Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). 2e ligne de tramway de l’agglomération orléanaise, rue Jeanne d’Arc et place Sainte-Croix

Responsable d’opération : Pascal Joyeux
Notice rédigée avec Sylvie Serre
p. 209-210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La fouille de la rue Jeanne d’Arc et de la place Sainte-Croix concerne cinq zones non contiguës, qui se développent d’ouest en est sur une distance de 450 m environ. À l’ouest, les zones 1 et 2 sont localisées dans l’accrue médiévale de l’enceinte urbaine, tandis que les zones 3 à 5 sont situées dans l’enceinte du Bas-Empire. La rue Jeanne d’Arc est le fruit d’un percement du xixe s. face à la cathédrale. La liaison entre la rue et l’édifice se fait sur la place Sainte-Croix.

2La zone 5 a révélé une portion de rue correspondant au cardo antique de la ville d’Orléans. Des voiries de différents types se sont succédé depuis l’époque antique, dont la plus remarquable, au passage de la porte de ville, est en blocs de remploi d’édifices monumentaux, qui a été utilisée de la fin du Bas-Empire au premier Moyen Âge au moins.

3Juste à l’ouest, dans une petite zone fouillée de 50 m2, au-dessus d’une occupation indéterminée de l’Antiquité tardive, un habitat se développait du ve au viie s. le long de cette rue.

4Se superposant à ces éléments, un bâtiment de plus de 9 m de côté, doté de maçonneries de qualité et d’une couverture en tegulae et imbrices, semble être construit entre le vie et le viiie s. Il suit parfaitement l’orientation de la rue antique. Le mobilier conforte l’idée qu’il s’agit d’un édifice au statut social élevé. Ainsi, le corpus de mobilier en verre est très faible mais notable pour cette période. Si ces indices le confirment, ce bâtiment pourrait alors être associé à l’espace du pôle cathédral déjà identifié juste à l’est, de l’autre côté du cardo.

5Des espaces extérieurs au bâtiment ont aussi été mis en évidence. Au total, les vestiges du premier Moyen Âge s’étendent, par îlots, sur plus de 177 m2. Pour sa part, l’édifice est partiellement démoli et remanié à partir du ixe s. Ces éléments sont conservés à moins d’1 m sous le niveau de rue actuel, et il n’y a guère de vestiges postérieurs conservés. Les plus remarquables sont quelques éléments excavés de bâtiments du second Moyen Âge, dont certains au moins appartiennent sans doute au quartier canonial (caves dont une voûtée avec départ d’arc-doubleau chanfreiné, une deuxième avec puits, occupations des xive-xve s.). Le nord de la zone fouillée, peu accessible, hors de l’enceinte urbaine antique comme médiévale, est un espace remblayé au xvie s. au plus tôt.

6La zone 4 a livré les restes de trois parcelles construites, dont l’aménagement final est à rattacher à une large période comprise entre le xive et le xviiie s. Les caves, qui seules nous sont parvenues, sont comblées au xixe s. lors du percement de la rue Jeanne d’Arc.

7La zone 3 est localisée contre le revers intérieur de l’enceinte antique. Elle correspond à un espace parmi les plus anciennement urbanisés de la ville. Après la construction du mur de ville à la fin du ive s, une phase de démolition des constructions gallo-romaines intervient au début du ve s., suivie par des successions de remblais, accompagnés de sols extérieurs, de fosses et de constructions sur poteaux et sur sablières sur une large période vie-viie s. Durant cette période, l’espace fouillé semble correspondre à une cour dans laquelle fosses et constructions peu imposantes se succèdent. Le ixe s. voit la division de l’espace en deux, une cour à l’ouest et des constructions à fondations de pierre à l’est. Cette construction est détruite et ses matériaux récupérés au xe-xie s. Dès la période suivante (xiie-xive s.), un grand nombre de bâtiments est édifié, fixant très largement un parcellaire qui n’évoluera que très peu jusqu’à la démolition entreprise au milieu du xixe s. pour le percement de la rue Jeanne d’Arc. Les constructions sont vastes et comportent dès l’origine des caves et/ou des étages. Il s’agit vraisemblablement de maisons, même si certaines activités artisanales ou commerciales peuvent également se dérouler sur ces parcelles.

8La zone 2 concerne une petite portion de l’église Saint-Sulpice et de l’espace funéraire environnant. Cet édifice a été entièrement arasé. Le mode de construction du mur septentrional, le seul retrouvé, est à signaler ; il repose sur une fondation maçonnée dotée à la base d’une armature interne en bois. Les maçonneries sont attribuables à une fourchette très vaste, entre le ive s. et les xie-xiie s. Cette église est mentionnée dès le ixe s. par les textes. Les comparaisons avec d’autres édifices religieux orléanais sont en cours. En l’état des recherches, il est proposé de faire remonter les vestiges découverts au moins au ixe s.

9L’église est entourée d’un cimetière dont seules les sépultures installées au plus près du mur nord ont pu être fouillées. L’analyse archéologique couplée à des datations radiocarbones des sépultures indique que les plus anciennes inhumations retrouvées sont attribuables aux xie-xiie s. Cette zone funéraire semble attirer plus particulièrement les nouveau-nés et les enfants, mais pas exclusivement. Ces inhumations donnent l’image d’une population à mortalité naturelle, dont l’état sanitaire est moyen. Un cas de trépanation en cours de guérison est à signaler. Les observations sont trop fragmentaires pour permettre de déterminer les modes d’inhumation.

10Dans une deuxième phase, à partir du xive s., les inhumations semblent délaisser les abords immédiats de l’église au profit de l’intérieur de l’édifice. La majorité des sépultures témoigne alors de l’usage d’un coffrage cloué ainsi que du dépôt de vases à encens. La population présente un meilleur état sanitaire.

11Le cimetière jouxte une rue et une place médiévales, identifiées par une longue succession de niveaux de voiries mises au jour à l’est de l’église. Malgré son indigence, le mobilier retrouvé dans les diverses strates permet de supposer que cette rue a été utilisée et régulièrement exhaussée au moins des xe-xiie au xiiie s. Dans une des dernières phases repérées, l’espace funéraire empiète sur cet espace public.

12L’édifice lui-même a subi au moins une phase de transformation, sans doute à la fin du Moyen Âge (avec ajout de contreforts). L’église est désaffectée en 1764.

13La zone 1, la plus à l’ouest, est contiguë à la fouille de la place De Gaulle, également réalisée en 2010 lors des fouilles préalables à l’aménagement de la deuxième ligne de tramway. Elle se situe à l’extrémité nord du bourg Dunois et longe l’enceinte construite au xiiie s. Elle a livré les restes de deux bâtiments séparés par une cour. L’ensemble, probablement à vocation d’habitation, est daté du xiiie s. Il convient de signaler la présence, dans certains niveaux de démolitions, de ratés de cuisson céramique des xie-xiie s. Il s’agit probablement des traces de la présence d’ateliers de potiers, à proximité de la rue de la Vieille Poterie, mentionnée dès le xiiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Serre, « Orléans (Loiret). 2e ligne de tramway de l’agglomération orléanaise, rue Jeanne d’Arc et place Sainte-Croix  », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 209-210.

Référence électronique

Pascal Joyeux, Sylvie Serre, « Orléans (Loiret). 2e ligne de tramway de l’agglomération orléanaise, rue Jeanne d’Arc et place Sainte-Croix  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11879

Haut de page

Auteur

Sylvie Serre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals