Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). L’Ormois

Responsable d’opération : Antoine Le Boulaire 
Notice rédigée avec Jocelyn Martineau
p. 206-207

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Outre la présence de deux fosses datées de la transition bronze final/Hallstatt, la première installation pérenne est matérialisée par un enclos des iie et ier s. avant notre ère d’une superficie de 2 500 m². La période antique se rencontre au travers de multiples sections de fossés, mais aucun habitat n’a été rencontré.

2Un ensemble de structures bâties, connu comme la « ferme » de l’Ormois, au nord, a aussi retenu notre attention. Ce site d’environ 1 600 m² est composé d’une cour intérieure autour de laquelle se développe un important corps de logis comprenant un bâtiment d’habitation à deux niveaux dont l’élément le plus remarquable est sa charpente qui conserve sa structure d’origine datée du xviie s. Deux bâtiments annexes en ruine sans toiture ni reste de charpente subsistent en retour d’aile face à un four à pain. Distant de 80 m de cet ensemble de bâtiments, un pigeonnier en ruine occupe la parcelle agricole située plus au sud. Les tranchées de diagnostic ouvertes aux abords de la « ferme » de l’Ormois ont montré la présence de structures excavées en partie attribuables à la période médiévale et sur lesquelles reposent les bâtiments actuels.

3La période médiévale a essentiellement été appréhendée aux abords du domaine bâti. Une série de structures excavées, dont la fonction n’a pu être mise en évidence, a été observée dans la cour ouest du logis, sans que cette occupation ne puisse toutefois être caractérisée. L’absence de stratigraphie à l’intérieur de la cour et la faible densité des structures médiévales aux abords des bâtiments existants ne plaident pas en faveur d’un habitat sous-jacent.

4Orienté N-S, le corps de logis principal présente un plan rectangulaire de 8,30 m de large et de 23,50 m de long hors tout, pour une hauteur totale de 11 m. Il s’agit d’une construction entièrement élevée en moellons de schiste local non assisés, liée au mortier de chaux et sable. Seuls les angles sont chaînés par de longues pierres disposées en besace. Les quatre murs ont la même épaisseur de 0,90 m. L’intérieur se structure horizontalement en trois niveaux de respectivement 3,20 m, 3 m et 4,80 m de haut. Deux murs de refend subdivisent verticalement les trois niveaux en trois salles rectangulaires de dimensions inégales.

5La grande salle centrale du rez-de-chaussée, de 7,80 m de long sur 6,50 m de large, sépare deux salles latérales de plus petites dimensions (5,80 m de long au nord et 6,60 m au sud). Une grande cheminée à consoles à triples ressauts chanfreinés, en granite, est aménagée au centre du pignon nord, au rez-de-chaussée. Les consoles, profondément ancrées dans le mur, forment des boutisses saillantes à l’extérieur. L’encorbellement porte un faux manteau en bois aménagé postérieurement. Même si sa datation est sujette à discussion (xve s. ?), il s’agit de la seule cheminée ancienne de tout le bâtiment. Toutes les autres cheminées sont des réfections xviiie, voire xixe, en faux marbre plaqué sur un encadrement de plâtre.

6Un escalier en bois rampe sur rampe a été placé entre la salle nord et la grande salle pour accéder au premier étage depuis le rez-de-chaussée, dans l’axe de la porte d’entrée principale côté cour. Cet escalier tardif remplace vraisemblablement un accès plus ancien aujourd’hui détruit. La montée au deuxième étage sous combles est rejetée dans l’angle NE du bâtiment. Il s’agit d’une volée droite en bois tardive qui semble remplacer un aménagement ancien. Elle coupe notamment une porte obturée visible sur le côté oriental du pignon nord. Cette porte ainsi que les harpes d’attentes visibles à chaque angle du mur attestent par ailleurs la présence d’une aile en retour projetée. L’ordonnance des deux façades enduites est classique et semble avoir été refaite tardivement. Cinq travées de fenêtres quadrangulaires avec encadrement en pierres de taille de tuffeau percent le mur à chaque niveau, éclairant ainsi toutes les salles à l’ouest comme à l’est.

7L’élément le plus remarquable du logis est sans aucun doute sa charpente datable du xviie s. (expertise : Alain Delaval). Celle-ci conserve toute sa structure d’origine, à l’exception des chevrons pour la plupart modifiés. Les six fermes à faux-entraits retroussés sont toutes numérotées de I à VI du sud vers le nord. Il s’agit d’une charpente à arbalétriers constitués de madriers engravés dans les murs gouttereaux et assemblés avec les poutres de plancher au-dessous du niveau de la sablière à l’intérieur de la maçonnerie. Mal triangulé au tiers supérieur de la ferme par un entrait retroussé soulagé par des aisseliers, ils sont assemblés en tête avec un poinçon court assemblé avec l’entrait retroussé, portant faîtage. Cette charpente est contreventée par un ensemble de faîtage/sous-faîtage soulagé par des liens avec les poinçons, et lié au faîtage par des décharges, potelets et croix de Saint-André. La croupe est constituée d’un demi-entrait assemblé avec l’entrait retroussé, goussets et coyers soulagés par un aisselier, embranchement unique à chaque coyer. Deux cours de panne sont portés par les arbalétriers et embrevés avec ceux-ci, et les pannes sont en outre supportées par un tasseau assemblé avec l’arbalétrier. Tous les assemblages sont à tenon et mortaise chevillés. Certaines pannes semblent avoir été réparées par remplacement de parties dégradées.

8Un four à pain est conservé au sud du logis, dans l’angle SE de la clôture. La structure en cul-de-four présente une façade plate côté logis (à l’ouest), de 3,70 m de large et une longueur totale de 3,50 m. La voûte interne, de 2,60 m de profondeur, 2 m de large et 0,60 m de haut, est entièrement appareillée en briques réfractaires posées de chant et noyées dans un mortier argileux. La structure externe est appareillée en moellons de schiste non assisés. Seule la bouche en arc brisé et inscrite à l’intérieur d’un encadrement de granite rectangulaire est constituée de deux blocs de granite dressés et posés de front. La sole du four est constituée de grandes dalles de granite.

9Un second petit four a été intégré a posteriori dans le massif englobant le grand four, au sud. Aujourd’hui totalement effondré, il ne se remarque plus que par quelques briques posées sur chant, vestiges de la voûte en cul-de-four juste adossée contre la structure principale. Cette chronologie relative entre les deux éléments de cuisson indique une durée d’utilisation relativement longue. Aucun élément de datation plus précis que l’époque moderne ne peut toutefois être donné en l’état actuel des recherches. La semelle de fondation du four est en effet installée dans le remblai de comblement du fossé médiéval sous-jacent. Ce deuxième petit four, postérieur, est lié à une semelle de fondation rectiligne orientée vers le SO d’environ 9 m de long.

10Le pigeonnier est situé à 80 m au SE du logis. Il s’agit d’une simple tour circulaire de 7 m de diamètre externe présentant des murs d’1,30 m d’épaisseur. L’élévation est encore conservée sur une portion importante vers le SE, tandis que le côté opposé au NO ne présente plus que quelques assises sur 1 m de haut. Une porte de 0,70 m de large était ouverte de ce côté, expliquant probablement l’effondrement de la tour sur ce point de faiblesse. La fonction de pigeonnier est attestée par la série d’orifices percés dans le parement interne.

11Si les premières observations amènent à dater ce complexe du xviie s., plusieurs éléments permettent d’envisager l’hypothèse d’une construction plus ancienne. On observe que le mur-pignon nord porte un conduit en brique, largement éventré de l’extérieur, dont la cheminée est constituée d’une hotte droite en blocage assise sur un chevêtre de poutres de bois, porté par deux jambages engagés dans le mur, à fort chanfrein et consoles à trois ressauts en quart de rond chanfreinés de chaque côté. Ce type de cheminée se rencontre fréquemment dans une tranche chronologique située entre le xiiie et le xve s., plutôt associé à une hotte en tronc de pyramide, mais l’hypothèse d’un remploi de la cheminée n’est pas à exclure.

Montoir-de-Bretagne, plan de la charpente et coupe longitudinale du logis de l’Ormois.

Montoir-de-Bretagne, plan de la charpente et coupe longitudinale du logis de l’Ormois.

Relevé et modélisation F. Mélec - INRAP Grand-Ouest

Haut de page

Table des illustrations

Titre Montoir-de-Bretagne, plan de la charpente et coupe longitudinale du logis de l’Ormois.
Crédits Relevé et modélisation F. Mélec - INRAP Grand-Ouest
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyn Martineau, « Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). L’Ormois », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 206-207.

Référence électronique

Antoine Le Boulaire , Jocelyn Martineau, « Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). L’Ormois » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11835

Haut de page

Responsable d’opération

Antoine Le Boulaire 

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals