Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Hiers-Brouage (Charente-Maritime). Jardin de la maison Champlain

Responsable d’opération : Alain Champagne
Notice rédigée avec Guillaume Demeure
p. 197-198

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le repérage de deux nouvelles tranchées de fondation et l’observation du niveau de pose de plusieurs murs devraient permettre de préciser le phasage du site. La fouille des seuils de la grande cour indique l’existence d’un grand espace maçonné ouvert vers le nord et l’ouest dès les phases anciennes.

2Au sud, la fouille d’une probable mare, creusée dans des sables et le bri, a pu être menée à son terme. Cet espace est circonscrit par des parois planchéiées. Sa dimension d’origine est inconnue, puisqu’elle se poursuit sous l’actuel musée Champlain. Quelques aménagements ont été repérés (trou de poteau, fondation de pile), toujours situés au même endroit, laissant supposer leur permanence. Par ailleurs, un muret de galets est aussi construit pour stabiliser les remblais autour de cette zone humide. Mal fondé, ce mur verse assez rapidement dans la mare qu’il est censé délimiter. Ces remblais pourraient avoir accueilli les zones d’occupation, hors d’eau.

3Cette zone humide a probablement pour objectif de drainer le terrain au cœur d’un îlot en cours d’urbanisation, grâce à un drain en tuiles canal retrouvé précédemment. La morphologie de l’ensemble, sa localisation et son contexte chronologique permettent de le rapprocher des mares visibles sur le premier plan de Brouage connu, daté des années 1570.

4Cette zone humide a livré un mobilier très abondant et varié (céramique, métal, verre, os et matières périssables : cuirs, textiles, bois, vestiges carpologiques).

5Deux autres structures cuvelées ont été fouillées cette année. Elles sont installées dans une même fosse, inachevée. Les tonneaux, très mal conservés et sans fonds, étaient inutilisables pour des liquides puisqu’ils ne reposent pas sur les niveaux de bri imperméable. Par ailleurs, ils sont scellés par des dépôts blanchâtres indurés, dont l’analyse par fluorescence X réalisé au CEA par Florian Téreygeol a montré une forte concentration en métaux lourds (plomb, zinc…). La fonction de cet aménagement reste énigmatique.

6La partie nord du site correspond à une zone construite. Une succession de niveaux de sols – chaux ou galets – et de remblais de rehaussements témoigne de la permanence de l’occupation depuis les premières installations jusqu’à la mise en jardin du site. Ces sols sont parfois associés à des vestiges de cloisons, de foyers ou à des trous de poteau. En outre, des traces de canalisation en tuiles ont été repérées dans une des salles, témoignant des contraintes d’aménagement liées au contexte de marais. Enfin, la fouille d’un gros massif maçonné a été achevée. Il s’agit d’un ensemble complexe alliant murs à parement simple, probablement destinés à retenir des remblais, et plateforme maçonnée installée sur ces mêmes remblais. Le mobilier recueilli dans cette zone est moindre que dans la partie sud du site, exception faite de quelques couches dépotoirs riches en malacofaune.

7Les débuts de l’urbanisation à Brouage sont probablement datés de la seconde moitié du xvie et du début du xviie s. En outre, l’activité artisanale du secteur est confirmée avec, outre un atelier métallurgique et des ateliers de cordonnerie, un ensemble d’éléments de tabletterie (une soixantaine d’objets).

Hiers-Brouage, Jardin de la maison Champlain, éléments de tabletterie en os.

Hiers-Brouage, Jardin de la maison Champlain, éléments de tabletterie en os.

Cl. C. Guérin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hiers-Brouage, Jardin de la maison Champlain, éléments de tabletterie en os.
Crédits Cl. C. Guérin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Demeure, « Hiers-Brouage (Charente-Maritime). Jardin de la maison Champlain », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 197-198.

Référence électronique

Alain Champagne, Guillaume Demeure, « Hiers-Brouage (Charente-Maritime). Jardin de la maison Champlain » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11731

Haut de page

Auteur

Guillaume Demeure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Champagne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals