Navegación – Mapa del sitio
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain

Introduction à la rubrique

Danièle Alexandre-Bidon
p. 182

Texto completo

1La coordination de cette partie de la chronique des fouilles médiévales en France a été assurée par Danièle Alexandre-Bidon.

2Si le nombre des sites référencés est en légère baisse, avec soixante-quinze notices, leur intérêt ne faiblit pas. Les prospections et les projets collectifs ne trouvent pas à se développer, et l’archéologie du bâti, représentée par cinq sites, paraît en nette régression, ainsi que la fouille programmée, qui hélas n’a plus vocation à progresser, avec six sites concernés seulement. Le paysage archéologique est désormais fait d’opérations préventives et de diagnostics, voire de simples surveillances de travaux, les premières l’emportant de peu (38,5 % des cas) sur les secondes (36 %). Les milieux envisagés constituent une représentation déséquilibrée de la société médiévale, avec deux fois plus de sites concernant le monde rural, même périurbain, que la vie urbaine, bourgs et villes confondus. En revanche, les périodes recouvertes par la fouille sont équilibrées, avec presque autant de sites antérieurs au xie siècle que de sites postérieurs, parfois de beaucoup puisque les occupations modernes sont désormais également prises en compte.

3La palette élargie des fouilles permet d’aborder maints sujets relatifs à l’organisation de l’habitat et à l’économie domestique. Sur le premier point, on observe des exemples classiques de réoccupation d’édifices antiques (Barzan) et de récupération des matériaux des constructions au Bas-Empire pour élever des enceintes urbaines (Bourges), une construction semi-rupestre (Lamanon) et des souterrains aménagés (Nanteuil-en-Vallée, Varennes). Les éléments de confort sont multiples, qu’il s’agisse des foyers (cheminée sarrasine possible à Saint-Martin-du-Mont), des latrines, d’une étuve (Nantes) ou d’une citerne pour la distribution d’eau aux riverains, incluse dans une enceinte urbaine (Laval), un élément constitutif de la ville qui fait l’objet d’une prospection systématique à Fontenoy-le-Château. Les éléments de décoration, en milieu urbain, sont diversifiés : moellons sculptés de Burlats, gypserie de Marignane, motifs végétaux peints de Metz. Enfin, la fouille a abordé des lieux moins habituels, à mi-chemin entre mode de vie laïque et mode de vie religieux, avec le béguinage de Douai.

4L’habitat rural associe au lieu de vie fours domestiques, four à pain (Château-Thierry), greniers, appentis, quantité de silos, dont l’un présente un intéressant système d’obturation (Saint-Christophe), mais aussi les étangs (Montady), les activités artisanales implantées le long des rivières (moulin sans doute à tan, avec des cuves à plain, le long de l’Yévrette, en périphérie de Bourges) et, un peu partout, la voirie. L’économie rurale, outre les traces d’élevage, est informée grâce aux fosses d’extraction de sable ou d’argile (Chartres, Combronde, Château-Thierry) et aux fours à chaux (Saint-Martin), sans compter des aménagements énigmatiques sous forme de tonneaux sans fond scellés par des dépôts riches en plomb et en zinc (Hiers-Brouage). L’habitat civil urbain livre la combinaison habituelle de caves, silos, dépotoirs, latrines et puits. La fouille a parfois procuré des traces d’artisanat (menuiserie et cordonnerie à Vic-sur-Seille), ainsi que d’intéressants témoignages sur l’économie marchande, avec une halle (Lagny-sur-Marne), en relation avec les foires de Champagne, et peut-être une autre (Laval), dont il ne reste plus qu’un sol en mortier de chaux.

5Des informations sur l’alimentation (dépôts de coquillages d’Ars-en-Ré) et la boisson (fosses de plantation de vignoble à Chartres), sur le mobilier domestique (récipient en pierre ollaire de Châtenois-les-Forges) de base ou plus sophistiqué, ont été récoltées. Des lots importants d’objets, par exemple des éléments de tabletterie à Hiers-Brouage, ou des dizaines de pots, pichets, tasses polylobées et verres, comme à Metz, sont venus enrichir les collections de référence. Les artisanats sont également très présents, mais souvent de manière allusive, par leurs rejets qui manifestent leur situation de proximité vis-à-vis des habitats : métallurgie à Allones, Chartres, Hiers-Brouage, Châtenois-les-Forges, céramique à Orléans et Saran, artisanat du cuir à Hiers-Brouage et Vic-sur-Seille (cordonnerie).

6Non seulement la présence animalière et le logement animal apparaissent au même titre que l’habitat humain dans les fouilles, mais, opportunément, ils sont cette année d’un particulier intérêt : outre les mares, les enclos à bestiaux et les vestiges ostéologiques témoignant d’un élevage qui, parfois, est surtout ovin (Chartres, Petit Archevilliers), on observe deux sites présentant une étable (Lamanon), dont l’une dotée de stalles (Château-Thierry, la Moiserie), et même une sépulture de cheval datée du xive siècle (Barzan).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Danièle Alexandre-Bidon, « Introduction à la rubrique », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 182.

Referencia electrónica

Danièle Alexandre-Bidon, « Introduction à la rubrique », Archéologie médiévale [En línea], 41 | 2011, Publicado el 18 junio 2018, consultado el 28 febrero 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11483

Inicio de página

Autor

Danièle Alexandre-Bidon

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Archéologie Médiévale

Inicio de página
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals