Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Isabelle Catteddu, Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge (ve-xie siècle) ; Joëlle Burnouf, Archéologie médiévale en France : le second Moyen Âge (xiie-xvie siècle)

Jean Chapelot
p. 365-370
Référence(s) :

Isabelle Catteddu, Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge (ve-xie siècle), Paris, La Découverte, 2009, 179 p. ill. (Collection Archéologies de la France sous la direction de Jean-Paul Demoule et Jean-Paul Jacob), ISBN : 978-2-7071-5712-6, 22 €. Joëlle Burnouf, Archéologie médiévale en France : le second moyen âge (xiie-xvie siècle) , Paris, La Découverte, 2008, 179 p. ill. (Collection Archéologies de la France sous la direction de Jean-Paul Demoule), ISBN : 978-2-7071-5323-4, 22 €.

Texte intégral

  • 1 . Archéologie de la France moderne et contemporaine, sous la direction de Florence Journot et de Gi (...)

1Ces deux ouvrages sont publiés dans une collection créée en 2007 et qui sera composée de treize volumes, dont dix actuellement parus. La conception est la même pour tous : une personne réunit des encadrés et écrit un texte de liaison, chaque volume se composant de 179 pages très illustrées. Dans le volume sur la première partie du Moyen Âge, on trouve 27 encadrés écrits par 21 auteurs, dans l’autre 30 écrits par 20 auteurs, ce qui constitue presque un quart des ouvrages. Il faut aller à une liste des « auteurs des encadrés » située en fin de volume pour connaître la signification des initiales qui terminent chacun de ces textes. Compte tenu de la manière dont sont composés ces deux ouvrages, ils devraient être présentés comme étant « sous la direction de » : c’est d’ailleurs ce qui est fait pour l’un des derniers parus dans la collection1.

2Avant d’en venir au contenu de ces deux ouvrages, il faut examiner le choix de la coupure chronologique entre eux. La conclusion du premier paru, celui dirigé par Joëlle Burnouf, donne (p. 156), les bases de ce choix : « En concertation avec Isabelle Catteddu, l’auteure de l’ouvrage sur le premier Moyen Âge, et d’autres archéologues, nous avons choisi de prendre comme “limites” du second Moyen Âge le xiie siècle pour son début, et le xvie siècle pour sa fin », cette « chronologie revisitée » se fondant sur « les réalités observables par les archéologues ». Le choix d’une telle coupure entre les deux parties du Moyen Âge est problématique : les historiens ne placent jamais au xiie siècle la séparation entre le haut Moyen Âge et le reste de cette époque et l’argument avancé plusieurs fois par Joëlle Burnouf selon lequel le temps des historiens n’est pas celui des archéologues n’est pas convaincant.

3Le volume édité par Isabelle Catteddu commence par un avant-propos sur l’histoire de l’archéologie médiévale et fait un rapide tableau de la période en terminant curieusement par quatre pages sur les incursions vikings. Cette introduction suit une thématique historique traditionnelle, sinon événementielle, et des questions importantes pour éclairer la suite comme la croissance pendant le haut Moyen Âge, la date de départ de ce phénomène, ses formes et ses causes ne sont même pas évoquées.

4Le chapitre I traite de l’habitat rural. Comme dans le reste de l’ouvrage et dans celui de Joëlle Burnouf sont mentionnées avant tout des fouilles préventives faites par l’Inrap dans la moitié nord de la France. Pour cet espace géographique, il synthétise correctement l’état de la recherche tel qu’il est établi depuis une ou deux décennies, mais il ne rend pas compte de travaux récents, tout spécialement quand ils ont été conduits dans la moitié sud de la France. Ainsi, l’étude des habitats perchés du haut Moyen Âge, qui s’est développée dans le sud-ouest et plus récemment dans le sud-est, est mentionnée en quelques lignes citant les travaux de Laurent Schneider (p. 36). L’importance de l’ensilage dans certains habitats ruraux du sud-ouest, les problèmes sous-jacents de croissance de la production agricole ou les raisons de ces stockages d’ampleur ne sont pas évoqués. Les chapitres II « Des paysages et des hommes » et III « Ressources, techniques et productions » synthétisent eux aussi assez bien les avancées remarquables obtenues dans ces domaines nouveaux de la recherche, mais avant tout à partir de fouilles préventives faites dans la moitié nord de la France.

5Suit un chapitre intitulé « Mise en perspective » qui coupe en deux chacun des ouvrages de cette collection. Deux thèmes y sont abordés : la santé (p. 90-92), avant tout une étude des squelettes mis au jour lors de la fouille d’Isabelle Catteddu en 1993-1994 à Saleux (Somme), et le climat (p. 92-97).

6Le chapitre IV « Circulation et communication » est, plus que certains des précédents, original car il s’agit d’une thématique rarement développée quand on évoque le Moyen Âge, surtout dans sa première partie. Le chapitre V « De la cité antique à la ville médiévale » est le plus problématique de tout l’ouvrage. Les débats historiques de ces dernières décennies autour de questions comme les formes, les raisons et la date de l’essor urbain ou l’apparition de « villes » nouvelles, notamment à partir de portus ou de bourgs castraux, sont à peine évoqués ou expédiés en une page (p. 133), ou sommairement dans l’encadré des pages 134-135. Le chapitre VI « Des morts très loquaces » a les mêmes caractères que les trois premiers : un texte rapide qui rend assez bien compte de l’état des fouilles, mais qui est surtout intéressant par les exemples développés dans les encadrés.

7La conclusion de l’ouvrage reste – en trois pages – dans des banalités qui ne sont pas à la hauteur du sujet et de l’état de la recherche.

8On retiendra que ce livre ne traite pas certains thèmes comme les palais royaux et les résidences de la haute aristocratie ou la fortification urbaine. Le manque le plus criant concerne les édifices religieux et les bâtiments résidentiels qui les entourent : ces sujets sont évoqués dans le chapitre V sur la ville avec une page et demie sur « la naissance de la ville chrétienne », deux pages sur les baptistères, une demi-page sur les basiliques funéraires et un encadré sur les églises rurales. Mais rien n’est dit sur les églises, les abbatiales, les cathédrales, alors que de nombreuses fouilles récentes pouvaient être présentées et qu’il s’agit d’une part importante de la recherche actuelle.

9La bibliographie, comme toujours dans cette collection, est présentée en fin de volume en suivant l’ordre des chapitres. Elle se caractérise d’abord par ses absences : absence de références aux travaux de certains auteurs, à des ouvrages autres qu’en français (sauf à l’appui du texte de Michael McCormik sur le climat et la mention de cinq ouvrages anglais sur le monde rural, les communications et la ville) et de ceux concernant la moitié sud de la France. Par contre, de brefs comptes rendus du type de ceux publiés dans la « Chronique des fouilles » de la revue Archéologie médiévale sont mentionnés.

10L’ouvrage de Joëlle Burnouf traite de la seconde partie du Moyen Âge. Son examen conduit aux mêmes conclusions que dans le cas de celui d’Isabelle Catteddu : les textes de liaison résument assez correctement l’état des fouilles organisées dans la moitié nord de la France, alors que les encadrés sont originaux et intéressants.

  • 2 . Joëlle Burnouf et al., Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, Armand Colin, 2009, 342 (...)
  • 3 . Comme la précédente, cette analyse est reprise en copié-collé dans Joëlle Burnouf et al., Manuel (...)

11Le volume s’ouvre par un avant-propos qui contient quelques positions de principe concernant l’archéologie médiévale et sur lesquelles nous reviendrons en conclusion et des affirmations étonnantes comme la mention d’une navigation transatlantique « déjà expérimentée au premier Moyen Âge » (p. 13). On relève aussi des analyses douteuses comme à propos de la naissance de l’archéologie médiévale dans une période difficile : « Dans ce contexte, l’appartenance politique des pères et mère fondateurs (Michel de Boüard, Jean-Marie Pesez, André Debord, Michel Bur, Gabrielle Démians d’Archimbaud) serait intéressante à étudier en détail, compte tenu du caractère militant de ces débuts » de l’archéologie médiévale (p. 15). Cette affirmation est textuellement reprise dans un recueil hétéroclite de textes et d’encadrés rédigés par divers d’auteurs édité par Joëlle Burnouf l’année suivante2. À la suite de la déclaration précédente, Joëlle Burnouf affirme qu’il existe en archéologie médiévale des thématiques « progressistes » et d’autres « réactionnaires » : « filiation réactionnaire au sens propre, l’archéologie des châteaux et des édifices religieux ; filiation progressiste, celle de la culture matérielle, des mentalités, du village, de la ville » (p. 16)3. Outre une confusion entre thèmes de recherche et manière de traiter un sujet, on se demande où situer, entre cet enfer et ce paradis, ceux des historiens et des archéologues qui travaillent sur les élites médiévales, les souverains ou les clercs, sans parler de ceux qui comme moi ont commencé leur carrière en fouillant des habitats ruraux de la fin du Moyen Âge et la terminent en étudiant un château de pierre, résidence royale de surcroît.

  • 4 . Jean Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Caen (...)
  • 5 . Jean Chapelot, avec la collaboration d’Anne-Sophie Rieth, Annuaire des archéologues médiévistes p (...)

12Joëlle Burnouf donne ensuite à traits rapides sa vision de l’histoire de l’archéologie médiévale. Situer dans les années 1980 (p. 19), un tournant dans l’histoire de la discipline est très discutable : ce sont les années 1970 qui sont essentielles dans l’essor intellectuel de l’archéologie française. De même, il est inexact d’écrire (p. 20) qu’à partir de la décennie 1990 « dans les instances d’évaluation des programmes et des rapports, les dossiers d’archéologie médiévale représentent près de la moitié des rapports expertisés » : à cette époque comme actuellement l’archéologie médiévale se situe selon les régions entre 20 et 25 % du total des opérations de terrain. Affirmer, dans cette même p. 20, que « ce développement de l’archéologie préventive a fait voler en éclat les modèles et contribue à déstabiliser l’establishment académique » est problématique car on voit mal ce que l’auteur veut dire et qui elle vise. Le bilan de la recherche archéologique médiévale que nous avons proposé en 20104 ne montre pas une montée en puissance du préventif ces dernières années : on peut même dire qu’il y a un recul de celui-ci aussi bien en nombre d’opérations que comme facteur de progrès. Le préventif reçoit, hors salaires, 90 à 95 % du financement que l’État, les collectivités et les aménageurs donnent à l’archéologie dans son ensemble, mais il ne produit qu’un peu plus d’un tiers des pages publiées par les revues archéologiques nationales et interrégionales et les salariés de l’Inrap sont les auteurs de seulement onze (dont cinq qui sont leurs thèses) des 168 livres d’archéologie médiévale publiés de 1999 à 2008, soit moins que les vingt ouvrages publiés pendant la même période par des bénévoles. Pendant la même décennie, les 41 auteurs d’ouvrages sur les châteaux de pierre sont deux fois plus nombreux que les 19 qui ont traités des habitats ruraux de l’ensemble du Moyen Âge, dont ceux du haut Moyen Âge étudiés exclusivement par des fouilles préventives qui bénéficient de très gros financements. Dans ces conditions, mettre en exergue l’archéologie préventive et l’opposer à quelque chose qui n’est pas nommé, mais qui, implicitement, est l’archéologie programmée – donc une activité pratiquée par les universitaires, les chercheurs du CNRS, des bénévoles et d’autres –, est sans intérêt, dangereux et d’autant plus insensé qu’une part importante des fouilles programmées médiévales est faite… par le personnel de l’Inrap5. S’il y a désormais et indubitablement une présence plus forte des sources archéologiques dans l’étude de l’histoire médiévale, cela est dû aux publications et celles-ci sont avant tout le fait de ceux qui font des fouilles programmées ou rédigent des synthèses, notamment des thèses qui représentent un tiers des pages des ouvrages d’archéologie médiévale publiés dans les douze dernières années.

13Après cette introduction, Joëlle Burnouf traite du monde rural avec les chapitres I et II qui représentent le quart de l’ouvrage. Le premier chapitre « Des milieux et des hommes » insiste avec raison sur cette dimension nouvelle de l’archéologie médiévale, Joëlle Burnouf mentionnant (p. 27) ce que tout le monde sait : le manque de travaux de synthèse. Ce qui est frappant dans ces deux premiers chapitres, c’est l’absence de toute allusion, même rapide, aux travaux publiés ces dernières années sur les paysages et les sites ruraux du Sud-Ouest et du Sud-Est. Cela est d’autant plus critiquable qu’il n’y a pratiquement que dans ces régions que l’on conduit des recherches sur ce genre de sujet et pour cette époque, mais il est vrai qu’il s’agit de fouilles programmées et souvent réalisées par des universitaires, des chercheurs du CNRS, des services régionaux de l’archéologie ou même, horresco referens, des sociétés privées d’archéologie. Les recherches extensives récentes sur le pastoralisme en montagne, considérées par beaucoup de spécialistes comme l’une des avancées les plus novatrices et les plus intéressantes de l’archéologie médiévale, ne sont pas évoquées. Des publications aussi importantes que, parmi d’autres, celles de J.-L. Abbé, A. Durand, L. Fau et C. Rendu ne sont pas citées dans la bibliographie finale.

14Le chapitre sur « L’invention de la ville » a les mêmes caractéristiques que le précédent, notamment le côté emphatique habituel dans cet ouvrage : ainsi l’affirmation (p. 72) que « Le Moyen Âge a donc inventé “la ville”, nouvelle forme de polarisation de l’espace ». On y relève aussi un certain nombre d’affirmations hasardeuses comme les deux suivantes : « C’est aussi au xiiie siècle que débute la construction des ponts dans les grandes villes fluviales » (p. 79) et c’est au xiie siècle (p. 87) que croît le nombre de villes le long de la Loire. Écrire (p. 85) que « Jusqu’aux années 1990, il allait de soi qu’à la différence de la ville antique, en amont, et de la ville moderne, en aval, la ville médiévale ne connaissait ni projet d’urbanisme ni planification, mis à part le phénomène des bastides », est une autre étonnante affirmation : on connaît les développements urbanistiques de Paris sous Philippe Auguste, la planification de villes nouvelles ou d’extensions urbaines à partir du xie siècle. en Flandre, à La Rochelle ou à Aigues-Mortes, les entreprises de fortification urbaine ou de création de réseaux d’adduction à partir de la même époque, etc. Un autre point qu’il faut relever dans ce chapitre comme dans d’autres est la mention d’exemples précis, comme (p. 79) l’existence à Cluny de 125 maisons remontant aux années 1200-1400, sans que la source de l’information soit donnée. On déplore l’absence dans le texte ou la bibliographie de quelques remarquables études de maisons urbaines, réalisées en dehors du préventif par des bénévoles, des étudiants ou d’autres : sans souci d’exhaustivité on peut évoquer les publications de B. Fizellier-Sauget, P. Garrigou-Grandchamp, J. Mesqui, D. Pitte, M. Scelles, G. Seraphin et M. Werlé.

15Le chapitre suivant de « Mise en perspective » est une réflexion générale intéressante, mais largement hors sujet et qui se termine (p. 97) par une affirmation gratuite : « Les sociétés médiévales ont beaucoup aménagé, largement autant, si on prend en compte les moyens techniques disponibles alors, que nos sociétés contemporaines ».

16Le chapitre IV, « Le pouvoir et le sacré : retrouver les idéologies » est un fourre-tout qui traite en quelques pages – et souvent d’une manière discutable – de sujets très variés et par ailleurs très présents dans la recherche archéologique. Une première partie analyse « les lieux de pouvoir des élites civiles » (p. 104-110), d’abord ceux du monde rural (notamment les châteaux, traités en dix lignes p. 108) puis des villes (avec les hôtels et les maisons traités en vingt lignes), rien n’étant dit sur les palais royaux et ceux de la haute aristocratie laïque et ecclésiastique. Suit une présentation des « lieux des pouvoirs ecclésiastiques » qui évoque des sujets tels que les ­cathédrales, les abbayes, les églises paroissiales, etc., qui sont présentées en une page et demie dont l’essentiel concerne les problèmes généraux d’étude du bâti (p. 110-111). Une seconde partie du chapitre traite de « La mort au Moyen Âge et l’archéologie funéraire ». L’étude du site de Saints-Côme-et-Damien à Montpellier, donnée comme l’une des rares fouilles de cimetière très fine réalisée en France, est évoquée en quelques lignes (p. 113) et elle n’apparaît pas dans la bibliographie. Un encadré (p. 115) développe un exemple de ce qui pourrait être un cimetière à répit, c’est-à-dire, dans un cimetière, un espace séparé réservé aux mort-nés, mais le nom du lieu n’est pas précisé.

17Écrire (p. 111) que l’archéologie du bâti a été mise au point il y a vingt-cinq ans sur le bâti civil urbain, puis transférée à l’étude des monuments « dans le cadre des recherches archéologiques accompagnant les travaux de restauration réalisés par le service des Monuments historiques » est une étonnante vision de l’histoire de la discipline. Dès la fin du xixe siècle, certains architectes des Monuments historiques ou d’autres savaient faire, avec les problématiques et les moyens techniques de leur époque, une analyse architecturale fine, y compris sur le bâti urbain. Pour une période plus récente, ne pas évoquer le rôle décisif de formateur du suisse Charles Bonnet dès la fin des années 1970 et à partir d’édifices religieux de Rhône-Alpes est impardonnable. On s’étonne de l’absence de mention dans le texte comme dans la bibliographie des travaux récents et importants de spécialistes lyonnais du bâti comme, parmi d’autres, N. Reveyron et I. Parron-Kontis. La manière dont ce chapitre traite ou ne traite pas certaines questions illustre les choix idéologiques de l’auteure. Certains sujets sont évoqués parce qu’ils sont fouillés en préventif, d’autres ne le sont pas parce qu’ils le sont en programmé, surtout quand de surcroît ils concernent l’église, le cimetière, le village et le château, ce « quatuor infernal » comme le qualifie Joëlle Burnouf p. 53, ou relèvent, selon son expression de la p. 16, de thématiques « réactionnaires » comme les châteaux et les édifices religieux.

18Le chapitre suivant sur la « révolution industrielle » reprend le titre d’un ouvrage de Jean Gimpel qui n’est pas cité en bibliographie (alors que ce livre et un autre du même auteur ont marqué leur époque), mais simplement évoqué (p. 125) comme étant à l’origine de cette expression à propos du Moyen Âge. Au total il s’agit d’un chapitre sommaire alors que les thèmes qu’il aborde, représentés sur le terrain par un petit nombre d’opérations mal financées faute de fouilles préventives, sont depuis dix ou vingt ans, en ce qui concerne les publications et le renouvellement de la réflexion, parmi les plus productifs de toute l’archéologie médiévale.

19Le chapitre sur « Les manières de vivre » évoque lui aussi des thématiques peu représentées sur le terrain, mais très dynamiques et productives en ce qui concerne les publications. Ce texte n’évite pas les banalités ou affirmations discutables ou erronées, comme celle-ci p. 144 : « À partir du xiiie siècle, outre la quantité de vaisselle, on voit apparaître communément une céramique recouverte de vernis de couleur et, dans certaines régions, les premiers récipients en grès ».

20Dans la conclusion de trois pages on relèvera le ton emphatique qui caractérise l’ouvrage, par exemple, p. 159, cette phrase : « À cet égard le Moyen Âge représente bien un “seuil d’irréversibilité” dans les fonctionnements, mais aussi dans la matérialité qui fait le quotidien du xxie siècle. Les sociétés médiévales ont été des sociétés “aménagistes” d’un étonnant dynamisme, dont les travaux marquent profondément les paysages contemporains ». Tout historien s’interrogera sur la notion de « seuil d’irréversibilité »… On retrouve dans cette conclusion (p. 159) la survalorisation habituelle du préventif, mais en même temps une petite prise de conscience des limites de celui-ci quand on lit que « Les connaissances acquises depuis vingt ans grâce à l’archéologie préventive ont permis de porter ces nouveautés à la connaissance de tous. […] Les synthèses sont en cours d’élaboration […] ».

21La bibliographie de l’ouvrage présente les caractéristiques de celui d’Isabelle Catteddu : absence quasi totale de références à des ouvrages ou articles écrits dans une autre langue que le français, de travaux essentiels publiés par certains auteurs ou portant sur la moitié sud de la France.

22Il est indispensable de conclure ce compte rendu par une réflexion de fond sur ces deux ouvrages. Ce qui frappe dans les deux ouvrages, c’est la manière dont sont traités certains auteurs et certaines publications. Très éclairant à ce propos est l’examen des noms des archéologues qui apparaissent dans les index : la comparaison entre ceux qui sont cités, parfois abondamment, et ceux qui ne le sont pas montre crûment les ostracismes institutionnels et régionaux des deux auteures.

23Isabelle Catteddu expose p. 18, en ouverture de son texte, une conception de son projet éditorial qui a été bien évidemment celui de Joëlle Burnouf. Elle écrit que la richesse de la documentation a conduit « à considérer de manière privilégiée les régions situées au nord de la Loire, dans lesquelles les travaux d’aménagement du territoire ont entraîné un renouvellement des données spectaculaire. Le choix a été de traiter des domaines pour lesquels les résultats sont les plus complets et pertinents : ainsi la vie des élites laïques et ecclésiastiques ne sera pas privilégiée, mais plutôt la vie quotidienne des paysans du premier Moyen Âge et leur environnement rural, des domaines peu documentés dans les sources écrites ». Tout est dit : la concentration de l’attention sur une part de la France, la mise en œuvre d’informations venant quasi exclusivement des fouilles préventives, le choix des thèmes et l’ampleur de leur traitement en fonction du nombre de fouilles préventives et non de l’importance du sujet, le refus de tenter une synthèse à propos de certaines questions pourtant essentielles pour une pleine compréhension du Moyen Âge. Derrière ce dernier point, il y a des raisons idéologiques, exposées par Joëlle Burnouf et relevées ci-dessus, mais aussi un refus de l’histoire, exprimé à plusieurs reprises dans ces deux ouvrages. La conséquence d’une telle conception est d’opposer artificiellement deux archéologies, le préventif contre le programmé, la fouille des sites contre l’étude des problèmes, une priorité donnée à la présentation de fouilles sur des sujets comme le monde rural et une marginalisation des thèmes où le dépouillement des archives est indispensable.

24Cette conception de l’archéologie médiévale et de ses relations avec l’histoire et les historiens est assez courante. Elle repose sur une certaine perception des sources écrites, dont Joëlle Burnouf présente (p. 18) une synthèse : lacunaires, écrites par les élites pour les élites, biaisées, elles sont « utilisables sous certaines conditions ». Isabelle Catteddu (p. 10-11) reprend la même analyse. Il y a longtemps que les « historiens des textes » sont conscients de ces problèmes et qu’ils ont mis au point des modes critiques d’utilisation de la documentation écrite : il serait souhaitable que les archéologues médiévistes aient tous et toujours la même conscience de la spécificité de leur documentation, des problèmes de représentativité qu’elle pose et les mêmes scrupules et soucis de méthode que les « historiens des textes ». Dans sa conclusion (p. 159), Joëlle Burnouf laisse entendre que les sources écrites donnent une image pessimiste de la fin du Moyen Âge, « avec sa guerre de Cent Ans ou sa Grande Peste », alors que « les sources archéologiques ne permettent guère de souscrire à cette vision pessimiste : ni l’étude du bâti, ni celle des vaisseliers de table et de cuisine, ni celle des techniques industrielles ne viennent l’étayer ». Il serait bon ici de savoir de quoi l’on parle, en particulier de quel milieu social, mais ce qui est surtout évident c’est que nous sommes là devant une incompréhension complète d’un phénomène que les anthropologues ont analysé depuis longtemps : l’écrit et l’objet dans une société ne disent pas la même chose et ne doivent pas être étudiés selon les mêmes grilles. Pour en rester au cas de l’archéologie médiévale, on citera un exemple bien connu : les fouilles de villages désertés lancées au milieu des années 1960 à partir de problématiques d’historiens soucieux de connaître les causes de ces abandons n’ont donné aucune réponse à cette question, mais ont fourni des données sur la vie quotidienne dans ces sites avant leur disparition.

  • 6 . Florian Mazel, Féodalités (888-1180), Paris, Belin, 2010, 783 p. (Collection : Histoire de France (...)

25Alors que ces deux auteures veulent explicitement s’affranchir des problématiques des historiens, elles n’en font pas moins régulièrement allusion à des « paradigmes » énoncés par ces derniers et que le travail des archéologues auraient mis à bas. Ces paradigmes sont notamment « la célèbre théorie de la rupture de l’ “an Mil” » (I. Catteddu, p. 14), « la naissance du village, la mobilité de celui-ci, la polarisation des habitats, l’“incastellamento” et l’“encellulement” et la chronologie du phénomène » (J. Burnouf, p. 21 ; cf. aussi I. Catteddu, p. 48-49 et 159-160). On attend donc d’elles qu’elles fassent la démonstration de la caducité de ces paradigmes. Pour aller dans ce sens, Isabelle Catteddu, p. 48, aurait pu évoquer l’ouvrage d’Édith Peytremann sur l’habitat rural dans le nord de la France du ive au xiie siècle, à ce jour et à partir d’arguments archéologiques la critique la plus développée et la plus argumentée de certains de ces « paradigmes ». Plus largement, il est curieux qu’Isabelle Catteddu et Joëlle Burnouf semblent ignorer que, depuis le début des années 1990, ces « paradigmes » ont été remis en cause par les historiens au point que l’un d’entre eux a pu écrire très récemment « qu’aujourd’hui, la thèse de la mutation n’est plus reçue par la plupart des chercheurs »6.

  • 7 . Les dix-huit lignes de ce passage sont reprises en copié-collé, comme bien d’autres parties de ce (...)
  • 8 . Florian Mazel, Féodalités (888-1180)…, op. cit., voir « Un débat historiographique la “mutation d (...)

26Joëlle Burnouf écrit, p. 10 et p. 16-17, que l’archéologie médiévale « a conquis sa légitimité et sa lisibilité vis-à-vis des spécialistes des documents écrits » en transformant leur vision du débat vieux de trente ans sur la « révolution de l’an Mil » et qu’elle s’est située ainsi « résolument dans le camp des “progressistes” 7. Rien dans la bibliographie actuelle ou dans celle de son ouvrage ne permet de comprendre à quoi elle fait allusion : deux synthèses très récentes sur la genèse du thème de la césure, supposée ou réelle, de l’an Mil et son historiographie ne font référence à aucune publication ni même à aucune donnée archéologique8.

27Ces deux ouvrages posent enfin deux problèmes qui sont la fiabilité des informations qu’ils rapportent et la fonction de telles publications.

28Dans l’immense majorité des cas, la nature des opérations de terrain décrites dans les textes ou les encadrés n’est pas précisée : on ne sait s’il s’agit de diagnostics, c’est-à-dire, selon les pratiques habituelles dans le préventif, de l’examen par des tranchées d’un dixième de la surface du site, ou de fouilles plus ou moins développées et proches de l’exhaustivité. La manière dont sont présentés certains sites, par exemple l’habitat privilégié des xie-xiie siècles de Méaulte (Somme), laisse songeur. Isabelle Catteddu, qui évoque cette fouille d’une archéologue de l’Inrap, écrit (p. 42) : « Malheureusement les conditions de l’archéologie préventive n’ont pas permis de fouiller le site, dont seul le plan est connu ». Comment le plan d’un site qui n’a pas été fouillé a-t-il été établi ? En illustration de sa phrase et pour exposer la nature de ce site, elle produit le cliché d’une maquette. Il faut souligner l’importance dans les deux ouvrages des maquettes ou des dessins proposant une reconstitution des sites ou des bâtiments. De tels documents sont nécessaires dans des ouvrages destinés avant tout au grand public comme c’est le cas ici, mais cela ne peut éviter de répondre à une obligation incontournable dans une publication scientifique : donner les sources des informations présentées, permettre au lecteur de se faire une idée de leur fiabilité et, le cas échéant, de les vérifier ou de les approfondir.

  • 9 . Jean Chapelot, « L’habitat rural du haut Moyen Âge. Quelques réflexions à partir de ce que nous e (...)

29Or, si l’on se reporte à la bibliographie de ces deux ouvrages, on est frappé par l’absence quasi totale de références se rapportant aux sites évoqués dans les textes ou les encadrés. Quand on y trouve de telles références, ce sont de courtes notices de quelques pages. L’exemple de la fouille préventive de Saleux (Somme), conduite en 1993-1994, est caractéristique. Cet habitat rural des viie-xie siècles – fouillé sur une grande surface et qui a produit une tombe privilégiée du viie siècle, protégée par un édicule remplacé par une église de bois du viiie siècle, puis par une église sur fondations de pierre fin xe-début xie siècle, avec autour près de 2 000 sépultures des viie-xie siècles – fait l’objet de trois encarts (p. 23, p. 126-127 et p. 136-137) et d’un développement (p. 90-92) sur l’étude des squelettes et il est plusieurs fois cité dans l’ouvrage : or, la bibliographie de l’ouvrage d’Isabelle Catteddu, auteure de cette fouille, montre que celle-ci est actuellement documentée par deux articles préliminaires formant au total dix pages. À cet exemple pourraient en être ajoutés bien d’autres qui illustrent un phénomène connu : le très petit nombre de publications dans le secteur de l’archéologie préventive, en particulier à propos des sites ruraux du haut Moyen Âge9. On peut se demander quelle est la fiabilité de synthèses qui s’appuient sur des notices sommaires rédigées le plus souvent alors que l’étude du matériel archéologique n’a pas été faite et que donc la chronologie du site est mal établie.

30Au delà de choix éditoriaux qui sont la conséquence de partis pris idéologiques des deux auteures, il faut être conscient que, pour une part importante, la conception et l’écriture de ces ouvrages sont dépendantes de deux problèmes actuels de l’archéologie française : sa situation documentaire depuis dix ou douze ans et la crise montante du préventif tel qu’il a été établi par les lois de 2001 et 2003.

31Le problème documentaire est lié à la disparition de pratiquement toutes les sources permettant de savoir ce qui se fait sur le terrain. L’Inrap, grâce à un personnel important de documentalistes et à la possession, en vertu de l’article 57 du décret du 3 juin 2004, de l’ensemble des rapports d’archéologie préventive rédigés par tous les fouilleurs quels que soient leurs statuts est seul en mesure de connaître une large part de ce qui se fait en France et de fournir à son personnel la matière nécessaire pour rédiger des bilans des fouilles. L’autre point important qui explique une part des aspects très critiquables de ces deux ouvrages est qu’ils s’inscrivent dans une stratégie, masquée mais évidente, de défense de l’Inrap à un moment où l’archéologie préventive a des problèmes croissants. Cette collection n’est qu’accessoirement scientifique : elle produit d’abord les rapports d’activité d’un établissement public administratif voulant à la fois se créer une bonne image et combattre ceux qu’il considère comme des adversaires, c’est-à-dire toute l’archéologie préventive qui n’est pas réalisée par lui (y compris celle des services de collectivités, dont les travaux n’apparaissent quasiment pas dans ces deux ouvrages) et l’archéologie programmée, dont la place majoritaire dans les publications est systématiquement oubliée. Quelques détails sont éclairants à ce propos. Jean-Paul Demoule et Jean-Paul Jacob sont les directeurs de cette collection sans que soient précisées les fonctions qu’ils ont exercées ou qu’ils exercent, alors que c’est au titre de présidents successifs de l’Inrap qu’ils la dirigent. En fin des deux volumes, la page 179 donne une partie de l’organigramme de l’Inrap et c’est ce dernier et non les auteurs ou l’éditeur qui remercie ceux qui ont fourni les renseignements utilisés dans les deux ouvrages. Tout cela caractérise une publication d’entreprise ou administrative.

32Les deux ouvrages d’Isabelle Catteddu et Joëlle Burnouf doivent être lus à la lumière de ce qui vient d’être dit des objectifs politiques de la collection dans laquelle ils sont publiés. Cela en explique certains aspects, mais n’en justifie pas les partis pris et les faiblesses qui sont entièrement de la responsabilité des auteures.

Haut de page

Notes

1 . Archéologie de la France moderne et contemporaine, sous la direction de Florence Journot et de Gilles Bellan, Paris, La Découverte, 2011, 180 p. ill. Curieusement la p. 4 donne sept noms sous le titre « Les auteurs ».

2 . Joëlle Burnouf et al., Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, Armand Colin, 2009, 342 p. ill. (Collection : U Histoire) : voir p. 18.

3 . Comme la précédente, cette analyse est reprise en copié-collé dans Joëlle Burnouf et al., Manuel d’archéologie médiévale…, p. 19.

4 . Jean Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Caen, Publications du CRAHM, 2010.

5 . Jean Chapelot, avec la collaboration d’Anne-Sophie Rieth, Annuaire des archéologues médiévistes professionnels ou rattachés à une formation de recherche et étudiant la France pendant les années 2002-2005, Société d’archéologie médiévale, Caen, juin 2006, XX-248 p., ill. : p. XIV : pendant les années 2002-2005, le personnel de l’Inrap a été responsable de plus de fouilles programmées que les universitaires et les chercheurs du CNRS ensemble. Il est probable qu’il en est toujours ainsi.

6 . Florian Mazel, Féodalités (888-1180), Paris, Belin, 2010, 783 p. (Collection : Histoire de France) : voir « Un débat historiographique la “mutation de l’an Mil” », p. 641.

7 . Les dix-huit lignes de ce passage sont reprises en copié-collé, comme bien d’autres parties de cet ouvrage, dans Joëlle Burnouf, Manuel d’archéologie médiévale…, op. cit., p. 20.

8 . Florian Mazel, Féodalités (888-1180)…, op. cit., voir « Un débat historiographique la “mutation de l’an Mil” », p. 637-648 ; Patrick Boucheron, « An Mil et féodalisme », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt, Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, 2 vol., 2010, t. II, p. 952-966.

9 . Jean Chapelot, « L’habitat rural du haut Moyen Âge. Quelques réflexions à partir de ce que nous en font connaître les fouilles d’Île-de-France », dans J.-M. Yante et A.-M. Bultot-Verleysen (éd.), Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (ive-xiiie siècles), Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Louvain-la-Neuve, 2010 (Institut d’études médiévales. Textes, Études, Congrès, 25), p. 85-139, voir p. 88-91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Chapelot, « Isabelle Catteddu, Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge (ve-xie siècle) ; Joëlle Burnouf, Archéologie médiévale en France : le second Moyen Âge (xiie-xvie siècle) », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 365-370.

Référence électronique

Jean Chapelot, « Isabelle Catteddu, Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge (ve-xie siècle) ; Joëlle Burnouf, Archéologie médiévale en France : le second Moyen Âge (xiie-xvie siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11400

Haut de page

Auteur

Jean Chapelot

Directeur de recherche au CNRS, UMR 8558, Centre de recherches historiques EHESS/CNRS, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals