Navigation – Plan du site

Livres et périodiques reçus

p. 379-385

Plan

Haut de page

De nombreux ouvrages nous ont été adressés. Faute de rédacteurs, tous, malheureusement, ne peuvent faire l’objet d’un compte rendu détaill ; il nous paraît cependant utile de les signaler et d’en indiquer les caractéristiques principales. Cette présentation tient compte de tous les volumes que nous avons reçus, à l’exception toutefois de ceux qui sont entre les mains des collaborateurs du bulletin critique pour une future recension.

Anne-Marie Flambard Héricher

Sylvie Balcon-Berry, Françoise Perrot et Christian Sapin (textes réunis et édités par), Vitrail, verre et archéologie entre le ve et le xiie siècle, collection archéologie et histoire de l’art, n° 31, Paris, CTHS, 2009, 286 p. en quadrichromie, nombreuses illustrations dans le texte, ISBN 978-2-7355-0696-5, prix : 55 €

Cet ouvrage constitue les actes d’une table ronde organisée par le centre d’études médiévales d’Auxerre afin de confronter des découvertes archéologiques nouvelles et des fonds de musées, principalement autour du verre plat. Les débuts du vitrail se trouvent ainsi éclairés grâce à un inventaire précis doublé d’études physico-chimiques.

Le volume est organisé en trois parties d’inégale importance. La première tend à cerner la diversité des verres à travers les interventions de Francesca Dell’Acqua qui retrace l’évolution de la connaissance des vitraux médiévaux durant les deux derniers siècles, de Bruce Velde qui insiste sur le passage, entre viiie et xiie siècle, du verre sodique au verre potassique, et de Bénédicte Palazzo-Bertholon qui étudie la composition des tesselles de mosaïque de verre en Gaule au vie siècle. Les témoignages archéologiques sont évoqués dans une seconde partie par Laurent Prysmicki (abbaye Saint-Benoît dans la Vienne), Patrice Walhen (verre d’Alésia), Gaëlle Dumont et Lionel Pirault (vitraux de la basilique paléochrétienne des Champs à Rezé), Julien Denis (baptistère de Limoges), Fabrice Gauthier (baptistère de Brioude et vitrail-mosaïque du quartier Saint-Alyre à Clermont-Ferrand), Jean-Yves Langlois (vitrail-mosaïque de l’église mérovingienne de Notre-Dame-de-Bondeville), James Motteau (le verre à vitre en Indre-et-Loire du ve au xie siècle), François Gentili (verre architectural des habitats ruraux du haut Moyen Âge en Île-de-France), Étienne Louis (vitraux mérovingiens du nord de la France), Brigitte Neuray et Bernard Lambotte (verres plats de l’abbaye de Stavelot), Line Van Wersch, François Mathis et Patrick Hoffsummer (verres du haut Moyen Âge de l’église des saints Hermès et Alexandre à Theux en Belgique), et Pierre Cuvelier avec François Heber-Suffrin (vitraux du chœur de la chapelle mérovingienne de Mousson).

La troisième et dernière partie traite de la naissance et du développement du verre peint : Jacques Le Maho y présente les vitraux de la cathédrale de Rouen, Pierre Gillon, les fragments de vitraux carolingiens de Saint-Maur-des-Fossés. Sylvie Balcon-Berry présente des vitraux antérieurs au xiie siècle en Bourgogne, Audrey Badois, des vitraux du groupe épiscopal de Lyon, Sveva Gai, des vitraux de l’église collégiale de Hersfeld. Nicolas Reveyron traite de l’éclairage naturel dans l’architecture médiévale. Françoise Perrot s’interroge en guise de conclusion sur les relations entre archéologie, vitrail et éclairement.

Riche de nombreuses illustrations souvent en couleur, cet ouvrage fait le point sur les connaissances actuelles et propose un catalogue abondant souvent sous forme de fiches.

André Chédeville et Daniel Pichot (dir.), Des villes à l’ombre des châteaux. Naissance et essor des agglomérations castrales en France au Moyen Âge, Archéologie et culture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 240 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-7535-1144-6, prix : 24 €

En 2008, la ville de Vitré célébrait ses Mille ans d’Art et d’Histoire, événement marqué par un colloque, piloté par André Chédeville et Daniel Pichot, auquel participaient vingt représentants de quatorze universités françaises. Les actes de ce colloque sont rassemblés dans le présent volume organisé en quatre parties : l’exemple breton, le passage du village à la ville, les villes castrales, l’évolution et la pérennité de ces villes.

Cinq communications abordent le cas breton : Daniel Pichot présente la ville et le château de Vitré, puis Frédérique Fromentin s’attache à l’approche archéologique sur ce même site, tandis que Patrick Kernévez et Régis Le Gall-Tanguy élargissent le propos au château et au peuplement en Basse-Bretagne, Jean-Claude Meuret évoque la naissance des villes de la marche bretonne et Jean-Pierre Leguay, ces même villes mais au xve siècle.

Pour évoquer le passage du village à la ville, Noël-Yves Tonnerre présente les bourgs angevins, André Bouvard, les peuplements castraux de la montagne du Doubs, Jackie Lusse, les agglomérations castrales du nord de la Champagne, Josiane Teyssot et Romain Pommier, les bourgs castraux en Auvergne médiévale, et Pierre-Yves Laffont, les agglomérations d’origine castrale dans la vallée du Rhône (xie-xiiie siècle).

À propos des villes castrales, François Neveux présente le cas normand, Cédric Jeanneau, le Bas-Poitou, Anne Moreau, la Touraine, Sylvie Faravel et Frédéric Boutoulle Castillon-sur-Dordogne et Jean-Pierre Leguay, la Savoie. L’évolution et la pérennité de ces villes sont illustrées par Monique Bourin pour le Bas-Languedoc, Benoît Cursente pour la Gascogne et Jean-Luc Fray pour la Lorraine. Les conclusions ont été présentées par André Chédeville et Daniel Pichot.

Pierre Chevet (dir.) avec la collaboration de Paul-André Besombes, Frédéric Chaumot, François Comte, Sabine Groetembril, Yvan Maligorne, Isabelle Morera, Maxime Mortreau, Martin Pithon, préface de Bernard Mandy, Un quartier d’Angers de la fin de l’âge du fer à la fin du Moyen Âge. Les fouilles du musée des Beaux-Arts (1999-2001), Archéologie et culture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 328 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-7535-0962-7, prix : 30 €

De 1999 à 2001, la restauration du musée des Beaux-Arts d’Angers s’est accompagnée d’une fouille de grande ampleur sur des terrains situés entre l’enceinte antique et les fortifications du xiiie siècle. Les vestiges découverts illustrent la continuité de l’occupation depuis le premier siècle jusqu’à l’époque moderne.

L’ouvrage présente d’abord le cadre de la ville, puis les origines de celle-ci de l’âge du fer à l’époque augustéenne, puis de Tibère à la fin du iiie siècle. Il aborde ensuite la désertion progressive de ce quartier et sa situation, du viie au xiie siècle, aux marges de l’enclos abbatial Saint-Aubin. Il aborde enfin l’évolution qui conduit de l’abbaye Saint-Aubin au Logis Barrault. Un chapitre sur la céramique médiévale et diverses annexes sur les monnaies, les estampilles et le mobilier complètent ce volume dont on peut déplorer l’impression de médiocre qualité.

Dominique Cliquet, Archéologie mode d’emploi, Méthodes archéologiques et archéométrie, Cully, Éditions OREP, 2010, 38 p., très nombreuses photographies couleur dans le texte, ISBN : 978-2-8151-0054-0, prix : 8 €

Destiné à la vulgarisation, ce petit ouvrage préfacé par Jean-Laurent Monnier, directeur de recherches au CNRS, s’adresse aux pré- et protohistoriens ; il est organisé en quatre parties inégales. Courte, la première prend acte de la professionnalisation de l’archéologie préventive. La seconde et la troisième, plus étoffées, sont consacrées respectivement aux méthodes utilisées en archéologie et aux sciences connexes. Les méthodes font une large place à la mécanisation et aux situations exceptionnelles telles que fouille sur échafaudage, fouille à la nacelle et fouille subaquatique, ainsi qu’à la protection des sites entre les campagnes. La topographie occupe une place importante dans ces méthodes et permet les reconstitutions 3D. Les études post-fouilles et l’expérimentation sont également présentées.

Dans la troisième partie sont abordées les sciences de la terre (géologie, pétrographie, stratigraphie), les sciences naturelles (types de sols, micromorphologie, environnement végétal, faune, anthropologie) et les sciences physico-chimiques (traceurs chimiques, matières organiques, recherches ADN), les sciences de l’homme (archéozoologie, analyses de la nature et fonctionnement des sites, ethnoarchéologie), l’étude des savoir-faire technologiques, les techniques de datation (chronologies relative et absolue). L’ouvrage s’achève sur une étude de cas : celui du chantier de Saint-Germain-des-Vaux (Manche).

Gabrielle Démians d’Archimbaud et Jean-Pierre Pelletier avec Francesco Flavigny et François Barré, Notre-Dame du Bourg à Digne. Fouilles, restauration et aménagements liturgiques : une chronique monumentale de vingt siècles, Agence pour le développement et la valorisation du patrimoine antique, Plan Patrimoine Antique, Ville de Digne-les-Bains, 2010, 136 p., très nombreux plans et photographies couleur dans le texte, ISBN : 2-912450-13-6, prix : 22 € (pas de vente en librairie, mais à la crypte archéologique de Notre-Dame du Bourg ou auprès du régisseur de la crypte).

De 1983 à 2005, des fouilles se sont déroulées dans la crypte sous la conduite de Gabrielle Démians d’Archimbaud, professeur émérite de l’université d’Aix-en-Provence ; elles ont mis en évidence l’évolution du site du Haut-Empire à la fin du Moyen Âge. La crypte archéologique, désormais ouverte au public, permet d’accéder aux vestiges. Dans le même temps, Francesco Flavigny restaurait la cathédrale.

La majeure partie de ce petit ouvrage très richement illustré est consacrée aux résultats des recherches archéologiques, présentés par G. Démians d’Archimbaud et J.-P. Pelletier, depuis le fanum du ier siècle (qui succède peut-être à un sanctuaire gaulois), en passant par une fonction cimétériale entre le iiie et le ve siècle quand la christianisation entraîne la création de deux églises, dont une basilique à nef unique ornée d’une mosaïque. Ce bâtiment, agrandi, connaît d’importantes transformations à l’époque carolingienne. Après une période d’abandon au xe siècle, un grand chantier débute autour de 1020, probablement lié à la diligence de l’évêque Hugues de Caudol. Un nouvel édifice est érigé tandis que la fonction funéraire s’accentue. Fin xiie siècle, une dernière campagne de construction débute : elle se traduit par de nombreuses fosses liées à la fabrication de cloches, par un moulin à plâtre et par l’installation d’une loge destinée aux tailleurs de pierre.

Les travaux de restauration et de présentation au public du site et des collections archéologiques sont abordés en fin de volume.

Claude Gauvard, Le Moyen Âge, Paris, Éditions de La Martinière, 2010, 312 p., très nombreuses photographies couleur dans le texte, grand format (270 x 350 mm), ISBN : 9-782732-441351, prix : 49,90 €

Dans cet ouvrage qui propose une iconographie exceptionnelle par sa richesse et par la dimension des illustrations, Claude Gauvard expose sa vision du Moyen Âge en quatre parties. La première présente le cadres : la nature, qu’elle soit sauvage ou cultivée, le regroupement des hommes et l’essor urbain. La seconde partie intitulée « Au service de Dieu » présente la vie monastique, le triomphe de l’Église et enfin l’orthodoxie et les hérésies. Dans la quatrième partie, elle aborde les pouvoirs laïcs, les châteaux, les souverains et la naissance de l’état. La cinquième enfin aborde les violences, les guerres et la paix à travers : les guerres saintes et les croisades, les nobles face à la guerre et enfin la violence populaire et l’ordre social.

L’illustration, très abondante, soutenue par le texte, est aussi de grande qualité, souvent en pleine page, permettant d’apprécier le moindre détail de ces documents de taille modeste.

Gérard Giuliato (sous la direction de), préface de Jacques Chérèque, Le « Château de l’Avant-Garde » à Pompey, t. 1, Céramiques et verres du Moyen Âge et de la Renaissance. Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2010, 249 p., illustrations de qualité, dessins et cahier de photographies couleur, ISBN : 978-8143-0029-3, prix : 25 €

Cet ouvrage est le premier volume d’une série d’études sur le château de l’Avant-Garde à Pompey. Il rassemble, en trois parties, l’étude du mobilier archéologique mis au jour dans les années quatre-vingts dans les fossés du château. Ce mobilier constitue une documentation abondante, mais, en l’absence de contexte stratigraphique, il a été étudié comme une collection ancienne, en établissant des typochronologies qui s’appuient sur des séries comparables.

La première partie est consacrée à la céramique architecturale et en particulier à la céramique de poêle. Le lot est constitué de 465 objets, ce qui en fait le plus grand ensemble lorrain étudié à ce jour. L’étude de cette production de céramique de poêle a mis en évidence, parmi huit séries techniquement et chronologiquement homogènes, une diversité stylistique et iconographique dont les décors géométriques et floraux sont associés à des portraits, des animaux ou des scènes chevaleresques. Dans la seconde partie sont exposées les études de la céramique commune et des grès. Plus d’une soixantaine de formes archéologiquement complètes ont été reconstituées et permettent d’imaginer le vaisselier en usage à la charnière du Moyen Âge et de l’époque moderne. Quant à la collection de grès, elle est moins importante quantitativement que la céramique commune mais le nombre de formes présentes et de groupes techniques reconnus laissent penser à une diversité d’approvisionnement, en particulier des pays rhénans. Enfin, dans la dernière partie plus succincte, trouvent place les études des mobiliers divers tels les objets liés aux loisirs, la gobeleterie et le verre plat.
Anne-Bocquet-Liénard

Thierry Gonon, Les cloches en France au Moyen Âge. Archéologie d’un instrument singulier, collection des Hespérides, éditions Errance, 2010, 199 p., illustrations noir et blanc dans le texte, 1 CD, ISBN : 998-2-87772-415-9, prix : 35 €

Les cloches sont intimement liées à la religion chrétienne, elles se sont diffusées avec elle et surtout avec le développement des communautés religieuses. Leur technique de fabrication a peu évolué depuis les débuts de la technique au Moyen Âge. Leur sonorité reflète le goût musical de leur époque et pour cela leur forme évolue. Il en va de même pour leur décor, spécifique à chaque cloche bien que relativement standardisé, tout comme les inscriptions qui y sont associées.

Cet ouvrage, tiré de la thèse de Thierry Gonon, se veut une synthèse permettant de saisir l’évolution chronologique, morphologique, décorative et la variabilité régionale de cet objet. Il est conçu en trois parties. Après nous avoir expliqué ce qu’est une cloche, l’auteur aborde les premiers objets qui témoignent du passage de la cloche d’appel (convocation aux offices, glas, tocsins…) à la cloche musicale (alliant le souci de la forme et la qualité du métal) entre le haut Moyen Âge et l’époque romane qui voit les débuts du carillon. Les cloches médiévales classiques ou gothiques sont abordées dans une troisième partie. Thierry Gonon y évoque la véritable apparition du carillon et des ensembles campanaires. L’évolution maîtrisée du profil est décrite ainsi que l’évolution vers une régionalisation des formes, des décors et des inscriptions. Les commanditaires et sociétés de donneurs sont abordés ainsi que le statut du fondeur gothique, sans oublier l’évolution du clocher amené à supporter les cloches dans les grandes églises comme dans les plus petites.

Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen 3-5 avril 2009, Haute-Normandie archéologique, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, 246 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 978-2-87775-493-4, prix : 30 €

Cet ouvrage très dense regroupe 25 contributions qui dessinent le panorama de la recherche archéologique en Haute-Normandie en 2009. Sept d’entre elles concernent le Moyen Âge. P. Caldéroni présente le secteur médiéval du château de Tournebut et B. Guillot les abords de celui d’Évreux étudiés à l’occasion de la fouille préventive du parking de l’Hôtel de ville. Avec G. Deshayes, B. Guillot présente également l’évolution d’une parcelle autour d’une cave médiévale à Brionne (Eure) tandis que D. Pitte convie à la relecture du château d’Ivry-la-Bataille. Les recherches 2009 du PCR sur les fortifications de terre en Haute-Normandie sont présentées par les participants (A.-M. Flambard Héricher, G. Deshayes, D. Étienne, T. Guérin, B. Lepeuple, J. Mouchard et A. Painchault) tandis qu’A. Lemoine-Descourtieux plaide en faveur d’une étude archéologique des maisons médiévales de Verneuil-sur-Avre. En guise de conclusion, V. Le Borgne, J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle dressent le bilan de 25 années de prospections aériennes dans le canton de Beaumont-le-Roger (Eure).

Jean-François Le Nail et Xavier Ravier, Vocabulaire médiéval des ressources naturelles en Haute-Bigorre, coll. Matériaux pour un lexique pyrénéen réunis par Eloísa Ramírez Vaquero, vol. 1, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2010, 280 p., ISBN : 978-2-35412-067-2, prix : 18 €

Depuis l’an 2000, les universitaires des deux versants des Pyrénées se sont attachés à comprendre les relations entre les sociétés pyrénéennes et leur milieu naturel. Cette recherche entre dans le projet RESOPYR qui a livré ses premiers résultats dans le volume : Les ressources naturelles des Pyrénées, PUP, 2005.

L’objectif de ce projet est de retrouver et réunir les « mots de la montagne » désignant les ressources montagnardes en usage chez les habitants des Pyrénées. Pour réaliser cet ouvrage, un spécialiste des sources écrites et un linguiste se sont retrouvés. Le volume s’ouvre sur une présentation de la Bigorre médiévale, des sources et de la bibliographie disponibles ; il se poursuit par un lexique raisonné thématique qui aborde successivement : le cheptel, les espaces, les aménagements et installations, les bois, les redevances, le milieu agro-pastoral, les ressources minières, le temps ; il s’achève par un recueil de textes de la pratique de 80 pages.

Emmanuel Litoux et Éric Cron (dir.), Le château et la citadelle de Saumur, architectures du pouvoir, supplément au Bulletin monumental n° 3, Paris, Société Française d’Archéologie, 2010, 228 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 007-4730, ISBN : 978-2-901837-36-7, prix : 30 €

L’ouvrage s’ouvre par un hommage aux travaux et à la personnalité d’Ann Dodd-Opritesco qui consacra plus de dix années à l’étude du château de Saumur, objet central des recherches qui sont présentées ici. Les dix spécialistes réunis (É. Cron, C. Giraud-Labalte, J.-Y. Hunot, C. Leduc-Gueye, E. Litoux, G. Mester de Parajd, J. Mongellaz, D. Prigent, M. Whiteley) présentent successivement, selon une démarche chronologique, l’abbaye de Saint-Florent-du-Boile et le château, la construction de la forteresse au xiiie siècle, l’édification d’un château-palais à la fin du xive siècle, la résidence princière de la fin xive-xve siècle (notamment les pavements) et les aménagements au temps du roi René, le château de Saumur et la citadelle dans le contexte des guerres de Religion, les appartements de Duplessis-Mornay (fin du xvie siècle) ou la quête d’un nouveau Louvre et enfin la restauration du château aux xixe et xxe siècles.

Medieval and Modern Matters, vol. 1, 2010, Archaeology and Material Culture in the Low Countries, (MMM 1), 310 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, un cahier couleur, ISSN : 2032-8192, ISBN : 978-2-503-53100-7, prix : 69 €

Éditée par Brepols Publishers, cette nouvelle revue d’archéologie se définit comme « an annual peer-reviewed journal » consacrée au Moyen Âge et au début de l’époque moderne en Belgique et aux Pays-Bas. Elle est placée sous la responsabilité de Frans Theuws, Dries Tys et Frans Verhaeghe pour le bulletin critique et réunit un comité de rédaction qui regroupe Tim Bellens, Jurgen Bos, Ann Degraeve, Stéphane Demeter, Jerzy Gawronski, Koen de Groote, Michel Groothedde, Bieke Hillewaert, Wim Hupperetz, Philippe Mignot, Titus Panhuysen, Hanneke Ronnes, Arno Verhoeven, Johan Veeckman et Laurent Verslype.

Ce premier numéro regroupe six contributions et un bulletin critique de quinze pages. Les articles sont rédigés en anglais et précédés de deux résumés en anglais et en français. Les comptes rendus d’ouvrages sont rédigés parfois en français mais le plus souvent en anglais.

Le premier article présente un modèle interprétatif des réouvertures de sépultures du haut Moyen Âge (Martine C. van Haperen), l’auteur suggérant qu’elles ne sont pas nécessairement marginales et ne doivent pas toujours être interprétées comme des violations. Avec le second article, consacré au développement de la société et du paysage médiéval de la Campine, Frans Theuws ouvre une série qui présente la région étudiée par la discussion du concept contemporain de pagus, et introduit les différentes organisations sociales au plan local et régional. Ce débat se réfère à de récents commentaires sur les identités. Janneke Zuyderwyk et Jan Besteman présentent ensuite le trésor de Roermond – 1134 monnaies et 26 objets d’argent, principalement des ornements de ceintures – en insistant sur ces derniers, inédits.

Cees van Rooijen aborde le développement d’Utrecht au Moyen Âge, opposant les différentes théories quant à la localisation des activités commerciales et religieuses. Antoinette Huijbers présente les places centrales qui ont été établies successivement au confluent de la Meuse, du Demer et de l’Escaut, elle évoque leurs activités commerciales et artisanales et les liens avec les campagnes environnantes. Le dernier article sous la plume de Arno Verhoeven porte sur l’archéologie des trous de poteau et cherche à comprendre la raison des assemblages et pourquoi certains remplissages sont plus riches que d’autres en termes de mobilier.

Jean-Michel Mouton (dir.) avec la collaboration de Jean-Olivier Guilhot, Claudine Piaton et Philippe Racinet, préface Jean Richard, Ṣadr, une forteresse de Saladin au Sinaï, mémoires de l’Académie des inscriptions et Belles Lettres, tome 43, Paris, 2010, 2 volumes, vol. 1 : textes 392 p., vol. 2 : planches 168 p., ISBN : 978-2-877542555, prix : 120 €

Alors que la côte est contrôlée par le roi de Jérusalem, la forteresse de Ṣadr (aujourd’hui Qal‘at al-indī), au cœur de la péninsule du Sinaï, est, entre Damas et Le Caire, tant pour les pèlerins de La Mecque que pour le commerce, une étape essentielle qui échappe aux dangers venus des Francs. Situé dans un environnement désertique, ce point d’eau présente un intérêt stratégique lié à ses flancs escarpés et à son altitude. L’édifice, construit dans le contexte des croisades par le célèbre souverain kurde Saladin (1171-1193), est un des rares exemples préservé de l’architecture musulmane des xiie-xiiie siècles. La brève durée d’occupation du site, le fait qu’elle ne soit jamais passée aux mains des croisés, en font un milieu clos particulièrement intéressant pour les archéologues qui ont pu étudier une forteresse ayyoubide sans être encombrés par des vestiges d’autres époques.

Jean-Michel Mouton a mené ses travaux dans le cadre de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire avec l’appui de l’université de Picardie, il a réuni autour de lui une équipe pluridisciplinaire comprenant notamment : Francis Bertaux, géomorphologue, Benoît Clavel, archéozoologue, Fanny Léraillé-Beckit (spécialiste du textile), Sandrine Mouny (céramologue), Maria Mossakowska-Gaubert (spécialiste du verre) et Abbès Zouache (spécialiste de l’armement).

Nicolas Poirier, Un espace rural à la loupe. Paysage, peuplement et territoires en Berry de la préhistoire à nos jours, Perspectives historiques, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2009, 232 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 978-2-86906-2352-8, prix : 30 €

Nicolas Poirier cherche à retracer, dans le temps long et à l’aide de toutes les sources disponibles, les étapes de la construction d’une microrégion du Berry, fenêtre de 50 km2 correspondant au territoire des trois communes actuelles de Charentonnay, Sancergues et Saint-Martin-des-Champs, proches de La Charité-sur-Loire. Utilisant un SIG, il met en œuvre une modélisation statistique et spatiale qui doit lui permettre la comparaison avec d’autres cas.

L’ouvrage s’organise en sept chapitres qui abordent tour à tour : le contexte de l’étude, les sources utilisées, le peuplement, les réseaux et les trames, les territoires, les dynamiques spatio-temporelles et enfin l’élargissement de l’échelle du microrégional au macrorégional. L’ouvrage, abondamment illustré de graphiques et tableaux, est complété d’une bibliographie et d’une liste de sources.

Revue archéologique de Picardie, n° 1-2, 2010, 222 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 32 €

Ce volume est consacré à cinq contributions. La première traite des traces d’occupation paléolithiques et mésolithiques dans le marais de Warluis dans l’Oise (T. Ducrocq), la seconde présente un site artisanal de La Tène finale et d’époque gallo-romaine à Ronchères dans l’Aisne (F. Malrain). Une étude de mobilier gallo-romain et une présentation des données archéologiques sur la ville de Saint-Quentin complètent cet ensemble qui s’achève sur l’étude de l’habitat médiéval de Fresnoy-le-Grand (Aisne) par T. Galmiche, G. Desplanque, A. Corsiez et G. Jouanin.

Revue archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, n° 41, année 2009 (2010), ISSN : 1140-7409, prix : 22 € (avec adhésion au Centre de recherches archéologiques du Vexin français)

Avec ce numéro, le Bulletin archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise devient Revue archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, il reste organisé en trois parties. La première intitulée « Études » comprend sept articles. M. Viré y présente la suite des recherches effectuées sur le château de La Roche-Guyon avec le château du bas. F. Gentili et I. Lafarge présentent le Vieux Château de Saint-Martin-du-Tertre (Val-d’Oise), un habitat seigneurial du xiie siècle. L’utilisation du plâtre sur ce site est développée ensuite par I. Lafarge. É. Cavanna montre l’intérêt d’une étude archéogéographique en amont d’opérations préventives pour les sites de Jouy-le-Moutier et Vauréal dans le Val-d’Oise. Les trois autres articles portent sur des périodes plus anciennes : Néolithique et La Tène moyenne, âges du fer et du bronze.

Sept notices de site qui constituent l’actualité archéologique sont rassemblées dans la seconde partie. La dernière partie est consacrée à des informations pratiques sur la vie de l’association.

Société d’histoire et d’archéologie de Beaucaire (éd.), Beaucaire. Carrefour de l’histoire, préface de Daniel Roche, Toulouse, Éditions Privat, 2010, 566 p., illustrations couleur dans le texte, ISBN : 998-2-7089-6911-7, prix : 24,50 €

Bien connue par ses foires, Beaucaire possède un impressionnant patrimoine intellectuel et architectural. Le colloque dont le présent ouvrage regroupe les contributions couvre l’histoire de la ville depuis l’âge du fer jusqu’à l’époque contemporaine ; une préface de Daniel Roche consacrée au rôle de la Société d’histoire et d’archéologie dans le renouveau de cette histoire introduit de très nombreux articles illustrés de photos et de plans en couleur.

L’ouvrage s’ouvre sur les industries et infrastructures de la ville : les ateliers de potiers médiévaux du collège Eugène-Vigne sont présentés par Rémy Carme, puis Yves Gasco évoque la robine de Beaucaire destinée à protéger, en Terre d’Argence, les terroirs des eaux pluviales. Olivier Ginouvez propose quelques observations sur le site médiéval troglodytique de Saint-Roman de l’Aiguille situé sur la rive droite du Rhône, à quatre kilomètres en amont de Beaucaire, et Victor Lassalle évoque le souvenir de la Vierge romane de Beaucaire à l’église Saint-Paul de Nîmes.

Dans la partie suivante consacrée à la forteresse royale, Chantal Maigret retrace la vie quotidienne au château de Beaucaire vers 1300 à partir des sources écrites tandis que Maurice Contestin et André Michelozzi interrogent les plans et l’architecture pour tenter de déterminer si la chapelle du château est une construction comtale ou royale.

La troisième partie aborde la mort et les nécropoles. Coralie Demangeot y présente une nécropole à incinération du second âge du fer découverte dans la cour du collège Eugène-Vigne tandis que Michel Reboul aborde l’évolution d’une nécropole méridionale depuis l’Ancien Régime jusqu’au xxe siècle.

La société beaucairoise est évoquée dans la partie suivante par Marie-Rose Bonnet qui interroge à ce sujet le compoix de 1390 ; Jérôme de Roys présente les familles de Beaucaire au moment des Réformes (1560-1598) et Raymond Huard les affrontements politiques dans la ville de février 1848 au printemps 1850.

La naissance, l’apogée et le déclin de la foire entre le xve et le xixe siècle sont présentés par Maurice Contestin qui y évoque aussi le commerce du bétail sous l’Ancien Régime, tandis que Jean-Marie Mercier aborde le commerce des idées au xviiie siècle et Catherine Chaize une saisie de livres, à la foire, en juillet 1766. Les relations entre la foire de Beaucaire et l’Orient sont abordées par Thierry Zarcone.

En guise de conclusion, Jean Roche revient sur la Société d’histoire et d’archéologie de Beaucaire et sur le rôle qu’elle a joué durant 50 ans au service du patrimoine. Le volume est complété par un sommaire et par l’index des revues de la Société.

Territorio, Sociedad y Poder, Revista de Estudios Medievales, n° 4, 2009, ISSN 1886-1121, 270 p., prix : non communiqué

Ce numéro réunit onze articles, un compte rendu d’ouvrage et une rubrique nécrologique. Les articles abordent successivement : l’apport des SIG à la lecture critique des sources archéologiques à propos des « castros » de la vallée de la Trubia (Jesús Fernández Fernández) ; l’examen diachronique du micro-espace de l’actuel secteur d’El Cristo (ouest d’Oviedo) entre l’Antiquité et le Moyen Âge (María Belén San Pedro Veledo) ; les abbés, évêques et les structures sociales (Francisco Javier Fernández Conde et Jesús Fernández Fernández) ; le château du mont Subiedes et le contrôle de la région de Liébana au haut Moyen Âge (Javier Marcos Martínez et Lino Mantecón Callejo) ; quelques considérations sur Hildegarde de Bingen (Isabel Torrente Fernández) ; la frontière aragonaise au xie et xiie siècle (Philippe Sénac) ; des stèles funéraires médiévales de la région d’Ávila (Jesús Antonio González Calle, Ángel Luis Mayoral Castillo, María Luisa Savirón Cuartango) ; la codicologie altomédiévale espagnole : don Manuel et le Codex Ovetense (Carlos Benjamín Pereira Mira) ; les Annales Castellani Antiquiores et les Annales Castellani Recentiores (José Carlos Martín) ; le patronage nobiliaire de la vie communautaire : les dominicains de l’Esprit saint à Tolède (Eugenio Serrano Rodríguez) ; le répertoire bibliographique 2008 en Asturie (Carlos Benjamín Pereira Mira) complète ces travaux.

Jean-Marie Yante et Anne-Marie Bultot-Verleysen (éd.), Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (ive-xiiie siècles), (Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003), Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Publications de l’Institut d’études médiévales, – Textes, Études, Congrès, vol. 25 –, 2010, 543 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-9600769-3-6, prix : 60 €

Organisé à Louvain-la-Neuve à l’occasion de l’accession à l’éméritat de René Noël, professeur d’histoire médiévale aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur ainsi qu’à l’université catholique de Louvain, ce colloque a réuni autour de cette thématique une vingtaine d’enseignants et de chercheurs belges, français, anglais et luxembourgeois.

Après avoir rendu hommage à René Noël, la première partie, au cours de laquelle intervenaient trois historiens, un archéologue et un anthropologue, est consacrée à « L’émergence du “village”. Mots, concepts, modèles » avec des contributions de René Noël, Robert Deliège, Jean Chapelot, Chris Wickam et Étienne Renard). La seconde circonscrit le sujet chronologiquement, ive-xiiie siècle – de propos délibéré, elle l’inscrit dans la longue durée et évacue de la sorte tout a priori quant aux premières manifestations du phénomène villageois –, et géographiquement, abordant les régions entre Seine et Rhin, du fait de leur relative homogénéité. Quatorze interventions s’y répartissent en trois sections : Héritages, mutations, innovations (notamment apport de la palynologie à la reconstitution des paysages, destin du réseau routier antique et habitat rural à différentes époques [Ann Defgnée, Raphaël Vanmechelen, Marie-Hélène Corbiau, Jean-Marie Yante, Paul Van Ossel, Laurent Verslype, Édith Peytremann]) ; Éléments structurants (ancrage ecclésial [Michel Lauwers, Michel Polfer, Philippe Mignot], pratiques agricoles communautaires, rôle du château, conscience villageoise [Erik Thoen, Thijs Lambrecht, Michel de Waha, Jean-Marie Cauchies]) ; Villages et finages aux xiie et xiiie siècles (question des « communaux », villages et espace rural dans la vallée de la Basse-Sambre, insertion de la toponymie médiévale dans une dynamique de longue durée [Jean-François Nieus, Anne Dupont, Jean-Marie Yante, Blandine Vue]). Enfin Robert Fossier tire les conclusions de cette rencontre.

L’ouvrage est complété par un index des noms de lieux.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals