Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Castello-di-Rostino (Haute-Corse). Macinelle

Responsable d’opération : Émilie Tomas
p. 187-188

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1L’habitat médiéval d’Acqua Fredda, à 313 m d’altitude, se situe à l’extrémité d’un éperon où l’affleurement rocheux constitue la totalité de la superficie du relief. La fouille, limitée à 15 m², avait pour objectif de déterminer la fonction et la durée d’occupation des hameaux édifiés à proximité du château de Rostino.

2L’absence de cet établissement dans les registres de taille des xve et xvie s. laissait supposer que son occupation était antérieure à 1454. Les vestiges archéologiques se composent d’un seul corps de bâtiment d’une superficie de 109 m². La technique de construction est très soignée ; les moellons, dont certains sont équarris, sont liés de terre argileuse. Les constructeurs se sont adaptés à la morphologie accidentée du substrat, comme en témoigne le mur NO, qui présente une importante variation de hauteur entre l’élévation interne et externe. Au même endroit, le parement interne est visible sur environ 1,85 m alors que le parement externe atteint jusqu’à 3,20 m.

3L’absence d’aménagement pose plusieurs questions : l’accès au bâtiment, les fenêtres et la disposition interne. Il apparaît que l’accès au bâtiment ne se faisait pas de plain-pied. Une échelle en bois pouvait être utilisée pour accéder à l’étage. Ce dernier devait être commun aux deux pièces puisque le mur de refend, conservé sur une élévation oscillant entre 1,20 et 2,15 m, n’est pas percé. Par ailleurs, aucun dispositif n’éclaire le système des ouvertures. La découverte de lauzes démontre l’emploi de ce matériau pour le couvrement du bâtiment. Aucun élément ne permet d’expliquer les circonstances de l’abandon du site.

4La céramique, de production locale, est essentiellement composée de fragments de plats (testu) associés à de la céramique commune importée provenant des ateliers italiens (acroma depurata). L’analyse chronotypologique des céramiques permet de suggérer une occupation du bâtiment aux xiiie-xive s. La fréquentation du site au cours de la première moitié du xve s. est attestée par les résultats de la datation 14C de charbons de bois et par la découverte de céramique importée provenant des ateliers de Toscane.

Castello-di-Rostino, Macinelle, plan topographique de l’habitat d’Acqua Fredda.

Castello-di-Rostino, Macinelle, plan topographique de l’habitat d’Acqua Fredda.

Relevé topographique B. Fabry, DAO E. Tomas

Haut de page

Table des illustrations

Titre Castello-di-Rostino, Macinelle, plan topographique de l’habitat d’Acqua Fredda.
Crédits Relevé topographique B. Fabry, DAO E. Tomas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Tomas, « Castello-di-Rostino (Haute-Corse). Macinelle », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 187-188.

Référence électronique

Émilie Tomas, « Castello-di-Rostino (Haute-Corse). Macinelle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11579

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Tomas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals