Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Arles (Bouches-du-Rhône). Saint-Trophime

Responsable d’opération : Vincent Jacob
p. 225

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Indispensables pour la préservation des structures et sculptures romanes et gothiques du cloître cathédral Saint-Trophime d’Arles, des travaux d’assainissement (collecte, drainage et évacuation des eaux de pluie, injection d’une barrière étanche) ont nécessité une surveillance archéologique dans la galerie septentrionale, dans le préau et dans la cour qui jouxte le mur de clôture au sud, jusqu’à la rue du Cloître, où se fait désormais l’écoulement. Un diagnostic (2007-2008, F. Reynaud, INRAP) avait mis en évidence la valeur des vestiges enfouis dans le cloître, dont certains lui sont antérieurs, et leur proximité du sol contemporain. L’impact des aménagements avait été limité en minorant significativement la profondeur à atteindre dans le préau et dans la galerie. L’opération confiée à la société Archeodunum (avril et juin 2010) a principalement consisté, au regard de la prescription, à la fouille d’une sépulture dans le préau et au retrait de l’assise supérieure d’une murette, fondée sur un des murs de l’alandier d’un four métallurgique probablement de la fin du xviiie s. En revanche, le retrait de la terre arable a entraîné la mise en évidence d’une reprise en sous-œuvre du mur stylobate occidental, certainement au milieu du xixe s., et la substitution de dalles de son couronnement gothique par des éléments de mouluration romane, ce qui précise la chronologie de la galerie ouest. En outre, l’enlèvement des dalles de la galerie nord au pied du mur de la salle capitulaire a mis au jour une fosse sépulcrale dont le contenu n’était pas menacé, mais qui a constitué un observatoire commode de la fondation de la partie occidentale du bâtiment, la plus ancienne (v. 1175-1190). Le mur qu’elle supporte est animé d’une arcature qui a souvent été regardée comme contemporaine de l’extension de l’aile vers l’est (v. 1185-1200), ce que l’analyse du bâti semble contredire.

2Dans la cour méridionale, lors du creusement de la tranchée d’évacuation, a été mise en évidence une stratigraphie complexe, depuis le mur de clôture du cloître jusqu’à la rue du Cloître, qui témoigne de l’abandon probable des habitations dans ce secteur de la cité antique, à la fin du ive s. au plus tard, et peut-être dès le iiie s. Les espaces ont alors été remblayés et s’est développée une activité de taille ou de retaille de calcaire tendre et, plus marginalement, de marbres précieux, provenant probablement de monuments du Haut-Empire. D’autres remblais sont suivis du creusement de fosses dépotoirs, jusqu’au milieu du viie s., dont l’une contient un abondant mobilier céramique, qui ajoute à la valeur patrimoniale du site.

3L’examen d’une double attente du début du xiiie s. à l’angle SO du dortoir roman a montré, vers l’ouest, l’amorce sur laquelle a été réalisé le mur gothique, mais également que l’accomplissement du programme architectural roman aurait compris l’édification d’un corps de bâtiment au sud du cloître. Le constat de l’inemploi de l’attente dans cette direction, significatif de l’inachèvement de ce projet initial, semble pouvoir se justifier par la construction du bâtiment qui clôt la cour au sud et où résidait le prévôt du chapitre, depuis le xviie s. au plus tard. Dès lors, a pu s’imposer le simple parti d’un mur droit, entièrement construit dans la seconde moitié du xive s., qui a consacré la permanence de la cour.

4Au pied de ce mur droit gothique, sur des remblais dont certains sont encore susceptibles d’avoir été mis en place durant l’Antiquité tardive, la fouille a enfin révélé l’aménagement, au début du xviiie s., d’un local adossé, qui semble avoir pu communiquer avec la galerie méridionale du cloître, et dont la fonction demeure incertaine (évacuation des eaux ?). Toutefois, les restaurations contemporaines du parement sud du mur et celles réalisées dans le promenoir claustral rendent toute hypothèse difficilement vérifiable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Jacob, « Arles (Bouches-du-Rhône). Saint-Trophime  », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 225.

Référence électronique

Vincent Jacob, « Arles (Bouches-du-Rhône). Saint-Trophime  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12119

Haut de page

Auteur

Vincent Jacob

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Jacob

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals