettent de quantifier les phénomènes observés12. Cette approche s’est appuyée sur le concept d’auto-organisation qui a permis de repenser la dynamique des phénomènes urbains en géographie, à partir des années 1980 en reconnaissant la capacité pour un ensemble de formes à évoluer en système organisé sans l’intervention d’une planification volontaire portant sur sa structure d’ensemble13. Dans cette approche, la planification n’apparaît plus comme le moteur principal de la dynamique urbaine : la ville est en grande partie le résultat d’héritages et d’organisations à des échelles qui la dépassent, résiliences de formes d’origine naturelle dans le tissu urbain par exemple14. Pour autant, le rôle des pouvoirs n’est pas absent et produit des formes qui, dans la durée, s’intègrent aussi à cette auto-organisation15.

  • 16 Galinié 2000 et Noizet 2007.
  • 17 Le choix d’une règle pour des ecclésiastiques, par exemple, conditionne des choix d’approvisionneme (...)

5La notion de fabrique urbaine tente de préciser le rôle des acteurs en étudiant, conjointement à la morphologie, leurs stratégies. La fabrication de l’urbain est considérée comme un « impensé », issu principalement d’une densification et diversification du tissu urbain. Elle est le résultat d’une interaction entre des stratégies sociales (sans visée directe et consciente de densification et diversification) et une structure matérielle qui est en partie héritée (parcellaires, voies, bâti)16. Les choix de vie de certains acteurs amènent la construction involontaire de différents types spatiaux17. Cette approche laisse une large place à l’étude des réseaux (circulation, approvisionnement…) et donc aux changements d’échelle.

1.2. La méthode appliquée à Pontoise

  • 18 Un grand nombre des archives de Pontoise ayant disparu au xixe et surtout au xxe siècle, notamment (...)
  • 19 Cadastre de Pontoise de 1813 : AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138 ; de Saint-Ouen-l’Aumône de 1813 : AD V (...)

6La méthode a consisté à spatialiser l’ensemble des données planimétriques disponibles sur la commune : informations issues des cartes anciennes, de l’archéologie, des sources écrites18, par le biais d’une base de données gérée par un SIG. Le cadastre napoléonien a servi de fond de référence pour le report de l’ensemble des données (fig. 1 et fig. 2)19.

Fig. 1 Plan des rues de Pontoise et des principaux édifices à partir du cadastre napoléonien de Pontoise de 1813 (AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138). Toutes les coordonnées cartographiques sont données en projection Lambert I Carto.

Fig. 1 Plan des rues de Pontoise et des principaux édifices à partir du cadastre napoléonien de Pontoise de 1813 (AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138). Toutes les coordonnées cartographiques sont données en projection Lambert I Carto.

Fig. 2 Cadastres napoléoniens de Pontoise et d’une partie de Saint-Ouen-l’Aumône vectorisés (AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138 et 3 P 1263-1285).

Fig. 2 Cadastres napoléoniens de Pontoise et d’une partie de Saint-Ouen-l’Aumône vectorisés (AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138 et 3 P 1263-1285).

Le découpage des parcelles en 1813 enregistre des natures d’occupation des sols en voie de disparition : parcelles laniérées du vignoble et de certaines zones humides.

  • 20 Méthode détaillée dans Robert (dir.) à paraître et Robert 2007. Les résultats de l’étude sur l’ense (...)
  • 21 En effet, à l’échelle urbaine, les itinéraires régionaux empruntent souvent de simples rues dont la (...)

7Le réseau de circulation a été étudié à l’échelle du Bassin parisien, à partir d’une modélisation des itinéraires théoriques traversant le Val-d’Oise, croisée avec l’analyse des chemins du cadastre napoléonien20. Cette étude a permis de hiérarchiser le réseau des rues21 à l’intérieur de Pontoise et de mieux comprendre les stratégies qui pouvaient être attachées à leur contrôle.

  • 22 Ici le nord en Lambert I Carto : NL.
  • 23 Robert, Grosso, Chareille et al. à paraître.

8La recherche d’anomalies a porté sur le centre-ville tandis que celle des trames et morphogènes du parcellaire a concerné l’ensemble de Pontoise et des communes limitrophes. Elle a été effectuée grâce au tri automatisé des limites isoclines, par le calcul automatique de l’orientation des lignes vectorisées à partir de l’angle formé avec le nord cartographique22. La recherche des orientations dominantes a été menée sur la totalité de l’espace divisé en fourchettes angulaires de 5° à 10°. On a recherché aussi les discontinuités des formes qui indiquent des modes différents d’aménagement de l’espace. Sont considérées comme anomalies les parcelles triangulaires, trapézoïdales, en biseau ou de forme ronde qui peuvent indiquer des perturbations (par exemple les percées qui « recoupent » le parcellaire, les passages contraints à une porte, un pont, etc.). Enfin, un autre indicateur de la discontinuité est la taille ou la densité des parcelles qui indiquent des types d’usage ou d’appropriation du sol23. L’observation fine du parcellaire a révélé des formes qui ont pu être interprétées et parfois datées par la confrontation avec les sources historiques et archéologiques.

1.3. Les sources utilisées

Fig. 3 Gravure de Claude Chastillon au xviie siècle (Musée Tavet-Delacour).

Fig. 3 Gravure de Claude Chastillon au xviie siècle (Musée Tavet-Delacour).

Cette gravure montre les deux ensembles contrôlant l’entrée de la ville sur le Mont Bélien : le château royal avec la collégiale Saint-Mellon (M) et l’hôtel seigneurial de Poix (sous D) avec le prieuré Saint-Pierre (B). Au premier plan, les arches soutenant la route de Paris (O), construite sur un chenal de débordement de l’Oise, permettent d’évacuer l’eau des crues.

  • 24 L’original est à la BnF, Estampes Va, Seine-et-Oise. Le document couramment utilisé est un fac-simi (...)
  • 25 Musée Tavet-Delacour, Pontoise.
  • 26 BnF, Estampes Va, Seine-et-Oise.
  • 27 BnF, Estampes Va, Seine-et-Oise.
  • 28 Duclos 1968, p. 15-16, y voit la copie d’un plan de 1523, datation retenue aussi par Karst 1992 et (...)
  • 29 AD Val-d’Oise, 2 Fi 5/1 couleur.

9Plusieurs plans et vues de Pontoise datant des xvie et xviie siècles ont été utilisés. Le plus ancien est un dessin italien intitulé « Fortifications de Pontoise au bord de l’Oise de 1589 » qui figure des ouvrages défensifs dont certains sont dits « fatto di nuevo »24. Claude Chastillon, ingénieur du roi, a publié, en 1641, une gravure de Pontoise dans son recueil La topographie française. On y trouve des détails remarquablement précis et une représentation en élévation de plusieurs édifices disparus (fig. 3)25. Israël Sylvestre, graveur de Louis XIV, a réalisé, vers le milieu du xviie siècle, une estampe de Pontoise intitulée « Profil de la ville de Pontoise », conservée à la Bibliothèque nationale26. La datation du plan attribué à François de La Pointe27, ingénieur et géographe du roi au xviie siècle, a donné lieu à controverse28, mais la présence de certains aménagements de la fortification urbaine et ses choix de représentation indiquent une datation qui ne peut guère être antérieure à la fin du xvie siècle. Ce document est une bonne source d’informations sur les fortifications, leur tracé étant corroboré en partie par la vue de 1589 et l’étude du parcellaire. Il peut être complété par un plan en couleur datant de 169029, représentant de manière détaillée les fortifications et les environs immédiats de la ville.

Fig. 4 Plan d’intendance de Pontoise de 1778 (AD Val-d’Oise, 25 Fi 96).

Fig. 4 Plan d’intendance de Pontoise de 1778 (AD Val-d’Oise, 25 Fi 96).

Ce plan illustre les natures d’occupation du sol présentes au milieu du xviiie siècle (sur le plan en couleurs, vignoble en jaune, prés en vert d’eau) qui ont influencé le découpage parcellaire. Les zones de prés marquent d’anciens chenaux de l’Oise.

  • 30 Les originaux sont conservés aux AD Val-d’Oise (pour le cadastre et les plans d’intendance) et à l’ (...)

10Des fonds peu exploités jusqu’à maintenant permettent d’observer le centre urbain à plus petite échelle. L’ensemble de la commune est ainsi représenté sur le plan d’intendance de 1778 (fig. 4), dont l’intérêt réside surtout dans la figuration des cultures. Le cadastre napoléonien est la première représentation détaillée du parcellaire et du bâti. Daté de 1813, il a enregistré le paysage avant la canalisation de l’Oise, la construction du chemin de fer, le percement de nouvelles rues, etc. Contemporaines du cadastre napoléonien, les minutes de la carte d’État-major le complètent en nous renseignant sur la nature de l’occupation des sols30.

  • 31 Poirier 2009 ; Poirier et Manceau 2009.

11Les découvertes archéologiques anciennes ont été consignées essentiellement dans les Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise (MSHAP). À partir des années 1980 et 1990, des opérations d’archéologie préventive ont été menées par l’archéologue municipal, le Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (SDAVO) et l’INRAP. Une cinquantaine d’opérations ont été réalisées, essentiellement dans le centre urbain ancien et sur le plateau Saint-Martin. Elles ont donné lieu à la rédaction d’une quarantaine de rapports. Deux articles récents ont fait la synthèse des opérations concernant la ville fortifiée31.

Fig. 5 Reconstitution de la topographie ancienne du site de Pontoise.

Fig. 5 Reconstitution de la topographie ancienne du site de Pontoise.

12L’analyse morphologique, appuyée sur l’ensemble de ces sources, permet d’apporter des arguments propres à réviser la tradition historiographique qui avait forgé l’image d’une ville qui serait enclose, dès le xiie siècle, dans les murailles visibles sur les plans modernes.

2. Les origines de la ville

2.1. Géomorphologie du site

  • 32 Ce nom apparaît dès le xvie siècle dans Taillepied 1876 (1587).

13À Pontoise, les vallées du ru du Fond Saint-Antoine et de la Viosne entaillent profondément le plateau et ont sculpté deux éperons rocheux surplombant l’Oise. La ville médiévale de Pontoise s’est implantée sur celui qu’on appelle communément le Mont Bélien32 à la confluence de l’Oise et de la Viosne (fig. 5).

  • 33 Krier 2004, p. 231-258.

14Les données cartographiques et la géomorphologie permettent de restituer l’aspect ancien de l’Oise et les hauts-fonds ou seuils33 utilisés pour le passage des principaux axes de communications (fig. 6).

Fig. 6a Localisation de Pontoise par rapport aux principaux lieux cités dans l’article.

Fig. 6a Localisation de Pontoise par rapport aux principaux lieux cités dans l’article.

Fig. 6b Passages sur l’Oise et voies de grand parcours entre Auvers-sur-Oise et Cergy, tracés d’après le cadastre napoléonien.

Fig. 6b Passages sur l’Oise et voies de grand parcours entre Auvers-sur-Oise et Cergy, tracés d’après le cadastre napoléonien.

2.1.1. La vallée de l’Oise

  • 34 Poirier et Manceau 2009, p. 70 et 72.

15En rive droite, le bas de versant correspond à une falaise abrupte d’une soixantaine de mètres de hauteur, creusée dans les calcaires du Lutécien. Le Mont Bélien constituant un obstacle majeur dans le paysage (fig. 5), est contournable au sud par la vallée de la Viosne, chemin emprunté au Moyen Âge par l’itinéraire Paris-Rouen. Au nord, la construction d’une rue en terrasse (rue de la Roche) a été nécessaire pour desservir la ville haute (fig. 1). Elle emprunte un ancien talweg qui s’est comblé de loess durant le Quaternaire34.

  • 35 Krier 2004 p. 239.
  • 36 Poirier 2000.

16Au sud du Mont Bélien, un paléochenal est marqué sur le plan d’intendance de 1778 par une zone de prés. La micro topographie a révélé des petits bancs latéraux alternant avec des zones inondables de retour de crues annuelles et bisannuelles (fig. 5, a). Utilisé comme chenal d’écoulement longitudinal35 de la Viosne, son comblement était achevé au Bas-Empire36.

  • 37 Krier 2004, p. 236.
  • 38 « [...] en 1784, dans une forte crue, on sonne le tocsin à Saint-Ouen pour appeler les habitants au (...)

17Rive gauche, à Saint-Ouen-l’Aumône, où la plaine alluviale est plus large, on peut restituer un paléochenal important (fig. 5, b). Il apparaît sous la forme d’une bande sinueuse très parcellisée sur le cadastre napoléonien (fig. 2) et occupée par des prés sur le plan d’intendance (1778), zone inondable constituant « un véritable chenal secondaire de débordement37 ». Sur la gravure de Claude Chastillon, un détail de la route Paris-faubourg de l’Aumône attire l’attention : elle est construite sur une digue percée de petites arches, aménagement qui serait destiné à faciliter l’écoulement des eaux dans la plaine basse de Saint-Ouen (fig. 3 supra, O)38.

  • 39 Jobic et Vermeersch 1991, p. 1-4.
  • 40 Gantois 1943, p. 14.

18Un réseau de communication ancien, utilisant le couloir naturel de la vallée de l’Oise et reliant les villes de Compiègne, Creil, Beaumont, Pontoise, Conflans-Sainte-Honorine par la route, doublait la voie navigable. Les deux rives comportent plusieurs tracés, étagés selon les différentes limites de crues. À Beaumont-sur-Oise, l’un d’eux entrait dans le plan de l’agglomération antique entre la fin du ier siècle et le ive siècle apr. J.-C.39. À Pontoise, un tracé passait dans la ville basse où une porte était ménagée dans la fortification urbaine40.

2.1.2. La Viosne

  • 41 Taillepied 1876 (1587), p. 128 ; Trou 1977 (1841), p. 310-311.
  • 42 Christophe Toupet dans Bonis (éd.) 1992, fiche 150.
  • 43 Au xiie siècle, les moulins se sont multipliés dans les villes du Bassin parisien et des moulins à (...)

19Le cours de la Viosne a été canalisé pour baigner les abords directs du Mont Bélien. Traditionnellement, on attribue cette dérivation à Louis IX qui aurait fait construire une digue à 2 km en amont de Pontoise et fait ménager une ouverture au lieu-dit « le Pas d’Âne » pour ne pas défavoriser les riverains de l’ancien lit. Ce dernier aurait pris le nom de Couleuvre et le nouveau, celui de la Viosne41. L’analyse de la topographie montre que le versant nord de la vallée a été entaillé entre « le Pas d’Âne » et les abords de la ville (porte Notre-Dame). La dérivation rejoint, en contrebas du Mont Bélien, une ancienne zone marécageuse, marquée par des fluctuations du cours de la Viosne, qui s’étendait jusqu’aux abords du plateau Saint-Martin. À l’occasion de sondages sur l’emplacement des anciens moulins Jumeau (fig. 1 supra), une zone d’alluvions déposées au xiie et xiiie siècle a été observée42. À cet endroit, un méandre est visible sur le cadastre napoléonien. On peut donc supposer que la canalisation a concerné surtout la partie haute afin d’alimenter les moulins du faubourg Notre-Dame ; elle est antérieure à Louis IX puisque plusieurs moulins attestés dès le xiie sont situés sur son cours (voir infra)43.

2.1.3. Les plateaux

20Le territoire de la commune s’étend sur deux plateaux : au nord, le plateau des Cordeliers, au sud, celui de Saint-Martin (fig. 5). Le cadastre napoléonien laisse apparaître un découpage parcellaire que l’on peut associer à des cultures différentes.

  • 44 Voir article X de la charte de commune de 1188 reproduit dans Dousset 1989, p. 163.
  • 45 En Île-de-France, nombre de ces parcelles étroites ont été loties à partir de la deuxième moitié du (...)

21Un parcellaire très dense constitué de parcelles longues et étroites (de 50 à 100 m de long sur 5 à 20 m de large en moyenne) couvre le plateau Saint-Martin et les coteaux. Il correspond aux zones occupées par la vigne en 1778 (fig. 4 supra). Si les sources écrites indiquent que la culture de la vigne était importante à Pontoise dès le xiie siècle44, la minute d’État-major levée entre 1819 et 1839 montre un vignoble déjà en grande partie exsangue. Le cadastre napoléonien a donc enregistré un type de culture en voie de disparition, mais qui marque encore la taille et la forme des parcelles au début du xixe siècle45.

22Ce compartimentage de l’espace a fortement structuré l’occupation de la commune. La ville médiévale s’est développée dans la zone accidentée qui s’étage entre deux points hauts (le Mont Bélien et la colline Saint-Maclou à l’ouest) et les vallées de l’Oise et de la Viosne.

2.2. Une première implantation le long de la Chaussée Jules-César

2.2.1. Une occupation antique difficile à cerner

  • 46 Longnon 1920-1923, p. 47 ; Desjardins 1876-1893, t. III, p. 62, cités par Dousset 1989, p. 23.
  • 47 Robert 2002.
  • 48 Ibid.
  • 49 Robert 2010.
  • 50 Comme vio publico en 864 (AN, K 13, n° 11 publié dans Tardif 1886, n° 191), calcaia en 1069 et 1101 (...)

23Un itinéraire reliant Paris (« Luteci ») et Rouen (« Ratumagus ») ou Beauvais (« Caesaromagus ») par « Briva Isarae » ou « Bruusara » est mentionné sur l’Itinéraire Antonin et sur la Table de Peutinger. Ces toponymes signifiant « passage sur l’Oise » sont traditionnellement associés46 à Pontoise, située le long de la Chaussée Jules-César. Le tracé de cette Chaussée, déterminé par un couloir naturel évitant les nombreuses sinuosités de la Seine47, a été reconstitué dans le Vexin français où cinq endroits ont été fouillés entre 1999 et 2009, permettant de dater son utilisation du premier quart du ier siècle apr. J.-C. au iiie siècle apr. J.-C.48. Le roulage sur la Chaussée Jules-César est attesté archéologiquement jusqu’au vie siècle à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Pontoise49 et la voie est citée dans les sources écrites entre le ixe et le xive siècle50. Pour franchir l’Oise, à la hauteur de l’île Saint-Martin, un pont en bois, dont Noël Taillepied décrit les vestiges en 1587, aurait été aménagé. Une note de l’édition de 1876 précise :

  • 51 Taillepied 1876 (1587), p. 74-75. Duplessis précise que le cardinal Bouillon fit arracher les pieux (...)

en 1684, il y avait encore le reste de ce pont qui faisait comme une petite île au milieu de la rivière, vis à vis du chemin qui conduit de la rivière à l’église St-Ouen. Pour la commodité des bateaux, [... l’abbé de Saint-Martin] a fait retirer du fond de la rivière quantité de grands et gros pieux de bois des piles dudit pont, au fondement desquelles on a trouvé beaucoup de pièces de monnaie de cuivre à l’effigie de Jules-César. Le bois était encore fort dur, mais noir comme du charbon51.

  • 52 AD Val-d’Oise, 3 Fi 126.
  • 53 Depoin 1909b, p. 7.

24Un plan daté de 1685 montre aussi la « place de l’ancien pont où on a trouvé des vestiges dans l’eau il y a quelques années »52. Au xixe siècle, à l’occasion de la canalisation de la rivière, on démolit des « pilotis en chêne, au corps plus dur que le fer, enfoncés dans l’île ; ils opposaient une digue à l’action du courant et servaient de soutiens au gué empierré »53. Traditionnellement, on rapporte la forme Pontis Isarae, qui apparaît au viie siècle, à cet aménagement, tandis que le pont en pierre médiéval, situé à 800 m en amont du passage antique, ne daterait que de la fin du xie siècle (voir infra).

  • 54 Poirier 1992 et 1994a ; Pariat 2007 et Bertin 2006a et b.
  • 55 Poirier 1992, p. 9 et 1993c.
  • 56 Poirier 1992 et Bertin 2006a et b ; Poirier 1997b, np.

25Les indices d’une occupation antique en relation avec la voie sont très ténus54. Une occupation préromaine, probable, reste indéfinissable55, tandis que l’occupation antique est difficile à caractériser56 : au final, les vestiges mis au jour jusqu’à présent ne permettent pas d’attester la présence d’une agglomération antique.

2.2.2. La nécropole et le portus altomédiévaux

  • 57 Poirier 1996, np, conclusion.
  • 58 Poirier 1997b, np. Des vestiges plus importants pourraient avoir été détruits lors des aménagements (...)

26Dans la continuité des vestiges du Bas-Empire, sur le plateau Saint-Martin, la fouille de treize sépultures en sarcophage de pierre et de plâtre et en pleine terre a permis de les dater entre le ve et le viie siècle. De nombreuses découvertes fortuites57 laissent penser que la nécropole pouvait s’étendre sur 5000 m2. Deux cents mètres plus loin, une série de fosses, foyers, trous de poteau, un fond de cabane et des silos associés à de la céramique mérovingienne révèlent l’existence d’une petite occupation rurale, située à mi-pente, hors de portée des crues. Des vestiges carolingiens ont été perçus, mais restent à préciser58.

  • 59 AN, K 13, n° 11 publié dans Tardif 1886, n° 191.
  • 60 Traduction de reculae d’après Niermeyer 1984.
  • 61 Trou 1977 (1841), p. 17 ; Dousset 1989, p. 26 ; Karst 1992, pl. IV.
  • 62 Pontoise à la croisée de l’Oise et de la Chaussée Jules-César, Cormeilles sur la route de Dieppe, S (...)

27En 86459, Charles le Chauve concède à l’abbaye de Saint-Denis des « possessions médiocres60 » situées entre le « chemin public » et l’Oise, accompagnées d’un portus et d’un marché. Ce dernier se tenait toutes les semaines « à partir des marécages du confluent », ce qui a amené à le situer sur la rive droite, entre la Chaussée Jules-César et la Viosne avant sa dérivation61. Ce portus et ce marché entrent dans une série de donations royales reçues par l’abbaye de Saint-Denis entre 766 et 864 : Olivier Bruand note qu’il s’agit toujours de points bien reliés au réseau de circulation fluvial ou routier62.

28Au ixe siècle, les sources écrites et archéologiques indiquent donc que l’occupation aurait plutôt été située au sud de la ville actuelle, sur le plateau Saint-Martin, au passage de la route antique.

Fig. 7 Schéma interprétatif de Pontoise à la période carolingienne.

Fig. 7 Schéma interprétatif de Pontoise à la période carolingienne.

L’occupation est bien attestée sur le plateau Saint-Martin, le long de la Chaussée Jules-César, dans la continuité d’un habitat antique. Les traces d’occupation du Mont Bélien restent ténues.

Fig. 8 Passage des itinéraires de Rouen et de Dieppe dans Pontoise intra-muros.

Fig. 8 Passage des itinéraires de Rouen et de Dieppe dans Pontoise intra-muros.

3. La ville haute le long de l'axe Paris-Dieppe

29Progressivement, l’occupation glisse vers le Mont Bélien, à un kilomètre au nord, qui va constituer le cœur religieux et administratif de la ville médiévale. Elle se développe à partir du xie siècle le long de la voie Paris-Dieppe et des chemins de Beauvais.

3.1. La voie Paris-Dieppe

3.1.1. La route

  • 63 Ducoeur 1973 ; Vatinel 1974.
  • 64 Atlas de Trudaine, AN, F 14 bis 8448 pl. 2.

30L’axe Paris-Dieppe par Chaumont et Gisors constitue, avec l’axe Paris-Rouen et l’Oise, un des principaux itinéraires irriguant la ville de Pontoise (fig. 6 supra et fig. 8). Dans le Vexin, les plans anciens montrent un tracé dit « Ancienne Route », considéré comme d’origine antique63, dont des parties ont été redressées ou abandonnées au xviiie siècle64. Dans la ville intra-muros (fig. 1 supra), on peut proposer au moins trois tracés à partir du pont sur l’Oise. L’itinéraire haut empruntant la rue de la Roche devait être utilisé surtout par les piétons, cavaliers et animaux de bâts. Une rue de la Charrée contournait le Mont Bélien, connectant les itinéraires de Rouen et de Dieppe ; elle utilisait l’ancien talweg colmaté et sa pente plus douce devait favoriser le passage des véhicules à roues.

31À partir de la rue de la Roche, un autre tracé est possible entre les églises Saint-Mellon et Saint-Pierre puis, soit par la place de la Harengerie (fig. 8, a), soit par la place de l’Étape (fig. 8, b). Ces deux tracés se rejoindraient sur la place du Martroy où étaient situés le marché au blé et plusieurs édifices publics, avant de quitter la ville par la porte d’Ennery.

  • 65 Robert 2006b, p. 11-12.
  • 66 Une branche de l’itinéraire, fouillée à Marines (Val-d’Oise), était contemporaine de structures mér (...)
  • 67 Clavel et Yvinec 2010, p. 82-83.
  • 68 Mollat (dir.) 1987.
  • 69 Le terme apparaît surtout aux xiiie et xive siècles (Fontaine-Bayer 1993, p. 10).
  • 70 Bourlet 1995, p. 8-10.

32Sur le plateau du Vexin, certaines branches médiévales et modernes de l’itinéraire Paris-Dieppe ont été identifiées65. Si certains indices permettent de supposer qu’il existait déjà au haut Moyen Âge66, c’est surtout à partir des xiie et xiiie siècles que les découvertes archéologiques de restes de poissons de mer abondent67 et que Dieppe est connue comme l’un des premiers ports alimentant Paris en poisson de mer68. L’approvisionnement de Paris – qui devait être livrée au plus tard trente-six heures après la pêche – était assuré par des « marchands et voituriers de poisson de mer » dits aussi « chasse-marée69 », utilisant la voie de terre70.

3.1.2. Les chemins de Beauvais

  • 71 Robert 2006b.
  • 72 Graves 1856, p. 209 ; Ducoeur 1973 ; Dumor 1982 ; Sonzogni 1985 ; Mitard 1977, p. 13.
  • 73 Bruand 2002, p. 142.

33Une voie Beauvais-Pontoise, désignée sous le nom de « chemin de la Reine-Blanche » et surtout sous le toponyme « Vieux Chemin de Beauvais à Pontoise », rejoint Pontoise au faubourg d’Ennery. Après Pontoise, la voie se dirigeait vers Poissy par Cergy71. Cette voie est considérée comme romaine en raison de sa rectitude, de son rôle dans la délimitation des communes actuelles et de sa proximité avec la nécropole gauloise et antique d’Épiais-Rhus72. Un itinéraire par Amiens, Beauvais, Pontoise, Chartres est cité pour l’époque carolingienne lors de la translation des reliques de saint Léger depuis Sus-Saint-Léger près d’Arras jusqu’à Saint-Maixent73.

3.1.3. Le pont

  • 74 « Pons lapideus in loco in quo modo est, ad annum MXC constructus fuit, ut patet ex carthulari », T (...)
  • 75 Dousset 1989, p. 38.
  • 76 Robert 1999b, p. 10-15.
  • 77 Robert 1999b, p. 10-15.
  • 78 « Concessimus etiam eis quod ad portum Alversi nulla transibit quadriga », transcription de la char (...)
  • 79 Le passage par Pontoise était associé à un péage perçu au pont et aux portes, qui a fait l’objet de (...)

34L’implantation de la ville médiévale en haut de l’éperon s’est accompagnée du glissement du pont antique vers un pont en pierre, situé en bas du Mont Bélien, et cité dès 109074. Il serait associé à un péage alimentant le trésor royal aux xie et xiie siècles75. Avant la canalisation de la rivière au xixe siècle, on compte six points de passages (gués, bacs, ponts) entre Pontoise et Cergy, dont un pont médiéval sous l’île de Cergy76. Un chemin dit de Chasse-Marée y mène et indique que la traversée de l’Oise pouvait s’effectuer sur cette commune limitrophe de Pontoise77. Le passage par le pont de Pontoise n’allait pas forcément de soi et semble avoir été renforcé par des mesures telles la charte de commune de 1188 qui interdit l’accès du port d’Auvers (sur la commune limitrophe) aux voitures attelées de quatre chevaux78. La ville offrait également l’exemption des droits de péage sur le pont pour les marchands se rendant à la foire Saint-Martin79. Le pont constitue un des points névralgiques de la ville : les routes de Dieppe, de Rouen et celle longeant l’Oise s’y croisent (fig. 8). Au xiiie siècle, l’hôtel-Dieu est établi au débouché du pont.

3.2. La ville fortifiée sur l’axe Paris-Dieppe

3.2.1. Le « bruit de fond » protohistorique et antique

  • 80 Plusieurs historiens de la ville supposent l’existence d’une forteresse gauloise au sommet de l’épe (...)
  • 81 Poirier et Manceau 2009, p. 77.
  • 82 Poirier et Manceau 2009 p. 67-68 ; Wabont et Veermersch 1983/1986, p. 99.
  • 83 Poirier 2000 ; Poirier et Manceau 2009, p. 72.

35L’occupation du Mont Bélien avant le Moyen Âge a été souvent avancée en raison d’une topographie propice80 ; elle reste fugace ce qui la fait qualifier de « bruit de fond » par Bernard Poirier81. Différents sondages réalisés au sommet du mont ont livré de la céramique protohistorique ou antique hors-structure82. Les seuls éléments en place – un fossé et trois trous de poteau associés à du matériel de La Tène D et du début de notre ère – ont été perçus lors d’un diagnostic réalisé en 2000 devant l’hôtel de ville, sur la terrasse haute proche du Mont Bélien. La taille du fossé pourrait indiquer le caractère défensif de cette occupation83.

3.2.2. Castrum et château

  • 84 Dousset 1989, p. 27.
  • 85 Trou 1977 (1841), p. 19.

36D’après les historiens du xviie siècle, le portus du bord de l’Oise coexistait avec un premier castrum cité en 881, lié aux comtes du Vexin, qui aurait été incendié lors de la prise de Pontoise par les Normands en novembre 88484. La tradition propose de rapprocher ce castrum d’une première forteresse en bois construite au sommet du Mont Bélien85, mais rien ne l’atteste archéologiquement, ni textuellement.

  • 86 En 1069, 1077, 1090, 1101, 1119, 1142. Références dans Dousset 1989, p. 28.
  • 87 Dousset 1989, p. 29-31.

37Lorsqu’en 911 le traité de Saint-Clair-sur-Epte coupe le Vexin en deux, la partie restée sous l’autorité des Carolingiens prend le nom de Vexin français, délimité par la Seine au sud, l’Oise à l’est, l’Epte à l’ouest. Pontoise – l’une des villes principales avec Mantes – devient lieu de séjour temporaire des rois et Louis V y fait frapper un denier. Avant 987, un acte est signé au castrum Pontis Isarae, qui est cité ensuite une demi-douzaine de fois entre 1069 et 114286. Henri Ier en donne la suzeraineté à Robert, duc de Normandie, et, au xie siècle, le comte du Vexin Raoul III s’y fait représenter par des vicomtes. En 1077, le Vexin français est réuni au domaine royal. Pontoise semble avoir été administrée alors par un prévôt dont l’existence est attestée en 112287.

  • 88 Depoin 1895, p. 25-28, n° 28 et 44.
  • 89 Depoin 1889, p. 25.
  • 90 Dousset 1989, p. 31, note 8.

38La datation du château détruit au xviiie siècle pose question car on ne sait à quoi se rapporte précisément la mention de castrum dans les textes des ixe et xsiècles. Un acte de 1092 mentionne un castellarium qui est peut-être l’endroit où l’on rendait la justice88. Le passage de la mention Pontisarae cives sur une monnaie de Philippe Ier à celle de Pontisarae castri pourrait être une indication de l’apparition du château sous son règne (1060-1108)89. Au xiie siècle, le castrum semble bien individualisé : un acte royal de 1122 limitant les droits du roi en faveur de l’abbaye Saint-Mellon fait une distinction nette entre les terres de l’abbaye situées extra castrum Pontisare et la terre intra castrum Pontisare90.

  • 91 64 sur les 1101 mentions relatives à la France (Dousset 1989, p. 8).
  • 92 Poirier et Manceau 2009, p. 59.
  • 93 Depoin 1889, p. 26.
  • 94 Poirier et Manceau 2009, p. 59.

39Au xiiisiècle, Pontoise fait partie des lieux les plus fréquentés par le roi Louis IX91 qui aurait fait ajouter une chapelle au château92. Au xivsiècle, le château est une résidence militaire augmentée de tours93. Il est doté de nouvelles tours et défenses pendant la Ligue (xvie siècle), restauré et encore agrandi par Richelieu. En 1666, la garnison quitte les lieux et les bâtiments sont entièrement démolis à partir de 173994.

  • 95 Synthèse dans Poirier 2009 ; Poirier et Manceau 2009.
  • 96 Poirier et Manceau 2009, p. 63, fig. 21-22.

40L’emprise du château dans son dernier état (xvie et xviie siècles) avec ses murs, tours et tourelles est encore parfaitement lisible sur le cadastre napoléonien (fig. 9). Lors d’opérations archéologiques récentes95, des parements médiévaux ont été reconnus. La tour carrée ouest, visible sur le cadastre, a été fouillée ; elle a livré des vestiges médiévaux et modernes96 et la tour circulaire sud, dégagée, présente les caractéristiques architecturales des xiie et xiiie siècles.

  • 97 Retable du Maître de Saint-Gilles vers 1500, huile sur bois, National Gallery, Londres.
  • 98 Poirier et Manceau 2009, p. 63.

41Un tableau peint vers 150097, le plan de 1589 et la gravure de Claude Chastillon (fig. 3) présentent un bâtiment à deux étages, crénelé, délimité par deux tours, pouvant correspondre au corps de logis, et une aile accolée qui pourrait être la chapelle. Les vestiges d’un pont-levis ont été découverts en 1880. Mobiliers résiduels mis à part, les fouilles menées au château n’ont pas permis de trouver de vestiges antérieurs au xiie siècle, époque à laquelle on y frappait monnaie à l’effigie de Philippe Ier, puis de Louis VI98.

3.2.3. Les limites de la première ville fortifiée (enclos II)

42Traditionnellement, on associe les limites de l’enceinte citée à partir du xiie siècle à celles visibles sur les plans tardifs (enclos III), mais l’analyse morphologique montre que ces remparts constituent l’état final d’une évolution complexe. Le secteur du Mont Bélien est marqué par un grand nombre d’anomalies parcellaires qui, croisées avec les données archéologiques et historiques et la carte des ressorts paroissiaux, permettent de proposer au moins deux phases d’extension de la ville fortifiée (fig. 9). L’analyse morphologique révèle trois enceintes : une entourant le château et la collégiale de Saint-Mellon au sommet du Mont Bélien (enclos I), une autre incluant cet enclos et un bourg développé en contrebas et qui constituerait la première enceinte urbaine (enclos II) et enfin, la troisième beaucoup plus large enserrant les bourgs développés aux portes de l’enclos II (enclos III). Cette analyse permet de reconnaître, dans le terme castrum – trop systématiquement associé dans l’historiographie de Pontoise au château –, la première ville enclose (enclos II).

Fig. 9 Limites de la première ville fortifiée (Enclos II).

Fig. 9 Limites de la première ville fortifiée (Enclos II).

L’enclos I

  • 99 Son emplacement est connu par les plans anciens. Quoique les premières mentions de l’église Saint-M (...)
  • 100 Cet enclos haut est figuré sur le plan de F. de La Pointe sous la forme d’une ligne brisée souligné (...)

43L’analyse permet d’établir le tracé d’un enclos encadré par le château et l’église Saint-Mellon, détruite au xviiie siècle99 (fig. 9, a), englobant la paroisse Saint-Mellon (enclos I). Il s’appuie sur les soubassements du château et s’accompagne d’anomalies dans le tracé de la rue de la Croix du Bourg et de la rue Saint-Pierre qui accusent un passage en chicane très marqué (fig. 9, b et c), avant d’atteindre le château au terme d’un long détour. On peut supposer un retour du mur d’enceinte dont le contournement dirigerait le passage vers l’entrée du château (fig. 9, d)100. Cet enclos est inclus dans un plus vaste qui enserrerait le premier développement urbain (enclos II).

L’enclos II

44Au sud-est, la falaise limite naturellement cette première enceinte. À l’ouest, un linéament rectiligne coupant les courbes de niveau pourrait en indiquer l’extension : il s’appuie sur les rues de la Harengerie, du Sabot (fig. 9, f) et aboutit, au sud, à un court tracé en ligne brisée venant buter sur le méandre de la Viosne (fig. 9, g). Au nord-ouest, la rue du Sabot marque une importante chicane jusqu’à la place de l’Étape comme si elle contournait un obstacle (fig. 9, h-i). Un petit passage couvert, toujours visible entre les numéros 7 et 9 de la rue du Sabot, semble conserver la trace de cette limite. Entre ce segment ouest et ce segment nord-ouest, la place de la Pierre-aux-Poissons a une forme en patte d’oie qui se resserre à sa rencontre avec la limite supposée ; cette forme est caractéristique des rues convergentes aux portes.

45Au nord, un retour de l’enceinte par la place de l’Étape (fig. 9, i) et par le fond des parcelles donnant sur la rue de la Roche peut être proposé. L’ensemble présente un alignement cohérent et légèrement incurvé qui aboutit à l’hôtel de Poix. Les parcelles sont beaucoup plus vastes au nord de la limite supposée.

  • 101 Depoin 1895, p. 84.
  • 102 Article VIII de la charte de commune reproduit et traduit dans Dousset 1989, p. 160.
  • 103 Depoin 1880, p. 31 et Depoin 1889, p. 29 qui précise que l’on ignore où était situé précisément ce (...)
  • 104 Dousset 1989, p. 114-116.
  • 105 Ibid.

46La tradition place la construction de l’enceinte urbaine entre 1103 et 1150 en s’appuyant : sur un acte évoquant une porte en 1149-1150101, sur la mention de l’entretien de fortifications dans la charte de commune de 1188102 et enfin sur un diplôme de 1198 où le roi fait détruire un moulin appelé Crèvecœur pour faire passer les fortifications à cet endroit103. Les sources des xive et xve siècles, plus nombreuses et plus précises – mentions de réparations localisables104 –, concordent avec la vaste enceinte figurée sur les plans des xvie et xviie siècles, ce qui a conduit à associer les fortifications du xiie siècle à la vaste enceinte moderne (enclos III). Les sources antérieures au xive siècle ne permettent pourtant pas cette assimilation qui entre en contradiction avec l’étude morphologique. En effet, cette dernière montre que la partie nord-ouest de l’enclos III « recoupe » l’enclos paroissial de Notre-Dame constitué autour du Nouveau Bourg, encore situé extra portam vers 1149. Quant au moulin Crèvecœur, déplacé en 1198 pour le passage de la fortification, on l’a toujours automatiquement situé au seul endroit où la fortification connue (enclos III) recoupe la rivière : la porte de Notre-Dame (fig. 8, supra). Si l’on admet l’existence d’une enceinte urbaine antérieure (enclos II), une autre localisation est possible au sud, à l’emplacement du méandre cité plus haut. Des moulins y sont attestés au xiiie siècle. Après examen, les mentions qui peuvent se rapporter précisément à l’enceinte des plans modernes (enclos III) ne sont donc pas antérieures au xive siècle105.

  • 106 « … dedisse nos… furnum nostrum quod situm est in burgo… », Dousset 1989, p. 33, note 1.

47Le terme « castrum » qui apparaît plusieurs fois dans la charte de 1188 a toujours été traduit par « château ». L’analyse morphologique encourage à y reconnaître plutôt un premier état de la ville enclose (enclos II) : le marché mentionné dans la charte ferait référence à celui de l’Étape. Pour François Dousset, le mot burgus qui apparaît dans un acte entre 1101 et 1175 laisse penser que le mot castrum a changé de sens : une nouvelle enceinte venant remplacer les limites de l’ancien castrum Pontisarense, le mot castrum ne désignerait plus alors que le château106.

  • 107 Poirier et Manceau 2009, p. 74-75.

48Aucune trace matérielle de cette enceinte (enclos II) n’avait été mise en évidence jusqu’en 2000, lorsque la fouille des anciens jardins des Cordeliers a confirmé sa présence en retrait de plusieurs mètres par rapport au rempart actuel (fig. 9, i). Une porte monumentale de 4 m de haut minimum et 3 m de large a été mise en évidence. Un mur associé, découvert sur une vingtaine de mètres, était scellé par des niveaux de remblais du xiiie siècle107. Avec les autres dates repères (marché aux poissons de Saint-Maclou en 1090, moulin Crèvecœur en 1198), on peut donc supposer une construction essentiellement au xiie siècle.

3.2.4. L’occupation dans l’enceinte du xiie siècle (enclos II)

49L’occupation de ce premier noyau urbain semble s’être développée autour de deux pôles principaux : l’église Saint-André au sud et l’ensemble Saint-Pierre-hôtel de Poix, au nord.

  • 108 À cette date, un « Hugo presbyter de Sancto Andrea » est témoin d’une donation, Depoin 1895, p. 33, (...)
  • 109 Trou 1977 (1841), p. 73 et Duplessis 1740, p. 193 d’après Archives de l’hôtel-Dieu de Pontoise.

50L’église Saint-André, citée en 1099108, était située sous les remparts du château, à l’endroit où la pente est la plus raide. Elle surplombait l’Oise, la Viosne et la voie de Rouen. Sa paroisse s’étendait du pont jusqu’à la Harengerie (fig. 11) à l’ouest. L’église Saint-André aurait été associée avant la fin du xiie siècle à un hôpital qui serait à l’origine de l’hôtel-Dieu du xiiie siècle109.

  • 110 Taillepied 1876 (1587), p. 79.
  • 111 Depoin 1895, p. 25 et 38, n° 28 et 34 : « in domo Galterii Tirelli », et AM Pontoise, fonds abbé Le (...)
  • 112 Depoin 1909b, p. 3.
  • 113 Renoux 1996, p. 64 ; Henigfeld et Masquilier (dir.) 2008, p. 441.

51Au nord, l’hôtel de Poix et l’église Saint-Pierre se développaient autour d’une porte qui aurait été commune aux enclos I et II. Sept rues convergent vers une chicane de la rue de la Roche très marquée (fig. 9, e). Sur le cadastre napoléonien, cinq petites parcelles arrondies aux angles et débordant sur la rue marquent l’emplacement de l’hôtel de Poix (fig. 9). Elles correspondaient peut-être aux cinq petites tours ­circulaires flanquant un bâtiment quadrangulaire sur le plan de F. de La Pointe. Une tour est toujours visible aujourd’hui. Sur la gravure de Chastillon, l’hôtel de Poix est représenté sous la forme d’une tour fortifiée quadrangulaire (fig. 3, sous D) et Noël Taillepied le qualifiait de « chasteau fort antique » en 1587110. Cet hôtel a été associé par la tradition locale à la demeure qui apparaît dans un acte de 1099 comme lieu de résidence du roi chez un particulier nommé Gautier Tirel111. La rue de la Roche qui y aboutissait s’appelait aussi la Picarderie par allusion à l’origine des Tirel. En 1390, l’hôtel fut vendu par Jean Tirel à Pierre d’Orgemont, évêque de Paris112. La présence de cet hôtel fortifié renforce l’hypothèse de l’existence d’une porte : il pourrait s’agir d’une demeure aristocratique placée dans une tour-porte ou adossée à la porte et participant à sa fortification113.

  • 114 Depoin 1895, p. 57, n° 59.
  • 115 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z « Notes sur les églises Saint-Pierre et Saint-André », 1903 e (...)

52Face à l’hôtel, se trouvait l’église Saint-Pierre citée pour la première fois au xie siècle. D’après la tradition, elle aurait été fondée par le roi Robert II (939-996) sous les murs de la forteresse du Mont Bélien114. En 1080, Yves IV, comte de Beaumont, la donna à l’abbaye bénédictine du Bec-Hellouin. La cession et la création d’un prieuré en 1082 furent confirmées par une bulle papale en 1104115. La paroisse s’étendait du pont à la place de la Harengerie (fig. 11), se répartissant de manière égale le territoire de la première ville enclose avec la paroisse Saint-André. Les fondations de l’église, détruite au xviiie siècle, et son cimetière ont été reconnus lors de travaux au début du xxe siècle.

  • 116 Yvinec et Jouanin 2005, p. 115-117 ; Poirier et Manceau 2009, p. 79.

53Une fouille réalisée en 2004 dans l’enceinte présumée du prieuré a montré la présence d’inhumations, datées par 14C entre 985 et 1120. Elles étaient situées dans un talweg comblé après 1070 et dont le versant nord aurait été aménagé en terrasse à la fin du xie siècle-début du xiie siècle. Au xiie siècle, un foyer et un puits d’extraction suggèrent un usage domestique de ce secteur. Lui succède au xiiie siècle un édifice doté de contreforts, profondément fondé, appareillé en pierre de taille, réaménagé au xive siècle et rasé au xvie siècle, appartenant sans doute à l’ensemble conventuel du prieuré. Une étude archéozoologique réalisée sur les vestiges de faune confirme que l’on se trouve sur un site de type ecclésiastique116. L’abandon de la zone d’inhumation et la création de la terrasse pourraient être contemporaines de la création du prieuré en 1082.

  • 117 Cartulaire Pahin, AD Val-d’Oise, 31 H 2 Pahin 4°/ 20 cité par Poulain 2000.
  • 118 Taillepied 1876 (1587), p. 114.
  • 119 En effet, l’étape peut désigner un lieu de passage obligatoire et de taxation d’un produit (la lain (...)

54Au nord-ouest de Saint-Pierre et de l’hôtel de Poix, un quartier situé dans l’enceinte du xiie siècle (enclos II) se développait autour de la place de l’Étape, dite « marché à la laine » entre 1318 et 1420117 (fig. 9 supra). Au xvie siècle, Noël Taillepied la décrit comme « une belle grande place qu’on apelle l’Estape, où l’on vent le vin publiquement…118 ». Une chapelle dédiée à saint Jacques et le toponyme « l’Étape » permettent de supposer qu’elle était située sur un axe de circulation119 : la voie Paris-Dieppe.

  • 120 Cartulaire Pahin, AD Val-d’Oise, 31 H 2 Pahin 4°/ 20.
  • 121 Les exemples de couvents mendiants voisinant avec un pont, une porte, une route importante, un marc (...)
  • 122 À Poitiers ou à Sarrebourg, par exemple, les cordeliers s’installèrent dans les nombreux espaces li (...)
  • 123 Volti 2003, p. 211-212 et p. 209.
  • 124 Pour Saint-Julien à Tours par exemple, l’application de la règle bénédictine créa peu de diversité (...)

55En 1359, les cordeliers, qui s’étaient implantés d’abord en 1248 hors les murs, s’installèrent en bordure de la place120, attirés peut-être par la proximité de la voie Paris-Dieppe et du marché121. Par la suite, ils acquirent dans ce quartier de nombreux jardins, qu’ils exploitèrent pour leur subsistance, ce qui a pu contribuer à maintenir la faible densité observée entre la limite du xiie siècle (enclos II) et l’enceinte ­postérieure (enclos III)122 (fig. 9). Panayota Volti signale en effet que les ordres mendiants eurent un impact important sur le développement de vastes espaces naturels dans la ville intra-muros et parfois une influence sur la densité du bâti en procédant à des achats pour détruire des habitats jugés trop proches du couvent123. Hélène Noizet a elle aussi montré que le choix d’une règle pouvait définir des types spatiaux124. On est peut-être en présence ici d’un type spécifique aux ordres mendiants qui ont pu contribuer à entretenir un parcellaire peu dense dans la ville intra-muros.

Fig. 10 Enclos autour des possessions de l’abbaye Notre-Dame-du-Val et place triangulaire de la Harengerie.

Fig. 10 Enclos autour des possessions de l’abbaye Notre-Dame-du-Val et place triangulaire de la Harengerie.

D'après Section L – AD Val-d’Oise, 3 P 1137

  • 125 La vente s’étend « hors la place dedans la rue » pour le poisson de rivière, les huîtres, le hareng (...)
  • 126 Plusieurs des places observées en Normandie étaient associées à des extensions d’agglomération (Lis (...)

56À l’ouest, la limite de l’enceinte du xiie siècle (enclos II) enserre un petit enclos ovale, marqué dans le parcellaire et par le tracé semi-circulaire de la rue du Sabot (fig. 10). Il délimite un espace d’environ 5000 m2, limité au sud par la place triangulaire de la Harengerie tronquant l’ovale. Noël Taillepied la décrit au xvie siècle comme un « lieu fait en triangle, fermant à trois portes », où l’on vend du poisson de mer, frais, salé125. Un dessin ajouté à l’édition de 1876 figure la place avec ses trois portes et des loges aménagées pour les marchands. La forme de la place semble procéder d’une régularisation volontaire et non d’un simple élargissement de rue. Bernard Gauthiez signale la présence de places triangulaires en Normandie dès le xiie siècle dont certaines sont le résultat d’opérations menées par l’abbaye du Bec qui aurait contribué à diffuser la forme126.

  • 127 Duclos 1968, p. 75-79.
  • 128 Duclos 1968, p. 77.
  • 129 Pariat 2006.

57L’abbaye Notre-Dame du Val, fondée en 1125 à Mériel, à une dizaine de kilomètres en amont de Pontoise, possédait un important fief autour des rues Notre-Dame-du-Val, Sainte-Marguerite, de la Forest-Hardelot et de la Corne (fig. 10) et notamment un cellier en 1275127. Joseph Depoin et Georges Duclos mettent en relation la présence de nombreuses caves médiévales dans ce secteur avec la part importante des droits de travers sur l’Oise acquis par l’abbaye sous Louis VII et Philippe Auguste128. Par ailleurs, un diagnostic archéologique effectué entre la limite de l’enclos et la rue de la Charrée a montré que ce secteur était déjà construit au xiiie siècle et que le bâti suivait l’orientation du parcellaire relevée sur le cadastre napoléonien129.

3.2.5. Le contrôle de l’axe Paris-Dieppe

  • 130 Depoin 1918, p. 82 ; Id. 1900, p. 204. L’abbé Lefèvre précise que les rentes du fief de Poix portai (...)
  • 131 Fossier 1987, p. 226.
  • 132 Dousset 1989, p. 98.
  • 133 Depoin 1918, p. 82 et AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87, feuillet 34.

58L’enceinte du xiie siècle (enclos II) enserre plusieurs établissements importants : le château royal, la collégiale Saint-Mellon, l’hôtel de Poix et l’église Saint-Pierre, dans une surface réduite (9,5 ha). La proximité immédiate d’une porte supposée au débouché de la rue de la Roche sur l’axe Paris-Dieppe semble expliquer cette concentration et révéler des stratégies d’implantation peut-être liées au contrôle de l’approvisionnement de la capitale en poisson de mer. Joseph Depoin signale qu’avant 1328, un des privilèges du seigneur de Poix, afférant à son manoir de Pontoise, était de pouvoir « prendre au passage, sous réserve de le payer le prix du roi, au retour du marchand, le premier panier de poisson allant à Paris, depuis Gisors jusqu’à Pontoise130 ». Cette mention renforce l’idée que Pontoise serait inscrite dans le réseau des chasse-marée au Moyen Âge et qu’un des itinéraires de la route de Dieppe intra-muros passait par la rue de la Roche. Robert Fossier a d’ailleurs souligné « l’implantation de la fortune des Tirel sur les grands itinéraires routiers131 ». Au xive siècle, le possesseur du manoir jouit de droits sur le travers de Pontoise132 et d’une importante pêcherie située sur la rivière, en contrebas du manoir133.

  • 134 Clavel 2005 ; Poirier et Manceau 2009, p. 79.
  • 135 Clavel 2005, p. 149.
  • 136 Cadastre napoléonien de 1824, feuille 1, section B et C, AD 76 et « Plan annexé à une demande de cl (...)
  • 137 Dousset 1989, p. 39.

59Pour Benoît Clavel, la part et la diversité des espèces marines (37 % du corpus et quinze espèces différentes) trouvées dans le comblement des structures de la fin xie-début xiie siècle à Saint-Pierre témoignent de la commercialisation des poissons marins vers les villes de l’intérieur, notamment le hareng qui représente, ici, le tiers des poissons consommés134. Le dépôt de Pontoise recèle plus d’espèces marines que ceux de Compiègne et presque autant que ceux de Boves (Somme) situé à moins de 50 km de la côte. Cette richesse taxinomique traduirait la situation privilégiée de la ville de Pontoise dans les circuits de commercialisation du poisson135. La présence de deux prieurés de l’abbaye du Bec-Hellouin sur ce circuit commercial pourrait montrer une volonté de le contrôler. En effet, l’abbaye possède un autre prieuré sur le chemin dit des Chasse-Marée à Conflans-Sainte-Honorine136. Comme celui de Pontoise, il est exempté de péage au passage de la rivière à Pontoise, en 1086-1090 et en 1077137.

Fig. 11 Synthèse des ressorts paroissiaux (d’après Karst 1992, p. 8) et des différents enclos perçus dans le tissu urbain de Pontoise.

Fig. 11 Synthèse des ressorts paroissiaux (d’après Karst 1992, p. 8) et des différents enclos perçus dans le tissu urbain de Pontoise.
  • 138 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87 et fonds Pihan de la Forest, 25 Z 286.
  • 139 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87.

60Cette proximité entre, d’une part, le pôle prieuré Saint-Pierre-manoir de Poix, et, d’autre part, le pôle prieuré Saint-Mellon-château, pourrait traduire une concurrence autour d’un lieu stratégique de la ville. D’importants conflits opposèrent régulièrement Saint-Pierre à Saint-Mellon138 : ainsi à la fin du xie siècle, l’abbaye Saint-Mellon, hostile à la création du prieuré, tentait d’empêcher le bon déroulement des offices si bien que les bénédictins du Bec firent appel à Urbain II pour régler le conflit139.

3.3. Saint-Maclou à la porte de la première enceinte (enclos II)

  • 140 Laquelle trouverait son origine dans la réunion de deux chapelles au xiie siècle, Taillepied 1876 ( (...)
  • 141 « in fore Pontisara juxta Sanctum Macutum ubi pisces vendentur », Dousset 1989, p. 34, note 7.
  • 142 Depoin 1895, p. 97, n° 122.
  • 143 On note la proximité entre les deux places triangulaires, toutes deux sièges d’un marché aux poisso (...)

61Le quartier Saint-Maclou s’est imposé rapidement comme un pôle important au Moyen Âge. Il s’est développé à partir du xie siècle autour de l’église paroissiale Saint-Maclou140 et d’un marché aux poissons, mentionné en 1090141, hebdomadaire en 1151142 (fig. 12). La rue de la Pierre-aux-Poissons forme au chevet de Saint-Maclou une place en entonnoir dont la forme, due à la convergence des rues vers la limite supposée de l’enceinte du xiie siècle143 (enclos II), est caractéristique de la présence d’une porte.

Fig. 12 Marchés, cimetières et édifices publics autour de Saint-Maclou.

Fig. 12 Marchés, cimetières et édifices publics autour de Saint-Maclou.
  • 144 Lefèvre-Pontalis 1888, p. 22.
  • 145 Archives de la fabrique de Saint-Maclou, liasse 1, fol. 2, citées par Timbert 1996, p. 111, Trou 19 (...)
  • 146 Wabont et Veermersch 1985 ; Wabont et Veermersch 1983/1986.
  • 147 Des ossements ont été trouvés à cet emplacement en 1886 (Lechalard 1886).
  • 148 Karst 1992. Carte archéologique, n° 27, information Bernard Poirier d’après surveillance de tranché (...)
  • 149 Taillepied 1876 (1587), p. 108.
  • 150 Trou 1977 (1841), p. 152-153 ; Duclos 1968, p. 39.

62Un vaste cimetière paroissial accompagné de marchés et de bâtiments publics se développait autour de l’église sur environ 8000 m 2 (église comprise). Trois espaces d’inhumation sont délimités sur le plan de F. de La Pointe au xviie siècle et décrits dans un texte de 1543, autorisant le déplacement des sépultures des cimetières du flanc nord et du parvis144 pour « bailler lesdites places à faire maison au plus offrant [...]145 ». Le cimetière du parvis, fouillé en 1984 sur 200 m 2, a livré 353 sépultures : des tombes du xie-xiiie siècle à logette céphalique et couvercle ou en pleine terre ; des tombes du xiiie-xve siècle en cercueil, avec présence de coquemars et oules ; des inhumations en linceul dans des cercueils des xviie et xviiie siècles146. Le cimetière dit des Bouchers, supprimé au xviiie siècle, était situé au chevet de l’église à l’emplacement du marché aux poissons147. Le long du bas-côté nord, le cimetière fut supprimé, en partie, en 1726. Alors clos et limité par la rue des Balais (fig. 12), il devait s’étendre autrefois à tout le secteur bâti au milieu de la place. Une vingtaine de sépultures mises au jour en 1991 et la fouille de 2010 indiquent une extension du cimetière jusqu’au nord de la place ainsi qu’à l’est au centre de la place du Grand-Martroy148. En 1587, Noël Taillepied signale qu’au milieu des places du marché « depuis cinquante années, on a fait édifier plusieurs maisons », qui doivent rentes à Saint-Maclou car elles sont édifiées sur son ancien cimetière149. Ces constructions pourraient être celles réalisées à la suite de l’autorisation de 1543. La fabrique précise qu’elle désire se débarrasser de ces cimetières d’autant plus que ceux-ci sont souvent profanés et quasi habités du fait de la proximité du marché150. Une partie du cimetière fut transférée hors de la ville et les deux places furent séparées par un îlot triangulaire construit aux xvie et xviiie siècles sur l’emprise du cimetière, donnant naissance aux actuelles places du Petit et du Grand-Martroy. L’importance des cimetières autour de Saint-Maclou est en relation avec les dimensions de cette paroisse qui s’étendait hors des murs des enclos II et III (fig. 11).

  • 151 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, c. 27, « Pièces diverses sur l’église Notre-Dame 1468-1923 » ; Beu (...)
  • 152 Depoin 1889, p. 29.
  • 153 Taillepied 1876 (1587), p. 126. En appendice de l’édition de 1876, on trouve la description des bât (...)

63L’ensemble du cimetière était associé à un « marché aux grains », mentionné aux xiie et xiiie siècles151. La première maison-Dieu de la ville fut fondée par saint Guillaume en face de Saint-Maclou. Elle est citée en 1190 et en 1198 dans l’affaire du moulin Crèvecœur152. Le premier hôtel de ville, l’auditoire royal, le beffroi et la prison étaient situés sur la face ouest de la place du Petit-Martroy153. À l’échelle de la ville, l’église Saint-Maclou avec la place du Martroy est un nœud dans les circulations : au nord de l’église, on suit l’itinéraire de Dieppe ou Beauvais par la porte d’Ennery ; au sud-ouest, on rejoint l’itinéraire de Rouen par la rue de la Coutellerie aboutissant à la porte Notre-Dame et faisant une liaison entre ville haute et ville basse. Le tissu urbain autour de Saint-Maclou présente un parcellaire dense et régulier. Avec le quartier qui s’étend autour de la place de l’Étape, c’est le parcellaire à plus forte densité de la ville, particulièrement sur les faces des îlots donnant sur les places du Grand et du Petit-Martroy. La présence des marchés semble être le point commun entre ces deux quartiers.

  • 154 Bernard Rouleau a montré que pour les quartiers insérés dans l’enceinte de Thiers à Paris à la fin (...)

64La régularité du quartier de Saint-Maclou est relative en l’absence de module strict de découpage (fig. 12). Lorsqu’on change d’échelle d’observation, on voit que son orientation et son type de découpage entrent dans la logique d’organisation générale du parcellaire rural (cf. fig. 21). Par ailleurs, l’orientation de ce quartier est fortement discordante par rapport à celle de l’enceinte de réunion (enclos III), ce qui aboutit à la création de parcelles difficiles à lotir. Deux hypothèses : soit le bâti a été mis en place dans un parcellaire rural avant le passage de la fortification (enclos III), soit l’enceinte urbaine a englobé une portion d’espace rural qui s’est urbanisée sans remembrement. Dans les deux cas, la construction de l’enceinte (enclos III) n’aurait pas donné lieu à un remembrement du parcellaire154.

  • 155 Depoin 1922.

65Si toute la zone ne semble guère avoir fait l’objet d’une opération de lotissement volontaire, des servitudes d’alignement apparurent autour de Saint-Maclou au xvie siècle155. Elles expliquent l’aspect régulier de la place du Petit-Martroy (alignement du triangle central sur le portail de l’église, alignement en front de place à l’est) et celle du Grand-Martroy (alignement des trois côtés). L’aspect régulier de l’urbanisation autour de Saint-Maclou proviendrait donc à la fois de son insertion dans un parcellaire rural structuré et d’opérations d’alignement modernes.

Fig. 13 Enclos de l’abbaye Saint-Germain.

Fig. 13 Enclos de l’abbaye Saint-Germain.
  • 156 Pour la restitution de cette enceinte, l’étude la plus récente est celle d’Hélène Noizet et Étienne (...)
  • 157 Une maison « ante licias Sancti Gervasii ubi venduntur pisces et anseres decoquuntur » (Lombart-Jou (...)

66Ce quartier semble donc très dynamique avant même son insertion dans l’enceinte de réunion (enclos III). Cette configuration rappelle les exemples parisiens du développement du quartier des Halles, associant un important cimetière paroissial (Saints-Innocents) et un marché (Les Champeaux) situés à une porte de l’enceinte des xe-xie siècles156, ou encore, au xiie siècle, la proximité de la porte Baudoyer avec le cimetière de Saint-Gervais, secteur où un marché aux poissons est cité en 1280157.

3.4. L’enclos ecclésial Saint-Germain hors les murs

  • 158 Trou 1977 (1841), p. 171.

67Un demi-enclos circulaire se détache nettement dans le parcellaire en limite ouest de la ville (fig. 13). Le cercle qu’il dessine apparaît très géométrique mais tronqué par les aménagements de l’enceinte de réunion (enclos III). Son diamètre est de 125 m et il couvre une surface de 0,8 ha. La place de la Belle-Croix marque le carrefour entre trois rues qui viennent converger vers une place en entonnoir (porte ?) où une croix aurait existé sous Louis IX158.

68On note que le parcellaire n’est pas radio-concentrique. Un groupe homogène de parcelles semble correspondre au piégeage de parcelles rurales dans l’enclos.

  • 159 Duclos 1968, p. 106-107 ; Depoin 1900, p. 173, 195 et 202.
  • 160 Depoin 1895, p. 1, n° 1.
  • 161 Depoin 1895, p. 4, n° 5. « … ut parietibus circumdaretur… ».
  • 162 Exemples dans Gauthiez 1994 et 1999a par exemple.
  • 163 Fixot (dir.) et Zadora-Rio (dir.) 1994.
  • 164 Zadora-Rio 1989, p. 11-16.
  • 165 Baudreu et Cazes 1994, p. 88.
  • 166 Nombreux cas détaillés dans Fixot et Zadora-Rio (dir.) 1994.

69L’hôtel du Cellier, appelé aussi « maison du refuge » et dont subsistait jusqu’à ces dernières années une cave médiévale ornée de chapiteaux gothiques, était situé dans cet enclos et appartenait aux moines de l’abbaye Saint-Martin. Au xve siècle, les moines louaient dans ce secteur une maison dite du « Cellier Saint-Martin » et une maison « sise devant la Belle Croix159 ». Ces possessions marqueraient l’emplacement des premières cellules de l’abbaye dite alors Saint-Germain mentionnée dans les sources écrites à partir des années 1032-1040160. Une confirmation des biens de l’abbaye en 1069 nous apprend que les aumônes avaient favorisé l’expansion du monastère et permis la construction d’un mur et que l’église et les bâtiments conventuels étaient situés dans la paroisse Saint-Maclou, près du castrum161. La forme repérée dans le parcellaire pourrait ainsi correspondre à la première installation des moines. Des enclos entourant des implantations abbatiales sont connus dans la plupart des villes de France162, mais, en milieu urbain, peu présentent une telle régularité. Ce type d’enclos circulaire a été observé surtout en milieu rural autour de fondations religieuses du viie au xiiie siècle163. Dominique Baudreu et Jean-Paul Cazes proposent de mettre en relation ces formes avec des prescriptions ecclésiastiques élaborées dans le contexte de la Paix de Dieu, à la fin du xe et début du xie siècle164 (extension de la protection ecclésiale de l’église aux maisons situées dans un rayon de trente pas autour de l’église) : ­circulaires, d’un diamètre en moyenne de 6  à 80 m, centrés sur une église165, ces enclos étaient délimités par des croix, murs, talus et/ou fossés et pouvaient enserrer, en plus de l’édifice religieux, un cellier collectif, des habitations et de l’artisanat166.

  • 167 Depoin 1895, p. 14, n° 16.

70La mention de l’ecclesia Sanctii Germani citée propre castrum Pontisaram167 semble indiquer qu’en 1085, le castrum n’englobait pas cette partie de la ville à la différence de l’enceinte plus tardive (enclos III).

4. La ville basse autour de la viosne et de l'itinéraire Paris-Rouen

71Bien que l’urbanisation ait progressé essentiellement à partir du xie siècle en ville haute autour du dynamique itinéraire Paris-Dieppe, une occupation subsistait sur le plateau Saint-Martin.

4.1. L’abbaye Saint-Martin et le faubourg Saint-Martin

  • 168 Duplessis 1740, p. 184.
  • 169 Depoin 1895, p. 31, n° 38.
  • 170 Trou 1977 (1841), p. 144-146 ; un plan de Saint-Martin de 1685 indique, entre l’église Saint-Martin (...)
  • 171 Pegeon 1995, p. 106-107, 129.
  • 172 Depoin 1900, p. 103.

72Entre 1085 et 1092, l’église Saint-Martin était le siège de la paroisse dite de La Trinité qui s’étendait jusqu’au château168. Elle fut donnée, avant 1099, aux moines de Saint-Germain qui portèrent dès lors le nom de Saint-Martin169. Située le long de la Chaussée Jules-César, l’abbaye Saint-Martin était le siège au Moyen Âge d’une importante foire attestée en 1170, qui durait du 11 au 13 novembre et dont l’origine aurait été le pèlerinage sur le tombeau de saint Gautier à partir du xiie siècle170. L’abbaye Saint-Martin, qui possédait de nombreux biens dont des droits de péage sur l’Oise, pourrait avoir développé une stratégie de contrôle des échanges avec la Normandie, dont témoignerait la création d’une villeneuve171 sur la route de Paris à Rouen. Elle possédait aussi une rente annuelle de 5000 poissons à prendre au Tréport172.

  • 173 Trou 1977 (1841), p. 25.
  • 174 Taillepied 1876 (1587), p. 75 d’après une inscription sur les « arches du lieu ».
  • 175 Depoin 1889, p. 41 ; Depoin 1900, p. 17 ; Depoin 1895, p. 147, n° 187.
  • 176 Noël Taillepied mentionne son existence en 1587, Taillepied 1876 (1587), p. 100.

73Un groupe d’habitat s’était développé près de Saint-Martin : la Villa Sancti Martini173 que Noël Taillepied décrit comme une « ville » située « le long de la chaussée de la rivière au dessus de l’abbaye174 ». D’autres auteurs signalent un petit bourg autour de l’abbaye, qui fut ruiné pendant la guerre de Cent Ans175. Au xviiie  siècle, seul le faubourg Saint-Martin est cartographié entre les murs de l’abbaye et la Viosne (fig. 14)176. Il présente une forme régulière encadrée par quatre rues qui structurent fortement le parcellaire. Deux anomalies perturbent sa régularité : une incurvation de la rue des Carrières et une place en entonnoir, indiquant une porte figurée sur le plan de Pontoise de 1690 et signalée par la présence de deux tours avec la mention « porte Saint-Martin » sur le plan d’intendance de 1778. Deux origines peuvent expliquer la régularité de la trame du faubourg : soit il a été volontairement dirigé, soit il s’est inscrit dans un parcellaire rural préexistant et régulier dont il reproduit rigoureusement l’orientation et le type de découpage. La relation de la place et de la rue des Carrières avec le parcellaire plaide en faveur de cette solution. En effet, elles le recoupent nettement alors qu’une opération dirigée aurait privilégié une meilleure intégration de ces éléments (fig. 14a).

Fig. 14a Détail du faubourg Saint-Martin et Clos des Jardins.

Fig. 14a Détail du faubourg Saint-Martin et Clos des Jardins.

Fig. 14b Localisation du faubourg Saint-Martin et Clos des Jardins par rapport à l’abbaye Saint-Martin et au faubourg Notre-Dame.

Fig. 14b Localisation du faubourg Saint-Martin et Clos des Jardins par rapport à l’abbaye Saint-Martin et au faubourg Notre-Dame.

74Attenant au faubourg Saint-Martin, une anomalie circulaire est lisible dans le tracé des rues des Vinais et du faubourg Saint-Martin, se prolongeant ensuite dans le tracé de plusieurs parcelles curvilignes et même dans la courbe formée par un cheminement qui est un simple droit de passage (fig. 14). Elle correspond à une cuvette naturelle qui devait former une zone humide. Au xixe siècle, ce secteur porte le toponyme de « Clos des Grands Jardins » et est dévolu à l’horticulture.

4.2. L’enclos de Notre-Dame dans la vallée de la Viosne

  • 177 Ce cas a été observé dans d’autres villes. À Paris par exemple, l’enclos de l’abbaye Saint-Victor q (...)

75Un enclos se dessine entre le faubourg Saint-Martin et l’enclos Saint-Germain (fig. 15). Il est lisible dans la forme circulaire adoptée par la rue des maréchaux et des limites parcellaires curvilignes qui le prolongent dans la ville intra-muros. Il enserre une partie de la Viosne canalisée et est centré sur l’église Notre-Dame. Cette centralité est accentuée par la convergence des rues de Rouen, du Mouton, des Étannets et du Pardon vers l’édifice religieux (fig. 15). Au-delà de la porte Notre-Dame, deux alignements parcellaires curvilignes viennent compléter l’ovale (fig. 15b et c). Un argument pour leur association à l’enclos est qu’ils délimitent en partie une enclave de la paroisse Notre-Dame dans la ville intra-muros (enclos III, cf. fig. 11). L’enceinte de réunion (enclos III) recouperait donc postérieurement cet ensemble177.

Fig. 15 Enclos paroissial Notre-Dame.

Fig. 15 Enclos paroissial Notre-Dame.
  • 178 Bertin 2006a.

76Un diagnostic archéologique réalisé sur la partie enserrée dans la fortification urbaine a montré que cette partie de la ville était urbanisée aux xiiie et xive siècles178. Si l’on restitue la forme de l’ovale, on peut estimer la taille de l’enclos à 400 m de long sur environ 225 m de large soit une surface d’environ 6,5 ha. Le parcellaire qu’il enferme est structuré par la forme de l’enclos (limites curvilignes à l’ouest ou alignement sur les voies de convergence) et par la route de Rouen qui a manifestement été élargie, provoquant réalignement et remembrement le long de son axe.

  • 179 Depoin 1895, p. 83, n° 16, vers 1149 : « Ego Theobaudus de Gisortio… concedo… meum novum burgum quo (...)

77Ce quartier s’articule autour d’activités artisanales sur le cours de la Viosne. Un novus burgus est cité vers 1149 et 1183 à l’occasion de sa donation par Thibaut de Gisors à l’abbaye Saint-Martin179. Il semble s’être constitué autour d’industries favorisées par la dérivation de la Viosne. Des tanneries et des draperies firent qualifier ce quartier de faubourg de la Foulerie et donnèrent leur nom aux rues de la Petite et Grande Tannerie qui supportaient l’itinéraire Paris-Rouen. À la présence de l’eau, il faut donc ajouter, comme facteur favorable de développement, la présence d’un itinéraire de grande circulation. On note que ce bourg est dit extra portam Pontisare au xiie siècle alors qu’il est inclus en partie dans l’enclos III, sans doute faut-il comprendre à l’extérieur de l’enclos II.

Fig. 16 Schéma interprétatif de Pontoise à la fin du xie siècle et au xiie siècle.

Fig. 16 Schéma interprétatif de Pontoise à la fin du xie siècle et au xiie siècle.

Fig. 17 Schéma interprétatif de Pontoise au xiiie siècle.

Fig. 17 Schéma interprétatif de Pontoise au xiiie siècle.
  • 180 Depoin 1895, p. 147, n° 187.
  • 181 Depoin 1880, p. 30.
  • 182 Taillepied 1876 (1587), p. 101 ; Dousset 1989, p. 133.
  • 183 Confirmation par bulle papale le 24 juin 1250 ; Depoin 1900, p. 133-134.
  • 184 Regnier 1993.
  • 185 Du Buisson-Aubenay 1911 (1638), p. 22.
  • 186 AM Pontoise, fonds Cordier, 29 Z 38 « Église Notre-Dame notes », feuillet 3.
  • 187 Regnier 1993, p. 12.

78En 1177, les habitants de ce faubourg, qui se plaignaient de ne pouvoir se rendre dans de bonnes conditions à leur église paroissiale Saint-Martin180, demandèrent la construction d’une chapelle. Celle-ci fut fondée par saint Guillaume qui créa aussi à proximité, en 1180, un hôpital pour les pauvres, desservi par des religieux appelés Guillemites ou Guillemins181. Une statue de la Vierge installée dans la chapelle attira un grand nombre de pèlerins et une foire se tenait en septembre à l’occasion du pèlerinage182. En 1226, les habitants furent autorisés à construire une chapelle plus grande mais toujours placée sous le patronage de saint Martin. En 1247, elle fut érigée définitivement en paroisse, dotée d’un cimetière et d’un presbytère183. Au cours des xiiie et xive siècles, des libéralités royales et surtout un grand nombre de dons provenant des pèlerins permirent l’érection d’une vaste église, détruite en 1589 lors des troubles de la Ligue. Celle qui fut reconstruite était beaucoup plus petite184. Elle subsiste toujours aujourd’hui mais une anomalie dans le parcellaire fossilise remarquablement l’emprise de la grande église : le chevet décrit en 1638 comme « ruiné, donnant sur le bord du fossé185 » est encore très lisible dans l’arrondi formé par la face sud-est de la place (fig. 15d). Les restitutions permettent d’attribuer à l’église médiévale une longueur de 130 m sur une largeur de 43 m186. Elle était située hors les murs, juste en limite des fossés de l’enceinte de réunion (enclos III) et semble avoir été fortifiée187.

  • 188 Zadora-Rio 1989, p. 15-16.

79L’enclos de Notre-Dame a pu apparaître après 1247 (érection de la chapelle en paroisse et délimitation de l’espace paroissial ?). Cet enclos, relativement géométrique, pourrait correspondre aux enclos ecclésiaux étudiés dans d’autres régions, certains couvrant jusqu’à 6 ha et incluant un cimetière fortifié188.

80À la fin du xie et au xiie siècle, une première enceinte (enclos II) enserre donc le château royal et l’hôtel seigneurial, situés sur le Mont Bélien, ainsi que le marché de la place de l’Étape, mais d’importants pôles se développent aux portes de cette ville enclose (Saint-Maclou, Saint-Martin et Notre-Dame). Au xiiie siècle, les travaux d’une importante enceinte sont initiés. L’enceinte des plans modernes correspondrait à cette vaste enceinte de réunion construite entre le xiiie et le xvie siècle qui aurait permis d’associer les différents quartiers (enclos III).

5. L’enceinte de réunion du xiiieau xvie siècle (enclos III)

81Même si, dès le xviie siècle, les murs sont détruits ou vendus à des particuliers, le tracé du mur d’enceinte subsiste en certains endroits, ou s’est fossilisé dans le parcellaire du cadastre napoléonien (fig. 18).

  • 189 Poirier et Manceau 2009, p. 72.

82Une tête de pont située du côté de Saint-Ouen-l’Aumône est figurée sur le cadastre sous la forme d’une île (fig. 18, a). On devait franchir encore une deuxième porte fortifiée, à l’autre extrémité du pont, avant d’entrer dans la ville (fig. 18, b). Au nord-est, le quartier du Pothuis commandait l’entrée de la ville. Une limite forte et la rue du Bas Bordeau formant une rupture dans l’orientation générale du quartier peuvent correspondre au fossé en eau défendant un bastion « fait récemment », figuré sur le dessin italien de 1589 (fig. 18, c). Au nord, le mur d’enceinte subsiste en élévation le long du boulevard Jean-Jaurès qui s’est implanté à l’emplacement des fossés de la ville (fig. 18, d). Là où le mur a disparu, une bande parcellaire étroite d’environ 5 m fossilise le mur de courtine racheté par des particuliers (fig. 18, e). Le fossé nord a été creusé à l’emplacement d’un ancien talweg189 mais il a dû demander d’importants travaux de déblaiement.

  • 190 Poirier 1998 ; Poirier et Manceau 2009.
  • 191 Trou 1977 (1841), p. 183 ; Duclos 1968, p. 158.
  • 192 Duclos 1968, p. 158.

83Une anomalie triangulaire sur le cadastre napoléonien fossilise le dispositif fortifié de la porte d’Ennery, décrite en 1587 par Noël Taillepied (fig. 18, f). Une opération archéologique réalisée en 1997 a montré que cet ouvrage, repris entre 1441 et 1503, a connu des aménagements jusqu’au xviie siècle. Il a pu remplacer une première tour-porte de plan carré190. Il était renforcé par une citadelle, figurée sur le plan de 1778, et formant une anomalie parcellaire sur le cadastre napoléonien (fig. 18, g). La destruction de cette citadelle construite par Henri III fut décidée en 1614191, mais les contours des bastions étaient encore visibles au milieu du xxe siècle192. Les aménagements dont a fait l’objet la porte d’Ennery renvoient à l’importance de l’itinéraire de Dieppe qu’elle commande.

Fig. 18 Traces de l’enceinte de réunion (enclos III) dans le cadastre de 1813.

Fig. 18 Traces de l’enceinte de réunion (enclos III) dans le cadastre de 1813.

84Sur le front nord-ouest de la ville, une bande parcellaire homogène et d’un seul tenant marque l’emplacement des fossés sur le cadastre napoléonien (fig. 18, h). Au xixe siècle, leur réutilisation en boulevard de promenade et jardin municipal a transmis la forme.

  • 193 Gantois 1943, p. 13.

85À l’approche de Notre-Dame, un ancien bastion connu sur les plans du xviie siècle est fossilisé dans le passage en chicane très marqué de la rue de l’Éperon (fig. 18, i), qui indique le contournement obligatoire de l’ouvrage. Il défendait la porte Chappelet et la porte de Notre-Dame (dite également porte de Bart ou porte de Rouen) qui sont bien marquées dans le parcellaire du cadastre napoléonien par la fossilisation de deux tours et du mur de courtine d’une soixantaine de mètres les reliant (fig. 18, j). Cet aménagement en double porte commandait l’itinéraire de Rouen et le chemin de Meulan. Le déversoir Notre-Dame (fig. 18, k) alimentait un étang, appelé Vert-Buisson, qui complétait la fortification193 (fig. 18, l). Il est figuré sur le plan de 1690. Au sud, bien que détruit, le mur est lisible dans le parcellaire. Une chaussée était construite sur une digue servant à contenir l’étang du Vert-Buisson (fig. 18, m).

Fig. 19 Schéma interprétatif de Pontoise au xvie siècle.

Fig. 19 Schéma interprétatif de Pontoise au xvie siècle.

86Le parcellaire du cadastre napoléonien conserve donc remarquablement l’empreinte des fortifications de la ville. Elles correspondent à des phases d’aménagement s’échelonnant du xiiie au xvie siècle.

  • 194 Cf. supra « 3.2.3. Les limites de la première ville fortifiée », au sujet de l’enclos II, la fouill (...)

87Le comblement d’une porte monumentale et l’arasement d’un mur appartenant vraisemblablement à la première limite fortifiée (enclos II)194 semblent indiquer qu’une nouvelle enceinte prend le relais à partir du xiiie siècle au moins dans la partie nord de la ville. Au sud, on a vu aussi qu’elle recoupait l’enclos paroissial de Notre-Dame sans doute postérieurement à 1247. Sa construction s’étalerait donc du xiiie au xive siècle.

  • 195 Cartulaire Pahin, AD Val-d’Oise, 31 H 2 Pahin 4°/20.
  • 196 Pahin 1923, p. 10.
  • 197 Volti 2003, p. 101-102.

88Un autre élément indique que la portion d’enceinte entre la porte d’Ennery et la porte Chappelet pourrait avoir été construite au tout début du xive siècle. En effet, un aménagement semble avoir été nécessaire pour ne pas isoler le couvent des Cordeliers de la ville, construit en 1248 hors les murs195. En 1306, le roi octroya aux frères mineurs « une voie parmi les murs et les fossés de la ville » et le maire et les pairs de Pontoise s’engagèrent à fermer et ouvrir chaque jour les portes de cette voie, et à n’édifier ni halles ni étals qui l’encombreraient196. Cette mention marque peut-être la construction de l’enceinte de réunion dans ce secteur, en effet, on imagine mal les cordeliers se soucier de leur liaison avec la ville plus de 56 ans après leur installation197.

  • 198 La présence de ces vastes espaces verts intra-muros a été remarquée dans de nombreuses villes et té (...)

89La nouvelle enceinte intègre des zones déjà urbanisées aux xiiie et xive siècles (quartiers autour de la place de l’Étape et de Saint-Maclou, rivière de la Viosne et ses nombreux moulins) mais aussi de vastes zones non urbanisées, correspondant à des terres humides ou à des jardins198 (fig. 19).

  • 199 Cartulaire Vorreux, AD Val-d’Oise, 2 J 1, p. 341.
  • 200 L’étalement des travaux de construction de l’enceinte de réunion sur plusieurs décades voire plusie (...)
  • 201 Le conflit fut tranché par un arrêté préfectoral en 1844 au profit des voituriers ; Gantois 1943, p (...)

90En tout, sont construits deux kilomètres d’enceinte, des fossés et un étang. Ils augmentent la superficie enclose de quinze hectares. La fermeture aurait touché dans un premier temps l’agglomération marchande199. Les principaux lieux de ressources (marchés et pôles artisanaux) qui s’étaient développés auparavant aux portes de l’ancienne ville enclose (enclos II) s’y trouvent intégrés sauf l’église Notre-Dame. On peut supposer que les travaux commencent au xiiie siècle, qu’au début du xive siècle, la partie nord-ouest est enclose (mention des Cordeliers), et que les travaux durent jusqu’au xve siècle200. De nouvelles tours furent ajoutées à partir de 1586. Les fortifications « nouvellement faites » sur le dessin italien de 1589 témoignent de cette phase d’aménagement qui dota l’enceinte de bastions. Comme dans de nombreuses autres villes, les démolitions du rempart, décidées à la fin du xviie siècle, eurent lieu aux xviiie et xixe siècles, à l’occasion de redressements ou de créations de rues, et les fossés furent utilisés pour la circulation des rouliers. À Pontoise, ceux se rendant de Paris vers la Normandie et la Picardie empruntaient les fossés aménagés par la ville malgré l’opposition des édiles pontoisiens qui avaient aménagé les fossés comme simple promenade et voyaient d’un mauvais œil le contournement de la ville commerçante201.

  • 202 Poirier et Manceau 2009, p. 75.

91Des vestiges de l’enceinte ont été reconnus lors des fouilles de l’hôtel de ville où un sondage à l’extérieur du rempart a permis d’observer le mur d’escarpe et l’amorce du profil du fossé202. Le mur s’adosse directement au versant, le terrain naturel a été retaillé sur trois mètres puis taluté. Le rempart n’est pas fondé. Les remblais constituant la terrasse ont été datés du xvie siècle, ce qui concorde avec leur représentation sur le dessin de 1589.

6. Organisation des trames parcellaires (fig. 20)

92Le parcellaire de la commune de Pontoise est remarquable par sa régularité notamment sur les plateaux Saint-Martin et des Cordeliers. Plusieurs alignements remarquables le ­structurent, formant une trame cohérente (chemin des Cordeliers, prolongé dans une limite parcellaire et un chemin débouchant sur l’Oise, route de Paris à Rouen etc.).

Fig. 20 Lignes organisatrices de la trame parcellaire à Cergy, Pontoise, Éragny et Saint-Ouen-l’Aumône.

Fig. 20 Lignes organisatrices de la trame parcellaire à Cergy, Pontoise, Éragny et Saint-Ouen-l’Aumône.

93Une orientation SO-NE domine également et donne un effet de trame en s’associant avec les limites précédentes. Elle est très présente sur le plateau Saint-Martin, dans l’alignement du chemin de Cergy à Pontoise et du chemin des Clos Cripiers. Ces alignements remarquables servent de support à un grand nombre de limites parcellaires (fig. 21), formant ainsi un réseau quadrillé régulier mais non orthonormé. En effet, l’orientation peut varier jusqu’à une quinzaine de degrés entre 35° et 50° par rapport au nord Lambert et entre -55° et -40° pour les perpendiculaires.

Fig. 21 Tri automatisé des orientations entrant dans la trame entre 35°-50° et -55°-40°NL.

Fig. 21 Tri automatisé des orientations entrant dans la trame entre 35°-50° et -55°-40°NL.

L’orientation dominante sur les plateaux se retrouve dans plusieurs quartiers urbanisés du centre-ville.

  • 203 Robert 1999a et 2000a.

94Le tri automatisé réalisé sur le SIG montre que cette orientation domine sur le territoire de Pontoise et sur les communes limitrophes (Cergy, Éragny et sud de Saint-Ouen-l’Aumône). En revanche, elle est absente dans les zones humides (méandres de l’Oise à Cergy, étangs de Liesse à Saint-Ouen, vallée de la Viosne à Pontoise) ou dans celles qui sont marquées par un fort relief (coteaux de l’Oise, fond Saint-Antoine). Cette différence est particulièrement lisible sur le plateau Saint-Martin où l’orientation entre 35° et 50°/-55° et -40° NL entre en conflit avec celle du parc de l’abbaye Saint-Martin qui s’est aligné à l’époque moderne sur l’Oise. Ce conflit de forme marque toujours l’urbanisme de Pontoise aujourd’hui203.

95Le tri automatisé des orientations du parcellaire napoléonien du centre urbain montre que plusieurs parties de la ville (faubourg Saint-Martin, enclos Saint-Germain, quartier Saint-Maclou) suivent l’orientation entre 35° et 50°/-55° et -40° NL, renforçant l’idée qu’il s’agit vraisemblablement d’anciennes zones rurales fossilisées par l’urbanisation et non de quartiers planifiés volontairement (fig. 21).

96Des alignements remarquables aux formes sinueuses et curvilinéaires suivent la vallée de l’Oise. Ils n’ont pas d’orientation fixe puisqu’ils s’adaptent à l’orientation du cours de l’Oise, marqué à Cergy-Pontoise par deux méandres. Les axes directeurs de ce réseau sont les chemins qui suivent la rivière, épousant la forme du méandre.

  • 204 Robert 2002, p. 176.

97La Chaussée Jules-César forme un alignement remarquablement cohérent et rectiligne qui traverse la zone selon une orientation à -63° NL. Son tracé entre nettement en contradiction avec la trame paysagère générale. Il est vrai que c’est un axe régional empruntant en partie l’axe géologique du synclinal de la Viosne (orienté à -60° NL)204, alors que les trames observées à l’échelle de Pontoise semblent plus s’articuler avec la topographie locale.

  • 205 Plan des bastiments, jardins et enclos de l’abbaye de Saint-Martin-les-Pontoise en l’estat qu’estoi (...)
  • 206 AM Pontoise, 3 FI 126, copie (début xixe) d’un plan de l’ancienne enceinte de l’abbaye et des maiso (...)

98Dans l’emprise du domaine de Saint-Martin, la superposition du cadastre napoléonien, d’un plan de la fin du xviie antérieur aux importantes transformations de l’abbaye205 et d’un plan de 1685 surimposant l’ancien enclos monastique et le nouveau206, montre l’ancienneté des trois grandes orientations perçues à l’analyse morphologique (fig. 22).

  • 207 Couffy 1993, p. 124.

99L’orientation alignée sur les coteaux et l’Oise, ici à -78°-75° NL, est la plus marquée car elle a été suivie par les réaménagements du xviie siècle, mais elle était déjà présente dans l’ensemble cloître-église d’origine romane et dans le logis abbatial, construit au xvie siècle. Entre 1680 et 1697, de nouvelles terres furent acquises et réunies dans un nouveau mur de clôture. L’abbaye s’étendait alors jusqu’à l’ancien cours de la Viosne et englobait le tracé de la Chaussée Jules-César. Dans le parc, des nouvelles allées furent aménagées. L’orientation de -78°-75° NL se trouva considérablement renforcée, répondant sans doute à une conception de l’espace privilégiant la configuration naturelle du site207. L’orientation entre 35°-50°/-55° et -40° NL resta bien marquée cependant dans les limites sud et est du premier enclos connu. L’ancien mur de clôture sud, orienté à -54° NL, semblait s’appuyer sur le chemin des Clos Cripiers coupé à la fin du xviie siècle par le nouvel enclos. Ce chemin, axe fort du réseau 35°-50°/-55° et -40° NL, structurait fortement le bâti de l’abbaye puisque plusieurs bâtiments, cours et voies prenaient appui dessus. Le premier logement abbatial (antérieur au xvie siècle) entrait dans cette orientation marquant un angle par rapport à l’église.

100Les tombes datées du ve au viie siècle, fouillées aux abords de l’église de Saint-Martin, présentaient une orientation constante entre -45° et -58° tandis que plusieurs bâtiments du Bas-Empire privilégiaient une orientation en accord avec la voie romaine (-60° NL) qui formait la limite nord de l’enclos monastique.

101La diversité des orientations rencontrées dans le plan moderne de l’abbaye semble indiquer qu’elle s’est développée, non pas en fonction d’un plan strict préétabli, mais plutôt en fonction de limites préexistantes dont elle a tenu compte. Seul l’ensemble cloître-église aurait pu développer sa propre logique ne privilégiant pas pour autant une orientation est-ouest stricte.

  • 208 Inventaire, carte de répartition et détail des éléments de datation dans Robert (dir.) à paraître ; (...)
  • 209 Lavigne 1997.
  • 210 Marchand 2000.
  • 211 Mennessier-Jouannet et Buchsenschutz 1996 ; Chouquer 2006.

102On peut supposer que l’orientation du réseau à 35°, 50° et -55°, -40° est déjà présente à partir de la période mérovingienne à Saint-Martin et à la période médiévale dans le centre urbain. Sa forme et son extension peuvent être rapprochées des réseaux de formation mis en évidence à partir des années 1990 dans plusieurs régions de France208. Ils se caractérisent par une organisation régulière (longs linéaments organisant une trame quadrillée) mais non orthonormée. Ils reprennent souvent les lignes de force de l’oro-hydrographie locale et peuvent présenter une variation angulaire importante qui peut aller de 5 à 10°. Ils ont été qualifiés de réseau « de formation » pour les distinguer des réseaux « de fondation »209 car ils se constituent à partir d’éléments morphogénétiques qui les structurent et transmettent une orientation dans la longue durée. Les voies de grand parcours jouent un rôle important dans leur structuration210. Les datations montrent que certaines de ces orientations dominantes émergent à partir de la fin de l’âge du fer-début de l’Antiquité concomitamment à une densification de l’habitat211

Fig. 22 Orientation des trames transmises dans le plan de l’abbaye Saint-Martin.

Fig. 22 Orientation des trames transmises dans le plan de l’abbaye Saint-Martin.

Report sur le cadastre napoléonien des limites figurées sur les plans du xviie siècle. L’orientation à 35°-50° et -55°-40°NL est toujours lisible malgré la réorientation des limites du parc au xviie siècle.

7. Synthèse : les morphogènes du tissu urbain

103À Pontoise, les noyaux du développement urbain sont donc multiples. Leur implantation et la forme du tissu urbain sont dirigées par deux critères particulièrement déterminants : l’oro-hydrographie et les axes de circulation.

104La topographie détermine l’implantation du château royal perché sur le Mont Bélien et du quartier artisanal de la ville autour de la rivière de la Viosne, créant une opposition entre ville haute et basse dès le xiie siècle. Les talwegs comblés au quaternaire sont utilisés pour les fossés de l’enceinte de réunion ou les voies de circulation tandis que le relief est transformé par l’homme : aménagement du sommet du Mont Bélien dès la fin du xie-début du xiie siècle, canalisation de la Viosne avant la deuxième moitié du xiie siècle. Le perchement de la ville médiévale en haut du Mont Bélien, à partir du xie siècle, marque un déplacement par rapport à l’implantation antique qui était située sur le plateau Saint-Martin au passage d’une voie importante, le long de laquelle subsistaient une occupation et un portus à l’époque carolingienne. Ce déplacement de l’habitat s’est accompagné de celui de la route de Rouen et du renforcement de l’itinéraire de Dieppe.

105En effet, le deuxième élément morphogénétique est le passage d’itinéraires importants vers la Normandie et la Picardie. Un enjeu considérable semble être leur « capture », comme dans le cas de l’itinéraire Paris-Rouen, et l’obtention de droits sur les péages et travers, avec la création d’un pont en pierre sur l’Oise, en contrebas du Mont Bélien, à la fin du xie siècle. La porte sur l’itinéraire de Dieppe détermine deux pôles fortifiés et religieux : ensemble château royal-Saint-Mellon/ensemble manoir de Poix-prieuré de l’abbaye du Bec, qui se concurrencent à partir du xie siècle. Le rôle joué par cet axe dans l’approvisionnement de Paris en poisson frais a pu être aussi un enjeu commercial. Les marchés, les équipements civils et religieux, les églises et couvents sont tous situés sur ces itinéraires.

  • 212 Marcel Poëte notait « Cette formation extérieure est caractérisée par l’exercice du commerce et par (...)

106L’entrée de ces axes dans la ville, par une porte associée à un édifice religieux et un marché212, est un facteur de développement important. À une porte de la première ville enclose aux xie et xiie siècles (enclos II), se développe hors les murs, autour du cimetière et de l’église Saint-Maclou, un bourg qui reçoit les premiers édifices publics (prison, maison de ville, beffroi) et un marché. Une autre configuration dynamique hors de la ville enclose apparaît avec l’association d’un quartier artisanal le long de la rivière dérivée et d’une église siège d’un pèlerinage important ainsi que d’une foire (Notre-Dame).

107Au xie siècle, l’implantation le long de la voie antique est réactivée par la fondation d’une abbaye dotée d’une importante foire et une occupation se développe à ses abords. Elle semble développer aussi une politique d’acquisition de biens tournée vers les revenus de la route de Rouen et de l’Oise.

108La présence des routes de grand parcours et de la rivière apparaît comme une source de revenus non négligeables pour les élites laïques et ecclésiastiques. Les péages et travers de Pontoise sont partagés entre le roi (xie, xiie et xive siècles), la commune (xiiie siècle), des seigneuries ecclésiastiques situées hors de la ville qui possèdent des celliers intra-muros (abbayes Notre-Dame du Val et de Saint-Martin au xive siècle) et des seigneurs laïcs (dont le seigneur du manoir de Poix au xive siècle).

  • 213 En Lorraine, on trouve de nombreux bourgs développés sur les axes reliant les foires de Champagne. (...)
  • 214 Theurot 1993.
  • 215 Cf. par exemple les conflits entre l’abbaye de Saint-Mihiel sur la route Metz-Châlons et leurs avou (...)
  • 216 Hans-Walter Herrmann a montré ce cas pour les bourgs castraux du Luxembourg (Herrmann 1993). Cf. au (...)

109L’analyse de plusieurs bourgs castraux dans l’est de la France a montré que le contrôle de la croissance économique à travers la structuration de l’économie locale et le contrôle des flux interrégionaux étaient un élément déterminant pour leur formation213. La construction d’un pont pour faciliter le passage d’une route commerciale importante y est très souvent associée à l’instauration d’un péage214. De même, un contrôle des ventes sur les foires et marchés est instauré progressivement. Cette volonté de contrôle économique donne lieu souvent à des concurrences entre d’anciens bénéficiaires d’un axe commercial ou d’un marché et le nouveau postulant215. Un prince ou un comte pouvait promouvoir significativement la croissance des villes et des bourgs en menant une politique routière (dévier des routes commerciales existantes, imposer des péages), en les transformant en centre de châtellenie ou de prévôté et en octroyant des franchises pour attirer des habitants216. La réunion en 1077 de Pontoise au domaine royal coïncide peut-être avec le déploiement d’une véritable politique routière (construction du pont en pierre en 1090) puis d’un contrôle progressif des différents pôles urbains qui se seraient développés, dans un premier temps de manière spontanée, à l’initiative de certains seigneurs laïcs ou ecclésiastiques (comtes de Poix et Gisors, abbaye du Bec et de Saint-Martin, etc.). Les premières mentions des principaux édifices ecclésiastiques et publics ainsi que des marchés datent de la fin du xie siècle. Ces différents pôles sont relativement dispersés dans l’espace. À partir du xiiie siècle, ils commencent à être regroupés dans une vaste enceinte de réunion (enclos III).

110Le rôle des élites urbaines apparaît donc à travers trois grands types de stratégies.

111Le premier concerne le contrôle des voies de communication, qui se traduit par des choix d’implantation des fortifications, églises, abbayes, équipements ; par la réalisation d’un pont en pierre ; par les mesures administratives pour favoriser le passage à certains endroits.

  • 217 Sur la production de la forme circulaire au Moyen Âge, cf. Querrien 2008.

112Le deuxième concerne la réalisation d’enclos ayant un rôle de défense mais aussi d’appropriation et de délimitation de territoires. Les enclos quasi-géométriques217 semblent plutôt associés à des structures ecclésiastiques : enclos monastiques à Saint-Germain, présence d’un grenier et de possessions de l’abbaye Notre-Dame du Val à La Harengerie, paroisse de Notre-Dame. Leur surface est relativement exiguë (de 0,5 à 6,5 ha) (fig. 23).

Fig. 23 Tableau des surfaces enserrées par les différents enclos (Robert 2009).

Fig. 23 Tableau des surfaces enserrées par les différents enclos (Robert 2009).

113À l’opposé, les fortifications urbaines sont peu ­géométriques. Leur forme est plutôt en rapport avec la topographie. Elles enserrent des territoires variant de 9,5 ha pour la première ville forte (enclos II) à 24,34 ha pour l’enceinte de réunion (enclos III). Elles correspondent à des constructions militaires, mais matérialisent également des limites territoriales comme le montre la correspondance des ressorts paroissiaux de Saint-Pierre et Saint-André pour l’enclos II. Elles renvoient aussi vraisemblablement à des volontés de contrôle des marchés (L’Étape et Saint-Maclou), des lieux de stockage (possessions de l’abbaye du Val et cellier de Saint-Martin) et des centres artisanaux (moulins de la Viosne) pour l’enclos III.

114Les enclos sont morphogénétiques quand ils génèrent de nouveaux points d’attraction à leurs portes, points de passage obligés. On note que la densification s’effectue à la fois à l’intérieur mais aussi aux marges.

115Le troisième type identifié de stratégie des élites est la création de liaisons entre les différents pôles, notamment entre la ville basse et la ville haute, comme la rue de la Cordonnerie entre la place de l’Étape et Saint-Maclou et la rue de la Coutellerie entre Saint-Maclou et la porte Notre-Dame. Entre la route de Dieppe et la route de Rouen, une zone de très faible densité a été intégrée dans l’enceinte urbaine sur le versant relativement pentu de la vallée de la Viosne. Deux rues parallèles (rues du Soleil et des Béguines) reliant les itinéraires « bas » et « haut » semblent indiquer une volonté de développer ce secteur de la ville. Elles ont été construites sur un relief relativement escarpé coupant perpendiculairement le versant de la vallée.

116Le fait que ces voies donnent lieu parfois à un remembrement local (le long de la rue de la Cordonnerie par exemple), et qu’elles demandent des aménagements particuliers pour s’adapter à la pente escarpée laisse supposer qu’elles sont prises en charge par un groupe relativement organisé.

117À Pontoise aucun lotissement volontaire n’a pu être mis en évidence. Il n’y en a aucune mention dans les sources écrites et pour les deux quartiers relativement réguliers (faubourgs Saint-Martin et Saint-Maclou), la régularité pourrait avoir été transmise par le parcellaire rural préxistant. L’organisation de la trame rurale joue un rôle déterminant dans l’organisation du parcellaire urbain.

  • 218 Cf. cas identique étudié pour Paris dans Robert, Grosso, Chareille et Noizet à paraître.

118Les limites des enclos influent peu sur la forme du parcellaire : elles ne semblent pas générer de remembrement ; seule leur limite extérieure reste marquée dans le parcellaire. La trame héritée peut rester structurante même après la mise en place d’un aménagement important comme l’enceinte de réunion218.

119Enfin, l’autre exemple d’édilité, documenté par les textes avec la construction de l’enceinte, est la régularisation des places. Pontoise présente au moins cinq cas de places triangulaires, mais seule la place de la Harengerie semble avoir été aménagée volontairement en triangle. L’Étape et la Pierre-aux-Poissons seraient plutôt le résultat d’une convergence des voies aux portes. Quant aux places du Petit et Grand Martroy, elles ont été séparées par un lotissement au xvie siècle et régularisées grâce à des servitudes d’alignement.

Conclusion

120À part la mise en place de l’enceinte de réunion, il n’y a pas véritablement de contrôle ni d’actions menées à l’échelle de l’ensemble de la ville par les élites urbaines. Elles tentent surtout de contrôler les grands itinéraires qui la traversent, en détournant parfois le flux. La densification et la diversification semblent spontanées, liées à des dynamiques qui leur échappent en partie. C’est plutôt dans un second temps que les élites urbaines tentent de donner une cohérence aux lieux centraux produits spontanément en les enserrant dans un enclos et en créant des liaisons entre eux.

121La fin du xie siècle-xiie siècle apparaît comme une période-clé dans la dynamique urbaine. Une première ville marchande développée au pied du pôle royal et seigneurial est alors enclose (enclos II). Le développement de quartiers extra-muros conduit à la construction d’une enceinte de réunion aux xiiie et xive siècles. Les principaux éléments organisateurs de la ville lisibles sur les plans modernes sont en place à la fin du xive siècle. En effet, les lieux présentant une certaine densité du découpage parcellaire et une diversification des activités au xixe siècle correspondent à des zones déjà urbanisées à la fin du xie siècle, aux xiie et xiiie siècles et ayant associé des activités religieuses, artisanales et commerciales : la place de l’Étape, Saint-Maclou, Notre-Dame. Ces deux derniers ensembles étaient pourtant situés, dans un premier temps, hors les murs de la ville. À l’opposé, le Mont Bélien, pourtant ancien pôle royal et seigneurial, présente un parcellaire relativement lâche depuis la destruction du château et des églises Saint-Mellon et Saint-Pierre au xviiie siècle. De même, les vastes zones vides enserrées dans l’enceinte de réunion sont restées peu denses aussi en raison de leur appropriation par des ordres mendiants : ces couvents qualifiés d’urbains limitent pourtant ce qui fait la ville. Ainsi, comme l’écrit Hélène Noizet :

  • 219 Noizet 2007, p. 412 à propos du quartier de Châteauneuf à Tours.

La centralité urbaine n’est ni historique – ce n’est pas automatiquement l’espace le plus ancien qui est automatiquement le centre – ni géographique […] le centre urbain est bien l’espace qui a enregistré dans sa structure matérielle le plus grand nombre d’actions sociales au cours du temps…219

  • 220 Robert 2004b.

122D’autres centralités ont émergé depuis le début du xixe siècle, liées au déplacement ou à l’enrichissement des axes de ­circulation (gare) et à leur liaison (rue Thiers) ou au report de certaines activités hors de l’enceinte médiévale (hôpital, commerces…). Cette mobilité des centres n’est pas caractéristique de la période contemporaine, elle est déjà un facteur de la dynamique urbaine au Moyen Âge220.

123En croisant les échelles et les sources, on peut donc lire l’évolution de la ville comme une forme qui s’est construite dans la longue durée intégrant à la fois des organisations échappant en partie aux élites urbaines (trame rurale, réseau des voies de grande communication, marchés aux portes etc.) et des aménagements qu’elles contrôlent et produisent (enceintes, liaisons entre les pôles, passages ponctuels). Ainsi la forme urbaine ne peut être comprise ni comme le seul résultat d’une suite d’opérations urbanistiques, ni comme une forme auto-organisée incontrôlée. Elle est le résultat d’une combinaison subtile entre ces différents niveaux d’organisation, les opérations urbanistiques permettant de donner une cohérence à des structures qu’elles n’ont pas organisées et produisant elles-mêmes de nouvelles formes qui se transmettent dans le temps.

Haut de page

Bibliographie

Abbé J.-L.
1993, « Formation d’un paysage médiéval dans le bassin parisien : Villeneuve-l’Archevêque (Yonne) », Archéologie médiévale, XXIII, p. 57-107

Arnaud J.-L.
2008, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Paris, Éditions Parenthèses, 233 p.

Atlas historique
1982-2009, Atlas historique des Villes de France, 47 fascicules publiés depuis 1982, Commission Internationale pour l’histoire des Villes, Bordeaux, Ausonius.

Balard M., Laurioux B., Le Jan R., Le Mené M.
2003, Dictionnaire de la France médiévale, Hachette, Paris.

Baudreu D. et Cazes J.-P.
1994, « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude », dans Fixot et Zadora-Rio 1994, p. 80-98.

Berthier K. et Benoit P.
2004, « Les aménagements hydrauliques au Moyen Âge et au xvie siècle à Corbeil-Essonnes », dans Burnouf J. et Leveau P. (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, Paris, CYHS, p. 321-330.

Bertin P.
2006a, « Rapport de diagnostic : Pontoise 92-96 rue Pierre Butin », INRAP, Pantin, 49 p.

2006b « Rapport de diagnostic : Pontoise 1, avenue de Verdun », INRAP, Pantin, 10 p.

Beugnot A.
1839, Les olim, ou registres des arrêts rendus par la Cour du Roi : sous les règnes de Saint Louis, de Philippe Le Hardi, de Philippe Le Bel, de Louis Le Hutin et de Philippe Le Long, t. 1, 1254-1273, Paris, Imprimerie royale, 1149 p.

Bonis A. (éd.)
1992, Trente ans d’archéologie en Val-d’Oise 1960-1989, t. 1, Saint-Ouen-l’Aumône, Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise, 195 fiches.

Bourgeois L. (dir.)
2000, Les petites villes du Haut-Poitou de l’Antiquité au Moyen Âge : formes et monuments, volume 1, Chauvigny, APC, 143 p.

2005, Les petites villes du Haut-Poitou de l’Antiquité au Moyen-Âge : formes et monuments, volume 2, Chauvigny, APC, 178 p.

Bourlet C.
1995, « L’approvisionnement de Paris en poisson de mer aux xive et xve siècles, d’après les sources normatives », Journal of the British Institute in Paris, 20, Autumn, p. 5-23.

Bruand O.
2002, Voyageurs et marchands aux temps carolingiens : les réseaux de communication entre Loire et Meuse aux viiie et ixe siècles, Bruxelles, De Boeck.

Bur M. (dir.)
1993, Les peuplements castraux dans les Pays de l’Entre-Deux. Alsace, Bourgogne, Champagne, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 384 p.

Chouquer G.
1994a, « Le plan de la ville antique et de la ville médiévale de Besançon », Revue archéologique de l’Est, n° 166, tome 45, fasc. 2, p. 361-407.

1994b, « Actualité des recherches sur les parcellaires ruraux et urbains », Les Nouvelles de l’archéologie n° 56, p. 25-32.

2000, L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, éditions Errance, 208 p.

2006, « L’émergence de la planimétrie agraire à l’âge du fer », dans Chouquer (dir.) 2006, p. 29-52.

Chouquer G. (dir.)
2004, « Objets en crise, objets recomposés. transmissions et transformations des espaces historiques. Enjeux et contours de l’archéogéographie », Études rurales, n° 167-168, 367 p.

2006, « Nouveaux chapitres d’histoire du paysage », Études rurales, n° 175-176, 256 p.

Clavel B.
2005, « L’ichtyofaune », dans Poirier (dir.) 2005, p. 142-150.

Clavel B. et J. H.
2010, « L’archéozoologie du Moyen Âge au début de la période moderne dans la moitié nord de la France », dans Chapelot J. (éd.) 2010, Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Caen, Publications du CRAHM, p. 71-87

Collectif
2003, Conflans à travers les âges – Conflans Sainte-Honorine. Carte, plans, photos aériennes. Témoins de son histoire, Conflans, MJC Conflans à travers les âges, 135 p.

Couffy A. (dir.)
1993, Jardins en Val-d’Oise, Cergy, Conseil Général du Val-d’Oise.

Darin M.
1993, « Introduction à l’histoire morphologique des villes », école d’architecture de Nantes, Bureau de la recherche architecturale, Nantes, 179 p.

1998, « The study of urban form in France ». Urban Morphology, 1998, vol. 2, n° 2, p. 63-76.

Depoin J.
1880, « Saint-Louis et l’Hôtel-Dieu de Pontoise, mémoire lu en séance publique le 17 juin 1878 », MSHAP, t. II, p. 27-45.

1886, Cartulaire de l’Hôtel-Dieu de Pontoise, publié avec des notes d’après les originaux. Pontoise, Pontoise, Société historique du Vexin, 132 p.

1889, Histoire populaire de Pontoise, Paris, Imprimerie Amédée, 142 p.

1895, Cartulaire de l’abbaye Saint-Martin de Pontoise, publié d’après des documents inédits, Pontoise, 494 p.

1900, Le livre de raison de l’abbaye Saint-Martin de Pontoise, Pontoise, Société historique du Vexin, 240 p.

1905, « Les manuscrits inédits du procureur Guériteau », Bulletin de la Commission des Antiquités et des Arts de Seine et Oise, XXVe volume, p. 114-124.

1909a, Le cartulaire de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise, cinquième fascicule, Société Historique de Pontoise, 26 p.

1909b, La chaussée dite Jules-César et sa véritable origine, Paris, Imprimerie Cerf, 24 p.

1918, « La maison d’Orgemont », MSHAP, t. XXXV, p. 81-86.

1922, « Le dégagement de Saint-Maclou », MSHAP, t. XXXVII, p. 99-104.

Desjardins E.
1876-1893, Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, Paris, t. IV.

Devals C.
2003, « Marines-Santeuil - Les Carreaux. Document final de synthèse de fouille préventive de mars à août 2001 », DRAC-SRA Île-de-France, INRAP, CG Val-d’Oise, Saint-Denis, Pantin, 274 p.

Dousset F.
1989, La commune de Pontoise au Moyen Âge, étude administrative et économique de 1188 au début du xvie siècle, Mairie de Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin, 190 p.

Du Buisson-Aubenay F. N. B.
1911 (1638), Itinéraire de Normandie publié d’après le manuscrit original avec notes et éclaircissements par le Chanoine Porée, Paris, Rouen : S.n., 295 p.

Duclos G.
1968, Le Pontoise féodal et souterrain, Pontoise, Imprimerie Paris, 237 p.

Ducoeur G.
1973, « Les voies romaines dans le nord du Bassin parisien », Bulletin des Jeunesses Préhistoriques et Géologiques de France, 2, p. 30-33.

Dumor R.
1982, « Recherches sur la voie antique de Beauvais à Pontoise », Bulletin archéo­logique du Vexin français, 16, (1980), p. 79-90.

Duplessis D. T.
1740, Description géographique et historique de la Haute-Normandie, Paris, vol. 2. Bibliothèque Municipale de Pontoise, L 4°62.

Dupuy P.
2010, « L’empreinte du prieuré Sainte-Honorine sur le terroir de Conflans (Yvelines) », Master sous la direction de Joëlle Burnouf et Sandrine Robert, Université de Paris I.

Favier J.
1993, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, 982 p.

Fixot M. et Zadora-Rio É. (dir.)
1994, L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales : Actes du 3e congrès international d’archéologie médiévale (Aix-en-Provence, 28-30 septembre 1989), Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 180 p.

Fontaine-Bayer L.
1993, Le Chasse-marée de Picardie sur la route du poisson, Creil, Dumerchez, 181 p.

Fossier R.
1987, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle, Amiens, CRDP, 347 p.

Galinié H.
2000, Ville, espace urbain et archéologie, Tours, Maison des sciences de la ville, 128 p.

Gantois C.
1943, « Les anciennes fortifications de Pontoise ; leur disparition, l’urbanisme pontoisien du début du xixe siècle à nos jours », MSHAP, t. L, p. 3-95.

Gauthiez B.
1994, « La topographie de Lyon au Moyen âge », Archéologie du midi médiéval, t. 12, p. 3-39.

1995, « La forme des immeubles et le statut juridique des terrains : l’exemple de Rouen du xiiie au xviiie siècle », dans Hubert É. et Faron O. (éd.), Le sol et l’immeuble, les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (xiie-xixe siècle), Rome, école Française de Rome, p. 267-299.

1999a, Atlas morphologique des villes de Normandie, éditions du Cosmogon, Lyon, 226 p.

1999b, « Approche morphologique des plans de villes, archéologie et sources écrites », Revue archéologique de Picardie, p. 17-27.

2001, « L’approche de la morphologie urbaine aujourd’hui », dans Loyer F. (dir.), Ville d’hier et d’aujourd’hui en Europe, Actes des entretiens du patrimoine, Paris, p. 113-139.

2003a, « Vocabulaire de l’analyse morphologique », dans Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié (dir.) 2003, p. 479-485.

2003b, « L’urbanisme en Normandie au Moyen Âge », dans Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié (dir.) 2003, p. 373-426.

Gauthiez B., Zadora-Rio É. et Galinié H. (dir.)
2003, Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

Giuliato G.
1993, « Enceintes urbaines et villageoises en Lorraine médiévale », dans Bur (dir.) 1993, p. 139-190.

Graves L.
1856, Notice archéologique sur le département de l’Oise, Beauvais, Desjardins, 458 p.

Gressier J., Champion J. M., Demurger A. et al.
1973, Pontoise, 2000 ans d’histoire, Pontoise, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin, 194 p.

Henigfeld Y. et Masquilier A. (dir.)
2008, « Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècle) », Revue archéo­logique de l’Est, 26e supplément, Dijon, 539 p.

Herrmann H. W.
1993, « Les villes engendrées ou réorganisées par les châteaux dans les pays de la Sarre et de la Blies », dans Bur (dir.) 1993, p. 255-267.

Jean-Courret E.
2006, « La morphogénèse de Bordeaux des origines à la fin du Moyen Âge. Fabrique, paysages et représentation de l’Urbs », Thèse de l’Université de Bordeaux 3, 1 160 p.

Jobic F. et Vermeersch D.
1991, « Le “vicus” de Beaumont-sur-Oise : bilan des connaissances », Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise, Saint-Ouen-l’Aumône.

Karst N.
1992, « Les origines de la ville de Pontoise et son évolution au Moyen Âge », Mémoire de maîtrise, dir. C. Mabire La Caille, 2 vol., Université de Paris I, Paris.

Kraemer C.
1993, « Genèse et développement des bourgs castraux aux confins du Barris et du Verdunois (xie-xviiie siècles) », dans Bur (dir.) 1993, p. 191-223.

Krier V.
2004, « La plaine alluviale de l’Oise : Milieu et système fluvial, stratigraphie des formations alluviales et archéologie, du Tardiglaciaire à l’Holocène, dans le Val-d’Oise », Conseil Général du Val-d’Oise, Saint-Ouen-l’Aumône, 188 p.

Lavedan P.
1974, L’urbanisme au Moyen âge, Droz, Bibliothèque de la Société française d’Archéologie, Genève-Paris, 184 p.

Lavigne C.
1997, « Parcellaires de fondation et parcellaires de formation à l’époque médiévale en Gascogne. Clefs de lecture et problèmes d’interprétation », dans Chouquer G. (dir.), Les Formes du paysage, Tome III : L’analyse des systèmes spatiaux, Paris, Éditions Errance, p. 149-159.

2002, Essai sur la planification agraire au Moyen âge, Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (xiiie-xive siècles), Paris, Bordeaux, De Boccard, Ausonius, Scripta, 299 p.

Lechalard
1886, « Communication relative aux os trouvés lors du déblaiement des voûtes de l’abside de Saint-Maclou. Séance du conseil d’administration du 21 juillet 1886 », MSHAP, t. X, p. XLIV.

Lefevre B.
2008, « La formation d’un tissu urbain dans la Cité de Tours : du site de l’amphithéâtre antique au quartier canonial (5e-18e s.) », thèse de l’Université François Rabelais de Tours, Élisabeth Lorans (dir.).

Lefèvre-Pontalis E.
1888, Monographie de l’église Saint-Maclou de Pontoise, Pontoise, Imp. A. Pâris.

Lombart-Jourdan A.
1976, Paris, génèse de la ville, la rive droite de la Seine des origines à 1223, Paris, Éditions du CNRS, 270 p.

Longnon H.
1920-1923, Les noms de lieu de la France, Paris, Jules Champion, 3 vol.

Marchand C.
2000, « Recherches sur les réseaux de formes ; processus dynamiques des paysages du Sénonais occidental », Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’Université de Tours, Université F. Rabelais de Tours, Nancy Gauthier (dir.), Tours, Université de Tours, 346 p.

2004, « Des centuriations plus belles que jamais ? Proposition d’un modèle dynamique d’organisation des formes », dans Chouquer (dir.) 2004, p. 93-115.

Mennessier-Jouannet C. et Buchsenschutz O.
1996, « Des “champs celtiques” aux systèmes de parcellaire protohistoriques », dans Chouquer G. (dir.), Les Formes du paysage, Tome II : études sur les parcellaires, Paris, éditions Errance, p. 174-180.

Mitard P.-H.
1977, « Informations archéologiques régionales », Bulletin archéologique du Vexin français, 11, (1975), p. 22-43.

Mollat M. (dir.)
1987, Histoire des pêches maritimes en France, Seuil, Paris.

Monographie
1899, « Monographie d’instituteur – La ville de Pontoise », AD Val-d’Oise, 1 Mi R2.

Niermeyer J. F.
1984, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden, J. Brill, 78 p.

Noizet H.
2005a, « La transmission du « rural » et de la « nature » dans la ville : le cas de Tours », Études Rurales, n° 175-176, p. 109-128.

2005b, « Une histoire géoarchéologique du rapport à la Loire : le cas de la boire de Saint-Venant à Tours », dans Berger J. F. et al. (éd.), Temps et espaces de l’homme en société. Analyses et modèles spatiaux en archéologie, Antibes, APDCA, p. 451-461.

2006, « Méthodologie des SIG appliqués à l’histoire urbaine », Le Médiéviste et l’Ordinateur, 44 (2006) et http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00080587/fr/

2007, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 504 p.

Noizet H., Dallo A., Blary G.-X. et al.
2008, « ALPAGE : towards the setting-up of a collaborative work tool », Archeologia e Calcolatori, 19, p. 86-95.

Noizet H. et Lallau E.
À paraître, « Le tracé des enceintes des xe-xiiie siècles », Actes du colloque « Paris de parcelles en pixels : des plans Vasserot au SIG Alpage », tenu à Paris les 7 et 8 juin 2010, Presses universitaires de Vincennes.

Pahin L.
1923, Cartulaire des Cordeliers de Pontoise (1252-1588), Pontoise, Société historique du Vexin, 144 p.

Pariat J.-G.
2006, « Pontoise 17-23, rue A. Prachay. Rapport de diagnostic archéologique du 30/10/2006 au 13/11/2006 », Conseil Général du Val-d’Oise, SRAC Île-de-France, Saint-Ouen-l’Aumône, 113 p.

2007, « Pontoise “École Saint-Martin” Rapport de diagnostic archéologique du 23/07/2007 au 27/07/2007 », Conseil Général du Val-d’Oise, SRAC Île-de-France, Saint-Ouen-l’Aumône, 26 p.

Pegeon A.
1995, L’abbaye Saint-Martin de Pontoise, le temporel au Moyen Âge (du xie au xive siècle), Pontoise, Société Historique et Archéologique de Pontoise, 218 p.

Poëte M.
2000 (1929), Introduction à l’urbanisme, évolution des villes, Paris, Sens et Tonka, 573 p.

Poirier B.
1992, « Pontoise “École Saint-Martin, parcelle 62, subdivision K”, rapport de sondage archéologique », Ville de Pontoise, DRAC-SRA Île-de-France, Pontoise, 16 p.

1994a, « Pontoise, École Saint-Martin de France », dans Bilan Scientifique 1993, Saint-Denis, DRAC Île-de-France, SRA, p. 154.

1994b, « Pontoise Rue de la Fontaine d’Amour, Diagnostic archéologique », Ville de Pontoise, DRAC Île-de-France, SRA, Saint-Denis, np.

1996, « Pontoise Parc de l’école Saint-Martin, Nécropole mérovingienne de Pontoise, DFS de sauvetage urgent 1992-1993 », Ville de Pontoise, DRAC-SRA Île-de-France, Pontoise, np.

1997a, « Pontoise Parc de l’école Saint-Martin, 1 av. de Verdun, rapport de sondage archéologique », Ville de Pontoise, DRAC-SRA Île-de-France, Pontoise 1997, np.

1997b, « Pontoise Parc de l’école Saint-Martin, Tranchée d’assainissement, DFS de sauvetage urgent 1993 », Ville de Pontoise, DRAC-SRA Île-de-France, Pontoise, np.

1998, « Pontoise Boulevard Jean Jaurès Porte d’Ennery », Bilan Scientifique 1997, Saint-Denis, DRAC Île-de-France, SRA, p. 156.

2000, « Pontoise 16, chemin de la Pelouse », Bilan Scientifique 1998, Saint-Denis, DRAC Île-de-France, SRA, p. 169.

2005, « Pontoise : 5/7 rue de l’Ordre, Rapport final d’opération, » INRAP, Ville de Pontoise, DRAC – SRA Île-de-France, Saint-Denis.

2009, « Château de Pontoise (95), premiers résultats », dans Actes des journées archéologiques 2007, Saint-Denis, SRA Île-de-France, p. 115-131.

Poirier B. et Manceau C.
2009, « La ville fortifiée de Pontoise (Val-d’Oise), Bilan archéologique », Bulletin Archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, n°40, année 2008, p. 47-85.

Poulain D.
2000, « Étude archivistique sur Les Cordeliers de Pontoise », dans Poirier 2000, annexe 2.

Pumain D., Sanders L. et Saint-Julien T.
1989, Villes et auto-organisation, Paris, Économica, 191 p.

Querrien A.
2008, « Les formes circulaires de l’espace bâti et agricole au Moyen Âge : tracé, mesure et partage », Archéologie médiévale, 38, p. 123-158.

Réaux É.
1873, Histoire du Comté de Meulan, Imprimerie de A. Masson.

Regnier L.
1993, Le Vexin français, Excursions archéologiques, Paris, Res Universis.

Renoux A.
1996, Palais royaux et princiers au Moyen Âge (France, Belgique) : 25 ans d’archéologie, Le Mans, Université du Maine.

Robert S.
à paraître, « Des outils pour l’analyse de la transmission des trames et réseaux planimétriques : approches multiscalaires et traitements sur SIG », dans Galop  D. (dir.), Actes du colloque du réseau thématique pluridisciplinaire Paysage et environnement, de la reconstitution du passé aux modèles prospectifs, Chilhac 27-30 sept. 2006 et http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00409104/fr/

1997, « Étude des formes paysagères en milieu urbain : la ville de Pontoise (Val-d’oise) », mémoire de DEA, Sciences de la ville, Tours, Université François Rabelais, 60 p.

1999a, « étude des formes paysagères de Cergy-Pontoise. Plateau Saint-Martin, vallées de l’Oise et de la Viosne. Rapport d’étude », EPA Cergy-Pontoise, AFAN, Saint-Ouen-l’Aumône, 56 p.

1999b, « étude de la structure paysagère ancienne de la commune de Cergy. Rapport d’étude. Cergy », Mairie de Cergy, Cergy, 47 p

2000, « Étude morphologique de l’urbanisation de Pontoise et Cergy-Préfecture », Géomètre, n° 5, mai 2000, p. 45

2002, Étude morphologique de la Chaussée Jules-César dans le département du Val-d’Oise, Revue archéologique du Centre de la France, t. 41, p. 173-186.

2003a, « L’analyse morphologique entre archéologie, urbanisme et aménagement du territoire. Exemples d’études de formes urbaines et rurales dans le Val-d’Oise », doctorat de l’Université de Paris I, Paris, 621 p., et http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00371063/fr/

2003b, « Archéologie préventive et morphologie : deux points de vues scientifiques différents », Actes du colloque AGER V : Actualité de la recherche en histoire et archéologie agraires, Besançon, 19-20 septembre 2000. Besançon : Presses Universitaires Francomtoises, p. 41-53 et http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/37/11/12/PDF/Ager_def.pdf

2004a, « Comment les formes se transmettent-elles ? », Études rurales, n° 167-168, p. 115-132 et

http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/37/10/92/PDF/Et.RurArt.pdf

2004b, « Critique du centre historique comme figure de la durabilité », Cosmopolitiques, n° 7, p. 121-128.

2006a, « La résilience des réseaux routiers : l’exemple du Val-d’Oise », Bulletin AGER, n° 15, année 2005 et http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00371142/fr/

2006b, « Les itinéraires anciens traversant le département du Val-d’Oise », Bulletin archéologique du Vexin Français et du Val-d’Oise, n° 38, p. 7-23 et http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/40/54/57/PDF/BAVFS.RobertHAL.pdf

2007, « Modeling Ancient Roads », dans Medieval Europe Paris 2007, 4e Congrès international d’Archéologie Médiévale, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 3-8 septembre 2007 et http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/S.Robert.pdf

2010, « Sondage programmé sur la Chaussée Jules-César. Communes de Guiry-en-Vexin, Commény. 6 juillet 2009-31 juillet 2009 », Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise, SRA Île-de-France, Saint-Ouen-l’Aumône, 128 p.

Robert S. (dir.)
À paraître, Techniques et sources de l’archéogéographie, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Robert S., Grosso E., Chareille P. et Noizet H.
À paraître, « Premières analyses morphologiques du parcellaire parisien », Actes du Colloque « Paris de parcelles en pixels : des plans Vasserot au SIG Alpage », Presses universitaires de Vincennes.

Robert S. et Verdier N. (coord.)
2009, « Du sentier à la route. Une archéologie des réseaux viaires », Dossier de la revue Les Nouvelles de l’archéologie, n° 115, mars 2009, p. 5-56.

Rouleau B.
1985, Villages et faubourgs de l’ancien Paris : histoire d’un espace urbainl, Paris, Le Seui, 379 p.

Sonzogni D.
1985, « Contribution à l’étude des voies antiques du Vexin français, la chaussée de Pontoise à Beauvais », Annales du Nord-Ouest de la France, 1984-1985, p. 19-25.

Taillepied F.-N.
1876 (1587), Les Antiquitez et singularitez de la ville de Pontoise, Paris, Pontoise.

Tardif J.
1886, Fac-similé de chartes et diplômes mérovingiens et carlovingiens, sur papyrus et sur parchemin, compris dans l’Inventaire des monuments historiques, Paris, J. Claye, 52 pl.

Theurot J.
1993, « Dole, un bourg castral en terre comtale : origine et évolution (xie s.-1274) », dans Bur M. (dir.) 1993, p. 39-47.

Timbert A.
1996, « Le Chœur de Saint-Maclou de Pontoise », MSHAP, t. LXXIX.

Trou A.
1977 (1841), Recherches historiques, archéologiques et biographiques sur la ville de Pontoise, Pontoise, Imprimerie Dufey, 1841, réed. Marseille, Laffite Reprints, 383 p.

Vatinel J.-L.
1974, « Une route antique Paris-Gisors ? Recherche et hypothèse », Bulletin archéologique du Vexin français, 9, (1973), p. 59-74.

Volti P.
2003, Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen-Âge, Paris, CNRS Éditions, 307 p.

Wabont M. et Veermersch D.
1985, « Pontoise, cathédrale Saint-Maclou, rapport de fouille 1984-1985 », Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise, Saint-Ouen-l’Aumône.

1983/1986, « Rapport préliminaire sur la fouille du parvis de la cathédrale Saint-Maclou de Pontoise (Val-d’Oise) », Bulletin Archéologique du Vexin français, n° 19, p. 91-100.

Wyss M. (éd.)
1996, « Atlas historique de Saint-Denis. Des origines au xviiie siècle », DAF, vol. 59.

Yvinec J. et Jouanin G.
2005, « L’archéozoologie », dans Poirier (dir.) 2005, p. 102-141.

Zadora-Rio É.
1989, « The role of cemeteries in the formation of medieval settlement patterns in western France », dans Redman C. L., Medieval archaeology. Papers of the Seventeenth Annual Conference of the Center for Medieval and Renaissance Studies, p. 171-186.

2003, « Les approches morphologiques des agglomérations : essai d’historiographie », dans Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié (dir.) 2003 p. 11-31.

Haut de page

Notes

1 Ce terme permet de distinguer la circulation et les différents tracés sur lesquels elle peut s’appuyer, voir Robert et Verdier (coord.) 2009, pour les questions méthodologiques en analyse routière et notamment la définition des termes itinéraire/tracé/modelé.

2 Dousset 1989, p. 8.

3 Des études monographiques analysant en détail le parcellaire ont été publiées pour Villeneuve-l’Archevêque (Abbé 1993), Besançon (Chouquer 1994a), Lyon (Gauthiez 1994), Rouen (Gauthiez 1995), Saint-Denis (Wyss [éd.] 1996), Tours (Noizet 2007) etc. Dans l’Atlas morphologique des villes de Normandie (Gauthiez 1999a), la publication du GdR 94 (Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié 2003), de nombreuses analyses de plans de villes et villages sont publiées. Luc Bourgeois a étudié différentes villes du Haut-Poitou (Bourgeois [dir.] 2000 et 2005). Depuis 1982, des analyses morphologiques sont régulièrement éditées dans la collection Atlas historique des villes de France (Bordeaux en 2009), créée par Charles Higounet, Jean-Bernard Marquette et Philippe Wolff (Atlas historique…, 1982-2009). Depuis les années 2000, plusieurs thèses ont porté également sur les questions de morphologie urbaine (Noizet 2007 ; Jean-Courret 2006 ; Lefebvre 2008 etc.).

4 Robert 1997, 1999a et b et 2003a et b.

5 Des historiques détaillés de cette recherche ont été proposés (Gauthiez 2001 ; Darin 1998 et 1993, Arnaud 2008) et font l’objet d’articles dans la revue internationale Urban Morphology. En archéologie, on pourra se reporter à Chouquer 1994b ; Zadora-Rio 2003. Cf. aussi Robert 2003a, première partie, sur la perception de la dynamique des formes dans les différentes traditions de recherche en morphologie.

6 Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié (dir.) 2003.

7 Cf. synthèse pour l’urbanisme normand par exemple dans Gauthiez 2003b.

8 Bourgeois 2000 et 2005.

9 Chouquer 2000 et Chouquer (dir.) 2004 et 2006.

10 Marchand 2000 et 2004.

11 Chouquer 2000 et Chouquer (dir.) 2004.

12 Sur les recherches des indicateurs : cf. Robert (dir.) à paraître et Noizet 2006. Des développements sont en cours également dans le cadre du programme ANR ALPAGE (Spatialisation des sources historiques anciennes sur la ville de Paris) associant des historiens, archéologues, géographes et informaticiens (Noizet, Dallo, Blary et al. 2008 et Robert, Grosso, Chareille et Noizet à paraître).

13 Pumain, Sanders, Saint-Julien 1989, p. 3-4.

14 Chouquer 1994; Noizet 2005a et b.

15 Lavigne 2002 ; Marchand 2000 et 2004.

16 Galinié 2000 et Noizet 2007.

17 Le choix d’une règle pour des ecclésiastiques, par exemple, conditionne des choix d’approvisionnement, de démographie et de mise à distance ou non des laïcs qui amènent à densifier et diversifier plus ou moins le tissu urbain (Noizet 2007).

18 Un grand nombre des archives de Pontoise ayant disparu au xixe et surtout au xxe siècle, notamment les fonds de l’hôtel-Dieu, de l’abbaye Saint-Mellon, etc., elles ne sont connues que par les transcriptions et études faites par les auteurs du xviiie au début du xxe siècle ; les notes du présent article précisent les fonds sur lesquels ils s’appuyaient.

19 Cadastre de Pontoise de 1813 : AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138 ; de Saint-Ouen-l’Aumône de 1813 : AD Val-d’Oise, 3 P 1263-1285 et de Cergy de 1813 : AD Val-d’Oise, 3 P 327-354.

20 Méthode détaillée dans Robert (dir.) à paraître et Robert 2007. Les résultats de l’étude sur l’ensemble du département du Val-d’Oise sont publiés dans Robert 2006a et b.

21 En effet, à l’échelle urbaine, les itinéraires régionaux empruntent souvent de simples rues dont la forme et le nom ne renseignent pas directement sur leur place dans la hiérarchie du réseau routier.

22 Ici le nord en Lambert I Carto : NL.

23 Robert, Grosso, Chareille et al. à paraître.

24 L’original est à la BnF, Estampes Va, Seine-et-Oise. Le document couramment utilisé est un fac-similé réalisé en 1864 par un architecte et conservé aux Archives municipales de Pontoise, AM Pontoise, 2 Fi 4.

25 Musée Tavet-Delacour, Pontoise.

26 BnF, Estampes Va, Seine-et-Oise.

27 BnF, Estampes Va, Seine-et-Oise.

28 Duclos 1968, p. 15-16, y voit la copie d’un plan de 1523, datation retenue aussi par Karst 1992 et Dousset 1989.

29 AD Val-d’Oise, 2 Fi 5/1 couleur.

30 Les originaux sont conservés aux AD Val-d’Oise (pour le cadastre et les plans d’intendance) et à l’IGN (pour les minutes d’État-major).

31 Poirier 2009 ; Poirier et Manceau 2009.

32 Ce nom apparaît dès le xvie siècle dans Taillepied 1876 (1587).

33 Krier 2004, p. 231-258.

34 Poirier et Manceau 2009, p. 70 et 72.

35 Krier 2004 p. 239.

36 Poirier 2000.

37 Krier 2004, p. 236.

38 « [...] en 1784, dans une forte crue, on sonne le tocsin à Saint-Ouen pour appeler les habitants au déblaiement des arches qui étaient obstruées. Le courant menaçait d’emporter le pont de Pontoise et une partie de la Chaussée ». AD Val-d’Oise, Monographie d’un instituteur : Pontoise (xixe siècle). L’auteur précise que ces arches étaient « cachées » au moment où il écrivait, la partie inférieure de la route ayant été remblayée sans doute après la canalisation de l’Oise.

39 Jobic et Vermeersch 1991, p. 1-4.

40 Gantois 1943, p. 14.

41 Taillepied 1876 (1587), p. 128 ; Trou 1977 (1841), p. 310-311.

42 Christophe Toupet dans Bonis (éd.) 1992, fiche 150.

43 Au xiie siècle, les moulins se sont multipliés dans les villes du Bassin parisien et des moulins à foulon et à tan sont déjà présents à Beauvais et à Évreux. À Corbeil-Essonnes, le cours de l’Essonne apparaît déjà très anthropisé avec une division de plusieurs bras de la rivière utilisés comme biefs (Berthier et Benoit 2004, p. 323).

44 Voir article X de la charte de commune de 1188 reproduit dans Dousset 1989, p. 163.

45 En Île-de-France, nombre de ces parcelles étroites ont été loties à partir de la deuxième moitié du xixe siècle : Rouleau 1985.

46 Longnon 1920-1923, p. 47 ; Desjardins 1876-1893, t. III, p. 62, cités par Dousset 1989, p. 23.

47 Robert 2002.

48 Ibid.

49 Robert 2010.

50 Comme vio publico en 864 (AN, K 13, n° 11 publié dans Tardif 1886, n° 191), calcaia en 1069 et 1101 (Depoin 1895, p. 5 et 38), puis comme cheminum Julii Caesaris ou chemin Julian Cesar sur des documents des xiiie et xive siècles (Depoin 1909b, p. 8-9).

51 Taillepied 1876 (1587), p. 74-75. Duplessis précise que le cardinal Bouillon fit arracher les pieux du pont pour « éloigner de son jardin la navigation, et rejeter les bateaux du côté Saint-Ouen » ce qui laisse supposer que les principaux vestiges étaient conservés en rive gauche. Duplessis 1740, p. 172.

52 AD Val-d’Oise, 3 Fi 126.

53 Depoin 1909b, p. 7.

54 Poirier 1992 et 1994a ; Pariat 2007 et Bertin 2006a et b.

55 Poirier 1992, p. 9 et 1993c.

56 Poirier 1992 et Bertin 2006a et b ; Poirier 1997b, np.

57 Poirier 1996, np, conclusion.

58 Poirier 1997b, np. Des vestiges plus importants pourraient avoir été détruits lors des aménagements du parc abbatial Saint-Martin (Duplessis 1740, p. 172).

59 AN, K 13, n° 11 publié dans Tardif 1886, n° 191.

60 Traduction de reculae d’après Niermeyer 1984.

61 Trou 1977 (1841), p. 17 ; Dousset 1989, p. 26 ; Karst 1992, pl. IV.

62 Pontoise à la croisée de l’Oise et de la Chaussée Jules-César, Cormeilles sur la route de Dieppe, Saclas sur la voie romaine Orléans-Paris, Essonnes à la confluence de la rivière et de la Seine, Valenciennes sur l’Escaut, Faverolles et Néron sur une route du Maine (Bruand 2002, p. 145). À Pontoise, l’abbaye Saint-Martin est le siège d’une importante foire attestée à partir de 1170 dont le marché carolingien est peut-être le prédécesseur (cf. 4.1. L’abbaye Saint-Martin et le faubourg Saint-Martin).

63 Ducoeur 1973 ; Vatinel 1974.

64 Atlas de Trudaine, AN, F 14 bis 8448 pl. 2.

65 Robert 2006b, p. 11-12.

66 Une branche de l’itinéraire, fouillée à Marines (Val-d’Oise), était contemporaine de structures mérovingiennes et carolingiennes (Devals 2003). La commune limitrophe qu’elle desservait, Cormeilles-en-Vexin possédait, entre 766 et 864, un marché. D’autre part, le transport du poisson de mer est organisé dès le haut Moyen Âge (Clavel et Yvinec 2010, p. 82-83).

67 Clavel et Yvinec 2010, p. 82-83.

68 Mollat (dir.) 1987.

69 Le terme apparaît surtout aux xiiie et xive siècles (Fontaine-Bayer 1993, p. 10).

70 Bourlet 1995, p. 8-10.

71 Robert 2006b.

72 Graves 1856, p. 209 ; Ducoeur 1973 ; Dumor 1982 ; Sonzogni 1985 ; Mitard 1977, p. 13.

73 Bruand 2002, p. 142.

74 « Pons lapideus in loco in quo modo est, ad annum MXC constructus fuit, ut patet ex carthulari », Trou 1977 (1841), p. 28.

75 Dousset 1989, p. 38.

76 Robert 1999b, p. 10-15.

77 Robert 1999b, p. 10-15.

78 « Concessimus etiam eis quod ad portum Alversi nulla transibit quadriga », transcription de la chartre de commune de 1188 (voir Dousset 1989, p. 162).

79 Le passage par Pontoise était associé à un péage perçu au pont et aux portes, qui a fait l’objet de nombreuses négociations. Au xiiie siècle, il était partagé entre la commune et plusieurs seigneurs. Au début du xive siècle, il appartenait à l’abbaye Saint-Martin, à deux seigneurs et au roi qui pouvait l’accorder temporairement à la commune pour subvenir à des dépenses urgentes (voir Dousset 1989, p. 98-99).

80 Plusieurs historiens de la ville supposent l’existence d’une forteresse gauloise au sommet de l’éperon sans pour autant en apporter les preuves (Gressier et al. 1973, AM Pontoise, ms 25, Henri Le Charpentier, 1817, 29 Z « Notes diverses » ).

81 Poirier et Manceau 2009, p. 77.

82 Poirier et Manceau 2009 p. 67-68 ; Wabont et Veermersch 1983/1986, p. 99.

83 Poirier 2000 ; Poirier et Manceau 2009, p. 72.

84 Dousset 1989, p. 27.

85 Trou 1977 (1841), p. 19.

86 En 1069, 1077, 1090, 1101, 1119, 1142. Références dans Dousset 1989, p. 28.

87 Dousset 1989, p. 29-31.

88 Depoin 1895, p. 25-28, n° 28 et 44.

89 Depoin 1889, p. 25.

90 Dousset 1989, p. 31, note 8.

91 64 sur les 1101 mentions relatives à la France (Dousset 1989, p. 8).

92 Poirier et Manceau 2009, p. 59.

93 Depoin 1889, p. 26.

94 Poirier et Manceau 2009, p. 59.

95 Synthèse dans Poirier 2009 ; Poirier et Manceau 2009.

96 Poirier et Manceau 2009, p. 63, fig. 21-22.

97 Retable du Maître de Saint-Gilles vers 1500, huile sur bois, National Gallery, Londres.

98 Poirier et Manceau 2009, p. 63.

99 Son emplacement est connu par les plans anciens. Quoique les premières mentions de l’église Saint-Mellon datent du xie siècle (Duplessis 1740, p. 175 ; Depoin 1895, p. 20, n° 22 ; Dousset 1989, p. 35, note 4), la tradition voudrait qu’elle ait été fondée par un comte du Vexin vers 780-783 (Reaux 1873, p. 53 et Duplessis 1740, p. 175 d’après Archives de Saint-Mellon de Pontoise) et qu’elle ait reçu, au ixe siècle, les reliques de Saint-Mellon (Dousset 1989, note 1, p. 27). Au xiiie siècle, elle est collégiale, siège du doyenné et église paroissiale (Taillepied 1876 (1587), p. 76-77 ; Duclos 1968, p. 60).

100 Cet enclos haut est figuré sur le plan de F. de La Pointe sous la forme d’une ligne brisée soulignée.

101 Depoin 1895, p. 84.

102 Article VIII de la charte de commune reproduit et traduit dans Dousset 1989, p. 160.

103 Depoin 1880, p. 31 et Depoin 1889, p. 29 qui précise que l’on ignore où était situé précisément ce moulin.

104 Dousset 1989, p. 114-116.

105 Ibid.

106 « … dedisse nos… furnum nostrum quod situm est in burgo… », Dousset 1989, p. 33, note 1.

107 Poirier et Manceau 2009, p. 74-75.

108 À cette date, un « Hugo presbyter de Sancto Andrea » est témoin d’une donation, Depoin 1895, p. 33, n° 39.

109 Trou 1977 (1841), p. 73 et Duplessis 1740, p. 193 d’après Archives de l’hôtel-Dieu de Pontoise.

110 Taillepied 1876 (1587), p. 79.

111 Depoin 1895, p. 25 et 38, n° 28 et 34 : « in domo Galterii Tirelli », et AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87. Pour le lien entre le lignage des Tirel et la vicomté de Poix, cf. Fossier 1987, p. 226.

112 Depoin 1909b, p. 3.

113 Renoux 1996, p. 64 ; Henigfeld et Masquilier (dir.) 2008, p. 441.

114 Depoin 1895, p. 57, n° 59.

115 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z « Notes sur les églises Saint-Pierre et Saint-André », 1903 et fonds Henri Le Charpentier, 29 Z « Notes diverses ».

116 Yvinec et Jouanin 2005, p. 115-117 ; Poirier et Manceau 2009, p. 79.

117 Cartulaire Pahin, AD Val-d’Oise, 31 H 2 Pahin 4°/ 20 cité par Poulain 2000.

118 Taillepied 1876 (1587), p. 114.

119 En effet, l’étape peut désigner un lieu de passage obligatoire et de taxation d’un produit (la laine, puis le vin ?), fixé par l’autorité publique, Balard et al. 2003, p. 104, Favier 1993, p. 392.

120 Cartulaire Pahin, AD Val-d’Oise, 31 H 2 Pahin 4°/ 20.

121 Les exemples de couvents mendiants voisinant avec un pont, une porte, une route importante, un marché et une place publique sont nombreux et montrent leur recherche d’une certaine proximité avec les circulations et échanges (Volti 2003, p. 193-203).

122 À Poitiers ou à Sarrebourg, par exemple, les cordeliers s’installèrent dans les nombreux espaces libres (prés, champs) dans l’enceinte de la seconde moitié du xiie siècle, cf. Lavedan 1974, p. 23, Henigfeld et Masquilier (dir.) 2008, p. 268.

123 Volti 2003, p. 211-212 et p. 209.

124 Pour Saint-Julien à Tours par exemple, l’application de la règle bénédictine créa peu de diversité et de densification (Noizet 2007, p. 388-389).

125 La vente s’étend « hors la place dedans la rue » pour le poisson de rivière, les huîtres, le hareng frais, et autres sortes de poisson ; Taillepied 1876 (1587), p. 113-114.

126 Plusieurs des places observées en Normandie étaient associées à des extensions d’agglomération (Lisieux, Bernay, Pont-Audemer…) : Gauthiez 2003b, p. 393-394.

127 Duclos 1968, p. 75-79.

128 Duclos 1968, p. 77.

129 Pariat 2006.

130 Depoin 1918, p. 82 ; Id. 1900, p. 204. L’abbé Lefèvre précise que les rentes du fief de Poix portaient sur « la prise du poisson de mer en toute la chaucié de Pontoise jusque bien près de Gisors, pour le pris le Roy, sans rien paier jusques à tant que le marchant sera revenu de vendre son poisson pour savoir à quel prix il l’aura vendu devers le Roy », AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87 « Transcription de documents inédits conservés à Saint-Maclou », feuillet 34. On sait par ailleurs qu’entre 1050 et 1150, les comtes de Tirel du Ponthieu prélevaient déjà un droit sur la pêche en mer et exploitaient des salines (Fossier 1987, p. 226).

131 Fossier 1987, p. 226.

132 Dousset 1989, p. 98.

133 Depoin 1918, p. 82 et AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87, feuillet 34.

134 Clavel 2005 ; Poirier et Manceau 2009, p. 79.

135 Clavel 2005, p. 149.

136 Cadastre napoléonien de 1824, feuille 1, section B et C, AD 76 et « Plan annexé à une demande de classement d’un prolongement du chemin de halage dans la voirie vicinale », juin 1905, AD 76 reproduits dans Collectif 2003, p. 83, 113, 117 et Dupuy 2010.

137 Dousset 1989, p. 39.

138 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87 et fonds Pihan de la Forest, 25 Z 286.

139 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, 31 Z 87.

140 Laquelle trouverait son origine dans la réunion de deux chapelles au xiie siècle, Taillepied 1876 (1587), p. 82 ; Timbert 1996, p. 103-104, 106.

141 « in fore Pontisara juxta Sanctum Macutum ubi pisces vendentur », Dousset 1989, p. 34, note 7.

142 Depoin 1895, p. 97, n° 122.

143 On note la proximité entre les deux places triangulaires, toutes deux sièges d’un marché aux poissons : La Harengerie et La Pierre aux Poissons. La forme de la première semble résulter d’une opération d’urbanisme tandis que la seconde correspond plus à un élargissement dû à la convergence des rues vers la porte. L’alignement entre l’emplacement du marché et l’église Saint-Maclou entourée de son cimetière rappelle les cas étudiés par Bernard Gauthiez en Normandie (Gauthiez 2003a, p. 393-394).

144 Lefèvre-Pontalis 1888, p. 22.

145 Archives de la fabrique de Saint-Maclou, liasse 1, fol. 2, citées par Timbert 1996, p. 111, Trou 1977 (1841), p. 152-153.

146 Wabont et Veermersch 1985 ; Wabont et Veermersch 1983/1986.

147 Des ossements ont été trouvés à cet emplacement en 1886 (Lechalard 1886).

148 Karst 1992. Carte archéologique, n° 27, information Bernard Poirier d’après surveillance de tranchées d’assainissement, et visites de chantier de l’auteur en 2009 et 2010. Les places du Petit et du Grand Martroy ont fait l’objet en 2009 et 2010 d’une réfection complète de la voirie avec enfouissement des réseaux. Les rapports d’opération n’étant pas réalisés au moment de l’écriture de cet article, ils n’ont pu être utilisés.

149 Taillepied 1876 (1587), p. 108.

150 Trou 1977 (1841), p. 152-153 ; Duclos 1968, p. 39.

151 AM Pontoise, fonds abbé Lefèvre, c. 27, « Pièces diverses sur l’église Notre-Dame 1468-1923 » ; Beugnot 1839, p. 675-676, en 1267.

152 Depoin 1889, p. 29.

153 Taillepied 1876 (1587), p. 126. En appendice de l’édition de 1876, on trouve la description des bâtiments au xviiie siècle avant leur destruction, p. 137.

154 Bernard Rouleau a montré que pour les quartiers insérés dans l’enceinte de Thiers à Paris à la fin du xixe siècle, il n’y avait pas eu de remembrement et l’urbanisation s’était développée dans le parcellaire rural : Rouleau 1985. Pour les enceintes médiévales de Paris, des remembrements apparaissent mais ne sont pas systématiques (Robert et al. à paraître).

155 Depoin 1922.

156 Pour la restitution de cette enceinte, l’étude la plus récente est celle d’Hélène Noizet et Étienne Lallau à partir de l’analyse du parcellaire du plan Vasserot, croisé avec les données de l’archéologie : Noizet et Lallau à paraître.

157 Une maison « ante licias Sancti Gervasii ubi venduntur pisces et anseres decoquuntur » (Lombart-Jourdan 1976, p. 48).

158 Trou 1977 (1841), p. 171.

159 Duclos 1968, p. 106-107 ; Depoin 1900, p. 173, 195 et 202.

160 Depoin 1895, p. 1, n° 1.

161 Depoin 1895, p. 4, n° 5. « … ut parietibus circumdaretur… ».

162 Exemples dans Gauthiez 1994 et 1999a par exemple.

163 Fixot (dir.) et Zadora-Rio (dir.) 1994.

164 Zadora-Rio 1989, p. 11-16.

165 Baudreu et Cazes 1994, p. 88.

166 Nombreux cas détaillés dans Fixot et Zadora-Rio (dir.) 1994.

167 Depoin 1895, p. 14, n° 16.

168 Duplessis 1740, p. 184.

169 Depoin 1895, p. 31, n° 38.

170 Trou 1977 (1841), p. 144-146 ; un plan de Saint-Martin de 1685 indique, entre l’église Saint-Martin et la Chaussée Jules-César, une « place inculte jusqu’à la chossé ou y l’avoit quelques ormes anciens comme lieu ou ce tenoit la foire Saint-Gauthier », « Copie du plan et figuré de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise et maison acquise par le cardinal de Bouillon… du 29 novembre 1685 », AM Pontoise, 3 FI 126.

171 Pegeon 1995, p. 106-107, 129.

172 Depoin 1900, p. 103.

173 Trou 1977 (1841), p. 25.

174 Taillepied 1876 (1587), p. 75 d’après une inscription sur les « arches du lieu ».

175 Depoin 1889, p. 41 ; Depoin 1900, p. 17 ; Depoin 1895, p. 147, n° 187.

176 Noël Taillepied mentionne son existence en 1587, Taillepied 1876 (1587), p. 100.

177 Ce cas a été observé dans d’autres villes. À Paris par exemple, l’enclos de l’abbaye Saint-Victor qui possédait sa propre enceinte a été scindé par l’enceinte de Philippe Auguste, l’ouest rattaché à la ville tandis que l’est devenait un faubourg (Lavedan 1974, p. 26).

178 Bertin 2006a.

179 Depoin 1895, p. 83, n° 16, vers 1149 : « Ego Theobaudus de Gisortio… concedo… meum novum burgum quod est extra portam Pontisare » ; Ibid., p. 156, n° 199, avant 1183 : « … Ego Teobaldus de Gisortio do et concedo… vicum meum extra portam Pontisare qui dicitur novum Burgum… », acte non daté confirmé par Jean de Gisors, neveu de Thibaut en 1183.

180 Depoin 1895, p. 147, n° 187.

181 Depoin 1880, p. 30.

182 Taillepied 1876 (1587), p. 101 ; Dousset 1989, p. 133.

183 Confirmation par bulle papale le 24 juin 1250 ; Depoin 1900, p. 133-134.

184 Regnier 1993.

185 Du Buisson-Aubenay 1911 (1638), p. 22.

186 AM Pontoise, fonds Cordier, 29 Z 38 « Église Notre-Dame notes », feuillet 3.

187 Regnier 1993, p. 12.

188 Zadora-Rio 1989, p. 15-16.

189 Poirier et Manceau 2009, p. 72.

190 Poirier 1998 ; Poirier et Manceau 2009.

191 Trou 1977 (1841), p. 183 ; Duclos 1968, p. 158.

192 Duclos 1968, p. 158.

193 Gantois 1943, p. 13.

194 Cf. supra « 3.2.3. Les limites de la première ville fortifiée », au sujet de l’enclos II, la fouille des anciens jardins des Cordeliers.

195 Cartulaire Pahin, AD Val-d’Oise, 31 H 2 Pahin 4°/20.

196 Pahin 1923, p. 10.

197 Volti 2003, p. 101-102.

198 La présence de ces vastes espaces verts intra-muros a été remarquée dans de nombreuses villes et témoigne peut-être d’une volonté d’anticiper la croissance urbaine (Henigfeld et Masquilier [dir.] 2008, p. 444).

199 Cartulaire Vorreux, AD Val-d’Oise, 2 J 1, p. 341.

200 L’étalement des travaux de construction de l’enceinte de réunion sur plusieurs décades voire plusieurs siècles a été montré dans d’autres villes. On retrouve les mêmes dates par exemple à Rouen (Lavedan 1974, p. 22).

201 Le conflit fut tranché par un arrêté préfectoral en 1844 au profit des voituriers ; Gantois 1943, p. 64-65.

202 Poirier et Manceau 2009, p. 75.

203 Robert 1999a et 2000a.

204 Robert 2002, p. 176.

205 Plan des bastiments, jardins et enclos de l’abbaye de Saint-Martin-les-Pontoise en l’estat qu’estoit le dit enclos avant que Monseigneur le Cardinal de Bouillon eust fait au dela dudit enclos les acquisitions en propre pour luy et les siens…, AN, N II Seine-et-Oise 155.

206 AM Pontoise, 3 FI 126, copie (début xixe) d’un plan de l’ancienne enceinte de l’abbaye et des maisons, terres et héritages acquis par le Cardinal de Bouillon, xviiie siècle, couleur.

207 Couffy 1993, p. 124.

208 Inventaire, carte de répartition et détail des éléments de datation dans Robert (dir.) à paraître ; Chouquer 2006.

209 Lavigne 1997.

210 Marchand 2000.

211 Mennessier-Jouannet et Buchsenschutz 1996 ; Chouquer 2006.

212 Marcel Poëte notait « Cette formation extérieure est caractérisée par l’exercice du commerce et par une liberté plus grande que celle qui règne dans la ville à laquelle elle se rattache. Elle se développe donc, aspire la vie de la cité originelle murée, qui finira par n’être plus qu’une sorte de corps mort près de l’ancien faubourg, devenu vraiment la ville. » (Poëte 2000 [1929], p. 94-95).

213 En Lorraine, on trouve de nombreux bourgs développés sur les axes reliant les foires de Champagne. Giuliato 1993.

214 Theurot 1993.

215 Cf. par exemple les conflits entre l’abbaye de Saint-Mihiel sur la route Metz-Châlons et leurs avoués les comtes de Bar (Kraemer 1993, p. 204).

216 Hans-Walter Herrmann a montré ce cas pour les bourgs castraux du Luxembourg (Herrmann 1993). Cf. aussi le cas de Dole qui illustre aussi l’importance de l’action royale ou impériale : le bourg prend une importance considérable lorsque l’empereur Barberousse en fait, en 1156, une de ses places fortes, sur laquelle il s’appuie pour tenir ses terres en zone frontalière et transforme le modeste castellum en forteresse de pierre (Giuliato 1993, p. 167).

217 Sur la production de la forme circulaire au Moyen Âge, cf. Querrien 2008.

218 Cf. cas identique étudié pour Paris dans Robert, Grosso, Chareille et Noizet à paraître.

219 Noizet 2007, p. 412 à propos du quartier de Châteauneuf à Tours.

220 Robert 2004b.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Plan des rues de Pontoise et des principaux édifices à partir du cadastre napoléonien de Pontoise de 1813 (AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138). Toutes les coordonnées cartographiques sont données en projection Lambert I Carto.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 2 Cadastres napoléoniens de Pontoise et d’une partie de Saint-Ouen-l’Aumône vectorisés (AD Val-d’Oise, 3 P 1122-1138 et 3 P 1263-1285).
Légende Le découpage des parcelles en 1813 enregistre des natures d’occupation des sols en voie de disparition : parcelles laniérées du vignoble et de certaines zones humides.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Titre Fig. 3 Gravure de Claude Chastillon au xviie siècle (Musée Tavet-Delacour).
Légende Cette gravure montre les deux ensembles contrôlant l’entrée de la ville sur le Mont Bélien : le château royal avec la collégiale Saint-Mellon (M) et l’hôtel seigneurial de Poix (sous D) avec le prieuré Saint-Pierre (B). Au premier plan, les arches soutenant la route de Paris (O), construite sur un chenal de débordement de l’Oise, permettent d’évacuer l’eau des crues.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 4 Plan d’intendance de Pontoise de 1778 (AD Val-d’Oise, 25 Fi 96).
Légende Ce plan illustre les natures d’occupation du sol présentes au milieu du xviiie siècle (sur le plan en couleurs, vignoble en jaune, prés en vert d’eau) qui ont influencé le découpage parcellaire. Les zones de prés marquent d’anciens chenaux de l’Oise.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 5 Reconstitution de la topographie ancienne du site de Pontoise.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Fig. 6a Localisation de Pontoise par rapport aux principaux lieux cités dans l’article.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 6b Passages sur l’Oise et voies de grand parcours entre Auvers-sur-Oise et Cergy, tracés d’après le cadastre napoléonien.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 7 Schéma interprétatif de Pontoise à la période carolingienne.
Légende L’occupation est bien attestée sur le plateau Saint-Martin, le long de la Chaussée Jules-César, dans la continuité d’un habitat antique. Les traces d’occupation du Mont Bélien restent ténues.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 8 Passage des itinéraires de Rouen et de Dieppe dans Pontoise intra-muros.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 9 Limites de la première ville fortifiée (Enclos II).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 10 Enclos autour des possessions de l’abbaye Notre-Dame-du-Val et place triangulaire de la Harengerie.
Crédits D'après Section L – AD Val-d’Oise, 3 P 1137
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 11 Synthèse des ressorts paroissiaux (d’après Karst 1992, p. 8) et des différents enclos perçus dans le tissu urbain de Pontoise.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fig. 12 Marchés, cimetières et édifices publics autour de Saint-Maclou.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 13 Enclos de l’abbaye Saint-Germain.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 14a Détail du faubourg Saint-Martin et Clos des Jardins.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 14b Localisation du faubourg Saint-Martin et Clos des Jardins par rapport à l’abbaye Saint-Martin et au faubourg Notre-Dame.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 15 Enclos paroissial Notre-Dame.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 16 Schéma interprétatif de Pontoise à la fin du xie siècle et au xiie siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 17 Schéma interprétatif de Pontoise au xiiie siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 18 Traces de l’enceinte de réunion (enclos III) dans le cadastre de 1813.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 19 Schéma interprétatif de Pontoise au xvie siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 20 Lignes organisatrices de la trame parcellaire à Cergy, Pontoise, Éragny et Saint-Ouen-l’Aumône.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 21 Tri automatisé des orientations entrant dans la trame entre 35°-50° et -55°-40°NL.
Légende L’orientation dominante sur les plateaux se retrouve dans plusieurs quartiers urbanisés du centre-ville.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 22 Orientation des trames transmises dans le plan de l’abbaye Saint-Martin.
Légende Report sur le cadastre napoléonien des limites figurées sur les plans du xviie siècle. L’orientation à 35°-50° et -55°-40°NL est toujours lisible malgré la réorientation des limites du parc au xviie siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 23 Tableau des surfaces enserrées par les différents enclos (Robert 2009).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11381/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Robert, « La construction de la forme urbaine de Pontoise au Moyen Âge : entre « impensé » et stratégies des élites », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 123-167.

Référence électronique

Sandrine Robert, « La construction de la forme urbaine de Pontoise au Moyen Âge : entre « impensé » et stratégies des élites », Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11381 ; DOI : 10.4000/archeomed.11381

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals