Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Nantes (Loire-Atlantique). Manoir de la Touche – Musée Dobrée

Responsable d’opération : Marion Lahaye
Notice rédigée avec Sità Andre
p. 208

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Actuellement situé dans l’enceinte du musée Dobrée, le manoir de la Touche est implanté sur un plateau surplombant la Loire d’une trentaine de mètres. L’origine du manoir et de son domaine reste floue. Selon M. Dubuisson-Aubenay, il apparaît au xiiie s. au moment de son achat par l’évêque de Nantes Guillaume de Vern. L’édifice qui nous est parvenu ne semble avoir été construit qu’au xve s., durant l’épiscopat de Jean de Malestroit. Ce logis se composait d’une suite de pièces de type « salle-chambre-chambre » sur ses deux premiers niveaux tandis que le deuxième étage ne présentait qu’une ou deux pièces à l’est. Les éléments de confort tels que les cheminées ou les latrines y sont assez nombreux et placés préférentiellement dans les deux murs de refend du manoir, instaurant un système de conduits dans toute l’épaisseur du mur. Aujourd’hui très remanié, cet édifice est difficile à appréhender dans son ensemble.

2Des fouilles réalisées dans les sous-sols du manoir de la Touche ont permis d’en connaître davantage sur les éléments de confort. La salle de chauffe d’une étuve du xve s. a été mise au jour, formant avec les latrines un bloc sanitaire complet. Restent visibles les six départs d’arc voûtant cette salle de chauffe, formés de blocs de granite liés avec une argile brun clair (fig.). Le mobilier retrouvé (céramique, verre, métal et faune) ne permet pas de dater plus précisément l’étuve, car il provient de remblais modernes issus des nombreuses modifications du manoir.

3Cet ensemble est un exemple rarissime d’étuve dans un manoir, confort que l’on trouve habituellement dans des châteaux et palais. Notons cependant l’exemple du manoir de Coadélan (commune de Prat, Côtes-d’Armor), daté de la seconde moitié du xive s., doté lui aussi d’une étuve à salle de chauffe voûtée.

Nantes, manoir de la Touche – Musée Dobrée, départs d’arcs de la salle de chauffe.

Nantes, manoir de la Touche – Musée Dobrée, départs d’arcs de la salle de chauffe.

Cl. M. Lahaye

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nantes, manoir de la Touche – Musée Dobrée, départs d’arcs de la salle de chauffe.
Crédits Cl. M. Lahaye
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sità Andre, « Nantes (Loire-Atlantique). Manoir de la Touche – Musée Dobrée », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 208.

Référence électronique

Marion Lahaye, Sità Andre, « Nantes (Loire-Atlantique). Manoir de la Touche – Musée Dobrée » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11851

Haut de page

Auteur

Sità Andre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marion Lahaye

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals