Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Vic-sur-Seille (Moselle). Rue des Tanneurs

Responsable d’opération : Jean-Denis Laffite
Notice rédigée avec Julian Wiethold
p. 219

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1L’opération a porté sur 650 m2, dans un secteur urbain ancien de la ville médiévale fortifiée de Vic, qui se trouve sur la rive droite de la Seille à moins de 50 m de la rivière, dans le quartier de la rue des Tanneurs. La première occupation, observée sur la partie haute du terrain, est matérialisée par des vestiges datés des xvie-xviie s., faiblement enfouis, qui appartiennent à un bâtiment arasé à environ 0,40 m au-dessus des sols. Remblayé par des gravats et une couche de tuiles à crochets, calcinées, riche en charbons et cendres, il contient du mobilier domestique (vaisselle céramique et carreaux de poêle). Ce bâtiment maçonné, dont on a pu reconnaître une entrée de porche et des murs de cloisonnement intérieur, semble avoir été détruit à la suite d’un incendie. Son emplacement correspond à celui d’une cour représentée sur le cadastre de 1830. Sur le reste du terrain, ce sont essentiellement des vestiges des xviiie et xixe s. qui ont été mis au jour, avec des zones de remblais riches en moellons et en gravats, épais parfois de plus d’un mètre, des lambeaux de sols empierrés, dallés ou pavés. Ces bases de murs, fondations et sols correspondent au bâti représenté sur le plan cadastral de 1830 et détruit au xxe s. (ancienne bergerie). La partie basse du terrain a aussi livré une couche détritique de limons noirs d’aspect tourbeux contenant une quantité importante de fragments végétaux riches en graines et restes imbibés, du bois, fragments de planches en chêne, des copeaux de sapin (menuiserie), des chutes de cuir provenant de chaussures (cordonnerie). Cette couche également riche en céramiques brisées (tripodes, cruches, pots, assiettes et plats, grès) correspond vraisemblablement à un dépotoir domestique effectué dans une zone humide en cours de remblaiement, ceci au cours de la seconde moitié du xviiie s. La présence d’une nappe d’eau, atteinte vers un mètre de profondeur, explique la bonne conservation des restes végétaux ; une étude carpologique (J. Wiethold, Inrap) a été réalisée sur des prélèvements qui ont apporté des renseignements intéressants sur la végétation et les fruits cultivés et consommés (groseille à grappe, vigne, pêche de vigne notamment). Les niveaux médiévaux dans ce secteur humide sont plus profondément enfouis et ils n’ont pas été atteints car hors cote du projet de construction. La parcelle a été déclarée réserve archéologique par le SRA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julian Wiethold, « Vic-sur-Seille (Moselle). Rue des Tanneurs », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 219.

Référence électronique

Jean-Denis Laffite, Julian Wiethold, « Vic-sur-Seille (Moselle). Rue des Tanneurs » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12039

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Denis Laffite

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals