Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Archigny (Vienne). Abbaye cistercienne Notre-Dame de l’Étoile

Responsable d’opération : Laurent Prysmicki
p. 223-224

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1L’abbaye Notre-Dame de l’Étoile a fait l’objet durant cette dernière décennie d’une étude archéologique programmée sur plusieurs années (2002, 2004, 2005, 2010). Celle-ci a porté sur l’église abbatiale, l’aire du cloître et les bâtiments conventuels. Afin de cerner au mieux l’implantation de cette abbaye et son évolution, de larges sondages ont été pratiqués en extérieur et les élévations qui subsistent ont fait l’objet d’une analyse de bâti. Classée dans sa totalité seulement depuis 1990, l’abbaye de l’Étoile est aujourd’hui très ruinée. Dans l’axe du chemin qui mène à l’abbaye est implantée l’église des années 1200 dont seules subsistent la façade occidentale et la nef, réduite dans son élévation aux deux tiers de sa hauteur primitive (fenêtres et voûte ont disparu). Si des éléments du transept sont conservés en élévation (le bras sud uniquement), il ne reste rien du chœur.

2Les bâtiments conventuels occupent le côté sud de l’église. Seules les ailes occidentale et orientale qui bordaient la galerie du cloître existent encore, l’aile méridionale a disparu. L’aile occidentale, appelée l’aile des convers, date pour l’essentiel de la fin du Moyen Âge avec un remaniement important au xviie s. Elle se termine au sud par le logis de l’abbé. À la suite de pillages dans les années 1970 (arrachage des cheminées et des portes sculptées), la partie centrale de l’aile occidentale s’est écroulée. Après le classement en 1990, une couverture provisoire a été mise en place ainsi que de multiples étaiements. L’aile orientale ne conserve que son premier niveau, l’étage ayant été arasé jusqu’à l’extrados des voûtes de la salle capitulaire. Du nord au sud, cette aile est constituée de la sacristie, de la salle capitulaire datée de la première moitié du xiie s. voûtée dans les années 1220 - 1230, et, enfin, du passage O-E, entièrement reconstruit au xviie s., qui mène du cloître aux espaces extérieurs situés à l’est de l’abbaye.

3Un corps de ferme occupe le côté nord de l’église. Il reprend, pour partie, un bâtiment du xviie s. qui fait pendant à l’aile des convers.

4Au terme de ces études, il apparaît que l’abbaye est installée sur quatre terrasses ou plateformes de hauteur constante, aménagées du sud au nord dans le sol géologique constitué de marnes blanches et grises. Sur la plus basse est implantée l’aile méridionale des bâtiments conventuels. Le cloître ainsi que les ailes occidentale et orientale sont situés sur la seconde terrasse, la plus vaste. La nef de l’église occupe la troisième terrasse ; le transept et le chœur la quatrième qui est la plus élevée.

5Le second point mis en évidence est la récupération quasi systématique au xixe s. des sols et des maçonneries dans les bâtiments détruits. La semelle de fondation du chœur débordant à chevet plat de l’église a tout de même été retrouvée, ainsi qu’une portion des murs gouttereaux de l’aile méridionale. Le transept de l’église a été mieux préservé : un étonnant sol constitué de tuiles plates y a été mis au jour.

6Au xviie s., les aménagements du cloître en ont bouleversé la stratigraphie, détruisant les niveaux de circulation ; des sépultures antérieurement affectées sont cependant conservées. Les fondations des murs-bahuts des galeries du premier cloître de plan carré (xiixiiie s.) ont tout de même été retrouvées, ainsi qu’un dispositif de drainage. Ses galeries sud, est et ouest font 4 m de large (mur-bahut compris) tandis que la galerie nord est large de 7 m. Cette différence s’explique par la présence de deux chapelles antérieures (cf. infra) qui ont conditionné les travaux du xviie s. Les galeries du cloître médiéval, aussi bien que moderne, étaient charpentées.

7Cette étude a également montré que l’église Notre-Dame de l’Étoile est une réalisation homogène, d’une très grande qualité, qui date de la fin du xiie ou du tout début du xiiie s. Comme dans le cas d’autres églises cisterciennes du Poitou, ses dimensions sont modestes et la construction témoigne d’une économie des matériaux. Cependant la qualité de la conception architecturale (agencement des volumes et proportions) et de la mise en œuvre (stéréotomie et techniques de construction), caractères systématiques des réalisations cisterciennes, s’impose immédiatement. Tant par le plan que par les élévations, l’église abbatiale de l’Étoile se rapproche de celle des Châteliers dans l’île de Ré, légèrement postérieure (1220-1240). Ces deux églises possédaient une façade identique, une nef unique voûtée d’ogives, un chevet « bernardin » à quatre chapelles rectangulaires alignées sur les bras du transept et un chœur débordant de deux travées se terminant par un chevet plat.

8La nef de l’église abbatiale d’Archigny à vaisseau unique, selon un parti systématiquement adopté dans les réalisations cisterciennes du Poitou, présente cependant une particularité. Du côté sud, les deux premières travées de la nef étaient percées de grandes arcades qui donnaient accès à deux volumes, vraisemblablement des chapelles, en appentis, mais contemporaines de l’église. La nef était voûtée d’ogives qui retombaient sur des piles sur consoles, encore conservées. Contemporains de la construction et parfaitement chaînés avec le mur gouttereau, ces supports qui ne descendent pas jusqu’au sol sont situés très en hauteur. À l’intérieur, les murs de la nef comportent plusieurs enduits peints à faux joints. Les encadrements des arcs du portail de façade, de la porte sud et de l’armoire eucharistique font appel à un répertoire de festons, de peltes et de fleurs de lys caractéristiques des xiiie-xive s. De part et d’autre des piédroits des fenêtres, se distinguent encore des feuilles tréflées avec une tige.

9La salle capitulaire est l’endroit le plus décoré de toute l’abbaye de l’Étoile. Construite dans la première moitié du xiie s., elle a fait l’objet d’importants remaniements au milieu du xiiie s. La façade occidentale a conservé son apparence romane presque en totalité. De part et d’autre d’une ouverture en plein-cintre, dans laquelle a été installée au xixe s. une petite porte rectangulaire, le mur est ajouré par deux fenêtres jumelées à colonnettes à chapiteaux sculptés. Dans une seconde phase, la communauté de l’Étoile modernise les bâtiments conventuels, de la salle capitulaire en particulier. Si la façade romane sur le cloître est conservée intégralement, une audacieuse reprise en sous-œuvre est entreprise afin de voûter l’intérieur de la salle capitulaire. Pour installer les six voûtes d’ogives quadripartites, les murs romans reçoivent des culs-de-lampe à colonnettes munis de chapiteaux et deux colonnes centrales complètent l’ensemble. Les nervures et les éléments sculptés sont peints en rouge et jaune et les voûtains reçoivent un décor de faux appareil peint en rouge sur fond blanc. Le niveau de circulation du dortoir situé au-dessus étant conservé, le sol de la salle capitulaire est descendu et une nouvelle banquette périphérique (aujourd’hui disparue) est installée au pied des murs. Le sol de la salle capitulaire nouvellement aménagée est recouvert de petits carreaux de terre cuite. Pour finir, trois grandes fenêtres sont percées dans le mur oriental pour dispenser davantage de lumière.

10À la même période, la sacristie qui jouxte le bras sud du transept est agrandie vers l’est et couverte d’un berceau. Le sol est lui aussi rabaissé et couvert de carreaux, un autel est installé au pied du mur est (son soubassement maçonné a été retrouvé en fouille) et un lavabo ainsi qu’une armoire eucharistique sont construits dans le mur sud. Les voûtes et les parois sont ornées d’un programme peint décoratif et historié dont un Christ nimbé représenté au-dessus de l’autel. Au xviie s., l’ensemble de ces peintures est recouvert d’un badigeon blanc agrémenté d’un faux appareillage peint en rouge.

Archigny. plan de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de l’Étoile.

Archigny. plan de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de l’Étoile.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Archigny. plan de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de l’Étoile.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Prysmicki, « Archigny (Vienne). Abbaye cistercienne Notre-Dame de l’Étoile », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 223-224.

Référence électronique

Laurent Prysmicki, « Archigny (Vienne). Abbaye cistercienne Notre-Dame de l’Étoile » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12107

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Prysmicki

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals