Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Saint-Loup-Hors (Calvados). Les Jardins de Saint-Loup

Responsable d’opération : Vincent Carpentier
p. 215-216

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1À la périphérie sud de Bayeux, une fouille réalisée sur une surface de 9 500 m2 environ a permis d’étudier un espace rectangulaire bordé à l’ouest par un chemin creux qui dessert une grande ferme d’époque moderne ; il se situe à environ 400 m au sud de l’église de Saint-Loup, aux abords de laquelle ont été observés des vestiges du haut Moyen Âge et du xixe s., ces derniers liés à la production de faïence bayeusaine. À l’est, avaient également été découverts d’importants vestiges d’enclos et de parcellaire attribués au second âge du fer, en particulier à La Tène moyenne, et quelques indices limités d’occupation gallo-romaine (un fossé). Enfin, dans l’emprise de la fouille, ont été mis au jour des vestiges protohistoriques ainsi que les arases d’un bâtiment sur solin associé à des remblais ou sols empierrés datés par la céramique de la toute fin du Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne (grès et proto-grès du Bessin et du Domfrontais, diverses formes en pâte claire d’origine locale). Une vervelle attribuée aux xive-xve s. et un fragment de pavé armorié complétaient cet ensemble.

2La fouille a révélé le mauvais état de la dernière occupation. Un ensemble de quelques fosses dont plusieurs ont livré de grandes ardoises de couverture typiques de l’architecture bayeusaine au xviiie s., rejetées ici à la suite d’un tri de matériaux effectué sur place, environne les arases d’un édifice dont le plan intégral n’a pu être restitué en raison de la récupération presque totale des pierres de fondation. Il semble que le plan se poursuive au-delà du décapage vers le chemin, à l’ouest, peut-être en bordure immédiate de celui-ci, mais cette hypothèse n’a pu être vérifiée en raison de la proximité du haut mur de pierres sèches qui forme la clôture de la grande ferme voisine. Les plages empierrées observées autour des tranchées de récupération correspondent vraisemblablement à des remblais bouleversés lors de la démolition de l’édifice. Au sud a été identifiée une mare associée à un drain empierré, contemporains de cette occupation. Au nord, à proximité du mur de clôture, ont été dégagés deux massifs de pierre carrés qui paraissent former les bases de l’encadrement d’un portail maçonné. On note qu’à cet endroit le mur clôturant la ferme a connu une ou des reprises de maçonnerie ; il est donc probable que les vestiges bâtis présents dans l’emprise de la fouille ont appartenu à cet établissement, au moins encore au xviiie s., avant d’être détruits, et que le mur de clôture a été relevé à quelques mètres vers le nord.

3Le décapage a révélé par ailleurs une forte densité de vestiges antérieurs, étalés dans toute son emprise et se poursuivant au-delà dans toutes les directions. La phase la plus ancienne est matérialisée par un fossé circulaire attribué à l’âge du bronze. Par la suite, deux réseaux parcellaires très denses, incluant un ou plusieurs enclos dont l’articulation ne peut être comprise à cette échelle, colonisent toute la surface ouverte. Le mobilier recueilli signe l’appartenance de ces deux réseaux au second âge du fer. Les témoins d’occupation de l’époque gallo-romaine sont étonnamment limités sachant que l’on se trouve ici à la périphérie immédiate de la cité des Bajocasses, dont le cœur historique (quartier cathédrale et castrum du Bas-Empire) est tout proche, visible depuis la fouille et desservi par la route qui traverse aujourd’hui Saint-Loup-Hors. On n’observe aucune trace du haut Moyen Âge, les vestiges de cette période étant manifestement concentrés plus au nord, aux abords de l’église paroissiale. Un petit enclos positionné intégralement dans l’aire de fouille se rattache quant à lui aux xie-xiie s., de par les quelques tessons qu’il a livrés. Il intègre quelques trous de poteau mais aucun élément suffisamment éloquent susceptible d’indiquer l’existence d’un habitat proprement dit. Il pourrait donc s’agir d’une petite installation agricole. D’autres indices d’occupation médiévale, plus tardifs, ont également été recueillis en limite sud de la fouille sous la forme de céramiques découvertes dans un fossé. Il semble qu’un parcellaire ait couvert cet espace à la fin du Moyen Âge (xive-xve s.), qui peut éventuellement être mis en relation avec le réseau de même époque observé au sud de Bayeux lors des opérations de contournement routier au début des années 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Carpentier, « Saint-Loup-Hors (Calvados). Les Jardins de Saint-Loup », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 215-216.

Référence électronique

Vincent Carpentier, « Saint-Loup-Hors (Calvados). Les Jardins de Saint-Loup » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11999

Haut de page

Auteur

Vincent Carpentier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Carpentier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals