Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Marcq-en-Ostrevent (Nord). Rue de Marquette

Responsable d’opération : Damien Censier
p. 203

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La fouille, localisée au creux du vallon du Riot des Glennes, petit cours d’eau se rattachant au réseau hydrographique de la vallée de la Sensée, a mis en évidence la présence de plus de 280 excavations ou niveaux dont la datation s’échelonne sans interruption du début du vie au début du ixe s. Les vestiges, caractéristiques de cette période, se composent d’une quarantaine de bâtiments semi-excavés, d’une ou deux constructions de plain-pied sur poteaux, de silos, de structures domestiques de combustion et de diverses fosses. Les traces d’un artisanat de faible envergure lié à la métallurgie, à l’écart de la zone d’occupation, se matérialisent par la présence de trois fosses de rejets contenant une proportion notable de scories et de cendres. Deux phases d’occupation ont pu être déterminées grâce à l’étude du mobilier céramique. Elles permettent d’observer la pérennité et la stabilité de l’installation.

2L’étude archéozoologique indique que l’essentiel des restes osseux proviennent de mammifères domestiques (bœufs, porcs, caprinés) dans des proportions assez équilibrées. La quasi-absence de faune sauvage est caractéristique des sites ruraux de cette époque. L’analyse de la microfaune permet d’appréhender l’environnement naturel du site. Elle indique un certain éloignement des zones cultivées et confirme la proximité d’une zone humide (Riot).

3Le petit mobilier est habituel aux sites ruraux de cette période. Il comporte divers objets métalliques (lames de couteau, fiches, pointe de flèche), des ustensiles pour le tissage (pesons en calcaire, fusaïoles, broches) ainsi que quelques accessoires pour la parure et le vêtement (fibules, épingle en bronze, fragments de plaques de ceinture). S’ajoutent à cela de rares fragments de vaisselle en verre et quelques fragments de peigne en os. On note la présence exceptionnelle d’un tremissis d’origine wisigothe ainsi que d’une bague sigillaire en alliage cuivreux de belle facture. Enfin, dans un bâtiment semi-excavé, a été découverte une meule-polissoir datée du Néolithique et réemployée au cours de la période mérovingienne comme pierre à aiguiser.

4L’ensemble de ces éléments amène à considérer cette occupation comme une installation de taille réduite dont la principale activité semble être la mise en valeur et l’exploitation du territoire agricole. La présence d’un mobilier de qualité (tremissis, bague sigillaire) pourrait être le fait de la présence d’une famille d’un certain rang social, hypothèse que seule la mise au jour de la nécropole associée à cette occupation pourrait confirmer. L’implantation d’une communauté humaine sur ce territoire est peut-être à mettre en relation avec la proximité des axes de transport et de commerce de toute première importance que sont la Sensée et l’Escaut. Les excédents de l’activité agricole trouveraient alors par cet axe de nombreux débouchés aussi bien en amont qu’en aval du fleuve.

5L’abandon du site au cours de la seconde moitié du ixe s. est matérialisé sur le terrain par la présence d’un niveau sombre colmatant la phase d’apparition des vestiges mérovingiens. Située dans la partie basse du vallon, cette strate est constituée d’un limon chargé de charbons de bois et de mobilier. Par sa nature et sa position stratigraphique, cette strate est peut-être à considérer comme un niveau de « terres noires ». Ce phénomène, issu d’une remise en culture de la zone, s’observe plus généralement dans des contextes urbains.

6Au cours de la période moderne, un parcellaire agricole ainsi qu’une série d’aménagements hydrauliques (puits, bassins, dérivations du Riot) marquent le sous-sol de la parcelle. Ces éléments sont associés à la fondation d’un mur d’enclos constitué de moellons de calcaire et de rares fragments de briques. Cet enclos, observé sur une superficie de 4 000 m², se développe à l’ouest de la parcelle en direction de l’église. De dimensions exceptionnelles, il est sans doute agrégé à un programme architectural ambitieux localisé au centre du village. Une surveillance archéologique de la zone (même lors de simples travaux de voiries) permettrait peut-être de confirmer la localisation sur cette parcelle de l’ancienne « maison forte » connue par des mentions d’archives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Censier, « Marcq-en-Ostrevent (Nord). Rue de Marquette », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 203.

Référence électronique

Damien Censier, « Marcq-en-Ostrevent (Nord). Rue de Marquette » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11803

Haut de page

Auteur

Damien Censier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Damien Censier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals