Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Dieter Quast (éd.), Foreigners in early Medieval Europe : Thirteen International Studies on Early Medieval Mobility

Christian Pilet
p. 376-377
Référence(s) :

Dieter Quast (éd.), Foreigners in early Medieval Europe : Thirteen International Studies on Early Medieval Mobility, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Mainz, 2009, 295 pages, ISBN : 978-3-88467-131-3, 98 €

Texte intégral

1Dieter Quast : Communication, Migration, Mobility and Trade. Explanatory Models for exchange processes from the Roman Iron Age To The Viking Age ; John Ljungkvist : Continental imports to Scandinavia. Patterns and changes between AD 400 and 800 ; Karen Hfilund Nielsen : The Real Thing or Just Wannabes ? Brooches Scandinavian – Style Brooches ; Egge Knol : Anglo-Saxon Migration Reflected in Cemeteries in the Northern Netherlands ; Horst Wolfgang Böhme : Migrants’ Fortunes : the Integration of Germanic Peoples in Late Antique Gaul ; Michel Kazanski, Patrick Périn : « Foreign » Objects in the Merovingian Cemeteries of Northern Gaul ; Luis A. Garcia Moreno : Gothic immigrants in Spain. Researching History of a Nobility ; Antonel Jepure : Researching Gothic Immigrants in Spain. An Archeaeological Dilemna ; Anna Lambropoulou : The Presenceof Slavs in the Western Peloponese during the 7th and 8th Centuries. New Archaeological Evidence ; Christina Katsougiannopoulou : The Slavic Bow Brooches in Greece revisited. Some remarks on Ethnicity ; Tivadar Vida : Local of Foreign Romans ? The Probleme of the Late Antique Population of the 6th-7th Centuries AD in Pannonia ; Làszls Schilling : An Avar-Period Germanic Brooch from Tàc-Fövenypuszta ; Matej Ruttkay : The North of the Carpathian Basin in the 5th and 6th Centuries AD.

2Les travaux rassemblés par Dieter Quast alimentent les discussions sur la perception et l’identification des étrangers, leurs déplacements et la cohabitation des populations pendant la période de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge. On trouve dans les articles des questionnements sur les processus migratoires, sur les contacts qui ont précédé les migrations, sur les itinéraires, sur le rôle des chefs de guerre qui ont servi dans l’armée impériale. L’identification des migrants n’est jamais simple, la confrontation des données archéologiques, anthropologiques, des pratiques funéraires, de la documentation écrite fournissent parfois des informations sur l’installation des populations et leur intégration.

3Cette publication est le prolongement de réflexions commencées en 2002-2005 autour du projet européen « Foreigners in Early Medieval Europe ». Le résultat est la réalisation d’une base de datations du mobilier archéologique qui a cherché à intégrer les découvertes anciennes et nouvelles à partir de l’étude des détails significatifs, notamment du mobilier funéraire féminin (les fibules étant considérées comme le marqueur culturel le plus fiable), et de la discussion des « évidences » archéologiques. Il s’agit d’un essai d’harmonisation des connaissances. Les discussions ont été âpres mais les participants ont été constructifs en montrant que les idées pangermaniques pour expliquer l’arrivée des « barbares » dans l’Empire étaient battues en brèche par l’apport des nouvelles découvertes et surtout l’arrivée de chercheurs non marqués par l’idéologie allemande du IIIe Reich.

4L’arrivée des migrants et leurs installations dans l’Empire varie donc selon les endroits. Les études archéologique et anthropologique des sépultures sont évidemment le meilleur outil pour essayer d’identifier les individus, indigènes et étrangers. Parfois, les sources écrites, malheureusement trop rares, apportent des orientations utilisables ou, au contraire, semblent en contradiction avec les objets archéologiques (voir Procope de Césarée qui signale des migrations importantes partant de l’île de Bretagne en direction du continent où les archéologues cherchent en vain les traces de tels mouvements).

5La typologie et la chronologie sont les fondements incontestables de la recherche archéologique. Les limites de l’utilisation des cartes de répartition d’objets ont été bien définies : la répartition du matériel archéologique sur une carte est un outil de réflexion à un moment donné de la recherche, susceptible d’être modifié, et non une fin en soi.

6La qualité des illustrations : dessins, photographies, cartographie est excellente. On y trouve cependant la trace du modèle allemand dans le positionnement des fibules. Nos collègues d’Europe du Nord et d’Europe centrale continuent de présenter les fibules ansées asymétriques avec la « tête vers le haut ». Ceci n’est pas conforme aux observations du terrain où les fibules ont toujours la « tête vers le bas », position utilisée du vivant des femmes qui les portaient. La manière de les représenter est un héritage secondaire de la période pangermanique où les chercheurs allemands dominaient la recherche en matière d’archéologie funéraire. De même, les fibules aviformes ou les fibules en « S » sont mises en position verticale, quand, dans la tombe, elles sont en position horizontale. Bien que le modèle allemand perdure, la volonté est bien de rendre compte le mieux possible de la vérité du terrain.

7La mobilité des élites barbares est amplifiée par les relations diplomatiques, occasion d’échanger des cadeaux venus de loin (voir Grégoire de Tours). Et le matériel hétérogène (au sens d’origine culturelle variée) que l’on observe dans certaines sépultures n’est que le reflet de la circulation des groupes de population. On ignore le nom de la plupart des « petits chefs de guerre » dont on met au jour les sépultures en Gaule du Nord. Mais ils ont l’épée et le pouvoir, leurs compagnes sont inhumées près d’eux avec des parures exotiques (fibules de la région du Danube moyen, en milieu franc) en métal précieux. Les exemples découverts dans la Normandie actuelle s’inscrivent dans le tissu militarisé de la région à partir du ive siècle. L’armée a recruté, donné des terres, le pouvoir a changé de main en douceur avec des différences parfois remarquables entre les communautés : certaines sont plus « riches » que d’autres vivant juste à côté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Pilet, « Dieter Quast (éd.), Foreigners in early Medieval Europe : Thirteen International Studies on Early Medieval Mobility », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 376-377.

Référence électronique

Christian Pilet, « Dieter Quast (éd.), Foreigners in early Medieval Europe : Thirteen International Studies on Early Medieval Mobility », Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11458

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals