Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Bourges (Cher). ZAC Avaricum

Responsable d’opération : Jacques Troadec
Notice rédigée avec Mélanie Fondrillon et Emmanuel Marot
p. 185-186

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Une deuxième campagne de fouilles préventives s’est déroulée sur un quartier artisanal de la ville médiévale (Archéologie médiévale, 40, 2010, p. 179-180). Les occupations antique et alto-médiévale n’ont pu être sondées que partiellement avec pour objectif d’établir un plan des vestiges du Haut-Empire. Dans cette perspective, une campagne de prospections géophysiques a été menée sur près de la moitié de la surface accessible (4 000 m²).

2En dépit de la découverte de quelques éléments mobiliers protohistoriques, toujours en position secondaire dans les niveaux postérieurs, aucune trace d’occupation gauloise in situ n’a été mise au jour dans les sondages profonds opérés au nord et à l’ouest des terrains fouillés. Les premiers aménagements, datés du milieu du ier s., sont réalisés sur le toit des argiles grises à passées tourbeuses, qui forment le substrat marécageux en ce point de la ville. Ces vestiges sont matérialisés par des apports de matériaux de construction, assurant un socle stable et sain pour les constructions antiques. Les découvertes peuvent être rattachées à un quartier résidentiel du Haut-Empire, relativement aisé si l’on en juge aux décors peints et aux nombreux indices balnéaires découverts. Les prospections géophysiques et les observations archéologiques montrent que cette zone bâtie ne s’étend pas au-delà de la limite nord des fouilles et permettent de voir ici l’étendue maximale de la ville ouverte, à son apogée dans le courant des iie et iiie s.

3Le quartier est occupé sous cette forme probablement jusqu’au début du ive s. Il sert ensuite de carrière de matériaux pour l’édification de l’enceinte du Bas-Empire à proximité, alors qu’une première séquence de terres noires s’est formée sur les vestiges du Haut-Empire. Entre le ve et le ixe s., le site est partiellement envahi par une première phase d’inhumations, visiblement contraintes par un petit bâtiment sur poteaux (avec foyer ?) qui garde la mémoire des vestiges antiques sous-jacents. Une seconde phase a connu au même endroit des orientations différentes. L’occupation funéraire, dont la durée d’utilisation semble limitée, est suivie d’une phase de mise en culture, au moins sur une partie du site.

4Le xiie s. marque un changement important dans l’usage des lieux et la structuration des vestiges. Un moulin, pour l’heure de destination inconnue (à tan ? à foulon ? à grains ?), est installé dans le cours de l’Yévrette, petite rivière probablement canalisée à la toute fin du haut Moyen Âge, si l’on se réfère à une mention du début du xie s. Le moulin et la rivière polarisent un habitat civil organisé en petites parcelles laniérées et orientées sur le cours d’eau. Au nord des maisons, se situent les jardins et les structures de rejets domestiques. La présence de batteries de cuves à plain, de part et d’autre de la berge de l’Yévrette, ainsi que la découverte de nombreux déchets et outils en lien avec l’artisanat du cuir impliquent une importante activité de tannerie et de cordonnerie sur place.

5À partir de la fin du xiiie s. ou au début du xive s., le moulin est abandonné et les structures de tannerie deviennent rares et beaucoup plus dispersées au sein de l’habitat médiéval tandis que celui-ci se densifie et gagne sur les terrains au nord. Il s’organise alors en deux lotissements séparés par une rue et une grande place. Un incendie détruit l’ensemble du quartier dans la seconde moitié du xive s. Le plan des maisons et la présence de quelques objets ou structures particulières, figés par la destruction violente, montrent que la plupart des bâtiments sont à la fois des lieux d’habitation, de commerce et de production ; l’artisanat polluant n’est plus attesté comme auparavant (tannerie, boucherie) mais il est remplacé par un artisanat plus ténu, plus difficile à mettre en évidence et pour partie opéré en contexte domestique (atelier, travail de cardage ?). L’abandon du moulin et son probable déplacement sur l’Yévrette modifient donc la fonction du quartier et a fortiori la structure de l’habitat.

6Après l’incendie, seul le lotissement oriental est reconstruit à l’identique, sans empiéter sur la voirie. À l’ouest, certaines parcelles sont réunies et dévolues à des jardins ou des cours, alors que celles jouxtant l’Yévrette voient l’installation d’une grande maison plus solidement bâtie : sa cour donnant sur le cours d’eau comporte alors plusieurs fosses ou cuves, dont au moins une qui peut être identifiée comme un plain. L’activité de tannerie ou de teinturerie réinvestit les berges de l’Yévrette, et le quartier conserve sa physionomie jusqu’au milieu du xxe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Fondrillon et Emmanuel Marot, « Bourges (Cher). ZAC Avaricum », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 185-186.

Référence électronique

Jacques Troadec, Mélanie Fondrillon et Emmanuel Marot, « Bourges (Cher). ZAC Avaricum » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11559

Haut de page

Auteurs

Mélanie Fondrillon

Articles du même auteur

Emmanuel Marot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacques Troadec

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals