Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Combronde (Puy-de-Dôme). ZAC de l’Aize

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 192-193

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La fouille a mis en évidence une occupation rurale du bas Moyen Âge (xiiie-xive s.) ainsi qu’une nécropole sans doute associée à une église, occupée au moins entre le xe et le xive s. et située à proximité du site, au lieu-dit la Madeleine.

2Le site se trouve à la frontière entre la plaine de la Limagne et les premiers massifs des Combrailles, environ 1,5 km au nord du village de Combronde et à 26 km au NO de Clermont-Ferrand, sur le tracé de l’axe de circulation reliant Clermont à Bourges. Les vestiges archéologiques se concentrent sur une surface d’environ 2 000 m2, en bordure d’un ancien chemin vicinal qui a conservé le tracé d’un axe de circulation reliant Combronde à Montcel, via l’église de la Madeleine. Les structures archéologiques se répartissent en deux phases principales d’occupation.

3Le premier état est caractérisé par un ensemble de structures en creux, délimité à l’est par un fossé parallèle au chemin, long d’environ 30 m et interprété comme une petite tranchée palissadée par un clayonnage, qui a également pu faire office de fossé de drainage. À l’ouest de cette tranchée, le terrain naturel argileux est recoupé par un ensemble de fosses de plan irrégulier et polylobées. Il pourrait s’agir de fosses d’extraction d’argile, destinée à la confection de poteries ou de terres cuites architecturales (activité artisanale qui a prévalu à Combronde jusqu’au début du xxe s.). Au NO du réseau de fosses, une autre structure en creux présente un plan rectangulaire à angles arrondis d’une surface totale d’environ 16 m2, dont le côté ouest est barré par un muret en pierres sèches et dont la paroi nord est percée par un étroit creusement en goulot, large d’environ 60 cm. L’ensemble évoque le plan de certains fonds de cabane excavés, bien qu’aucun indice d’occupation ne permette de s’assurer qu’il s’agit bien d’un espace d’habitation ou de travail.

4Les structures en creux du premier état sont comblées par des niveaux argilo-limoneux contenant un mobilier céramique daté entre le xiiie et le xive s. Parmi un ensemble essentiellement composé de fragments de céramiques communes à pâte mi-fine, surtout destinées à la cuisson (marmites), on distingue un lot relativement important de vaisselle à pâte fine kaolinitique de type « très décoré », dont certaines pièces évoquent des productions bourbonnaises.

5Les structures du second état d’occupation s’implantent en partie sur les niveaux de comblement des structures en creux du premier état. Il s’agit essentiellement d’un groupe de bâtiments construits en terre sur solins de pierre. On décompte au moins trois bâtiments, dont le mieux conservé présente deux phases d’occupation distinctes. Dans celui-ci, un premier état est caractérisé par un foyer subcirculaire dallé, au sud duquel se développe une zone d’épandage charbonneuse, concentrant un assemblage important de macrorestes végétaux ainsi que des vestiges mobiliers suggérant une activité domestique (fusaïoles, couteau, cruches, marmites). À cette première unité d’occupation succède un bâtiment de plan rectangulaire (environ 48 m2) bâti sur solins de pierre et jouxté au nord par une pièce semi-excavée dont seule la paroi ouest est construite en dur (appentis ?). Un second bâtiment, au NE, présente des dimensions nettement plus importantes (au moins 115 m2) pour un plan composé d’au moins trois pièces. Deux foyers successifs sont aménagés à l’angle NE du bâtiment, contre son mur nord. D’autres tronçons de murs indiquent que des bâtiments se développaient également sur la partie SE du site.

6Le second état d’occupation du site est également caractérisé par un ensemble de structures drainantes, dont la plupart sont organisées en un même réseau au plan régulier et convergeant vers les points bas du site. Il s’agit de canalisations étroites (30 cm maximum) formées par des moellons allongés disposés dans des tranchées en U creusées dans l’encaissement. La présence de cet important réseau de drainage indique la nécessité d’évacuer les eaux pluviales dans un terrain argileux imperméable et peut-être les eaux usées provenant des structures d’occupation (stabulation ?). Ce second niveau d’occupation est scellé par un ensemble de niveaux d’abandon contenant un mobilier céramique semblable à celui recueilli dans les structures de l’état 1. La séquence d’occupation du site, depuis sa création ex nihilo jusqu’à son abandon définitif, semble donc assez courte, autour des xiiie-xive s.

7L’interprétation du site reste assez délicate, en l’absence de données textuelles nous renseignant sur son statut. Si la fonction domestique paraît avérée dans certains espaces d’habitation du second état, une vocation exclusivement agricole semble devoir être exclue, étant donnée l’absence de structures de stockage et la faible quantité de macrorestes végétaux identifiés sur le site. Celui-ci a toutefois pu recevoir des structures dédiées à la stabulation et à une activité artisanale, même opportuniste (extraction de l’argile, tissage). La courte existence du site de la ZAC de l’Aize doit sans doute être mise en relation avec la présence de l’église de la Madeleine située environ 200 m au nord, qui semble avoir été un pôle religieux relativement important par sa position intercalaire entre les fiefs de Combronde et Montcel. La présence d’un chemin reliant cette église au village, probablement depuis le Moyen Âge, et longeant le site à l’est, indique que le site de la ZAC de l’Aize pourrait correspondre à un établissement rural précaire, lié au développement de cet axe de circulation et à une fréquentation accrue du site de la Madeleine au bas Moyen Âge.

Combronde, ZAC de l’Aize, plan général des structures mises au jour.

Combronde, ZAC de l’Aize, plan général des structures mises au jour.

I. Rougier, M. Dupuis / Hadès

Haut de page

Table des illustrations

Titre Combronde, ZAC de l’Aize, plan général des structures mises au jour.
Crédits I. Rougier, M. Dupuis / Hadès
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11651/img-1.jpg
Fichier image/, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Combronde (Puy-de-Dôme). ZAC de l’Aize », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 192-193.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Combronde (Puy-de-Dôme). ZAC de l’Aize » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11651

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals