Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Laval (Mayenne). Place Hardy de Lévaré, rue C. Landelle

Responsable d’opération : Samuel Chollet
p. 200-201

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Intra muros, d’orientation SO-NE, longue de 230 m et d’une profondeur moyenne de 1,40 m, une tranchée d’aménagement de canalisation a fait l’objet d’un relevé en coupe et d’une couverture photographique complétés ponctuellement par des relevés en plan afin d’apprécier le potentiel archéologique du sous-sol du centre historique lavallois. Du SO au NE, on observe cinq secteurs distincts.

Place Hardy de Lévaré

2Devant la porte Beucheresse (xiiie s.), a pu être appréhendée l’emprise du fossé de ville. En revanche, à l’emplacement supposé de l’enceinte urbaine, aucun vestige n’a été observé. Ceci tend à confirmer la faible profondeur des fondations de cette dernière. Des niveaux de démolition datés du xive ou du début du xve s. témoignent de la construction d’un ouvrage avancé ceint par un fossé, dont seule la base talutée, constituée d’un appareil irrégulier en moellons de calcaire bleu lavallois, a été conservée. Probable boulevard d’artillerie, il est arasé au xviiie s. pour permettre l’aménagement de l’actuelle place Hardy de Lévaré. À la même époque ou au début du xixe s., une citerne de grande dimension est aménagée dans les douves de l’ouvrage avancé afin d’alimenter les habitations intra muros.

Rue C. Landelle (ancienne rue Trouvée)

3À l’intérieur de l’enceinte, le deuxième secteur a révélé principalement deux édifices. Parallèles au sondage, ils forment un front de rue faisant face au chevet de l’actuelle cathédrale de La Trinité ; seule une ruelle étroite, dénommée Trouvée à la fin de l’Ancien Régime, les sépare. D’ouest en est, le premier d’entre eux se compose d’un mur en moellons de calcaire bleu lavallois prolongé par une abside dont le diamètre n’a pu être observé en raison de l’étroitesse du sondage. Postérieurement à sa destruction, sans doute à l’époque moderne, le second bâtiment est construit. Il s’agit d’un niveau de cave doté de corbeaux destinés à soutenir un solivage de plancher. Si la datation de ces vestiges reste à déterminer, il est assuré qu’ils sont antérieurs au premier cadastre de la ville, levé en 1840.

Rue C. Landelle (ancien îlot urbain de la Douairie)

4À l’emplacement de l’ancien îlot urbain dominé en son centre par l’hôtel dit de la Douairie, plusieurs constructions ont été découvertes. Toutes figurent sur le cadastre précité. À l’inverse, l’existence au milieu de ce secteur d’un large fossé d’environ 12 m de large et d’orientation N-S est inédite. Malheureusement, l’absence presque totale de mobilier ne permet pas de préciser la chronologie absolue de cet ensemble.

Rue C. Landelle (anciennes halles)

5Plus à l’est, dans l’emprise des halles, plusieurs bâtiments successifs ont pu être étudiés. Une première phase voit l’élévation de deux édifices dont l’orientation et les modes de construction divergent nettement de ceux bâtis en lieu et place par la suite. Orientés SE-NO, ils se composent de murs de moellons de calcaire bleu lavallois au liant argileux brun. Leur destruction intervient à la charnière du xiiie et du xive s. L’ensemble est alors scellé par un sol en mortier de chaux qui pourrait correspondre à la construction des halles médiévales. Postérieurement, un vaste bâtiment est construit au sein même de ces dernières dont il reprend l’orientation E-O et avec lesquelles il est détruit au xixe s.

Place de la Trémoille

6Dépourvues de mobilier, les différentes couches de remblais sur lesquelles repose la place de la Trémoille n’ont pas permis d’éclairer les origines de l’unique place de la ville close sous l’Ancien Régime. Au sein de ce secteur, une fontaine est le seul élément à avoir été mis en évidence. Connue par les sources écrites et iconographiques, elle a été réalisée en 1741 aux frais du duc de la Trémoille, comte de Laval, et installée en limite est de la place. Auparavant, une fontaine était localisée au centre, installée dans une tour circulaire qui n’a pas pu être datée et pourrait lui être antérieure. Le système d’adduction d’eau a été observé en deux endroits. Il se compose d’un conduit maçonné d’orientation N-S, de 30 cm de section, dans lequel s’inscrit un tuyau de plomb.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Chollet, « Laval (Mayenne). Place Hardy de Lévaré, rue C. Landelle », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 200-201.

Référence électronique

Samuel Chollet, « Laval (Mayenne). Place Hardy de Lévaré, rue C. Landelle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11767

Haut de page

Auteur

Samuel Chollet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Samuel Chollet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals