Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Montmorency (Val-d’Oise). Vieux Château

Responsable d’opération : Isabelle Caillot
p. 205-206

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1À 17 km au nord de Paris, installée à l’extrémité orientale d’une butte reposant sur les sables de Fontainebleau et bordée au nord par la forêt éponyme, Montmorency domine une large vallée. La fouille préventive du « Vieux Château » a permis d’appréhender l’organisation d’un quartier d’habitation aux xiiie-xive s. L’occupation médiévale est matérialisée par quatre unités d’habitation inscrites parallèlement aux deux rues bordant la parcelle. Le bâti, localisé en contrebas de la plateforme castrale dont il ne reste aucun vestige, s’organise donc autour de l’empreinte topographique laissée par le château.

2L’occupation la mieux documentée est localisée au SO : un bâtiment (D) est composé d’un mur orienté N-S (de plus d’1 m d’épaisseur), d’un départ d’angle et de la tranchée de récupération du mur E-O. Des latrines viennent se greffer sur le mur pignon oriental. À l’arrière et au nord de cette unité d’habitation, on trouve une cour délimitée par des murets et occupée par des fosses et un puits. L’ensemble est construit parallèlement à la rue et plus ou moins dans l’alignement du bâtiment C.

3Les latrines, comme le bâtiment associé, ont été démolies au cours du xive s. Sous les niveaux de démolition et d’incendie, a été découvert un lot très important de céramiques et de verres disposés à plat. De nombreux pots ont été retrouvés entiers et le sédiment les remplissant a été prélevé de façon distincte. Ce lot homogène, à la facture très proche des productions de la vallée de l’Ysieux, est daté de la première moitié du xive s. Accompagnant ce vaisselier (composés de 60 coquemars, 10 oules, 54 pichets, 7 cruches, 6 tasses polylobées, 5 jattes, 1 poellon, 32 coupes et verres, une lame de couteau…), 5 clefs, une serrure, du verre à vitre grugé, 7 urinaux, un peigne en ivoire et des lames de forces ont également été mis au jour. Le contexte historique de la fin du xive s. (attaques anglaises, raids des Jacques sur Montmorency en 1356 et 1358 puis nouvelle attaque des Anglais en 1391) pourrait expliquer ce rejet important d’objets précédant directement l’abandon et la démolition du bâtiment (fin xive s.). Cet abandon soudain avant destruction totale du bâti pourrait évoquer une fuite, le mobilier ne pouvant être emporté ayant été déposé dans les latrines avant le départ des occupants (clefs, etc.).

4Les niveaux antérieurs correspondent à l’utilisation des latrines en lieux d’aisance et dépotoir, avec une alternance de couches de rejets et d’assainissement (sable ou chaux). La céramique et le verre indiquent une utilisation depuis la fin du xiiie s., datation confirmée par une monnaie (denier parisis émis en 1250-1270 ou 1315-1316) mise au jour dans les premiers niveaux de comblement. L’étude de la faune a révélé une consommation composée à 75 % de caprinés, 20 % de bœuf et seulement 6 % de porc, pour ce qui est de la triade domestique. Une forte présence de restes d’oies est à noter (62 % pour 30 % de poule et 5 % de pigeon). Le tamisage a fourni des restes ichtyologiques ainsi que quelques graines.

5L’espace situé au nord du bâtiment D est délimité par des murs à l’ouest et au sud. Il semble correspondre à une cour, où un puits a été mis au jour. Sa maçonnerie circulaire est construite avec de petites pierres meulières mais également avec des fragments de plâtre sur clayonnage provenant d’une structure bâtie antérieure. Mesurant deux mètres de diamètre, le puits présente un comblement lent et de nombreux recreusements successifs. Le matériel est peu abondant, mais date l’abandon de la structure dans le courant du xive s.

6Les destructions importantes occasionnées lors de la guerre de Cent Ans et évoquées dans les textes se confirment. Il s’ensuit un hiatus, avant une reprise d’occupation au xvie s., sur les bâtiments A et B. Durant la période moderne, on observe un changement radical de l’organisation spatiale liée à l’évolution de la fonction des lieux en jardins d’agrément avec une mise en terrasse du site.

Montmorency, Vieux Château, plan des structures médiévales xiiie-xive s., recalé sur le cadastre napoléonien

Montmorency, Vieux Château, plan des structures médiévales xiiie-xive s., recalé sur le cadastre napoléonien
Haut de page

Table des illustrations

Titre Montmorency, Vieux Château, plan des structures médiévales xiiie-xive s., recalé sur le cadastre napoléonien
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Caillot, « Montmorency (Val-d’Oise). Vieux Château », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 205-206.

Référence électronique

Isabelle Caillot, « Montmorency (Val-d’Oise). Vieux Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11831

Haut de page

Auteur

Isabelle Caillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Caillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals