Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Saint-Georges-sur-l’Aa (Nord). L’Enfer

Responsable d’opération : Antoine Delauney
p. 215

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Cette commune se situe immédiatement au sud de Gravelines sur la plaine maritime de Dunkerque. La fouille, qui a concerné 5 000 m², a permis d’identifier une centaine de structures archéologiques parmi lesquelles plusieurs réseaux fossoyés et un ensemble de creusements liés à un habitat de taille modeste.

2Cet habitat, orienté SE-NO, est composé de deux petits bâtiments. L’un, organisé sur deux rangées de trois poteaux, a une superficie de 33 m² environ (6,80 x 3,80 m) et le second, sur deux rangées de deux poteaux, une superficie de 7 m² (3,15 x 2,20 m). Ces deux bâtiments sont directement circonscrits par une dizaine de fosses allongées (2,60 à 5,30 m) plus ou moins larges (0,8 à 1,5 m), parmi lesquelles deux fosses « à coques » dont la fonction est toujours incertaine. Seul l’angle SO ne présente pas de fosses, mais un fossé dont l’extrémité diminue en se rapprochant du bâtiment, passant ainsi de 3 m à 1 m de large sur une distance de 5 m. Ce fossé a servi de zone de rejet pour l’habitat. Il est complété par quatre autres structures pouvant être associées à un parcellaire de la même époque, ceinturant ainsi le bâti sur ses côtés NE, N, NO et SE. Le tronçon de fossé sis immédiatement au bord du « grand » bâtiment a également servi de zone de rejet pour celui-ci. L’étude du mobilier céramique, couplée à une datation au 14C de trois structures (sur la faune prélevée), nous permet de situer cette occupation entre la fin du ixe et le début du xe s. de notre ère. Le mobilier osseux a vu la mise au jour de deux patins à glace et de fragments de deux peignes différents.

3Ce site, localisé immédiatement au sud de Gravelines, s’inscrit dans la problématique des fluctuations maritimes sur la plaine de Dunkerque, probablement entre la régression carolingienne et la transgression Dunkerque III située autour de l’an Mil. La taille imposante des fossés ceinturant l’habitat et le tracé des wateringues actuels, parallèles à ceux-ci, renforcent l’hypothèse d’une volonté de drainer les sols ou au moins de garder une parcelle émergée la plus saine possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Delauney, « Saint-Georges-sur-l’Aa (Nord). L’Enfer », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 215.

Référence électronique

Antoine Delauney, « Saint-Georges-sur-l’Aa (Nord). L’Enfer » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11987

Haut de page

Responsable d’opération

Antoine Delauney

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals