Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Metz (Moselle). 8/10, rue du Palais « Pharmacie de l’Aigle »

Responsable d’opération : Jean-Denis Laffite
Notice rédigée avec Ivan Ferraresso
p. 204-205

Entrées d’index

Année de l'opération:

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de rénovation de la pharmacie de l’Aigle, située au centre de la rue du Palais et à proximité sud du quartier de la cathédrale et de l’ancien palais épiscopal, a déterminé la prescription d’un diagnostic sur deux parcelles d’immeubles aux façades xviiie s. L’intervention archéologique a porté essentiellement sur le mur mitoyen (projet de percement) faisant la séparation entre les deux parcelles bâties, au rez-de-chaussée. Après décrépissage, on a pu relever la présence, à proximité de la façade sur rue, d’un arc de décharge intégré dans le mur et seulement conservé sur sa moitié (2 m de long et sur une hauteur de 2,6 m). Cette démolition est sans doute à mettre en relation avec l’élargissement de la rue et l’alignement des façades au xviiie s. L’arc segmentaire est constitué de claveaux calcaires en pierre de Jaumont, de teinte jaune, reposant sur un piédroit de même nature (1,6 m de haut). L’intrados est peint de lianes sinueuses et fines dessinées en ocre rouge foncé, et d’un feuillage vert foncé dont les feuilles en forme de goutte ont été peintes au pochoir. L’arc forme une niche d’une quinzaine de centimètres de profondeur qui a conservé un enduit en partie supérieure. Partiellement intact et non piqueté, le décor représente des bouquets associant des feuillages et fleurs de chardons vert foncé, de fleurs rouge ocre et bleu ciel. Ce type de décor végétal et floral, réalisé au pochoir, a déjà été observé à Metz dans l’habitat civil, sur un plafond peint du xve s. Les pierres taillées de l’arc ont pu être déposées et seront conservées au musée de Metz après étude. Dans la partie centrale du mur mitoyen, plusieurs états de conduits de cheminée et d’emplacements d’âtre, traduisant des modifications jusqu’au xixe s., ont été mis en évidence. Le plus ancien système de chauffage présente un grand foyer ouvert composé d’un contre-cœur appareillé (largeur 1,4 m) qui remploie des éléments de fenêtre à meneau en calcaire de Jaumont datés stylistiquement du Moyen Âge. Au-dessus, un large manteau détruit, de plan trapézoïdal (de style Renaissance ?), était supporté par deux consoles aux extrémités (largeur 2,5 m). En ce qui concerne les deux bâtiments, seul un relevé topographique des rez-de-chaussée et d’une des caves profondes a pu être réalisé, ainsi que l’observation de six poutres en sapin, aux angles profilés, qui appartiennent à un plancher à solives supportant le premier étage d’un des bâtiments, probablement du xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivan Ferraresso, « Metz (Moselle). 8/10, rue du Palais « Pharmacie de l’Aigle » »Archéologie médiévale, 41 | 2011, 204-205.

Référence électronique

Jean-Denis Laffite, Ivan Ferraresso, « Metz (Moselle). 8/10, rue du Palais « Pharmacie de l’Aigle » » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11823

Haut de page

Auteur

Ivan Ferraresso

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Denis Laffite

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals