Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Yves Henigfeld et Amaury Masquilier (dir.), Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècle)

Joëlle Burnouf
p. 374-375
Référence(s) :

Yves Henigfeld et Amaury Masquilier (dir.), Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècle), Revue archéologique de l’Est, 26e supplément, Dijon, SAE, 2008, ISBN : 2-915544-9-3, 35 €.

Texte intégral

1Le volume, 26e de la collection des suppléments de la RAE, rassemble sous la direction de Yves Henigfeld et Amaury Masquilier les contributions de 27 auteurs, issus de 9 organismes de recherche dans les grandes institutions qui concourent à la recherche en archéologie médiévale. Il présente les résultats d’un PCR (Projet collectif de recherche) sur le même objet. Ce PCR a réuni les chercheurs, durant quatre années, entre 2003 et 2006 à raison de cinq séminaires par an.

2L’ouvrage de 539 pages, préfacé par N. Faucherre, présente quatre grandes parties. La première fait un état des connaissances sur les enceintes urbaines en Lorraine (12 pages, p. 17-29, A. Masquilier et G. Giuliato) sur l’iconographie des fortifications d’agglomération en Lorraine (10 pages, p. 29-39, J. Guillaume) et les enceintes urbaines en Alsace d’après les sources écrites (11 pages, p. 39-50, B. Metz). La seconde présente les opérations archéologiques récentes, en Lorraine (6 pages, p. 53-59, A. Masquilier), en Alsace (5 pages, p. 59-63, Y. Henigfeld) et dans les régions périphériques (4 pages, p. 63-66, J. Koch). La troisième partie, le cœur du travail du PCR (on y reviendra) présente les études monographiques de 18 agglomérations (325 pages, p. 69 à 394). Dans la quatrième partie « essais de synthèse et conclusion », 8 des 27 auteurs examinent 2 thématiques : l’enceinte et ses composantes (44 pages, p. 395-439, I. Ferraresso, M. Werlé) et les abords de l’enceinte (10 pages, p. 439-449, J. Koch, C. Kraemer, J.-D. Lafitte, R. Lansival), enfin les deux responsables du PCR et de l’édition tirent les conclusions de ce travail et ouvrent des perspectives de recherche.

3Les 86 pages suivantes regroupent : la liste des abréviations, une bibliographie de 32 pages soit plus de 1 000 titres (évalué), 6 annexes et deux index (thématique et géographique).

4Il faut tout d’abord saluer les responsables et le comité de rédaction de la RAE d’avoir accueilli ce travail dans la collection des suppléments de la revue. Ce n’est pas la première fois, même si la période médiévale représente 5 volumes sur les 26 publiés (thèses, colloques, enquêtes interrégionales) ce qui est peu (mais c’est une médiéviste qui parle !), on pense aux travaux qui sont aujourd’hui encore incontournables comme la verrerie dans la France de l’Est (1990) et l’archéologie du poële en céramique (2000).

5Il faut surtout redire inlassablement à quel point le PCR, la plus petite unité de synergie de recherche interdisciplinaire, est un incomparable outil de réflexion qui a fécondé, et ce quel que soit le sujet, la période et les aires chronoculturelles couvertes, la réflexion des chercheurs depuis sa création. Il faut aussi redire quelle énergie réclame le fonctionnement d’un PCR pour les responsables d’abord – dans ce cas, deux chercheurs de l’INRAP –, qui doivent y développer des trésors de ténacité et de diplomatie, de volontarisme et d’optimisme (une certaine idée de la recherche et de leur discipline) pour porter, jusqu’à la publication incluse, le projet. Pour les chercheurs qui acceptent de participer à l’aventure, c’est aussi un challenge à relever.

6Ce que nous offrent tous ces « archéologues de la France de l’Est » est beaucoup plus qu’un bilan d’étape de PCR. C’est un outil de travail remarquable qui est le socle des recherches à poursuivre sur cette thématique.

7Les objectifs annoncés sont ambitieux, les questionnements, fondés sur les recherches récentes « des sites inédits ayant fait l’objet de fouilles préventives », devaient être confrontés aux autres types de documentation disponibles (essentiellement écrites et iconographiques). La tâche était énorme : leur recensement mettait en évidence qu’il y avait 171 sites à étudier (97 en Lorraine et 74 en Alsace) dans 6 départements. Les chercheurs ont choisi de présenter des sites inédits ayant fait l’objet de fouilles préventives récentes et, à partir de ce corpus, de confronter la documentation archéo­logique avec les autres types de documentation. 39 agglomérations (17 en Alsace et 22 en Lorraine) avaient fait l’objet d’une ou plusieurs interventions entre 1986 et 2005, travaux sur lesquels les promoteurs du projet font le point (partie II, p. 53-63). Il a été décidé de retenir les villes pour lesquelles il y avait eu un nombre conséquent d’interventions, pour lesquelles la documentation était fiable et représentative, mais aussi où une synergie de recherche permettait d’analyser de manière critique les documentations. Restent après sélection 18 agglomérations (6 en Alsace et 12 en Lorraine), ce qui fait au moins 2 agglomérations par département. À l’examen, cette étude porte essentiellement sur des « villes moyennes » (surface entre 10 et 50 hectares) plus que sur les « petites villes » (surface inférieure à 10 ha) et les grandes (surface supérieure à 50 ha). Les agglomérations sont étudiées dans les limites chronologiques du « second Moyen Âge », entre le xiie et le xve siècle, mais la période « moderne » est étudiée pour les sites faisant l’objet d’une monographie. Les chercheurs souhaitaient aussi « caractériser » les régions, dans la mesure du possible, dans un espace géographique d’interface entre statuts juridiques et pratiques constructives différentes.

8La problématique de cette étude s’inscrit dans celle de « la fabrique de l’urbain » au second Moyen Âge. L’enceinte correspond à l’un des « estimateurs » anciens des études urbaines depuis quarante ans (travaux de C. Heighway 1972, du CNAU depuis le début des années 1980, d’ H. Galinié 2000). Toutefois devant la faiblesse des publications sur cette question des « enceintes urbaines » comme le montrent l’analyse historiographique et le dépouillement de la bibliographie, les chercheurs ont privilégié deux axes : le premier, la caractérisation de l’enceinte et de ses composantes à la fois en termes de techniques constructives et de réponse aux questions de défense, et le second, la question « des abords » de l’enceinte, c’est-à-dire des conséquences de la construction et de l’existence de cet « objet » sur l’espace intra et extra-muros, pour comprendre comment les sociétés du second moyen âge ont choisi (ou non) certains partis, comment elles ont géré ces espaces, comment elles en ont usé et dans quels objectifs.

9Une des tâches des chercheurs rassemblés dans ce PCR, et non des moindres, a été l’harmonisation des méthodes d’étude et de présentation afin de pouvoir conduire les études comparatives. Il leur a fallu mettre au point une « grille d’analyse » commune aux 18 objets étudiés, adopter un plan de présentation commun normalisé pour chaque monographie de ville, élaborer une « charte graphique » et construire la légende des plans (présentée en annexe 1), partant, choisir l’échelle de présentation cartographique, enfin uniformiser le vocabulaire (glossaire présenté en annexe 2). On ne dira jamais assez combien les travaux et publications du CNAU ont été un ferment extrêmement fructueux de la réflexion sur « le fait urbain », ce que démontre là encore cette publication.

10Chaque ville est un unicum, et son histoire est singulière comme le démontre la lecture des 18 monographies présentées et abondamment illustrées (le lecteur aurait apprécié d’avoir une table des illustrations, photographies et documents cartographiques), mais il apparaît toutefois des « constantes » (mises en évidence dans la dernière partie). Quatre années de labeur, c’est long et en même temps fort court, même au rythme soutenu de cinq réunions par an, le lecteur mesure la lourdeur de la tâche au contenu des annexes, aux tableaux, diagrammes, cartes et plans de l’ouvrage, c’est-à-dire au traitement des données recueillies. Les deux responsables du PCR, dans la conclusion d’étape de ce travail, proposent un programme pour la suite. Il sera intéressant, pour poursuivre l’entreprise, de construire une base de données relationnelle et un SIG qui permette de croiser les informations recueillies et de les traiter différemment, en particulier hors de la « flexure » identitaire de part et d’autre des Vosges mais aussi en élargissant dans la durée (vers le premier moyen âge) voire dans l’espace (comme ils l’ont fait dans la partie 2 aux régions « périphériques »).

11Puisse ce nouvel outil de travail créer une émulation et susciter des vocations dans l’étude de la « fabrique de l’urbain » dont nos sociétés héritent directement à un moment où s’invente sans doute, sous nos yeux, un autre « urbain ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Burnouf, « Yves Henigfeld et Amaury Masquilier (dir.), Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècle) », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 374-375.

Référence électronique

Joëlle Burnouf, « Yves Henigfeld et Amaury Masquilier (dir.), Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11426

Haut de page

Auteur

Joëlle Burnouf

Professeur d’archéologie médiévale, université Paris I-Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals