Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres). Abbaye de Celles-sur-Belle

Responsable d’opération : Patrick Bouvart
p. 226-228

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Une erreur est survenue dans le numéro 41 de la revue Archéologie médiévale, publiée en décembre 2010. Pour cette notice il fallait lire Abbaye de Celles-sur-Belle et non pas Chapelle des rosiers.

2En 2009, un projet de restauration et de valorisation d’un long mur identifié comme l’élévation d’une aile du cloître de l’église abbatiale Notre-Dame de Celles-sur-Belle a conduit le SRA à prescrire une étude de bâti préalable à tout travaux. À l’ouest du mur, accolée au chevet, une parcelle comprend une partie des espaces conventuels dont un édifice dénommé logis Saint-Gobert. L’ensemble, d’abord inscrit au titre des Monuments historiques en 1997, est classé depuis 2000 (fig.). Bien que sommaire, l’étude documentaire a permis de synthétiser diverses sources et de définir 14 phases d’évolution dont 12 ont été repérées grâce à l’analyse archéologique.

3L’origine et le développement de Celles-sur-Belle sont actuellement attribués à l’installation d’un prieuré (cella) sur les bords d’un cours d’eau dénommé la Belle. L’origine de la fondation reste à établir : si la majorité des historiens y voient une dépendance de l’abbaye de Lesterps fondée entre 1032 et 1095, la Chronique saintongeaise attribue la fondation de la cella à Clovis (un triens mérovingien portant l’inscription cella vico est signalé par Jules Robuchon et Bélisaire Ledain et plusieurs sarcophages découverts près de l’église pourraient dater de cette période ; en outre, une villa « que vocatur ad cellula » est attestée dans une charte datée de 1020 ou 1031). Avec l’essor de l’établissement monastique suscité par des miracles attribués à une statue de la Vierge, le prieuré se voit élevé au rang d’abbaye en 1140 ou 1148. Les plus anciennes constructions conservées en élévation sont attribuées à cette période. D’après les diverses études, elles se résument au portail occidental de l’église abbatiale et à la crypte de l’église paroissiale Saint-Hilaire. La nature et l’organisation des bâtiments conventuels demeurent, à ce stade, méconnues. Les vestiges étudiés s’apparentent à une galerie orientale de cloître couverte de voûtes d’ogives (phase II). Leur chronologie est uniquement suggérée par le profil mouluré des ogives et le décor végétal d’un culot. La construction paraît plus tardive que l’église, éventuellement du xiiie s.

4Certaines voûtes de cette galerie de cloître semblent victimes d’un effondrement dont la chronologie et les modalités restent inconnues (phase III). Une démolition n’implique pas obligatoirement des dégradations volontaires. L’absence d’entretien explicitement énoncé par un texte de 1429 peut être l’une des causes.

5La reconstruction est accompagnée d’une adjonction de deux voûtes supplémentaires en prolongement vers le nord. Cette phase inclut aussi la construction d’une nouvelle galerie nord attribuée à la fin du xve s. en raison du style des culots. À cette période, l’abbaye bénéficie d’un investissement personnel de Louis XI pour la reconstruction de l’église abbatiale. L’identification du souverain comme commanditaire du nouveau cloître est une éventualité, mais les abbés Louis Ier de Lézignac et Mathurin Joubert de La Bastide peuvent également en être les maîtres d’ouvrage (phase IV ou V).

6Une destruction des galeries du cloître est imputée aux protestants dans le contexte des guerres de Religion (phase VI). D’après une inscription dans l’église, l’événement se serait déroulé en 1569. Les premières reconstructions ont vraisemblablement eu lieu dès la fin du xvie s. (phase VII). Une inscription lapidaire évoque l’année 1597. De même, une source signale l’installation d’un dortoir dans l’aile orientale vers 1630 (phase VIII). En 1651, l’abbaye est rattachée à la congrégation des génovéfains. Les prieurs entament des restaurations (phase IX) avec la remise en état du réfectoire, de la cuisine, du dortoir, du parloir, de l’oratoire, de plusieurs chambres, des écuries et d’un fenil. Toutefois, le cloître et ses galeries restent en ruine jusqu’en 1661. À cette date, l’état des lieux est parfaitement décrit dans un procès-verbal de visite : les bâtiments sont encore en cours de réaménagement. Les travaux se poursuivent (phases X et XI) avec un vaste programme architectural confié à l’architecte François Le Duc dit Toscane, avant d’être interrompus en 1682. L’ancien cloître et l’aile orientale ne bénéficient pas de façades à ordonnancement classique. Quelques modifications sont apportées, mais les galeries ne sont pas reconstruites.

7À la Révolution, les bâtiments sont divisés en plusieurs propriétés. Des ouvertures sont alors condamnées. En 1805, l’aile orientale est ravagée par un incendie (phase XIV). Le mur est conservé en élévation pour maintenir une limite de propriété.

8L’étude de bâti nécessite d’être complétée. Une mise en phases globale des vestiges du site fait défaut. La comparaison des procédés de construction, des styles d’ornementation et l’analyse des relations stratigraphiques devraient améliorer les datations, mais surtout la perception de l’évolution architecturale de l’un des principaux établissements monastiques du sud des Deux-Sèvres.

Celles-sur-Belle, chapelle des Rosiers, plan général du site.

Celles-sur-Belle, chapelle des Rosiers, plan général du site.

P. Bouvart, Hadès et F. Jeanneau, ACMH

Haut de page

Table des illustrations

Titre Celles-sur-Belle, chapelle des Rosiers, plan général du site.
Crédits P. Bouvart, Hadès et F. Jeanneau, ACMH
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Bouvart, « Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres). Abbaye de Celles-sur-Belle », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 226-228.

Référence électronique

Patrick Bouvart, « Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres). Abbaye de Celles-sur-Belle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12139

Haut de page

Auteur

Patrick Bouvart

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals