Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Revigny-sur-Ornain (Meuse). L’Entrée des Varnelles

Responsable d’opération : Lonny Bourada
p. 212

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La commune de Revigny-sur-Ornain est établie à 14 km au NO de Bar-le-Duc. La parcelle concernée se trouve au NO du village, à environ 143 m d’altitude, sur des terrains dont le relief plat est caractéristique d’une plaine alluviale. Il s’agit d’une ancienne terrasse de l’Ornain, affluent de la Marne, dont le cours actuel se trouve à environ 600 m au sud. Le substrat montre une séquence limono-sableuse jaune et un horizon de petits graviers calcaires. Certains sondages ont montré la présence probable de chenaux ou d’anciens bras de l’Ornain au sein desquels le gravier est apparu à environ 1,50 m de profondeur.

229 sondages ont été réalisés sur les 10 000 m2 de l’emprise du projet : 20 ont permis d’appréhender des structures en creux du bas Moyen Âge. Le mobilier céramique couvre les xie-xve s.

3L’occupation se développe autour d’un réseau de chenaux comblé progressivement au cours du Moyen Âge. 10 sondages localisés au centre du diagnostic ont permis d’observer une large dépression orientée NE-SO qui parfois se dédouble. Le caractère humide du secteur n’a donc pas empêché l’installation humaine.

4Les différentes structures en creux identifiées semblent être en rapport avec des activités artisanales, comme en témoigne la présence dans le comblement des chenaux de nombreux vestiges osseux, rejets de consommation et de boucherie. La découverte de quelques loupes de forge peut aussi témoigner d’une éventuelle activité métallurgique. On peut penser que ces activités consommatrices d’eau et génératrices de nuisances ont été reléguées en périphérie de la zone d’habitat domestique.

5L’espace de part et d’autre des chenaux semble occupé sans réelle organisation. On peut toutefois noter une concentration de fonds de cabane à l’est, alors que les fosses d’installation de poteau sont présentes surtout côté ouest. Bien que de nombreux trous de poteau aient pu être observés, avec parfois une forte densité, aucun plan de bâtiment n’a pu être reconstitué.

6Du fait d’un relief relativement plat, l’érosion n’a eu que très peu d’impact. Les structures (fonds de cabane et trous de poteau) présentent donc un bon état de conservation. La faible érosion est aussi à l’origine de l’accumulation d’une couche de sédiments organiques perçue sous la terre végétale. Plus ou moins puissante, elle se caractérise par un aspect sombre et contient de nombreux artefacts. Il s’agit vraisemblablement d’une couche d’occupation en place ou légèrement remaniée par les probables débordements de l’Ornain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lonny Bourada, « Revigny-sur-Ornain (Meuse). L’Entrée des Varnelles », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 212.

Référence électronique

Lonny Bourada, « Revigny-sur-Ornain (Meuse). L’Entrée des Varnelles » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11947

Haut de page

Auteur

Lonny Bourada

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lonny Bourada

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals